RP MULTI | Le tournoi de la cité des guerriers

 :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 149


Ces deux femmes étaient étranges. Vàsa se rendait compte qu’il avait manqué de corrections face à sa colère qui ne leur était pas destinée. A croire que c’était toujours au creux des pires moments que tout s’agglutinait pour former une mélasse dont il fallait se dépatouiller. La femme aux cheveux cendrés lui répondue de manière prompte et lui rendit ce qu’il avait semé. Vàsa évacua la tension qui tenait son corps et se relâcha. A la réaction d’Elih, Vargas éclata de rire. L’atmosphère se détendit aussitôt. Elle lui plaisait déjà. « Demoiselle Marendir vous avez parfaitement raison. Je ne suis pas friand non plus de toutes ses manières. Je suis Maitre Kaelan Vargas. Et vous avez bien fait de nous interrompre, il est de notre devoir de faire honneur aux belles dames. » Le Maitre d’Arme fit une légère révérence et reprit assez rapidement. « Je vais vous laisser j’ai de nombreuses choses à faire. Rassurez-vous, nous serons amenés à nous revoir. Je vous laisse entre les mains de notre cher Vàsa et n’hésitez pas à le reprendre si nécessaire. Il a un sale caractère malgré tout c’est quelqu’un de bien. » Le nommé lança un regard noir au Maitre d’Armes qui souriait. Sans plus de cérémonies il dépassa Elih pour sortir. Réduisant son pas il fixa son accompagnante. « Demoiselle Syrkos. » Il connaissait son nom. Sa voix était chaleureuse or l’expression de son visage ne l’était pas du tout. L’espace d’une seconde la Demoiselle Syrkos et le Maitre d’Armes se retrouvèrent au sein d’un échange dont eux seuls seraient témoins. Ses traits exprimaient la méfiance et l’interrogation. Quelque chose clochait et clairement il allait la garder à l’œil. Avec intensité il dévisagea. Cherchant à déterminer ce qui le mettait mal à l’aise. La seconde se brisa et le mouvement reprit. Vargas dépassa le pan de tissu et son corps disparut hors de la tente.

Vàsa soupira.  « Je crains que nous ayons prit un mauvais départ. Nous allons rester ensemble, oui. Vos accompagnants sont d’ailleurs conviés. Et pour tout vous dire…Elih, je vais combattre, tout comme vous. Si vous me permettez de vous appeler Elih, appelez-moi Vàsa. » Il saisit la main tendue et la serra.  « Allez-vous me présentez votre charmante amie ? » L’amie en question était restée en retrait et montrait son désintérêt de la situation. L’Ashryne lui jeta un regard bienveillant ne voulant pas se montrer plus rustre qu’il l’avait déjà été et ce sans raison. Il ouvrit la bouche pour parler à nouveau lorsqu’une voix se fit entendre, provenant de l’extérieur de la tente. « Vàsa ! Je peux savoir pourquoi – » Alors qu’Aerin ouvrait la tente sa voix se brisa. « Oh. » Elle scruta les deux femmes présentes et fit la moue. « Bizarrement à chaque fois que je te laisse seul je te retrouve toujours entouré de femmes. » « Aerin s’il te plait. » L’interpellée fit mine de chasser une poussière invisible sur son épaule. Vàsa lui jeta un regard d’avertissement. En réaction elle leva les yeux au ciel. Fixant son attention sur les deux femmes elle ne prit pas la peine de faire une quelconque révérence. « Je suis Aerin Sigurd. Enchanté de vous connaître. Je suppose que vous allez toutes les deux accompagné Vàsa pour le convoi ? » Vàsa la reprit pour donner de plus amples informations. « Comme je m’apprêtais à le dire nous allons entrer dans l’arène avec le convoi de dignitaire. Vous n’êtes bien entendu pas obligée de nous suivre, cela dit il est important pour notre clan de vous avoir à ses côtés. » Sa phrase sous-entendait que c’était mieux et que vu les événements récents la démonstration d’une unité forte était fortement recommandé. Malgré tout que ce soit lui ou une autre personne n’obligerait qui que ce soit. Aerin pria secrètement qu’elle décline l’offre de son ami. « Avant que nous soyons de nouveau interrompu, auriez-vous l’obligeance de me présenter votre amie ? »


Post II - 659 Mots.
Résumé:
 




HAN !!!:
 

Sam 3 Juin - 11:54
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Le compliment fit rougir Anya bien qu'elle doute que Cyrian reste aussi élogieux s'il venait à voir son visage... Ses yeux notamment. La grande majorité des gens étaient gênés par son regard mort et la façon dont elle parvenait souvent à orienter ce regard étrange vers ses interlocuteurs. Ceux qui ne réagissaient pas négativement mettaient tout de même un peu de temps à s'y habituer et leur comportement envers elle en était toujours un peu modifié... Ils se montraient souvent un peu plus prudents et méfiants et il lui fallait souvent trop de temps à son goût pour regagner confiance ou acceptation...

Atteindre une zone un peu moins peuplée fut un soulagement pour la jeune femme... Avec tous les stimuli fournis par la foule, il lui était facile d'être submergée. Dans ces moments-là se déplacer devenait un réel exploit pour elle... Elle n'était pas sûre que ce soit une expérience qu'un voyant puisse comprendre, cela revenait un peu à chercher à prendre de grandes et régulières bouffées d'air alors qu'un vent violent soufflait dans votre sens. Le banc offrait donc une tranquillité relative mais bienvenue, une petite oasis de calme pour la jeune aveugle.


-Oh ! Tout simplement parce que je suis une ménestrel. Je suis toujours à l'affût d'histoires dignes d'intérêts.

Le sourire qu'elle lui offrit soulignait le compliment qu'elle venait de lui faire... Et elle s'abstint de noter qu'elle entendait parfaitement les gargouillements provenant de son estomac. La jeune femme le laissa partir en quête de sa collation, mettant la main sur la tête de Kochka pour s'assurer qu'il ne réitère pas ses bêtises avec le petit golem... Heureusement le simédia se contenta de renifler  en direction de la créature, ne la quittant pas du regard, sa queue remuant furieusement derrière lui. Il mourrait certainement d'envie de le bousculer un peu pour voir comment il réagirait, sans chercher à le blesser bien sûr...

Pendant un instant, la jeune femme se demanda si Cyrian allait vraiment revenir mais la présence de  Ganat la rassurait sur ses intentions. Du moins sur le fait qu'il reviendrait... Anya pouvait se demander pourquoi elle avait accepté aussi facilement de suivre le nanthun, après tout elle ne le connaissait absolument pas, ni pourquoi elle lui faisait autant confiance. Il y avait quelque chose chez lui qui l'intriguait, au-delà de son petit côté charmeur... Son retour fut accompagné d'une bouffée d'une odeur particulièrement alléchante, lui faisant prendre conscience qu'elle aussi avait faim. Elle n'eut heureusement aucun mal à récupérer le pain, appréciant la chaleur et les arômes s'en dégageant...


-Merci ! Oui, c'est particulièrement appétissant !

Ce moment partagé avec Cyrian allait resté longtemps dans sa mémoire comme un bon souvenir de sa petite excursion sur le Continent Diapré... Du moins jusqu'à ce qu'il tende la main jusqu'à sa capuche et qu'il ne cherche à l'abaisser. Une bulle de panique éclata dans son esprit et elle chercha à
attraper des deux mains le poignet du nanthun afin de stopper net son geste. Malheureusement pour elle, la jeune femme avait été mise en confiance par la façon d'être du pirate et elle ne s'était pas attendue à un tel mouvement de sa part...

Elle réagit une fraction de seconde trop tard et, pendant un furtif instant, Cyrian eut un aperçu du visage de la jeune femme. Et à ce moment-là, le regard du nanthun put croiser le regard mort et carmin de l'edsere... Le phénomène était aussi déstabilisant et dérangeant que d'habitude, naissant probablement du paradoxe créée par ce regard éteint et dénué de vie avec le reste de sa personne. L'instant d'après, Anya fermait les yeux, rabaissait vivement sa capuche et se recroquevillait légèrement en s'éloignant de lui. Kochka sauta immédiatement sur le banc, se plaçant entre eux, le dos rond, visiblement prêt à défendre sa maîtresse...


-Non, non, non...

Sa voix était teintée de panique et de regerts... D'expérience les gens réagissaient mal à son regard. Allant du dégoût au malaise, certains étant même devenus violents à son égards, la jeune femme fit le deuil des quelques moments qu'ils venaient de partager. Cyrian allait probablement faire de même et elle ressentit le besoin de fuir avant d'entacher le souvenir de ces quelques instants partagés... Une main crispée sur le bord de sa capuche et la seconde sur son bâton, Anya se leva, prête à être engloutie par la foule proche...

-Je suis désolée...

729 mots, post 4:
 
Dim 4 Juin - 1:37
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 83
L'aetrayel était ainsi près de l'entrée de l'arène; de là, il voyait entrer et sortir quantité de gens. Alors qu'il fixait distraitement la porte, le regard perdu dans le vide plus ou moins, un mouvement et une couleur rappelèrent son attention, et il vit entrer deux nouvelles personnes. Un jeune homme plutôt massif, tout en muscles, blond. Sur  ses épaules était perché un autre jeune homme, plus fin, et tout deux étaient souriants. Kaëlyra les regarda passer sans vraiment être interpellée tout d'abord, puis soudain elle réalisa qu'elle avait déjà vu l'une de ces deux personnes quelque part... Fixant les deux silhouettes qui parlaient et riaient ensembles, elle le reconnut enfin. C'était le guerrier qui lui avait demandé de guérir la chef des gardes, Lumen, lorsque celle-ci avait été blessée, à la fête de Fruïan, où des créatures malfaisantes s'étaient invitées. Les souvenirs de l'aetrayel lui revinrent, tout ce qu'il s'était passé à ce moment là. Des souvenirs plutôt douloureux, mais surtout, importants. Le moment gravé le plus vivement dans son souvenir était celui où elle avait guérit la combattante.

Ici cependant, à Synkaalia, ne brillait pas le soleil. Le soleil était bien loin, on n'en apercevait que quelques éclats par endroit, à travers la roche. Les pensées de l'aetrayel avaient aussitôt volé vers l'Astre. Ce ne serait pas ici, à Synkaalia, que le petit aetrayel guérirait quelqu'un. Les combattants allaient se blesser les uns les autres, volontairement, pour quoi ? Pour la gloire ? Nul n'avait requis les services de l'aetrayel pour s'occuper des futurs blessés qui déambulaient gaiement pour l'heure,  mais quand bien même on lui demanderais son aide... La guérison que pouvait offrir un aetrayel n'était pas la solution, l'issue à tous les maux. Sinon, la médecine Edsere n'aurait pas eu lieu d'exister. S'il suffisait simplement, aussitôt que l'on était blessé, d'appeler un aetrayel, cela se serait su. Un aetrayel n'est pas un objet que l'on utilise sans restriction, c'est ainsi que pourrait s'exprimer la limite.

Aussi, Kaëlyra secourrait les blessés, mais elle ne réparerait pas chaque infime blessure l'une après l'autre. Elle interviendrait seulement si ses soins étaient vraiment nécessaires. Ainsi pensait-elle, un peu gravement, et, quittant l'ombre de quelques pas, elle s'avança dans la lumière. Le guerrier et son compagnon ne l'avaient pas vue. Ils s'éloignaient et il y avait peu de chances, un nombre de chances infimes pour qu'ils se retournent à présent. C'était ainsi. Le hasard avait ainsi fait les choses, ou plutôt, Dieu avait voulu qu'il en soit ainsi. Détournant son regard de l'homme, de cet edsere, elle s’aperçut qu'elle s'était approchée d'une barrière en métal délimitant la route ou l'allée qui menait à l'arène, et avait posé ses mains sur le fer, les serrant un peu. Elle recula à nouveau dans l'ombre. Le vent n'était pas non plus présent, ici sous terre, et tout cela, l'air libre lui manquait. Respirant, elle s'adossa de nouveau contre les gradins, et ses pensées se perdirent vers d'autres horizons, du côté des Iles Azurées, du côté des Aetrayels qui étaient loin d'elle aujourd'hui, en ce beau jour.

512 Mots, Post 3
Résumé:
 


Dim 4 Juin - 9:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 129
Anya tenta alors de m’arrêter et sembla essayer de m’attraper par les poignets mais ne les trouva pas, où alors trop tard. Ma main toucha enfin le tissu de son capuchon que je rabaissai et c’est à ce moment-là que je compris pourquoi elle le gardait baissé. Elle voulait cacher ses yeux rouges carmin, des yeux étranges et déroutants qui semblaient morts et vivants à la fois. Sans pour autant me contrôler, je pense que ma première réaction fut quelque chose mêlant la peur, le dégoût mais aussi la curiosité. Ce n’est qu’une fois ce sentiment passé que toutes les pièces du puzzle se mirent en place. À plusieurs moments, elle avait hésité quand je lui avais tendu la main ou autre chose, à chaque fois elle avait semblé chercher pendant une fraction de seconde ce que je lui tendais. Elle était aveugle, c’était la seule possibilité pour ses yeux et tous les petits détails auxquels je n’avais pas fait attention sur le moment. À mon avis, elle dût percevoir, ou tout du moins se douter de ma réaction.

Cependant quand elle se leva prête à partir, je sentis que quelque chose n’allait. Je ne voulais pas qu’elle s’en aille. Cette peur de la voir partir, peut-importe d’où elle venait, me fit oublier le regard qu’elle tentait tant bien que mal à cacher au monde entier. Il fallait qu’elle reste. Alors à mon tour je me levai et l’attrapai par la main.

Anya, écoutez-moi avant de partir, commençai-je sur un ton dur avant de me radoucir, je sais que je ne suis pas très doué quand il faut parler sincèrement aux gens mais je vais faire de mon mieux. Alors voilà, tout le monde ne pourra pas éternellement vous repousser à cause de vos yeux. Il y aura toujours des personnes qui vous accepterons pour ce vous êtes ce qui comprend toutes les parties de votre corps et votre personnalité. Et je pense pouvoir en faire partie. Surtout que je vous… apprécie sincèrement et c’est réciproque, enfin je l’espère. Alors, si vous voulez me faire plaisir restez, je vous en prie.

Quand je n’eus plus rien à dire, je décidai de me taire pour la laisser réfléchir mais également pour que je puisse y réfléchir. Je ne me rendais toujours pas compte de ce que je venais dire, c’était la première fois que je me livrais ainsi. Après plusieurs minutes, je repris la parole :

Voilà ce que je vais faire, je vais aller faire un tour et dans cinq minutes quand je reviendrai, selon si vous êtes toujours là ou pas, je saurai que vous avez fait votre choix. Me faire confiance ou vous enfuir, puis j’ajoutai en direction de mon Golem, Ganat tu viens, on va faire un petit tour.

À vrai dire, j’avais aussi besoin de réfléchir. Seul. C’était que ses yeux me foutaient un peu la trouille mais il y avait en elle quelque chose de spécial qui me permettait d’oublier ce détail. Voilà ce qu’était la couleur de ses yeux morts mais qui paraissaient si vivant, un détail. Je m’en voulais, ce qui n’arrive pas très souvent, aussi de l’avoir forcée à révéler son secret. Elle aurait de le faire quand elle se sentait prête, tout ça était de ma faute. Il me sembla alors qu’il était temps que je fasse demi-tour pour voir si elle était toujours là. En tout cas, je l’espérais vraiment.

570 mots

Post 4:
 


Dim 4 Juin - 11:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 482
Courir sur des jambes était en vérité bien plus compliqué qu'elle ne le pensait. Pensant être en retard pour le grand événement de la journée, à savoir le tournoi organisé dans la cité de Synkaalia, la jeune Naga aux membres encore frais se devait d'aller vite. Bien qu'elle fût maintenant plus habituée à ses longues jambes, le contraste avec sa nageoire se faisait encore sentir et elle n'était pas particulièrement à l'aise. Mais le principal était qu'au fur et à mesure du temps la douleur disparaissait. La jeune femme aux cheveux noirs pouvait donc enfin se dispenser de son meilleur ami, l'homme-renard Umi, pour se déplacer dès qu'elle le souhaitait. Malheureusement cela ne l'empêchait pas de tomber presque tout le temps. Le regard surpris des gens ne lui était donc pas rare.

Mais tout en essayant d'oublier la légère gêne qui lui parcourait les jambes, Ara commença à descendre dans les profondeurs de la cité, guidée par les nombreuses indications. Son chemin ne fût pas bien long et rapidement l’arène se montra à elle dans toute sa puissance. Les alentours étaient éclairés par des cristaux, donnant une apparence semblable au soleil dans ces souterrains. Le lieu était empli d'une forte énergie, comme si l'envie de se battre des futurs combattants imprégnait l'endroit dans ses moindres recoins. La jeune femme lança un regard vers le lieu des futurs affrontements et ne put retenir un léger frisson. Elle était bien heureuse de ne pas se retrouver à l’intérieur au moment où les choses allaient devenir sérieuses. La jeune Naga n'aimait pas se battre et ne le faisait qu'en cas d'extrême urgence, comme rencontrer un membre de sa race.

Dans tous les cas, la jeune femme pouvait se sentir heureuse de ne pas à avoir à affronter quelqu'un ou quelque chose dans cette arène. Mais elle ne pouvait s'empêcher d'un un peu triste. Venir ici toute seule n'était pas dans ses intentions, mais son meilleur ami et pratiquement frère, Umi, n'avait pas pu se libérer pour venir avec elle. Voilà pourquoi la pauvre Naga aux cheveux noirs se retrouvait toute seule dans un lieu qu'elle ne connaissait pas. Mais cela pouvait être une bonne occasion de se faire de nouveaux amis ? Et peut-être que quelques-unes de connaissances qu'elle s'était faites se trouvaient ici en ce jour ? Quoi qu'il en soit elle décida de faire le premier pas. Cherchant une place pour pouvoir regarder confortablement le spectacle, elle décida de se mettre assise à côté d'une autre jeune femme. Celle-ci avait de très beaux cheveux bruns et des oreilles d'une longueur étrange. Il lui semblait qu'Umi lui avait déjà parlé de personnes ayant des oreilles semblables mais elle ne s'en souvenait plus. Mais peu importe, prenant son courage à deux mains, elle décida d'engager la conversation. « Bonjour, vous aussi vous venez assister au spectacle n'est-ce pas ? » Mais quelle question idiote ! Si elle se trouvait là bien sur qu'elle venait voir les combats. Tout en essayant de cacher son embarras, Ara lui adressa son plus beau sourire, tout en espérant qu'elle ne voyant pas la goutte de transpiration couler sur son front.


Mots : 522

Post n°01:
 


Absence complète du 10 au 24 Juillet


I love you <3:
 
Dim 4 Juin - 11:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lië'ja - Zorel - II
Parchemins : 53
Coincé entre l’index et le majeur de la Lië’ja, le pendentif doré reflétait quelque peu la lumière que prodiguaient les cristaux. Si les yeux de la jeune femme se furent un temps perdus dans l’architecture des lieux, ils se dirigèrent ensuite vers la haute personnalité de Synkaalia annoncée plus tôt par moult instruments : la reine Calyarell elle-même. Par la hauteur de sa position pouvait-elle aisément la voir, ou pour parler en des termes plus appropriés, l’admirer. Elle trônait là, rayonnante, ayant saluée la foule depuis quelques temps déjà… Face à telle stature, Estë ne put que baisser la tête de nouveau, laissant entendre une expiration puissante.

Du mouvement se fit sentir à ses côtés. Elle rapprocha la sacoche de son corps par reflexe, ne laissant ses pupilles en survoler la source qu’ensuite. Une simple spectatrice venait de prendre place à sa droite, rien de plus… Ses muscles se détendirent et ses yeux en revinrent au centre de l’arène. Longue chevelure noire, poignets fins, silhouette élancée. Ses yeux sont… Se vouant alors à ce qu'il serait d'un jeu pour passer le temps, elle tentait de visualiser les détails du physique qu’elle eut perçu de son bref coup d’œil. Certains arrivèrent à lui échapper ; le questionnement la poussa à ne pas lâcher son pendentif qu’elle se fut mise à tapoter. Ses yeux… Tandis qu’elle tournait le regard en direction de sa voisine pour obtenir discrètement une réponse, celle-ci lui adressa la parole au même instant.

Le tapotement de ses doigts cessa, ses yeux fuyant vers les gradins inférieurs. « Oui. » Répondit-elle sèchement par instinct, prise par surprise. Ce mot dit, elle fronça quelque peu les sourcils, lâchant soudain son pendentif pour réaliser un léger balayement de la main. Elle se rendit compte que ses lèvres l’eurent trahie. « Enfin… Non, pas vraiment. Mon frère m’a dépêchée ici pour une besogne, sans prendre la peine de m’accompagner. ». Cirth devait tenir la boutique, certes, mais il lui fallait bien râler à son propos de temps en temps. Son sourire, envoûtant. La Lië’ja soupira, passant la paume de sa main droite contre sa nuque pâle. Profitant de ce geste pour enfin tourner la tête en direction de celle qui avait décidé de lui tenir compagnie, elle laissa sa mâchoire finement taillée reposer contre le dos de sa main. Ses lèvres ne dessinèrent pas plus un sourire qu’avant, s’il n’en était un imperceptible, mais au moins ses traits se dévoilaient-ils amicaux. « Mais disons que je suis venue assister au spectacle, si cela me permet de profiter plus longtemps de votre compagnie. ».

Bleus… Un bleu lumineux, étrange, semblant piéger quelque autre teinte. Mon regard croise le sien le temps de mes précédentes paroles, mais il le fuit ensuite pour se perdre en quelque autre attribut de son visage. Je tente de combattre cela, y parvenant lorsque viennent les suivantes. « Avant que je n’oublie… Estë Falhya, je viens d’Eleshyë. ». Aucune paume déployée ne fut tendue en guise de salutation. Estë se contentait de la regarder amicalement, sa main glissant le long de son cou jusqu'à ses jambes, ce pour se reposer sur celle s'y trouvant déjà présente. Le dos de sa main gauche ressentait les frottements du pouce de l’autre.


Post II, Mots : 545
Spoiler:
 


Lun 5 Juin - 20:32
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
La foule commençait à se faire de plus en plus épaisse et à s’agiter. Cette impression était probablement due au fait que la foule commençait peu à peu à se précipiter en direction du Colisée et des divers stands par ici et par là dans le but de s’alimenter avant le début de combat. Je ne fis pas exception, toujours accompagné de Kiza sur mes épaules, je visitai quelques présentoirs en achetant quelques produits par ici et par là. Inutile de préciser que la majorité de mes produits achetés étaient de la bière pour moi et mon compagnon. À mon plus grand désarroi, à force de me promener, je ne reconnus que très peu de visages me semblant familier. Peut-être que l’effet de la foule était trop important, ou le fait que je ne connaissais réellement que très peu de personnes ce qui m’attrista légèrement. Malgré tout, ma tristesse fut de courte durée alors que je sentis Kiza s’agiter légèrement sur mes épaules, désirant visiblement me dire quelque chose. Je levai les yeux en sa direction en haussant les sourcils. Le naga se contentai de sourire timidement en se grattant le crâne.

- Hé ben… Cette bière, elle était bien bonne, mais elle doit bien sortir ! On devrait aller dans un coin plus tranquille.

Je regardai devant moi en roulant légèrement les yeux. Je ne rajoutai aucun commentaire, après tout, il n’y avait simplement rien à rajouter. Je repris alors ma marche en direction d’un coin qui se montrerait plus tranquille. Après plusieurs minutes, Kiza me chuchota à l’oreille qu’il y avait des tentes au loin, visiblement presque inoccupées. Je me dirigeai dans cette direction sans grand problème. Le coin était plutôt reculé et il était beaucoup plus facile de se déplacer. Ne désirant visiblement pas attirer l’attention sur nous, je descendis Kiza de son siège en lui pointant une tente d’un geste du menton. Je l’accompagnai jusqu’au derrière de la tente ou je me détournai pour surveiller que personne n’avançait davantage. Alors que j’entendais patiemment les bras croisés, des paroles venant de l’intérieur la tente se glissèrent à l’intérieur de mon oreille. Je plissai les sourcils en me penchant légèrement dans le but d’en entendre davantage. Ne comprenant qu’une partie de la conversation, je tentai de comprendre de quoi ces personnes parlaient. Apparemment, un convoi important, nécessitant une bonne protection, était en route pour une destination. Je me grattai légèrement la barbe en tombant dans mes pensées.

'' Un convoi important à protéger, intéressant et probablement prometteur en regardant les évènements. Je suis curieux, mais pas de quoi me mettre dans le pétrin, ce serait dommage de ne pas assister personnellement au Colisée… De toute façon, les Ashryns sont bien assez têtus et résistants pour protéger une boite. ‘’


Je riais légèrement en me détournant, visiblement Kiza avait terminer ce qu’il avait affaire. Il marcha en ma direction en me regardant, visiblement hâté de me dire quelque chose. ''

- WOW ! Si t’avais vu le déluge, ça en aurait mis pleins les yeux d’un Nagas !


Je me tapai le front en descendant lentement ma main sur mon visage. Kiza me regarda les yeux grands ouverts, se questionnant visiblement sur ma réaction. Je lui fis signe de se taire du doigt avant de regarder la tente, pour lui faire comprendre la situation. Voyant visiblement qu’il avait compris, en se fiant a ses hochements de tête de haut en bas et sa main devant sa bouche destinée à étouffer ses rires, je me détournai en m’abaissant légèrement. Kiza monta silencieusement sur mes épaules et repris sa position d’origine. Sans attendre d’avantage, et sentant une soudaine agitation avec une voix féminine, je me dirigeai à travers la foule, sans regarder à l’intérieur de la tente. Cette fois-ci, je me dirigeai automatiquement en direction du Colisée en restant dans mes pensées. Le trajet se déroula sans problème et à ma connaissance personne n’était sur mes pas. Après quelques minutes, je m’arrêtai quand même soudainement en regardant l’entrée du Colisée. Bizarrement, une sensation étrange m’envahit et des souvenirs de l’ancienne fête me remontèrent à l’esprit. Par mesure de sécurité, je regardai derrière moi en espérant de pas voir de vampire ou de bête énorme gâchés le beau début de cette fête. À mon plus grand soulagement, seule la foule et les rires répondirent à ma légère crainte. Je croisai un regard qui me sembla soudainement familier au travers de la foule. Visiblement intrigué par cette impression, je penchai légèrement la tête sur le côté pour regarder la personne à qui appartenait son regard. Après quelques secondes, son visage me remonta soudainement à l’esprit et je me dirigeai en sa direction. J’arrivai rapidement en sa rencontre et je lui souris timidement en me baissant légèrement, en signe de politesse et de présentation.

- Hey bien, je suis heureux de vous apercevoir ici. Encore merci pour la dernière fois, moi et des centaines d’edseres vous sont reconnaissants. Sans compter Lumen, qui, j’imagine, est la plus heureuse dans cette situation.

Voyant visiblement que mon partenaire sur mes épaules ne comprenait pas, je tapotai doucement l’épaule droite de l’ange avant de lui montrer la mienne à mon tour, légèrement pâle suite à une cicatrice.

- J’ai eu du mal à vous reconnaitre sans votre flèche plantée dans l’épaule, dans mon cas, je n’ai pas été épargné non plus. Étrangement, c’est le même bras ! Et au faite Kiza, c’est l’ange qui a sauvée Lumen, tu sais, je t’en avais parlé, avec le Mortemo et les cadavres vivants.

Je regardai vers le haut pour remarquer que le visage de Kiza s’illuminait, visiblement toujours intéresser par cet événement que je lui avais raconté. Il se pencha légèrement et tendit la main en direction de l’ange, en souriant de toutes ses dents. Dans mon cas, je me contentai de rigoler légèrement aux vues de la situation.

part 2 & 977 mots:
 


Mar 6 Juin - 5:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
La jeune femme n'avait plus qu'une idée en tête, se perdre dans la foule et retourner vers les arènes. La panique, et des années à subir les mêmes réactions, obscurcissaient son jugement... Dès qu'elle sentit la main se refermer sur la sienne, la jeune femme se tendit, s'attendant à être violemment tirée en arrière, voir pire. Kochka gronda doucement, signalant ainsi à Cyrian qu'il avait tout intérêt à faire attention à ce qu'il comptait faire... Si le simédia n'avait pas attaqué dès son premier mouvement c'était uniquement parce qu'il se reposait sur son instinct et ce dernier lui soufflait que le nanthun était dénué de mauvaises intentions...

Mais si l'edsere s'était figée, elle ne chercha pas non plus à se libérer. Prenant une grande inspiration pour essayer de retrouver un minimum de sang-froid, elle laissa une chance aux paroles de Cyrian de passer outre le nuage de panique. Ce type de réaction était tellement rare qu'elle ne savait jamais comment y répondre. Elle en était venue à trouver violences et insultes plus naturelles qu'ouverture d'esprit et acceptation... C'était la triste réalité de ses expériences qui était marquée au fer rouge dans son esprit. Elle apprenait qu'il existait des gens réagissant autrement mais c'était un processus long et difficile. On effaçait pas aussi facilement des années de mauvais traitement...

La gorge serrée, encore indécise, la ménestrel ne put répondre qu'avec un mouvement un peu brusque de la tête. Elle regretta immédiatement le contact de sa main lorsque le nanthun s'éloigna accompagné de son golem... Bien qu'elle soit au milieu d'une rue animée et que Kochka soit à ses pieds, jamais la jeune femme ne s'était sentie aussi seule. Le simédia, plus que jamais conscient des troubles de la jeune femme, se frottait sans cesse à ses jambes afin de lui remonter le moral. Après quelques secondes d'hésitation, Anya se laissa tomber sur le banc, cachant son visage entre ses mains afin d'essayer de se couper un peu mieux du reste du monde. Elle avait besoin de calme pour réfléchir et se ressaisir...

Cyrian n'avait pas du tout réagi de la façon à laquelle elle s'était attendue. Ses yeux l'avaient surpris, elle l'avait senti, mais il n'avait pas exprimé de dégoût ou de révulsion comme certains l'avaient fait par le passé. Ces temps-ci elle avait remarqué qu'elle rencontrait des réactions moins négatives qu'avant... Pas forcément positives, tout le monde avait besoin d'un temps d'adaptation, mais elle avait noté une certaine amélioration. Cela venait probablement du fait qu'elle présentait mieux qu'à l'époque où elle vivait dans la rue ou à l'orphelinat. La jeune femme avait ainsi le temps de parler un peu avec son interlocuteur. Peut-être que cela leur donnait l'occasion de « voir » qui elle était au-delà de ce regard dérangeant... ?

Et puis il y avait quelque chose de spécial qui l'intriguait chez le nanthun. Elle lui avait rapidement fait confiance et avait apprécié le peu de temps qu'elle avait passé avec lui. C'était un peu comme avec Yanos où, là aussi, la confiance s'était très rapidement installée. Pour autant, contrairement au cas de l'aetrayel, elle n'avait pas l'impression de déjà connaître Cyrian et il n'éveillait pas de vieux souvenirs en elle... L'expérience était différente avec lui. Elle pouvait se lever maintenant et continuer comme elle l'avait fait pendant des années, garder un bon souvenir de cette courte rencontre et ne pas plus s'impliquer. Ou elle pouvait prendre un risque et voir ce qu'il en résulterait...

Anya se redressa finalement, bien qu'elle réajuste prudemment sa capuche... Le dos droit, elle essayait de ne rien montrer de sa nervosité mais elle avait finalement décidé de faire confiance à Cyrian et d'attendre son retour...


612 mots post 5:
 
Mar 6 Juin - 21:23
Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: