Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


[Quête]Meurtre sur Scène[PV Yanos]

 :: La Grand-rue Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
avatar
Invité
Invité
Ce fut plus fort qu'elle, la jeune femme se crispa en entendant le ton utilisé par le garde. En un sens, elle comprenait sa méfiance. Bien qu'elle ne puisse pas le voir, tous trois devaient offrir un spectacle inquiétant. Voulant se montrer inoffensive et confiante envers leur autorité, la jeune ménestrel détendit volontairement ses épaules et sa prise sur son bâton se fit plus lâche, l'arme redevenant une assistance. Kochka sentit le changement chez sa maîtresse et se rapprocha d'elle. Pour autant, étant encore bien jeune, il ne lui était pas aussi facile d'afficher un calme apparent que pour elle. Toujours méfiant et désireux de protéger Anya, il préféra conserver sa taille…

Sentant que son ami félin ne semblait pas décidé à apparaître plus docile, elle posa une main sur sa tête pour essayer de le rassurer. Avec un peu de chance cela montrerait aussi qu'il n'était pas une simple bête sauvage… Il était hors de question que quiconque le traite de la sorte, pire, ne cherche à l'attaquer sous prétexte qu'il avait l'air dangereux. Elle essaya, tant bien que mal, d'insuffler à Kochka un calme qu'elle ne ressentait pas forcément complètement. Elle ne pouvait pas se permettre d'apparaître sans défense et être cataloguée d’hystérique de surcroît n'était pas non plus envisageable.


-Je vous assure que nous ne cherchions qu'à nous défendre. Nous ne sommes en aucun cas reliés à l'attaque qui vient de se produire...

Enfin… Normalement… Elle avait du mal à comprendre pourquoi les assassins s'en étaient ainsi pris à eux. Probablement un malentendu quelconque, plus mortel que d'habitude. Elle ne pouvait même pas interroger Yanos du regard pour essayer de déterminer s'il en savait plus que ce qu'il en avait dit. Mais elle commençait à doucettement cerner le personnage et elle le voyait mal mentir ou volontairement laisser dans l'ignorance des personnes à même de rendre justice à la victime. Ce n'était tout simplement pas son genre.

Ils suivirent donc docilement les gardes qui venaient de leur être assigné, Anya espérant que leurs ennuis étaient enfin finis. Il ne devrait pas être difficile de comprendre qu'ils n'étaient absolument pour rien avec ce qu'il venait de se passer sur scène. Quant aux gradins, ils n'avaient fait qu'agir en légitime défense. D'ailleurs, il lui semblait bien que si l'on faisait abstraction de celui dont s'était occupé Kochka, ils n'étaient responsables d'aucune mort…

Pourtant elle sentit la frustration des gardes monter d'un cran lorsqu'ils furent confrontés aux assassins qu'ils étaient parvenus à appréhender. Ils étaient plusieurs à attendre leur jugement sur le côté de la scène, lourdement gardés. Il y avait peu de chances qu'ils puissent s'enfuir même si elle ne doutait pas qu'ils sauraient mettre à profit la moindre chance qui leur serait offerte. La jeune femme préféra garder ses distances… Elle n'irait pas jusqu'à dire qu'elle pouvait sentir une envie de meurtre émaner d'eux mais les regards qui pesaient sur Yanos, Kochka et elle étaient suffisamment lourds pour qu'elle puisse le déduire.

Un garde, la voyant faire un pas de recul, s'empara un peu durement de son bras pour la forcer à se repositionner face aux prisonniers. Il émanait de lui une odeur désagréable de transpiration et de houblon mal fermenté mais Anya resta stoïque, évitant de grimacer de dégoût. Surtout lorsqu'il estima nécessaire de se rapprocher d'elle pour lui parler, pour ne pas dire aboyer dessus. Elle s'apprêtait à lui dire qu'elle aurait du mal à « voir » quoi que ce soit lorsqu'elle entendit à nouveau le sifflement. Malheureusement Yanos réagit bien plus vite qu'elle, faisant rempart de sa personne pour la protéger.

Il y avait quelque chose à dire sur le son que produisait une lame lorsqu'elle pénétrait la chaire de quelqu'un. Surtout si ce quelqu'un était en train de vous protéger. A nouveau la jeune femme se sentit particulièrement impuissante, ne pouvant rien faire pour arrêter l'attaque. Non seulement elle ne pouvait pas forcer l'aetrayel à se mettre à l'abri mais elle n'était pas en mesure d'arrêter leur assaillant. Lorsqu'il finit par s'effondrer, Anya essaya d'atténuer sa chute en l'accompagnant mais elle n'avait pas vraiment la force nécessaire. Elle parvint tout juste à lui éviter qu'il ne percute trop violemment sa tête contre la scène.

A nouveau le chaos explosa autour d'eux… Pendant que la jeune femme restait penchée sur Yanos, essayant tant bien que mal de le protéger et de faire pression sur sa blessure au ventre, les gardes essayaient de s'organiser. Au son des ordres aboyés par l'un d'eux, probablement le plus gradé, une partie d'entre eux s'empressa de monter à l'assaut des gradins dans le but d'arrêter alors que les autres se plaçaient en arc de cercle devant eux… Ce n'était pas tant pour les protéger d'une nouvelle attaque que pour s'assurer que personne n'atteindrait leurs prisonniers.

Toutefois ces gardes se focalisaient vers l'extérieur et non l'intérieur, ne réalisant pas que l'un des prisonniers était déjà partiellement libre. Alors qu'elle s'appliquait à endiguer l'hémorragie de son compagnon, Anya entendit distinctement le bruit des cordes qui claquaient ainsi que le discret raclement du métal contre la pierre alors qu'ils se passaient une dague de main en main.


-Attention !!

Son cri d'alerte fut un peu tardif mais permit au moins à quelques gardes de se retourner à temps… Les prisonniers profitèrent de la diversion pour s'enfuir telle une envolée de moineaux, seuls deux d'entre eux se retrouvant aux prises avec les gardes les plus alertes. Kochka se jetta dans la mêlée, coursant un assassin qui était passé un peu trop près de lui. Anya resta auprès de Yanos jusqu'à ce qu'elle sente ses boucles d'oreilles brusquement chauffer alors qu'une lame se pressait contre son cou.

-Allez ma fille, tu vas te relever doucement et tu vas faire ce que je te dis...

959 mots
Invité
Mar 23 Mai - 13:48
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Il faisait doux ce jour-là. L’air pur emmenait les enfants en dehors de leur foyer pour une petite excursion au berceau des merveilles. Le jeune Ogawa avait passé son après-midi dans l’eau à sauter d’un rocher, encourager ses amis et à effacer les derniers maux des plus téméraire, ne serai ce que pour quelques heures. Le soir arriva vite, il y avait le Lucas qui voulut sauter une dernière fois et insista malgré le refus des encadreurs. L’eau s’agitait pour la nuit. Ogawa, sûr de lui, se proposa de l’accompagner et d’assurer le retour de son copain. Tel un spectacle de plongé, les deux salua la classe du haut de leur rocher. Lucas fut le premier à sauter, avec le saut, le rocher s’effrita légèrement pour entrainer une chute un peu plus conséquente. Mais alors qu’Ogawa s’approcha du bord, il s’aperçu que son copain ne remonta pas. Ni une ni deux, il bondit dans l’eau sous les cris terrifiés des spectateurs. Dans l’eau, il aperçut Lucas avec son pied coincé entre une grosse pierre. A deux ils surent la pousser. Lucas était en train de se noyer et la remonté était trop longue. Alors pour assurer la vie à son camarde, Yanos le lança vers le haut pivota tête en bas et poussa à grand coup de pieds joint Lucas qui émergea à la surface pataugeant alors comme il pouvait avec l’aide de ceux qui avaient décidé de les secourir. Mais dans l’eau, Yanos avait sacrifié son propre temps en apnée en s’efforçant et la dernière poussé l’avait entrainé à nouveau dans le fond. Se laissant aller, comme s’il accepté son sort, il ferma les yeux et se disait que le silence des fonds étaient agréable. Il sentit alors quelqu’un le prendre dans ses bras sans pour autant le remonter. Au travers de l’eau, il cru voir une dame blanche ailé, une aura blanche l’entourait pour devenir une boule de lumière s’effaçant au contact d’Ogawa…

Yanos, inconscient, se rappela de se souvenir ou Kalhana lui avait sauvé la vie. Mais vers la fin, lorsqu’il remonta à la surface comme neuf, il entendit ses propres battements de cœur et à chaque battement, l’image d’Anya lui arriva. A travers le souvenir, il arrivait à garder un contact étrange avec elle, il sentait qu’elle était en danger, il fallait réagir et la soigner. Alors, sous l’adrénaline de vouloir protéger la jeune femme par-dessus tout. L’agresseur d’Anya vit le corps de L’Aetrayel luire d’une aura lumineuse. Les blessures jusque-là préoccupantes, diminuaient d’intensité pour n’être que de petits bobos. Yanos ouvrit enfin les yeux, une de ses mains agrippa la main d’Anya. Sous le contact de l’aura, elle dut sentir un léger effacement de ses petits maux, la fatigue ne serait alors qu’un souvenir. Pas plus, car lorsqu’il décida d’agripper l’assassin, l’aura se tut directement.

« Mais…mais…qui est tu ?!...un Aetrayel… »

Oui, ses ailes en disaient long pourtant…Yanos se releva le dépassant petit à petit en taille. Il avança son visage près du sien.

« Je me nomme Yanos Audron, et tu n’aurais pas dû t’en prendre à elle. »

Yanos n’était pas un violant, ni un tueur. Mais il voulut démontrer qu’il n’avait pas que des paroles en l’air. Ce fut avec un coup de boule qu’il assomma le type et le lâcha au sol. Durant leur descente de tout à l’heure, il avait remarqué qu’Anya aimait son bâton, mais elle avait besoin d’indice.

« Je suis la Ani, mais on a pas fini. Kochka est sur ta droite à environ cinq mètres sur un attaquant, il y en a deux sur ta gauche avec un garde et deux devant toi complétement libre…je m’occupe de tes angles morts… »

Certains gardes tombèrent déjà, mais les assassins aussi. Sur les gradins, ce qui semblait être le leader ne semblait pas avoir d’ennui pour échapper à la milice.

643 mots
Invité
Mar 23 Mai - 21:44
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
La jeune femme se figea automatiquement dès qu'elle sentit le froid de la lame sur sa gorge. Pour autant, elle n'arrêta pas ce qu'elle était en train de faire. Si elle était le seul élément permettant à Yanos de survivre pour l'instant, elle n'allait certainement pas l'abandonner. Parfaitement immobile, étirant juste le cou pour se donner un tout petit peu de marge de manœuvre, Anya continua à appuyer sur la plaie de toutes ses forces. Elle aurait bien lancé un regard meurtrier vers son agresseur mais il dut se contenter de la contraction de sa mâchoire...

-Trouvez-vous un autre otage, je ne bougerai pas d'ici...

C'était une bravade qui pouvait lui coûter très chère mais Anya était aussi bornée dans son genre. Surtout lorsqu'il était question du peu de personnes qui s'étaient montrées bienveillantes à son égard. L' aetrayel avait largement démontré sa nature protectrice et elle ne doutait pas que ses ennuis auraient été bien plus importants s'il n'avait pas été là pour l'aider. Elle n'allait donc pas l'abandonner aussi facilement à son sort. Son entêtement était peut-être la seule chose qu'elle avait à sa disposition à l'instant et elle comptait bien l'utiliser autant que possible…

Le soupir frustré de l'assassin fut parfaitement perceptible par l'aveugle avant qu'il n'agrippe son avant-bras et ne la tire violemment en arrière. Cela eut l'effet escompté, la jeune femme se retrouvant brusquement sur ses pieds… Toute la volonté du monde ne pouvait faire le poids contre la force brute d'un adulte mâle en bonne santé la dépassant d'une bonne tête et dont les bras avaient facilement le diamètre de ses cuisses… Il ne relâcha pas son emprise sur son bras, resserrant même son étreinte au point de lui faire grincer des dents. Elle savait que la marque de sa main allait rester un bon moment sur sa peau mais elle n'allait pas lui faire le plaisir de communiquer sa douleur haut et fort.

Elle se retrouva plaquée contre son torse alors qu'il commençait à reculer, se dirigeant probablement vers la sortie. De son côté, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour Yanos, sentant ses mains encore poisseuses de son sang. Avec le chaos ambiant et leurs prisonniers qui s'enfuyaient, elle n'était même pas sûre que les gardes se rendraient compte qu'il était blessé avant qu'il ne soit trop tard… Par contre Kochka finit par remarquer que son amie était en difficulté et se positionna dans le dos de l'assassin, quelques rangées au-dessus, prêt à bondir…

Il n'en eut pas l'occasion, Yanos reprenant soudainement ses esprits tout en aveuglant partiellement les personnes se trouvant autour de lui. Anya sursauta en sentant sa main se refermer autour de son poignet avant d'être tirée vers lui. Le mouvement aurait pu lui coûter très cher si l'agresseur, choqué par la supposée résurrection de son compagnon, n'avait pas cherché à mettre autant de distance que possible entre eux. Il avait donc relâché la jeune femme alors qu’il se relevait, lui faisant presque perdre l'équilibre.


-Yanos ? Tes blessures...

L'aveugle n'eut pas vraiment le temps de se préoccuper des blessures de son compagnon. Elle le sentit se rapprocher d'elle, et, à la façon dont il s'adressa à son agresseur, il devait avoir l'air particulièrement meurtrier… La jeune femme préféra donc ravaler ses alarmes et récupéra son arme, prête à se défendre. Il fallait qu'elle arrête de compter sur les autres pour l'aider, elle n'était pas non plus complètement sans défense.

-Essaye de te préserver un peu, d'accord ?

Kochka était déjà en train de s'occuper d'un nouvel adversaire et la jeune femme se focalisa donc sur les deux personnes en face d'elle. Ces derniers avaient plus envie de quitter les lieux que d'éliminer toute forme de résistance. Evaluant rapidement leurs chances, ils en vinrent à la conclusion qu'un seul d'entre eux pourrait fuir… Difficile de dire sur quels critères l'heureux élu fut sélectionné mais l'un d'eux disparu sans demander son reste pendant que son camarade chargeait Anya... Le laissant fuir, la jeune femme préféra se concentrer sur son adversaire direct qui lui rendait la chose facile en produisant un boucan de tous les diables. Du moins pour elle.

L'échange fut assez rapide et n'eut rien d'exceptionnel… Tout le monde était fatigué et les choses avaient déjà que trop durées pour une attaque éclaire. Anya se décala au dernier moment et se servit de son bâton pour asséner un violent coup à la tête de l'assassin. Le craquement fut tout à fait satisfaisant à entendre alors qu'il s'effondrait à ses pieds. Il ne fallut pas longtemps au trio pour réaliser que cette dernière vague n'avait eu que pour but de libérer, ou éliminer, ceux qui s'étaient fait prendre par la garde…

Cette dernière était en train de regrouper ses blessés. Les seuls assassins encore sur place étaient les corps de ceux qui n'avaient pas survécu… Moins d'une demi-douzaine d'individus. Ne restaient que douleurs et questions… Et la jeune femme sentait qu'ils allaient devoir y répondre rapidement s'ils voulaient que la garde les relâchent un jour… En attendant, elle se dirigea vers Yanos dans le but de le forcer à se reposer un peu.


855 mots
Invité
Mer 24 Mai - 17:32
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Le combat cessa en quelques minutes, la poussière retomba, des hommes bons et mauvais également. Au milieu se trouvait l’ailé, droit dans sa posture le regard zyeutant la paume de ses mains devant lui, alternant de temps en temps avec ses blessures qui semblaient avoir guérit depuis quelques jours, alors qu’on venait tout juste de l’atteindre. Il y avait de plus en plus de détails chez lui, qu’il avait décidé d’ignorer car de l’ordre du petit détail, devenait trop nombreux, beaucoup trop pour ne pas être négliger. Il était un ailé de lumière, ça il le savait, par simple déduction. Mais depuis quand ? Que se cachait vraiment dans son amnésie ? Il se disait qu’il ne devait pas avoir ses ailes depuis longtemps étant donné qu’il avait peur du vide…quel étrange paradoxe. Il se revoyait entrain d’agiter ses bras juste après sa prompte guérison, son élan poussé par la vision d’Anya en danger… Il avança alors vers elle.

« Euh, on a un problème…enfin avec moi, je crois que… »

Il n’eut pas l’occasion de finir sa phrase lorsqu’il vit le capitaine revenir bredouille. Il était énervé, en sueur, et pas du tout disposé à entendre des âneries.

« Je vous donne deux minutes pour me convaincre de ne pas vous embarquer, vous savez des choses, sinon ils ne vous viseraient pas ! »

Yanos se plaça derrière Anya qui la surplomber d’une bonne tête. Il avait ses deux mains posaient sur chaque épaule d’Anya et sourit bêtement dans un premier temps. Il essayait simplement d’adoucir l’ambiance, mais c’était peine perdu.

« S’il vous plait, laissez nous mener notre enquête de notre côté, restez si vous voulez nous surveiller, mais nous avons probablement autant de questions que vous… Si vous permettez, je vais fouiller les quelques corps qui à la, ça peut être un bon début, promis, je m’envolerai pas…façon de parler bien sûr… »


Le capitaine le regarda du coin de l’œil, il ne broncha pas, mais après tout pourquoi pas tant qu’il les avait à l’œil. Yanos tapota les épaules de la miss pour lui dire qu’il se mettait au travail. En se dirigeant vers le premier corps, il ne put s’empêcher de rouler des yeux. Voilà qu’il jouait les détectives à présent. Combien de cordes inventa-t-il à son arc ? Bref, il s’accroupit et tata le premier corps. Ce fut une activité peu enviable pour lui, il ne put s’empêcher de grimacer à quelques moments. En trois corps, il ne trouvait rien, il espérait que de son côté Anya aurait plus de chance, mais il ne désespérait pas…car voilà qu’il trouva une note. Ca disait que la cible devait chanter ce soir. Mais ça, il le savait déjà. L’Aetrayel s’ébouriffa la crinière de frustration. Il revint doucement vers le capitaine en tenant le mot et en le lisant à voix haute pour qu’Anya puisse le « lire également »

« Apparemment, ils cherchaient vraiment à faire taire la chanteuse, mais ça ne dis pas pourquoi ils nous ont attaqué nous…ceci dit…quand je suis allé sur la scène pour la secourir, je n’ai pas était attaqué alors que toi oui Ani…c’est peut être une simple coïncidence je sais, mais c’est tout ce que j’ai…pour l’instant. »

539 mots
Invité
Mer 24 Mai - 22:49
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Anya n'eut pas vraiment le temps de savourer le calme soudainement revenu, elle avait d'autres chats à fouetter... Elle ne pouvait pas le voir mais les blessures de Yanos s'étaient en grande partie refermées grâce à sa magie, aussi dès qu'elle fut à nouveau à ses côtés, elle entreprit de vérifier dans quel état il était réellement. Les lèvres pincées, visiblement inquiète, elle laissa courir ses mains sur lui sans autre forme de cérémonie, sans même le prévenir. Elle s'attarda notamment sur les zones qu'elle savait déjà blessées, essayant de balayer de sa mémoire la sensation du sang qui s'en écoulait...

Etrangement, elle ne trouva rien d'inquiétant contrairement au moment où il s'était retrouvé couché au sol. Anya lui aurait bien posé des questions quant à cette guérison miraculeuse mais Yanos lui coupa la parole, ne faisant que renaître la flamme de son inquiétude. A nouveau elle chercha à voir d'où venait le problème, à sa manière, ses mains lui servant d'yeux alors qu'elle les faisait passer sur lui. C'était un geste qui pouvait gêner certaines personnes, tant il pouvait avoir l'air intimiste, mais elle n'en avait cure dans ces circonstances. Si l'aetrayel avait un problème, elle voulait pouvoir l'aider...


-Un problème ? Tu es blessé ?

C'était bien la première fois que l'on sentait que la jeune femme perdait son sang-froid et cela s'entendait à sa voix... Elle était tellement focalisée sur son ami qu'elle n'entendit pas le capitaine revenir vers, plus frustré que jamais par la situation dans laquelle ils se trouvaient. Sa voix la fit violemment sursauter et elle fit volte-face pour se retrouver face à face avec lui. Elle sentait la chaleur émanant de son corps, signalant une proximité alarmante, mais ne voyait rien de son expression apoplectique. La sensation des mains de Yanos sur ses épaules la rassurèrent quelque peu, son coeur arrêtant de battre dans son torse comme un oisillon essayant de s'envoler pour la première fois...

Anya laissa l'aetrayel parler en premier... Il avait l'air confiant et il ne lui semblait pas entendre de variations dans sa voix laissant sous-entendre qu'il souffrait d'une quelconque manière que ce soit. Ce qui était rassurant pour l'instant... Elle mit sa main sur l'une des siennes et la serra doucement pour lui signifier qu'elle était d'accord avec ce qu'il disait. Elle allait rester un peu en arrière à parler avec le Capitaine avant de voir ce qu'elle pouvait trouver de son côté. Après tout il y avait de plus grandes chances pour qu'elle laisse passer un élément important en fouillant l'un des corps...

Dès qu'elle sentit Yanos s'éloigner, elle se dirigea vers le Capitaine, posant une main délicate sur son avant-bras. Elle n'aurait pas de grandes difficultés à se faire passer pour faible et sans défense puisqu'elle avait eu plus d'une fois besoin de l'aide de l'aetrayel durant les combats. Ce n'était pas une impression qu'elle aimait dégager mais si cela pouvait l'aider à obtenir des informations et leur éviter un potentiel séjour dans les geôles de la ville, elle n'allait certainement pas abandonner une telle arme de son répertoire...


-Capitaine, nous ne sommes que les malheureuses victimes des circonstances. Mon ami n'a écouté que son coeur et son courage et s'est porté au secours de cette malheureuse. Nous ne savons pas en quoi nous avons ainsi attiré l'attention sur nous... Vous comprendrez aisément pourquoi nous-même cherchons à en savoir plus. Et il est évident que vous serez le premier informé si nous venons à découvrir une information importante même si je ne doute pas un seul instant que vous en saurez bien plus que nous et cela bien plus rapidement... Je suis certaine que vous avez déjà commencé à identifier cette bande d'assassins par exemple. Une telle bande de malandrins ne passeraient pas inaperçus aux yeux expérimentés de la Garde...

Anya ponctua ses propos d'un sourire qui, s'il ne se voulait pas vraiment charmeur, se voulait rassurant. Elle faisait en sorte que le Capitaine se relaxe suffisamment pour lui accorder sa confiance. Et si elle était un peu chanceuse, en plus de sa confiance, elle pourrait aussi glaner quelques informations qu'elle pourrait transmettre à Yanos... Le Capitaine eut un haussement d'épaules avant de souffler... L'edsere avait l'air fatigué et las, ce qu'elle pouvait largement comprendre. Il se retrouvait avec une sale affaire sur les bras et une partie de ses hommes venait de payer le prix fort.

-Justement... Ils portent le signe d'une guilde récemment installée en ville. Je ne conseillerai pas d'aller vous frotter à eux, vous êtes déjà chanceux de vous en être tirés... Restez en vie, ce sera déjà un bon début.

Le Capitaine l'a guida jusqu'à Yanos où il l'abandonna. La jeune femme attendit quelques instants qu'il se soit suffisamment éloigné pour pouvoir parler tranquillement avec son compagnon. Visiblement lui aussi avait trouvé quelques infirmations intéressantes sur les cadavres. Kochka vint taper sa main à l'aide de sa tête jusqu'à ce qu'il puisse y déposer quelque chose... Anya identifia rapidement l'objet comme une sorte d'amulette, de pendentif menu et gravé... Il n'était pas impossible qu'il s'agisse du signe dont parlait le Capitaine...

-C'est un contrat dans ce cas... Mais je ne connaissais pas la chanteuse, je ne vois pas pourquoi ils auraient étendu leur contrat à ma tête. A moins qu'ils aient estimé que j'avais un moyen de le mettre en danger.

Elle lui glissa le pendentif dans la main une fois qu'elle parvint à s'en emparer...

-Peut-être pensaient-ils que je pouvais les identifier ? Ou leur commanditaire ?

917 mots
Invité
Ven 26 Mai - 8:03
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Yanos avait les bras croisés et ses yeux se balancèrent entre le capitaine et Anya. Il semblait concentré sur l’affaire d’autant plus que la garde semblait débordée. Qui ne le serait pas ? Mais il fallait agir jusqu’au bout, la vie de cette chanteuse ne pouvait rester ainsi interrompu. Il n’était pas garde, chevalier, enquêteur ou autre, mais il était Aetrayel, son sang luisant semblait augmenter son désir de protéger les autres à tout prix quitte à devoir affronter le danger. A ça, il y pensait au moment où le capitaine de la garde leur annonça que cette guilde avait un repaire en ville. D’abord, il se demandait ce que cette garde attendait pour les boucler, puisqu’elle connaissait l’endroit. C’était leur boulot. Mais il écouta son instinct, mais surtout, il sentait que Anya était impliqué contre sa volonté dans cette histoire, et appart y mettre un terme en allant jusqu’au bout, elle serait toujours en grand danger et vivre en sachant qu’une bande de maraudeurs veut votre mort ne doit pas être de tout repos, loin de là. Sagement, il attendit que le capitaine s’éloigne pour écouter son amie et lui faire part de ses avis.

« Si c’est la cas, tu es en danger, et nous ne pouvons pas prendre le risque de laisser cette affaire de côté. Sinon tu vas entrer dans une période de survie le temps de savoir si oui ou non ils ont en après toi. Ca va peut-être pas te plaire et à moi non plus, mais il faudrait se rendre en ville…et trouver ce repaire. »

Yanos fit une petite moue avec un sourire au coin quand même. Pour lui, il n’avait pas le choix, mais ne voulait pas non plus l’imposer à Anya, il était prêt à s’en charger seul s’il le fallait. Tout en gardant une attention sur elle et Kochka, il marcha jusqu’à un corps d’assassin au sol afin de le scruter. Il regardait sa façon de s’habiller, s’il avait des marques, peu importe. Ce fut la raison pour laquelle, il s’accroupi à nouveau pour découvrir les bras, le ventre, le dos. Cet homme semblait avoir eu de l’expérience. Quelques cicatrices venaient le dessiner à certains endroits. Deux tatouages communs, une belle femme sur l’avant-bras, un poignard sur le biceps. Mais il y en avait un autre qui l’attira d’avantage. Il s’agissait d’un œil cerclé par un serpent dont il se mordait sa propre queue. Evidemment, le décrire à Anya ne l’aiderait en rien, elle ne pouvait pas l’avoir vu…mais peut être l’avoir entendu, après tout, il semblerait qu’elle avait été aperçue par cette bande.

« Tient, vient voir. Je suis en train de voir s’ils n’ont pas un signe, une marque. Bon, y a une femme tatoué, un poignard, et sur le torse vers le cœur, il y a un œil grand ouvert avec un serpent se mordant le bout. Ça te dit quelques choses ? Je vais regarder chez les autres… »

Il se leva à peine pour s’approcher d’un autre. Après une petite fouille, il découvrit le même tatouage de l’œil sur le torse, mais également cette femme, mais pas le poignard. Sérieusement, pour lui ça devenait agaçant. Le troisième corps, avait l’œil, pas la femme, mais le poignard… Il expliqua tout ça à sa coéquipière. Etait-ce un code ou une simple coïncidence ?

557 mots
Invité
Mer 31 Mai - 21:02
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
La situation ne plaisait pas du tout à l'edsere. Elle n'avait rien à voir avec cette malheureuse et ne comprenait donc pas pourquoi cette guilde était soudainement décidée à l'éliminer. Mais, d'un autre côté, s'il s'agissait bien d'assassins, ils n'agissaient pas gratuitement. Ils ne tuaient pas juste pour le plaisir mais parce qu'on les payait pour cela. Cela voulait dire qu'il y avait un commanditaire derrière tout cela. La jeune femme laissa Yanos continuait à fouiller les corps alors qu'elle essayait de dérouler la pelote de sa réflexion. Elle avait l'impression d'avoir attrapé un bon bout et espérait trouver une solution à la fin...

-Je peux me débrouiller seule mais c'est la première fois que l'on cherche activement à me tuer.

Et par cela elle voulait parler de professionnels... L'inquiétude était clairement lisible dans le ton de sa voix. La situation était vraiment exceptionnelle et si elle avait déjà rencontré des réactions très violentes à cause de son apparence, c'était vraiment la première fois qu'elle se retrouvait face à des personnes pleines de sang-froid et dont le seul but était de l'éliminer vite et bien. Elle avait douloureusement conscience qu'elle ne tiendrait pas longtemps si elle restait seule... Et se cacher ne ferait que retarder l'inévitable. Il n'y avait pas beaucoup de solutions à sa disposition... Elle devait trouver pourquoi elle faisait partie de ce contrat et comment s'en débarrasser. Payer plus cher que sa prime n'étant pas une solution, elle n'aurait jamais les moyens...

La jeune femme écouta ce que son compagnon avait pu observer avant de reprendre le médaillon que Kochka avait trouvé. A force de laisser le bout de ses doigts délicatement courir dessus, elle parvint à s'en faire une image partielle. Elle pouvait se tromper mais il lui semblait bien qu'ils étaient sur la bonne voie. Même si elle n'était pas dénuée de danger. Elle lui rendit l'amulette avant de l'entraîner vers la sortie du théâtre maintenant que la garde en avait finit avec eux...


-Il y a un oeil sur le médaillon. C'est probablement leur symbole... Le serpent peut très bien être moyen d'identifier leur grade au sein de leur organisation ? Peut-être... Ce n'est pas vraiment un domaine dans lequel je suis familière.

Mais ils avaient potentiellement une clé pour entrer dans les bâtiments de la guilde avec ce médaillon... Il n'était pas question d'éliminer toute une guilde, ils n'en avaient certainement pas la capacité à eux deux si la garde ne s'en était pas déjà occupée, mais ils pouvaient très bien parvenir à glaner quelques informations. Ce n'était pas vraiment les assassins qu'elle visait. C'était le commanditaire. Si elle parvenait à découvrir son identité, elle serait peut-être à même d'annuler le contrat qui pesait maintenant sur sa tête...

-Yanos ? Je comprendrais que tu ne veuilles pas continuer ton association avec moi mais accepterais-tu de m'aider s'il te plaît ? Je veux découvrir qui a mis ce contrat sur ma tête et faire en sorte qu'il soit annulé...

L'hésitation était claire dans la voix de la jeune femme... Elle pouvait parfaitement comprendre que l'aetrayel ne veuille pas risquer inutilement sa vie pour une personne qu'il n'avait rencontré que quelques heures auparavant... Elle ne pouvait nier le fait qu'elle ressentait quelque chose de particulier pour lui, une sorte de connexion à laquelle elle ne s'était pas attendue... Il y avait aussi des choses chez lui qui l'intriguaient et qui titillaient dangereusement sa mémoire mais ce n'était pas une raison pour lui forcer la main...

Ils étaient à nouveau dans la Grande Rue et les gens semblaient avoir repris une vie normale, inconscient de ce qui se jouait pour les deux personnes encore plantées devant l'entrée du théâtre. Certains petits groupes s'étaient quand même formés pour parler de la mort soudaine et tragique de la chanteuse mais l'incident semblait destiné à rapidement être oublié... Anya se demanda si ce serait aussi son cas si elle ne parvenait pas à ses fins...


656 mots
Invité
Ven 2 Juin - 19:36
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
« Il faut que je regarde mon agenda, mais normalement je devrai pouvoir t’aider. »

Il disait ça sur un ton humoristique, même si la situation ne se présentait pas vraiment à l’émotion. Anya avait besoin de lui et il était prêt à transpercer le soleil s’il le fallait. Il ne connaissait pas vraiment les sentiments qui devaient l’habiter. Se savoir traqué de mort, survivre…non, Anya ne devait pas à avoir supporté ça. Doucement, il se releva et s’approcha d’elle. Il lui prit délicatement les deux mains et les enferma dans les siennes. Il l’observa intensément, il observa également tout ce qu’il sentait pour elle, ce besoin de la savoir en sécurité et heureuse.

« Il y a beaucoup de chose que je ne comprends pas, beaucoup de moments qui me dépasse carrément. Je suis insignifiant aux yeux du monde, un monde qui m’est si inconnu. Mais depuis que je t’ai rencontré, je sais une chose. Je dois te protéger. Quand tu ne vas pas bien je le sens directement, me demande pas comment, mais c’est comme ça. Alors, demande moi et je viendrai directement, je tacherai d’être la quand je sentirai que ça va pas. Je te prêterai mes mains pour que ne te sente pas seule, je t’offrirai mes bras pour avoir un endroit où aller. Je te confirai mes yeux si tu es las de regarder. Je te donnerai l’espoir, si tu baisse les bras…Je te protègerai toujours, sans t’étouffer, des fois sans que tu t’en rendes compte, je respecterai ton libre-arbitre… »

Sur ce dernier mot, il s’approcha encore plus et l’enlaça gentiment sans rien dire, juste pour lui montrer que tout ira bien désormais, ou mieux en tout cas. Il en profita même pour ébouriffer la crinière de Kochka.

Les minutes passèrent et le trio se retrouva dans la grande rue. L’Aetrayel avait les mains dans le dos, laissant son bras à la disposition de la miss, si son bâton venait à l’ennuyer. Il avait toujours sa mission en tête et cette pauvre chanteuse qu’il avait tenu dans ses bras, mais il devait aller de l’avant et ne pas nuire l’ambiance quand il n’était pas nécessaire de le faire. Donc, dans l’instant, Yanos repensa à ce qu’il est arrivé lorsqu’il avait repris conscience.

« Ani, je crois que j’ai des pouvoirs… »

Il était Aetrayel, donc la possession de don était tout à fait logique. Pourtant venant de sa bouche ça semblait limite miraculeux et surtout, il en revenait pas. D’accord, il s’était réveillé avec une paire d’ailes, mais ça lui suffisait à le faire un être d’espoir et de bonté. Il lui avait bien semblé avoir le don de guérir. Mais bon, il n’avait pas de monde d’emploi à son réveil. C’était un peu embêtant. Et puis, en avait-il d’autres ? Combien ? Dangereux, pour lui ? Pour les autres ? Sa première idée fut de rencontrer un autre ailé histoire de se rencarder sur son savoir-faire. Mais dans l’immédiat, il devait se concentrer sur ce qu’il avait à faire. Mettre Anya l’abri de ce fichu contrat. Ils suivaient l’instruction du capitaine de la garde afin d’arriver à une rue qui pourrait donner la chair de poule, la ou les gens n’avaient pas vraiment envie d’aller.

542 mots
Invité
Jeu 8 Juin - 20:51
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: La Grand-rue-
Sauter vers: