Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


Chuchotements (Quête Solo +18)

 :: Mytsbel Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
La démone fut bien tracassée de sa dernière rencontre. Poki, cette hybride là, elle lui avait bien retourné les idées ! Alors qu'elle déambulait dans la Steppe du Phénix, Naya affichait un air confus. La petite avait réussi à touché son cœur, cœur que la démone pensait totalement disparu. Mais d'un autre côté, une partie de la démone ne supportait définitivement plus d'être calme et apaisée aussi longtemps. Et puis tout ces sentiments nouveaux l'étouffaient un peu... La voilà partagée, entre la mémoire d'une douce rencontre et l'exaspération liée à ses pulsions qu'elle contenait trop longtemps déjà. Et, comme elle marchait au hasard, -car madame était aventurière mais ne se souciait guère de son itinéraire, trop occupée à réfléchir- la démone aperçu quelques tâches disproportionnées au loin. Elle scruta l'horizon quelques minutes pour en déduire qu'elles n'étaient pas le fruit de la nature mais bel et bien d'une civilisation quelconque. Aussitôt, Naya se précipita dans la direction de ces dernières. Elle était d'humeur à s'attirer des ennuis mais elle réalisa qu'il fallait mieux la jouer stratégique. Car la démone aurait bien pu échanger sa vie contre un bon bain chaud, une bonne dose d'hydromel, un bon repas, une bonne bouteille de moretum, et une deuxième, et une bonne chope de bière, ainsi qu'un bon verre d'hypocras et un bon tonneau de liqueur de cerises, de rhubarbe, de pommes, de poires, de framboises ou bien de raisin. Sa conscience divaguait sur diverses saveurs et mélanges alcoolisés qu'elle s'inventait.

Sans qu'elle ne put s'en apercevoir, la tête dans son monde, la jeune femme était déjà arriver aux abords du lieu. L'endroit était une sorte de village improvisé. Il y avait plusieurs tentes et campements de voyageurs. D'autres, moins nomades, habitaient de petites maisons faites de matériaux rudimentaires. Tout le monde ici semblait vivre simplement. Mais cette précarité était vite oubliée dans cette ambiance chaleureuse et conviviale qui y régnait. Naya fut troublée de voir autant de personnes s'entraider et communiquer en toute simplicité et humilité. Nul doutes que c'est grave à ce contact social et cet esprit de générosité que l'endroit survivait. Car des débris un peu partout indiquaient que le lieu a souvent été sur le fil du rasoir. En effet, il fut assez concevable d'imaginer les dégâts que peuvent recevoir ces habitations de fortunes par la nature. La démone se trouvait maintenant au milieu du village. Avec ses yeux analysant les moindres détails, elle semblait cherché quelque chose et tenait une mine presque désespérée. Lorsqu'elle se tourna pour examiner l'autre côté, son champs de vision fut obstrué par un homme qui s'approchait d'elle.  
-Bonjour jeune aventurière bienv...Comme il réalisait peu à peu, frustré que l'extravagante ne l'écoutait pas sa voix se tut lentement. Elle regardait derrière lui, cherchant toujours l'objet de son envie et comme il la gênait, elle agitait sa tête des différents côtés du Monsieur, une fois en se grandissant sur la pointe des pieds pour apercevoir par dessus son épaule, une autre en s'abaissant pour mieux observer l'arrière plan à côté de son bras. Puis, après quelques secondes, il toussota, gêné, et elle prit enfin compte de la présence d'un autre, cette fois-ci, non en tant que simple obstacle, mais bien en tant que personne à part entière. Il comprit alors qu'il avait finalement toute son attention.
-Bonjour, jeune aventurière et bienvenue à Mytsbel. J'espère que cet endroit vous sera satisfaisant et que vous trouveriez ici votre halte reposante et décontractante. Je me nomme Patchaï. La démone eut un signe d'étonnement, la droiture et le sérieux de l'apparence et la façon de parler de l'homme contrastait avec ce prénom atypique. Si vous cherchez bien, vous trouverez tout ce dont un aventurier à besoin ici. Les nuits sont souvent agitées alors j'espère que vous ne recherchez pas que du repos...Quoiqu'il en soit, la bonne entente est ce que tout le monde recher-
-Excusez moi, vous auriez de quoi se prendre un bon repas, un bon bain et une bonne cuite s'il vous plaît ? L'interrompit l'insolente démone. Patchaï baissa les yeux, blessé de voir que, contrairement à ce qu'il pensait, la démone n'en eut rien à faire de son discours. Il toussota encore une fois, bégaya dans sa barbe avant de répondre à son interlocutrice en reprenant ce sérieux qu'il affichait auparavant.
-Ne vous en faites pas, je vais vous conduire à l'auberge.

A ces mots, Patchaï lui fit un signe de la main, lui indiquant la direction à prendre. L'auberge n'était enfaîte qu'une tente un peu plus grande parmi d'autres. La propriétaire de ces lieux était une femme d'âge adulte. Elle était habillée simplement, avec une sorte de grand voile et des foulards autour de son cou de sa taille et de ses jambes. Malgré sa tenue décontractée, elle avait une certaine prestance. L'on pouvait dire que c'était une très belle femme. Ses traits étaient simples mais harmonieux. Ses yeux sombres profonds étaient assortis à ses cheveux coiffées de côté. Ils étaient décorés de bijoux et atébas. De sa voix douce elle les accueillis :
-Bonsoir, -la démone réalisait alors qu'il était déjà tard- Patchaï, comment tu vas ? Après avoir posé cette question d'un air heureux, elle se tourna vers l'inconnue. Et bienvenue à Mytsbel, mademoiselle.
-Bien et vous Sheyene ? Vous rayonnez comme toujours...s’adressait-il courtoisement.
-Merci. fit la démone impressionnée par un tel charisme.
-Mademoiselle cherche de quoi être propre, nourrie et...alcoolisée. fit-il en soulignant ce dernier mot pour éclairer ce nouveau personnage.
-Je vois...nous faisons des prix pour les voyageurs. Suivez moi.

La dame scrutait Naya, l'analysait de la tête aux pieds. Elle l'emmena dehors, dans un endroit caché entre quelques arbres, buissons et autres feuillages.

-Voilà votre bain. dit-elle en montrant une large bassine de bois. Normalement personne ne devrait venir ici. Deux femmes viendront apporter l'eau dans une dizaine de minutes. Je vous laisse...mais avant cela, j'aimerais vous mettre en garde : cet endroit n'est pas fait pour les perturbateurs. Si j'entend la moindre plainte envers vous, vous serez dans l'obligation de quitter les lieux. Vous ne comptez peut-être pas restez longtemps ici, mais je tenais à mettre les choses aux clairs. Son ton se fit ferme, et, une fois qu'elle eut finit cette remarque, elle reprit sa douceur d'avant et dit calmement à la démone : Bon bain...je vous prépare votre repas en attendant...

Naya était restée attentive aux moindres mots de la femme. Non, elle n'allait pas faire de vague ici...Pendant qu'elle attendait l'eau, elle entendit un bruit venant des arbres derrière elle, comme si on lui parlait. Elle se retourna vivement, étonnée que quelqu'un puisse être là mais ne vit personne. La démone examinait les végétaux avec une expression suspicieuse lorsque deux bonnes dames arrivaient, la coupant dans sa réflexion. Elle firent quelques aller-retours jusqu'à remplir la bassine aux trois quarts. Naya attendit qu'elle partent pour se déshabiller et plonger dans l'eau chaude.
-HAAAaaa...divin...

Elle resta bien une demi-heure dans le bain, pour finalement en ressortir aussi flétrie qu'un poireau. Elle songea alors à mettre sa seule robe pour la soirée, comme elle allait sûrement être agitée...C'était une robe fendue des deux côtés, d'un marron sombre, de la même teinte que les pigments qu'elle mettait sur ses lèvres. Elle rejoignit ensuite Sheyene dans l'auberge. Elle l'attendait au bar : une espèce de grande planche en bois surélevée de poteaux de divers matériaux. La dame lui servit une assiette de divers morceaux de viandes et légumes simples mais bon. -Tu devrais te dépêcher de manger avant que la fête ne commence et que cet endroit deviennent un véritable foutoir ! Naya fut surprise, la propriétaire avait l'air plus sereine et avait sorti cette phrase d'un air joyeux. Et puis, elle la tutoyait maintenant ? La démone lui adressa un sourire et commença à dévorer son repas. -D'ailleurs...sans paraître indiscrète...pour quelle raison es-tu ici ? La raison de sa venue ? Naya l'ignorait. Elle s'était juste contentée d'errer en Continent Diapré, à cause d'une certaine ancienne vie qui la hantait encore. Elle balbutia alors, avec quelques morceaux de nourritures sur le coin des lèvres. -B-ben...A vrai dire...la Steppe du Phénix est un endroit assez apaisant...Son expression se fit moins troublée, comme si sa réponse improvisée devenait une véritable réponse. J'avais besoin de faire le vide dans ma tête...-Oh ! Je vois ! Vous êtes au bon endroit s'il s'agit de se changer les idées ! Dit-elle en sortant une bonne bouteille d'un de ces alcools un peu trop fort pour COMMENCER la soirée. -Je vous sers ? -Avec plaisir... Les deux femmes se souriaient. Finalement, cette dame n'était pas si ferme que cela, et puis l'alcool rassemble tout le monde, Naya ne le savait que trop.

La nuit commençait à tomber lorsqu'elles trinquèrent. L'auberge se remplissait et la chaleur augmentait au fur et à mesure que les heures passaient. Les deux femmes, éméchées un peu trop rapidement, avaient déjà parlé de plusieurs sujets de discussions. Elles découvraient en l'autre des ressemblances sur leur vision du monde. Elles avaient critiqués longtemps les hommes, puis longtemps les femmes. Elles acquiesçaient souvent les dires de l'autre qui divaguait sur une injustice qui lui paraissait aberrante. Elles s'emportaient alors sur ce sujet pendant longtemps comme si elles représentaient, à deux, un petit clan de révolutionnaires. Et entre les phrases sérieuses, de longs regards s'échangèrent entre les deux protagonistes, des rires et des blagues qu'elles seules pouvaient comprendre. Naya ne s'attendait pas du tout à avoir une telle complicité. Nul doutes que se rapprocher autant d'une si belle femme la faisait penser à Sen. Mais elle ne se posa aucunes questions, l'alcool l'emmenait bientôt dans un tout autre monde.

Alors qu'elles ricanaient toutes les deux, l'elfe déchue remarqua qu'un petit garçon la fixait d'une façon étrange derrière son interlocutrice. -Maman...j'ai..j'ai du mal à dormir... dit l'enfant en se frottant les yeux. Dès lors, Sheyene eut une réaction rapide et maternelle en lui prenant la main. Elle caressa son doux visage pur pour ensuite le porter dans ses bras, il ne devait pas avoir plus de huit ans en apparence. Elle regarda ensuite Naya en lui disant qu'elle reviendrait dans une dizaine de minutes et qu'elle pouvait profiter de la fête. Alors que les deux silhouettes sortirent de l'immense tente, l'ulfurbe regarda autour d'elle, en tentant de s'imprégner de l'atmosphère. Il fallait qu'elle s'amuse, qu'elle ne se concentre pas que sur une seule personne après tout...Elle finit son énième verre et se détacha du bar pour se faire emporter par la foule dansante. Comme son attention se portait pour la première fois de la soirée totalement sur l'ambiance, elle remarqua que la musique venait d'un groupe de quelques guitaristes rythmant tout l'endroit. Les gens sautaient, criaient, chantaient, se lâchaient -peut-être un peu trop- et buvaient comme si cette nuit fut leur dernière ! L'énergie était là. La fougue animait les corps et il fut impossible pour quiconque que de ne pas danser. Cela tombait bien, la démone adorait la danse. Elle se confondit donc rapidement avec les autres. Un homme tout aussi enjoué que les autres commençait à se rapprocher de la jeune femme en lui souriant. Ils semblaient bouger de la même façon, en rythme parfait avec la musique, utilisant les mêmes mouvements frénétiques. Un face à face entre ces deux là se créait peu à peu. Une cohésion totale pouvait se ressentir dans leurs pas similaires et un cercle se forma autour d'eux. Le tempo se fit plus intense, des frappeurs de tambours qu'on ne voyait pas, auparavant en arrière-plan, s’avançaient et prenaient de plus en plus d'ampleur dans l'atmosphère sonore. Les deux rythmés se regardèrent profondément en agitant leur corps énergétiquement, puis finirent leur prestation improvisée lorsque les vibrations des percussions annoncèrent la fin du morceau. Après cet échange, ils se sourirent et la soirée reprit son cours "normal". Ils se firent connaissances en dansant plus calmement cette fois-ci. Naya n'entravait pratiquement rien à cause de l'alcool et du bruit. Elle se contentait juste de le trouver à son goût et de continuer d'être à ses côtés. Des pulsions commençaient à germer envers cet inconnu. Alors qu'ils bougeaient désormais collés l'un à l'autre, Sheyene réapparut dans l'auberge. Elle dévisagea l'ulfubre, presque jalouse sa nouvelle rencontre.

L'elfe des ténèbres était bercée par les mouvements de son récent ami et ignora la dame qui l'examinait amèrement dans les bras d'un autre. Il lui disait de belles paroles, lui chuchotait des mots doux...et comme elle était sous l'emprise de l'alcool et d'un pêché qu'elle ne pouvait contenir plus longtemps, elle lui vola un baiser, puis un autre et encore un autre. Mais d'autres chuchotements que celui de l'homme vinrent lui caresser l'oreille. D'étranges voix dans son esprit naissaient peu à peu. Elle regarda autour d'elle, intriguée, mais rien. Elle n'était dorénavant plus dans l'ambiance de cette soirée. Elle quitta précipitamment l'objet de ses désirs pour prendre l'air, en dehors de l'auberge. L'homme la suivit, il ne voulait pas laisser échapper sa proie. Elle lui prétexta alors un mal de crâne ou quelque chose dans ce goût là. Les chuchotements disparurent doucement. Était-ce les bienfaits de l'air frais de la nuit ? Quoiqu'il en soit, l'homme semblait toujours autant désirer la démone. Avide, il la prit brutalement par la taille, l'embrassant langoureusement. Elle n'aimait pas vraiment ce genre de brutalité, mais son corps transpirait la luxure de la tête aux pieds, rendant la femme plus vorace encore. Il l'accula contre un tronc d'arbre non loin de la tente, tout en lui baisant le cou. Puis il commença à lui enlever cette robe qu'il trouvait inutile. C'est alors que les chuchotements réapparurent dans la tête de Naya, avec plus d'intensité qu'avant. Cette fois-ci, la démone pouvait nettement distinguer des hurlements sourds et plaintifs, des cris stridents de douleur, des appels à l'aide qui semblaient résonner de manière infernale et des chuchotements qui la fit frissonner. Elle poussa l'homme pour qu'il arrête. Elle ne voulait pas, elle ne voulait plus. Cette histoire de voix empêchait le moindre désir grandir envers son presque amant. Il ne comprenait pas. Dès lors son attitude changeait, elle devenait plus inquiétante. Aveuglé par ses pulsions primitives, l'homme la caressait à des endroits interdits. C'est à ce moment précis qu'elle cru reconnaître le garçon de Sheyene devant la tente, qui les fixaient. Bien décidée à mettre un terme à l'abus qu'elle subissait, Naya poussa plus fortement encore l'homme qui, manquant d'équilibre, tomba à terre. Heureusement, il comprit cette fois-ci le désaccord de sa partenaire et se résigna. Il partit, laissant la femme remettre en ordre sa robe.

Le garçon quant à lui était encore là. Avec son air lugubre, il ne disait pas un mot. Il se contentait juste d'observer Naya avec sa mine déprimée. L'ulfurbe n'aurait pas su dire pourquoi, mais elle avait l'impression que tout ces chuchotements venait de ce petit. Elle tenta d'ouvrir le dialogue avec cet être des plus étranges. -Hey...comment tu t'appelles ? Tu n'as pas froid ? -...Ilo... -Ilo ? C'est un joli prénom..je l'aime bien ! La démone n'avait aucune idée de ce qu'elle tentait réellement d'obtenir en socialisant avec cet enfant mais elle devait percer le mystère des chuchotements. Appelles-moi Naya...D'accord ? -C'est d'accord, dit-il simplement. Son visage ne transparaît aucune émotions. -Dis-moi...est-ce que tu saurais quelque chose sur des chuchot- Comme s'il eut deviné la fin de la phrase avant qu'elle ne soit dite, il s'éloigna en faisant un signe de la main indiquant à la démone de le suivre. Il faut avouer que l'ulfurbe n'était pas sereine à ce moment-là...Elle regarda aux alentours, vérifiait qu'il n'y avait pas d'autres présences, comme pour se rassurer, puis suivit le garçon. Les deux silhouettes s'enfoncèrent de plus en plus dans des bois obscurs juste à côté de Mytsbel...

2821 mots
Invité
Sam 20 Mai - 0:49
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
La forêt paraissait vivante. Des formes sombres s'agitaient parfois, donnant le tournis à notre ulfurbe. Était-ce juste les méfaits de la boisson ? D'étranges bruits venant des bois se superposaient aux chuchotements plaintifs. Nul doutes que des animaux les épiaient. Naya commençait à avoir froid ici. Mais elle se contentait de suivre l'étrange garnement. Que pouvait-elle faire d'autre ? Il ne disait rien. Elle tenta plusieurs fois de savoir où il l'emmenait mais elle n'eut aucune réponse. Ils slalomèrent ainsi entre les troncs pendant un bon quart d'heure pour enfin arriver à l'endroit voulu : une petite maison carré. Une aura lugubre émanait de cette dernière. Rien que le fait qu'elle soit là, en plein milieu de cette petite forêt était bien étrange de toutes façons. Le gamin poussa la porte principale. L'ulfurbe, insouciante par l'alcool, le suivit à l'intérieur. Il arrivèrent dans le hall d'entrée lorsque l'enfant se figea, le dos tourné à Naya.
-Qu'est-ce que...Où sommes-nous ? C'est- La démone affichait une mine confuse lorsqu'une autre voix retentit dans la pièce.
-ILO ! Je pensais que tu dormais ! Mon dieu mais qu'est-ce que tu cherches à la fin ! Une silhouette sombre à contre-jour par les rayons lunaires apparut sur le seuil. A ses mots, le petit sursauta en entendant son prénom. Dès lors, il semblait pleurer de plus en plus. Sheyene entra dans la maison, refermant la porte derrière elle, et se précipita sur son enfant. Elle le prit dans ses bras, puis dit à Naya d'attendre ici. Elle disparut à l'étage. Naya scruta la maison. A gauche, il y avait l'escalier, et à droite, une grande salle. Elle semblait faire office de salon, de salle à manger et même de cuisine. L'état de la maison était correcte malgré les traces de son ancienneté. En face de la femme, se trouvait deux portes identiques menant à d'autres pièces. L'une se trouvait plutôt à gauche, l'autre à droite.

Sheyene redescendit et fit signe à l'ulfurbe de s’asseoir sur une sorte de grand matelas rudimentaire dans la grande pièce. Elle alluma la cheminée et amena une bouteille, puis, le regard un peu triste, s'adressa à son invitée :

-Donc voilà...j'ai un enfant et nous vivons ici. Mytsbel est juste l'endroit où je travaille. Elle servit l'alcool dans deux verres assez larges, puis reprit sur un ton mélancolique. Ce gamin...il m'en fait voir de toutes les couleurs...Il a un problème, mais je n'ai aucune idée -elle fit une pause pour boire- de ce dont ça peut être...J'ai toujours fait en sorte qu'il ne manque de rien...Il est nourrit, logé, merde ! Elle finit rapidement son verre en le claquant sur la petite table d'un geste colérique. Elle se prit la tête des deux mains et son élan d'énervement se fit plus faible. Peut-être qu'il s'agit de son père...Un vaurien, un fumier, un véritable rejeton d'excréments humanoïdes ! Il s'est barré comme ça...en me laissant ce mioche. Je ne sais plus quoi faire... Tu m'étonnes qu'il ait des problèmes ! Elle lâcha une larme sur cette phrase en rigolant ironiquement. Naya ne savait pas quoi faire non plus d'ailleurs. Elle n'était pas bonne pour consoler les gens. Elle se rapprocha juste de sa nouvelle amie, en lui caressant le dos d'une main. Lorsque Sheyene sentit la chaleur de sa paume elle ne put s'empêcher de fondre en larmes. L'ulfurbe la prit alors dans ses bras. A vrai dire, si elle se montrait si compatissante et à l'écoute de la femme, ce n'était pas car son histoire l'avait vraiment touchée. Elle l'appréciait bien, seulement cela. Sheyene se remit de ses émotions quelques minutes plus tard et décida qu'il fallait oublier les démons du passé, par la boisson. Oublier son passé, cela sonnait juste à l'oreille de Naya. Elle aussi avait de quoi se morfondre et se questionner sur ses souvenirs pendant des heures en pleurant. Mais avec l'alcool et Poki, son cœur était de plus en plus apaisé à ce niveau là. Peut-être que ses angoisses allaient revenir et que cet état serein n'était que temporaire mais cela suffisait sur le moment à ôter à l'elfe déchue toutes inquiétudes. Elle était décidée. Elle n'allait pas boire pour oublier cette fois-ci, mais bien pour se souvenir de cette soirée avec une compagnie appréciable. C'est ainsi que les deux alcooliques s'offrirent une petite fête privée au petit matin. Elles la passèrent à rigoler, se raconter des histoires complètement éméchée. Elles étaient revenues dans la même complicité qu'auparavant. Sheyene demanda à Naya comment s'était passée son petit accrochage avec l'homme avec qui elle avait dansé. Lorsqu'elle lui annonça qu'il ne s'était rien passé elle eut une réaction d'étonnement. Mais derrière sa surprise, l'on pouvait voir une sorte de soulagement. Dès lors, elles se posèrent des questions de plus en plus personnelles et l'ulfurbe ressentit d'étranges sentiments. Son comportement se faisait de plus en plus nerveux. Son corps ne tenait plus en place. Parfois, elle expirait en se tenant le cou, comme si elle était envahit d'une envie qu'elle n'arrivait plus à contenir. Alors, devant la deuxième bouteille vide sur la table, éclairée par les flammes de la cheminée et des bougies, elle se risqua d'un baiser. Les deux femmes s'entrelacèrent, collées l'une sur l'autre. Elles avaient abandonné l'alcool pour le sexe. Car les doux baisers se firent plus intenses, à des endroits divers et parfois improbables. Les mains habiles de Sheyene parcouraient le long du corps de l'ulfurbe et commençaient à lui ôter sa robe. Lorsque soudainement, des cris et des pleurs se firent entendre d'en haut. L'enfant perturbé devait probablement avoir fait un cauchemar. Sa mère dit :

-Attends moi dans ma chambre, c'est la porte de droite, j'arrive.

Elle lui baisa les lèvres puis disparut par les escaliers afin de gérer les pleures de son fils. Naya se leva, elle était plutôt heureuse. Elle avait beaucoup bu et son pêché grandissant devenait ingérable, elle allait pouvoir le satisfaire un peu. Elle n'avait pas conscience que ce dernier était là et dictait quelques uns de ses actes, mais elle sentait une pression énorme qui la faisait céder à la moindre tentation. Elle alla en direction de la porte de droite lorsque son regard se fixa sur celle de gauche. Plus elle regardait cette dernière, plus elle l'intriguait. De plus, de petites voix revenaient dans son esprit dès qu'elle eut posé son regard sur elle. Qu'est-ce que cela signifiait ? Elle devait savoir, elle était venue ici dans ce but la après tout. Sa curiosité la rendait absorbée par cette porte qui l'aspirait peu à peu. Sa main se posa sur la poignée, et, lorsqu'elle eut ouvrit, son visage se figea. Ses yeux étaient ébahies et ses sourcils dessinaient une expression inquiète. Même si sa bouche était ouverte, aucun son ne sortit à par le bruit d'un léger souffle crispé.

Du sang recouvrait le carrelage froid de la pièce. Les voix qui hantait Naya se fit beaucoup plus intenses. Des petites torches éternelles diffusaient une lueur blanche dans les quatre coins de la pièce. C'est ainsi que l'ulfurbe put voir le spectacle qui se présentait à ses yeux. Une grande table en pierre était disposée au milieu. Il y avait un corps dessus, mort. Il avait été sauvagement mutilé avec divers outils qui étaient de-ci-de-là de la salle de torture. Le cadavre était une femme dont les yeux manquaient, affichant deux trous sanglants. Son corps quant à lui, était comme arraché de pars et d'autres. On voyait ses côtes d'un côté, une cuisse manquait et elle n'avait plus de doigts. Ses poignets violets et ses joues creuses indiquaient que la torture avait probablement duré plusieurs joueurs et qu'elle s'était débattue longtemps avant de succomber à la douleur. Sur les murs étaient accrochés objets ou formes que Naya ne put distinguer, tant la panique fut grande. Toutes les plaintes qui résonnaient dans sa tête provenaient de ce lieu. Et si l'ulfurbe était fascinée par la mort, ces gémissements la prenaient au cou. Les sinistres hurlements de douleurs qui tourmentaient la femme devinrent infernales. Elle referma alors la porte pour les faire taire un peu. Elle resta ensuite un petit moment devant cette dernière, complètement bouleversée et confuse de cette découverte. Les pas de Sheyene dans l'escalier la firent rapidement réagir. Dans un mouvement de panique, l'ulfurbe se précipita dans la chambre de l'autre comme si de rien n'était. Elle ne savait pas quoi faire et l'alcool et la fatigue l'aidaient encore moins...

1510 mots
Invité
Dim 21 Mai - 16:05
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Le visage de Sheyene était sérieux, elle esquissa juste un petit sourire en voyant Naya sur le lit. Elle ferma la porte de la chambre et laissa tomber son grand voile au sol, son corps nu apparut. Elle s'approcha ensuite du lit, puis baisa encore les lèvres de l'ulfurbe. Cette dernière était tétanisée, elle ne savait pas quoi faire du tout. Elle regretta de ne pas s'être enfuit dès qu'elle avait vu l'abominable endroit. Elle tenta de paraître naturelle mais elle était bien plus raide qu'avant.
-Qu'est-ce qu'il y a ? demanda sa partenaire. Au bout de quelques secondes, elle répondit finalement.
-Rien...
-Tu es bien moins emballée que tout à l'heure...tu es sûre que ça va ?
-Je...non...je ne me sens pas bien...j'ai besoin de prendre un peu l'air...désolé...Fit-elle la mine inquiète. Alors qu'elle s'approchait de la porte de la chambre, Sheyene l'interrompit.
-Attends...Elle se colla à elle, serrant sa poitrine contre son dos. Elle lui mordilla l'oreille et lui chuchota doucement :
Je sais ce que tu as vu.


Ces mots pétrifièrent l'ulfurbe tandis que l'autre continua de lui baiser le cou et le visage. Un vilain souvenir surgit des méandres de son esprit. L'elfe déchue se remémora son crime. Elle avait tué celle qu'elle aimait, était-ce le juste retour des choses ? Elle réalisait peu à peu qu'elle se trouvait désormais dans une situation très délicate. Lorsque la peur lui laissa un peu l'usage de son corps, elle tenta d'ouvrir la porte pour partir. Mais d'un geste brusque, Sheyene lui plaqua son visage contre. Dès lors, elle adoptait une facette de sa personnalité qu'elle avait très bien dissimulé...
-Non, ça ne sert à rien désormais...
La terreur qui l'immobilisait fit peu à peu place à un instinct de survie. L'ulfurbe lui donna un coup de coude dans le ventre. Ce qui, avec sa faible force et les effets de l'alcool, ne servit à rien. L'étreinte de la femme était trop puissante. Sheyene la retourna pour lui donner deux violents coups de poings en pleine face. Elle en avait bien plus dans les bras que l'ancienne elfe, maintenant au sol. La nue lui agrippa les cheveux et, sans ménagement, la traîna de cette façon dans le couloir dans la petite maison. La victime ne put s'empêcher de pousser un long cri. Sheyene rigola en voyant l'autre s'époumoner ainsi, car elle le savait, ce n'était que le début de son supplice. Elle la jeta ensuite dans la pièce de gauche, son corps dans sur le carrelage froid et le sang. La persécutrice prit un objet et assomma Naya qui tentait de se relever. Le choc lui fit perdre conscience.

Spoiler:
 

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle eut une première réaction de rejet. Elle voulait se rendormir pour ne plus être ici, que tout s'efface, comme ça. C'était trop rêvé et tellement naïf...Elle était néanmoins désespérée. Ensuite, elle prit peur. Des voix résonnaient encore dans sa tête. Mais pas seulement, tout les bruits, les prières, les rires de folie, les cris des personnes qui avaient souffert ici lui retournaient les entrailles. Son repos fut de courte durée. L'ulfurbe avait dormit dans une position inconfortable. Les pieds et mains attachées sur la table de pierre par des chaînes de métal, elle se trouvait désormais à la place du cadavre qui n'était plus là.
-Cette pouffiasse qui n'arrêtait pas de beugler...elle me sert au moins à alimenter la cheminée maintenant...fit une voix résonnante dans la salle. Bien dormit princesse ? J'espère que tu ne vas pas trop crier toi...Car vois-tu, cette pièce est magique. Toutes les souffrances des victimes qui ont été à ta place viennent hanter la victime suivante, n'est-ce pas fabuleux ? Elle avait l'air de s'amuser. Mon fils à apparemment développé un pouvoir en rapport avec ces voix..hmmmm....les mystères de la magie ! Dit-elle en faisant les gros yeux et mettant ses doigts en éventails, comme si son intention était d'animer ses paroles pour les rendre plus amusantes à un enfant. Naya ignorait les dires de la femme. Elle était absorbée par la salle. Divers trophées de la psychopathe décoraient les murs : des morceaux de femmes dans des bocaux. Parfois c'était une main ou un doigt, mais pour les plus importantes, une tête entière ou juste le visage épinglé à une tête de mannequin. Elle se demandait si elle aussi elle allait finir de cette façon, si une partie de son corps allait être arboré d'une cette façon si macabre. Les voix continuaient de résonner dans sa tête, exerçant une pression suffisamment forte pour que chaque seconde lui soit un supplice. Les vases n'étaient pas les seules décorations ici. Un squelette pendait au plafond au fond de la salle, en face d'elle.
-Oh...lui ? dit la tortionnaire en regardant les ossements après avoir remarquer qu'ils intriguaient son invitée. C'est mon mari...enfin..c'était ! s'exclamait-elle en rigolant. C'est vrai que je t'ai peut-être menti sur certains points...mais bon, difficile de m'en vouloir alors que je vais abréger tes souffrances en ce monde...M'enfin ! Ne t'en fais pas ! Je n'irai pas trop vite...il faut faire les choses biens.
-Cet enfant...il est perturbé car il entend les mêmes chuchotements et hurlements que moi...
-Probablement...mais à vrai dire je m'en fiche un peu de ce gosse...Il n'est que le rejeton d'une ordure et...d'une autre ordure ! fit-elle en riant.
-Cela te plait d'être une ordure ?
-Ah...je vois je vois...tu essayes de faire quoi exactement ? De me distraire ? De gagner du temps ? Ou encore pire...de me dissuader ?! C'est pas comme ça que ça marche Naya...Elle prit un glaive. J'ai l'impression que tu ne saisis pas trop l'état actuel des choses...Elle s'approcha d'elle. TU M'APPARTIENS MAINTENANT !!! Hurla-t-elle en traçant de la lame un long chemin sanglant de sa cuisse à sa cheville. L'elfe déchue poussa un long cri, aussi long que le geste durait, cet-à-dire au moins une bonne vingtaine de secondes afin qu'elle ressente bien la douleur. ALLONS Allons...qu'il y a-t-il Naya ? Naya ? Allô Naya ? C'est que le début restes avec moi...Bien...Retiens-toi mieux de crier pour l'autre jambe, il faut que tu penses à la prochaine victime qui sera hantée par tes hurlements ! Ahlala...on va bien s'amuser !

...

L'ulfurbe ouvrit les yeux. Elle constata qu'elle était encore dans cet enfer. Les voix lui devenaient de plus en plus insupportables. Elles lui semblaient venir des vases, ou du squelettes, ou des torches éternelles ? Ou alors elles venaient de son propre cerveau ? Si ça se trouve elle était complètement folle et elle avait inventé cette histoire de toutes pièces !! Elle esquissa un sourire à cette idée. Puis, un rapide retour à la raison lui ôta cette réflexion foireuse. Il ne fallait pas qu'elle succombe à la folie, il fallait qu'elle garde les idées claires ou elle n'avait aucune chance de sortir d'ici vivante. Le temps était cependant devenu une chose bien abstraite pour l'ulfurbe. Elle aurait autant pu affirmer qu'elle était là depuis deux jours que depuis une semaine. Mais elle tenta de se remémorer le nombre de tortures que la psychopathe lui avait fait jusque là. Car elle avait convenu qu'un jour serait égal à une torture. Ainsi elle estima sa séquestration à cinq jours. Celle d'hier lui faisait encore terriblement mal. Cette folle lui avait arraché tout les ongles des mains avec un vicieux instrument. Pourquoi les langzyliens peuvent-ils avoir une telle créativité et inventivité lorsqu'il s'agit de torturer ? Avant-hier cependant, c'était son sexe qui avait été la cible, mais ça, elle ne voulait surtout pas y repenser...

La porte claqua de nouveau, après avoir laissé un petit laps de temps où l'extérieur de cette salle était visible. Naya se raccrochait énormément à ce laps de temps. Sa liberté apparaissait furtivement, il fallait qu'elle garde cet espoir. Sheyene apparut. Elle avait ramené de l'eau et du pain. Ce n'était pas tout les jours comme ça.

-C'est ça...c'est ça..reprends des forces, tu en auras besoin pour la suite...Une fois qu'elle eut finit de lui bourrer le pain et l'eau dans sa bouche, elle se redressa et prit un instrument. Tu te souviens de ce truc ? Ah ! Vu la gueule que tu tires on dirait que oui ! Car on a pas fait TOUT les ongles avec. Bon après...je suis pas sûre que ce machin soit vraiment adapté pour les pieds. Mais ne vas pas croire que ce soit une bonne nouvelle ! Si l'ongle n'est pas totalement arraché du premier coup, la douleur est encore plus atroce...

1512 mots
Invité
Dim 21 Mai - 22:40
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
...

Un rire tourmentait l'ancienne lië'ja dans un bourdonnement incessant depuis deux bonnes heures. Parfois il n'y avait qu'une seule voix, parfois elles se superposaient entres elles, donnant alors la sensation d'être en enfer. L'enfer...c'était une notion abstraite aussi...L'ulfurbe réfléchissait sur son lit de mort. Elle avait déjà affronté un incendie magique à la Forteresse Maudite, aux côtés d'Ylith et Khyn. Elle se rappelait qu'il y avait des cadavres partout, qu'ils bougeaient par nécromancie. Ces âmes étaient encore emprisonnées dans leur corps alors qu'elles avaient largement mérité le droit de repos éternel. Elles souffraient énormément, victime d'un acte barbare. Personne ne se souviendrait d'elles...Les lië'jas, les aetrayels et autres n'ont que faire de ce drame...Naya songea à cette rivalité entre les races. Cela lui parut tellement stupide et dénué de sens. Le monde entier lui semblait déjà être un enfer. Une jungle où la lois du plus fort domine. Cet endroit lui parut ridicule à côté de toutes ces guerres, de tout ces massacres. Oui, qualifier cette salle de torture "d'enfer" était bien trop gentil.

Le bruit du verrou de la porte tournant résonna dans la salle. Naya tourna son regard directement vers cette dernière. Elle allait pouvoir voir sa liberté, certes rien qu'un instant, mais tout de même...Elle s'ouvrit, laissant apparaître une petite silhouette à son seuil. A la grande surprise de l'ulfurbe, c'était Ilo qui se présentait à ses yeux. Tout tremblant, il s'approcha de la table de torture où le corps frêle reposait. Puis, d'un geste sec, pour son âge, brisa les chaînes avec une pince bien trop grande pour lui.

-Désolé...je pouvais pas venir avant...j'avais trop peur...

Elle lui caressa la joue pour le rassurer, puis remarqua qu'elle était complètement tachée de sang alors elle arrêta rapidement son geste.

-Où est ta mère ?
-Elle est à Mytsbel...elle devait faire quelque chose d'important...dit-il lentement.


Spoiler:
 


A ces mots, Naya se galvanisa. Elle avait eu énormément de chance sur ce coup. Elle devait partir d'ici au plus vite, mais ses affaires était à Mytsbel. Elle réfléchit quelques secondes en se rhabillant de sa robe sombre fendue et demanda à Ilo où était la salle de bain. Il la guida donc en haut et elle put bander ses blessures, notamment ses doigts, où ils lui manquaient tout les ongles. Ses gestes étaient rapides et précis. A partir de ce moment-là, elle agissait de façon machinale. Sa liberté, elle la voulait, rien ne pourrait l'empêcher de l'atteindre, même si elle se trouvait dans un piteux état. Elle descendit au rez de chaussée. Elle fouilla la cuisine. Il n'y avait rien à manger, ni à boire. Soit Sheyene avait tout caché, soit seul Mytsbel était l'endroit où elle stockait son propre stock de nourriture. Dans tout les cas, Naya ne pouvait pas se permettre de fouiller les moindres recoins de la maison : cette cinglée pouvait revenir à tout moment de Mytsbel. Elle ne prit qu'une dague de la salle de torture, au cas où, et sortit en courant de la maison.

Lorsqu'elle se trouve sur le seuil de la porte, Sheyene apparaît de derrière un tronc d'arbre, sourire en coin.

-Je vois que mon fils n'a pas su prendre exemple sur sa mère. J'aurais dû le faire passer sur la table, lui aussi, histoire de le remettre un peu sur le droit chemin. fit-elle amèrement.

Naya couru en direction des bois, dans le sens inverse de Sheyene. A ce moment-là, elle ne pensait qu'à elle. Tant pis pour le gosse, seule la liberté compte. Ils n'ont qu'à gérer leurs histoires de familles tout seuls. Mais Sheyene dévoila une sarbacane d'un des foulards de sa tenue et souffla une aiguille. Elle vint se loger dans l'omoplate de l'ulfurbe, juste à l'endroit où son aile droite se déploit. Cette dernière, malgré la douleur engendrée par ce tir et toutes les tortures, s'enfonça dans la petite forêt. La folle quant à elle, lâcha un rire et poursuivit sa victime après avoir prit un glaive chez elle. La traque commençait.

Grâce à ce petit laps de temps d'avance, l'ancienne lië'ja réussit à semer l'autre, se camouflant dans divers feuillages pour reprendre son souffle. Elle sentait cependant que quelque chose n'allait pas. Elle retira, non sans se tordre de douleur, l'épine coincée dans son omoplate. Elle l'examina de plus près et en déduit qu'elle était imprégnée d'une substance violette. Du poison ? Seul le temps lui dirait. Pour le moment, elle ne sentait aucune douleur autre que ses blessures mais elle semblait ne plus pouvoir déployer ses ailes... Aussi, elle était complètement désorientée. Elle ne savait plus où aller. Par quel chemin était-elle venue déjà ? Elle ne saurait le dire. Elle n'aurait même pas été capable de retrouver la petite maison. Mais elle gardait espoir, même si cet effet semblait provenir de l'aiguille, elle se disait que cette forêt était peu dense et qu'elle s'en sortirait bien un moment donné.

Les heures passaient et elle marchait encore, épuisée, dans ces bois infernales. Elle tournait en rond et son espoir disparaissait peu à peu. Elle avait froid, elle avait faim et soif. Elle avait tout juste la force d'éviter les quelques animaux et ronces menaçantes. Elle se demandait finalement si elle allait survivre ici. Elle eut un déclic. Il fallait qu'elle arrête de chercher une sortie inutilement. Elle savait de son passé comment vivre dans une forêt, elle pouvait le faire. Cette fois-ci, elle était dans son terrain. Elle chercha un bout de bois qui lui parut adéquat et le tailla avec la dague volée. Elle prit ensuite des plantes et des tiges qu'elle tissa. Enfin, elle assembla les deux afin d'avoir un semblant d'arc. Puis, après avoir ramassé quelques autres bouts de bois, elle les tailla en pointe, pour les flèches. Cet équipement était rudimentaire et elle savait que son arme ne tiendrait pas longtemps mais il fallait qu'elle se contente de cela. Elle se congratula elle-même pour avoir piqué cette dague sauveuse d'ailleurs...Elle réussit à chasser de cette manière. Elle dévora goulûment une cuisse de chevreuil grillée, autour d'un feu. Puis elle réalisa son erreur. La petite fumée qui s'élevait dans le ciel était un indicateur de sa présence. A peine eut-elle finit son repas, qu'elle courut le plus loin possible des flammes. Elle ne remarquait aucune personne la suivre mais elle ne savait toujours pas où elle allait. Quant tout à coup, elle s'arrêta, elle était tombée miraculeusement sur un petit cours d'eau. Il semblait venir d'un amas de roche plus haut et disparaissait un peu partout en bas. Suivre ce dernier pour sortir n'était donc pas une possibilité. Il pouvait néanmoins étancher la soif de notre ulfurbe, au bord d'être asséchée. Comme la nuit se fit de plus en plus présente et la fatigue qui manquait de l'achever, elle réfléchissait à où dormir, ou plutôt à comment dormir dans cet endroit sauvage. Auparavant, lors de ces aventures en tant que lië'ja, elle utilisait les arbres pour dormir en hauteur. C'est pourquoi elle songea à déployer ses ailes mais elle se souvenu de la blessure de l'aiguille. Elle en trouva une, assez épaisse pour ne pas tomber, assez haute pour éviter tout danger. Elle grimpa l'arbre en question, avec le peu de force qui lui restait. Puis, elle laissa son corps faire naufrage sur cette dernière, s'abandonnant aux bras de Morphée.

...

Cette nuit avait été miraculeuse pour l'ulfurbe. Elle se sentait toujours un peu faibles mais ses blessures avaient un peu cicatrisées. Perchée dans son arbre, elle songeait à Sheyene. Elle ne l'avait pas vu pendant tout ce temps alors qu'elle l'a traquait. Elle était forte, mais la course n'était probablement pas son point fort. Puis elle mit la tête dans les bras. Quelque part, elle était triste car elle pensait trouver enfin quelqu'un d'intéressant, mais d'un autre côté, elle se disait qu'entre elle et Sheyene, il n'y avait pas grande différence. Elle aussi avait tué, peut-être pas de manière si lente et vicieuse, mais c'était comme si elle pouvait s'identifier à elle. Cela lui faisait peur, elle ne voulait pas devenir aussi atteinte que cette psychopathe et accomplir de tels actes. Non car ils sont cruels, mais car ils sont insensés. Cependant une autre partie d'elle trouvait la folie excitante : un individu libre et donc imprévisible se doit d'avoir un esprit et une psychologie tout aussi libre et imprévisible. Oui, être insaisissable, sur tout les points. Elle songea alors à la relation qu'elle aurait pu avoir avec l'ennemi. Elle s'était fait duper par son apparence, sa douceur et ses blagues après tout. Cela l'énervait. Mais c'était quand même étrange...Passer autant de temps avec un individu...Non, à aucun moment elle n'aurait penser que ses rires et sourires auraient pu être faux. Peut-être qu'il y avait un peu de franchise dans leur ancienne complicité...La personnalité de cette psychopathe était décidément très complexe, et elle n'avait pas le temps, ni le courage pour de telles réflexions. Elle devait se relever, descendre de l'arbre et continuer à chasser et à trouver de l'eau jusqu'à que l'effet de l'aiguille se dissipe. Au moins elle s'était réveillée, c'était déjà un bon point, et cela signifiait que la pointe ne contenait pas de poison mortel mais juste cette toxine inhibant le sens de l'orientation.

Cette journée encore s'était passée sans croiser Sheyene, ni la sortie. Naya réussissait à survivre grâce à son arc fabriquée mais il commençait à s'usé au niveau de la corde. Elle pouvait se nourrir, mais l'eau restait difficilement trouvable. Par chance, elle retomba sur le cours d'eau de l'autre fois. Cependant, Sheyene s'y trouvait elle aussi. Elle semblait attendre ici. Elle se doutait que sa victime ne pouvait pas sortir de la forêt à cause de l'aiguille et patientait donc près de ce cours d'eau qui devait être le seul de ces bois. L'ulfurbe songea à l'attaquer, puis elle réalisa qu'elle était armée d'un glaive et qu'elle, elle était encore bien blessée. Mais elle n'allait pas renoncer pour autant. Elle utilisa son sort d'invisibilité, et, s'approcha discrètement du cours d'eau. L'autre était assise sur les roches au dessus. Naya puisa dans ses ressources magiques et comme elle ne maîtrisait pas totalement cet ensorcellement, elle compta sur la luminosité qui déclinait avec le coucher de soleil pour ne pas se faire remarquer. C'est ainsi qu'elle réussit à boire et à repartir dans la forêt furtivement.

...

Troisième jour dans cette maudite forêt, Naya avait toujours un peu plus cicatrisé. Elle se précipita tout à coup entre les arbres, dévalant dans les feuillages et mottes de terres. Elle avait réalisé que l'effet de l'épine s'était enfin dissipé, elle allait finalement pouvoir décamper d'ici ! Mais alors qu'elle apercevait sa liberté au loin, entre quelques arbres, Sheyene l'intercepta.

-Enfin te voilà...J'en avais marre de te chercher partout. Tu vas voir quand je t'attraperai tu vas payer cet affront !!

A ces mots elle se précipita sur Naya, pointant son glaive en avant. La concernée réussit à éviter d'une roulade puis banda son arc avec une flèche de bois. Malheureusement, comme la corde se brisait au même moment, le tir ne put atteindre le point vital de Sheyene et transperça son épaule. Cette dernière grogna dans un hurlement de rage. Elle retira la flèche en lâchant un autre cri de douleur. Et, comme elle chargeait une nouvelle fois l'ancienne lië'ja, Naya déploya ses ailes, non sans mal. Elle pouvait voler, même si cela lui demandait un effort considérable que de supporter la douleur et d'agiter son aile droite. Ainsi elle put échapper à l'assaut de Sheyene. Cependant, elle lâcha un rire et s'envola elle aussi.

-Tu me prenais pour une humaine ? C'est pathétique...Je suis une ulfurbe tout comme toi !!! Et tu ne m’échapperas pas cette fois !!

Les deux femmes étaient désormais toutes les deux blessées. Elles dominaient les arbres et côtoyaient les nuages. L'assaillante avait un glaive, l'autre une dague. Naya comprit qu'elle ne pourrait pas fuir cette fois-ci, il fallait qu'elle l'affronte, elle n'avait plus le choix. Elle réalisa à ce moment-là que la liberté qu'elle chérissait tant était un luxe difficile à avoir. Elle serra son arme entre ses mains...Même si on lui avait prit sa liberté quelques fois, cette rage qui brûlait en elle, ça, personne ne pourra lui prendre ! Les deux ulfurbes aux ailes de corbeaux foncèrent l'une sur l'autre violemment. Le résultat du choc brutal les surprit toutes les deux : elles avaient manqué leur cible. C'est alors que Sheyene prit la main de Naya, serrant fort contre ses doigts qu'elles savaient encore fragiles de l'arrachage d'ongles. Ils s'ouvrirent sur la pression exercée, lâchant la dague. La lame du glaive vint ensuite frôler dangereusement la gorge de Naya. Cette dernière riposta en donnant un coup de poing précis au niveau de la gorge de son adversaire. Elle s'étouffa alors et dû lâcher son arme à son tour. L'ancienne lië'ja profita de ce laps de temps pour lui donna un coup de genou dans le ventre, ce qui ne l'aidait pas à se remettre de son étouffement. Naya se faufila derrière elle pour lui serrer le cou avec ses bras le plus fortement possible. Elle espéra que cette action la fasse eut raison de son adversaire. Elle y mit toute son âme, toute sa haine, toute sa rage; ce qui déclencha son pouvoir d'absorption. En même temps d'étrangler du mieux qu'elle put son ennemi, l'ulfurbe lui draina son énergie vitale. Sheyene lâcha peu à peu prise. Même si elle était forte, ses blessures ne purent lui permettre de se libérer de l'étreinte de son adversaire. Une fois que le corps fut sans vie, Naya le chuter dans cette forêt. Elle devait se poser au plus vite où son aile droite allait avoir un problème.

Une fois au sol, l'ulfurbe quitta définitivement la forêt, laissant le corps sans vie de la folle. Elle retourna à Mytsbel, le cœur soulagée. Elle réalisait qu'elle avait bien fait de ne pas l'affronter directement. Ces trois jours dans la forêt lui avait permis de se remettre un peu de sa torture. Elle aperçu Ilo aux côtés de Patchaï.

-Naya...Je-je...Je suis terriblement désolé. Ilo m'as dit ce qu'il s'était passé. J'étais au courant que Sheyene était une ulfurbe, mais de là à commettre de telles atrocités...Elle cachait bien son jeu...Il fit une pause et Naya ne dit rien. Vos affaires sont ici, vous devriez partir rapidement. Tout le monde vous a vu vous battre avec Sheyene dans les airs, tout le monde sait que vous êtes une ulfurbe vous aussi. Il lui montrait son sac sans fond à côté d'une tente. Elle le prit puis, comme elle allait s'exécuter, son regard croisait le petit garçon.
-Pauvre enfant...J'espère que tu pourras t'en sortir, orphelin. J'espère qu'un jour tu pourras vivre sans avoir à penser à tout ces hurlements que tu as entendu. Je comprend pourquoi tu les renvoyait à d'autres personnes sous formes de chuchotements...Ils étaient bien trop lourds à garder dans ton cœur, le cœur d'un enfant de huit ans ou moins. Soit libre, ne laisse personne t'ôter cette liberté ! Après ces mots, son regard se tourna vers Patchaï. Je vous remercie, adieu.

Une ombre ensanglantée quitta Mytsbel.


2706 mots
Invité
Lun 22 Mai - 18:01
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Mytsbel-
Sauter vers: