Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


RP MULTI | Le tournoi de la cité des guerriers

 :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Elih Marendir
avatar
Elih Marendir
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1547
A l'annonce de sa compagne, malgré sa curiosité envers son nouveau peuple, Elih n'eut qu'une seule réaction : avaler sa salive. Bien sûr, elle ne craignait pas la compagnie de l'enfant de Celaena, mais elle connaissait sa rancoeur envers sa personne, et leur relation n'était pas au beau fixe. Aussi, elle croisait les doigts pour que celui qu'elle venait de rencontrer ne la laisse pas seule avec la petite : l'Ashryn détestait les moments de malaise, bien que le silence apparaissait comme une douce mélodie à ses oreilles. Aujourd'hui, tout serait mouvementé et tumultueux, à n'en point douter. Le sang allait jaillir des plaies des blessés, la Nethlen féliciter les plus valeureux Ilguerriers.. De toute évidence, elle n'en ferait pas parti. Alors qu'elle se rapprochait d'une table pour s'y reposer quelque peu, elle manqua de trébucher sur le vide : ses jambes étaient trop fortes, trop rapides. Elle ne maîtrisait point son équilibre et encore moins la puissance des ordres qu'elle distribuait à ses nerfs encore endommagés par la transformation. Elle aussi, combattrait, mais était-ce vraiment une bonne nouvelle ?

Elisabeth ne se défilait devant aucun défi, et elle espérait au moins ne pas se retrouver contre la Mort incarnée, car elle n'était pas encore  prête à se suicider en sautant dans la gueule du loup. Puis elle ne put s'empêcher de rire doucement à nouveau quand l'individu dans le fond de la tente leva la voix. Celui-ci n'avait pas sa langue dans sa poche, et vu l'état dans lequel elle se trouvait, ce n'était pas pour lui déplaire. « S'il a mauvais caractère, alors nous ferons une bonne paire. ». Et quand il s'éclipsa, la demoiselle posa à nouveau son regard sur Vàsa. Il l'intriguait, et c'était peu dire. Tout dans sa gestuelle inspirait le respect mais également la fermeté, et ses yeux émeraudes manquaient de la mettre mal à l'aise chaque fois qu'elle les croisait. Le peuple Ashryn lui plaisait déjà, si on lui demandait, et cette unique pensée lui secoua tant le cerveau qu'elle mit quelques secondes avant de se rendre compte qu'une troisième personne était entrée dans la tente.

« Petite »
fut le premier mot qui traversa l'esprit d'Elisabeth. Malgré ses grands airs et sa voix plus que désagréable, l'inconnue n'en imposait pas tant qu'elle l'aurait voulu. En effet, la jeune femme à la chevelure cendrée la dépassait bien de dix bons centimètres, mais ce n'est pas pour autant qu'elle pouvait se permettre de mauvaises manières. « Elih Marendir, ravie de faire votre connaissance, Aerin. ». Elle se fichait bien de la manière dont elle devait s'adresser à la demoiselle : tous étaient logés au même tarif. Elle se retint de faire une remarque cassante, même si l'envie ne lui manquait point. Au fond, elle sentait qu'elle pourrait peut-être s'entendre avec cette jeune fille : elle aimait ceux qui ne se laissaient pas faire et qui ne manquaient point d'autorité et de cynisme. Tout concordait, mais il arrivait que le plan ne soit pas suivi à la lettre, aussi elle décida de laisser le sort faire quant à leur entente. Il n'y avait rien de plus fiable que le hasard.

« Je serais honorée de vous accompagner lors du convoi, vous vous en doutez bien. Ne vous en faites pas, je ne vous embêterais pas bien longtemps. ». Elle fit un vague clin d'oeil à l'inconnue, presque taquine. Et avec un naturel presque déconcertant, elle prit la main de Celaena pour la faire avancer, plus peut-être pour la rapprocher d'elle. Son contact l'électrisa à nouveau, et une douce sensation parcourut tout son être. C'était étrange. Quand elle se trouvait loin, elle lui manquait. Quand elles se touchaient, elle ne voulait plus la quitter. Pourtant, elle aurait du s'habituer à cette sensation si agréable, mais ce n'était pas le cas. Et c'est dans cette soudaine prise de confiance qu'elle poursuivit la discussion, plus détendue. « Je vous présente Celaena. Une.. ». Elle sembla hésiter, cherchant ses mots. Amie ne la définissait pas, mais avait-elle réellement un terme qui définissait leur relation ? Elle haussa vaguement les épaules. « Proche. ». Et elle baissa les yeux vers la gamine. Elle préférait, par contre, la laisser se présenter seule, ou tout du moins attendrait que sa compagne le fasse à sa place. « Je ne suis pas familière avec vos  - pardon, nos - coutumes, aussi je tiens à en apprendre le plus possible lors de ce tournoi. ». Elle sourit, doucement, alors que les bruits en dehors de la tente s'intensifiaient de plus en plus, et que ses doigts caressaient le poignet de Celaena, machinalement. « Montrez-moi ce qu'il en est. ».
770 mots
Post III - Résumé:
 



So, what if I'm addicted ?:
 
Raptor Jéselih:
 
Elih Marendir
Mer 7 Juin - 11:02
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Alors que je me rapprochais du banc en question, mon cœur battait de plus en plus vite. Le stress de savoir si elle était toujours là me rongeait. Ce qui était nouveau pour moi, je n’avais jamais ressenti ça pour quelqu’un auparavant. Mais je dois bien avouer que c’était plutôt agréable. Enfin, après avoir tourné dans la rue où se trouvait le lieu de rendez-vous, j’eus ma réponse : elle était toujours là. Elle m’attendait, assise sur le banc. Je pouvais même presque ressentir son appréhension sur mon possible retour. Une chose était sûr, je fus enfin apaisé et sans trop savoir pourquoi, la voir là me calma.

Je m’approchai alors d’elle le silencieusement possible d’elle et m’assis sur le banc. Sans réfléchir, je pris alors sa main dans la mienne. Elle était chaude et douce. Je dois bien avouer que c’était plutôt agréable.

Alors tu es toujours là, chuchotai-je en me penchant vers elle.

À côté de moi, je vis Ganat qui sautait de joie comme s’il se réjouissait pour moi. C’était à la fois étrange et touchant de sa part. Voyant qu’il ne voulait pas se calmer et qu’en plus il attirait des gens qui nous regardaient bizarrement, je décidai d’intervenir. Et après quelques mots de ma part, il décida enfin de se calmer ce qui nous arrangea. Cependant, il ne restait quand même pas en place et n’arrêtait pas de courir partout et surtout après Kochka. J’avais du mal à deviner si pour eux c’était un jeu ou pas mais connaissant mon Golem, je savais que ce n’était pas intentionnellement méchant. Un peu comme quand il a renversé Anya…

Je ne pouvais m’empêcher de penser à une chose : Anya. La belle Anya aux yeux si étrange. Et pourtant, selon moi cela ne gâchait en rien son magnifique visage. Malheureusement pour moi, je n’avais eu qu’un instant fugace pour pouvoir l’observer. Mais cela avait suffi à convaincre mon cœur que je devais me battre pour elle. Ma raison, elle, ne savait toujours pas pourquoi. Cela faisait tout au plus une heure que nous nous connaissions et la logique aurait voulu que nous apprenions à nous connaitre, à nous découvrir avant d’aller plus loin. Mais quand il est question d’amour, la logique n’a plus aucun sens. La preuve, je n’agis jamais comme ça. Malgré tout, une chose était sûr, tout allait très vite et je ne savais pas si j’allais pouvoir suivre.

Soudain je fus pris d’une pulsion. Une pulsion presque animale et spontanée. Je me penchai encore une fois cette fois-ci, ce n’était pas pour lui parler. Mes lèvres frôlèrent les siennes avant de s’y poser. Elles étaient douces, tout comme ses mains mais ce n’était pas la même chose. C’était à la fois intense et génial. Je ne savais pas trop quoi en penser mais une chose était certaine, cela me fit du bien. Pour une fois, je réussis à montrer mes vrais sentiments sans les cacher ou les modifier. J’espérais juste une chose, qu’Anya ressent la même chose. Que pour elle, il se passe la même chose dans sa tête. Alors après quelques instants de pur bonheur, je reculai guettant sa réaction. Elle pouvait très bien me gifler comme me ré-embrasser ou partir sans dire un mot. Tout était possible mais il fallait qu’elle fasse le bon choix.

553 mots

Post 5:
 
Invité
Mer 7 Juin - 15:02
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
A la plus grande surprise de Naya -et ce n'était pas pour lui déplaire- la vive créature se débrouillait terriblement bien lorsqu'il s'agissait de se lâcher sur le flot des percussions. Elle menait la danse avec brio. Et alors que les notes de musiques s'emparaient de chacune des parties de leur corps, les deux femmes étaient parties très loin...La foule louchait sur elles des regards circonspects. A force de les bousculer, les passants laissaient un petit espace entre eux et les deux extravagantes. Et même si la joie sur leurs visages se propageaient sur d'autres, certains affichaient des mines outragées, comme si voir des gens exprimer leur engouement manquait de les étouffer. Ignorant parfaitement ce genre de réaction, Patteleste et la Reine de la Désinvolture continuaient de valser dans la vague vivante de personnes.

Mais d'un coup la mélodie entraînante se stoppa, arrêtant les mouvements frénétiques des deux corps bouillonnants. C'est alors que la Nanthun eut une idée. La suivant sur l'estrade, Naya contempla sa nouvelle amie débattre avec le chef de la petite troupe de musicien. Elle ne saisit pas tout à fait le sens de la causerie et attendit simplement. Elle remarqua juste le bijou s'envoler de la main de Fyn. Que pouvait-elle avoir demandé en échange d'une si belle pierre ? L'espiègle revint amusée, annonçant à l'Ulfurbe qu'elles pouvaient maintenant se défouler sur la petite scène aux côtés des musiciens. Plutôt excitée à l'idée d'avoir la boisson à la fin, Naya afficha cependant un air un peu plus sérieux. Elle réfléchit quelques secondes puis annonça :

- Pour moi ce sera la danse...

Elle avait songé à plusieurs autres numéros possibles mais rien ne lui était venu à l'esprit. Elle ne possédait pas une grande éloquence et ne savait pas manier ses cordes vocales habilement. Elle ne savait faire aucuns tours d'illusionnistes, même magique...En bref, elle ne se sentait à l'aise que sur ce terrain là, celui de la danse. Elle vérifia que tout était en ordre dans sa tenue. Elle se congratula à l'idée d'avoir choisi de porter ce pantalon en cuir sombre. Idéal pour ne pas gêner ses mouvements lors de ses prochains combats, il serait tout aussi pratique pour se mouvoir sur le devant de la scène. Son grand voile cependant ne l'aiderait pas. Elle le laissa donc aux côtés de son sac près des musiciens. Alors qu'elle s'apprêtait à leurs demander de jouer un morceau pour rythmer ses futurs pas, Naya resta une minute pensive. Danser pour son propre plaisir était un fait, mais le faire sur l'estrade signifiait danser pour le plaisir des autres. Et le faire aussi dénudée lui parut dénigrant. Une soudaine nostalgie lui revenait des tréfonds de son âme, créant un tumulte dans son esprit. La Reine de la Désinvolture se souvenu alors de tout ces mâles pour qui elle avait dansé durant son ancienne vie. Ses pulsions la poussaient à jouir de cette luxure, mais quelque chose bloquait. Et comme l'alcool avait bien chuté désormais, elle réalisa qui elle était. En fin de compte, elle ne savait pas, mais une chose était sûre : se montrer ainsi délibérément..ce n'était pas elle. Car si il y avait bien une chose qu'elle détestait dans son passé de courtisane, ce n'était pas le fait de vendre son corps, non, mais bien le fait de vendre son image. Elle n'éprouverait aucuns plaisirs à s'exhiber ainsi.

L'Ulfurbe tourmentée descendit rapidement de l'estrade en reprenant ses affaires et partit fugitivement, le voile sur le dos. Trop de chose étaient remontées et ses yeux ne purent s'empêcher de laisser traîner quelques humidités débordantes. C'était avec un visage heureux qu'elle avait dévalé dans la foule avec Fyn, c'est maintenant un visage esseulé qui revint furtivement vers l'arène. Là, derrière les gradins, la femme s'étaient désormais recroquevillée sur elle même dans un coin sombre. Elle serrait son sac fortement contre elle. Quelques visages traumatisants tourmentaient son âme. Et alors que son passé récalcitrant s'amusait avec elle, Naya fixa une nouvelle fois la bouteille qu'elle avait eu. Oui, elle n'était clairement pas assez éméchée...

677 mots

Post IV:
 
Invité
Mer 7 Juin - 16:17
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
L’aetrayel s’était trompé, le guerrier blond ne devait pas s'être éloigné vraiment. En effet, après avoir passé quelques minutes, songeuse, à remuer diverses pensées un peu sombres, Kaëlyra s’aperçut, lorsque elle releva les yeux, qu’il était toujours là, et elle croisa son regard. Il pencha la tête légèrement sur le côté, comme si ses pensées s’agitaient à l’égal de celles de l’aetrayel. Kaël l’observa en retour, l'ombre d'un sourire doux venant errer sur son visage. Après quelques secondes, il se dirigea dans sa direction, à sa rencontre.

Quand le guerrier arriva devant elle, il lui sourit timidement, en se baissant légèrement, avec courtoisie, pour la saluer. Kaëlyra avait retrouvé sa sérénité : elle se sentait calme, claire, transparente, comme de l'eau ou de l'air traversé de soleil; paisible. Seul son cœur battait un peu plus vite peut-être que d’ordinaire.  L'Aetrayel adressa à l'Edsere et à son ami un sourire amical.  Elle était heureuse de le revoir, elle se sentait en paix comme si quelque chose d’important et de bon venait de s’accomplir. Elle les salua également, inclinant la tête; la courtoisie du jeune homme lui faisait honneur, et cela méritait cette marque de respect.

Ayant fait cela,  l’aetrayel  entrelaça ses mains pour enserrer ses poignets , en un geste inconscient qu’il faisait souvent, et ses ailes bougèrent également inconsciemment. Elle ressentait un sentiment mystérieux, fait de paix et de lumière, comme un don du Ciel. Comme la Paix dans mon prénom, songea t-elle, car «Yra » dans «Kaëlyra » signifie « Paix».

Le guerrier pris alors la parole.  

- «Hey bien, je suis heureux de vous apercevoir ici. Encore merci pour la dernière fois, moi et des centaines d’Edseres vous sont reconnaissants. Sans compter Lumen, qui, j’imagine, est la plus heureuse dans cette situation.»

Kaëlyra acquiesça d’un signe de tête, accueillant les paroles de remerciement, comme auparavant elle avait accueilli celles de Lumen. Le guerrier tendis alors la main vers elle pour toucher son épaule. Il la tapota doucement, puis il lui montra sa propre épaule, où elle put voir une cicatrice.

- «J’ai eu du mal  à vous reconnaître sans votre flèche plantée dans l’épaule, dans mon cas je n’ai pas été épargné non plus. Etrangement, c’est le même bras ! Et au fait, Kiza, c’est l’ange qui a sauvé Lumen, tu sais je t’en avait parlé, avec le Mortemo et les cadavres vivants.»

Kaël se souvenait très bien de cette flèche plantée dans son épaule, et de l’inconnu qui lui avait retiré cette flèche, en revanche, elle ne savait pas comment le jeune homme qui lui faisait face avait été blessé, et elle résolu de le lui demander. Kiza ? C’était donc le nom de son compagnon ? Et cet homme lui-même, comment s’appelait il ? Se demanda-t-elle, son regard errant un instant sur le visage du guerrier.

Celui-ci leva son regard vers le haut pour voir Kiza, et Kaëlyra vit que ce dernier avait une expression plutôt joyeuse, intrigué et intéressé par l’histoire qu’on lui avait raconté. Avec un grand sourire, espiègle et confiant, il tendis soudain la main vers elle. Le guerrier blond, voyant cela, rit doucement. Etonnée, Kaël se demanda une seconde que faire, et ce que Kiza voulait; puis elle tendis également la main vers lui et leurs deux mains s’effleurèrent. L’aetrayel sentit le contact frais de la main fine du jeune homme et elle eût un étrange sentiment, comme si un autre aetrayel l’avait rejoint en cet instant. Se sentant le cœur léger, Kaëlyra rompit le contact, et s’adressa à son tour au guerrier :

- « C’est moi qui vous suit reconnaissante. Vous m’avez fait confiance pour vous aider, et vous m’avez permis d’accomplir quelque chose de bien pour l’Humanité, en me demandant de sauver une grande guerrière, qui défendra son peuple, le peuple aimé et protegé des Aetrayels. J’ai guérit cette guerrière, mais vous m’avez guérie en me demandant de faire cela. Je me suis rappelée que je pouvais bien faire, et qu’un Edsere pouvait m’accorder sa confiance, quelles que soient ma faiblesse et mes erreurs. Pour tout cela je vous dit merci… Merci infiniment…»

Elle acheva doucement de prononcer ces mots, puis elle demanda un peu timidement:

- «Es-ce que je peux vous demander quel est votre nom ?»



707 Mots.
Résumé:
 
Invité
Jeu 8 Juin - 3:46
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Kaelan Vargas… Ce nom fit résonner une cloche dans les souvenirs encore embrouillés de la demoiselle. Pendant que la voix grave du Maître d’armes s’exprimait, elle sentait une puissante émotion remonter en elle. Ses sourcils se froncèrent légèrement, signe qu’elle cherchait réellement à comprendre ou et à qui a appartenait toutes ses émotions qu’elle ressentait en ce moment même. Sa respiration, se fit un peu plus rapide, le battement de son cœur plus frénétique sous une caresse invisible qui lui donnait la chair de poule. Ses mains s’ouvrent et se referment à deux reprises dans le vide, comme s’ils cherchaient à agripper quelque chose possessivement. Mais quoi donc ou peut-être qui ? Cet homme faisait-il partie de son passé . Son regard centré sur lui l’observait intensément, encore plus quand il se dirigea vers elle pour sortir de la tente. Celaena ne connaissait pas réellement la gêne, encore moins quand un fragment de souvenir était en cause, cependant, il était plus vite qu’elle. Elle avait l’impression qu’il en avait toujours été ainsi. Qu’il avait toujours été le premier dans bien des choses, mais qui pourtant au bon moment c’était elle qui avait ‘’gagné’’ et cette dernière sensation avait une sensation assez amère en bouche.

Cette fraction de seconde fut amplement suffisante pour donner différentes émotions - toutes contradictoires l’une envers l’autre – à l’Astre. La proximité qu’il leur offre en passant trop près donnait une émotion de confort et de familiarité à Celaena. Le chuchotement de sa voix, une voix amicale qui différait de l’expression de son visage la fit une nouvelle fois frissonner, mais cette fois-ci d’un plaisir violent. Son corps se raidissait imperceptiblement et une lourde, mais agréable et satisfaisant vague de chaleur irradiait au travers son corps pour ce tendre vers elle. Malgré la situation qui n’était pas adaptée à ce genre de situation, elle avait eu une envie folle de l’embrasser. Son visage se crispait quelque peu sous la tension que ressentait chacun de ces membres, cependant un faible grognement s’échappait, rapidement étouffé par le torse de l’homme où seule Taralis put entendre vu qu’elle se trouvait derrière sa mère. Pas une seule fois, son regard ne quittait le sien, une émotion amicale, mais confuse d’incompréhension. Il lui fallut toute sa volonté pour né par sortir de la tente et ce précipitée vers lui pour lui poser des questions. C’était la présence d’Elih qui la gardait bien ancrée ici, jamais elle ne l’aurait abandonnée. Cependant, elle se promit qu’elle aurait une discussion plus en privée avec cet homme Vargas.

Le sentiment de partager du temps ensemble était partager entre Elih et Taralis. À son tour, la gamine avait tourné la tête dans la direction opposée en foudroyant un quelconque objet plus loin. Celaena savait très bien que cette situation mettrait les deux femmes dans une position délicate, mais il fallait que Taralis comprenne et accepte la présence d’Elih, sinon elle trouverait les futurs voyages lourds. Quand Elih semblait se rapprocher d’une table, Celaena bougeait délicatement dans sa direction, seulement d’un pas pour s’assurer qu’elle ne faisait pas un malaise quelconque. Elle reprenait sa position droite pour quitter l’entrée de la tente avec Taralis sur les talons. La rouquine laissait échapper un léger sourire en coin devant la maladresse d’Elih, non pas de méchanceté, mais Aeronelle ressentait quand même une certaine sympathie envers l’adulte qui devait réapprendre à tout faire depuis sa ‘’transformation’’ un concept qu’elle n’assimilait nullement.

Ce fut une très bonne chose que Celaena et Taralis ce soit retirer devant l’entrée de la tente. Peu de temps après le départ de Vargas, un petit bout de femme faisait irruption avec force. Aussi énergétique qu’une tornade. Elle ne semblait pas immédiatement réaliser la présence des invités. Tout comme Elih, Celaena observait de haut la demoiselle. Non pas a l’expression presque arrogante que leur offrait la demoiselle malgré leur position, mais plutôt à cause de la grandeur. Si Élisabeth dépassait la petite Ashryne d’une dizaine de centimètres, Celaena la dépassait un peu plus. De base, l’Astre était plus grand qu’Elih, d’au moins une demi-tête. Quand les deux femmes étaient l’une à côté de l’autre, la bouche de la blonde arrivait au niveau du nez de la blanche. Son corps était élancé et svelte, mais caché par les couches de vêtements et l’armure qu’elle portait. Malgré la distance de pas qui les séparait, Celaena était consciente de tous les faits et gestes d’Elih. Pourtant, quand la nouvelle Ashryne vient chercher sa main pour la rapprocher, Celaena ne s’attendait pas à ce geste. Il était vrai qu’elles partageaient quelque chose de particulier. Même l’Astre ne commençait qu’à pleinement comprendre la signification de terme Nova et du lieu qui les unissait.
Le corps s’était quelque peu tendu face à cette démonstration d’affection en public, mais dès le contact de ses doigts qui se mêlaient aux siens se fit sentir, le corps de l’Astre se détendait comme de la neige au soleil et elle lui rendait immédiatement sa caresse. Même si elle restait toujours alerte, on la sentait plus à l’aise et concentrer sur la situation.

La dénommée Celaena hochait simplement la tête pour signe de politesse, si Elih n’était pas friande des présentations de courtoisie, cela l’était encore moins. Quand l’Ashryne aux cheveux d’argent glissait les yeux sur Taralis, cette dernière avait les yeux rivés sur la poignée de main des deux femmes et elle tenait Celaena par le vêtement, comme pour montrer qu’elle aussi pouvait aussi avoir un contact avec sa mère. Une légère moue boudeuse s’affichait sur son visage et elle grommelait rapidement son nom en détournant les yeux. ‘’ Aeronelle… ‘'… Toutefois, l’attitude d’Aerin héritait – pour une raison ou une autre – Celaena qui ne comprenait pas pourquoi la demoiselle se montrait aussi… Passive agressive envers eux. Et cette attitude souleva une suspicion dans l’esprit de la blonde qui effectuait un geste dans sa direction. Le geste une question était très délicate, il consistait seulement à replacer l’une des mèches de cheveux de la petite femme. Cependant, son pouce caressa très délicatement la peau offrant un contact direct avec la femme. ‘’ Pardonnez mon geste, mais il serait dommage de laisser cacher un regard si fier. ‘’ Dit-elle le plus neutrement à la jeune femme.

Celaena touchait rarement les gens – autre qu’Elih et Taralis – et ainsi, quand ce genre d’approche arrivait en présence d’un inconnu était que la demoiselle venait d’utiliser l’un de ses pouvoirs, celui de lire l’esprit des gens. La blonde cherchait à comprendre pourquoi le bout de femme était aussi agité à cause de leur présence, Celaena s’attendait à peut-être trouver un amour inavoué envers Vasa ou quelque chose du genre, pourtant – et sans comprendre comment et pourquoi faisait une tout autre découverte… Elle fronçait légèrement les sourcils, jetant un coup d’œil vers Vàsa. Ainsi donc le jeune prince était… Différent des siens… Elle qui croyait pouvoir taquiner la jeune femme devant les siens, décidait de se taire, il n’était certainement pas le temps de faire une scène, mais toutefois, elle gardait cette information précieusement, un jour viendrait peut-être ou elle devrait l’utiliser pour la survie qu’Elih. Toute information était bonne à savoir. ‘’ Je participe moi-même au tournoi, peut-être aurons-nous la chance de combattre ensemble une fois que nous serons dans l’arène. ‘’ Déclarait-elle pour se changer les idées et oublier la présence de la petite Aerin tout en continuant de serrer la main offerte dans la sienne.


1238 Mots - post 3:
 
Invité
Jeu 8 Juin - 13:32
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Les yeux droits dans les deux pépites de fumée de la Reine de la Désinvolture, Fyn trépignait dans l’attente de sa décision. Les musiciens derrière jetaient aussi des regards intrigués dans leur direction, tout comme quelques badauds qui s’interrogeaient sur les raisons de cette interruption. Et puis une sorte de voile passa dans le regard de la Reine. Quelque chose revenu de très loin qui perçait sur son visage. Fyn eut à peine le temps de remarquer un très subtil affaissement de la commissure de ses lèvres que sa compagne fendit la foule comme une flèche vers un ailleurs plus respirable. Le chef des musiciens lâcha aussitôt un râle d’agacement.

-Bon c’est quoi ça ? On peut peut-être reprendre maintenant ?
-Quoi ? Je sais pas… C’est juste…
-C’est juste rien du tout. On a des gens qui attendent alors tu vas me faire le plaisir de te décider, et vite.

Fyn gronda intérieurement, la tête alternant entre la scène et la Reine qui commençait déjà à disparaitre dans la foule. Et puis elle se décida. Elle quitta à son tour l’estrade, marqua un temps d’arrêt sitôt élancée de deux pas puis se tourna vers le chef.

-Et ma bague ?

Mais trop tard, il avait déjà lancé ses directives et la musique repartait. Qu’il ait volontairement ignoré sa question ou qu’il s’agisse là d’un honnête accident, le résultat était le même et Fyn fut prise d’une envie soudaine de lui enfoncer son tambourin sur la tête pour en jouer jusqu’à ce qu’il lui rende la bague. Au lieu de ça, elle se contenta de cristalliser toute sa hargne dans ses jambes pour rattraper la Reine. Prise d’assaut par tout un panel de visages et de tissus, elle s’en remit à son odorat. La fine trace laissée par sa compagne était brassée par les corps et les odeurs plus fortes de transpiration ou de viande grillée qu’un courant discret envoyait dans ses narines, aussi dût-elle redoubler d’effort pour ne pas perdre son empreinte olfactive.

Elle déboucha devant les gradins où elle se trouvait juste avant mais nulle trace de la Reine. Fyn inspira, aiguisa son attention, sans succès. Elle balaya l’espace du regard mais trop de gens étaient présents pour lui permettre de s’en remettre à ses yeux. Au lieu de ça elle revint en arrière et ouvrit ses perceptions. La Reine avait l’air triste d’une personne qui venait de subir une remontée soudaine d’images peu plaisantes en plus d’une bouteille dans son sac. D’instinct Fyn se la représenta dans un lieu isolé où elle pourrait se recentrer sans qu’on puisse la déranger. Elle inspira à nouveau et ouvrit les yeux. Sur sa gauche, un bout de tissu blanc dans un renfoncement trainait par terre. Elle s’y rendit et trouva la Reine, son sac plâtré contre son ventre. Un simple coup d’œil sur son visage et sa tristesse trouva un écho dans son propre esprit. Sa joie s’évapora, remplacée par une profonde compassion qui la poussa à s’approcher.

Elle se laissa glisser à côté de la Reine sans oser la toucher. En silence, Fyn releva ses genoux et posa son menton dessus. Le regard droit devant elle, elle laissa sa voix trouver le chemin de l’intention la plus juste en s’adressant à la Reine.

-Qu’est-ce qu’il se passe ?

Post 4, 549 mots:
 
Invité
Jeu 8 Juin - 19:13
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
J'avançais parmi cette foule distinguée et mirobolante, inconnue parmi la foule. Inconnue dans ce monde. Cette situation ne me satisferais pas. Mais il fallait faire avec. J'avais Lucifer dans mes bras. L'animal était GRAND il devenait donc un peu dur de trouver une position confortable, mais il y arrivait, ses griffes plantés dans ma cape en laine, son corps ballant dans mes bras. Il observait la myriade de couleur d'un œil mauvais. J'ignorais si il arriverait un jour à tirer un trait sur ce qui lui était arrivé. Je pense qu'à sa place, moi non plus j'aurais pas pus juste tirer un trait. Je refermais un peu plus mes bras sur l'animal qui se mit à vrombir avec force. Je lui faisais toute confiance. Bien que chez lui il restait de la méfiance, il était aussi en confiance avec moi. Un peu ambivalent ce que je disais... mais notre lien était unique. J'avais passé deux longues années à panser ses blessures. C'était une façon de montrer à mon père adoptif que j'étais prête à vivre ma vie de grande. Même si... mes souvenirs n'allaient pas au delà de ces 2 ans. Je m'étais réveillée nue en plein milieu d'une forêt, j'avais marché jusqu'à une petite cabane en son sein alors que mes pieds pouvaient à peine me porter, et j'ai vécu en compagnie d'un ermite pendant ce laps de temps. Il m'apprit tout ce qu'il savait sur la forêt. Maintenant... je devais voir plus grand. Je le savais. Mais ce n'était pas simple pour moi. J'étais aveugle dans un royaume rutilant, pleins de richesses qui n'étaient pas à ma portée... je n'avais pas les bases concrètes pour briller en société. Je devais commencer par là. Mais qui prendre comme professeur ? Toujours était-il que je m'étais retrouvée entourée d'une foule marchant d'un bon bas... J'avais bien essayé de crier « à l'aide ! Au secours ! A MOI ! Bas les pattes ! » mais rien n'avait fonctionné, et je me trouvais embarquer dans un endroit, sans savoir où ni pourquoi. C'était d'ailleurs fort malheureux. Je levais le nez dans l'espoir d’apercevoir le ciel... le ciel... je m'y fiais souvent, mais ne pus voir que la roche. C'était malheureux. Je poussais un soupir à en fendre l'âme. Secouant doucement la tête. Ça allait être rude. Je me retrouvais donc poussée, hissée, tirée contre mon grès (Bon … peut être pas tirée, mais c'était tout comme) par une flopée d'inconnue, ombre parmi la foule, je finis par atterrir dans une grande structure où les gens se massaient dans les gradins. Je restais là... les bras ballant, sans trop comprendre ce qu'il fallait que je fasse. Un peu perdue, à demie hagard, je montais machinalement les marches pour me hisser jusqu'aux gradins laissés vides, posant Luci' à côté de moi.

*Je ne sais pas ce qu'on va voir... Mais quelque chose me dit que c'est une mauvaise idée...*

De toute façon...Ses coussinets le dérangeait en permanence, c'était TOUJOURS mauvais signe. Luci était un chat des plus... prudents. Surtout lorsqu'il s'agissait de l'homme. J'étais partagée entre l'idée de fuir pour regagner ma chambre à l'auberge et m'y enfermer, ou regarder ce spectacle social qui était subjuguant. Un regard vers l'entrée me fit comprendre que ce ne serait pas possible. Alors à la place... je m’abîmais dans cette comédie burlesque qu'était la vie, où il valait mieux rire que pleurer.
Post I 566 mots:
 
Invité
Ven 9 Juin - 10:13
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Anya se concentrait sur sa respiration pour rester calme, trouvant aussi une forme d'apaisement en la présence de Kochka qui s'était finalement couché sur le banc pour poser sa tête sur sa cuisse. Habituellement elle se serait bien plus concentrée sur son environnement afin de guetter le potentiel retour de Cyrian mais elle ne pouvait s'empêcher d'être encore un peu pessimiste... Alors ne pas le chercher activement au sein de la foule lui permettait de ne pas être trop déçue si jamais il ne revenait pas. Du moins était-ce ainsi que son esprit réagissait inconsciemment.

Si l'approche du nanthun fut furtive, il put voir que les yeux de Kochka ne le quittait pas... C'était amusant de voir à quel point la petite créature était protectrice de l'esdere. Il était clairement en train d'autoriser Cyrian à agir comme il le voulait, sans cela il aurait non seulement signalé sa présence de façon plus explicite mais il ne l'aurait probablement pas laissé approcher. A bien y réfléchir c'était tout simplement une version plus poilue d'un grand frère un peu trop protecteur... Il n'y aurait peut-être pas le classique discours du genre « tu lui brises le coeur, je te brises les jambes » mais le petit félin parvenait parfaitement à communiquer le concept.

Anya ne sentit la présence de Cyrian que quelques secondes avant qu'il ne prenne sa main, un temps tout juste suffisant pour qu'elle ne sursaute pas. Au lieu de cela, elle se tourna vers lui, lui offrant un sourire encore un peu hésitant avant qu'elle ne se reprenne et serre doucement la main du nanthun et n'affiche un air un peu plus confiant. Kochka sentant qu'il était préférable de laisser les deux bipèdes tranquilles, descendit du banc avant de se poster en sentinelle, un peu en retrait. Enfin... Avant de se faire agresser par une petite créature de pierre. L'instant d'après le simédia cherchait à attraper le golem comme un gros chat pourchasserait un nouveau jouet...

De son côté, la jeune femme s'apprêtait à répondre à Cyrian pour lui confirmer qu'elle avait envie de lui donner une chance mais on lui coupa la parole de la façon la plus intéressante qu'il soit. Surprise, l'edsere se figea, ne s'étant absolument pas préparée à une telle initiative de la part de son compagnon, et encore moins à une telle sensation. Inutile de dire qu'en matière de coeur, la jeune femme était largement inexpérimentée... Le nanthun pouvait désormais se targuer de lui avoir volé son premier baiser. Baiser auquel elle n'eut pas le temps de réagir, son compagnon se détachant d'elle alors qu'elle reprenait suffisamment ses esprits pour savoir qu'elle devait répondre autrement que par simplement rougir...

La jeune femme libéra doucement sa main mais ne fit que la poser sur son avant-bras avant de remonter jusqu'à pourvoir la poser sur la joue de Cyrian. Le geste était doux et délicat, ce qui laissait présager une réponse positive de sa part. Bientôt sa seconde main vint se poser sur son autre joue et l'instant suivant ses doigts dansaient doucement sur son visage, une caresse étrangement intime qui semblait parfois s'attarder sur des détails et qui finit par ses lèvres. Elle le libéra alors avant de glisser sa main derrière son cou, ses doigts jouant doucement avec les mèches de ses cheveux... Ce ne serait jamais parfait mais elle pouvait désormais pleinement se représenter Cyrian.


-Je vais difficilement être objective maintenant...

Cela ne semblait pas vraiment la déranger si on en jugeait le léger sourire espiègle qui s'était dessiné sur ses lèvres... L'edsere attira doucement le nanthun à elle avant de déposer un nouveau baiser sur ses lèvres, une légère caresse encore un peu hésitante et inexpérimentée mais qui avait le goût d'une promesse... Le sourire qu'elle afficha ensuite était éclatant.

628 mots, post 6:
 
Invité
Sam 10 Juin - 0:28
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: