(TERMINÉ ) Il est temps !

 :: Le Continent des Abîmes :: Les Îles Azurées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
Yanos avait décidé de faire une petite halte dans sa quête du bien pour s’occuper un peu de lui. Cela pouvait avoir un air égoïste, mais ce n’était pas le cas. L’ailé n’avait pas était réincarner sur ces iles, mais dans un champ sur le territoire des edseres. Jusque-là, à cause de son amnésie, il n’avait que calculé ses ailes, et avaient donc découvert son potentiel magique que bien plus tard, lorsqu’il s’aventura avec Anya ou arrêta une bande de brigand avec Solyan. Il avait donc des dons, mais combien ?comment ? Tant d’inconnue qui pouvait rendre un Aetrayel dangereux si ses capacités devenaient incontrôlables. Avec l’aide de l’edseres aveugle, il s’était renseigné sur sa propre race. C’était ainsi qu’il avait eu vent des îles azurées. Dès qu’il sut sa protégée en sécurité, il s’était envolé vers sa nouvelle destination.

Le vol avait rapidement était maitriser par Yanos. Un être aussi grand tout aussi proportionnellement costaud, avait réussi à se soulever par sa force physique. A chaque envole il se remémora ses longs séries d’exercices aux berceaux des merveilles. A tomber et retomber dans l’eau jusqu’à synchroniser enfin ses ailes.  Mais voilà, même si la demeures des ailes de bonté pouvait être atteint par les airs, Yanos du se présenter à Umia, la gardienne des portails. Elle voulut étouffer un petit rire, lorsqu’elle comprit qu’Yanos avait tout simplement le vertige, et quand il volait, ce n’était jamais très haut, voir souvent en rase-motte. Pourvu d’un excellent humour et très bon public, l’échange amena le nouvel arrivant enfin à destination.

Ne sachant ou vraiment aller, il se dirigea vers un coin d’herbe un peu à l’écart, d’abord pour se poser un peu et ensuite pour se concentrer sur lui-même. Entre deux échecs, il contempla le monastère, se disant qu’il y trouverait bien quelques choses, mais il ne se sentait pas prêt, et puis il se sentait un peu bête de se trouver dans un lieu qui devrait lui être familier… Alors il se remit au travail. Ses yeux étaient naturellement luisants, mais il avait remarqué que son corps entier émettait une aura lumineuse à l’instant ou une prouesse magique décida de se manifester. Dans ses souvenirs, ce fut l’adrénaline qui l’avait surpris à plusieurs reprises. Voir Anya en détresse, ne pas arriver à temps, ne pas abandonner. Mais sa volonté ne répondait pas pour autant, malgré ses pensées qui essayaient de retracé les sentiments et émotions de ces moment-là. Pour le moment, il avait noté une téléportation et une capacité de soin. Il tenta la téléportation étant donné que rien n’était à soigner ici. Il se mit debout, dans une posture droite et ferme. Ses bras le long du corps les mains ouvertes, ses doigts tendus. Il se sentait ridicule. Que devait-il faire ? Prononcer un mot ? Faire une dance ? Attendre ? Se faire attaquer ? Remuer le nez ? Il continua à observer intensément un point à quelques mètres de lui. D’un point de vue extérieur, on pouvait le voir comme dans un spectacle humoristique. Même si son corps fini par luire quelques secondes et clignoter comme si la téléportation ne voulait pas se lancer. Bref, il avait besoin d’aide.

532 mots


Ven 9 Juin - 20:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 84
Les Iles Azurées. Voilà longtemps que Kaëlyra n'y avait pas été. C'était pourtant la terre des Aetrayels,sa terre. Un lieu mystérieux pour bien des peuples, un lieu dont même ses Gardiens ne connaissaient pas tout le secret. Fait de rêverie, et d'une infinie sagesse, pure et calme.

Ce jour là, le petit Aetrayel errait sur sa propre terre. De retour au pays après de longs mois d’absence, après avoir longuement erré de par le monde. N'errerait elle pas ainsi jusqu'à la fin des temps ? Elle l'ignorait. En attendant elle retrouvait donc la terre des Anges. Son ciel, ou se peignaient des nuages, et sans cesse, des silhouettes ailées, les deux ne semblants pas si différents que cela l'un de l'autre. Cette atmosphère, comme si on flottait entre deux mondes. Y avait-il autre chose plus haut, là où leurs ailes ne pouvaient les porter, où étais-ce... ici ?

Ce jour là, le petit Aetrayel se souvenait d'un souvenir heureux. Le souvenir était trop lointain pour que le bonheur qui y était attaché soit encore une mer douce dans laquelle s'immerger. Cependant, cette réminiscence était un jalon dans son passé, un moment dont elle pouvait se rappeler, qui méritait de rester dans sa mémoire; un point à partir du quel sa vie était devenue meilleure. C'était la preuve que les efforts étaient récompensés, que l'espérance n'était jamais vaine, mais qu'au contraire, d'une façon ou d'une autre, elle finissait par offrir un présent, pas forcément ce que l'on attendait, mais quelque chose de positif.

Les Iles Azurées étaient belles. Sans doute plus que n'importe quel autre endroit au monde. Quoi que n'importe quel lieu pouvait devenir beau, lorsqu'on était en compagnie d'une personne aimée, à la lumière de cette personne, à sa chaleur. A cette pensée un visage flotta dans son esprit, et son cœur s'emplit de tendresse. Aujourd'hui cette personne était abscente, elle n'était pas à ses côtés physiquement; néanmoins, Kaël pensait qu'ils n'étaient jamais réellement séparés. Un lien les unissait au delà de l'espace...

L'Aetrayel revenait d'une promenade matinale, il avait vu ceux qui comptaient pour lui et qui vivaient en ce lieu. En particulier un petit Aetrayel, Sophiël, qui bientôt quitterait les Iles Azurées pour découvrir les Edseres. Kaëlyra avait accepté d’emmener Sophiël avec elle, lors de son prochain départ, pour que celle-ci puisse rencontrer les Edseres qu'elle devrait protéger un jour. Il était temps pour cette petite ailée de prendre son envol... Sous bonne garde.

Kaëlyra marchait, sortant d'un petit bois ou chantaient de nombreux oiseaux, pour se diriger vers un lieu moins boisé, en direction du Monastère où se trouvait d'ailleurs Sophiël. Elle regardait rêveusement les herbes qui dansaient, agitées par une brise légère, et de temps à autre le ciel et les formes des nuages. Elle aperçut enfin le monastère, et regardant un peu à côté, elle vit soudain un Aetrayel. Ses grandes ailles à demi déployées étaient brunes, et le soleil y faisait danser des reflets brillants. Il se tenait debout, immobile; elle perçut la concentration qui émanait de lui. Soudain, le corps de cet Aetrayel s'illumina brièvement, d'une lueur douce, qui semblait venir de l'intérieur, et qui s'éteignit aussitôt. S'étant arrêtée pour le regarder, songeuse, Kaël avança de quelques pas en sa direction. Elle n'avait jamais vu encore une semblable lueur, et jamais non plus elle n'avait croisé la route de cette personne.

Portée par un sentiment qu'elle n'aurait su définir, peut-être la fraternité envers un membre de son peuple, ou bien le sentiment qu'ils devaient se rencontrer, elle arriva auprès de lui avec légèreté, dans un battement d'aile. Il lui tournait le dos. Un autre battement d'ailes, et dans un courant d'air elle se posa devant lui, aérienne, comme si le sol ne pouvait réellement la retenir, ses ailes rabattues en une courbe entre eux.


633 Mots.


Dim 11 Juin - 11:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 48
Yanos se tenait toujours là à essayer de se téléporter. Bien qu’il ait fixé un point devant lui depuis un bon moment, il décida de fermer les yeux et de visualiser ce point dans son esprit. Il fronça de temps en temps les sourcils lorsqu’il constatait que ça ne marchait pas. Pourtant, son aura s’éveilla timidement, il était sur la bonne voie. Elle apparaissait serpentant sur le long de son corps et recula brusquement dans les moments faibles de la concentration de l’ailé. Ce don, il ne l’avait utilisé qu’une seule fois. Il était loin d’Anya, edsere qu’il doit protéger. Il voulut à tout prix la sauver d’une attaque, et la simple pensée de la voir au sol avait envoyé Yanos directement entre l’assaillant et sa cible dans un éclat de lumière. D’ailleurs, en repensant à cet instant, son aura lumineuse fit volte-face et le corps tout entier de L’Aetrayel disparut dans une fumée lumineuse pour réapparaitre quasi au même moment deux mètres devant lui. Il avait réussi ! Ce fut une sensation très distingue mélangé à un sentiment de vertige pour les non-habitués. Mais il ne put en dire plus long, car lorsqu’il ouvrit les yeux il se trouvait nez à nez avec une jeune femme ailée. Toute la concentration et la grâce d’Yanos disparut en une fraction de seconde, laissant place à sa maladresse et bonne humeur légendaire. Surpris, il sursauta d’abord, perdit l’équilibre, tituba en arrière, ses ailes battaient comme elles pouvaient dans une désynchronisation total. Et après de longues secondes, il se redressa enfin revenant à sa place avant son déplacement instantané. Il se gratta l’arrière de sa crinière, les yeux plissés, un grand sourire signé Yanos et une gêne à déstabiliser les dieux.

« Bonjour ! Comment ça va ? Belle journée non ? C’est dingue à quelle point ce sol est moue non ? On en perdrait l’équilibre…vraiment…sauf que …tu ne touches pas le sol… aussi…mouais….pourquoi pas… »


Il ne put s’empêcher d’éclater de rire à la fin de son monologue ou il parlait dans sa barbe lorsqu’il constata que cette personne était une ailée comme lui. Cette Aetrayel était petite, Yanos la dépassé d’au moins deux bonne tête. D’abord, il voulut lui dire de manger plus, mais il préféra taire cette boutade. Après tout, il était sur les îles azurée, il était normale de croiser d’autre de ses congénères qui eux avaient tout à fait le droit d’être différents de lui. Il avait bien les plumes tirant du blanc vers le brun. S’il n’avait pas d’ailes, il ressemblerait à ces itinérants profitant de la nature et partageant de bon moments en compagnie de ceux qui voulait se détendre. Un bandeau rouge au front, un long manteau vert foncé, pantalon brun, bottes noirs. Bref, une personne calme et détendue.

« Euh…ça fait longtemps que tu es arrivé ? »


Ça voulait dire qu’il était observé depuis un petit moment, peut-être. En tout cas, loin de lui l’envie de rester tout seul, s’il était venu ici, c’était pour s’entrainer, certes, mais aussi pour rencontrer d’autre Aetrayel. De plus, on pouvait rapidement comprendre qu’Yanos était quelqu’un de très sociable, bon public, très sympathie et d’une gentillesse et générosité rare bien caractéristique de sa race, bien qu’il fut ainsi lors de sa vie d’edsere.

548 mots


Dim 11 Juin - 12:28
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent des Abîmes :: Les Îles Azurées-
Sauter vers: