[Quête]Le village secret [PV Naya]

 :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Non, vraiment, plus le temps passait et plus elle commençait à penser qu'accepter cette offre d'aller travailler dans cette cité souterraine parce qu'un tournoi avait lieu était une mauvaise idée. Oui, elle s'adaptait vite, oui, elle avait développé plusieurs astuces pour pouvoir se déplacer le plus librement possible même dans un environnement naturel... Mais elle se demandait vraiment si elle n'avait pas un peu surestimé ses capacités. Ou du moins son sens de l'orientation. Après tout, elle était tributaire des routes et de ceux qui l'informaient, incapable de lire une carte ou une simple boussole. Au moins n'était-elle pas complètement seule et livrée à elle-même puisque Kochka était resté fidèlement à ses côtés...

Elle savait pourquoi elle avait sauté sur l'occasion, délaissant le Territoire des Rescapés derrière elle. Avec la récente catastrophe qui avait touché la cité et son étrange rencontre avec Yanos, elle avait soudain ressentit un violent besoin de bouger. De changer d'air. De découvrir de nouveaux territoires même si elle ne pourrait venter la beauté d'aucun paysage. Elle avait besoin de prendre ses distances de son ancienne vie et d'embrasser pleinement la nouvelle. Il était temps qu'elle se trouve d'autres histoires à raconter, qu'elle en soit l'actrice. Et pour cela, il fallait qu'elle laisse derrière elle le confort des habitudes solidement ancrées...

Il y avait aussi le cas de l'aetrayel... Elle n'avait pas voulu s'appesantir à ce sujet avec lui, étrangement hésitante à le confronter. Mais depuis qu'elle le connaissait, il avait laissé échapper certaines choses qui l'avaient troublée. Des réflexions, des habitudes, des remarques qui l'avaient fait réfléchir et lui faisaient poser des questions avec lesquelles elle n'était pas suffisamment à l'aise pour en chercher les réponses. Trop de choses chez lui avaient fait remonter des souvenirs, pas tous très agréables, dans son esprit et elle n'était vraiment pas sûre de pouvoir assumer pleinement les conséquences d'une confrontation.

Alors elle était partie, sautant sur l'occasion de ce contrat sans trop réfléchir aux conséquences. Des conséquences du genre voyage et orientation. Parce que maintenant elle était perdue, elle en avait la certitude. Initialement elle était sur la bonne route, découvrant le Mont des Souvenirs, elle savait où elle allait... Elle était sensée être dans une zone inhabitée, plutôt sauvage, gorgeant ses poumons de senteurs naturelles et inédites pour elle. Du moins jusqu'à ce que des effluves particulières ne viennent lui chatouiller les narines. Celles du pain chaud tout juste sorti du four, une fragrance qui sortait quasiment tout droit de sa mémoire et faisait naître chez elle des sentiments de nostalgie.

Cela avait été plus fort qu'elle, elle était sortie de la route qu'elle suivait pour suivre cette odeur. Kochka avait semblé tout autant affecté et lui avait ouvert la voie, truffe au vent. Anya s'était bien demandée pendant quelques secondes pourquoi le simédia était autant affecté par une simple odeur de pain alors qu'il était radicalement carnivore, mais ces préoccupations avaient été balayées par d'autres plus pragmatiques. Maintenant qu'elle était sortie de la route, avancer n'avait plus été aussi facile et elle avait dû se concentrer sur les informations qu'elle glanait sur le sol à l'aide de son bâton.

Mais elle avait finit par atteindre une zone plus plane, clairement travaillée pour l'être, une route. Et cette route s'était transformée en rue... Suivant toujours l'odeur, la jeune femme avait pris conscience qu'elle était désormais dans un village. Ou une petit ville... Car plus elle avançait, plus elle trouvait les rues grandes. Elle aurait été heureuse d'en faire le tour et de retarder un peu son voyage pour cette nouvelle découverte si l'ambiance générale du village n'avait pas été aussi étrange.

S'il y avait bien une chose à laquelle Anya n'était pas habituée, c'était le silence. Surtout dans un environnement urbain. Or, ici, elle n'entendait rien. Aucun claquement de sabots ou de roues contre les pavés de la rue. Aucun marchand ne cherchait à attirer le badaud. Aucun enfant ne courait dans les rues les remplissant de rires et de cris. Aucune discussions entre matriarches à plusieurs fenêtres interposées... Il n'y avait que le tapotement de son bâton, le bruit de ses pas et le souffle de Kochka... Et depuis maintenant une heure, elle ne parvenait pas à trouver la sortie, même en revenant sur ses pas. Alors, oui, plus le temps passait et plus elle estimait que toute cette histoire était une mauvaise idée...


728 mots
Ven 26 Mai - 10:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
Naya était complètement perdue après les événements qui s'étaient produits à Mytsbel. Elle avait recommencer à éprouver des émotions, des sensations autres que simplement physiques envers quelqu'un. Elle rêvassait dans une minuscule taverne à la frontière des Steppes du Phénix et du Mont des Souvenirs. Elle se demandait si elle pouvait s'autoriser ainsi à se rapprocher de quelqu'un à nouveau. En temps normal, elle n'était pas du genre à se donner des limites, mais cette fois-ci, l'histoire avec Sheyene lui avait bien retourner le cerveau. Mais la tentation était bien trop forte pour l'Ulfurbe lorsqu'il s'agissait de séduire et bien plus encore...Elle regardait la fenêtre embuée, puis leva sa main devant ses yeux. Des bandages encore ensanglantés tout autour de ses doigts trahissaient sa dernière mésaventure : elle n'avait plus d'ongles.

-Succomber, oui, mais il faudra que je fasse attention, la prochaine fois...se chuchota-t-elle.

Elle n'avait pas l'impression d'éprouver une quelconque tristesse. Cette folle avait juste attiser en elle une méfiance plus poussée envers quiconque. A chaque fois qu'on lui adressait la parole ou qu'on la frôlait par mégarde, l'Ulfurbe manquait de sursauter et de ressentir une horrible sensation. Les chuchotements dans sa tête avaient disparus et les blessures de sa torture cicatrisaient peu à peu, mais une trace ne s'estomperait jamais. De plus, depuis quelques jours, Naya se comportait comme une bête sauvage : elle ne parlait pratiquement pas, elle se méfiait du contenu de la nourriture qu'elle achetait, préférant la chasse, et la nuit, elle se retournait sans cesse pour vérifier qu'elle n'encourait pas un quelconque danger à dormir ici. Le retour à la civilisation était difficile au début. Elle se sentait assaillis par toutes les conversations, les gestes et les bruits des personnes l’environnant. Il lui faudrait bien quelques jours pour se réhabituer à agir de façon à peu près normale. Cette fois-ci néanmoins, elle était calme, assise sur une chaise de bois, admirant le ciel immaculé du matin. Puis elle songea à Poki. Comment allait-elle ? Avait-elle trouver de quoi satisfaire un peu plus sa curiosité ? Naya s'inquiétait pour cette enfant prédestinée à la mort. Cette dernière la fascinait. Cependant c'était bien la seule personne à qui elle acceptait de s'inquiéter. Non pas qu'elle n'éprouvait d'inquiétudes que pour elle, non...Mais désormais Naya refoulait le moindre autre rapprochement, si ce n'est pour satisfaire son pêché. Elle filait comme un courant d'air, et elle aimait vivre ainsi. Un bruit brusque vint ôter l'Ulfurbe paniquée de ses réflexions.

-Et voilà pour vous ma p'tite dame ! fit le gaillard en posant sur la table de bois une bouteille et quelques provisions. Naya sourit, s'il y avait bien une chose qui ne changerait jamais, peu importe les tortures, c'était bien son alcoolisme. Elle fourra tout dans son sac sans fond et se leva pour partir. Alors qu'elle s'apprêtait à franchir le seuil de la porte, elle s'arrêta devant le miroir de l'entrée. Elle avait l'air d'une fugitive, avec cette cape à capuche et ces vêtements sombres : un pantalon en cuir et un gilet en fourrure sombre. A ses pieds, elle portait des bottes tout aussi sombre...Elle fixa ensuite son visage, un air dépité vint se dessiner sur ce dernier. Puis elle sourit, il ne fallait pas qu'elle désespère, elle allait bien trouver un moyen de faire disparaître cette mine affreuse et ce teint blême. Elle s'en alla rapidement, sans dire au revoir.

S'en aller, mais pour aller où ? Naya traçait sa route pour Synkaalia. Elle avait entendu parler l'autre jour, d'un tournoi de guerrier...Sa curiosité ne pouvait pas être tant attisée, les Ashryns étant un peuple dont elle ne connaissait que par les livres. De plus, son dernier adversaire lui avait bien fait rappeler qu'elle avait besoin d'entraînement. C'est pour cela qu'elle prit la décision de faire une pause là-bas pour se changer les idées. A par cela, elle n'avait pas réellement d'autres raisons d'y aller mais...elle ne savait pas quoi faire non plus. Et puis le Mont des Souvenirs était un endroit qui l'avait toujours fasciné. Ce décor froid, ce mont immobile...Naya appréciait ce paysage, qui forçait la quiétude. Mais la traversée vers les Tréfonds pouvait être dangereuse. Il n'y avait que très peu d'habitants dans cet endroit, pour ainsi dire pratiquement personne. Ce fut donc à la grande surprise de l'Ulfurbe, qu'un petit village se présenta à ses yeux.

Intriguée, par ce hameau désolé, elle s'approcha de ce dernier. Ce qui ne semblait qu'être auparavant un tas de petites maisons se trouva finalement être une véritable ville ! Les habitations s'entassaient les unes sur les autres et les rues continuaient à perte de vue. Pourquoi diable cet endroit n'est pas connu dans les livres et les cartes ? Alors qu'elle déambulait dans ces couloirs urbains, un détail frappa Naya. Le lieu semblait inhabité...Les pans de pierre paraissait vide de tout êtres vivants. L'Ulfurbe resta un moment immobile, en plein milieu de l'étrange endroit. Elle essayait de comprendre par où elle était venue. Plus aucune entrées ni sorties n'apparaissaient clairement, alors qu'elle n'avait fait qu'une centaine de mètre. Elle continuait alors d'examiner les lieux, lorsqu'elle aperçu, une silhouette au loin, qui s'approchait peu à peu d'elle. Elle semblait être une femme, accompagnée d'un simédia. A cet instant, on ne pouvait entendre que le bruit de son bâton taper la pierre enneigée du village, lorsqu'un grand bruit de métal crissa dans l'air. Naya avait dégainé sa rapière : elle avait retenu la leçon et se méfiait de quiconque maintenant. D'autant plus que la situation était loin d'être normale, elle ne savait pas qui était cette aveugle, et tout pouvait arriver.

935 mots


Ven 26 Mai - 16:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
Pour l'instant, bien que perdue dans un village étrangement abandonné, la situation n'était pas encore désespérée. La jeune femme se raccrochait à cela, se disant qu'elle avait encore des vivres et qu'elle pourrait s'arrêter dès qu'elle serait trop fatiguée de déambuler à la recherche de la sortie. Le point positif d'être perdue dans une ville fantôme était qu'elle n'aurait pas à s'inquiéter de trouver un abris contre le vent et la pluie. Elle avait tout une sélection de maisons à sa disposition et personne pour venir se plaindre si elle rentrait par effraction. D'ailleurs, pour avoir essayé un peu plus tôt, ce ne serait même une effraction puisqu'aucune porte ne semblait verrouillée...

A ses côtés, la jeune femme sentit Kochka se figer brusquement. Le grondement sourd qu'il produisait l'arrêta à son tour. Si elle avait pu le voir, elle savait qu'il aurait eu le dos rond et les poils hérissés, cherchant à se faire plus gros et imposant sans pour autant faire appel à son don naturel. Du moins pas encore... Il avait dû voir quelque chose de potentiellement menaçant sans trop savoir, pour l'instant, si le danger était réel ou non. Sa prise sur son bâton se resserra, traduisant son malaise...

Habituellement odeurs et sons lui permettaient d'anticiper l'approche de quelqu'un. Cela devenait inutile sur de trop longues distances si elle n'avait pas la chance d'être contre le vent. Il n'était pas rare que Kochka lui serve d'yeux dans ces cas-là, pouvant discerner l'arrivée de quelqu'un bien avant elle si l'individu, ou l'animal, restait bien en vue. Or, aujourd'hui, elle était sous le vent et ce que le simédia avait vu était suffisamment silencieux pour qu'elle ne l'ait pas entendu jusqu'à ce qu'elle arrive à percevoir le crissement caractéristique d'une arme que l'on dégainait.


-Doucement Kochka...

Pour l'instant ils n'avaient pas été directement attaqués ce qui était plutôt bon signe pour elle. La personne se trouvant face à elle avait certes son arme de prête mais elle n'en avait pas encore fait usage, cela voulait probablement dire qu'il y avait espoir de la raisonner et qu'il ne s'agissait là que d'un geste préventif. La jeune femme essaya d'adopter une attitude un peu plus décontractée, plus confiante que ce qu'elle ressentait vraiment. Bien que l'ulfurbe ne soit pas encore assez proche pour le voir, ses articulations étaient blanches tant elle serrait fort son bâton...

-[color=crimson]Bonjour ?

Elle n'avait pas vraiment besoin de travailler son langage corporel pour ne pas avoir l'air menaçante, sa stature naturelle laissait clairement voir que si elle avait à se battre, elle n'en sortirait probablement pas gagnante. Elle s'assura que sa capuche était bien en place, peu désireuse de se mettre plus en mauvaise posture en provoquant une réaction négative chez son interlocuteur. Pour l'instant ses boucles d'oreilles étaient encore froides et elle portait toute sa foi dans ces bijoux qui lui avaient plus d'une fois sauvé la mise...

-[color=crimson]Seriez-vous un habitant de ce village par hasard ?

Anya ne savait trop quelle option lui paraissait la plus prometteuse. Découvrir qu'elle n'était pas la seule à être piégée au sein de ces rues sans vie serait moralement un plus. Sans compter qu'à deux ils auraient plus de chances à enfin trouver une sortie... Si c'était un habitant... Et bien cela signifierait qu'elle parviendrait peut-être à obtenir quelques informations. Et donc une potentielle direction pour la sortie. La jeune femme se refusait à penser aux aspects négatifs s'il s'agissait d'un habitant et que tout cela n'était qu'une ruse élaborée pour détrousser les voyageurs...

Kochka, de son côté, devait se poser les mêmes questions. S'il se montrait particulièrement protecteur envers elle en soufflant et en faisant le gros dos, le simédia n'avait pas non plus changé de forme, gardant les proportions d'un classique lionceau. Anya aurait aimé avoir l'occasion de lui poser quelques questions quant à ce qu'il pouvait voir mais elle était encore loin de maîtriser sa dernière trouvaille... Sans compter qu'il s'agissait d'un potentiel atout qu'elle voulait conserver aussi longtemps que possible dans sa manche...

Un frisson vint faire trembler sa frêle silhouette... Cela faisait maintenant plusieurs heures qu'elle errait dans les rues et, maintenant qu'elle était immobile et qu'elle ne se concentrait pas pour mettre un pied devant l'autre, le froid et la fatigue venaient de la rattraper. Elle avait envie de rentrer dans la première maison venue, essayer d'y faire un feu et s'installer pour la nuit. Et peut-être qu'au petit matin, Anya se retrouverait sur la route, réalisant qu'elle n'avait fait qu'un rêve particulièrement étrange et vivide...

En attendant, tant que l'inconnu ne se présentait pas, ou ne se rapprochait pas un minimum, elle était incapable d'en savoir plus. Mais elle ne pouvait pas vraiment faire le premier pas si elle voulait conserver son attitude inoffensive. Alors elle restait plantée là, espérant que l'inconnu allait faire ce premier pas qui la mènerait peut-être vers la liberté. Et elle espérait d'autant plus que ce premier pas serait pacifique...


824 mots



By Naya !!
Dim 28 Mai - 7:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
Comme elle s'était rapprochée de quelques pas et que les deux inconnues étaient désormais à une distance plus proches, l'Ulfurbe put avoir une vision un peu plus précise de la femme. On ne pouvait pas voir ses yeux et deux longs jets de feu s'échappaient de sa capuche. Cette personne apparaissait déjà comme peu commune...Naya avait compris qu'elle était aveugle. Ainsi elle se sentait plus en sécurité : cela la mettait en position de force. Sa poigne restait néanmoins fortement serrée à sa rapière. Toutes sortes d'interrogations fusaient au sujet de cette étrangère. Et si cette absence sensorielle était elle aussi illusoire, tout comme les rues qui encadraient les deux protagonistes ? La dernière mésaventure de la femme lui faisait imaginer tout un tas de stratagème -parfois inconcevable- envers sa personne. Où était l'ennemi ? C'était cette femme mystérieuse, qui ne daigne même pas montrer son regard ? Ou alors ce n'était que l'appât ? Oui..Les instigateurs de cette prison d'illusions étaient sûrement ailleurs...ils ne se montreraient pas si facilement...Alors où préparaient-ils leur embuscade ? Derrière ces pans de murs ? A côté du pin au bout de cette rue ? Étaient-ils eux aussi dans leur propre illusion ? Ah ! Il y avait-il au moins quelque chose de réel qu'elle pouvait percevoir dans ce maudit labyrinthe ?! Naya regardait autour d'elle, agitée. Elle scrutait les moindres recoins de son champ de vision, le moindre caillou suspect, la moindre chose qui lui semblait anormale, en décalage, débordant un petit peu, pas assez alignée, bizarrement alignée...

La lame tremblait dans l'air par les secouements nerveux de la femme. Une voix douce et suave se fit soudainement entendre, coupant l'Ulfurbe dans sa paranoïa. Ce mot la surprit. Bonjour ? Naya n'était pas vraiment une adepte de la politesse. La stature frêle de la rousse rassurait aussi l'ancienne lië'ja. Malgré toute la méfiance qu'elle pouvait avoir envers cette inconnue, cette dernière ne lui avait pas du tout montrer de quelconques signes d’agressivités. Cependant, toujours crispée à son bout de métal effilée, elle restait sur ses gardes. L'encapuchonnée reprit la parole.

A cette question rapidement l'Ulfurbe reprit son calme. Une simple phrase ne pouvait en aucun cas ôter tout les doutes et soupçons qui semaient la pagaille dans le cerveau de Naya, donnant à son esprit une allure des plus chaotiques. Néanmoins elle abaissa son arme puis fit quelques mètres supplémentaires, toujours en restant une certaine distance cependant -environ cinq mètres. Cette interrogation sous-entendait qu'elle aussi était dans le même cas qu'elle. L'Ulfurbe l'examinait. Elle l'analysait quelques instants au moins, elle et son simédia. Ce dernier se montrait particulièrement protecteur...

-Non. Je ne suis pas d'ici. Et donc inutile de vous retournez la question...
fit-elle sur un ton froid.

Naya réfléchit quelques instants. Il est vrai que si cette femme était bien ce qu'elle insinuait être, cet à dire tout autant paumée que l'Ulfurbe, cela était un avantage de taille et faciliterait la recherche de la sortie. Enfin, même si elle était aveugle... Naya avait lu toutes sortes de choses sur les capacités sensorielles. Il y paraissait même que lorsqu'une personne était dépourvu d'un sens, un ou plusieurs autres se décuplaient d'une façon prodigieuse pour compenser. Ainsi elle ne s'inquiétait pas de la capacité de son interlocutrice à pouvoir se déplacer et interagir avec son environnement sans être trop perdue.

-Trouver une sortie ensemble paraît être une bonne idée. Cependant n'allez pas croire que je vous fais confiance pour l'instant...
Elle fit une pause, puis, remarquant que l'étrangère avait froid et que le ciel se teintait peu à peu différemment, continua. Quoiqu'il en soit nous devrions trouver un abris où dormir...

609 mots


Mar 30 Mai - 1:07
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
La rencontre n'était pas dénuée de tension, la jeune femme pouvait le sentir dans l'air ambiant. Un simple regard aurait pu confirmer le ressenti de la ménestrel, le langage corporel de l'ulfurbe particulièrement explicite, mais Anya devait se reposer sur d'autres indices pour tirer sa conclusion inconsciente… La façon dont l'inconnue s'était déplacée par exemple, lente, entre la prudence et l'hésitation. Il y avait aussi le silence qui s'installait plus que de raison alors qu'elle attendait une réaction pour savoir à qui elle avait finalement à faire. Malgré la tension, la jeune femme essayait de garder la tête froide et se raccrochait aux quelques éléments qui lui étaient familiers, comme son bâton ou la présence rassurante de Kochka à ses côtés…

La ménestrel afficha un sourire soulagé, et ce malgré le ton froid utilisé par l'ulfurbe, lorsqu'elle entendit enfin la réponse à sa question. Elle aurait préféré un natif qui lui aurait indiqué la sortie mais, à ce stade, elle ne se faisait plus beaucoup d'illusions. Elle était probablement piégée dans ce village fantôme tant qu'elle n'aurait pas comprit le pourquoi et le comment. Le fait qu'elle ne soit plus complètement seule était par contre un net avantage pour son moral. Bien entendu, rien ne disait qu'il s'agissait là d'une réelle amélioration de sa condition mais elle refusait d'envisager le fait qu'elle soit potentiellement plus en danger. Si cette personne était aussi perdue qu'elle, il était plus logique qu'elle cherche à travailler avec elle plutôt que de l'attaquer.


-Je vous rassure, je ne m'attendais pas à ce que nous nous allions immédiatement nous jurer une amitié indestructible. Cela dit je m'appelle Anya...

La ménestrel accueillit la suggestion de l'ulfurbe avec un soupir de soulagement qui put se lire sans mal dans la chute de ses épaules. Elle commençait à fatiguer et même si découvrir qu'elle n'était pas seule dans cette galère lui avait redonné un peu de moral et donc d'énergie, la jeune femme n'avait plus qu'une envie... Se rouler dans un coin et dormir. Et si au réveil tout cela pouvait se révéler un simple mauvais rêve, cela aurait été parfait...

-Je crois que l'on peut se permettre d'utiliser n'importe laquelle de ces maisons. Jusque là vous êtes la première personne que je croise ici, je doute que les propriétaires légitimes des bâtisses ne viennent se plaindre... Elle eut un soudain rictus amusé. Et sinon ce sera une occasion en or d'obtenir quelques réponses, non ?

Anya s'accroupit et Kochka, comprenant ce qu'elle cherchait à faire, vint se positionner devant elle. Cela dit, si un félin avait put afficher un air méfiant et réservé, cela aurait été le cas... Naya n'eut aucun mal à sentir que le simédia ne lui faisait absolument pas confiance et qu'il lui tournait le dos que parce que sa maîtresse avait besoin de lui parler... L'edsere embrassa son ami pour mieux lui parler à l'oreille, lui demandant de sélectionner une maison pour elles. Le village était déstabilisant de par sa taille et son absence de population, elle avait donc décidé de faire confiance à l'instinct naturel de son compagnon à poils...

Dès qu'elle se releva, Kochka partit en vadrouille, s'arrêtant devant les portes des maisons proches... Il finit par gratter à la porte de la quatrième maison de la rue dans laquelle ils se trouvaient. Ce n'était pas la maison la plus imposante, ni la plus petite, certainement destinée à une petite famille. Deux fenêtres flanquaient la porte d'entrée et un balcon courait tout le long de l'étage où se trouvaient aussi deux fenêtres. L'ensemble semblait en bon état et Anya ouvrit la porte sans la moindre difficulté...

L'intérieur était assez étrange... Il ne donnait pas l'impression d'avoir été abandonné récemment, il n'y avait pas de poussière ou de toiles d'araignées par exemple, mais il ne donnait pas non plus l'impression d'avoir été occupé... Pas de tresses d'ail ou de saucissons pendant du plafond, pas de leurs pour égailler les lieux, pas de vêtements ou de chaussures près de la porte. C'était exactement ce que l'on s'attendait à trouver en poussant la porte d'une maison, la vie en moins. Anya mit de côté le malaise que cette maison en attente fit naître chez elle et avança jusqu'à ce que son bâton tape contre la table...


-J'ai l'impression qu'elle n'a jamais été occupée...

La jeune femme tourna partiellement son visage encapuchonné dans la direction de Naya, cherchant confirmation à son hypothèse. Il pouvait fort bien y avoir des traces qu'elle ne pouvait pas voir et qui racontaient une toute autre histoire... Kochka, lui, alla explorer l'étage, laissant les deux femmes seules dans la pièce principale. Au moins étaient-elles au sec et à l'abri du vent. Elles pouvaient même espérer faire un feu dans la cheminée en utilisant la petite réserve de bois qui était soigneusement rangée à côté du foyer.

-Alors ? Ca fait combien de temps que vous êtes dans ce village ?

819 mots
Ven 2 Juin - 19:03
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
Naya observait la jeune femme s'abaisser pour parler à son animal. Ce détail l'avait intrigué mais elle n'en pris pas plus compte. Elle suivit ensuite la rouquine dans la maison qui lui parut adéquate. Effectivement elle semblait en assez bon état. Naya ne s'était pas trompée sur la capacité de l'inconnue à passer outre son handicap. Après avoir pénétrées à l'intérieur sans difficultés, les deux femmes découvrirent un logis bien étrange. Non pas qu'il y avait une quelconque bizarrerie dans la décoration ou les meubles non, non...Bien au contraire, tout était parfait. Pas la moindre trace de poussières, de saletés, de miettes. Tout était bien rangé, tout était à sa place. Un trait nerveux fila sur le front de l'Ulfurbe. C'était loin d'être normal...Cependant malgré le fait que tout soit ordonné et propre, il n'y avait aucun signe d'une quelconque présence d'un être vivant. Aucune affaires pouvant appartenir à quelqu'un, aucune plantes...Seule une pile de bois attendait patiemment à côté de la cheminée...Cela aussi était étrange. Oui, cela sonnait trop idéal.

Un tapotement atteignit la table. L'aveugle s'était tournée vers Naya en évoquant son hypothèse.

-Oui, effectivement. C'est comme si cet endroit avait été soigneusement préparé pour accueillir des voyageurs perdus...comme nous...Bon, je suppose que nous n'avons pas réellement le choix de toutes façons...Son ton se fit plus doux qu'auparavant. Elle avait aussi rangé sa rapière dans son fourreau. Désormais, elle comprenait de plus en plus Anya en tant qu'alliée. Néanmoins une once de méfiance persistait toujours, et c'était normal. Mais cela était aussi dû à l'apparence énigmatique de l'Edsere...

Le simédia était monté à l'étage, sans doute pour faire un état des lieux. Naya quant à elle marchait autour de la table à manger, découvrant les divers meubles et décorations. Tout était limpide. La jeune femme ne s'attarda donc pas sur ce décor standard. Après avoir fait rapidement le tour de la grande et unique pièce du rez de chaussée, l'Ulfurbe déposa son sac près de la table.

-Bien, nous allons donc passer la nuit ici, fit elle en soupirant. Tout ces mystères commençaient à l'ennuyer, elle n'avait que faire d'être ici. Appellez-moi Naya. Après lui avoir dévoilé son prénom, son interlocutrice lui posa une question. Cela fait bien quelques heures...Et vous ? En lui retournant la question, l'Ulfurbe prit deux bûches de bois et les plaça dans la cheminée. Elle remarqua à côté de la petite réserve, un bocal plein de fourmis Étincelles. Une petite pince lui permit d'en prendre une et de la mettre entre les bouts de bois. D'un coup de pied fugitif sur la pauvre bestiole, des crépitements apparurent et le feu jaillit. La femme vint ensuite s'asseoir autour de la table.

-Je vous en prie, asseyez-vous, mademoiselle... lui lâcha-t-elle d'une voix ironique et provocante. Elle sortit ensuite une bouteille d'alcool de son sac qu'elle posa non délicatement sur la table de bois. Vous avez soif ? lui demanda-t-elle avec un certain sourire. Puisque nous sommes apparemment obligées de nous côtoyer quelques temps, faisons connaissances...Anya. Les méfiances qu'elle éprouvait envers l'étrangère s'envolaient unes à unes : elle avait soif, et avait besoin de cette personne pour satisfaire ses pulsions grandissantes.

Alcoolisme, curiosité, sexe, fatigue, énigme...tout ce mélange qui composait à ce moment l'esprit vil de l'Ulfurbe fit baigner son corps dans une nervosité qui lui était propre, provoquant parfois les crispations de ses muscles qui animaient ses gestes.  

-J'ai une question...dit-elle d'un air narquois en ouvrant la bouteille. Quel est votre race ? Oh non ! J'ai mieux ! Pourquoi cachez-vous votre visage ainsi ? Allez, ne soyez pas timides ! Un éclat de rire ponctua son exclamation. Bientôt le soleil se couchait. La bouteille quant à elle, offrait à la gorge de la jeune femme ses premières gouttes brûlantes. -Je vous en prie, servez-vous...fit-elle en passant son dernier achat. Elle était de plus en plus amusée. Qui sait...peut-être allait-elle passer une bonne soirée malgré l'ennui que lui procurait  ce traquenard d'illusions...Que pouvaient-elles faire d'autres ?

671 mots


Dim 4 Juin - 16:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 63
La jeune femme n'était pas complètement à l'aise dans cette maison mais elle ne pouvait pas encore dire si c'était son absence d'occupant et de toute trace d'occupation ou la simple présence de l'ulfurbe à ses côtés. Dans un cas comme dans l'autre, elle ne parvenait pas à complètement se détendre... Elle en ressentait d'autant plus l'absence de Kochka qui était allé explorer les étages, se sentant presque vulnérable sans son ange gardien à poils. Mais la jeune femme n'allait pas laisser sa compagne de galère voir son malaise et elle prit donc sur elle pour ne rien laisser transparaître.

-Je crois que tout dérangeant que cela soit, je préfère encore une absence de traces plutôt que de trouver les restes d'autres personnes qui se seraient perdues ici...

La jeune femme eut un rapide sourire en coin avant de remettre la bride à son imagination. La situation n'était déjà pas idéale, il était inutile qu'elle ne l'empire avec les différents scenarii qui trainaient dans son esprit. Le plus récent tendait à comparer ce village abandonné aux fleurs carnivores que l'on pouvait croiser dans certaines forets... Les différentes maisons devenant les éléments de digestion. Un concept probablement très intéressant mais pas vraiment propice à une nuit reposante...

En tous cas l'ulfurbe avait enfin rangé son arme, si elle pouvait se fier au bruit distinctif de frottement qu'elle avait perçu, ce qui voulait dire qu'elle lui faisait relativement confiance. Suffisamment pour ne pas se promener constamment une lame au clair... Ainsi que pour lui donner un nom. Naya... Amusant que cela soit l'anagramme de son propre nom, à moins que cela ne soit l'inverse ? La jeune femme s'installa à son tour à la table, masquant un soupir de soulagement lorsqu'elle fut enfin à même de relâcher la tension dans ses jambes ainsi que la vigilance constante nécessaire à ses déplacements.


-Je dirai que cela fait un peu plus d'une demi-journée... Le soleil n'était pas encore à son zénith lorsque j'ai quitté la route principale... Bien qu'elle ne puisse le voir, l'esdere fronça les sourcils, réfléchissant. Personnellement j'ai suivi une odeur de pain chaud, mais je ne me souvenais pas que quelqu'un m'ait parlé d'un village dans les environs. Et vous ?

Peut-être qu'en comparant leurs expériences, comment elles s'étaient retrouvées piégées dans ces rues, trouveraient-elles un début de solution ? Anya se tourna légèrement vers la source de chaleur qui venait de naître dans la pièce. Une sensation bien agréable après les heures qu'elle avait passé dans le froid à tourner en rond. Le soupire de contentement qu'elle laissa échapper était tout à fait sincère et une tension dont elle n'avait pas conscience quitta ses épaules. Cela dit elle ne baissa pas complètement sa garde en présence de Naya, cette dernière la mettant étrangement mal à l'aise par moment... Elle avait parfois un peu l'impression d'être une proie observée par son prédateur...

Kochka finit enfin par redescendre, visiblement bredouille dans ses recherches, et vint s'installer aux côtés de sa maîtresse. Toujours un peu suspicieux de cette inconnue qui venait subitement de s'inviter dans leur petit groupe, il ne la quitta pas du regard. Anya en profita pour le gratter derrière les oreilles, trouvant le geste étrangement apaisant. Quoi qu'il puisse arriver ce soir ou plus tard, elle ne serait pas seule à y faire face. Et si elle ne pouvait être complètement sûre des intentions de Naya, elle savait qu'elle pouvait vraiment compter sur le simédia...

Elle fronça le nez lorsque les effluves d'alcool vinrent flotter jusqu'à elle. Visiblement l'ulfurbe avait une façon bien à elle pour lutter contre le froid... Pourtant elle prit son courage à deux mains et prit une gorgée lorsque la bouteille lui fut proposée. Gorgée qui manqua presque de l'étouffer alors qu'une quinte de toux s'emparait d'elle. Visiblement la demoiselle n'avait pas la même expérience de la boisson que Naya... Elle repoussa la bouteille vers sa propriétaire légitime avec méfiance. Elle allait rester à sa propre gourde.


-J'ai tendance à rendre les gens mal à l'aise à cause de mes yeux... Je préfère éviter qu'on me lance des cailloux avant que je ne puisse me défendre. Elle eut un sourire en coin. Pour résumer, je souffre d'un délit de sale gueule.

705 mots
Mar 6 Juin - 10:55
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
- Il est vrai que la présence d'un village m'avait étonné moi aussi. J'ai pour habitudes de m'informer de là où je met les pieds et je n'avais jamais entendu parler d'un tel endroit. C'est en voyant les rues devenir sans fin que je compris pourquoi...

Ses yeux froids continuaient d'analyser l'encapuchonnée. Naya exhibait toujours un certains sourire au fil de la discussion. Elle remarqua ensuite que le simédia revenait. Dès lors, Anya avait tout de suite l'air plus rassurée. Il n'y avait aucun doute qu'ils nourrissaient une relation fusionnelle. Lorsque l'Edsere redonna la bouteille d'alcool en toussotant, Naya eut une mine déçue. Elle n'allait donc pas être une bonne compagne de boisson et cela lui parut fort dommage. La réponse de la femme cependant lui surprit. Son air narquois s'effaça alors rapidement pour laisser placer à une mine plus sérieuse. Cette Anya n'avait pas l'air d'avoir vécu des choses faciles. Aveugle et tremblante, elle en était jusqu'à cacher une partie de son visage dans l'espoir de mieux s'intégrer. Voilà l'image qu'elle s'était faite de la rouquine. L'Ulfurbe alors reprit une autre gorgée de liqueur et lui parla librement.

- Je ne peux pas me mettre à votre place, ce serait bien trop prétentieux de ma part. Donc je ne peux comprendre votre mal. Mais sachez que des affreux, j'en ai vu dans ma vie...Peu importe ce que vos deux globes réservent aux miens, vous n'aurez pas besoin de vous cacher ainsi avec moi.


Ces phrases étaient sorties naturellement. La femme rebut encore un coup après avoir dit sa pensée. Effectivement, pour elle, l'inconnue n'avait aucune raison de garder cette capuche encombrante. Autant car Naya avait été habitué à devoir passer outre la laideur d'une personne que car elle éprouvait une certaine curiosité. Le bout de tissu cachant ses yeux étaient comme une barrière entre les deux femmes. Pour l'Ulfurbe, si elle ne la retirait pas, jamais elle ne pourrait être totalement détendue avec elle. De plus, elle était vraiment très intriguée par l'apparence de ses yeux...Ses lèvres étaient tout simplement parfaites, impossible que l'opposé de cette perfection se trouve juste au-dessus !

Le regard de la brune tournait dans tout les sens. Elle scrutait la pièce en soupirant, comme pour chercher quelque chose qui lui permettrait de pallier son ennui. Le tapotement de ses doigts sur la table montrait une certaine impatience. Elle remarqua que la chaleur prenait de plus en plus de place dans l'endroit et ôta son gilet sombre. Elle avait alors seulement son chemisier blanc et n'avait nullement froid. Songeant alors à l'écart de température qu'elle et ses deux compagnons d'infortunes venaient de subir, elle réalisa.

- Ce n'est qu'une illusion, et pourtant...Cette chaleur...ces flammes ont l'air si réelles...Puis, en lâchant un rire vagabond, remarqua : A moins que ce ne soit que les effets de l'alcool ! Alors son regard gris se reposa sur Anya. Curieuse, ses pupilles vives trahissaient un certain engouement. l'Ulfurbe songea. Puis sa bouche espiègle s'anima de nouveau. Parlez-moi de vous...

Il n'était pas dans son habitude de mener la conversation. D'ordinaire elle ne faisait que subir ce qu'il se tramait autour d'elle donc cette situation l'amusait un peu...Cependant elle ne voulait pas non plus mettre mal à l'aise l'inconnue. Elle voulait juste la découvrir pour rendre les choses moins ennuyantes. Elle avait envie de partir certes, mais si elle pouvait au passage s'amuser avec une douce créature...

570 mots


Mer 7 Juin - 18:13
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Diapré :: Le Mont des Souvenirs-
Sauter vers: