Blanche Franccese, Vampire [Terminée]

 :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Sitien - I
Parchemins : 10

Blanche
Franccese
Identité
  • Surnom :Bianca, ou L’orchidée Noire
  • Âge : 50ans
  • Sexe : Féminin
  • Race : Norphis
  • Occupation : La couture,
    Collectionneuse d'artefacts, vins et autres
  • Lieu d'habitation : Les Souterrains Interdits
Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique : 2
    ■ Endurance : 4

  • Dextérité

  • ■ Vivacité : 4
    ■ Habileté : 2

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique : 5
    ■ Adaptation : 2

  • Prestige

  • ■ Apparence : 4
    ■ Contact social : 3

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique : 1
    ■ Puissance/Résistance : 3

    Biens
    Ensorcellements

    - Narcose de l'âme
    - Thaumaturgie des Macchabées

    - Changement d’apparence
    - Transparence
    - Grande vitesse

    Inventaire

    - Monnaie actuelle -

    - Pièces de bronze : 74
    - Pièces d'argent : 78
    - Pièces d'or : 9

    - Monnaie à l'inscription -

    - Pièces de bronze : 94
    - Pièces d'argent : 48
    - Pièces d'or : 12

    - Monnaie après achats -

    - Pièces de bronze : 74
    - Pièces d'argent : 78
    - Pièces d'or : 9

    - Objets achetés avec l'argent reçu au début de l'aventure -

    - Robe noble (1 pièce d'or)
    - Sac sans fond (1 pièce d'or)
    - Dague (20 pièces de bronze)
    - Hallebarde (70 pièces d'argent)
    - Total : 2 or / 70 argent / 20 bronze
    :

    Gains

    Cette partie sera remplie par les administrateurs.

    Physique

    1 - Le courrier

    Elle décacheta l’enveloppe, le papier glissant entre ses doigts. Les mots fuyaient, se perdaient sur le papyrus. La cire rouge enfermait à huit clos une révélation. Ses mains, pâles, tremblèrent d’émotion. Deux améthystes détaillaient avec effroi l’écriture manuscrite. Elle lut un compliment. Elle lut une invitation. Ses coquilles rosées froissèrent le papier qu’elle jeta. Avec haine, elle saisit un verre qu’elle éclata contre le mur. Elle admira des traînées rouges se dessiner, des gouttes s’écraser au sol. Elle coiffa sa chevelure, teintée des mêmes nuances que le vin, en un chignon de mèches bouclées.

    Bientôt ce fut autour de la bouteille. De déverser son contenu, de libérer ces effluves addictives qu’elle dégustait jusqu’à peu.

    Elle porta ses mains à son ventre, enserrant sa fine taille, ses maigres poignets. Comme répugnée, elle se sentit faiblir, ses traits fins déformés par la douleur. De l’esprit, du coeur si elle en avait un. Ses jambes fuselées cédèrent sous son anatomie, réduite en chair. Elle s’échoua sur le divan ocre, ébranlée par sa lecture. Ses ongles griffèrent le riche tissu qu’elle avait cousu, la robe qu’elle avait confectionnée. Elle en arracha une partie, se déchaussant. Pieds nus, elle sortit sur la véranda. Une couche de glace criblait sa peau froide, dénuée de vie. Et baignée de lumière, elle poussa un hurlement. Soif de liberté. Cri de terreur.

    Elle avait tout d’une poupée de porcelaine. Hormis sa fragilité. Elle veillait à ce que personne ne la sous-estime. Que sous ces airs d’ingénue, de bonne à marier, l’on y discerne sa valeur. Que exploits comme aventures, témoignent de sa bravoure. Que ses aptitudes jurent de sa richesse, son charisme de sa beauté.

    Elle fit appeler sa sœur, certaine de sa malédiction, submergée par le désespoir.

    (À suivre...)

    Psychologie

    2 - La soeur

    La jeune femme fit irruption dans la chambre, n’y trouvant que la carcasse d’une femme détruite par les exigences de son père. Soulevant quelques jupons, elle s’agenouilla devant elle. Séchant ses larmes, Ofelia la prit dans ses bras, prise d’empathie. Ses mains tremblaient de colère, et ses joues rougissaient au fur et à mesure que les larmes lui venaient. « Comment… ont-ils pu… vous faire ça ?! Ma sœur… » La belle réfugia ses mains dans le dos de la cadette, cherchant un peu de réconfort, même si sa décision était prise.

    Ofelia savait. Que sa sœur ne pleurait pas pour elle. Que sa sœur ne faiblirait jamais. Que sa sœur ne se laisserait jamais abattre par d’autre volonté que la sienne. Sa sœur était forte, et elle l’avait toujours admirée pour cela. Elle n’était fermée d’esprit, comme leurs parents, et leurs ancêtres avant eux. Elle voyait chez les vampires un énorme potentiel, mais n’estimait pas qu’ils devaient y parvenir seuls, ni même par la seule voie de la destruction. Sa sœur était une femme intelligente, rusée. Une femme murie par ses connaissances et ses passions. Son courage n’avait d’égal que sa hargne, que sa fierté. Elle était une femme calme et réfléchie, certaine de ses atouts. Une femme qui savait faire parler ses mœurs et ses convictions, avant le charme de ses beaux yeux. Elle était une femme froide, qu'on n'arrive pas à déchiffrer. Elle était une femme de secrets, de complots, de mensonges. Elle était une femme d’apparences, qu’on ne peut jamais connaître, à moins qu’elle vous ouvre son coeur.

    Et la cadette sut dire que c’était la première fois qu’elle se voyait partager cet honneur. Ses bras autour de sa taille nourrissaient l’émotion du moment. Elle ne la quitta pas des yeux, ne la laissa jamais seule jusqu’à ce jour. Jour fatidique, ou bien n’étais-ce qu’un jour de plus dans la vie d’une condamnée ?

    Sa sœur était une femme sans égal, à ses yeux. La parfaite épouse. La parfaite mère.

    (À suivre...)

    Histoire

    4 - Le mariage

    Mais Blanche souffrait. Sans jamais le laisser paraître. Elle saurait retourner la situation à son avantage. L’amour d’un homme est facile à obtenir, et elle en désespérait. Blanche souffrait. Mais en silence. D’ennui. De lassitude. Elle marchait, habitée par la fierté qu'on exigeait d'elle. Les mots sont lourds de sens. Les mots véhiculent ce qu’une raison absente espère combler. Les mots sont des armes. Parfois à double tranchant, elles sont à manier avec prudence et dextérité. Il ne faut pas se laisser être proie de ce jeu sournois. De cette toile noire de suie, sur laquelle ne subsistent que les cendres de ceux à l’avoir traversée, à y avoir succombé. Il faut outrepasser ses défenses, pour trouver la vérité qui s'y cache.

    « Votre vie ne vous appartient pas » articula l’homme, plongé dans une plaidoirie intense, mais contrecarré par l’indifférence de la demoiselle. Il rajusta le col d’une chemise de bonne facture, détaillant furtivement la beauté froide d’une vampire promise. « Il vous revient de satisfaire ses besoins, ses désirs s'il le faut » Dans son juste au corps, on détaillait des armories. Vieilles, inconnues. Celles de ce géniteur qui ne vit en elle, de tous temps, qu'une monnaie d'échange, qu'un contrat de mariage à consumer. « Votre avenir dépend de cette seule rencontre. Sauriez-vous échouer, votre peine se fera sentir » renchérissait-il, d'humeur tenace. Ses menaces n’étaient pas des paroles en l’air. Peut-être celles des sots qui ne comprennent pas le poids que peut avoir une promesse dans le cœur d’un innocent. Ni celles des aristocrates, qui ont de belles ce qu’elles ont de creuses. « Je compte sur vous pour accomplir votre devoir »

    Ses mots n’étaient que des psaumes, religieux de par leur cruauté. Son approbation n’était qu’une prière, une qu’on avait encore à lui offrir. La belle était prisonnière. De ses mœurs, de ses envies. Son cœur portait des chaînes, ses yeux un voile nocturne.

    Son regarde, vide, se perdait à la fenêtre. Elle admirait un monde immuable, éternel. Elle le verrait grandir, changer. Tel un enfant. Mais elle ne pouvait qu'effleurer la surface limpide de cette marée azure. Elle avait des ambitions. Qu’elle pourrait accomplir une fois ‘épouse’. Elle rêvait d’un jour où les femmes ne seraient plus l’outil du pouvoir. Elle désirait être seule, mais se délectait de ces longs dîners aux chandelles, et de la séduction. Elle voulait vivre. Pleinement. Drapée de riches tissus, de perles nacrées, Blanche savait être privilégiée. Elle se tenait droite et avançait. Sa chevelure soyeuse, couleur vin, coulait sur sa poitrine et s’échouait sur les plages livides de son bas ventre. Légèrement ondulée, elle était coiffée de quelques nattes tressées, égaillées par le bleu d’un diamant. Ses lèvres, d'un rouge vif, contrastaient avec son teint pâle, ses orbes lilas.

    Le géniteur frappa à une porte, perdue dans un tumulte. Son geste résonna dans la demeure inhabitée. Le long corridor était d’un lugubre sans nom. Noyée par des lueurs glaciales, la chambre s’offrit à elle. Sa vie se résumait à ce instant. Son éducation, ses exploits, ses échecs. Sa naissance, sa vie, sa mort. Son corps. Rien n’était plus de la moindre importance, devant cette poitrine bombée, ces yeux ensorcelants. Une silhouette se fondait dans le décor. Un homme. Majestueux. Pourtant, elle ne le perdait pas des yeux. Elle comprit que c’était lui. Qu’il était celui à l’avoir rendue esclave de sa fonction. À faire d'elle une femme, et non plus l'ingénue qu'on connaissait. Il aurait tous les droits. Il était un tout.

    Le titan s'approcha, silencieux. Des bottes en cuir, un pantalon et chemise noirs. Des muscles saillants, taillés dans la roche. Une peau livide, celle d'un mort. Il la fit pourtant vibrer, à sa simple vue. Il était d'une simplicité innommable, qui pourtant le favorisait en tout point. Un sourire pernicieux aux lèvres, il s’avança, tandis que le père échangeait des dernières paroles avec la belle fiancée. Il écarta le rustre d'un tour de bras, l'obligeant à se replier. Dos à la paroi, l'homme resta interdit. « Que je ne vous vois plus la toucher » L'homme se redressa, vacillant. « Elle ne vous appartient plus » Il se sentit insulté. Le géant sourit. De ses lèvres carnassières dont on ne peut arracher d'autre rictus. Il avait la force gravée dans la peau, et le respect dans l'âme. Il inspirait la crainte, balbutiante. « Elle est mienne. Disparaissez »

    Il se tourna vers la fleur, vers ce délice divin qu'il avait voulu s'approprier. Il entoura sa taille, de ses mains larges, violentes. Il baissa ses yeux sur son visage, en détailla chaque pore, chaque substance. Il déposa un baiser sur ses lèvres, sans que l'oiseau du paradis ne puisse dire mot ou esquisser le moindre geste de retenue. La vampire savait ne pas en avoir le droit, mais soit.

    « Nul ne te manquera de respect. Plus jamais. Tu seras la reine. Ma reine. Mes ennemis sont tes ennemis. Sache qu'elle est ta place et je te baignerais de toutes les richesses. Ta liberté sera tienne, mais je peux t'en priver. Te la dérober. Rappelle-toi, tu es mienne » Cette attirance était aussi belle, exquise, qu'effroyable et repoussante. Elle pria les dieux pour ce corps de déesse dont ils lui firent don, et cet homme qui de lui vint s'amouracher. Il ne connaissait rien d'elle, et c'était bien mieux ainsi. Ils n'avaient pas besoin de symbiose. Ils n'avaient pas besoin d'être en communion. Ils n'avaient rien de si sage, de si prude. Ils n'étaient que des créatures nocturnes, baptisées pour poursuivre des ambitions grandioses.

    Dans son étreinte, elle le sentit. Sa froideur avait quelque chose d'enviable. Elle sentit les effluves de ses cheveux, de son corps. Il dégagea son épaule, l'effleurant de ses crocs. Il l'effrayait. Il la dominait. Il lui chuchotait des mots. Mots choisis avec soin. Il lui faisait des demandes, une en particulier. Il cherchait à la faire tomber dans sa toile. Tout ça pour l'entendre. Sa voix. Il voulait l'entendre. Ce chant de rossignol, cette mélodie épurée. Il voulait la souiller. Qu'elle prononce son nom de sa bouche de fraise. Qu'il fasse d'elle, celle qu'il voulait pour femme. Il ferrait d'elle la parfaite, la désirable.

    « Dario »

    Et leurs destins étaient scellés...

    (À suivre...)

    Acolyte

  • Nom: Dante
  • Prénom : Lorenzo Oro
  • Surnom :///
  • Âge :24ans
  • Sexe : Masculin
  • Race : Edsere
  • Occupation : ///
  • Lieu d'habitation : La Terre des Rescapés
  • Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique :
    ■ Endurance :

  • Dextérité

  • ■ Vivacité :
    ■ Habileté :

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique :
    ■ Adaptation :

  • Prestige

  • ■ Apparence :
    ■ Contact social :

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique :
    ■ Puissance/Résistance :



    Ensorcellements

    - Fabriquer des potions




    Inventaire

    Possessions de votre acolyte



    Role Play



    3 - L'acolyte

    La vampire ouvrit un tiroir, en sortit une plume et un encrier d’un noir lugubre. Quelques feuilles de papier trônaient sur le bureau. Devant lequel elle s’installa. Elle regarda sa sœur sur le divan, et lui rendit un sourire désolé. « Tu ne rédiges quand même pas… la réponse à sa demande ?? » Blanche hocha la tête, sans diverger de la marée noire que chaque lettre déposait sur le parchemin. « Tu n’as pas à obéir à père ! » Ofelia sortit de son siège pour appuyer ses propos. Elle tendit sa main vers celle de l’aînée, cherchant sa candeur et son touché froid. « Je ne suis pas aussi libre que toi, ma belle. J’ai des responsabilités et des devoirs. Et l’on exige de moi ce sacrifice » , « Mais n’as-tu pas déjà quelqu’un que tu aimes ?? » La femme leva les yeux du papier, pour interroger l’autre du regard. « De qui peux-tu bien parler ?» , « De l’homme que tu as sauvé dans la forêt. Il est impensable que tu ais désobéi aux ordres de père et grand-frère sans raison aucune… ! »

    Blanche ricana, amusée par le quiproquo qui avait germé dans l’esprit de la cadette. « L’homme est bon, courageux. D’un calme rare pour son espèce. » Elle sortit d’un tiroir à double fond des documents qu’elle présenta à Ofelia, abasourdie. « Il sait se rendre lorsque l’ennemi est plus fort. Il est sage dans sa faiblesse. Il passe inaperçu, et sait user de cette discrétion à son avantage. Pourtant, du haut de ses deux mètres, il peut paraître intimidant. Il est fait de muscles, sculpté dans la pierre. Sa peau est sombre, tannée. Ses yeux, vairons, sont d’un rouge ardent et l’autre d’un châtain doré. Ses grandes mains lui permettent de mener à bien tout genre de tâches ingrates dans l’auberge qui l’accueille. Il fait d’un grand recul » Un rictus déforma ses traits.

    « Pourquoi me raconter toutes ces histoires ? » , « Oh, je divagais. N’y prête pas attention. Tout cela pour dire qu’il est comme les autres. Mais ses qualités, il est ambitieux. Il est avare et égoïste. Il est donc facile à berner et à utiliser. Il a toujours vécu seul, d’après mes sources. Ses parents auraient été tués par l’un des nôtres, mais il ne chercha jamais à assouvir sa vengeance. Il fut accueilli par l’aubergiste, qui en prit soin jusqu’à aujourd’hui. En échange, il insista à travailler pour lui. Que ce soit en tant que bûcheron, serveur, cuisinier, garde du corps, homme de main ou à tout faire. L’on dit que l’argent n’achète pas le bonheur, mais il est essentiel à l’atteindre. Cet homme le sait, et a toujours tout mis en œuvre pour sa survie. Complètement détaché du monde » Elle marqua une pause, le jalousant presque. « Je l’ai jugé utile à mes projets, et ai décidé de lui garder la vie sauve. Ni plus ni moins. J’espère que tu es satisfaite par mes explications ? » , « Non, ma sœur. Même si je m’interroge au sujet de vos projets et à quoi bon peuvent vous servir tous les renseignements qu’il vous fournit. J’en déduis que vous allez profiter de votre mariage pour accomplir de grandes choses. Mais je ne peux voir au-delà. Je serai néanmoins présente, à vous observer. Et peut-être vais-je rendre visite à cet homme… Il m’a l’air intrigant… » murmura-t-elle, d’un sourire pervers.

    (À suivre...)

    Autre
    • Pseudo courant : Sherry :D
    • Comment avez-vous découvert le forum : Par la fondatrice !
    • Fréquence de présence : Pour l’instant, plusieurs fois par semaine
    • Des remarques ou un petit mot à dire : Ca fait plaisir d'être là
    • Code règlement Validé ♡

    Mar 24 Jan - 19:37
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Laethlion - III
    Parchemins : 1457
    Bienvenue ma petite vampire !

    J'ai validé ton code. Si tu as la moindre question n'hésite surtout pas à me MP, tu sais comment ça fonctionne

    Je repasserais sur ta fiche quand elle sera terminée, d'ici là amuse toi bien sur le forum



    © Scylla
    So, what if I'm addicted ?:
     
    Raptor Jéselih:
     
    Mar 24 Jan - 20:23
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Sylvar - IV
    Parchemins : 1125
    Du coup, vous allez vous battre pour Yennefer ? :v vu que ça fait déjà deux avatars d'elle pour deux persos différents lel

    Bienvenue parmi nous sinon


    WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

    Mar 24 Jan - 20:56
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Norphis - Sitien - I
    Parchemins : 10
    Merci beaucoup ! Je suis sûre que je vais m'éclater ici !

    Je viendrai te voir pour mes petites questions bien sûr ;)

    Ah mince ! Quelqu'un utilise déjà Yennefer ? Je n'ai pas vu quelqu'un avec la même image pourtant... Je ne connais pas très bien The Witcher, donc je saurais pas dire qui est qui x'D
    Mar 24 Jan - 21:59
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Consciem - III
    Parchemins : 1104
    Bonjour à toi, Blanche !

    En effet, je suis déjà utilisatrice de ce personnage là pour mon propre compte. Après il y a toujours moyen de s'arranger en toute cordialité.





    Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

    Je les aime, je suis accro...:
     
    Mar 24 Jan - 23:01
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Norphis - Sitien - I
    Parchemins : 10
    Et bien, si ça ne te dérange pas, j'aimerais utiliser que cette image-ci alors ! Je trouve qu'elle correspond parfaitement au personnage :3
    Mer 25 Jan - 0:12
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Consciem - III
    Parchemins : 1104
    En soi l'idée de partager le visage de Yennefer ne me dérange pas tant que ça. Je ne possède aucun "droit" sur elle.

    Seulement, je me dis que ça pourrait peut-être prêter à confusion si jamais tu veux utiliser d'autres images pour ton héroïne ou moi pour la mienne.
    Mer 25 Jan - 13:38
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Norphis - Sitien - I
    Parchemins : 10
    Et bien, tu n'as pas à t'inquiéter pour ça

    Je ne compte pas utiliser d'autres images d'elle. Je compte garder celle-là jusqu'à en trouver une qui lui corresponde d'avantage, voilà !
    Jeu 26 Jan - 20:38
    Revenir en haut Aller en bas
    Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Langzyliah :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées-
    Sauter vers: