RP MULTI | Le tournoi de la cité des guerriers

 :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 84
Tout en marchant, l'Homme - Akwa - se tourna vers moi pour me parler : je levai les yeux vers lui et l'écoutai gravement, mon âme sombre et froide comme l'eau d'une rivière sous les arbres, là où ne vient pas de soleil. Les mots qu'il m'adressa étaient pleins de calme et d'une résolution ferme et douce qui m'apaisa. Ces paroles compatissantes m'étaient données, comme un rayon de lumière, destiné à m'aider à me relever. Je me laissai imprégner d'elles et de la vie qu'elles recelaient. Est-ce que je pouvais penser que j'étais devenue plus forte ? Je cherchai en moi-même, tristement, tout en me sentant contrite d'éprouver de la tristesse, et je ne pouvais voir en quoi j'avais pu évoluer positivement. Si ce n'était que mon caractère avait changé. Le fait d'avoir perdu mon edsere et d'avoir failli mourir m'avait rendue plus douce, plus complaisante. Peut-être que ce qu'il s'était passé m'avait encore plus déterminée à faire le bien, et m'avait assagie. Mes yeux se levèrent de nouveau vers le nommé Akwa, interrogateurs, et il m'adressa un petit clin d’œil en coin. Nos regards restèrent mêlés quelques instants, puis il détourna le sien en me tapant légèrement sur l'épaule, avec gentillesse.

Il se tourna vers son compagnon, Kiza : levant les yeux vers lui, il lui adressa un léger sourire, comme une question. Celui-ci sembla rassembler son courage pour prendre la parole et poser à son tour une question un peu épineuse au guerrier. Est-ce que c'était raisonnable de combattre, est-ce qu'il ne devrait pas renoncer, au vu des risques ? Cette question me fit un coup au cœur tout d'abord, puis je réfléchis. Il y aurait des risques, mais ce tournoi était avant tout destiné à ce que les participants puissent montrer leurs talents dans l'art du combat. Je regardai l'Edsere tandis que son ami Naga lui parlait. Je croyais en sa bonne étoile. Il était solide, fort, et aimé de Dieu, j'en étais sûre. Une émotion, semblable à de la tendresse, douce, vint, délicate comme un nuage de brume en mon cœur. J'étais là pour veiller sur lui de loin.

Veiller sur lui, le protéger... Tout en marchant, sans rien dire, je regardai ailleurs, perdant mon regard dans le lointain. Tous les battements de mon cœur, seconde après seconde,avaient-ils une autre raison d'être que cela ? Songeuse, je jetai un coup d’œil à l'Edsere; voyant brièvement sa large main calleuse qui bougeait légèrement tandis qu'il marchait. Puis levant un peu la tête pour une raison inconnue, je croisai par hasard le regard de Kiza. Dans ses yeux d'or, je vis... Son âme, car ne dit-on pas que les yeux sont le miroir de l'âme ? Je vis que lui aussi aimait Akwa, et voulait le protéger. Nous avions le même but.


***

Tout en marchant, ils étaient arrivés tous les trois à l'entrée de l'arène, croisant différentes personnes qui allaient et venaient dans tous les sens. Ils montèrent dans les tribunes, près des spectateurs, qui étaient de plus en plus nombreux à s'installer, et l'Edsere y déposa son ami, veillant avec délicatesse à ce que celui-ci soit bien installé. Après quoi, il répondit à la question que Kiza avait précédemment posée, en serrant le poing  : il était déterminé à se battre. Kaëlyra sentit sa volonté farouche, purement guerrière, et cela lui rappela Barthelémy. Que faisait-il, allait-il finalement la rejoindre ? Akwa donna donna un léger coup sur l'épaule de son ami, en rigolant légèrement. Kaël ne dit rien, mais un sourire errait sur ses lèvres. Elle se sentait amusée et doucement attendrie par la relation unissant les deux amis. Kiza semblait mieux disposé à laisser Akwa se battre. Kaël croisa son regard, et lui adressa un léger sourire. Elle tendit alors la main et prit celles de Kiza entre les siennes.

- « Je reviens, à tout à l'heure » lui dit-elle avec une tendresse qui venait tout droit de son cœur d'aetrayel. Puis elle se mordit les lèvres, et le regarda avec gravité, un peu embarrassée et contrariée. Elle avait agi spontanément, mais elle n'était pas sûre après tout d'être la bienvenue près de Kiza si elle retournait auprès de lui - la seule personne qu'elle connaissait un peu dans toute cette foule.

Cependant, elle n'eût pas le temps d'y réfléchir davantage. Elle et Akwa s'éloignèrent rapidement et rejoignirent les lieux où les gardes attendaient les combattants. Kaël avait accompagné le guerrier sans savoir pourquoi, comme si ça lui était naturel de marcher à ses côtés. L'un des gardes les conduisit à l'entrée de ce qui devait être des vestiaires, où les combattants pouvaient revêtir leurs armures. Là, plusieurs personnes attendaient, et il sembla à Kaëlyra qu'elle reconnaissait une silhouette qu'il lui sembla avoir déjà aperçu... Mais elle ne put observer celle-ci plus longtemps, car son attention fut détournée;  elle avait senti la présence d'un ulfurbe. Elle vit alors une jeune femme vêtue d'un pantalon de cuir, qui parlait avec un garde, d'un ton quelque peu violent, une bouteille à la main. Malgré qu'elle soit un ulfurbe, Kaël la trouva belle, d'une beauté chatoyante et dangereuse.

Un instant plus tard, le guerrier aux côtés de l'aetrayel adressa à ce dernier un salut léger en lui souriant, avant de le quitter; à la surprise de Kaël qui ne s'attendait pas à ce départ brusque. Elle resta un instant à la même place, à regarder le dos du guerrier qui s'éloignait, le coeur un peu serré, et différentes pensées s'agitaient dans son esprit. Enfin, elle se détourna et se mit en marche, se dirigeant vers les gradins. En passant elle aperçut un second ulfurbe, accompagné d'une autre silhouette; elle adressa à cette dernière un regard intrigué, en se demandant quelle sorte de personne était ainsi en cette compagnie, avant de continuer son chemin. Elle passa juste devant les deux personnes, et grimpa dans les tribunes, rejoignant Kiza. Celui ci était toujours à la même place, et elle décida de s'asseoir à côté de lui, en espérant être bienvenue. C'est ce qu'elle fit donc, s'installant confortablement en tailleur, en lui adressant un sourire, et en lui disant simplement :

- « Me revoilà ! »

Après quoi, elle tourna son regard vers l'arène, où les combattants ne devraient pas tarder à apparaître. Elle aurait voulu engager la conversation avec Kiza, mais elle ne dit rien de plus dans l'immédiat, laissant un silence paisible s'installer brièvement entre eux. Le menton posé dans le creux de sa main, elle regardait sans le voir vraiment le lieu du futur combat.

1093 Mots, Texte 7:
 


Lun 19 Juin - 13:18
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1127
Sora, les mains posées sur les hanches, toisait d'un air négligeant les alentours. Elle s'étonnait de ne pas se sentir intimidée par toute la populace qui se trouvait autour – et au-dessus – d'elle. Bah, elle savait pourquoi elle était là, et elle était loin de s'exposer à une défaite ou une humiliation. Elle allait là s'adonner à la chose pour laquelle elle était la plus douée : elle n'avait donc a priori rien à craindre. Après avoir vérifié qu'elle disposait bien de tout son attirail sur elle – son épée, sa dague, ses deux chakrams, ses épaulettes et ses gantelets – elle s'approcha du garde le plus proche qu'elle trouva. Elle n'eut pas le temps d'ouvrir la bouche qu'il l'interpella directement.

« À votre tour mademoiselle ! Nom, prénom, race. »

L'homme était bien peu aimable. Et si on ne lui avait pas programmé son combat avec un adversaire prédéfini, elle se serait fait un plaisir de dépiauter celui-là. Enfin non. Elle ne devait pas tuer. Voilà une règle qui allait sûrement lui donner du fil à retordre. Mais un nouveau défi ne faisait jamais peur à Sora, bien au contraire. Cela faisait monter l'adrénaline.

« Fentkräes Scylla, Ashryne. » répondit-elle tout aussi poliment.

Il grommela et tourna les pages de son calepin rapidement.

« Veuillez vous rendre de ce côté, contre le bord de l'arène. Vous y affronterez un Basimu. »

La blonde fit la grimace.

« Un quoi ? »

« Un Basimu. » répéta encore plus glacialement le garde en la toisant de haut, comme narquoisement. « Un genre de très gros serpent venimeux. »

Sora lui rendit son sourire fier avant de tourner les talons et juste après avoir lui avoir répondu sèchement.

« Une formalité donc. »

Elle ne put s'empêcher, une fois qu'elle lui eut tourné le dos, de jurer sur la tête de ce fichu garde pompeux et bien trop fier de lui. Elle sortit sa lame tout en marchant et s'arrêta devant la porte d'où devait sortir la bestiole. Elle entendit un petit grésillement dans l'air. Signe qu'une barrière magique venait d'être dressé pour encadrer son périmètre. Et puis elle entendit le bruit caractéristique d'un rampant : le sable et le gravier qui gratte sous une masse qui se déplace à même le sol.

Elle le vit enfin, et il n'attendit pas que la grille soit totalement relevée pour se glisser rapidement en-dessous. Comme trop fier lui aussi, il n'attaqua pas de suite. Et se dressa d'abord de toute sa hauteur pour toiser Sora du plus haut possible avant de lui présenter son cri animal : un genre de sifflement grogné assez désagréable à l'oreille.

« Allez petite couleuvre. » lança Sora à l'animal en attrapant un de ses chakrams de sa main qui ne tenait pas son épée, même s'il savait que la bestiole ne la comprenait sûrement pas. « C'est l'heure de danser. »

~

« Ohlala, elle va se faire massacrer... » soupira Falka en voyant sortir comme de son terrier l'énorme serpent.

« Mais non, fais lui donc un peu confiance. Et voyons comment elle s'en sort. »

« Justement, je vais voir ça d'en haut moi, histoire de me poser sur un banc. C'est pas toi qui a porté deux personnes d'un poids adulte sur un long trajet à ce que je sache. »

Kaeldwen n'émit aucune protestation, et demeura à regarder l'arène d'en bas des gradins, alors que Falka commençait à gravir les escaliers. Elle s'assit à côté d'une jeune femme à laquelle elle ne fit même pas attention. L'ombre commençait tant à s'habituer à pouvoir se déplacer naturellement avec Sora et avec son apparence humanoïde qu'elle ne faisait presque plus attention aux regards stupéfaits, qui étaient pourtant bien là.

Kaeldwen de son côté, commençait à avoir également envie d'aller s'asseoir, ses jambes la chatouillaient quelques peu. Elle fit volte-face pour aller sur les gradins et rentra directement dans une personne. Kaeldwen n'était pas de celles qui avaient l'habitude de s'excuser en premier, même si pour ce coup-ci, la faute était sûrement autant à elle qu'à l'inconnu. Elle leva les yeux et ne put s'empêcher de penser à voix haute.

« Un Ulfurbe ? »

Elle toussota en se rendant compte de ce qu'elle avait dit, sans pour autant montrer un quelconque signe de gêne, et poursuivit en faisant une remarque sur la première chose qu'elle avait remarqué.

« Visiblement, votre combat dans l'arène vous a plutôt donné du fil à retordre... Si vous cherchez l'infirmerie, il ne me semble pas que c'est par là vous savez. »


763 mots (ui encore) & 2/? messages :
 


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Lun 19 Juin - 13:35
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 482
Ara ne put retenir un souffle de sortir de sa bouche lorsque la jeune inconnue lui répondit. Le soulagement était total et elle ne passait pas pour une imbécile. Du moins à première vue. Tout en continuant à sourire la femme poisson entama à son tour les présentations. « Enchanté de faire votre connaissance Estë, je me nomme Ara Ocee. » Une manière ne se présenter un peu trop prétentieuse peut-être ? Non après tout ! La jeune femme aux cheveux noirs se mit alors à regarder sa nouvelle connaissance avec plus de détails. Les oreilles n'étaient pas la seule chose qui se distinguer chez la dénommé Estë. Ses yeux étaient d'un brun très pur, semblable à une terre que personne n'avait encore foulée. Ses vêtements, vert dans leur ensemble, lui faisaient penser à une très belle forêt. A première vue, et elle pouvait se tromper, il lui semblait que cette jeune femme était particulièrement attachée à la nature.

Mais ne voulant pas se montrer impolie envers sa nouvelle connaissance, Ara arrêta de la dévisager pour se concentrer sur l’arène. Peu à peu les gens commençaient à entrer dans celle-ci et semblaient recevoir des instructions. Après avoir entendu le discours d'une femme qui lui était inconnue, mais qu'elle imaginait très importante, elle était bien heureuse de ne pas se trouver parmi les participants. Si elle pouvait combattre cette activité ne lui plaisait guère. En revanche admirer le spectacle vaudrait certainement le coup d’œil.

Soudainement, alors que la jeune femme aux cheveux noirs était toujours concentrée sur l'avancée des participants, un mouvement attira son attention sur un coin de l'arène. Une personne venait de débouler dans celle-ci, assise sur un grand cheval noir. Même si elle était loin, Ara sembla reconnaître cette personne. Ses longs cheveux d'or lui rappelaient une femme qu'elle avait rencontrée il n'y avait pas si longtemps. Son nom lui revint sur le coup, Scylla Fentkräes. La femme poisson se souvenait d'elle comme une personne très gentille et amicale. « Qu'est-ce qu'elle peut bien faire ici ? » Sans même avoir réalisé qu'elle avait formulé sa question à voix haute, Ara en déduisit qu'elle devait participer à l’événement. Le moins qu'elle pouvait dire c'est qu'elle ne pensait pas le revoir dans un moment pareil.

Puis, une douce odeur attira l'attention de la jeune femme. Un parfum sucré qu'elle ne connaissait pas encore. En cherchant son origine, elle vit un homme passé de gradins en gradins pour vendre des pommes enrobées d'un nappage sucré. Voir cela mit l'eau à la bouche de la Naga et sans plus attendre elle se leva pour aller voir l'homme. Elle prit deux pommes embrochées sur des bâtons puis retourna à sa place. Elle croqua avec impatience dans la première et ne pu retenir un gémissement de plaisir. C'était absolument délicieux. Puis, elle tandis la deuxième pomme à sa nouvelle connaissance. « Vous en voulez une ? C'est juste succulent ! » Son intention dès le début était de partager ce bon petit repas avec la jeune femme aux yeux bruns. Car après tout, la nourriture est bien meilleur si on la mange à plusieurs, n'est-ce pas ?

Mots : 522


Post n°02:
 


Absence complète du 10 au 24 Juillet


I love you <3:
 
Lun 19 Juin - 18:46
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Abund - II
Parchemins : 440
Je continuais d'attendre patiemment l'arrivée de ma partenaire, même si je commençais à me demander si elle allait tout simplement arriver un jour. Cela ne m'étonnerai pas que quelqu'un se désiste après avoir entendu parler de toutes les atrocités monstrueuses que nous allions devoir combattre. Il fallait juste ne pas paniquer... ce n'était, après tout, qu'une bête mortel capable de broyer nos os, de nous gober entièrement ou même pire de nous causer d'horrible douleur en nous empoisonnants. Je soupirais longuement tout en dirigeant mon regard vers l'entrée du vestiaire, espérant y voir apparaître ma partenaire. Néanmoins à la place de cela, je vis apparaître un visage me semblant familier. Nos regards se croisâmes tandis que j'arrivais enfin à reconnaître de qui il s'agissait. C'était le blondinet qui était présent à Fruïan, j'avais rejoint sa ligne de défense et il m'avait actuellement sauvé la vie. Je n'avais pas vraiment eut le temps de le remercier mais quand je voulus le faire il disparu de l'encadrure de la porte. J'esquissais un sourire avant d'apercevoir une Naga se diriger vers moi. Sa langue fourchu siffla entre ses mâchoires, me signalant qu'elle était ma partenaire pour ce combat. Je me retenais intérieurement de rire, qui était le génie qui avait eut l'idée de mettre une Naga serpentine contre un serpent géant ? Je lui fis un sourire, dévoilant mes canines acérées et étincelantes, avant de répondre à sa question.

« Enchantée de te rencontrer, Ylith. Je suis Akantha, Akantha Aisos. »

J'observais plus en détail la Naga avant de remarquer un trait particulièrement marquant. Elle n'était pas franchement très belle, à l'instar de ses consœurs. Sa peau grisâtre faisait ressortir les vertèbres apparente de son dos, ses bras démesurés avait une circonférence égale à celle de ma tête et se terminaient par de grandes et épaisses griffes qui semblaient capable de broyer tous ce qui passait à leur portées. Essayant de ne pas montrer à quel point j'étais déstabilisée, je fus rassurée de voir que la Naga avait un visage moins effrayant que le reste de son corps. Sortant mes doubles lames détachables de mon sac sans fond, je continuais notre petite discussion.

« Comment veux-tu t'y prendre ? Préfères-tu planifier notre assaut sur la créature, ou bien tous simplement rentrer dans le lard de ce serpent ? »

C'était une question à laquelle je connaissais presque déjà la réponse, elle ressemblait plus à une paire de muscles sur pattes,ou plutôt sur queue, qu'autre chose. Mais sait-on jamais peut être qu'elle était une grande stratège. Ne la laissant pas répondre je continuais.

« Dans tous les cas, je suis prête quand tu l'es, Ylith. »


Je vérifiais l'état de mes armes en attendant les réponses de la Naga. Si de mon côté je préférerais planifier à l'avance notre assaut contre la bête, il était plus que probable que ce tas de muscle ambulant souhaite juste lui taper dessus. J’espérais juste qu'elle était au courant que nous ne devions pas le tuer. Et j’espérais aussi qu'elle savait actuellement se battre et qu'elle ne ferait pas que gesticuler dans tous les sens en espérant toucher un ennemi plus agile qu'elle ne l'est. Les paramètres de ce combat était très aléatoire, mais c'est la d'où vient tous le plaisir de se battre. On ne sait jamais à l'avance si l'on risque de mourir dans les minutes qui suivent ou si nous allions écraser notre ennemi magistralement.

Post 3/??, 571 mots:
 



Mar 20 Juin - 2:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Anya accueillit Ganat à ses côtés, rassurée de se voir confier la charge du petit familier. Kochka ne lui laissa pas une chance de s'installer, venant se draper sur les épaules de sa maîtresse dans une démonstration de possessivité rare. La jeune femme ne put s'empêcher de rire en comprenant que le simédia était soudain jaloux et entreprit de le rassurer en le grattant sous le menton. Le golem vint sautiller sur ses genoux, réclamant à son tour sa dose d'attention… La jeune femme suspectait aussi qu'il cherchait à mieux se placer afin de ne pas perdre de vue son maître. Ses ordres avaient été clairs mais ce n'était pas pour cela qu'il n'allait pas s'inquiéter pour lui…

Ils allaient avoir cela en commun d'ailleurs. Même si elle faisait confiance en Cyrian pour offrir au public un beau combat et que l'environnement de l'arène était tel qu'ils ne laisseraient certainement pas une mort tragique s'y dérouler, la jeune femme s'inquiéterait tout de même pour lui. C'était assez normal en soit, pour ne pas dire naturel. Pour autant elle n'allait pas non plus se morfondre depuis les gradins, c'était de soutien dont il avait besoin, pas d'une damoiselle en pâmoison qui allait s'accrocher à lui et l'empêcher de vivre pleinement...

S'installer demanda tout de même un petit peu d'adaptabilité pour ne pas trop déranger le simédia et le golem. Mais elle parvint à se positionner de telle sorte qu'elle puisse tenir Ganat dans ses bras, un peu comme un enfant une poupée, et qu'il puisse avoir une vue dégagée sur la zone de combat. Elle espérait juste qu'il ne chercherait pas trop à sautiller... Kochka pourrait lui aussi voir les combattants, toujours drapé sur ses épaules, et sa tête était suffisamment proche de son oreille pour qu'il puisse s'exprimer sans attirer l'attention sur eux. Ce ne serait jamais aussi précis que si quelqu'un lui décrivait les combats, mais il saurait lui communiquer certaines informations importantes. Il savait quel combattant garder à l'oeil…

Il était évident que la jeune femme allait être désavantagée dans son observation des combats, le spectacle ne serait jamais le même pour elle que pour un voyant… Il fallait déjà qu'elle détermine dans quelle zone, exactement, Cyrian allait affronter la créature qui avait été désignée comme son adversaire. D'autres combats ayant lieu simultanément et à proximité, sa perception allait être en partie divisée et elle allait devoir redoubler de concentration… De même il lui serait nécessaire de se reposer sur une âme généreuse pour lui donner certains détails. Si elle pouvait déduire beaucoup de choses grâce aux sons, parfois même aux odeurs, il y avait des éléments qui nécessitaient une bonne paire d'yeux. Quelle arme utilisait le nanthun par exemple… ? Ou quel était son adversaire si elle ne parvenait pas à l'identifier…

Elle se pencha donc vers son voisin de droite, un collègue musicien si elle ne se trompait pas, et lui demanda de l'aider à s'orienter. La jeune femme parvint à donner une description étrangement proche de la réalité de Cyrian, bien que faisant abstraction de détails tels que les couleurs, et son comparse temporaire parvint à confirmer sa localisation, Kochka et Ganat l'ayant déjà repéré… Ne restait plus qu'à attendre l'arrivée de son adversaire. Sa prise se resserra un peu sur le golem de pierre, son anxiété pas encore complètement maîtrisée...


556 mots, post 8:
 



By Naya !!
Mer 21 Juin - 6:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Terrifié à l'idée de rater le début du combat d'Ylith, Khyn courait à travers les gradins comme un possédé, montant et descendant les marches quatre à quatre. Dans sa folle course, il ne vit pas l'obstacle féminin qui venait de se dresser sur sa route. Le choc fut plutôt doux au final ; l'Ulfurbe ne courrait pas si vite que ça. Peut-être une poitrine rebondie avait permis de l'amortir... Sans s'attarder sur le visage de la femme qu'il avait percuté, Khyn riva ses yeux sur ses seins, de taille somme toute assez correcte. Ce qui expliquait sans nul doute le fait que ni l'un ni l'autre ne soit tombé à la renverse. Stupéfaite, elle laissait échapper une exclamation de surprise.
- Une Ulfurbe ? Rétorqua Khyn, avec une pointe d'ironie dans la voix.
Époussetant et lissant ses vêtements - qui pourtant n'avaient aucunement souffert de la rencontre forcée - le jeune homme regarda enfin son interlocutrice dans les deux. Deux prunelles envoûtantes, qui n'étaient pas sans rappeler celles d'une certaine Naga...
- Excusez-moi, dans mon empressement j'ai du omettre de regarder devant moi.
S'il ne le montrait pas, Khyn était agréablement surpris de rencontrer l'un de ses semblables sur ce continent. Depuis leur arrivée sur le Diapré, il n'avait croisé ni Ulfurbe, ni Norphis, et en avait tiré une certaine nostalgie. Il allait proposer à la dame bleutée de regarder les combats ensemble, quand cette dernière émit une remarque concernant son état physique. Il éclata aussitôt de rire.
- Moi, combattre dans l'arène ? Grands dieux non... Ce genre de chose ça n'est pas pour moi. Je sais bien qu'il ne s'agit pas de combats à morts mais tout de même, je n'aime pas vraiment le danger. Ah. J'imagine bien que mon apparence doit être en totale contradiction avec mes paroles... Sans m'étendre sur le sujet, je pourrais simplement résumer en disant que j'ai fait une heureuse rencontre un peu plus tôt dans la journée, au cours de laquelle j'ai bu apprendre bien des choses en matière d'anatomie.
Réalisant qu'il s'emportait un peu dans sa tirade, le lubrique Ulfurbe se tut quelques instant, avant de désigner deux places vides non loin de là. Elles offraient une assez bonne vue sur l'arène.
- Que diriez vous d'assister aux combats en ma compagnie ? Je suis épuisé, et un brin de causette pourrait s'avérer particulièrement divertissant entre chaque affrontement. Et puis... cela fait bien longtemps que j'ai pas croisé d'Ulfurbe.
_________________________________


Ylith réfléchit un court instant, arquant son sourcil gauche. Un plan ? Avancer dans l'arène et démolir le Basimu n'était-il pas un plan suffisant ? Non. A l'évidence non. Il s'agissait d'une créature redoutable, la cruelle Naga devait bien le reconnaître... Elle n'en avait jamais rencontré elle même, mais les récits évoquant ces créatures se terminaient bien souvent par la mort des héros assez fou pour vouloir l'affronter. Une mort lente et douloureuse, une venimeuse agonie. La petite Norphis avait raison, il serait plus judicieux de réfléchir à un semblant de plan de bataille. Ylith ricana :
- J'avais dans l'idée de démembrer mon adversaire. Ou en tout cas de lui briser toutes les pattes. Mais ça c'était avant de savoir qu'on allait se battre contre un serpent géant bien entendu... Plus sérieusement, de toute évidence tu es infiniment plus mobile et rapide que moi. Reprit la femme à écailles. Du moins je l'espère... Moi j'aurais plutôt tendance à attendre qu'il vienne à moi, encaisser ses coups avec mon bouclier, puis riposter.  
Ylith désigna le massif pic de guerre qui ornait son dos, fixé contre l'égide bois et d'acier. Une arme qu'elle venait tout juste d'acquérir et qu'elle ne savais donc pas encore manié à la perfection... De plus, elle aurait besoin de ses deux mains pour user d'un tel monstre. Il lui faudrait donc alterner entre sa position de défense, le bouclier lever, et sa posture plus offensive, pour laquelle elle devrait lâcher ce dernier. C'était risqué et c'était bien cela qui plaisait à la jeune Naga.
- Je dirais que l'idéal c'est que tu harcèles le monstre, afin de le faire saigner le plus possible et de l'affaiblir progressivement, pendant que j'encaisse et esquive autant que possible ses assauts. En m'octroyant le luxe d'une riposte si possible... Mais j'ai pas encore l'habitude de ce nouveau jouet. Pour finir le combat sans tuer... Je miserais sur une démolition de la mâchoire suivie par une série de chocs répétés sur le crâne du Basimu. Qu'en penses-tu ?

Post n°3 - 744 mots:
 


Mer 21 Juin - 19:39
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lië'ja - Zorel - II
Parchemins : 53
Are Ocee… Estë offrit un simple hochement de tête à l’entente de ce nom. Telle appellation, si mélodieuse, ne put que lui plaire. La Lië’ja n'eut cependant le temps pour profiter de cette pensée : son attention fut happée par l’orchestre qui fit soudain taire les activités. La puissante Calyarell se fut levée, entamant un discours qui se voulait engager les soi-disant réjouissances. De toutes ces paroles, l’enchanteresse en retint la règle imposée non sans une certaine rancœur… Ou plutôt, elle ne savait qu’en penser. Ne pas achever ces bestioles lui paraissait d’une cruauté d’autant plus marquée qu’elles continueraient de souffrir au service des Ashrynes, ce plutôt que d’obtenir une mort des plus méritées. Finalement, cela relevait autrement plus d’une notion de bienséance que d’un acte de bonté… Chose que la souveraine n’eut après tout pas démenti. Estë baissa le regard vers l’arène en préparation, s’efforçant de ne pas se laisser porter par son esprit qui, trop souvent, quêtait la moindre opportunité de lui ôter le plaisir des festivités.

Puissent au moins les combats être d’un bon spectacle… Et pour ainsi dire, à même les prémices de ceux-ci surent promettre quelques surprises. Une étrange femme aux cheveux d’un blond brillant eut décidé de réaliser une entrée théâtrale, une pirouette à la réception parfaite qui lui valut l’attention d’une bonne partie des gradins. A cela se coupla un fait qui marqua d’autant plus Estë : sa voisine semblait connaître boucle d’or. Ainsi lui jeta-t-elle un regard en coin accompagné d’un sourcil levé, quelque peu intriguée. Des questions éparses lui vinrent la concernant, mais elle n'en émit aucune si peu qu’elle en eut l’envie ; Ara s’était levée.

Les iris de la Lië’ja la suivirent, intéressés par ce qu’elle comptait mener. Ara se présenta seulement à un homme qu’elle n’avait pas remarqué, celui-ci étant à peine plus grand qu’elle. Penchant la tête, Estë comprit alors qu’il en retournait seulement d’un vendeur de confiserie, rien d’autre. Elle fit taire toutes les pensées qui purent la prendre plus tôt, s’en retournant vers l’arène qui accueillait les guerriers prêts à combattre.

Un gémissement se fit soudain entendre.

Surprise, la Lië'ja tourna la tête vers la source du bruit : elle se retrouva de nouveau face à Ara, maintenant armée de deux pommes embrochées, napées d’une mixture à l’odeur alléchante. L’une de ces gâteries lui fut proposée, l’autre déjà croquée. En avait-elle vraiment acheté une pour une inconnue à peine rencontrée ? Ah, comment refuser… « Volontiers… » Estë ne put que s’en emparer timidement, considérant ensuite ce présent qu’elle faisait tourner entre ses doigts. « Merci. ». La gêne de recevoir ainsi un présent sans ne rien pouvoir offrir en retour la prit, si bien qu’elle hésita à croquer un instant. Les senteurs enivrantes l’emportèrent néanmoins sur la raison, car bientôt, ses petites dents en vinrent à briser la fine couche de caramel.

L’afflux sucré eut vite fait de vaincre son embarras. La première bouchée ingurgitée, la Lië’ja entama la seconde avec entrain. Ses joues se gonflèrent le temps qu’elle avale ce délice. Sa mine se fit des plus ravie. « Ah ! Mais c’est--… ». Elle lécha l’un de ses doigts qui eut touché la mixture, « C’est sucré plus que de raison, mais si… Doux ! ». Une nouvelle morsure fit ses traces dans la pomme. A cela suivit une pause, le temps que le morceau soit mâché, puis gobé. « Je vous revaudrais cela, Ara. ». Alors qu’elle s’adressa directement à sa voisine, une question à son sujet la frappa de nouveau. « J’y pense, vous aviez l’air surprise plus tôt… ». Estë se mit à pointer l’arène de sa brochette sucrée. Sans aucune précision, le pic du morceau de bois se voulait désigner la femme qui avait déboulé en trombes parmi les participants. « Vous connaissez cette acrobate ? »


Post III, Mots : 642

Résumé:
 


Mer 21 Juin - 20:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 129
Une fois à l’intérieur, j’observai l’arène. Je remarquai que le sol était recouvert de cercles de différentes tailles, la plupart de taille moyenne et certains étaient beaucoup plus grands. Quelques combats avaient même déjà commencé. Pour ma part, je ne sais toujours pas si c’était de la chance ou le contraire, mais on m’attribua une zone de combat non loin d’Anya et pour ainsi dire sous ses yeux.

Une fois que je fus à l’intérieur du cercle, le garde me demanda si j’étais prêt et après avoir vérifié mes armes et avoir fait quelques étirements, j’acquiesçai. L’Ashryne cria alors un ordre à un de ses collègues et une grille s’ouvrit. Dans un premier temps, je ne vis rien du tout mais ce n’est qu’après une bonne minute que cela change. La première chose que je vis furent ses yeux. Deux yeux jaunes aux pupilles fendues. Deux yeux de reptiles. Et ceux-ci me fixaient. Je sentis alors une peur incontrôlée et primaire monter en moi que j’eus bien du mal à réprimer. Alors que je tentais de me calmer, le Skayal avança d’un pas lent et mesuré dans ma direction. Je pus enfin l’examiner comme il faut. Il semblait jeune et manquait certainement d’expérience mais cela était compensé par sa fougue et sa force. Il devait également aimer se battre à la vue de la douzaine de cicatrice que je voyais sur son corps. Finalement, celui-ci se planta face à moi. Quand il s’arrêta, je sortis mes cimeterres. J’étais prêt à me battre et lui aussi.

Étrangement, ce fus lui qui lança la première offensive en bondissant sur moi. Je n’eus aucun mal à esquiver cette attaque grossière qui, à mon avis, servait plus à estimer mon niveau. Tout comme les deux coups de mâchoires qui suivirent. Ensuite, lorsqu’il tenta à nouveau de me mordre, je bloquai sa mâchoire à l’aide et alors qu’il tentait en vain de me mordre, je lui donnai un violent coup de genou au menton. Le Skayal recula ce qui me permit de me dégager et de reprendre mon souffle. L’animal avait une force phénoménale et le combat risquait d’être rude. Malheureusement, la bête ne tarda pas à repasser à l’attaque et il arriva sur moi tellement rapidement que je n’eus pas le temps d’esquiver son coup de griffe. Deux longues entailles me barraient le dos au niveau de mon omoplate gauche. Cependant, je n’avais pas le temps de me morfondre sur ma blessure car j’avais un Skayal à mettre au tapis. Ce dernier sauta à nouveau pour essayer de me mordre mais au dernier moment, je m’abaisser er l’animal passa au-dessus de moi. J’en profitai pour lui faire une entail à l’abdomen, celle-ci n’était pas assez profonde pour être dangereuse mais assez pour le ralentir.

Malheureusement pour moi, il ne réagit pas de la manière que j’avais escompté et au lieu d’être ralenti, il sembla entrer dans une rage nouvelle. Il jeta sur moi avec encore plus de force et j’avais de plus en plus de mal à repousser ses attaques. Il fallait que j’en finisse avant qu’il ne soit trop tard… pour moi. Ainsi lorsqu’il s’approcha à nouveau de moi pour me donner un coup de patte, je l’écartai avec mon cimeterre droit et je lui donnai un coup entre les deux yeux avec la poignée de mon autre arme. Il recula alors, légèrement sonné, et j’en profitai pour lui donnai un autre coup de genou dans la mâchoire. Cette fois-ci, j’eus à peine reculé de quelques mètres qu’il se jeta sur moi à nouveau mais grâce à une roulade sur le côté, j’esquivai l’attaque. Sans tarder, je tentai de lui faire une autre entaille sur le flanc mais l’endroit que je touchai était protégé par les écailles très résistantes. Du coup je reculai d’un ou deux pas et me préparai à une autre attaque qui arriva très rapidement. Cette fois-ci, il s’y prit comme au début : il tenta de me mordre. Je parai également de la même manière et donnai encore une fois un coup de genou. Le seul changement fut la rapidité d’exécution car je n’attendis pas pour lui donner un coup entre les yeux et enfin sur la tête. Après ça, il s’écroula. Il était inconscient. Son entaille à l’abdomen et les coups avaient fini par avoir raison de lui. Par précaution je m’écartai de la bête et une fois sûr qu’elle était hors d’état de nuire je me tournai vers les gradins.

Anya, j’ai gagné. La bête est à terre, criai-je dans sa direction car je savais qu’elle ne pouvait
pas me voir.

Ensuite, des gardes arrivèrent pour transporter l’animal inconscient afin de soigner sa blessure. Quant à moi, je restai là en attendant la suite des opérations. Deux choses étaient certaines, si le combat avait durer plus longtemps c'était moi qui aurait été à terre. Mais surtout, j'avais besoin d'aide pour ma blessure.

789 mots

Post 8:
 


Mer 21 Juin - 23:43
Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 9Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: