L'Envers du Décor - Quête - Solo

 :: Mytsbel Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Vàsa Nibelun
avatar
Vàsa Nibelun
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 150


Les deux voyageurs avaient mit plusieurs jours pour quitter les flancs du Mont des Souvenirs. Les paysages enneigés et froid avaient laissés la place peu à peu à une végétation de plus en plus luxuriante. L'air glaciale avait gagné en humidité et en chaleur ce qui était bienvenue. Délestant les tenues épaisses pour opter des pièces de tissu plus simple, ils avançaient lentement au creux des Steppes du Phénix. Il fallait noter quand même que cette végétation était moins praticable, l'avantage des grandes étendues enneigées du Mont des Souvenirs se situait sur des chemins plus rectilignes et dégagés. La végétation intense demandait plusieurs détours afin de ne pas s'embourber dans des amas végétaux. Ils auraient pu se tailler un chemin à coup d'armes et tenter un passage en force. Cela n'aurait pas été respectueux et malgré leur envie d'être rapide, les traditions et les coutumes dont ils étaient imprégnées leur donnaient un minimum de retenue et de respect. Une fois encore c'était Vàsa qui était en avant. Ouvrant la marche depuis leur départ ce n'était pas pour déplaire à Aerin. Et pour une fois il faisait preuve d'un minimum de politesse en retenant les branches trop basses afin que son accompagnatrice ne se les prennent pas à leur relâchement. Ce qui les ralentissaient un peu plus. Ils semblaient de toute façon hors d'atteinte ils n'avaient plus croisés personne depuis une journée. Malgré la politesse et la bienséance dont faisait preuve Vàsa, Aerin commençait à bouillonner. N'échangeant que quelques mots par jour, celle-ci ne savait toujours pas ou ils se rendaient et pourquoi. Bien que ça ne le dérange pas un sentiment d'agacement commençait à se faire sentir. Elle désirait être son égal et non pas une simple femme qu'il trainerait là ou ça le chantera. Ne pouvait-il pas au moins lui dire ou ils se rendaient. Oh...Elle avait bien tenter de lui tirer les vers du nez. La réponse de Vàsa était récurrente. Un bâillement et une esquive. Et au bout d'un moment ça commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. Elle ne savait même plus ou le situer. Tantôt galant, tantôt complétement indifférent. Et elle ne parlait même pas de cette expression indéchiffrable qui était sa marque de fabrique. Heureusement que le voyage et la marche étaient épuisants sans quoi elle lui aurait déjà dit ce qu'elle pensait de son comportement. Elle se contenait alors de ruminer en marchait et arriver l'heure de préparer le camp elle était trop fatiguée pour fulminer. Elle ne désespérait pas pour autant de voir son heure venir.  

Le soleil avait baissé offrant au ciel une couleur d'un orange iridescent. C'était un spectacle assez beau. Les bruits de la végétation et de la vie qu'elle abritait c'était taries. Vàsa s'arrêta brusquement au détour d'un énorme tronc d'arbre. Son regard fit un rapide jugement des alentours suivit par un rapide hochement de tête. S'installant au creux du tronc d'arbre dans cette position avachie dont il avait le secret il fit un rapide coup de tête à Aerin pour lui signaler qu'il allait bivouaquer ici pour la nuit.  Ajustant les lanières de cuir de son sac, celle-ci le fit tomber lourdement sur le sol. Ses bras se croisèrent sous sa poitrine et son visage prit un air menaçant. Vàsa observa sa compagnon de route les deux yeux mi-clos. Il bailla bruyamment signifiant le peu d'intérêt qu'il avait pour cette petite scène.  Malgré la fatigue  et la douleur lancinante qui parcourait ses pieds et ses jambes, Aerin ne se laisserait pas démontée et ce bâillement fut de trop. Tapant du pieds elle allait enfin lui dire ce qui la pesait. « Tu peux arrêter avec tes espèces de bâillement d'outre-tombe ! J'aimerais bien que tu prennes quelques secondes de ton charmante existence pour me dire ou on va ! Si bien sur ça ne dérange pas son Seigneur ! » Son ton était sec et colérique on y trouvait cependant des éclats de la fatigue accumulée. Vàsa ne réagissant pas, Aerin alla se planter devant lui. Le soleil dans le dos l'ombre qu'elle projetait paraissait gigantesque. Vàsa comprit qu'elle ne le laisserait pas tranquille avant d'avoir un brin d'explication ou de reconnaissance. Son désir n'était pas pour autant de lui offrir l'un ou l'autre. Se relevant tout en prenant son temps il mit plusieurs secondes pour être complétement redressé. Une fois debout l'ombre gigantesque n'était plus aussi gigantesque et la tendance c'était inversée. Il la dominait complétement de par sa taille. Aerin campa sur sa position quand même, ils étaient proches presque coller l'un à l'autre. C'était déroutant mais elle ne céderait pas un pouce de terrain. Pas ce soir.  Après de longues secondes qui parurent s'égrener dans une éternité, Vàsa pivota et fit quelques pas. Il se pencha pour ramasser quelque chose. Du bois. Aerin l'observa faire tout du long et prit une mine outrée en voyant ce qu'il faisait. Elle le rattrapa en quelques enjambées rapides et alors qu'il se redressait elle saisit le bout de bois qu'il tenait dans sa main. « Je veux des réponses Vàsa et maintenant ! » En guise de réponse il soupira et son regard se fit noir. Si un regard pouvait tuer, Aerin serait morte avant de s'en rendre compte. « Chère Princesse, nous sommes au creux d'une dense végétation, j'imagine que vous avez remarquée que l'air est chargée d'humidité, n'est-ce pas ? » Son ton était moqueur et fatigué. Bien que désarçonnée par cette brusque communication de la part de son compagnon de voyage, Aerin ne lâcha pas le bout de bois et continuait de fixer Vàsa tout en hochant la tête. Lui non plus ne lâchait pas la branche d'ailleurs. Continuant sur le même ton il offrit un élément de réponse. « Même si nous aurons une nuit chaude, l'humidité est un problème. Nous devons rester au sec pour détendre nos muscles et apprécier la chaleur. Sans quoi au lieu d'avoir chaud, vous serez trempée et vous aurez froid. Je cherche donc de quoi faire feu qui pourra durer la plus grande partie de la nuit. Cela sied à sa Princesse ? » Aerin grogna en guise de réponse et un nouveau soupir fusa de son homologue. « Très bien puisque tu sembles déterminer à me rendre la vie impossible, je vais répondre à tes questions dont au passage tu aurais pu avoir les réponses en utilisant ta matière grise un minimum. » Vàsa avait lâché le bout de bois et il se dirigea vers le tronc pour prendre appui dessus. Aerin ne l'avait pas quitté des yeux une seule seconde et n'avait pas fait état non plus de sa remarque désobligeante. « Nous nous dirigeons actuellement vers Eleshyë, j'ai quelqu'un à voir là bas. Il nous faudra encore quelques jours pour arriver à destination et avant d'y arriver nous allons faire une escale à Mytsbel pour refaire notre plein de provisions. Nous n'avons pas prit de chevaux parce qu'ils auraient nécessité un temps de repos importants et auraient laissés des traces. Ca nous aurait aussi obligés à emprunter les routes ce qui aurait pu causer quelques désagréments. J'aurais mit quatre jours pleins pour atteindre destination mais tu as décidé de m'accompagner et je te ménage un peu. Mytsbel nous permettra aussi de nous reposer convenablement, cela fait plusieurs jours que nous avons un rythme de marche soutenue et le corps comme l'esprit à parfois besoin de distraction. Nous y resterons un ou deux jours le temps de régler les préparatifs de notre dernière portion de voyage. Pour ce qui est de la suite cela va dépendre de ce que me dira la personne que j'ai à voir. Et non je ne te dirais pas qui cela peut être. Sois simplement certaine qu'on ne court aucun danger. Vel à du aussi réfléchir à notre plan de voyage, il devrait avoir envoyé une missive à Mytsbel pour nous faire état de la situation chez nous ça nous permettra de prendre certaines décisions. Actuellement nous avons de quoi tenir un bon mois sur nos propres réserves financières seulement à un moment ou à un autre il faudra qu'on puisse trouver des fonds et il faut qu'on commence à y réfléchir ce qui te laisse quelques pistes de réflexions pour la suite. Nous n'avons pas forcément un objectif à atteindre mais nous avons déjà de quoi faire. A partir de là je vais anticiper mais je suis certain que je vais tomber juste. » Au fil du flot ininterrompu de paroles de Vàsa, Aerin c'était détendue un minimum pour autant ça n'en demeurait pas moins agaçant. Elle avait décroisée ses bras et arborait une mine boudeuse. Son regard suivit l'Ashryne qui se déplaçait maintenant vers un large buisson. Avec une certaine difficulté il s'évertua à l'écarté pour offrir un nouveau paysage à leurs regards. En contrebas se dessinait un petit village, a vue de nez il était à peine quelques heures. Vàsa relâcha le buisson appréciant l'effet de sa mise en scène vu qu'Aerin avait la bouche grande ouverte et reprit de plus belle sa déclaration. « Nous n'y courons pas parce que nous sommes trop fatigués et avant de se rendre au milieu de l'agitation nous avons besoin d'un minimum de repos. Oui c'est bien Mytsbel. Il faut que nous ayons l'esprit clair pour nous y rendre je pense qu'il faudra éviter au maximum le comptoir marchant ne sait-on jamais. Donc dans l'immédiat il nous faut du bois. Vu que j'ai répondu à toutes les questions qui son sortie de ton joli minois depuis que nous sommes partis, je pense que tu peux trouver du bois toute seule. » Qu'est-ce qu'il pouvait être agaçant à avoir réponse à tout. La bouche d'Aerin se ferma, s'ouvra et se referma de nouveau, que pouvait-elle bien répondre à cet énergumène ? Sans sourciller et toujours en boudant, elle se hâta de récupérer du bois tentant de digérer la masse d'informations que venait de lui jeté Vàsa à la figure.  

Leur bivouac levé à l'aube ils avaient prit le temps de rejoindre Mytsbel tranquillement. Arrivé peu avant midi, le village était en pleine animation. Toute la fatigue et la déconvenue du soir avait quittées Aerin qui se régalait des nouvelles odeurs et couleurs qui assaillaient ses sens. Elle sautillait sur place suivit de prés par Vàsa qui paraissait indifférent comme à son habitude. Le village était pittoresque parsemés d'abri sommaire ou de bâtisses en bois plus élaborées. Cela restait tout de même dans une certaine forme illusoire. C'était un carrefour de passage ou circulait les récits d'aventures, les dernières rumeurs et les marchants ambulants. Vàsa laissa Aerin profiter jusqu'en début d'après midi. Ils avaient manger dans un restaurant improvisé pour le midi  et avait été surpris par la qualité de la nourriture. Aerin avait un sourire joyeux sur le visage qui ne semblait plus vouloir la quitter. Reprenant les reines de leur duo, Vàsa fit halte dans plusieurs tentes pour refaire le plein de provisions. A présent ils se dirigèrent vers un endroit ou un repos bien mérité les y attendrait. C'était sans compter l'énorme chapiteau qui se dressait au sein du village. Et pour le coup devant l'envie et la volonté incroyable que manifestait Aerin, Vàsa plia. Si il ne l'avait pas fait il aurait écouté les suppliques de son amie pendant des jours durant. Les voilà tout deux installés dans un chapiteau à regarder un spectacle de clown pour le moins...Etranges. Ayant gardée son âme d'enfant Aerin s'émerveillait et ponctuait le spectacle par des oh et ah sonore. Finalement Aerin fut sélectionnée pour entrer en scène. Vàsa ne peut s'empêcher de réprimer un pouffement  alors qu'Aerin qui descendait les marches des sièges lui jeta un regard noir. Elle s'amusa durant le numéro tout autant que le public qui fit résonner des rires au sein du chapiteau qui le remplirent de bonne humeur. Une fois le spectacle terminé le chapiteau commencait à se vider, Vàsa attendait tranquillement pour éviter la cohue de la foule. Après quelques minutes le chapiteau devint désert et du coin de l'œil l'Ashryne observit sa compagnon et le clown dans une discussion qui paraissait animée. Les rejoignant il commençait à entendre les boniments du clown à l'égard de sa comparse. Elle était réellement couverte d'éloges, il faudrait qu'elle rejoigne la troupe au vue de son physique et de sa capacité à jouer sur scène. Elle déclina poliment ce qui amèna le clown à se montrer plus insistant encore. Vàsa s'appuya sur une poutre qui maintient le chapiteau et se contenta d'observer. Après de longues minutes à suivre un échange des plus ennuyant et au vue que celui-ci s'éternisait il se décida enfin à intervenir. Le regard suppliant d'Aerin à son approche le fit sourire. Le clown se retourna et se vu obligé de lever légèrement la tête pour voir le nouveau venu. « Je vous remercie pour votre offre et pour ce merveilleux spectacle mais je vais y aller maintenant. »  Alors que sa phrase franchit sa bouche elle perçut la tension qui se faisait sentir. Elle ne comprit pas tout de suite et afficha un air surpris. « Ma chère il semble que tu n'es pas encore comprit que ce joli clown ne veut pas te laisser partir. » L'interpellé sourit de manière malsaine et se remit à jouer la comédie en reprenant des traits accueillant et intéressé. « Pourquoi dites vous une telle chose ? Je ne fais que vanter les mérites de votre...Amie. Je lui offre la chance de sa vie vous savez. » Vàsa sourit en réponse. « Mais je vous crois, seulement ce n'est pas possible. Mon amie a d'autres choses à faire. » Durant leurs échanges cordiales plusieurs membres de la troupe se sont approchés. L'ambiance amusée et enchanteresse qui habitait le chapiteau quelques minutes plutôt est devenue lourde et l'impression qui domine est que d'un instant à l'autre ça va mal tourner. Car que ce soit l'Ashryne ou le clown, ni l'un ni l'autre n'est dupe.  


Décompte : 2585 Mots




HAN !!!:
 

Vàsa Nibelun
Sam 20 Mai - 23:46
Revenir en haut Aller en bas
Vàsa Nibelun
avatar
Vàsa Nibelun
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 150


« Cessons de jouer à ce petit jeu. Je vous propose un marché relativement simple. Un jeu d'un autre genre. » Tout en parlant Vàsa sortit une pièce d'or de sa poche et la fit jouer habilement entre ses doigts. « Si vous arrivez à me prendre cette pièce d'or dans le creux de ma main, je vous la laisse en plus de mon amie. » Aerin voulut protester mais se ravisa en voyant l'expression de son compagnon. Elle le connaissait assez pour remarquer qu'en cet instant il était concentré et prêt à bondir au moindre incident. Ses muscles étaient bandés et elle devait être certainement la seule à le remarquer. Au yeux de tous il paraissait détendu et détaché. Le clown prit le temps de réfléchir pour la forme et finit par accepter. Vàsa déposa la pièce d'or dans la paume de sa main et énonca les règles. « Vous n'avez le droit qu'à un seul coup d'essai. Si vous échouer nous repartirons et vous nous laisserez faire. Dés que vous êtes prêts vous pouvez commencer. » Le clown se mit à sourire, c'était un homme habile, il ne savait pas ce que voulait cet homme mais il se savait déjà victorieux. Il avait déjà eut à faire à des êtres se croyant plus malins ou plus fort et ils finissaient tous par plier ou se faire embobiner. Ces deux là seront comme les autres. La passe se joua en quelques secondes, la paume de Vàsa se referma et le clown impatient ouvrit sa main qui venait de saisir la pièce d'or. A sa grande surprise elle était pourtant vide. La pièce d'or était toujours présente dans la paume de Vàsa qui venait de s'ouvrir à son tour. Avant que le clown se mette à protester l'Ashryne c'était approché de lui et se mit à chuchoter. « Avant que vous ne protestiez et que vous nous fassiez des misères, dites vous que vous avez perdu selon les règles laissez nous partir sans heurts sinon avant qu'un son sorte de votre bouche je vous aurait briser le plexus solaire. Votre troupe n'attends d'ailleurs que ça. »  Malgré ces paroles chuchotées son ton était aussi tranchant et froid que l'acier d'une épée. Sa menace fit mouche. Le clown jeta un coup d'œil nerveux vers sa troupe à proximité et celle-ci semblait avoir le désir que ça finisse mal. Sa troupe était impatiente et agitée attendant la fin de l'échange. Le clown devenu nerveux et grimaca. Il était agile et savait jouer de manipulation mais instinctivement il se savait en danger. Se redressant Vàsa glissa la pièce d'or dans sa poche et fit signe à Aerin de le suivre. Ils sortirent de l'enceinte du chapiteau en silence laissant le clown qui enrageait intérieurement et sa troupe désabusée l'entourant.  

« Tu m'expliques ? » Rompant le silence en premier Aerin était désireuse de comprendre ce qu'il venait de se passer. Malgré qu'elle ait été présente elle n'avait pas compris ce qu'il en était. Vàsa ne pipa mot pendant plusieurs secondes avant de se racler la gorge. « J'ai juste fait ce que j'avais à faire. Lorsque tu as été appelée sur scène l'un des machinistes du spectacle est devenu blême et à secouer la tête négativement. A la fin du spectacle j'ai tendu l'oreille et deux artistes se plaignaient tout en te désignant comme la prochaine victime. C'est une arnaque bien rodée et il fait être stupide pour tomber dans le panneau. » Aerin s'était arrêtée et fixait Vàsa avec un regard horrifié. « Non mais attends c'est quoi cette histoire ? En plus tu pars comme si de rien n'était. Sérieusement ?! Vàsa enfin ! » «  Quoi ? » «C'est évident non ?! On doit faire quelque chose ! » Vàsa commençait à perdre patience. Il fit brusquement volte face et saisit Aerin par les bras. Elle eut un hoquet de stupeur face à la réaction de son compagnon. « Tu veux faire quoi exactement ? Retourner là bas et le tuer ? Je te rappelle que nous devons faire profil bas. C'était soit ça soit tu aurais du le tuer Aëlle. J'avais mes raisons de partir et toi tu as les tiennes mais quoiqu'il arrive tu dois te plier à certaines exigences. Alors cesse de vouloir sauver le monde, tu ne peux rien y faire et sa troupe n'a qu'à agir d'elle-même. Tout est possible à ceux qui s'en donnent les moyens. Nous allons aller nous coucher maintenant et je ne veux plus t'entendre. » Sa voix avait claquée dans la rue dans un grondement étouffée. Il l'avait lâché aussi brusquement qu'il l'avait saisit la laissant tremblante. Vàsa avançait maintenant à vive allure vers ce qui semblait être une auberge. Prenant le temps de se masser les bras ou les mains brulantes de son compagnon l'avaient saisis quelques secondes plus tôt elle jeta à la nuit sa réponse sans savoir si l'intéressé l'entendrait ou non. « Je suis désolée... » Elle eut un peu de peine mais se ressaisit et le rattrapa en silence. Il avait raison comme d'habitude, non seulement il l'avait sauvée mais il avait aussi éviter de faire couler le sang. Elle le remercierait plus tard. Pour le moment elle faisait ce qu'il voulait. Se taire. Ils trouvèrent une auberge plus rapidement qu'elle aurait cru cependant ces pensées étaient encore dans ce brutal échange qui avait eu lieu. Malheureusement pour eux l'auberge était pleine et il n'y avait plus qu'une chambre de libre. Tant pis pour le confort. L'un des deux allaient devoir se sacrifier pour laisser le lit à l'autre. Dormir dans la même pièce ne les dérangeait pas plus que ça. Et ça valait pour l'un comme pour l'autre. Aerin suivit Vàsa dans la brume peineuse qui l'habitait en cet instant. Arrivée dans la chambre et encore hébétée Vàsa dut s'y reprendre à trois fois avant que l'interpellée daigne lui répondre dans un hochement de tête furtif. Il venait de lui proposer le lit. Se laissant tomber sur le lit, elle observa distraitement son compagnon faire l'inventaire de leur provisions et planifier les prochains jours de leur voyage. Pourquoi avait il réagit de manière si abrupte ? Pourquoi ne souciait il pas un tant soit peu des autres ? Ces questions lui laissait un gout amer au cœur de la nuit. Elle s'endormit sans s'en rendre compte. Revivant la scène dans un cauchemar difforme elle se réveilla brusquement en étouffant un cri. Encore sous l'emprise de son cauchemar elle chercha du regard l'Ashryne qu'elle avait décidée de suivre. Était il partit pendant qu'elle dormait ? La panique pointant le bout de son nez elle grimaça encore pantelante de son réveil brutal et le trouva là allongé torse nu au pied du lit. Tout en jurant intérieurement ses inquiétudes se dissipèrent. Elle avait été idiote et encore plus idiote de douter de lui. Quelque soit le souvenir vers lequel elle se tournait Vàsa avait toujours été là pour elle malgré leur complicité électrique. Ne sachant pas quelle heure il pouvait bien être elle se rendormit songeant à son passé toute inquiétude disparut. Et elle rêva de ses souvenirs enfantins. Aerin passa le reste de la nuit dans la brume qu'était la chrysalide de son enfance et des quatre cents coups que les deux filles et les deux garçons avaient réalisés ensemble. A son réveil elle aura certainement oubliée tout ces rêves mais sur l'instant un léger sourire marquait son visage.  

Le fait de dormir dans un lit fut un véritable plaisir. Elle s'étira et prit plaisir à apprécier la chaleur de son lit avant d'ouvrir les yeux. Vàsa était là semblant frais et disposé à repartir à l'aventure. Elle ignorait comment il faisait. Aussi loin qu'elle se souvienne c'était toujours le dernier à se coucher et le premier à se lever et la fatigue n'était visible nulle part. Rien que par ça elle ferma les yeux. Une odeur de pain grillé et d'autres odeurs qu'elle n'identifiait pas lui chatouillèrent les narines. Elle avait faim, se relevant prestement elle vit enfin le plateau repas posé à coté de son lit. Ce devait être l'œuvre de Vàsa. Sans qu'ils échangent un mot elle avala son petit déjeuner et s'habilla. La présence de son ami ne la dérangeait pas. Il l'avait déjà vu nue à plusieurs reprises, elle n'était pas gêné en sa présence. Et si vous vous posez la question elle aussi l'avait vu nu. Une fois habillée ils sortirent après que Vàsa est réussit à obtenir la gratuité de leur chambre. Ca aussi c'était un mystère quant aux artifices qu'il utilisait mais il s'en sortait toujours dans des pirouettes de palabres. Alors qu'ils retrouvaient les lueurs du jour, Aerin et Vàsa tournèrent simultanément la tête vers le chapiteau qui était visible au loin. Au pieds de celui-ci une troupe c'était formée et ça semblait agitée. Des cris résonnaient dans la ruelle qui commençait à s'éveiller. Aerin se dandina sur place et se leva sur la pointe des pieds comme pour mieux entendre et voir. Ca ne servait pas à grand-chose cela dit. Leur chemin les forçant à passer à proximité de la foule, Aerin pressait le pas de manière impatiente et nerveuse étant très curieuse de savoir ce qui se passait. Elle devait cependant attendre Vàsa qui ne semblait pas le moins du monde intéressé. Arrivant à proximité du chapiteau, les éclats de voix se firent plus bruyants et violents. Maintenant qu'Aerin voyait de quoi il s'agissait elle eut un mouvement de recul. Le clown de la veille semblait avoir quelques problèmes. Sa troupe accompagnée de plusieurs habitants acculaient le bonimenteur et semblait prés à le trucider sur place. Elle haussa un sourcil et cherchant Vàsa du regard qui ne l'avait pas attendu, elle le remarqua déjà loin. Elle le rattrapa rapidement. « Hum... » L'interpellé ne réagissant pas, Aerin se fit remarquer une nouvelle fois. « Aheum... » Vàsa arqua un sourcil interrogateur vers sa compagnon. « Tu as fais quelque chose n'est-ce pas ? » En guise de réponse il eut un sourire énigmatique qui allait si bien à cet homme. Souriant enfin elle se mit à siffloter tout en suivant Vàsa. Peut être serait elle prête à l'accompagner ou qu'il aille finalement. Soudainement elle se figea se remémorant la soirée. « Attends, comment tu as fais pour ton tour avec la pièce d'or ? Tu aurais du perdre ! » Ca lui paraissait évident maintenant, elle n'avait pas plus réfléchit que ça mais Vàsa aurait du perdre. De son point de vue elle avait bien vue le clown saisir la pièce alors comment ? Celui-ci se retourna et appuyant sa réponse par un clin d'œil il lui offrit la seule réponse qui paraissait logique. « J'ai triché. »
Ils flânèrent encore une partie de la journée dans le petit village avant de partir vers leur destination. En menant un minimum l'enquête Aerin avait découvert que des rumeurs avaient été entendues durant la nuit. Il semblait que la troupe menée par le clown subissait du chantage et des menaces de la part de celui-ci et que même certains étaient enrôlés de force. Et bizarrement quelqu'un avait des preuves obtenues par quelqu'un qui les avaient lui-même obtenues de quelqu'un. Bien que les preuves soient authentiques impossible de savoir d’où ou de qui cela venait. Le clown avait été expulsé du village et la troupe s'en était trouver que plus motivée. Le spectacle était encore mieux disait-on. Attablée et buvant une liqueur dont elle avait oubliée le nom elle fixait du regard Vàsa. C'était lui obligatoirement. Mais qu'est-ce qui avait pu le motiver ? La détresse des artistes ? Non impossible. Le sort de ce petit village face aux méthodes du clown ? Encore plus impossible. Alors quoi ? Elle ? Non c'était aussi impossible que le ciel leur tombant sur la tête. Mais alors... Elle admettait qu'elle ne voyait pas encore pourquoi mais qu'elle finirait par le découvrir. Vàsa était complexe, plus complexe qu'elle le croyait. Malgré leurs enfances communes et le fait qu'elle le connaisse un minimum il lui semblait qu'une partie de cet homme demeurait inaccessible à qui que ce soit. Et ironiquement c'était celle qui semblait la plus intéressante. « A quoi tu penses ? » La question la tira de ses rêveries surtout que c'était à lui qu'elle pensait.  « Je...Euh...Rien. » Elle baissa la tête un instant et la releva un franc sourire fendant son visage.  « Merci. » « Pourquoi me remercies tu ? » « Pour une fois contentes toi de rien répondre Vanille. » Il tiqua à l'usage de son surnom mais se ravisa de répondre quoique ce soit. « On devrait partir maintenant. Il nous reste encore deux à trois jours de marches. On pourrait utiliser une caravane mais tu connais les risques. » Aerin hocha la tête et ils se levèrent tout deux de la table pour quitté l'établissement dans lequel il avait fait une halte. Ils sortirent ensemble et Vàsa s'avança pour ouvrir la marche comme il était coutume au sein de leur dualité. Pourtant cette fois à son passage prés d'Aerin il réduisit sa foulée et se pencha vers elle. « Il n'y a pas de quoi. » Déjà devant Vàsa n'attendu aucune réponse, Aerin papillonna des yeux surprise par cet élan...Cet élan de quoi au juste ? Elle demeura figée sur place quelques secondes avant de le rattraper. Ca commençait à devenir une habitude de le rattraper mais pour le coup elle fit deux choses qu'elle n'avait pas pour habitude. Elle se tut et eut un regard des plus étranges qui se projetait sur le dos de cet homme avec lequel elle se retrouvait coincé. La suite s'annonçait des plus intense et quel qu'en soit le dénouement, la seule certitude qu'avait Aerin était qu'au final Vàsa n'était peut-être pas si dénué d'émotions qu'elle le pensait.  
 


Décompte : 2594 Mots.




HAN !!!:
 

Vàsa Nibelun
Dim 21 Mai - 0:06
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Mytsbel-
Sauter vers: