Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


Quête Solo - L'intelligence du Juste.

 :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Ce jour là Kaëlyra était fatiguée mais heureuse. Les pensées se bousculaient et se succédaient dans son esprit. C'était le milieu de la matinée; elle était assise près d'une fontaine, dans la ville de Synkaalia, à l'ombre, et regardait en face d'elle, en écoutant le son de l'eau claire qui coulait vivement et tombait dans la vasque de pierre, dans son dos.

Elle voulait se rendre à l'Arène, là où avaient eu lieu les combats. Elle n'avait pas bien mémorisé le chemin pour s'y rendre, aussi elle quand elle se fut mise en marche, elle regarda autours d'elle  avec attention, pour tenter de retrouver la bonne route. Elle traversai les rues éclairées de cristaux lumineux aux différentes formes et couleurs, les plus fréquents étant bleu et jaunes, et cela lui rappela une pierre de quartz qu'elle avait possédée par le passé. Un éclat de quartz très beau, transparent, nervuré de blanc par endroits, et opaque en partie, avec différentes facettes.

Kaël atteignait un croisement, lorsqu'elle entendis de violents éclats de voix dans la rue calme, suivis d'un bruit tout aussi violent, comme un choc sur une surface dure. Elle sursauta légèrement, ralentis, puis repris sa marche, un peu inquiète, tandis que deux voix continuaient de lui parvenir. Quelques pas plus loin, dépassant un mur marquant la fin d'un regroupement de maisons, elle se rendit compte que le chemin qu'elle avait suivi l'avait menée à une impasse. Deux inconnus se trouvaient là et l'atmosphère était chargée de tension. Le premier, aux cheveux d'un blond pâle, presque blancs, était barbu, et assez large, il arborait un tatouage d'un bleu nuit sur l'une de ses épaules. Le second homme était deux fois plus large, avec une tête presque carrée, roux et rasé. Cet homme là  était affalé contre des volets verts, lesquels étaient légèrement enfoncés, comme si on avait donné un très violent coup dedans. Kaël s'arrêta,  prise de court par cette scène inattendue et par le fait d'être arrivée dans une impasse.

Elle remarqua une éraflure sous l'arcade sourcilière de celui aux cheveux presque blancs; la blessure commençait tout juste à saigner. Le sang perla et descendis lentement le long du visage furieux de l'homme, dont Kaël distingua  le regard gris acier.Cet inconnu avait une musculature puissante et tout son être dégageait quelque chose de redoutable. Le regard de l'Aetrayel revint sur l'Homme aux cheveux roux; celui-ci passait sa large main sur son visage carré; il proféra un juron et se redressa; Kaël  put alors voir que le volet derrière lui avait craqué, un trou et des fissures noires s'y dessinaient comme une étoile. Manifestement l'homme à la chevelure blonde ivoire avait frappé celui aux cheveux empourprés, provoquant les dégâts sur le volet peint. Il devait avoir une grande force physique pour avoir causé semblable fissure dans du bois, et le coup donné avait du être très violent.

L'inconnu aux cheveux embrasés comme l'aube semblait légèrement sonné, car il perdit vaguement l'équilibre et posa l'une de ses mains sur le côté de sa tête. C'était une de ses oreilles qui avait encaissé le coup de poing.En faisant ce geste il tourna légèrement la tête et apperçut Kaëlyra. Leurs regards se croisèrent et elle lut de l'intransigeance dans le sien.

- « Parfait ! » cracha t-il brusquement. « Toi ! Puisque t'es là, tu vas trancher, avant que ce ne soient mes lames qui le fassent. »

Elle était restée immobile, saisie, et quand il s'adressa à elle, il lui fallu quelques secondes avant de comprendre à qui il parlait.

- « Bonne idée. » gronda soudainement celui dont l'arcade saignait; le fluide vital était descendu jusqu'à ses lèvres, les teintant d'un rouge sombre, et en voyant la texture épaisse de ce sang qui coagulait à demi, Kaël frissonna. Ses ailes s'agitèrent un peu nerveusement, en un mouvement plutôt lent, comme l'eût fait la queue d'un chat agacé. L'homme blond comme l'ivoire repris la paroles, parlant entre ses mâchoires serrées, dévoilant des dents blanches et régulières :

- « C'est ça... Que cet Aetrayel nous montre si son peuple a du discernement et de la sagesse, comme on le dit.»

Ayant dit ses mots, il se déplaça, à une vitesse stupéfiante,avec une grâce dangereuse, dans la direction de Kaëlyra.

Ma propre rapidité me permis de m'arracher brutalement à sa main qui me saisit le bras; je lui échappai; me causant une douleur là où son poing s'était refermé, s'enfonçant dans ma chair. Je tournai sur moi même dans cet élan, mes cheveux volèrent, mais je n'avait visiblement pas des réflexes aussi vifs que les siens, car il parvins à me rattraper brutalement, me broyant presque le poignet. Mes ailes lui envoyèrent de furieux coups, et je commençai à me débattre avec une énergie aveugle et que je ne soupçonnais pas posséder. Cependant il me traîna contre le mur du fond de l'impasse. Dès que je touchai le sol à nouveau, je fis un geste pour m'écarter vivement de lui, mais de nouveau le plus rapide, il me saisit par le col et m'intima d'un regard implacable de ne pas bouger. Inconsciemment, j'avais porté mes mains à la sienne qui me tenait, et j'avais profondément enfoncé mes ongles longs et solides dans son poignet. Avec un grondement de douleur, il me lâcha, puis, m'ayant jeté un regard dédaigneux comme si je ne lui avait en fait pas fait mal, il s'éloigna d'une démarche gracieuse et féline.

L'homme aux cheveux empourprés, quant à lui, l'avait regardé venir, les yeux étincelants.  Rejetant la tête en arrière, il brava son adversaire du regard, et feula presque ces mots :

- « La raison est pour moi, dans ce conflit. C'est ce que cet Aetrayel va te dire, pauvre dément, s'il n'est pas aussi fou que toi. »

A cette assertion, l'autre eût un grondement méprisant.

- « Tu n'es qu'un traitre, un parjure, indigne de prétendre à la main d'Amarylis. »

Ce nom prononcé sembla l'adoucir, et c'est un regard un peu moins colérique qu'il reporta sur Kaëlyra. Le cœur battant, Kaël songea à se précipiter brusquement par le passage entre eux deux pour sortir de l'impasse et se mettre hors de leur portée. Elle était un peu tendue, mais pris soudain une autre décision, et s’envola, utilisant toute sa vitesse, avant que l'un des deux hommes eût pu réagir. Elle atterris sur un toit proche, au dessus d'eux, dans un claquement d'ailes; dans le mouvement, ses cheveux retombèrent brutalement en avant.Son cœur battait sourdement. Elle prit le temps de respirer longuement, le temps que les battements de celui-ci s’apaisent, puis pris la parole :

Je veux bien vous aider, mais il n'était pas nécessaire d'employer la force pour me demander mon aide. »

A ces mots, les deux hommes semblèrent légèrement contrits. Ils avaient visiblement étés aveuglés par leur colère. Ils expliquèrent à l'Aetrayel la raison de leur conflit, avec force contradiction, injures l'un envers l'autre, et dans une tension qui cependant semblait s'apaiser un peu. L'un des deux hommes avait été le fiancé d'une jeune femme, il avait promis de l'épouser, puis était parti sans un mot d'explication. Quelques années plus tard, sans aucune nouvelle, la jeune femme avait épousé le second homme. Revenu, le premier ne pouvait admettre ce qu'il s'était passé, et c'est ainsi qu'avait commencé le conflit, jusqu'à ce qu'ils en viennent aux mains.

- « Amarylis et moi, nous étions promis l'un à l'autre depuis notre plus jeune âge. » Dit le premier, une expression de désespoir dans les yeux.

- « Je l'ai recueillie alors qu'elle n'avait nulle part où aller, et j'ai pris soin d'elle, alors que tu l'avait abandonnée. » Rétorqua le deuxième en croisant les bras.

Kaël s'était assise au bord du toit, ses jambes pendant dans le vide, et elle regardait les deux hommes avec compassion. A ce moment là, une silhouette sortit d'une maison proche, et apparut la jeune femme pour laquelle les deux hommes se battaient. Elle avait de longs cheveux noirs et bouclés, et la peau claire.  Elle semblait douce et apeurée par la situation. Kaël ressentit de la compassion pour elle également. Faisant le geste de tirer une flèche, Kaël décrocha tour à tour l'une de ses Flèches Vertueuses d'Aetrayel à chacune des trois personnes, pendant que celles-ci s'entre regardaient. Ces flèches ne faisaient pas mal lorsqu'elles atteignaient des Edseres, ou des personnes innocentes.

Les trois personnes reprirent leurs souffles, un peu apaisées. L'un des deux hommes baissa son regard vers le sol, et l'autre chercha le regard d'Amarylis, mais celle ci avait les larmes aux yeux et regardait fixement un point lointain devant elle.

Le cœur douloureux, Kaël cherchait une solution à leur problème. Enfin elle prit la parole, doucement :

- « Seul le temps peut vous aider à décider quoi faire, Amarylis, et votre coeur. Cependant, si vous êtes mariée, ce n'est pas un engagement que vous avez pris à la légère, il faut respecter ce sacrement, ainsi que chacun des deux hommes que voici. J'ai confiance en vous, vous ferez ce qui est bien. Je comprend que vous soyez tous troublés par cette situation, mais le fait de vous battre ne résoudra rien. »

Kaëlyra regrettait de ne pas avoir de meilleurs mots à leur offrir, elle aurait voulu qu'une telle situation n'existât jamais, qu'aucune de ces trois personnes n'ait à souffrir un tel déchirement. Elle songeait également qu'il aurait mieux valu qu'un autre Aetrayel ayant plus de sagesse et de discernement se soit trouvé là, à sa place.

- « S'il vous plaît, Aetrayel, aidez moi à savoir lequel de ces deux hommes m'aime le plus », demanda soudain Amarylis.

Kaëlyra réfléchit, puis elle proposa cette idée :

- « Celui qui saura comment vous rendre heureuse, et celui qui saura se sacrifier pour vous, sera celui qui vous aime le plus. Mais je vous conseille de demander l'aide d'une personne plus avisée que moi; demandez l'aide de Dieu dans une prière, ou allez trouver un Aetrayel dont la vertu est la justice. J'en connais un, il se nomme Etoile. Il vous aideras. »

Ayant donné ce début de solution à la jeune femme, l'Aetrayel se sentit apaisé lui-même. A présent, les trois personnes étaient engagées sur un bon chemin. Amarylis n'avait plus qu'à demander aux deux hommes « Qu'es-ce qui ferait mon bonheur, comment me rendre heureuse ? » et elle saurait lequel la connaissait le mieux, et lequel était prêt à faire le plus pour elle; elle pouvait aussi se demander qui des deux s'était le plus sacrifié pour elle, et trouver la bonne solution.

1757 Mots.

Note:
 
Invité
Mar 27 Juin - 20:03
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: