[Quête]Meurtre sur Scène[PV Yanos]

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés :: La Grand-rue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
(Depuis)

-Je ne suis pas sûre d’être « bonne à marier » mais j’y réfléchirai...

Il avait été étrangement naturel de prendre le bras de Yanos. Le peu de personnes qui avaient cherché à en faire de même avaient eu tendance à la traiter avec condescendance, comme une invalide incapable ou un enfant tout juste en âge de découvrir le monde. Ici le geste était silencieux, tenant du pratique teinté d’une touche de galanterie peut-être, ce qui n’était ni blessant, ni vexant. Cela permit même à Anya d’esquisser un sourire en entendant les propos de Yanos. Elle appréciait le fait qu’il ait, semble-t-il, remarqué sa cécité sans éprouver le besoin de véritablement la souligner au travers d’incessantes questions. Il était d’ailleurs assez rafraîchissant d’entendre quelqu’un faire de l’humour sur sa condition sans, dans le cas des bonnes manières, s’excuser à outrance. Ce n’était pas parce qu’elle ne pourrait jamais décrire les couleurs d’un levé de soleil qu’elle n’utilisait jamais le verbe « voir » par exemple !

Profitant pleinement de la carrure de son compagnon, ce qui lui évitait de se servir de son bâton pour se frayer un passage quand elle en avait besoin, la jeune femme entreprit de les mener vers le lieu de représentation… Ce n’était pas la première fois qu’elle en entendait parler mais,  jusque-là, elle n’était pas parvenue à assister à l’un de leur spectacle. Pourtant, elle n’en entendait que du bien et les personnes qui avaient eu cette chance ne semblaient pas tarir d’éloges sur les musiciens et, notamment, sur la chanteuse. Il s’agirait d’une elfe dont le joli minois serait au diapason de son brin de voix. Tout pour plaire en somme… Presque de quoi rendre jalouse mais, fort heureusement, Anya n’était pas vraiment comme ça. Elle préférait saluer le talent lorsqu’elle le croisait plutôt que d’aller bouder dans un coin sous prétexte qu’elle n’était pas à la hauteur.

Tous deux débouchèrent enfin sur la Grande Rue, l’affluence se faisant brusquement beaucoup plus forte. La demoiselle resserra instinctivement sa prise sur son bâton et sur le bras de Yanos, peu désireuse de le perdre dans la foule. Kochka, lui, bien plus habitué des lieux, avait bondi sur les épaules de son amie dès que cette dernière s’était légèrement penchée. C’était encore le moyen le plus sûr de se déplacer sans qu’ils ne soient séparés même s’il commençait à être un peu trop grand pour s’installer pour de longues périodes sur ses épaules. Le simédia observait d’ailleurs les épaules de l’ange avec une certaine envie. Bien plus larges, et situées bien plus en hauteur par rapport à la foule, elles devaient offrir un promontoire de choix…


-Nous y sommes presque. C’est au bout de la Grande Rue, tu devrais être à même de voir le bâtiment...

Même si ses yeux avaient été fonctionnels, la jeune femme n’aurait pas été en mesure de le voir, trop menue pour la foule de badauds. Mais Yanos, lui, ne devait pas avoir le même problème… Il pouvait donc voir sans mal, à plusieurs mètres de là, une haute structure de pierres blanches formée d’arches et de colonnes sur presque quatre niveaux. Anya savait que l’acoustique y était exceptionnel mais elle ne savait pas si les décors étaient à la hauteur… Les gradins s’élevaient sur les quatre niveaux, formant un arc de cercle autour de la scène. Derrière cette dernière s’élevait un haut mur permettant de renvoyer le son vers les spectateurs. Le théâtre était bien pensé sans être pour autant immense…

Une petite foule s’était déjà accumulée aux différentes entrées, la taille des arches filtrant naturellement le nombre de personnes qui pouvaient accéder aux gradins. Ayant vécu un certain temps dans la rue, la jeune femme fit particulièrement attention à son sac, sachant que les mains baladeuses étaient monnaie courante dans ce genre de situations et elle fit en sorte de le rappeler à l’ange. Si c’était à nouveau sa première fois dans une grande ville, il valait mieux qu’il se tienne sur ses gardes. Elle ne prenait pas vraiment pour quelqu’un de naïf mais il y avait des choses dont on perdait vite l’habitude malheureusement…

Bientôt ils purent enfin entrer dans le théâtre même après avoir passé un couloir relativement étroit. Ils se situaient en bas, juste à coté de marches permettant d’accéder aux places les plus en hauteurs. Heureusement l’endroit était suffisamment bien pensé pour que le son le même, quelle que soit la place. Ce qui n’était pas forcément le cas pour la vue… Mais dans ces moments-là, Anya ne pouvait que difficielement choisir pour les autres...


-Je te laisse choisir nos places ?

768 mots
Mer 10 Mai - 6:29
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
Durant le trajet, Yanos profita pour regarder autour de lui. Certains choses fut découverte ou redécouverte par un œil neuf. Il vit des enfants tourner autour d’eux jouant à s’attraper. Il avait même levé les mains en l’air en disant que, ce n’était pas lui, tout en accompagnant leurs joies.  Un peu plus tard, il aperçut un monsieur tournant une manivelle pour y faire sortir une mélodie entrainante. Il lui avait logeait une pièce dans le petit panier qui était devant lui. Les odeurs furent exquises lorsqu’ils passèrent devant des stands de nourriture. Même s’ils venaient de sortir de table, l’ange était tout simplement envouté par ces parfums culinaires. Il avait même donné un coup de main à un homme qui avait coincé sa petite charrette entre deux pavés de la rue, sans même que celui-ci s’en rend compte. Vu de loin, l’ailé avait volontairement dévié sa trajectoire pour passer à côté du petit véhicule en bois et soulever un côté pour le décoincé, le monsieur fut surpris lorsqu’i retenta de le tirer de le voir se mouvoir enfin.

Il jeta souvent un regard à Anya, il sentait un vrai sentiment de protection envers elle. Non pas pour sa cécité, mais il ne voulait pas qu’il lui arrive malheur, un point c’est tout. Il l’a connaissait à peine, mais la présence de cette jeune femme lui apporté beaucoup également, comme un évènement du passé qui venait lui dire que qu’Ani était importante. Il vit ensuite le chat le regarder avec envie. Il voulait un perchoir apparemment. Yanos lui fit un clin d’œil en hochant la tête l’invitant à bondir sur ses épaules s’il le désirait. Car il était vrai que sa taille lui offrait le loisir de voir loin devant lui. Il n’eut aucun mal à voir le bâtiment décrit par son amie arriver. Il s’arrêta même quelques secondes devant cet amphithéâtre magnifiquement dosé. Le bain de foule s’intensifia au fur et à mesure. Mais même si il sentait un approche lui important d’Anya à son égard, il savait qu’elle devait être épargné garce aux ailes de l’ange qui dépassé un peu dans le dos de la jeune femme, lui offrant un petit mur.

Ainsi, il devait sélectionner les places. Il gonfla ses joues car il avait aucune préférences particulière, il dut faire appel à une simple logique. Techniquement le son avait dû être travaillé afin que chaque place assise soi enveloppé par la musique. Donc, lui était grand et prenait pas mal de place, elle, elle était menue mais aveugle. C’est donc dans un pas décidé qu’il accompagné la miss au dernier étage du public au dernier rang. Ainsi, il savait que sa carrure ou encore ses ailes ne nuiraient pas à des spectateurs derrière lui, et anya garderait le loisir d’écouter quelques soit la place. Il se frotta frénétiquement les mains laissant échapper sa hâte à entendre cette elfe chanter.

« Ca y est ! On est pas mal ici. Ça va toi ? »


Cette question avait plus la forme d’un petit bilan de la situation du point d’vue d’Anya. Il lui avait même posé la main dans le dos à ce moment-là, comme pour dire, de toute manière si y a un souci, je suis là au cas où. Son regard se tourna autour de lui jusqu’à arriver chez un petit garçon qui sangloter car lui n’avait eu qu’un jus de fruit alors que sa petite sœur avait eu droit à du lait. N’ayant pas pu en avoir d’avantage, la mère du faire un choix. L’ailé attendit que croiser le garçon du regard. D’un sourire, il lui tendit la main pour qui lui donne sa boisson. Arquant un sourcil et préférant de toute façon la collation de sa sœur, le petit lui donna. Yanos se mima buvant le jus de fruit et fit semblant de se trouver en super forme, il contracta volontairement son bras en entier pour faire comprendre que le jus de fruit la, rendait fort. Une fois la boisson rendu, le cinéma du petit cessa et le spectacle pouvait enfin commencer en silence. Du moins, il y avait du mouvement sur la scène. Il poussa anya gentiment avec son bras, une forme de remerciement de l’avoir mené jusqu’ici et qu’i les sentait bien !

711 mots


Ven 12 Mai - 22:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Difficile de dire si Yanos agissait ainsi parce qu'il était un ange ou s'il en était devenu un à cause de cela… En tous cas, si la jeune femme n'eut pas conscience de tout ce qu'il fit pour aider les uns ou les autres, elle sentait bien que leur route prenait parfois certains petits détours. Cela ne la dérangeait pas vraiment mais son nouvel ami risquait de passer de moins en moins inaperçu à force. Il faudrait qu'elle fasse attention… Les nouvelles circulaient souvent très vite dans la rue et certains pouvaient très bien chercher à profiter de la générosité naturelle de son compagnon. Elle ne doutait pas qu'il sache se défendre et qu'il n'était pas vraiment complètement naïf concernant la nature humaine mais elle ressentait l'étrange besoin de le protéger encore un peu de la réalité des choses.

Anya sentit Kochka quitter ses épaules d'un mouvement rapide… Visiblement il venait de décider que l'ange était un promontoire plus intéressant. Bien qu'elle comprenne la logique derrière la décision de son animal, la jeune femme ne put s'empêcher de ressentir une petite pointe de jalousie à l'encontre de Yanos… La jeune femme comptait peu d'amis et elle avait élevé le simédia alors qu'il n'était qu'une minuscule boule de poils, le lien qu'elle avait développé avec lui était donc particulièrement étroit. Pendant un instant elle se demanda si c'était ce que ressentait un parent voyant son enfant quitter le nid et commencer à faire ses propres expériences…


-Très bien… Très bon choix, on devrait pouvoir pleinement profiter du spectacle ici...

La majorité de la foule cherchait à se placer au plus proche des artistes… Elle savait que Yanos avait probablement choisi ces places pour que sa carrure et ses ailes ne dérangent personne d'autres mais, aussi, parce que c'était encore au plus haut des gradins qu'ils risquaient le moins de se faire bousculer. Elle appréciait l'attention discrète dont il faisait preuve. C'était une nette amélioration par rapport aux attitudes condescendantes dont elle était parfois la cible. Elle le remercia donc d'un sourire et serra rapidement son bras pour lui signifier qu'elle avait compris qu'il avait aussi pris soin de choisir en fonction d'elle…

Kochka avait dû sentir la détresse temporaire de la jeune femme car à peine fut-elle installée qu'il descendit des épaules du colosse pour venir se lover sur les genoux de la demoiselle. Elle enfonça immédiatement ses doigts dans la fourrure de l'animal qui entreprit de s'étirer languissamment… Elle eut un petit rire étouffé en sentant la position de l'animal, façon lapin à l'étalage, dans l'espoir de pouvoir optimiser sa surface de grattouilles. Comme à son habitude, elle l'indulgea et une sorte de grognement bas, proche d'un ronronnement, ne tarda pas à se faire entendre.

L'ambiance du théâtre ne tarda pas à changer, signalant que la représentation n'allait pas tarder à commencer. Anya se redressa et Kochka comprit le message, reprenant une position un peu plus digne. Il se coucha sur les jambes de la jeune femme, les malaxant pendant quelques instants et lui arrachant une grimace de douleur. C'était malheureusement une mauvaise habitude qu'elle n'était pas parvenue à faire disparaître mais comme elle savait que c'était une sorte de signe d'affection, elle préférait prendre sur elle.

Peu à peu le brouhaha ambiant commença à se calmer jusqu'à complètement disparaître. Une forme de tension sembla parcourir les spectateurs comprenant que leur attente allait prendre fin… Un ensemble de trois musiciens vint se positionner sur scène. Tous étaient elfes, mâles de surcroît. Chacun jouait d'un instrument différent, une flûte, un tambourin et une harpe. Ils prirent quelques instants pour accorder ou s'échauffer avant de commencer un air léger et entraînant. Cela n'avait rien de phénoménal, pour l'instant, mais cela donnait tout de même quelques fourmis aux jambes. D'ailleurs, les plus jeunes membres du publique ne se gênaient pas pour danser, souvent avec plus d'enthousiasme que de réelle coordination…

Après cette première mise en bouche, les musiciens se tournèrent tous vers le côté cours d'où émergea une superbe jeune femme, une elfe, elle aussi… Habillée de voiles diaphanes de couleur pastel, ses cheveux noirs élégamment coiffés dans un chignon parsemé de fleurs et de perles, elle glissa, plus qu'elle ne marcha, jusqu'au centre de la scène. Si Anya ne pouvait pas profiter de la beauté de la chanteuse, le silence ébahi et appréciateur du publique en disait long sur elle. Puis, l'elfe chanta…

Les anges étaient des créatures connues de tous, faciles à côtoyer au jour le jour. Toutes sortes de rumeurs couraient à leur sujet et certaines expressions restaient associées à eux, à raison ou à tord parfois. Dans le cas de cette chanteuse, Anya n'avait pas d'autres mots qu'une « voix angélique ». Claire et pure, elle s'élevait sans peine jusqu'aux derniers gradins et baignait chaque spectateur dans un maelstrom d'émotions. C'était superbe et magnifique, un don exceptionnel que l'on ne croisait pas tous les jours et ensorcelait toute personne qui l'écoutait.

Pourtant cet instant magique fut brutalement interrompu. Anya perçut un étrange sifflement qu'elle n'eut pas le temps de placer et serra le bras de Yanos, soudainement inquiète. Le chant fut alors violemment interrompu et un silence choqué s'installa durant une maigre poignée de seconde avant que le chaos ne s'empare des lieux sous la forme de cris, bousculade et panique générale. La chanteuse venait d'être froidement assassinée, à l'aide d'une dague, en pleine représentation...


896 mots
Mar 16 Mai - 11:57
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
Yanos était presque comme une page blanche qi fallait redessiner. Les découvertes et les gens dessineraient les contours et le temps les rempliront de souvenirs et de pensées. Même s’il était enthousiasmé à l’idée de venir ici et d’assister à un spectacle et surtout accompagné, il n’avait aucune idée du son produit par un elfe, qui encore une fois, il ne semblait rien savoir sur ces oreilles pointues. Alors comme l’enfant à ses côtés, il avait de grands yeux lorsque les musiciens jouèrent les premières notes. La musique était entrainante et voir les gens se mouvoir au rythme de celle-ci donna envie à l’ailé de les rejoindre. Anya du sentir un mouvement des genoux de l’ange qui était prêt à se lever. Mais tout se calma rapidement et Yanos également lorsque la chanteuse prit les paroles. Quelle douceur ! Et quel bonheur ! Yanos était tout simplement ébahit par tant de contrôle et de maitrise du chant. Il voulut même donner un premier avis à son amie, mais briser un tel moment serait tout simplement un sacrilège alors il se tut et écouta jusqu’au bout.

Et le bout arriva plus vite que prévu. L’elfe cessa de chanter et s’effondra, il y avait du sang et ça, l’ailé l’avait remarqué. Comme un coup dans le crâne, comme on enfoncerait une porte. Des images d’une vie lointaine semblaient lui envahir. Il revit du sang de son passé, une créature de la nuit ayant tué quelqu’un de cher à ses yeux. Mais il ne savait pas qui ils étaient, mais le nom de Jill lui revint violement.  Jill fut une éducatrice tuée par un vampire dans le grenier du foyer. Yanos fut le premier à découvrir la scène. Le petit humain avait été le protégé de cette jeune femme et là, il semblait revivre cette scène qui le suivait par-delà les barrières de la mort et de la renaissance.

« Jill ! »

Hurla-t-il en bondissant devant lui, déployant ses ailes. Il survola tout le public en  panique et se laissa tomber près de la chanteuse la prenant dans les bras. Des larmes coulèrent de ses yeux. Par des gestes maladroits, il tenta de la réanimer, mais ce fut un cadavre qu’il tenait. Il voyait bien que ce n’était pas cette Jill, cette elfe n’avait tout simplement pas le droit de mourir pour lui. Ce n’était pas une rage qui naissait en lui, mais une grande peine et son désir de protection remis en cause. Il ne savait pas quoi faire sur le coup, il tourna la tête autour de lui tenant toujours la chanteuse dans ses bras. Comme si il espérait voir quelqu’un de meilleur que lui qui pourrait lui dire quoi faire. Mais il était seul sur la scène. Il assista depuis la scène aux bousculades des gens. Sauf une paire des personnes qui semblaient roder parmi eux, deux se rapprochèrent d’Anya. Anya !  La visualiser dans ses pensées le ramena à la réalité. Comme un débutant, il l’avait laissé seul à son sort. Il la chercha du regard et la trouva rapidement. Il voulut tellement aller plus vite afin de la protéger elle, se préoccuper de ceux qui étaient encore en vie.

« Fais attention Anya ! »

Se nourrissant de l’adrénaline de la peur d’assister une nouvelle fois à un meurtre, l’ailé disparut dans un éclat de lumière et apparut juste devant l’un des assaillants de la jeune femme. Un peu désorienté, surtout que c’est la première fois qu’il se servit de téléportation. Mais son éclat de lumière d’arrivé avait désorienté les deux attaquants également, permettant à Yanos d’analyser la situation. N’ayant pas habitué à se battre, il poussa fortement de ses mains envoyant sa cible assis plusieurs mètre en arrière. Mais le seconde était déjà sur Anya, sans oublier les autres dans les autres étages.

637 mots


Mar 16 Mai - 19:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Etant née aveugle, la jeune femme ne pouvait pas vraiment dire que la vue lui manquait mais, dans des moments comme ceux-ci, elle regrettait vraiment de ne pas pouvoir utiliser ses yeux comme tout le monde. Elle ne put s'empêcher de penser qu'elle aurait peut-être pu aider par exemple… Elle aurait voulu pouvoir en savoir plus, comme identifier ce qu'il s'était exactement passé ou voir qui avait fait quoi. Cela aurait peut-être pu éviter de nouvelles morts potentielles ou rendre justice à la malheureuse chanteuse. Tout ce qu'elle pouvait faire, alors que le chaos prenait possession des lieux, c'était se tourner vers l'endroit d'où elle pensait était parti le sifflement qu'elle avait entendu.

La jeune femme ne pouvait pas vraiment le prédire mais ce fut une erreur… Le soudain départ de Yanos vers la scène attira une attention malvenue sur eux et la position d'Anya laissait à penser qu'elle avait repéré le ou les coupables de la soudaine attaque. Difficile de savoir qu'elle n'avait aucun moyen d'identifier les assassins et qu'elle restait ainsi figée parce qu'elle avait perdu tout moyen de se déplacer. Les cris paniqués du public la désorientaient complètement et elle ne pouvait plus prévoir leurs mouvements désordonner. Si elle quittait sa place maintenant, elle serait emportée par la foule sans pouvoir rien y faire et elle risquait plus d'être blessée qu'autre chose. Il valait mieux attendre que les choses se calment un peu, qu'il y ait moins de monde autour d'elle ou que Yanos ne revienne la chercher…

Elle ne se faisait pas beaucoup d'illusions quant à la victime. La chanteuse était probablement très gravement blessée ou morte mais elle devrait attendre le retour de Yanos pour en savoir plus. Son soudain départ ne l'avait pas étonnée, sa fibre protectrice était évidente et il était logique qu'il se soit instinctivement porté à l'aide de l'elfe. Même si la situation n'était pas très agréable pour elle, elle ne pouvait décemment pas lui en vouloir… Et puis elle avait Kochka pour veiller sur elle dans la panique générale et le félin prenait son rôle très à coeur. Conservant sa petite taille, il était remonté sur ses épaules pour mieux observer ceux qui se déplaçaient autour d'eux sans pour autant être emporté par le mouvement de foule.

Anya sentit son ami se tendre au même instant où ses boucles d'oreilles commencèrent à chauffer et que Yanos lui criait de faire attention. Il était rare que l'artefact qu'on lui avait offert ne se mette ainsi en action et la jeune femme sut immédiatement qu'elle allait devoir bouger, qu'elle aime l'idée ou non. Kochka se mit à grogner doucement, lui donnant une direction partielle d'où provenait la potentielle menace. Elle s'apprêtait à bouger lorsqu'elle sentit brusquement une nouvelle présence devant elle. Si elle ne fut pas affectée par le soudain éclat de lumière provoqué par la téléportation de l'ange, sa soudaine présence la déstabilisa et elle fit plusieurs pas en arrière.

Ces pas involontaires lui sauvèrent probablement la vie car l'attaque portée par l'un des agresseurs la frôla. Elle sentit le déplacement d'air juste devant le bas de son visage et n'eut aucun mal à imaginer le second sourire dont elle aurait hérité si elle n'avait pas bougé. N'appréciant guère que l'on s'en prenne à son humaine, Kochka sauta toutes griffes dehors sur l'inconnu, changeant de taille en plein bond. Le cri de douleurs, et les sons, qui en résultèrent haussèrent le coeur de la jeune femme mais cela ne l'empêcha pas de continuer de battre en retraite.

Les quelques rares spectateurs qui se trouvaient encore dans le haut des gradins paniquèrent derechef en constatant que non seulement des gens étaient en train de se battre mais qu'un simédia venait de brusquement apparaître sous son format le plus menaçant et que ce dernier était en train de lacérer un malheureux inconnu avec une vigueur à faire pâlir d'envie… Les boucles d'oreilles d'Anya ne semblant pas décidées à refroidir, la ménestrel comprit qu'elle n'était pas encore sortie d'affaire pour autant.

Seules ses années d'expérience lui permirent d'éviter un second coup. Sentant la présence dans son dos, elle parvint à pivoter au dernier moment, se servant de son bâton pour déstabiliser son attaquant. Son arme percuta le bras de ce dernier, déviant ainsi son attaque. La jeune femme sentit la morsure d'une lame le long de son bras et ne put empêcher un cri de douleur… Sachant qu'elle n'avait que quelques secondes pour profiter du maigre avantage qu'elle venait de gagner grâce à ses réflexes, elle en profita pour balayer ses jambes à l'aide de son bâton. Gêné par la position qu'offraient les gradins, l'assassin ne parvint pas esquiver complètement l'attaque et chuta lourdement. En avant…

Anya fut violemment percutée et perdit l'équilibre, tombant en arrière. Enchevêtrée avec son agresseur elle dut lâcher son bâton pour essayer de bloquer ses mains. Si la chute fut douloureuse et lui coupa en partie le souffle, elle eut le mérite de ne pas être trop longue… Sans cela ils auraient probablement atterri aux pieds des gardes qui venaient de faire leur entrée au niveau de la scène. Déjà des spectateurs paniqués leur indiquaient le haut des gradins où une mêlée était en train de se dérouler.


869 mots



By Naya !!
Mer 17 Mai - 16:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
Yanos, dans un premier temps, faisait office de barrage aux agresseurs qui étaient devant lui. Pour l’instant, il y en avait qu’un qui peiné à se relever, un peu secoué par la force de l’ange. Ce qui ne le gêna pas pour revenir à la charge. L’ailé leva symboliquement les mains dans une garde acceptable. Il eut même envie d’employer la discussion. Que tout le monde s’assois et qu’ils discutent tous ensemble pour savoir le comment du pourquoi et que tout le monde s’en sorte indemne. Sauf qu’il y avait déjà une victime et il ne pouvait pas l’oublier. Dans sa façon de faire, il avait toujours pardonné les agissements mauvais réaliser sans l’intention de les réaliser, mais qu’il fallait affronter ceux qui nuisait volontairement et ces assaillants la en faisaient partie. Mais son adversaire s’approcha dangereusement de lui et Yanos ne se sentait pas à l’aise dans ce combat. Alors lorsqu’il arriva à hauteur, il agita ses bras devant lui provoquant une esquive de l’ennemi suivi de quelques moqueries. La récompense fut un coup de poing directement dans la mâchoire qui fit poser un genou au sol. Le coup faisait mal, sa mâchoire semblait encore sur les rails, mais il n’avait vraiment pas l’habitude. Mais qu’es ce que ces hommes avaient que lui n’avait pas ? Mais cette question lui leva un sourcil, car elle pouvait se poser inversement aussi. Il avait des ailes, eux non… . Un coup de dague arriva, mais l’attaquant rencontra un rideau de plume et lorsque celui-ci se leva, Yanos imita son cogneur et envoya un poing directement dans la tête l’envoyant définitivement à terre, du moins pour ce soir-là. Il regarda sa main fermé en soufflant un petit « Ouh ! » Il voulut se retourner, d’un air victorieux, mais vit d’abord anya au sol avec un agresseur sur elle.

« Anya ! »

Son sang ne fit qu’un tour, d’un pas décidé, bien plus propre que pour sa propre protection, il avança vers les deux, une main vint agripper l’arrière de la tunique de l’adversaire, l’autre l’entrejambes.

« Ne la touche…pas ! »

Celui-ci, se fit porter comme un jouet et envoyer dans les gradins devant eux sans demander son reste. Se frottant les mains, puis aidant son amie à se relever, il remarqua le chat…enfin, c’était plus trop un chat maintenant. Les yeux ronds devant l’animal et le spectacle, Yanos fut ravi qu’il soit de leur côté, enfin, la pour le coup il était pu trop sûr de lui, mais il se disait que si anya ne s’était pas éloigné c’est que tout allait bien. Puis soudain, il mit la main devant la bouche se rendant compte de l’énorme boulette qu’il avait faite au restaurant. En offrant la plume à Kochka, il aurait pu réveiller ce sauvage. Le briseur d’assiette, tailladeur de méchant ! Son titre venait d’évoluer… .

« Bon faut au moins sortir des gradins ! Viens, j’ai une idée, dit à …euh…au chat de venir ! »

Reprenant la situation, il prit Anya par la main et l’emmena d’abord sur le bord de l’étage en lui expliquant qu’il va se servir de ses ailes pour les faire descendre jusqu’à la scène. Une idée lumineuse qui fut très vite soufflé lorsqu’Yanos constata enfin la hauteur et la distance. Il se figea d’un coup et tourna les talons.

« Euh…on va prendre l’escalier, viens ! »

Oui, Yanos avait le vertige, même si il venait de le faire sous le coup du choc et de son désir de sauver la chanteuse mélangé à sa vision d’un souvenir. Le duo avança, laissant de temps en temps Kochka les rattraper, il avait l’air de s’ne sortir, du moins, il espérait. Les étages du bas se remplissaient de combat entre les fauteurs de troubles et la garde. Par moment, il du lâcher momentanément son ami pour déjouer une attaque, en pousser un ou deux dans les escaliers, répéter le coup de poing de tout à l’heure. Pour l’instant, ils avaient de la chance.

670 mots


Mer 17 Mai - 20:22
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Dans l'ensemble Anya savait garder son sang froid mais, dans la situation présente, elle commençait à ressentir une pointe de panique… La chute lui avait déjà coupé la respiration mais le poids de l'homme l'écrasait complètement. Ce n'était que par pure volonté qu'elle parvenait à repousser ses mains mais elle sentait bien qu'elle ne pourrait pas tenir indéfiniment. Il était terriblement plus fort qu'elle et se débattait comme un beau diable, bien décidé à faire taire le témoin gênant qu'elle était. Petit à petit elle sentait qu'elle perdait la lutte, ses mains se rapprochant dangereusement de son cou malgré toute la bonne volonté qu'elle mettait à le repousser…

Mais fort heureusement pour elle, la jeune femme n'était pas seule et Yanos prenait son rôle d'ange gardien très à coeur. Sans qu'elle ne puisse anticiper son action, il vint donc à son secours. Le poids qui était sur elle disparut abruptement, l'assassin poussant même un petit cri aigu pas vraiment très digne lorsqu'il fut manipulé sans sommation par l'ange. La jeune femme put enfin prendre une grande inspiration… Elle se serait bien roulée en boule dans un coin mais l'occasion ne s'y prêtait guère, bien au contraire. Anya prit donc sur elle et se redressa, non sans l'aide de Yanos, essayant de localiser où elle avait atterri.


-Pourquoi s'en prennent-ils à nous ? Tu connaissais la chanteuse?

La jeune femme fut brusquement tirée en avant alors que l'ange cherchait à les faire quitter les gradins… Ce n'était pas vraiment une solution idéale pour elle car, bien qu'elle fasse pleinement confiance à Yanos, elle ne parvenait pas à déterminer où elle pouvait poser le pied. Devant avancer à un rythme qui n'était pas le sien, en plein chaos et sans son bâton, Anya ne cessait de trébucher. Elle parvenait tout juste à garder l'équilibre mais elle les ralentissait terriblement. Malheureusement il n'y avait rien à y faire...

-Kochka !! Mon bâton !!

Elle essaya de diriger son cri vers le dernier endroit où elle estimait s'être trouvé le simédia… La ménestrel espérait vivement que son ami à poil n'était pas blessé. Elle l'avait senti changer de taille, ce qui avait tendance à assurer sa victoire lorsqu'il avait des ennuis, mais elle n'avait pas pu suivre le suite de son escarmouche. De ce qu'elle parvenait à comprendre, il avait dû s'en sortir sans trop de mal et, dans ce cas, il comprendrait l'ordre qu'elle venait de lui donner.

Dresser Kochka n'avait pas été une mince affaire lorsqu'elle l'avait recueilli. D'ailleurs, elle estimait encore à ce jour qu'il n'était pas dressé et qu'il ne répondait correctement à certains ordres uniquement dans le but de lui faire plaisir et de se faciliter la vie. Lui rapporter son bâton avait été l'une des toutes premières choses qu'elle lui avait appris, un petit tour qui lui avait rendu service à mainte reprise !

Alors que Yanos changeait finalement d'avis concernant leurs modalités de descente des gradins, elle sentit quelque chose la percuter gentiment derrière le genou. Quelques instants plus tard elle était à nouveau en possession de son bâton et sa main était posée sur la tête de Kochka, bien plus habitué à lui servir de guide que l'ange. Surtout dans des situations il valait mieux qu'elle se déplace rapidement vers un endroit où elle serait en sécurité.

Ils entreprirent de descendre, Yanos et Kochka assurant leur sécurité avec une certaine efficacité. Peu de personnes osaient s'interposer et Anya espérait que cela continuerait jusqu'à ce qu'ils soient sortis du théâtre. Une certaine organisation commençait à s'instaurer dans les gradins les plus bas alors que la Garde prenait lentement mais sûrement possession des lieux. Passé un niveau, la différence fut clairement perceptible pour la jeune femme, ses boucles d'oreilles cessant de chauffer… Les assassins qui avaient essayé de les atteindre un peu plus tôt avaient probablement préféré se retirer plutôt que d'affronter la Garde...


-Yanos, attends… Je crois qu'on est à nouveau en sécurité...

La ménestrel s'arrêta dans les escaliers, serrant sa main pour le faire ralentir… Face à eux se tenait un petit groupe de trois gardes, les observant avec une certaine suspicion… D'un autre côté, Kochka avait l'air positivement menaçant, Yanos avait l'air à même de forcer le passage et la capuche d'Anya était tombée, révélant son regard particulièrement dérangeant. Epées et boucliers en position, ils empêchaient toute progression vers la sortie.

-Halte là! Vous allez nous suivre sans faire d'histoires !

Non seulement ils souffraient d'un délit de sale gueule mais, en plus, certains spectateurs les avaient clairement désignés comme des fauteurs de troubles. Avec un mort sur les bras et plusieurs blessés à cause de la panique, ils n'allaient certainement pas repartir sans les réponses à leurs questions...

784 mots



By Naya !!
Jeu 18 Mai - 14:04
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
A chaque fois qu’Yanos était obligé de frapper un ennemi, il serra les dents pour ne pas laisser échapper une excuse. Il voulait juste frapper pour les neutraliser, en essayant de ne pas faire trop mal. Mais qu’il le veuille ou non, il y mettait une certaines force qu’il ne semblait pas trop maitriser dans ce genre de situation. Lorsqu’il jeta quelques coups d’œil sur Kochka, il se disait que c’était un travail pour l’animal et pas pour lui. Pendant un instant il essaya de s’imaginer aussi féroce qu’un félin, aussi brutal que ces gens qui n’avaient aucun scrupule à agir en dépit du bien être des gens qui les entouraient. Mais voilà, il ne pouvait pas toujours faire ce qu’il voulait, et il fallait bien s’y adapter. Devrai-t-il apprendre à se défendre ? Enfin, correctement ? Es ce que de tel enseignements lui servirait, es ce qu’il serait prêt à l’employer ? Il n’en savait rien, il songera à au moins essayer dès qu’il trouvera quelqu’un qui veuille bien lui apprendre. Car plus il descendait dans les étages, plus ses vêtements étaient déchiré et des hématomes apparaissaient sur son corps. Lorsqu’Anya l’arrêta devant un assemblé de garde, Yanos gonfla les joues en respirant très fort, les mains sur les genoux. Il lui semblait bien avoir entendu un des gardes leurs parler.

« Pardon…une histoire ? Hein ? »

Il se redressa en regardant Anya comme si elle allait lui donner une réponse plus cohérente. Mais celui qui venait de lui parler avança d’un pas en le menaçant de son arme, fixant le grand Yanos sans oublier le fauve qui les suivait.

« J’ai dit ! Suivez-nous ! Et ne faites pas les imbéciles ! »

L’ailé se frotta le visage, il venait de percuter. Cette milice les prenait pour les fauteurs de troubles. En même temps, aucun des trois avait un symbole, un emblème de justice à présenter, quelques chose qui leur dirai, tien voilà les secours. Personne ne connaissait l’Aetrayel, ni Ani, et Kochka annonçait rien d’amical. Alors que la situation semblait leur échapper, le regard de l’ailé se posa par hasard sur le corps de l’elfe qui était en train d’être examiné par la justice. Son sérieux revint de plus beau, son sourire même minime s’effaça. Sa posture revint droite les tenant en respect d’une bonne tête. Il se tourna en premier vers Anya, il lui posa une main franche sur l’épaule, pour lui dire que tout allait bien. Et fit un pas lent vers le sergent en tenant ses poignets croisés face à lui.

« Je me nomme Yanos Audron, et voici Anya et son ami animal, Kochka, un simédia. Nous avons assisté au meurtre, j’ai vu une dague voler vers la malheureuse. Lorsque j’ai atteint la scène, il était déjà trop tard et de mon nouveau point de vu, j’ai vu ces hommes s’en prendre à mes amis, je me suis battu pour leur préservations, jusqu’à ce qu’à cette instant…Nous vous suivront… »

Sa voix résonnait à travers l’air et la lumière sans trembler, sans hésiter. Ses yeux n’avait pas cligné les yeux, son honnêteté parlait, son dévouement à la bonne cause le poussait à se rendre et faire ce que ces lieutenants déciderai. Il n’était pas un chevalier, ni un combattant, si il pouvait protéger anya et Kochka en leur présence, alors il ne devait pas hésiter une seul seconde. Bien que ces paroles aient calmées un peu les ardeurs et les méfiances, la garde gardait cependant un œil sur l’animal derrière qui avait encore sa grande forme. Le trio suivait alors sagement la milice jusque sur le côté de la scène un endroit à l’abri des regards. La, une dizaine d’assassin étaient ligotés et bâillonnés. Le sergent voulait savoir si Anya ou Yanos arriverait à reconnaitre un signe parmi eux. Puis, un nouveau sifflement se fit entendre, l’ailé eu juste le temps de se retourner, d’ouvrir en grands les bras et les ailes afin de former un semblant de mur.

« …Là-haut… »

Sur les gradins du quatrième étage se trouvait une silhouette sombre virevoltants une nouvelle dague dans ses mains. Un ricanement s’échappa. Yanos ne bougea pas du tout. Mais des gémissements remplacèrent ses âneries habituelles. Une dague, la lame en sang tomba de son ventre, une autre de son aile gauche, et la dernière de sa jambe. Malgré sa ténacité à vouloir garder son mur de protection, il posa un genou au sol sans rien dire. Il semblait désorienter, sans vraiment apercevoir les mouvements autours de lui. Il sentit une pointe de ridicule monté en lui. Une fois le deuxième genou au sol, il sourit malgré tout.

« Si on tombe, c’est pour mieux se relever…les enfants… »

Il finit par tomber en arrière et ferma les yeux. Cette phrase, on lui a rabâché les oreilles avec durant toute son enfance et il l’avait souvent utilisé lorsqu’il fut lui-même éducateur.

817 mots


Sam 20 Mai - 21:41
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés :: La Grand-rue-
Sauter vers: