RP MULTI | Le tournoi de la cité des guerriers

 :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
Je regardais l’aetrayel ainsi que son expression, changeante à mesure qu’elle me regardait tout en serrant timidement la main de Kiza. Je plissai légèrement des sourcils en tentant de comprendre la totalité et l’ampleur de ses paroles. De base, je n’avais vraiment jamais eu la chance d’entretenir une vraie discussion avec les anges. Je me doutais qu’il avait un lien proche avec les edseres, mais pas au point d’en être presque indirectement lié. De plus, l’idée de l’avoir ‘’sauvé’’ me fit légèrement sourire. En effet, j’avais comme habitude de sauver physiquement des personnes, par la force, souvent quand ils étaient dans le besoin. Je ne m’attendais tout simplement aucunement à être remercié par mes actes et mon incompétence pour soigner Lumie. En bref, le fait d’avoir été impuissant avait été difficile pour moi, alors me faire remercier pour cette même cause avait quelque chose de comique. Je souris de nouveau à l’ange et je tentai d’un signe de tête d’enlever une mèche descendant sur mon visage.

- Si je peux t’avoir aidé, j’en suis moi-même ravit. C’est ce que j’essaie de faire, protéger et aider les personnes dans le besoin contre le mal, même s’il en existe une petite partie dans chacun d’entre nous. Disons que j’essaie d’avantager de l’endosser pour rependre le bien.

Je rigolai légèrement et je sentis Kiza détourner la tête en direction d’une direction différente. Il comprenait visiblement mon stratagème de ne pas révéler à l’ange que mes valeurs et mes actions, aussi nobles qu’elles pouvaient être, pouvaient parfois se traduire par des meurtres, au nom du bien. Je toussotai légèrement et je repris la discussion.

- Je suis Akwa Dala, un chevalier du roi. Je ne suis pas directement sous son service, mais je me bats pour ce qui me semble juste. Mon compagnon, c’est Kiza, mon petit frère de cœur, même s’il est un Naga et qu’il aime bien manger la chair, il ne mord personne ! Il est sur mes épaules, car il a beaucoup de mal à marcher.

Je ria légèrement plus fort tout en sentant Kiza rouler la tête en soupirant légèrement. Il détestait quand je faisais cette allusion. Encore une fois, c’était une sorte de taquinerie. Voulant visiblement ne mettre la situation malaisante, Kiza se gratta le derrière du crâne en chuchotant à l’aetrayel que ce n’était pas la vérité. Je regardai ensuite ma nouvelle connaissance en attendant une réponse de sa part. Un léger silence se plaça alors entre nous. Voyant que pour l’instant rien ne se rajouterais d’avantage, je penchai légèrement ma tête sur le côté en jetant un coup d’œil en direction du Colisée. Voulant visiblement ne pas manquer quelque chose, je me tournai en direction de Kael pour lui dire :

- Haaaa ! Continuons cette discussion en marchant. Pendant que j’y pense, si vous me le permettez, aetrayel, je suis curieux de savoir votre nom. Vos actes respectables parlent d’eux même et je serais curieux de mettre un nom sur la personne, plutôt l’héroïne ayant sauvé Lumen. De plus, j’imagine qu’elle désire aussi elle-même le savoir.

Je la regardai encore un instant en souriant timidement et je me tournai légèrement en direction du Colisée pour m’y diriger d’un pas tranquille. Nous marchions ainsi, tous les deux, accompagné de Kiza sur son sommet, tranquillement en direction du Colisée. Je jetai un coup d’œil par ci et par là en direction de la population, toujours l’œil attentif à un problème ou un événement qui pourrait changer la situation. Je jetai ensuite un regard en direction de la soigneuse en attendant sa réponse, dans l’espoir d’en apprendre plus sur elle et ses motivations.

Partie 3 & 605 mots:
 


Sam 10 Juin - 5:04
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 149



Vàsa observa Elih lutter contre son propre potentiel. Même s’il le nota et énuméra les hypothèses possibles, son visage ne laissait rien paraître.  La détermination et le courage dont elle faisait preuve au vu de sa capacité générale étaient impressionnants. L’Arène n’était pas tendre, elle ne donnait que peu d’échappatoire. Cela étant ce serait un bon moyen pour elle de mesurer sa propre valeur et ses propres limites. La véritable expérience vient du combat réel. Passant ce détail il sourit face à sa réponse vis-à-vis de lui. Elih enchaina avec l’acceptation de la proposition de Vàsa liée au convoi ce qui fit tiquée Aerin qui malgré son silence fit une moue boudeuse. Le clin d’œil qu’elle reçut la fit réagir dans le même registre sa langue sortit de sa bouche et les traits de son visage appuyèrent la sortie de l’organe. Vàsa songea au fait que c’était relativement puéril toutefois face à la tension et l’ambiance qui régnait comment était-il possible de réprimander les deux femmes. Enfin vint le moment des présentations. Celaena. Les deux êtres donnaient une étrange impression paraissant ne pouvoir se séparer ou exister l’une sans l’autre. L’écho d’une rencontre se fit dans l’esprit de Vàsa qu’il chassa aussitôt. Pour le coup il avait trop de choses à gérer pour commencer à penser à Elle. « Je ferais du mieux que je peux.  Et tacherais de me montrer le plus prévenant possible. » Cette femme aux cheveux à la couleur cendre avait certainement du potentiel et les Ashrynes n’étaient pas du genre à se fermer à leurs propres frères ou sœurs. La jeune fille qui accompagnait Celaena paraissait ancrée dans un mouvement différent. Vàsa esquissa un sourire en croisant le regard de l’adolescente. Lorsque Celaena replaça la mèche de cheveux rousse d’Aerin celle-ci se figea, le corps de Vàsa se tendit. Une fois le contact rompu ses muscles se détendirent. Sa Maisonnée représentait beaucoup à ses yeux et malgré le fait qu’il commençait à apprécier Elih de par sa répartie et le courage qui paraissait l’habiter Vàsa restait vigilent. Parce que c’était Vàsa tout simplement. A la remarque de la blonde, la rousse esquissa un sourire qui ne monta pas jusqu’à ses yeux. Elle pouvait la prendre de haut autant qu’elle voulait, elle avait l’habitude d’être considérée comme une petite chose fragile. Elle hésita une seconde à lui mettre son poing dans la figure. Elle n’en fit rien, ça aurait fait mauvaise impression. Ravalant une remarque cinglante elle serra la mâchoire à la place. Nouvelle poignée de main échangée. Vàsa hocha la tête. « Peut-être bien oui.Nous ignorons de quoi l'avenir est fait. » Aerin allait répliquer quand l’ouverture de la tente s’ouvrit une nouvelle fois. Une autre rousse fit son entrée. La différence était frappante. Une princesse à la grâce innée et à la beauté incroyable. Artémisa ne laissait personne indifférent. Douce perle parmi les siens. Elle esquissa un sourire qui la fit rayonner de plus belle. Se sœur était son opposé si l’on peut dire. Aerin était petite, elle était grande, Aerin dégageait quelque chose de bestiale et énergique, Artémisa avait cette grâce et cette aura de princesse. « Veuillez pardonner mon interruption. Je suis simplement venue chercher ma sœur. Je suis Artémisa Sigurd. » Avec sa grâce naturelle elle se déplaça d’abords vers Elih à qui elle fit une bise légère. Le geste était élégant et simple. Elle se tourna vers Celaena à qui elle offrit un sourire avant de se pencher et de faire une nouvelle bise. S’abaissant maintenant au niveau de la jeune fille en tenant sa robe d’un geste gracieux elle eut un franc sourire. Prévenante elle ne fit aucun geste pour entrer en contact hochant simplement la tête. Retrouvant sa hauteur elle jeta un regard à sa sœur qui paraissait pleinement gênée. « Si vous le permettez je vais maintenant prendre congé avec ma sœur. Vous devriez vous hâtez de rejoindre le convoi, il ne devrait plus tarder à partir. Je m’excuse de ne pas faire plus ample présentation mais nous aurons tous le temps pour plus tard. » Elle s’avança vers l’entrée souleva sa robe pour effectuer une révérence digne d’une princesse fixant alors son regard sur Vàsa qu’elle avait pris soin d’ignorer, ils échangèrent tous deux une œillade lourde de sens. « Vàsa. » « Artémisa. » Deux murmures jetés sous les voiles de la tente. Artémisa tourna les talons et sortit, Aerin fit une moue gênée et suivit sa sœur. L’espace de la tente paraissait avoir perdu de sa grandeur. Artémisa était ce genre de personne, elle remplissait l’espace et lorsqu’elle partait il y avait un petit manque qui se créait. A présent entre eux Vàsa soupira. « Nos gens ne sont pas aussi actifs d’habitude. Disons que l’événement rend notre Maisonnée plus…Vivante. Comme la suggérée Artémisa, nous devrions rejoindre le convoi afin d’entrer dans l’Arène. » Vàsa s’approcha des deux femmes à qui il offrit à chacune un bras. Il jeta un regard en coin à la demoiselle qui était accrochée à Celaena et qui était la plus jeune pour lui faire un clin d’œil. C’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour la rassurer autant qu’il le pouvait.




A l’extérieur de la tente une file de différentes personnes avait pris forme. Aligné, le cortège avait une allure massive. Artémisa était déjà en place avec sa sœur à quelques rangs de la tête. Un homme qui ressemblait à Vàsa s’avança le sourire aux lèvres. Il dégageait quelque chose de plus discret que Vàsa mais avait la même énergie contenue. Les deux hommes échangèrent un regard d’entente. Velagan attrapa le bras libre d’Elih et le groupe se glissa dans le convoi. Ils étaient dans les premières lignes eux aussi. Vàsa prit tout de même la peine de glisser à l’oreille d’Elih qui était l’homme qui se tenait à ses côtés. « Voici mon frère Velagan Nibelun. » Alors que les premières notes résonnaient plus loin, il eut à peine le temps de transmettre la même information à Celaena avant que le cortège se mette en marche. Les barricades furent écartées pour juguler le flux de spectateur et permettre l’accès à l’arène pour le convoi. Plus ils se rapprochaient plus les sons se faisaient vifs. Les tambours sonnaient au rythme de la marche. Une arche perçait le mur de l’arène et dès qu’ils furent sous l’espace clos les sons se répercutèrent de toute part.  Vàsa prit encore la peine de se pencher vers Elih, il dut s’approcher plus encore pour qu’elle puisse l’entendre. « Ceci est la marche des valeureux. Les valeureux s’avancent au-devant du combat sans craindre l’affrontement. » Il enchaina avec une consigne. « Lorsque nous passerons la deuxième arche tourne la tête sur ta droite. Tu comprendras. » La deuxième arche délimitait le petit passage et offrait une sortie sur l’arène. Devant eux toutes les têtes se tournaient vers un endroit définit que tous regardaient avec respect et honneur. Ce fut le tour de leur ligne de faire leur entrée dans l’arène. Immédiatement Vàsa tourna la tête et eut le même regard. Tous fixaient la plus grande. Leur Reine. C’était un témoignage d’honneur, de respect et de gratitude. Ils défilaient ainsi parce que son exemple les inspirait. Elle était la pierre angulaire de leur peuple et on disait souvent, observe là au loin et tente de te nourrir de l’ombre de sa force. Tous les visages étaient ainsi tournés vers elle dans un salut solennel. Le convoi continuait son cheminement sans aucun arrêt. Machine parfaitement rodée. Foulé le sable qui allait bientôt accueillir les combats était tout aussi symbolique. Ils longèrent l’épais mur de l’arène pour passer sous une nouvelle arche. Le passage entre leur point d’entrée et celui de sortie avait été savamment pensé pour qu’ils ne quittent pas la Nethlen des yeux. Les tambours et le chant continuaient à résonner ponctuant leur marche au rythme des sons. Ils passèrent sous une autre trouée qui donnait sur un large escalier de pierre pour rejoindre l’espace qui leur avait été assigné. C’était une large terrasse couverte par d’énormes voilages. Plusieurs rangés de fauteuils avaient été alignées devant la vue de l’arène à l’opposé se trouvait un buffet garnis de multiples plats. Plusieurs hommes étaient en place autant pour assurer la sécurité que pour assurer le service. Le convoi prit place doucement et s’arrêta devant la première rangée de fauteuil. Une fois que les dernières rangées du cortège furent sur place le silence se fit et tout le monde baissa légèrement la tête en direction de la Nethlen. Une fois relevé Vàsa jeta un regard en coin à Elih. « Voilà comment le clan Nibelun donne forme à l’honneur et au respect. » Il était aisé de croire qu’il avait dit cela pour se donner de la valeur. Or ses iris et son visage ne reflétaient que vérité. Car c’était ainsi qu’il percevait vraiment ces deux notions.

Post III - 1475 Mots.

Résumé:
 




HAN !!!:
 

Sam 10 Juin - 17:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 100
La femme déphasé laissait traîner son regard terne sur le mur de pierre où elle était adossée. La roche était cabossée par endroit, usée et abîmée par les années. Elle tourna ensuite calmement la tête en direction de Fyn qui approchait. Ses yeux remontaient peu à peu le corps de la nanthun qui venait de s'asseoir. Ils semblaient se posés sur elle mais en même temps regarder le néant, le vide dans son esprit, dans son cœur. Qu'est-ce qui s'était passé ? L'ulfurbe aurait bien aimé mettre des mots clairs et précis sur ses tourmentes, que tout soit lisse et limpide...Mais ce n'était pas le cas, alors elle n'eut à répondre à Patteleste qu'un long silence morose.

Mais alors qu'elle peignait sa tristesse sur ce mur, elle remarqua quelque chose. Malgré toutes ces marques du passé, les pierres étaient restées soudées ensemble et le tout avait tenu bon et était encore là. Devrait-elle être pareille ? La Reine de la Désinvolture baissa alors les yeux sur sa vie et réalisa. Qu'était-elle entrain de faire ? Partir comme cela ne lui ressemblait pas. Non, agir de cette façon si puérile ne lui correspondait définitivement pas...N'était-elle pas une femme de 28 ans ? Elle releva ses pupilles qui reprenaient peu à peu vie. Il ne fallait pas qu'elle se laisse aller...Puis ses yeux louchèrent la bouteille. Peut-être que si finalement...Alors elle ne comprenait plus rien...Mais qu'il y avait-il de compréhensible dans son existence ? Un sourire apaisa ce visage déchirée. Oui tout était si confus et trouble, mais d'un côté, elle éprouvait une forme de contentement à être dans le sacré foutoir qu'était son esprit. Cette forme de folie lui permettait d'être imprévisible et donc libre...

Mettant de côté son ancienne vie, l'ulfurbe se redressa. Ses prunelles se fixèrent sur la personne qui attendait enfin une réponse de sa part.

-Pardonnes-moi pour tout ça...

Il n'était pas dans son habitude de se dévoiler ainsi et elle même n'avait pas totalement conscience de l'origine de son mal. Cependant son attention se posa sur Fyn. Ce lien étrange et prématuré qui était entrain de se créer entre elles...Elle n'arrivait pas totalement à le définir...Mais cela n'avait pas d'importance à ce moment-là pour Naya. Tout ce qu'elle voulait désormais était d'aller de l'avant, faire quelque chose de concret, de tangible. Elle ne voulait pas parler de ses tourmentes car elle savait que cela ne servirait à rien. D'un mouvement étrangement assurée, elle se leva promptement, puis déclara à la nanthun :

-Ne perds pas ton temps avec moi. Tu es une bonne personne. Regardes, tu as donné une pierre précieuse juste pour t'amuser avec moi, et voilà ce qui t'arrives : tu n'as plus rien. Un rictus anima sa phrase lorsqu'elle se leva pour partir. Car c'est bien ce qu'il s'est passé n'est-ce pas ? Le musicien avait l'air si pressé...Je me trompes ? Après cette question, la Reine de la Désinvolture n'attendit pas que son interlocutrice lui réponde. Et comme elle la quittait, elle tourna la tête vers cette dernière pour enchaîner ses dires. Mais cela ne fait aucunes différences, éloignes-toi de moi tant que tu le peux jeune créature...

D'une certaine façons Naya avait apprécié passer ces fugaces moments de joies avec la gamine. Elle la considérait véritablement comme une bonne personne, même si elle ne lui faisait pas totalement confiance. Le visage de l'ulfurbe était désormais tourné en direction de l'arène. Elle marchait en direction de la place qu'elle avait abandonné plus tôt. La femme décida de ranger la bouteille dans son sac sans fond. Bizarrement, elle n'avait pas envie de boire, et il faut dire que c'est assez rare...

614 mots

Post V :
 


Sam 10 Juin - 23:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 128
Sa réaction ne fut pas du tout ce à quoi je m’attendais et me prit totalement au dépourvu. Dans un premier temps, elle dégagea la main que je tenais pour la poser sur mon bras puis la fit glisser jusqu’à ce qu’elle atteigne mon visage. Je dois bien avouer que ce geste était plutôt agréable même si je ne comprenais pas trop pourquoi elle faisait ça. Sa deuxième main ne tarda pas à se poser sur mon autre joue. C’est à ce moment-là que ces doigts commencèrent un étrange ballait sur mon visage. Ils passèrent de mes joues à mon front avant de redescendre par mon nez. Là ils passèrent autour de ma bouche pour aller sur mon menon. Enfin, ils explorèrent les contours de ma bouche. Encore une fois, c’était plutôt agréable mais tout aussi étrange. Elle termina en posant sa main sur mon cou pour jouer avec mes cheveux. Même si tout ça avait été plutôt agréable, je ne comprenais toujours pas pourquoi elle faisait ça. Je n’eus pas le temps d’y réfléchir plus longtemps qu’elle m’attira vers elle et m’embrassa à son tour. Je sentis qu’elle n’était pas totalement sûr d’elle mais ce second baiser restait tout de même incroyable.

Quand elle y mit fin, je me reculai un peu pour pouvoir l’observer. Elle semblait radieuse et affichait un sourire allant d’une oreille à l’autre. Ce dernier lui allait à merveille. Sauf que maintenant je ne savais pas trop quoi faire, devais-je à nouveau l’embrasser ou devions nous parler ou aller nous promenez ? J’étais un peu perdu car si j’avais déjà embrassé des filles en aucun cas je n’avais ressenti ça. Cette fois-ci c’était plus intense, plus agréable, plus tout en fait. Ne sachant pas quoi faire, je décidai d’observer sa réaction par rapport à ce qu’il venait de se passer tout en réfléchissant à ce que nous allions faire ensuite.

Au moment où je l’y attendais le moins, quelque chose vint percuter ma jambe rapidement suivi par un deuxième. Je regardai alors ce que c’était et constatai que Ganat venait de rentrer en collision avec ma jambe tandis que Kochka, comme il poursuivait mon Golem, n’avait pas su s’arrêter et avait donc foncé sur ma jambe également. Alors que je fusillais du regard mon compagnon, celui-ci sautilla et piailla de joie en faisant semblant qu’il ne s’était rien passé. Ensuite, il vint se placer sur mes genoux et je lui ouvris ma poche pour qu’il s’y cache. Je sentais bien qu’il n’avait pas trop envie d’y aller, surtout parce qu’il gigote beaucoup, mais c’était plus simple ainsi. En plus quand je le laisse libre, il finit toujours par faire des bêtises.

Une fois cet épisode terminé, je me levai et pris la parole :

Venez, on va voir si on ne peut pas vous trouver une bonne place dans les gradins de l’arène. Ce serait dommage d’être tout au fond et de ne rien voir… Oh, pardon j’avais oublié. Je suis vraiment désolé. Bref, dans tous les cas vous devriez aller déjà vous installer dans les gradins car vu le monde présent dans la rue, cela m’étonnerait qu’il y ait de la place pour tout le monde.

532 mots

Post 6:
 


Dim 11 Juin - 12:46
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 81
L'Edsere sourit de nouveau à l'Aetrayel en tentant de chasser une mèche de ses cheveux blonds qui s'était égarée sur son visage.  La barbe de cet Edsere commençait à repousser, et Kaëlyra pouvait voir chacun des minuscules poils blonds. Ça devait piquer si on embrassait ses joues, ça devait râper si on y passait la main. L'aetrayel détourna le regard, le cœur battant, en rougissant légèrement de lui même, et de cette pensée sortie de nulle part qui lui a traversé l'esprit.

- « Si je peux t'avoir aidé, j'en suis moi même ravi. C'est ce que j'essaie de faire, protéger et aider les personnes dans le besoin contre le mal, même s'il en existe une petite partie dans chacun d'entre nous. Disons que j'essaie davantage de l'endosser pour reprendre le bien. »

«Oui, tu m'as aidée » songe Kaëlyra. Elle aime bien ce qu'il a dit : « chacun d'entre nous ». Il pense à l'Humanité entière, pas seulement à lui même, mais à tous les Edseres. Elle a le sentiment qu'il partage l'amour des Aetrayels pour l'Humanité. Ayant dit cela, l'Edsere rit légèrement, et Kiza, de son côté, regarde ailleurs, comme plongé dans des pensées qui n'appartiennent qu'à lui seul. Kaël quant à elle se sent plutôt heureuse; le guerrier l'a fait sourire. Il  toussote légèrement et reprend :

- « Je suis Akwa Dala, un chevalier du roi. Je ne suis pas directement sous son service, mais je me bats pour ce qui me semble juste. Mon compagnon, c'est Kiza, mon petit frère de coeur, même s'il est un Naga et qu'il aime bien manger la chair, il ne mord personne ! Il est sur mes épaules, car il beaucoup de mal à marcher. »

Akwa Dala... C'est donc son nom... L'aetrayel sent que les fibres de son cœur sont touchées, comme par une musique, malgré lui, sans qu'il le veuille. Kaël absorbe les mots que le guerrier prononce, comme l'arbre absorbe l'eau et la lumière du soleil. Elle aime tous les Edseres, d'un amour intrinsèque à sa nature, et elle sent naître pour celui ci un sentiment délicat, pur, lumineux. C'est simplement une émotion, faite de joie et de légèreté, comme lorsqu'on découvre que c'est le matin et qu'une journée s'annonce, qui sera heureuse et vivifiante, une journée qui sera comme une renaissance. Par ailleurs, elle n'a jamais rencontré de Naga, et ignore tout à leur sujet; elle est curieuse d'en apprendre davantage.

L'homme - Akwa - rit légèrement plus fort, de son côté Kiza roule la tête en soupirant légèrement, puis il se gratte l'arrière du crâne et chuchote quelques mots à l'aetrayel. Que ce n'est pas vrais ? De toute façon, Kaëlyra n'a rien compris à cette histoire. Manger la chair ? Qu'es-ce que ça veut dire ? Se demanda t-elle. C'est ce qu'elle demanda doucement, mais peut-être qu'aucun des deux jeunes hommes n'entendis sa question. Il y eut un léger silence, et le guerrier pencha la tête sur le côté, en jetant un coup d’œil en direction de l'arène. Puis il se tourna vers Kaëlyra et lui dit :

- « Haaaa ! Continuons cette discussion en marchant. Pendant que j'y pense, si vous me le permettez, aetrayel, je suis curieux de savoir votre nom. Vos actes respectables parlent d'eux même et je serais curieux de mettre un nom sur la personne, plutôt l'héroïne ayant sauvé Lumen. De plus, j'imagine qu'elle désire aussi elle même le savoir. »

Kaëlyra se sentit troublée par ce mot; elle n'avait rien d'une héroïne. Elle avait échoué à sauver l'Edsere qu'elle protégeait par le passé. Elle avait échoué à le sauver de lui même et de son démon. Guérir quelqu'un, n'importe quel Aetrayel pouvait le faire, mais vaincre un démon, elle en avait été incapable. Le guerrier la regarda encore un instant en souriant timidement, puis il se tourna légèrement en direction de l'arène. Kaëlyra hésita un instant, mais portée par ce sentiment heureux qu'elle ressentait envers cet Edsere, elle décida d'abandonner sa garde près de l'entrée. Cela avait été un réflexe, de rester près des portes, comme pour les garder, mais un réflexe plus ou moins inutile, compte tenu du fait qu'il y avait déjà des gardiens. Ils se mirent donc en marche tous les deux, tranquillement, accompagnés de Kiza sur les larges épaules du guerrier.Tout en marchant, ce dernier jetta un regard à l'aetrayel, comme attendant sa réponse.

- « Je ne suis pas une héroïne » dit Kaëlyra, formulant tout haut sa pensée. « Je ne suis qu'un bien petit aetrayel, qui d'ailleurs ne vaut pas grand chose en combat. J'ai échoué à sauver quelqu'un par le passé, aussi je ne suis vraiment rien d'admirable. »

En disant cela, son regard tomba vers le sol, et ses longs cheveux brun glissèrent et dissimulèrent son visage un peu troublé. De toute façon, elle était bien plus petite que le guerrier, celui ci ne devait donc pas voir son expression. Puis elle reprit doucement :

- « Je m'appelle Kaëlyra Leen Kaëlle. Vous savez que je suis un aetrayel, parce que vous m'avez vue durant la bataille à Fruïan. J'étais pour ainsi dire forcée de me montrer en tant qu'Ange, j'avais besoin de mes ailes. Par bonheur, peu de personnes m'on remarquée; je préfère que ma nature reste secrète, j'ai le sentiment que c'est ainsi que je pourrais aider le mieux possibles les Edseres. Parce que malgré que j'ai échoué à sauver l'un d'entre eux, cet échec ne signifie pas que ma vocation peut cesser. L'amour de l'Humanité fait partie de ma nature, de la nature des Aetrayels. »

Kaëlyra se sentait un peu assombrie, triste et abattue par ce souvenir, et de l'avoir évoqué dans ses paroles, mais elle avait confiance en ce guerrier et son compagnon. Elle savait qu'ils étaient de bonnes personnes, à qui elle pouvait se confier.

970 Mots, Texte 6:
 


Dim 11 Juin - 19:51
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Il y eut un silence avant sa réponse. Quelque chose de gluant, les emprisonnant toutes les deux dans une sphère qui bloqua toute l’effervescence qui animait les gens autour d’elles. Un peu comme si l’espace s’était courbé et le temps suspendu. Intérieurement, le torrent remuant Fyn s’était tari, remplacé par une substance visqueuse qui macérait dans son bas-ventre. Et chaque fois qu’elle posait les yeux sur la Reine, un reflux jaillissait jusque dans sa gorge et alla même jusqu’à lui piquer les yeux. Elle fut tentée de briser ce vide qui la mettait de plus en plus mal-à-l’aise mais se ravisa à chaque fois. Quand la Reine s’excusa, elle ne comprit pas. A peine une question fleurit dans son esprit que sa compagne se levait en lui demandant simplement de la laisser tranquille.

Fyn la regarda s’éloigner, incapable de rassembler l’énergie suffisante pour se lever. Les mots passaient dans son esprit à travers un tamis tellement serré qu’il lui fallut plusieurs longues secondes pour assimiler ce que la Reine venait de lui dire. A mesure que les phrases prenaient sens, que tout s’organisa pour rejoindre la situation concrète et que les conséquences lui apparurent plus clairement, Fyn se redressa d’un bond en criant.

-Eh ! Mais non !

La cascade s’était remise en marche. Elle était moins chargée en allégresse mais tout aussi puissante et volontaire. Comme une lance, Fyn déchira la foule en ligne droite, suivant très distinctement la nuque de la Reine devant elle. A peine était-elle à portée qu’elle bondit en avant, la main fermement agrippée sur son poignet.

-Attends ! S’il te plait !

Dans un mouvement souple, elle fit pirouetter la Reine tout en se décalant pour l’avoir bien en face d’elle.

-Mais ça va pas ? Qu’est-ce que ça veut dire ça ? Que je dois te laisser partir comme ça sans rien faire ? Qu’il faut que j’oublie tes larmes en me persuadant que tout ira bien une fois qu’on se verra plus ? C’est pas possible ça ! Je fais pas les choses comme ça, moi !

Elle avait fait vrombir l’air d’une seule traite, sans prendre un instant pour respirer. A la fin, la tête lui tournait et de drôle de petites lucioles gigotaient dans son champ de vision. Elle lâcha la main de la Reine pour se frotter l’arête du nez et recentrer son attention. Puis elle tira une ligne droite pile dans les yeux de sa compagne.

-Je m’en fiche de ma bague. C’est pas ça qui est important. Je peux en avoir plein des comme ça avec une pierre dessus. Mais des comme toi, y’en a qu’une seule alors… voilà.

Elle croisa les bras et bouda.

-Et en plus elle était pas belle.

La pression redescendit d’un cran, ce qui permit à Fyn de reprendre son souffle. A courir dans tous les sens comme ça, elle commençait presque par en avoir mal aux pieds. Elle détourna le regard, suivant mollement du regard un petit enfant qui promenait un chien tout blanc et tout boudiné, avant de se tourner à nouveau vers la Reine, plus relâchée.

-Je voulais pas te crier dessus, pardon. C’est juste que… J’aime pas qu’on me dise des choses comme ça. Ça me donne juste l’impression de regarder un bateau couler sans rien pouvoir faire.

Elle renifla un coup puis sourit.

-Enfin je sais qu’on se connait pas encore toutes les deux mais… Je te demande pas de me raconter ce qui va pas ou si j’ai dit quelque chose de mal, mais je veux pas non plus te laisser comme ça après ce que j’ai vu. Voilà.

Post 5, 597 mots:
 
Dim 11 Juin - 20:58
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1119

Synkaalia

 
Joueurs VS Bestioles


     
           

         

Lien de l'événement
Venez participer à la prochaine vidéo..
 

  © Vàsa    
X          
           
Vidéo de l'Event

 Calyarell semblait absente. C'était ce que sa posture inspirait la plupart du temps : assise, les jambes croisées et le coude posé sur le genou le plus haut pour poser son menton sur sa paume, elle avait l'air songeuse et totalement perdue dans ses pensées. Généralement, il ne fallait pas s'y tromper : Calyarell était toujours consciente de la situation dans laquelle elle se trouvait, et si elle avait l'air ailleurs, il ne fallait surtout pas exclure le fait qu'elle réfléchissait à cent à l'heure à milles choses en même temps.

Actuellement, toute son attention était sur l'arène et les personnes qui y pénétraient ou s'y installaient. Tout en scrutant attentivement les gradins, les allées comme les entrées, elle rendait leur salut aux personnes et groupes qui descendaient dans l'arène pour lui transmettre leurs salutations. C'était généralement des familles importantes, des petits groupes représentant d'autres races... Elle veillait à n'en oublier aucun. Si cet événement était une fête typique chez les Ashrynes, elle était aussi une occasion de s'illustrer face aux autres races. Et de ce côté-là, Calyarell appliquait la politique de rigueur : une neutralité absolue.

Elle comptait sur ses subordonnés pour la prévenir de la quelconque présence d'un représentant de telle ou telle race pour pouvoir aller le saluer personnellement une fois qu'elle aurait lancé les festivités. On vint d'ailleurs lui annoncer quelque chose, au moment précis où ces pensées-là avaient caressé son esprit. Mais ce qu'on lui appris n'était pas vraiment prévu.

« Hm, c'est une nouvelle aussi réjouissante qu'étrange, » répondit-elle à son majordome une fois qu'il eut fini de lui glisser ce qu'il avait à lui dire dans l'oreille, « je m'occuperais de ça en temps et en heure, pour peu que ça nécessite mon intervention, ce que je ne pense pas être le cas. Vous m'indiquerez ces individus quand ils feront leur apparition. Pou l'heure, il va bientôt falloir commencer la fête. Qu'on m'apporte la liste. »

Le majordome s'exécuta après avoir acquiescé sans rechigner d'un simple signe de tête. IL revint en quelques secondes avec un parchemin entre les mains, qu'il tendit à la Nethlen. Cette dernière lut un instant le papelard qu'on venait de lui fournir, puis se leva. Elle se mit bien droite et fit signe à l'orchestre positionné un peu en contrebas de sa loge. Celui-ci se mit alors à gronder, avec une musique basée sur énormément de trompettes et de percussions. Cela signifiait que Calyarell allait faire en sortes d'attirer l'attention et de faire comprendre à ses invités ici présents que tout était sur le point de commencer. Une fois qu'elle eut obtenu un silence quasi absolue, elle prit la parole.

« Tout d'abord, je tiens à vous souhaiter à tous, peuple comme étrangers venus nous rendre visite, la bienvenue sur le domaine des Ashrynes ! J'espère que vous avez fait bonne route jusqu'à notre chère cité de Synkaalia. »

Elle fit un geste des bras pour saluer la foule, autant avec élégance qu'avec chaleur, et reprit :

« Les festivités vont commencer. La première partie de ce tournoi opposera de valeureux guerriers contre des créatures diverses peuplant le monde. Les règles sont extrêmement simples : vous êtes priés de ne pas les tuer, à moins d'une extrême urgence pour votre propre vie. Les Ashrynes souhaitent démontrer leurs capacités au combat et non leur goût pour la tuerie. La mort ne surviendra qu'en tout dernier lieu si nécessaire. Le fait de stopper son adversaire sans avoir à lui porter le coup fatal est une preuve de grande maîtrise de soi et de ses capacités. »

Elle déroula le parchemin, le regarda une dernière fois très rapidement et le rendit à son majordome, qui disparut derrière les rideaux de l'entrée de sa loge.

« Toutes les personnes s'étant inscrites à ces premiers combats sont priés de se rendre immédiatement dans l'arène. Vos adversaires et pour certains, coéquipiers, vous seront communiqués. À partir du moment où vous serez prêts à combattre, vous serez assignés à une zone de l'arène, délimité par une barrière magique presque invisible, afin que chaque combat n'empiète pas sur un autre. Veillez à prendre note de cette dite zone au risque de finir acculé contre le mur et dans une très mauvaise posture, ce qu'aucun de nous ne souhaite pour qui que ce soit. »

Symboliquement, Calyarell fit un pas en avant et souleva délicatement une épée posée là devant elle, sur des coussins en satin rouge.

« Je déclare ouvert le tournoi de la cité de Synkaalia ! Puisse votre chemin être sans encombres et vous mener là où vous le souhaitez ! »

Après cette typique phrase Ashryne, Calyarell reposa délicatement la lame à sa place et prit place sur la trône, attentive à toutes les personnes qui étaient en train de descendre dans l'arène.

 
Explications


 
Courte description des lieux :
 

Rappel des règles :
 

Participants aux combats PNJ/animaux + détails duels :
 

Nous voici entrés dans la phase des combats de joueurs contre des bestioles. Avant de vous donner vos adversaires, quelques règles énoncées dans mon post au-dessus :
- Les combats se passent en même temps dans l'arène.
- Une zone magique délimite chaque lieu de combat ainsi personne n'empiète chez l'autre, faites néanmoins attention à ne pas finir acculer contre le mur magique à la merci de la bestiole qui se bat contre vous...
- J'ai fait des groupes pour ceux qui m'ont exprimé le désir d'en avoir.
- Vous pouvez tuer la bestiole, mais gardez à l'esprit que ça doit être la dernière solution de repli. Les Ashrynes veulent faire démonstration de leur goût du combat, non de la tuerie. Vous serez d'autant plus acclamé en mettant la bête hors d'état de nuire sans lui porter le coup fatal (et sans la mettre dans un état catastrophique genre tétraplégique et les deux yeux crevés accessoirement [ou vous aurez les Ashrynes vegans aux fesses]...)
- Pour commencer le combat, très simple. Si vous êtes à plusieurs, attendez vos partenaires évidemment, sinon descendez dans l'arène. Vous parlez à un garde, lui donnez votre identité qui va vous indiquer devant quelle porte se placer et quelle bête vous allez affronter. À partir de là, vous êtes assez libres tant que vous respectez les règles énoncées précédemment.
- Le premier que je vois one-shot la bête ou faire le ouf, je m'énerve et j'interviens IRP si nécessaire o/ Sachez pour l'exemple que j'ai donné un jeune Mortemo au groupe de 3 avec deux niveaux III dedans et que j'ai pris un Basimu pour moi niveau IV mais que je ne vais en aucun cas le one-shot ou le terrasser facilement. On attend là du challenge.


Vous êtes évidemment priés d'aller voir la description de votre bestiole dans le bestiaire ÉVIDEMMENT.
http://langzyliah.forumactif.org/t13-le-bestiaire

Vasa Celaena Elih > Jeune Mortemo
Ylith Akantha > Basimu
Scylla > Basimu
Solyane > Mangraine
Naya > Skayal
Cyrian > Skayal
Akwa > Mangraine
Kaëlyra > Cas exceptionnel Naelryn (comme convenu du scénario)


© PRIDE SUR EPICODE


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Lun 12 Juin - 20:03
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Il y des choses qu'Anya ne pourrait jamais connaître sans que quelqu'un le lui dise. La couleur des yeux de Cyrian, par exemple, resterait à jamais un mystère tant qu'il ne le lui dirait pas. Et quand bien même… Le principe de couleurs restait un concept terriblement abstrait pour la jeune femme qui était née aveugle. Mais maintenant qu'elle avait laissé parler ses mains, elle avait une image relativement précise de l'apparence du nanthun. Sa voix, les sons qu'il produisait involontairement lorsqu'il se mouvait, lui avait déjà permis de se donner un ordre d'idée de sa stature. Ses étranges caresses lui avaient permis de dessiner son visage dans son esprit…

En tous cas, la jeune edsere était rassurée de constater que ce second baiser avait été tout aussi bien accueilli, même si elle manquait visiblement d'expérience. Cela dit, elle ne savait pas trop quoi faire maintenant. Ce n'était pas tous les jours qu'un soupirant se permettait de telles libertés avec elle, pour ne pas dire que c'était purement et simplement la première fois qu'elle avait un soupirant. Certes, il y avait toutes ces histoires qu'elle-même racontait à un public avide de romances mais entre chanter l'histoire, légèrement améliorée, de deux amants et la vivre, il y avait quelques différences. Et si elle interprétait correctement l'hésitation qui émanait de Cyrian, lui aussi n'était pas certain de la marche à suivre.

La situation fut sauvée par le trop plein d'énergie de Ganat et Kochka qui n'avaient pas cessé de se courir après… La ménestrel eut un léger rire en entendant les piaillements joyeux du golem de pierre, visiblement ce dernier était content pour son maître, à moins que ce ne soit le fait de s'être fait un nouvel ami. Un peu plus gêné par son comportement, le simédia fit une retraite stratégique dans les jupes de sa maîtresse, établissant une distance prudente entre le nanthun et lui. Amusée par son comportement, l'edsere préféra le rassurer d'une caresse plutôt que de lui reprocher son comportement, après tout, ce n'était pas tous les jours qu'il avait l'occasion de se dépenser ainsi sans risques.

La jeune femme se leva à son tour, prête à suivre Cyrian. Visiblement sa remarque, du moins sa formulation, ne l'avait pas gênée. Ce n'était certainement pas le premier à utiliser ce type d'expression et cela ne l'avait jamais dérangée. Elle n'allait pas demander au monde de changer sa façon de s'exprimer juste parce qu'elle était un peu différente des autres.


-Il devrait y avoir une zone réservée pour les personnes comme moi. La jeune femme eut un sourire en coin, il valait peut-être mieux clarifier les choses. Au milieu des autres artistes…

Cela permettait à ceux qui devaient reporter ce qui s'était passé aujourd'hui d'avoir une bonne vue des combats, même si ce ne serait pas des plus pertinents pour elle… Elle avait d'autres façon de percevoir ce qui se passerait dans l'arène… Mais la réelle utilité de ces places réservées était d'avoir les artistes à portée de main si jamais il y avait un souci dans l'organisation des combats. On ne savait jamais ce qu'il pouvait se passer et occuper le publique devenait alors une priorité le temps que tout le monde retombe sur ses pieds…

-Mais vous avez raison, avec le monde présent, il vaut mieux ne pas se présenter trop tard… Surtout si vous voulez avoir le temps de vous échauffer et de connaître un peu le terrain.

Le jeune couple se dirigea donc vers l'entrée des arènes, se déplaçant prudemment dans la foule pour ne pas se perdre… Fort heureusement, ils ne s'étaient pas tant éloignés que cela et ils furent bientôt à même d'entrer, la jeune femme prenant sa place non loin de l'orchestre. Cyrian avait été sage d'écouter son instinct. A peine Anya eut-elle déterminée où elle pouvait s'installer que la musique retentit, annonçant l'intervention de leur Hôte. Elle apprécia le discours rapide et la façon de parler de Calyarell, se l'imageant noble, élégante mais redoutable...

Mais il était temps que les jeunes tourtereaux se séparent. L'edsere avait un travail à faire et le nanthun devait tenir ses engagements... Elle ne put s'empêcher d'enserrer une dernière fois sa main, faute de mieux au beau milieu d'une foule déjà passablement surexcitée, avant de déposer un fugace baiser sur ses phalanges. Bien qu'elle ne le montre pas, Anya était un peu inquiète concernant les combats à venir maintenant qu'elle avait un intérêt personnel en l'un des participants...


-Soyez prudent. Je suis sûre que vous saurez m'inspirer mes prochains vers.


753 mots, post 7:
 
Lun 12 Juin - 20:34
Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: