Derniers sujets

RP MULTI | Le tournoi de la cité des guerriers

 :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Naya
avatar
Naya
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 120
Elles étaient restées plantées là un moment, gênant une fois de plus les passants, tel deux rochers fendant le mouvement uniforme d'un fleuve. Naya avait d'abord été surprise de l'apparition de Fyn, puis elle avait été attentive aux moindres de ses mots, de ses gestes. Ses paroles n'étaient pas dénuées de sens après tout. Quelque part peut-être, la nanthun avait réussi à toucher le cœur de l'ulfurbe. Et pourtant elles ne se connaissaient pratiquement pas...Mais nul doutes que c'est justement cette non-découverte de l'autre qui rend les mots si simples et efficaces...

Les yeux de la femme s'humidifièrent encore, beaucoup moins qu'avant tout de même. Cette attitude boudeuse qu'avait eu Fyn lui rappelait énormément Poki. Naya attendit patiemment qu'elle finisse de dire tout ce qu'elle avait à exprimer en la regardant fixement, d'un air étrangement attendri. Mais qu'allait-elle bien lui répondre ensuite ? Devait-elle la mettre en garde une fois de plus en affirmant qu'elle n'était vraiment pas une personne fréquentable ? Ou allait-elle plutôt laisser sa douceur à moitié corrompue empiéter sur ce cœur pur ?
 Elle était désormais totalement perdue.

Néanmoins, après un énième silence, elle ne put s'empêcher de prendre la main de Fyn dans la sienne et de la caresser avec l'autre. Pendant ce geste purement instinctif, quelque chose d'étrange se produisit. Naya ne trouvait pas les mots, mais alors que son esprit ne comprenait pas grand chose, son regard lui semblait parler à sa place. Deux pupilles perdues dans un désert de glace brillaient de plus en plus. Sa langue commença enfin à s'agitée, de façon absurde au début. Alors l'ancienne lië'ja balbutia quelque chose ayant à peu près ce goût :

-Tout ira bien, ne t'en fais pas...S'en suit alors une pause de quelques secondes puis elle reprit. Je ne sais pas trop quoi te dire...Désolée d'avoir agit comme une idiote...vraiment. Elle regarda un instant vaguement la foule autour d'elles puis replongea ses deux prunelles dans les siennes et parla avec cette fois-ci plus d'assurance. Cependant, tu ne m'as pas écouté...Et tu as bien fait. Continues d'être libre. Voilà bien le seul conseil que je peux donner...

Pendant qu'elles parlaient, elles purent entendre le début d'une certaine musique : signe que le tournoi allait commencer sous peu. Le cœur de Naya se gonfla d'une énergie aussi galvanisante qu'effrayante. Était-elle prête à combattre maintenant ? Puis elle lâcha un soupir en rigolant. Bien sûr...Elle allait leur montrer à ces Ashryns, ce dont les autres races sont capables. Une fierté alors nouvelle d'appartenir aux Ulfurbes s'éveilla en elle. Il est vrai que l'endroit était parfait pour arborer un tel état d'esprit. Elle se tourna vers Fyn.

-Je dois y aller. Peut-être que l'on se reverra plus tard...A ces mots, la femme lui fit une caresse sur la tête avant de lui baiser le front et de partir en direction de l'arène.

La Nethlen imposait le respect. Il était rare de voir une telle prestance. Cependant l'ulfurbe n'en prit pas compte bien longtemps. Inutile de lui vouer un culte, d'autant plus qu'elle n'était pas Ashryn, cela ne lui servirait à rien. Et si son corps et son visage semblaient, de là où elle était, exquis, ils apparaissaient tout autant inaccessible. La lubrique eut un sourire en coin lorsque la caresse du souvenir de Sen lui revenait. Aimait-elle à ce point les femmes fortes mais féminines ? Elle ricana seule. Voyons, le péché n'a aucunes limites. Elle n'était pas du genre à se mettre des barrières lorsqu'il s'agissait d'avoir des relations disons...personnelles ? Elle avait tout de même un certain goût pour le défi...Alors qu'elle s'était perdue dans ces réflexions salaces, Naya eut un violent retour à la réalité. Le discours était fini depuis quelques minutes déjà. Elle devait désormais trouver un garde pour signaler comme convenu sa participation.

638 mots

Post VI:
 


Naya
Mer 14 Juin - 3:42
Revenir en haut Aller en bas
Cyrian Valéar
avatar
Cyrian Valéar
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 134
Heureusement pour moi, elle ne sembla pas se soucier de ma formulation un peu maladroite et confirma ma proposition : il valait mieux se diriger vers l’arène pour trouver une place. Du coup je lui pris la main et nous partîmes en direction de l’entrée des gradins espérant trouver de la place. Sur le chemin, j’eu l’impression qu’il y avait encore plus de monde que la dernière fois que nous étions passés mais à force de jouer des coudes et d’avancer, nous parvînmes à l’entrée des gradins. Il y avait vraiment beaucoup de monde et il nous faudra un peu de chance pour trouver une place. Moi, je n’en avais pas réellement besoin puisque dès que les combats commenceront, je descendrai dans l’arène. Finalement, Anya trouva une place près de l’orchestre et s’y installa sans que je ne la guide.

Une chose étonnante chez Anya, c’est sa facilité à se déplacer seul malgré sa cécité. Quand elle bouge, elle semble sûr d’elle sur le chemin à prendre, comme si elle avait un troisième œil qui lui permettait de voir. En tout cas rien que pour ça, elle aura toujours mon respect. Soudain, je fus tiré hors de mes pensées par un bruit proche de nous et il me fallut plusieurs seconde pour réaliser que c’était l’orchestre qui s’était mis à jouer. Quand celui-ci se tut, ce fut autour d’une femme de prendre la parole. Calyarell, je supposai. Elle était la reine du peuple Ashryne et c’était elle qui organisait le tournoi. Quand elle eut fini de parler, je me tournai vers Anya :

Il va être temps pour moi de vous laisser et de rejoindre l’arène. Les combats vont bientôt commencer et il me tarde montrer à tous ces gens mes qualités de combattant.

Soyez prudent. Je suis sûre que vous saurez m'inspirer mes prochains vers,
déclara-t-elle après m’avoir embrassé délicatement.

Oh, j’allais oublier. Ganat, tu restes ici avec Anya. Dans l’arène je n’aurai pas le droit à de l’aide extérieur. Et sois sage surtout.


Une fois fait, je me dirigeai vers la sortie des gradins pour ensuite rentrer dans l’arène. Il me tardait tant de pouvoir utiliser enfin mes cimeterres car cela faisait longtemps que je n’en avais plus eu l’occasion. J’espérais surtout que je serais à la hauteur et en plus maintenant qu’il y avait quelqu’un dans le public que je ne voulais pas décevoir. Je n’eus aucun mal à trouver l’entrée et une fois sur place, je constatai que plusieurs participants étaient déjà et je supposai que le reste n’allait pas tarder à arriver. Sans plus tarder, je me dirigeai vers un des gardes.

Je viens pour participer aux combats, déclarai-je.

Nom et prénom ?

Valéar Cyrian.

Alors…
dit-il en regardant sur sa liste de nom. Ah, vous voilà. En premier lieu vous combattrez un Skayal.

Un Skayal, j’en avais déjà entendu parlé mais jamais rencontré. Il parait que ces bêtes sont féroces et abandonnent rarement un combat. De ce que je savais, leur corps était recouvert d’écailles résistante et d’épines. Le garde me fit alors un rapide rappel des règles, comme ne tuer la bête qu’en cas d’extrême urgence et éviter de se retrouver accolé à la limite de la barrière magique qui délimiterait mon combat. Finalement, il me demanda si j’étais prêt.

Je suis prêt, confirmai-je, on peut y aller.

Il ouvrit alors la grille et me laissa entrer.

564 mots

Post 7:
 


Cyrian Valéar
Mer 14 Juin - 10:21
Revenir en haut Aller en bas
Fyn
avatar
Fyn
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 62
Le contact des mains de la Reine produisit quelque chose d’étrange en Fyn. Comme si ce simple lien physique transmettait bien plus que tous les mots du monde réunis. En l’entendant prononcer ces trois mots, ceux si faciles à envoyer mais beaucoup plus compliqués à charger de vérité, ce « Tout ira bien », une boule d’air se logea dans sa gorge. Elle n’y croyait pas et pourtant elle n’en doutait pas non plus. L’instant suspendu dura encore et ce fut un tonnerre de percussions qui rompit le charme. Fyn ouvrit la bouche mais la Reine l’avait devancée. Une nouvelle lueur dans les yeux, elle lui caressa la tête avant de lui embrasser le front. Et puis elle s’en fut.

Fyn resta de nouveau, pantoise, les mains toujours devant elle. Le fantôme de la Reine imprimait encore quelque chose entre ses doigts et jusque dans sa tête. La bulle d’air éclata, remonta dans ses yeux pour perler le long de ses joues. Elle sentit son nez la chatouiller et elle renifla. Une tornade d’émotions tournoyait dans son esprit, privant ses jambes de l’énergie nécessaire à se mouvoir. Elle oscillait entre la frustration, la tristesse et l’incompréhension. Ou peut-être rien de tout ça. Un badaud pressé par l’appel de la musique la bouscula soudainement sans ménagement. Le choc la ramena à la réalité. Ses yeux rattrapèrent le mouvement qui s’était amorcé en direction de l’arène. Elle comprit alors que la Reine participait aussi aux combats.

A nouveau, elle inspira par les narines un grand coup, passa un rapide revers de manche sur ses yeux et emboita le pas d’une grande dame à la démarche chaloupée. Ses sens s’étaient fermés à ce qui l’entourait. Comme si un énorme coussin la coupait du monde. Le son avait changé de texture, les couleurs étaient plus ternes, les odeurs à peine remarquables. Même son estomac s’était éteint. Une petite lumière dans sa tête la fustigeait d’une telle réaction, toujours la même, irréfléchie, alors que rien ne la liait à la Reine. Le simple fait de repenser à sa tête décomposée juste avant de monter sur la scène lui fouailla les tripes d’un coup. Et son départ acheva de lui faire monter les larmes aux yeux.

Finalement, Fyn arrêta sa course sur un gradin et lâcha un œil morne sur l’arène en contrebas. Elle fut prise d’une furieuse envie de grimper sur l’une des statue bordant le rond central où les combats auraient prochainement lieu, juste pour crier à tout le monde sa frustration, mais ses jambes étaient prises dans du plâtre. A croire qu’elles avaient fusionné avec la pierre sur laquelle elle était assise. Un fil de pensée la tira vers Domino sans trop savoir pourquoi. Sa présence discrète lui manqua affreusement en ce moment. Il y avait du monde partout autour d’elle, du son à s’en faire éclater les tympans et pourtant elle se sentait aussi isolée que si elle s’était trouvée sur une île déserte. Avec son petit animal au moins elle avait quelqu’un avec qui passer du temps quand ça n’allait pas. Elle repensa aussi à Iberiel, à Elyshyë et à toute une ribambelle de choses sans liens logiques apparents. Le temps de retrouver son aplomb, elle déposa son menton sur ses genoux et enroula sa queue autour d’elle.

-A quoi ça sert d’être libre si on est tout seul…

Post 6, 558 mots:
 
Fyn
Mer 14 Juin - 23:00
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Les joyeusetés ambiante et le brouhaha constant eurent bien vite raison de ma patiente et ce fut assez rapidement que je descendais des gradins pour me diriger près de l'entrée des vestiaires des combattants. Je ne comptais pas m'y rendre de suite mais j'avais assez bon espoir que cet endroit soit plus calme et beaucoup moins horriblement joyeux et niais. Un garde Ashryn, celui gardant l'entrée d'un des vestiaires, me fit un signe de la tête avant de figer son mouvement en apercevant mon unique pupille à la couleur ensanglantée. Je soupirais avant de me diriger vers la taverne la plus proche et de commencer à siroter une choppe de bière, bien qu'à leurs habitudes les taverniers avaient l'horrible réflexe de me rappeler que j'étais de petite taille et que je ne supporterais surement pas l'alcool. J'aurais pu déchaîner un flot de reproche sans fin mais je me résignais bien rapidement, le brouhaha toujours constant me tapant de plus en plus sur les nerfs. J’espérais, même si je me berçais de douces illusions, que le début des combats signerais l'arrêt des nombreux cris, pleurs et autres actions désagréables à voir et à entendre.

On m'accosta à plusieurs reprise, soit par des personnes complètement atteinte par les effets secondaires de la consommation abusive de l'alcool, ou par d'autres personnes, plus soucieuse de ma solitude et du fait que je sois "Une petite fille buvant autant d'alcool". Si j'envoyais simplement balader les premiers, c'est non sans malice que je rétorquais aux seconds que j'étais plus que capable d'avaler de l'alcool. Je finissais bien vite ma choppe avant de sortir rapidement de la taverne qui commençait à se remplir beaucoup trop à mon goût.

Je me dirigeais une nouvelle fois vers le garde du vestiaire qui me demanda de décliner mon identité, chose que je fis immédiatement, puis il me demanda aussi de retirer les bandages qui me recouvraient. J'essayais de protester et de lui expliquer, dans un calme se voulant olympien, que les rares rayons de l'astre soleil qui filtrerait à travers les anfractuosité de la roche serait assez puissant pour me causer d'intense brûlure et que ce serait regrettable que cela arrive au beau milieu d'un combat. Mais rien n'y fait, le garde refusa de me laisser garder mes bandages mais fut assez sympathique pour me laisse enlever que ceux qui ornaient ma tête. Je découvrais donc ma tête du tissu l’enserrant et laissais retomber ma chevelure à la couleur si particulière le long de mon dos, cela faisait longtemps que je ne les avais pas fait couper et leur longueur commençait à être difficile à dissimuler en dessous de simple tissu. Je n'avais qu'une hâte, que je sois assez forte pour résister un peu plus aux rayons du soleil et que je puisse changer d'accoutrement. Non pas que je n'aime pas celui actuel mais j'ai vite compris via le regard des gens autour de moi que ces habits la ne serait pas ce qu m'aidera à partager ma musique dans le monde entier, l'unique pupille sanglante non plus d'ailleurs mais je suis sûre qu'il y a d'excellents objets magiques pour changer de couleur d'yeux.

J'arrivais enfin dans les vestiaires, où un autre garde me redemanda mon identité avant de dire de prendre mes armes et autres objets utiles aux combats puis de déposer mon sac dans le casier dédié à cet effet. Il m’annonça ensuite ce que j'allais devoir affronter pour ce premier combat.

« Vous affronterez un Basimu, avez-vous besoin d'un descriptif de la créature ? »

« Ce serait fort utile, oui... »

« Une sorte de serpent géant, très agressif. Il peut aussi cracher du poison mais nous avons des équipes médicales un peu partout au cas où quelque chose devait arriver. Il ne vous reste plus qu'à attendre votre partenaire et vous pourrez y aller. »

« Je vous remer... Un partenaire ? Comment ça un partenaire ? »

« Vous n'êtes pas au courant ? Vu la puissance d'un Basimu vous allez le combattre à deux, votre partenaire s'appelle Ylith. Elle devrait être là sous peu.»

Le travail d'équipe n'était pas franchement mon fort, mais j'allais bien pouvoir faire une exception pour ce combat là. De l'aide pour maîtriser, sans le tuer, un serpent géant ne serait pas de refus. Je fis un sourire au garde, dévoilant mes canines, avant de m'accouder contre le mur le plus proche. Je ne savais pas quel genre d'individu pouvait-être cet Ylith mais j’espérais avoir affaire à quelqu'un sachant se battre, je n'avais pas vraiment envie de voir un serpent géant croquer à pleine dent devant mes yeux ébahis.

2/??, 771 mots:
 
Invité
Ven 16 Juin - 5:27
Revenir en haut Aller en bas
Scylla Fentkräes
avatar
Scylla Fentkräes
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1228
« Bien sûr qu'on est en retard ! » beugla la blonde dont la voix était totalement absorbée par la vitesse et le vent. « Vous n'avez pas entendu les trompettes raisonner dans les cavités ? Bon sang, si on les avait suivi, on ne serait pas perdues ! »

Son cheval, noir comme la nuit, lui répondit – aussi étrange que cela puisse paraître pour toute personne extérieure au trio qui ne connaissait pas Falka.

« Excusez-moi madame la comtesse, je n'ai pas un sens de l'orientation hors du commun et je ne tiens pas mes propres rênes. Je porte déjà votre royal postérieur alors j'apprécierais franchement que vous remettiez cette faute sur vos propres épaules, sauf votre respect ! »

Sora se retint de grogner et se contenta de soupirer en roulant des yeux. Kaeldwen, assise derrière la blonde et qui se tenait en entourant son bassin de ses épaules, ne réagissait pas aux batailles des deux, comme d'habitude. Elle savait que c'était peine perdue.

« À gauche ! À droite ! Roh mais non, je suis sûre qu'on est déjà passées par là ! »

« Tu as franchement l'air de savoir oui, en effet ! »

Sur ces mots, la monture à la robe de cendres s'arrêta net.

« Ce n'est pas que je n'aime pas cavaler avec deux individus qui pèsent leur poids sur mon dos, mais quand c'est pour aller nulle part, je trouve ça plus fatiguant que réellement utile. »

Sora soupira une énième fois et regarda autour d'elle, sans pour autant descendre. Elles étaient en retard, pas question de poser pied à terre, et de véritablement s'arrêter.

« Là-bas, » lança Falka en montrant quelque chose d'un coup de museau, « qu'est-ce que c'est ? »

Sur l'îlot de roches opposé, se trouvait une tache de couleur. Elle se mouvait telle une vague. Sûrement un morceau de tissu secoué par le vent. Et de fait, le possible début d'un itinéraire.

« Sûrement, et je l'espère, l'indication de direction que nous attendions. Allez, c'est parti ! »

Le cheval ne se remit pas directement au galop. Il y eut un court silence, un poil gênant.

« Et donc ? » questionna finalement Sora à la monture.

« Le but de l'expédition. Ou le canasson se met en grève. »

Sora se demandait si à force de soupirer et de rouler des yeux pour Falka, ces derniers n'allaient pas finir par tomber. Elle lui répondit néanmoins avec sincérité, sachant qu'elle n'avait pas le choix, même si la réponse ne plairait sûrement pas à sa compagne.

« Il y a un tournoi d'organisé et- »

« Évidemment tu y participes, car venant de te faire dépiauter par un Norphis, c'est la plus sage des décisions à prendre, c'est ça ? »

« Tu sais tout alors maintenant, en route. »

Falka voulait dire quelque chose mais tout comme Sora juste avant, elle savait que c'était inutile de s'y opposer. Au pire, elle descendrait et irait à pieds. Elle n'arriverait pas à l'en empêcher, donc la moindre des choses qu'elle puisse faire était encore de l'y accompagner pour veiller sur elle.

Elles retrouvèrent le ruban rouge en traversant, et tombèrent alors sur tout un tas d'autres accrochés aux rochers. Pas de doute, c'était un chemin indiqué. Elles reprirent donc la route à toute vitesse, et débouchèrent bien plus vite que prévu dans une grande cité souterraine.

« On continue, si on suit les cris de foule, on tombera sur l'arène. Le chemin continue avec les rubans. »

En effet, au milieu des rues, la voie était toujours démontrée et délimitée par de grands tissus de toutes les couleurs accrochés un peu partout. Elles finirent par tomber sur un énorme édifice. Pas de doute, c'était ce qu'elles cherchaient. Falka voulut ralentir, mais Sora lui intima de poursuivre. Elles pénétrèrent ainsi dans les lieux, au galop. Le cheval d'ombre courut dans un couloir sombre avant de déboucher au bas des gradins de l'arène. Elle se stoppa net devant la rambarde, et n'eut même pas le temps de se rendre compte que Sora avait anticipé. Elle n'était plus sur son dos, mais dans les airs. Et la seconde d'après, juste après une roulade sur le sable de l'arène parfaitement maîtrisée, elle se releva du même mouvement, fièrement.

Falka ne put s'empêcher de se masser les tempes après avoir repris une forme humanoïde, tandis que Kaeldwen souriait pour se retenir de rire, et que Sora, qui s'était retourné tout en avançant vers un des gardes présents, leur adressait un large sourire elle aussi.


763 mots & 1/? message :
 


SUP' BITCHES

Scylla Fentkräes
Ven 16 Juin - 16:06
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Ylith Isz
avatar
Ylith Isz
Naga - Exitum - III
Parchemins : 146
Ylith enrageait. Elle s'était rendue beaucoup trop tôt à l'arène, pour y apprendre avec amertume que les combats ne commenceraient pas avant quelques heures... De plus on ne lui avait donné que bien peu d'informations concernant celui pour lequel elle s'était inscrite. Elle devrait combattre sans tuer (un détail particulière horripilant) une puissante créature, en combinant ses forces avec celles d'une autre femme. Si l'idée d'un duo ne lui déplaisait pas, la jeune Naga savait pertinemment qu'elle n'était pas la partenaire idéale pour ce genre d'affrontement. Trop brutale et trop impulsive, elle n'était pas du genre à suivre de stratégie déterminée... Se jeter corps et âme dans la bataille, au mépris de tous les dangers, voilà ce qu'elle aimait ! Rien ne valait l'adrénaline pure d'un combat gouverné par les instincts et les pulsions.

Désœuvrée, Ylith s'était retrouvée à errer dans les, certes magnifiques, rues de la souterraine Synkaalia, sans but aucun. Kal'Mah confortablement installé sur ses épaules, elle s'abandonna à l'étude plus ou moins minutieuse des passants, troublant son ennui avec des pensées particulièrement sauvages. Comment vaincre un monstre sans le tuer ? A priori, il suffisait simplement de lui briser chacun des membres. Puis de l'assommer. Enfin, elle pourrait peut-être tenter de lui démettre la colonne vertébrale... Un petit sourire sadique naquit sur les lèvres de la jeune femme, effrayant un pauvre enfant qui la regardait à ce moment là.
Ylith soupira bruyamment. Si l'ennui et l'attente était la première source de son ire, l'absence de son ami n'avait rien arrangé. L'heure du combat approchait, et Khyn ne s'était toujours pas manifesté... Ce maudit Ulfurbe lubrique. Ainsi avait-il donc préféré s'abandonner à ses appétits charnel, plutôt que de venir apprécier de sanglants spectacles de maltraitance animale. Les poings serrés, Ylith reprit la direction de l'arène. Au moins pourrait-elle passer ses nerfs à tabasser ses adversaires.

Occupée à dévoiler son rutilant attirail à un garde Ashryne particulièrement large d'épaules, la femme-serpent n'entendit pas tout de suite les bruits de pas précipités qui claquaient contre les pavés dans son dos. Ce ne fut qu'une fois que le soldat à la carrure d'ours eut achevé d'examiné la toute nouvelle et particulièrement effrayante arme d'Ylith que ce dernière prit conscience d'une présence derrière elle... Mû par un réflexe surnaturel, la jeune femme se retourna vivement, brandissant sa lourde égide... avant d'éclater d'un rire franc et sonore.
- Et bien mon cher ! Moi qui te croyait en train de besogner une princesse locale... On dirait que tu as finalement préféré passer la journée à te faire tabasser !
Les bras couverts de bleus et de récentes petites plaies, l'Ulfurbe arborait en outre des marques de strangulations à la base de son cou et des griffures sur le visage. Essoufflés et les joues rougies par l'effort, il peinait à respirer. Et pourtant, le jeune homme rayonnait. Sans départir de son éternel air charmeur, il effectua une petite révérence et s'expliqua :
- Oh, le terme "tabasser" est un peu fort. Mais je peux certainement te confirmer que j'ai passé un moment d'une violence particulièrement exquise. Tu noteras que j'ai pris le soin d'être à l'heure pour apprécier ton combat, ajouta-t-il en ponctuant ses paroles d'un petit clin d’œil enjôleur.
S'esclaffant à nouveau, Ylith fit descendre son fils adoptif de son perchoir.
- Garde un œil sur Kal'Mah pendant que j'fais la peau à mes adversaires.
- Pas de meurtre, Ylith ! Rappela le lubrique Ulfurbe en agitant un index, l'air faussement moralisateur.
- Hélas... Soupira-t-elle en retour.
Tout en refixant sa rondache démesurée dans le dos de son armure de cuir, la redoutable Naga s'enfonça dans la gueule béante de l'arène. Cette fois-ci elle ne prit pas la direction des gradins mais s'enfonça plus loin encore dans les entrailles du bâtiments pour déboucher une une salle assez grande ou quelques autres combattants étaient en train de se préparer à leur combat. Un tout petit brin de femme, dont le corps était couvert de bandelettes de lin, était occupée à discuter de son affrontement avec l'un des gardes de l'édifice. N'écoutant la conversation que d'une oreille distraite, Ylith sursauta lorsqu'elle entendit son nom. Ainsi elle allait devoir affronter un serpent géant cracheur de venin, avec l'aide d'une... enfant ? Particulièrement intriguée, la femme à écaille se coula souplement vers sa future partenaire, qui se tenait nonchalamment appuyée contre un mur. Les traits juvéniles du petit être contrastait violemment avec son unique œil écarlate. Indéchiffrable et profondément dérangeant. De plus en plus intéressant... Une langue fourchue passa furtivement devant les crochets d'ivoires de la cruelle Naga. Si la silhouette de la jeune femme était frêle, presque malingre, une surprenante assurance se dégageait de ce regard sanguin. Ce qui lui faisait sans nul doute défaut en matière de force brute, elle devait le compenser par sa vitesse. Du moins il fallait l'espérer.  
- Je suis celle que tu attends. Ylith Isz. Siffla-t-elle en s'inclinant légèrement mais poliment. Quel est ton nom ?

Post 2 - 821 mots:
 




Ylith Isz
Sam 17 Juin - 0:20
Akwa Dala
avatar
Akwa Dala
Edsere - Consciem - III
Parchemins : 112
Je marchais à travers la foule, toujours accompagné de Kiza et désormais une certaine Kaëlyra Leen Kaëlle, alias Kael. La foule semblait toujours autant dynamique, spécialement dû au fait que les combats commenceraient sous peu. Je me concentrai tout de même sur les paroles de l’aetrayel à mes côtés. Apparemment, celle-ci ne voulait pas spécialement se faire voir ou reconnaitre en ange, même suite à son exploit face aux soins apportés à Lumie. J’écoutai ensuite la fin de sa phrase. Ma nouvelle accompagnatrice m’apprit alors qu’elle n’avait pas particulièrement une bonne estime de soi et qu’elle avait encore la mort d’un edsere sur la conscience. Je plissai un moment des sourcils en fixant l’arène au loin en tentant de comprendre l’ampleur et la profondeur de ses paroles. Je me doutais bien que derrière cette révélation se cachait une histoire, ayant malheureusement mal terminée. Je jetai un rapide coup d’œil à Kiza, se portant étrangement silencieux avant de regarder brièvement de nouveaux Kaëlyra. Je ne connaissais pas pourquoi et comment les aetrayel aimaient à ce point les edeseres, mais ceux-ci semblaient parfois presque chérirent et protéger les edsere portant la lumière à travers le royaume. Ce fait était mystérieux, mais à mes yeux, c’était un acte noble et suffisant pour ne pas me questionner davantage sur le sujet.

Je continuai ainsi ma route en songeant aux paroles de l’héroïne m’accompagnant, même si elle ne semblait pas vouloir se faire appeler ainsi. Malgré tout, après un moment de silence, je pris le temps de tourner la tête en marchant pour croiser son regard et lui dire quelque chose d’important.

- Parfois, on ne peut rien faire. Parfois, nous sommes tout simplement impuissant. Notre impuissance est de notre propre faute. La seule chose qu’on peut faire, c’est se battre, surmonter les échecs, combattre la douleur et la peine en essayant de survivre. Je pense vraiment trouver des réponses de cette façon. Je pense que la mort de ton protéger t’as rendu, au final, plus forte qu’au départ, tu n’es plus qu’une petite aetrayel.

Je lui fis un petit clin d’œil en coin, en espérant qu’elle soit en mesure de comprendre l’ampleur de mes paroles et d’une certaine façon, ma philosophie de vivre. L’ascendance de la conscience et son évolution. Me perdant légèrement dans son regard, je finis par regarder de nouveau en direction du Colisée avant de lui taper légèrement sur l’épaule, en signe d’encouragement et de soutien. Après tout, dans la quête de l’accomplissement de soi, le moral était quelque chose de primordiale. Je jetai de nouveau un regard à Kiza au sommet de son trône. Celui croisa aussi mon regard. Je cru apercevoir dans le sien une pointe d’inquiétude et d’excitation. Voyant visiblement qu’il voulait me dire quelque chose, je lui souris légèrement dans le but de l’encourager. Le naga leva la tête en direction de la magnifique entrée du Colisée, à quelques mètres devant nous.

- Je suis un peu inquiet. Maintenant que j’y pense, après avoir parlé de mort et de ses trucs, cette cité est d’une race guerrière. Même si tu es sacrément têtu en combat, tu risques d’en chier niveau combat. Ce n'est pas un défi un peu trop dangereux... Tu ne devrais pas te retirer, pour pas risquer ta peau ?


Je continuai ma marche en franchissant le seuil de l’entrée de l’arène en direction des spectateurs pour y déposer mon compagnon. Je l’installai ensuite tranquillement et confortablement pour qu’il ait une bonne vue des combats malgré sa petite taille. Je serai le poing en le regardant, toujours déterminé à me battre malgré ses conseils.

- Je ne deviendrai pas plus fort en me tournant les pouces. Le risque est payant et il me fait sentir en vie, il me rappelle que je dois défendre mes valeurs. En prime, ce n’est qu’amusement et divertissement. Et tu te rappel de notre promesse, si l’un de nos deux peuples est impliqué, on se doit de le défendre même ici.

Je lui donnai un léger coup sur l’épaule en rigolant légèrement. Je voyais sur les traits de son visage que mes paroles ne l’avaient pas à 100% réconforter, mais qu’elles avaient tout de même eux un effet positif. Je me levai alors, toujours souriant, en direction d’un des gardes, accompagné de Kaëlyra. Celui-ci nous reconduit devant deux petites pièces, servant probablement de vestiaires, ou un garde m’accosta avant de me diriger vers ce qui me semblait le vestiaire des hommes. Je saluai rapidement Kaëlyra en souriant avant de croiser une forme me semblant plus naturelle parmi les personnes présentes. Je me tournai quelques secondes en ralentissant le pas pour regarder plus attentivement cette personne recouverte de bandage. Facilement reconnaissable, je reconnus la jeune épéiste Norphis qui, même si j’avais de la difficulté à l’admettre, avait aidée beaucoup d’edsere. Je souris légèrement, en me disant que cette situation serait intéressante et que se croiser en arène pourrait se montrer intriguant. Je rentrai par la suite à mon tour dans le vestiaire en abordant la conversation avec des participants dans le but de m’informer. Un garde s'approcha rapidement pour savoir mon nom pour s’assurer que j’étais un participant avant de m’informer de la bête que j’allais affronter. Lorsque celui-ci me révéla que ce serait un mangraine, un frisson me parcourut l’échine. Je pensai quelques instant à Kiza.

'' Il va être surpris... Ca risque d'être excitant. ''

875 mots partie 4/?:
 


Akwa Dala
Sam 17 Juin - 2:34
Revenir en haut Aller en bas
Naya
avatar
Naya
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 120
- Votre nom ?
- Usui.
- Vous combattez premièrement contre un skayal. Vous pouvez allez dans les vestiaires à ma droite.


La femme resta un moment sur un banc, dans la pièce où d'autres femmes se préparaient. Elle les ignorait, complètement plongée dans ses pensées. Elle se fichait royalement du prochain combat, que ce soit un skayal ou une mangraine rien n'y changerait. Non, son esprit était sur quelque chose de tout autre...Le visage de Fyn et surtout toute la bonne volonté qui émanait de cet être resteront gravés dans sa boîte crânienne. Puis elle repensait aussi à Poki...Ah...Il ne fallait pas qu'elle succombe à la moindre preuve de gentillesse non plus...Naya savait que s'attacher à quelqu'un était bien trop dangereux, surtout pour sa liberté...Qu'était-elle entrain de faire ? Cependant ces deux-là...Elles ont ce quelque chose qui parvient à serrer les tripes de l'ulfurbe. Ce quelque chose d'indescriptible. Et elle resterait figée jusqu'à ce qu'elle arrive à déterminer ce qu'était cette chose. Non...il fallait qu'elle participe à ses combats tout de même...Rah ! Elle n'était pas dans le bon état d'esprit pour se battre et cela l'énervait. Elle prit rapidement la bouteille entamée de son sac et bu à grosse gorgée. Vite, vite que l'alcool fasse effet...Encore plus...Toujours plus...Jusqu'à qu'elle ait l'impression d'en être imprégnée. Jusqu'à sentir son estomac mourir dans des flammes. Jusqu'à être écœurée de tout.

Futile tentative d'oublier la réalité. Tout était simplement plus palpable. Elle se leva. Elle avait désormais totalement laissé tomber ses précédentes réflexions. Bien, comme elle se sentait largement mieux après avoir ingurgité cette forte dose, comme galvanisée, elle marcha vers la sortie des vestiaires. Puis elle se demanda, pourquoi se battait-elle après tout ? Le stress montait alors peu à peu. La fierté d'appartenir aux ulfurbes ? Quelle blague...Ce n'était qu'une vague illusion. Car ces même ulfurbes furent un temps la source de ses angoisses. Elle n'allait pas se battre pour Poki ou Fyn non plus...Tout ce qu'elle désirait à présent était de se battre pour elle. Et elle ne voyait pas du tout cela comme une preuve d'égoïsme, non, plutôt comme un droit légitime. Le faire pour quelqu'un d'autre lui parut tellement stupide et dénué de sens. Elle inspira fortement. Sans doute fallait-il voir les choses d'une façon plus légère après tout ? N'était-elle pas là dans le simple but de s'amuser ? Ah...les effets de l'alcool commençait déjà à faire effet, mais ce n'était pas grave, elle s'en foutait royalement et n'avait pas l'impression que cela brouillerait sa concentration, au contraire.

Pleine d'assurance, elle aborda un garde vers l'arène.

- Je suis Naya, dîtes-moi où je dois combattre, je suis prête, fit-elle sèchement mais avec néanmoins un sourire en coin. Il l'a dévisagea quelques instants avant de lui répondre.
- Trèèès bien....Bon...Euh, vous êtes certaine d'engager votre combat ainsi ? lui demanda-t-il quelques peu décontenancé. Effectivement, l'ulfurbe était simplement vêtue d'un pantalon de cuir et d'un voile, cachant sa peau nue, n'ayant en dessous que son soutien-gorge. De plus, elle n'était armée que de sa bouteille. Elle avait choisi, délibérément (et probablement pour son plus grand malheur) de ne pas user de son arc et de sa rapière. Autant car elle voulait éviter de tuer la bête avec ces armes transperçantes que car elle succombait à la passion pour le risque.
- Dépêchez-vous ! fit-elle en grognant. Oui elle était sûre ! Et la moindre contradiction l'exaspérait.
- D'accord d'accord...Voici la partie de l'arène où attend votre adversaire, bon courage...Ah et n'oubliez pas de prendre en considération la barrière magique ! Après l'avoir menée à son emplacement, le garde partit rapidement, visiblement stressé. En marchant, il lâcha ces mots : Cette ivrogne va se faire déglinguer...qu'est-ce que j'ai fais en la laissant se battre ?!

640 mots

Post VII:
 


Naya
Dim 18 Juin - 3:05
Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: