[Quête] Le mirage dans la neige (Ylith-Nihil]

 :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Avaenn - I
Parchemins : 20


Une silhouette noire dans un océan de blanc, avançant d'un pas déterminé...voir agressif...comme désireux de conquérir le monde entier. Ses longues bottes couleur ébène creusaient la neige à chacun de ses pas, laissant trace de son passage qui s'effaçait pourtant au gré des puissantes bourrasques qui balayaient le sol poudreux de l'un des flancs de cette illustre montagne qu'était Le Mont Des Souvenirs. Plus que de simplement "avancer" dans ce champs de poudre froide et crystalines, la tache noire semblait écraser la neige sous ses semelles inquisitrice puis, lorsqu'enfin il tourna son visage vers l'arrière, comme s'il avait deviné qu'il était suivis, c'est un visage de fer sous une capuche de duvet obscur qu'il laissa à la vu de son poursuivant. Pivotant sur sa jambe droite, laissant planer durant un court instant les pans de sa grandes robe de voyage nordique, il dévoila par la même occasion une fine cane de marche noble sur laquelle il appuyait son poids. Une cane qui cachait bien des malices. Des malices aussi tranchants que mortels.

Restant immobile, il attendit que l'étranger, celui qui empruntait la même route que lui, gagne un peu de terrain afin de mieux le distinguer. Était-il allier ou ennemi? Serait-il ici pour essayer le détrousser ou son apparition dans la vie de l'homme masqué ne serait-elle que le pur fruit du hasard? Attendant donc, seul des émanations de vapeur de condensation s'échappèrent du rectangle que représentait la bouche du visage d'acier, aucun son ne les accompagnants hormis, peut-être et s'il était possible pour l'autre de l'entendre à cette distance, le son de sa respiration coupée par l'obstacle qui siégeait sur son visage.

Ce n'est qu'après quelques minutes que l'homme se permis un autre mouvement en élançant le bout de sa cane vers l'intru afin de le pointer, de le désigner. Là, une voix retentit. Une voix creuse, grave...presque inhumaine. C'était la mienne...et non celle de Invest. Invest savait que dans ce genre de situation, il valait mieux pour lui de me laisser prendre les reines si nous ne voulions pas paraître faible et discrédité les effets intimidants de notre apparence. Le masque ne pouvait se permettre de parler et de résonner comme un enfant. Jamais...car il était ce mur qui se dressait devant notre fragilité. L'outil qui compensait notre faiblesse. La grève qui protégeait notre talon d'Achille.


-Nihil
QUI ÊTES-VOUS...ET QUE ME VOULEZ-VOUS? Dis-je en m'adressant à ce qui me semblait maintenant être rien d'autre qu'un Ulfurbe vu les excroissance cornues sur son crâne et sa peau cramoisie. Une créature vile et vicieuse qui se tapissait généralement dans l'ombre ou dans des lieux peut recommendables, se nourrissant du malheur des hommes tels de véritables vampires attachés aux principes les plus sombre du mal; les péchés de l'âme. Rien qui prévoyait une rencontre pacifique en d'autres mots.


-Invest
Pourquoi agressif Nihil? s'il te plait, ne rien faire au monsieur d'accord? Lui peut-être ami...
Répondit alors Invest, d'une voix incertaine...fidèle à lui-même dans sa faiblesse, dans son ignorance. Un enfant trop stupide pour voir que le feu brûle et que la lame tranche. Mais pouvait-on réellement lui en vouloir d'être ce qu'il était, tout particulièrement en sachant ce qu'il avait vécu...enduré?


-Nihil
Parce que tu connais beaucoup d'amis qui ont la peau rouges et des cornes de boucs? Ce que tu peux être naif Invest. Laisse...fais moi confiance...tu me fais confiance hm? Hehehe....je m'en occupe.

Mais bien entendu, Invest ne me faisait pas confiance...comme il ne ferait probablement jamais confiance à personne. Les seuls personnes qui l'eurent jamais aimé furent aussi la cause de son malheur. L'amour et la confiance étaient des concepts inconnus de cet adulte au language enfantin...et il l'ignorait totalement. Les seules choses qui subsistaient encore dans son âme étaient la peur, l'insécurité...et en de rares mais dangereuses occasions...une rage incontrôlable guidée par ses souffrances qui m'avait libérée de son  subconscient.

Enfin, je sentis sa présence se résorber et se vautrer au fin fond de notre esprit, car s'il ne me faisait pas confiance...toujours est-il qu'Invest avait peur de moi. Peur de ce que j'étais...peur de ce que nous étions. Ainsi, c'était Nihil, moi, qui attendrait une réponse de l'autre voyageur. Je le regardai donc, de ces yeux noirs comme la nuit qui s'effaçaient dans le reste de l'obscurité de mes habits...quoique jurant affreusement avec l'immaculée blancheur du paysage. Mon bras restait droit, raide et accusateur. Accusateur de par sa posture et de par son insistance à ordonner au nouveau venu de répondre et arrêter sa marche. Une posture défensive et hostile à la fois.

Et pendant ce temps, derrière moi...derrière nous, mais devant lui, un mirage apparaissait dans le blizzard. Les ruines d'un village oublié, perdu...secret...se dévoilait à la surface du monde. Il apparaissait là tel un rêve, une pensée qui surgissait de nulle part. L'objet de mon désir, de ma quête. Le mythe que je pourchassais depuis des semaines déjà et que, sans le savoir encore puisque dos à son apparition, j'avais enfin trouvé. Quel surprise aurais-je lorsque je me retournerai enfin!  Un étonnement qui me serait impossible de ne répondre par un sourire de satisfaction. Après tant de contes et de légendes sur cet endroit, après tant de ouïe-dire et de "mais personne n'en est revenu"...j'allais enfin pouvoir délier les mystères de son existence. Incroyable...

Mais pour l'heure...l'intru restait plus important. Beaucoup plus important, puisque pouvant représenter un obstacle à ma découverte et à ce que j'y trouverais à l'intérieur. Peut-être n'y avait-il rien du tout...et peut-être y découvrirais-je un artéfact oublié? Dans ce cas, il me serait impossible de le partager. Non...il serait à moi et à personne d'autre.



1040 mots
Mar 20 Juin - 5:24
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Khyn frissonna alors qu'un vent glacial le traversait de part en part. Il avait eu beau s'acheter les vêtements les plus chauds qu'il avait pu trouvé, il avait néanmoins l'impression que des poignards gelés pénétraient ses vêtements pour lui mordre la chair jusqu'aux os. Si son affinité avec la glace rendait le périple plus supportable, il n'avait pas encore l'habitude de voyager en de telles conditions. Encore moins seul. Lui qui pourtant avait grandi dans une sorte de douce solitude, réalisait à quel point sa seule amie pouvait lui manquer. Déjà parce qu'elle était redoutable efficace lorsqu'il s'agissait de le protéger, lui qui aimait si peu le combat. Mais sa conversation, bien que particulièrement étrange et troublante par moment, s'était avérée d'une richesse exceptionnelle. Et la chaleur de ses... L'Ulfurbe secoua la tête, chassant de lubriques pensées de son esprit. L'heure n'était pas à la rêverie : céder à telles divagation en plein blizzard, à flanc de montagne, n'était certainement pas une bonne idée. Khyn resserra les pans de sa cape de voyage et marqua une courte pause, pour vérifier qu'ils ne s'était pas trop égaré. Difficile à dire. Au moins ne se trouvait-il pas au bord de quelques précipices... Choisir d'entreprendre ce bien curieux pèlerinage seul avait été une folie, le jeune homme le réalisait bien trop tard. Tout ça pourquoi ?
- Pour chasser un effroyable doute... Tuer un rêve. Murmura-t-il en frissonnant.
Un tremblement causé par la peur. Bien qu'il se soit gardé d'en parler à sa compagne Naga, Khyn était littéralement terrifié par les éventuels réponses qu'un tel voyage pourrait apporter. Il était idiot de craindre ce qui n'avait pas encore eu lieu - il lui faudrait atteindre le sommet du Mont des Souvenirs afin de pouvoir avoir accès aux tréfonds les plus obscurs de sa mémoire... Une mémoire bien trouble. Dès que le jeune Ulfurbe avait posé ses yeux sur la gigantesque silhouette de la montagne solitaire qui toisait le Continent Diapré, il avait ressenti l'impérieux besoin de le gravir. Une voix intérieure, insidieuse et enivrante, n'avait cessé de lui susurrer que de nouvelles questions l'attendaient sur le pic. De premières questions... Jusque là, Khyn n'avait eu d'autres but que de se vautrer dans l'exquise fange de son péché charnel. Une telle expédition était appelée à lui donner un objectif. Cette simple idée était rapidement devenue une obsession, alors que l'Insatiable réalisait à quel point sa vie avait été vide jusque là. Vide de sens, vide de toute substance. Se retourna face au blizzard, le regard vague, il souffla :
- Merci de m'avoir rencontré, Ylith...
C'est alors que, à l'instar d'un mirage polaire, une silhouette sombre se découpa sur le rideau de neige. Un autre pèlerin ? Lassé de traverser les mortelles étendues blanches seul, Khyn accéléra. Il fallait maintenant espéré que l'inconnu accepte de marcher un peu avec lui... Cela ne devrait pas être trop difficile, le jeune homme savait manier les mots et inciter la sympathie.

L'autre voyageur s'avéra avoir une apparence des plus sinistres. Vêtu d'une ample robe d'un noir d'encre, son visage était dissimulé par un terrifiant masque de fer. Les deux gouffres noirs de l'ouvrage était rivé sur un Khyn plutôt désemparé par le ton et la posture clairement agressive du pèlerin. Le jeune Ulfurbe éleva à son tour la voix, couvrant le vent gémissant :
- Et bien quel accueil... Je me prénomme Khyn Abraxas et, comme vous pouvez le voir, je gravis en ce moment-même le Mont des Souvenirs. La raison de mon ascension est trop personnelle pour que je la dévoile à un inconnu... mais je serais plus que ravi de pouvoir discuter d'autres sujets avec vous. Effectuer une tel périple seul est usant et particulièrement lassant, ajouta-t-il avec un grand sourire.
Aussi immobile qu'une statue d'obsidienne l'inquiétant personnage continuait de tendre sa canne dans sa direction. L'Ulfurbe de la Luxure soupira et secoua légèrement la tête.
- Ecoutez je ne vous veux aucun mal, c'est simplement par hasard que je croise votre route. Je ne vois pas pourquoi vous pourriez croire que je... Ah. Oui, les cornes et la peau rouge. Oui c'est vrai que je suis un Ulfurbe, mais ce n'est pour autant que je m'amuse à tuer et tourmenter toutes les âmes que je croise. Expliqua-t-il en grands renforts de gestes, en levant les yeux au ciel.
Khyn ouvrait à nouveau la bouche quand la météo sembla se calmer soudainement. Dans le dos de l'étrange vagabond venait d'apparaître un village. Ses contours étaient légèrement indistincts, en raison de la neige qui continuait de tomber, mais il semblait tout aussi tangible et réel que les deux pèlerins. L'Ulfurbe ferma aussitôt la douche et se frotta les yeux. Il semblait tout simplement irréel que la froide tempête qui faisait rage ait pu dissimuler toutes ces habitations... Et pourtant...
- Bon, dans tous les cas je vais m'octroyer une petite halte dans ce charmant hameau, déclara finalement Khyn en s'avançant d'un pas décidé vers l'entrée dudit village.

828 mots.


Sam 24 Juin - 0:07
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs-
Sauter vers: