Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


Puisse ton chemin être radieux | RP SOLO NIVEAU IV

 :: Les Tréfonds :: Synkaalia Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Scylla Fentkräes
avatar
Scylla Fentkräes
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1237
C'était bien une des choses les plus surprenantes qui venait d'arriver à Sora. Falka et Kaeldwen, encore penchées sur chacune des épaules de la blonde, n'en croyaient pas non plus leurs yeux. Pourtant, tout cela semblait bien réel. Comme prises du même instinct, elles relurent encore une fois la lettre, mais cette fois-ci, l'Ashryn le fit à voix haute, machinalement, comme pour rendre palpable ce songe étrange.

« Chère Scylla, vous êtes conviée à une réunion spéciale dans la cité de Synkaalia, au sein même du château royal, vous et quelques autres Ashrynes. Vous serez reçue par sa majesté Calyarell en personne, qui tient à s'entretenir avec tous ceux qu'elle a invité pour des raisons particulières et confidentielles. Ceci est une invitation officielle qu'il serait très mal vu de rejeter. Vous serez comme tous les autres la bienvenue au château si vous souhaitez y séjourner un peu et aurez une chambre à disposition. Ce parchemin fait office de laisser-passer, veuillez le présenter à votre arrivée aux gardes du palais. Le chemin vous guidant jusqu'à nous puisse t-il être radieux et sans encombres. »

Sora, qui se rendait compte qu'elle était en train de s'attarder sur la formule de politesse de fin qu'elle n'avait jamais vu encore sous cette forme, se secoua la tête pour retrouver ses esprits.

« Tu vas y aller ? » questionna soudainement Falka, à quatre pattes sur le lit penchée au-dessus de son épaule, comme une fillette curieuse.

La blonde replia doucement le parchemin, encore pensive. Puis le rangea dans sa poche, le plus soigneusement possible.

« Parce que tu crois que j'ai le choix ? Ce n'est pas ce qu'implique la lettre. »

« Elle ferait mieux d'y aller, » compléta Kaeldwen qui s'était assise sur le bord du grand lit, « ce n'est pas comme si elle était une toute nouvelle Ashryne pas vraiment née comme tel, donc un cas un peu particulier qui doit sûrement détoner la première fois qu'on en entend parler. »

Sora fit volte-face et fixa l'Ulfurbe.

« Tu ne penses quand même pas qu'ils savent à propos de ça ?! »

« Calyarell n'est sûrement pas la dernière des idiotes, elle l'a bien démontré lors du tournoi auxquel nous nous sommes rendues. Et je pense que c'est là, s'il y avait quelque chose à voir chez toi, qu'elle l'a vu. »

Sora rebaissa la tête, songeuse.

« Je ne pense néanmoins pas qu'elle te convoque pour ça si elle le fait avec d'autres Ashrynes. Et puis, je ne vois pas non plus quel droit elle a sur ton existence ou ton choix de vie. Tu es un Ashryne un peu différente, pas vraiment comme le protocole. Et alors ? »

C'est la question que la blonde tourna et retourna dans son esprit sur la route qui allait les mener à la cité des Ashrynes. Elle ne trouva cependant pas de réponse satisfaisante à ses questionnements. Elle ne pouvait croire que Calyarell avait entendu parler d'elle en tant que ''fausse'' Ashryne. Obtenir une telle information qui n'était alors connue que de Sora elle-même et de ses deux compagnes semblait relever de l'impossible. D'un autre côté, cette réunion avait réellement quelque chose de louche.

Et cette impression allait se confirmer en arrivant là-bas. Elle prit son temps pour arpenter la cité jusqu'au palais, encore fascinée de ces constructions sous les voûtes rocheuses. Il fallait avouer que sans être claustrophobe, cela faisait quand même un peu peur. Mais dès l'entrée du château, ce fut comme si on l'avait reconnu de manière immédiate et évidente. La personne qui l'accueillit en premier, un vieil homme en costume, l'appela directement par son prénom et son nom.

« Mademoiselle Scylla Fentkräes ? »

Cette dernière fit un gigantesque effort pour ne pas paraître déstabilisée de se faire aborder si vite en étant directement nommée.

« Elle-même. » répondit-elle simplement sans fermeté ni froideur.

« Soyez la bienvenue à Synkaalia. Si vous voulez bien me suivre... »

Elle acquiesça, et descendit de son cheval qui se transforma instantanément en ce qu'il était réellement : l'ombre humanoïde noire, Falka. L'homme ne semblait pas intrigué, et Sora préférait faire comme ça. Elle ne voulait pas venir ici avec des atouts cachés dans sa manche comme si elle préparait un mauvais coup. Jouer cartes sur table était de rigueur pour ne pas avoir d'ennuis.

Son guide la mena à travers de nombreux couloirs, jusqu'à une chambre pour le moins luxueuse – et c'était un euphémisme à vrai dire. Un lit à baldaquins, qu'il serait risible de nomme king size tant on pouvait y mettre au moins une dizaine de personnes sans qu'elles ne se touchent même en s'étalant façon étoile de mer. Des rideaux en satin avec des dorures, un sol en marbre, des murs avec de luxueuses tapisseries. Un lustre incroyablement extravagant qui aurait bien plus eu sa place dans une salle à manger – Sora essaya alors pendant un court laps de temps d'imaginer celui qui se trouvait là-bas si celui-là était uniquement le standard pour une chambre pour des invités.

« Il y a des robes dans la penderie, il y en a pour tous les goûts, prenez celle qui vous plaît. La réception va commencer dans une petite heure, descendez dès que vous êtes prête. Je suis navré, mais ces demoiselles qui vous accompagnent vont devoir attendre ici, c'est une cérémonie exclusivement réservée à des Ashrynes. Il y aura de quoi vous rassasier si vous avez faim et je monterais quelque chose à vos compagnes si elles le désirent. Pas besoin de prendre vos armes, il n'y en aura pas besoin. Prenez vos aises, et n'hésitez pas si vous avez besoin. »

Sur ces mots, après avoir laissé un court silence impliquant qu'il attendait une quelconque question qui ne vint pas, il ferma délicatement la porte. Sora resta un court instant interloquée. Elle haussa les épaules, et se dirigea vers le placard. Qu'elle ne fut pas sa surprise devant le nombre de robes et leur facture : toutes dans des tissus incroyablement beaux et soyeux. Décorées de manières si différentes mais toujours avec bon goût.

La blonde resta encore une fois immobile et silencieuse. Jusqu'à l'intervention presque simultanée de ses deux compagnes :

« La noire ! »

« La bleu nuit ! »

Elle se tourna vers elles, et toutes se regardèrent une par une. Puis elles éclatèrent de rire.

« Ce n'est pas pour toutes les deux vous contrarier, mais j'en mettrais bien une rouge pour une fois. Elle a l'air d'être la plus belle, et la plus à même de mettre en valeur ma morphologie. Navrée mesdemoiselles. »

La robe montait en un col jusqu'au cou, elle était sans manches et fendue sur le côté. Et il fallait l'admettre, elle allait très bien à Sora. Elle attrapa son épée dans son fourreau qu'elle avait posé sur la commode pour se changer et la fixa un instant. Falka lui fit ''non'' de la tête. Elle soupira, haussa les épaules, et envoya tout son arsenal sur le lit, à savoir : les deux chakrams, la dague et l'épée. Elle enfila la première paire de chaussures qu'elle trouva posée sous les robes – il y en avait au moins une vingtaine… – et se dirigea vers la sortie.

« Bon et bien, à tout à l'heure. Priez pour moi. Je vous enverrais un signal si ça dérape. »

« Il va falloir t'habituer au fait que toutes les situations ne finissent pas par déraper. Même si je sais que te faire à l'idée d'un repas avec beaucoup de gens tout à fait normal ne te plaît guère. »

Sora siffla entre ses dents et disparut derrière la porte en chêne massif. Elle manqua de se perdre dans les immenses couloirs impeccablement nettoyés qui se ressemblaient tous. Elle trouva finalement un escalier pour descendre – pas besoin de préciser qu'il était en marbre avec des gravures dorées – et trouva facilement le chemin de l'endroit où elle devait se rendre : elle entendait de la musique. Elle s'y dirigea, beaucoup moins confiante alors. Les bals, si c'en était un, n'avaient jamais été sa tasse de thé. Elle parvint enfin devant la porte d'où venait le bruit. Elle prit une grande inspiration, poussa les battants et pénétra dans ce qui s'avéra être, sans qu'elle s'y attende, la salle du trône. Mais cette entrée-là ne devait pas être la principale vu qu'elle venait d'y arriver sur le coté.

Il y avait un monde fou, réellement. On aurait cru que le monde entier était convié ici, et que tout le monde avait répond à l'appel. Mais le temps des constatations fut bref. Très bref. Sora eut à peine le temps de faire deux pas de plus en avant que quelqu'un se mit en travers de sa route. Elle n'eut pas énormément le temps de le détailler non plus. Il parla avec rapidité, comme pressé par le temps et s'exécuta de ses paroles tout aussi prestement.

« Mademoiselle Scylla Fentkräes ! Quel plaisir de vous voir parmi nous ! Nous n'attendions plus que vous ! »

Elle n'eut pas le temps de prendre son souffle pour répondre à son sourire pressant.

« Cependant, le temps n'est pas à la cérémonie officieuse. Pour le moment, il est souhaité que tout le monde se sente à son aise et s'amuse ! Me feriez-vous l'honneur d'une danse vu qu'il n'y a personne pour vous accompagner ? »

Elle allait lui répondre qu'on avait poliment consigné ses accompagnatrices dans sa chambre mais elle n'en eut encore une fois pas le temps. Il attrapa sa main, et l'emmena sur la piste de danse. Là encore, Sora n'avait jamais vu autant de couples sur la piste. Le plus impressionnant était la synchronisation entre eux tous. Et la blonde se surprit elle-même à n'avoir aucun mal à suivre la danse. C'était entraînant et c'était comme si les mouvements lui venaient naturellement. Elle se laissa porter sans vraiment le vouloir ou même s'en rendre compte. Elle avait le sentiment que ça allait de plus en plus vite, quoi qu'elle y fasse.

Tout s'arrêta brusquement, trop brusquement pour qu'elle soit prête.

« La voilà. » se contenta de lâcher son partenaire.

L'information eut à peine le temps de remonter jusqu'à son esprit. Elle fit un tour sur elle-même, un deuxième, puis s'arrêta net. L'homme lâcha sa main et devant elle, plus personne. Toute la foule se trouvait derrière elle. Elle était alignée en ligne droite avec quelques autres personnes. C'est ce moment-là qu'elle choisit pour entrer dans la pièce pour entrer dans la salle, qui était devenue totalement silencieuse. On entendait seulement raisonner ses talons sur le carrelage.

Elle ne l'avait vu que de loin lors du tournoi. Mais les deux impressions qu'elle avait eu là-bas s'avéraient justes : elle était aussi belle qu'intimidante.

« Décontractez-vous. Je vous sens tous incroyablement crispés. Il n'y a pas de quoi se mettre dans tous ses états. Tout ça n'est qu'une petite formalité avant que la fête ne continue. »

Sa voix de cristal était hypnotisante. Elle en imposait, c'était clair. Elle fit un bref geste de la main. C'était en réalité un ordre silencieux que Sora comprit quand il fut mis à exécution : tous les invités furent sortis de la salle outre ceux en ligne. Dont elle.

« Mes chers Ashrynes, je me présente même si je pense que cela n'est pas forcément des plus utiles car vous devez sûrement tous plus ou moins me connaître... »

Elle s'arrêta face à tout le monde, adoptant une posture aussi ferme que gracieuse. On l'aurait immortalisé en statue ainsi que des gens se seraient empressés de lui vouer un culte.

« Je suis Calyarell, la Nethlen, soit la reine des Ashrynes. Nous allons sans plus attendre passer à la raison de votre venue ici. »

Le silence toujours. Elle fit un pas en avant et seul raisonna le bruit de son talon sur le carrelage.

« Vous tous êtes des Ashrynes. Des Ashrynes que nous avons repéré, qui sont visiblement aptes à prochainement occuper de hauts postes si tel est leur souhait. Rien ne vous y oblige bien sur, mais comme vous le savez peut-être, nous tenons à une petite chose pour chacun, un genre de rituel. Vous avez peut-être entendu parler de la spécialisation ? »

Personne ne répondit, pas même d'un signe de tête.

« Chaque Ashryne, bien que libre de faire à peu près ce qu'il en veut après, doit être répertorié à partir d'un certain moment. Avec son nom, et la spécialisation qu'il aura choisi. Il y en a quatre, à savoir : le combat furtif, le corps-à-corps, la distance et la magie. L'un n'empêche pas l'utilisation de l'autre bien sûr, car je considère un Ashryne accompli comme étant capable de se battre de toutes les façons possibles. »

Elle prit une légère inspiration.

« Nous allons nous adresser à vous un par un, et ma chère Lunatreya dévouée va noter votre identité et votre spécialisation. Puis vous serez dirigés par mes loyaux majordomes pour allez prouver ce que vous avancez. »

Sora le sentait mal. Le fait d'être en bout de ligne additionné à celui de la reine s'attaquant à l'opposé de cette ligne pour commencer ne lui disait rien qui vaille. Mais elle ne pouvait rien faire. Sinon qu'attendre. Et écouter. Elle fut étonnée du nombre de personnes qui se dirent partisans du combat à distance. Puis la question lui vint soudainement, alors qu'il ne restait que trois personnes avant elle. Qu'allait-elle dire au juste ? Elle se débrouillait presque aussi bien en termes de magie que de corps-à-corps, et il fallait admettre qu'elle affectionnait tout particulièrement les deux. Elle ne se rendit même pas compte du temps qu'elle prit pour retourner cette question dans tous les sens, que ce fut déjà son tour. Il n'y avait plus personne dans la salle à part elle, la dévouée Lunatreya, et la dite Calyarell maintenant face à elle.

« C'est votre tour. »

Elle planta son regard azur dans le sien, jaune pissenlit. Il était pénétrant. Mais il allait se passer des millénaires avant que Sora ne fuit un duel de regard.

« Scylla Fentkräes, majesté. »

Lunatreya nota aussi fébrilement que rapidement ce nom.

« Et qu'avez-vous choisi ? »

« Je vous avouerais sans détour, ma reine, que j'hésite entre deux choses. Il faut admettre que je me complais aussi bien dans les deux lorsque je me bats et que j'ai bien du mal à faire un choix. »

« Amusant de la part de la fameuse fausse Ashryne dont on m'a parlé. »

Sora tenta de cacher sa surprise mais cela fut bien difficile tant le choc fut soudain.

« Nous allons donc décider de cela toutes les deux, cela pourrait être une bonne façon de trancher. Et ne te retiens pas contre moi, je t'en prie. »

Sora eut peur de comprendre. C'était pour bien ce qu'elle pensait, lorsqu'elle sursauta en voyant les bras de quelqu'un être passés autour d'elle pour accrocher une ceinture ou pendant son épée, sa dague et ses deux chakrams.

« Souhaites-tu te changer avant ? Je peux comprendre que se battre dans une telle tenue peut s'avérer compliqué. »

Sora se redressa dignement, presque trop.

« Pas de problèmes majesté, je peux très bien vous faire une démonstration avec cette magnifique robe. Vu qu'on me l'a prêté néanmoins, je vais tenter de ne pas trop l’amocher, tout comme la pièce. »

« Parfait. » lança-t-elle avec un sourire tout en attrapant gracieusement une épée qu'on venait de lui lancer. « Allons-y alors. Quand tu le souhaites. »

La blonde ne se fit pas davantage prier. Oh, elle y mit toutes ses forces et ses capacités. Mais elle avait une idée de ce qui allait se passer. Et pour une fois, sa prédiction s'avéra juste. Elle eut beau se jeter sur elle, l'obliger à reculer et l'acculer en levant un mur de terre derrière elle, la coincer avec des pics de glace sur le côté, tenter de l'attraper avec des filaments d'ombre, lui faire voler un chandelier dans la figure, et faire preuve d'un incroyable talent pour maîtriser son épée, elle n'eut jamais le dessus. Calyarell esquivait avec élégance ses coups, sans les rendre. Elle ne semblait ni fatiguée, ni en difficulté. Sora redoutait une chose, tandis qu'elle multipliait l'offensive : le retour du bâton. Légèrement fatiguée par ses tours de passe-passe en magie, elle se concentra uniquement sur le maniement de son épée. Les tintements métalliques emplirent la pièce rapidement, tandis que les deux adversaires se faisaient face. Aucune ne laissait un morceau de terrain, mais il y en avait clairement une au-dessus de l'autre. Sora tenta bien une botte secrète en sortant sa dague lorsqu'elle crut voir un angle mort, mais c'était peine perdue. Et elle reçut ce qu'elle attendait avec autant d'appréhension que de satisfaction :

« Bien, je crois que je sais. »

Elle vit le coup de poing venir. Elle virevolta au bout de la pièce et son dos percuta le mur. Pourtant, celui-ci lui sembla mou. Elle ne se posa pas trop de questions en voyant la main de Calyarell tendu vers celui-ci, éclairée par une lueur magique. Le coup de poing qu'elle lui avait donné faisait autant preuve de sa force que de sa maîtrise. La blonde avait bien senti qu’elle aurait pu lui passer à travers si elle le voulait mais qu'elle avait tempéré sa puissance pour ne pas la blesser, juste pour lui montrer.

Elle lança l'épée à la personne qui le lui avait donné et s'approcha de Sora, qui se releva tranquillement.

« Je pencherais pour du corps-à-corps, avec une très bonne maîtrise des armes, surtout l'épée. »

« Merci, majesté. »

Sur ces mots, la Nethlen se retourna et s'éloigna. Mais fit volte-face une dernière fois avant de s'en aller.

« Bienvenue parmi les Ashrynes Scylla Fentkräes, quelle que soit la façon que tu as trouvé pour nous rejoindre en cours de route. » lui lança-t-elle avec un sourire. « J'espère que nous aurons le plaisir de nous recroiser. Ton chemin puisse-t-il être radieux, et te conduire où tu le souhaites. »

Sora fixa longuement la silhouette de Calyarell s'éloigner, jusqu'à ce que la porte se referme sur elle. Puis elle lâcha un soupir en même temps qu'un petit rire.


3044 mots


SUP' BITCHES

Scylla Fentkräes
Mer 7 Juin - 23:47
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Les Tréfonds :: Synkaalia-
Sauter vers: