[Quête Duo] Mage expert en séduction

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
D’une impulsion, Fyn jeta les trois balles de mousse une par une pour les cueillir avec ses pieds et commença à la faire voler dans les airs. Ni une ni deux, on salua sa performance par des applaudissements. Elle continua dix secondes puis rompit son équilibre d’une gracieuse torsion arrière. En se réceptionnant sur le sol, elle attrapa les balles de sa main gauche et le bâton de bois sur lequel elle était en équilibre avec la main droite. Des hourras s’élevèrent devant elle. Elle s’inclina, tout sourire, quitta le plateau pour revenir une seconde fois, puis une troisième et pour finir une quatrième. A la fin, les spectateurs se bousculaient pour lui tendre un peu d’argent, de la nourriture ou simplement la féliciter à grand renfort de chaudes poignées de mains ou accolades. Elle en en fut la première surprise. Non seulement elle avait amassée plus de curieux qu’à l’ordinaire, mais son numéro – qu’elle expérimentait pour la première fois devant un public – s’était formidablement bien passé. Aucun faux pas rythmique, aucune accroche lors des transitions, aucun coup de vent en traitre lors du final. Rien.

Il fallut bien une grosse demi-heure le temps de voir les gens retourner vaquer à leurs occupations. Une fois le dernier échange de remerciements, Fyn se retrouva avec un joli pécule ainsi qu’une tarte aux myrtilles qu’elle dévora sans retenue. La dernière bouchée avalée, elle soupira d’aise. Son corps était parcouru de tremblement, plus d’excitation que de fatigue. Elle se sentait ouverte, prête à escalader une montagne pour une nouvelle performance au plus proche du soleil et revenir sans que personne ne se soit rendu compte qu’elle était partie. Son regard traversa la foule qui se dissipait et s’accrocha sur quelqu’un accoudé contre un mur droit devant elle. L’espace d’un instant, elle se sentit happé dans ses yeux alors même qu’à cette distance, elle devinait à peine les traits de l’inconnu. Un étrange arc électrique grimpa du bout de sa queue jusqu’au sommet de son crâne quand il esquissa un mouvement. En le voyant s’approcher, Fyn sentit son cœur repartir dans une course folle. Grand et mince comme une tige, ses cheveux avaient la teinte étrange de l’océan et paraissaient presque s’iriser au soleil. Elle fut incapable de faire quoi que ce soit hormis le regarder s’avancer vers elle.

Arrivé à son niveau, il pencha légèrement le buste en avant.

-Bravo. Belle prestation tout à l’heure.

Sa voix coula dans ses oreilles comme du miel. Elle papillonna et se mit debout. Il la dépassait bien d’une tête.

-Ha ! Je… Oui ! Merci !

Elle sentit une note beaucoup plus aigüe qu’à l’ordinaire, sans savoir d’où pouvait lui provenir un tel engouement. Elle chassa une mèche rebelle de son visage en détaillant celui de l’inconnu. Taillé dans du marbre fut tout ce qu’elle put en dire. A croire qu’un maitre artisan était passé au moment de sa naissance pour lui donner les traits les plus anguleux qu’il était possible d’avoir. Pommettes saillantes, mâchoire ciselée, nez droit comme une flèche et la peau d’un blanc crème qui aurait fait passer celle d’un elfe pour un ramassis de crottin.

-Vous avez l’air fatiguée, je me trompe ?

Une nouvelle fois, une simple phrase fit naître chez elle des images qu’elle ne pensait pas capable de produire. Elle lui répondit dans une trille.

-Houlà, oui ! Ça fatigue ce genre d’exercice ! C’est pour ça que j’ai un peu chaud et que je suis toute mouillée !

A ce moment précis, elle vira pivoine et se pinça la lèvre.

-Enfin je veux dire… transpiration ! Ha ! Oui, c’est ça ! Je transpire beaucoup parce qu’il faut chaud !

D’un simple éclat de rire il fit fondre son malaise comme une peau de chagrin. Une sorte de bulle s’était créée entre eux. Fyn ne faisait attention à rien d’autre que lui et il lui semblait que c’était réciproque.

-Je peux peut-être vous offrir quelque chose ?

Ses oreilles tressautèrent.

-Hein ?
-Pour la prestation. Vous avez peut-être ce qu’il vous faut, cela dit.

Il désigna d’un coup de menton le chapeau à moitié rempli de pièces et de babioles. Même par ce simple mouvement il respirait à la fois la détente et la certitude. Deux choses qui faisaient cruellement défaut à Fyn à ce moment précis.

-Non, non, c’est pas grand-chose ça. Juste de quoi… Enfin, vous voyez. Pour vivre. Vous pensiez à quelque chose en particulier ?
-Pourquoi pas un verre ?
-Vous voulez m’offrir un verre ?
-De préférence avec quelque chose à boire dedans, oui.
-Ah ! Oui, oui, c’est sûr !

Elle rit nerveusement. A croire que son cerveau avait déserté sa boite crânienne. Elle lissa les plis de son pantalon.

-Ce soir au concert ?
-Pourquoi pas maintenant ?

Fyn se sentit presque défaillir. Une bulle d’air s’était logée dans sa gorge, poussée par le rythme anarchique de son cœur. Son corps lui hurlait l’affirmative mais quelque chose s’était bloqué avant même qu’elle ait pu formuler quelque chose. Pourquoi cet inconnu la poussait-elle à ce point dans ses retranchements ?

Post 1 : 848 mots !
Lun 22 Mai - 20:52
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 917
Mage expert en séduction

Aeronelle soupirait pour la deuxième fois. Elle s’ennuyait fermement pendant que Celaena s’occupait de leurs nécessaires de voyage. L’Esderes posait les yeux au loin, remarquant l’agitation qui régnait au centre d’une foule. Il n’était pas rare de voir des troubadours venir offrir leur art ici dans les rues de la plus grande ville des terres des rescapés. Tout cet art et animation était une bonne chose pour les enfants, parfois même une motivation qui offrait une passion qui allait durer à vie. Taralis était – malheureusement – trop réaliste pour se laisser avoir aussi facilement par des tours de passes, mais ceci ne l’empêchait aucunement de pouvoir profiter un peu du spectacle. Elle jette un coup d’œil à la grande blonde qui discutait de prix avec l’un des marchands du coin. L’Esderes soupirait pour la quatrième fois avant de rapporter son attention sur le visage de la Nanthun qui semblait tenir en équilibre sur son bâton. Elle était bonne, très agile et la rouquine était épatée de voir qu’on pouvait tenir sur une si petite surface. Il ne fallait pas oublier non plus que la renarde jonglait en même temps, c’était une tâche impressionnante et complexe.

‘’ Celaena, je vais voir la foire à spectacle… ‘’ Déclarait-elle ennuyer. L’Astre tournait immédiatement son attention sur elle, faisant signe au marchand d’attendre un instant. ‘’ Ne t’éloigne pas trop Taralis, j’ai bientôt terminé. ‘’ ‘’ Mensonge ! ‘’ Déclarait moqueusement Aeronelle en tournant les talons et en s’éloignant rapidement. La gamine, se frayait rapidement un chemin dans la foule, allant rejoindre la ligne de devant avec les enfants pour terminer de regarder la femme aux attraits animaux. Une fois le spectacle terminé, elle tapait à son tour des mains, saluant le talent de la jeune femme. Des enfants la bousculèrent sous la joie et Taralis remarquait au même moment un homme qui n’avait d’yeux que pour la femme-renarde. Peut-être que l’homme connaissait la femme ? Des connaissances, des collègues, peut-être même des amants à l’aura qu’il dégageait. C’était tellement puissant – malgré la distance et les gens – qu’elle ressentait un long frisson d’excitation. C’était une sensation étrange, parce que la gamine n’avait jamais connu le sens d’amour. On ne parle pas d’amour maternel ou même fraternel, mais plutôt celui que partagent un homme et une femme avec cette pulsion physique qui les attirait un à l’autre.

Maintenant malaisé par ce nouveau sentiment qui la rendait toute chose et qui lui donnait d’étrange sensation dans le ventre et le bas-ventre. Maintenant, presque horrifiée par les réactions de son propre corps, la rouquine revenait vers la renarde qui recevait maintenant un peu de monnaie. La rouquine plongeait les mains dans ses poches, fouillant un peu pour finalement trouver quelques petites pièces de bronze. Elle s’approchait à son tour de la renarde, offrant un sourire timide en jetant les pièces et murmurait rapidement avant de se sauver, sentant sur sa nuque l’approche de l’homme qui la chamboulait. ‘’ Beau travail. ‘’ Tout en s’éloignant rapidement, elle s’arrêtait à une petite échoppe en faisant à semblant de s’intéresser à la marchandise, mais elle observait l’homme et la renarde.

L’homme avait quelque chose d’étrange et de particulièrement attirant. Il était étrange de ressentir quelque chose d’aussi puissant sans même connaître l’homme en question et en observant la jeune femme, Taralis en conclus sait que même elle, elle le rencontrait pour la toute première fois. Aeronelle réalisait que l’homme semblait faire le même effet sur la Nanthun que sur elle-même et pendant un instant elle était tentée d’aller retrouver Celaena pour lui poser des questions sur tout ce qui se passait. Elle était sure et claire que sa mère aurait les réponses qu’elle désirait. De toute façon, Celaena était une adulte, elle avait donc de l’expérience dans ce domaine non ? Pendant qu’elle réfléchissait à ce qu’elle allait faire, le couple nouvellement formé ce m’était en mouvement, s’éloignant de la position de Celaena. Taralis se raidissait, réalisant qu’elle allait perdre sa chance d’en connaître un peu plus sur l’homme si elle ne réagissait pas immédiatement. Quelques secondes supplémentaires s’étiraient encore pendant qu’elle jetait des rapides coups d’œil entre Celaena et lui.

Finalement, elle réalisait quelque chose. Pendant que l’homme s’éloignait en compagnie de la Nanthun, l’effet qu’il avait sur elle semblait se calme et diminuer. Cette réalisation la rendait perplexe et elle en oubliait Celaena pour commencer à suivre le couple… Cet homme avait quelque chose de dérangeant et il était clair que la magie y était pour quelque chose. Et si cette femme avait le moindre risque d’être abusée qu’une quelconque manière, Taralis voulait être là pour lui apporter de l’aide… Pendant ce temps, Celaena terminait ses transactions et réalisait la fin du spectacle, mais surtout la disparition de Taralis… Dans un grognement sonore, elle attrapait la première personne qui était à porter. ‘’ Vous n’aurez pas vu une gamine rousse ? De cette hauteur, les cheveux longs sont bouclés... ''



823 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Jeu 25 Mai - 0:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Même les yeux fermés, Fyn aurait pu le suivre. Il ne s’agissait pas seulement de la fine flagrance boisée qu’il laissait derrière lui, mais de quelque chose de plus intime. Une sorte d’attraction à peine perceptible, comme un aimant entre eux. Quand il jeta un regard en arrière pour s’assurer qu’elle ne l’avait pas perdu dans la foule, elle feignit d’avoir aperçu quelque chose d’intéressant sur sa droite. Le simple fil qui se tissait à chaque fois que leurs regards se croisaient lui faisait perdre tous ses moyens. Pourtant elle recherchait presque systématiquement cette excitation en le dévorant des yeux jusqu’à ce qu’invariablement il ne tourne sa tête dans sa direction. Il la conduisit jusqu’à une petite terrasse peu fréquentée, juste en bordure de la place où elle s’était produite juste avant. De là, elle pouvait encore voir l’estrade et l’énorme clocher juste derrière. Installé juste devant elle, l’inconnu lui sourit et ajusta son pourpoint sombre sans un mot. Trépignant sur sa chaise comme si elle avait été sur des braises, Fyn se décida à briser ce silence assourdissant.

-Alors vous… Vous vivez ici ?
-Tout à fait. J’ai une petite demeure dans un quartier plus au nord… Attendez, je reviens.

Il se leva dans un souffle et passa juste à côté d’elle pour entrer dans une auberge un peu plus loin. Elle sentit quelque chose lui frôler l’épaule, ce qui ne manqua pas de faire réagir l’intégralité de son corps. Quand il fut hors de vue, elle s’épongea le front puis souffla. L’air lui paraissait déjà plus respirable et monde autour d’elle retrouva quelques couleurs. Ce répit fut de courte de durée car l’inconnu revint sans un bruit se rassoir, deux verres et une bouteille à la main. Elle ne l’avait même pas entendu.

-J’ai pensé que vous deviez avoir soif.
-Oh, oui ! Merci.

Ce dont elle avait soif en ce moment précis, elle n’en était pas sûre, mais elle apprécia le geste. Sa gorge était desséchée comme du parchemin et un verre n’avait jamais tué personne.

-Je ne pensais pas qu’ils offraient des bouteilles comme ça !
-Il faut juste savoir se montrer persuasif.

Il avait lancé ça sur un ton étrange, avec un soupçon de quelque chose d’inquiétant, mais sitôt qu’il avait souri, cette impression s’était envolée comme si elle n’avait jamais existé. Il remplit les deux verres d’un liquide mousseux, trinqua sans la lâcher des yeux et avala une brève gorgée.

-A peine assez frais. Vous m’excuserez.
-Pas besoin ! J’avais juste besoin de boire quelque chose de toute façon.

Elle trempa ses lèvres à son tour. La boisson glissa dans sa gorge et lui fit un bien fou. Sucrée avec une note d’orange plus que bienvenue. L’inconnu relança tranquillement la conversation.

-Et vous-même ?
-Juste de passage. Je n’aime pas rester trop longtemps au même endroit.
-Cela explique pourquoi je ne vous ai jamais vue. Sinon je suis sûr que je vous aurais remarqué.
-Pourquoi ça ?
-Parce que vous avez une très belle présence. Pas comme tous ceux qui se produisent habituellement par ici. Vous, vous vibrez avec la scène et vous transmettez ce pétillement à tous ceux qui vous regardent. C’est une qualité rare que d’être aussi… vivante.

Tout le corps de Fyn s’était figé devant le compliment. Les mots restaient à l’état de petites pensées vibrantes dans sa tête, incapable de prendre forme et sa respiration s’était arrêtée, au contraire de son cœur qui menait une valse endiablée dans sa poitrine. Une bouffée de chaleur lui remonta le long du ventre pour poindre sur ses joues. L’inconnu inclina légèrement la tête sur le côté.

-Je suis désolé si ce que j’ai dit vous semble étrange. Je tenais simplement à vous dire que j’ai vraiment aimé votre spectacle.

Il cligna des yeux et Fyn retrouva le contrôle de ses membres. Elle hocha simplement la tête et termina son verre d’une traite sans trop s’en rendre compte. Il ne sembla pas s’en offusquer et lui servit un autre verre en lui parlant.

-Moi-même j’écris de petites choses de temps en temps pour m’évader. Créer un autre univers et me plonger dedans sans retenue, vous voyez ?

Il reposa la bouteille et continua.

-Mais dites-moi, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ? La vie de saltimbanque est loin d’être la plus facile.

Et le temps s’évapora comme une nuée de parfum. Elle lui parla sans retenue de son enfance dans une cabane suspendue à Eleshyë, de Domino et de toute une ribambelle d’anecdotes sur ce qu’elle avait rencontré sur les routes. Elle lui montra même Dame Chance, chose qu’elle n’avait encore jamais fait avec qui que ce soit compte tenu de la valeur de la pièce. En la saisissant du bout des doigts, l’inconnu avait frémi et affirmé qu’il s’agissait là d’un objet extrêmement précieux dont elle ne devait jamais se séparer. Sans s’ennuyer de ce qu’elle disait, il s’intéressait au moindre détail, lui demandait de précisions, la poussait à révéler ses vrais sentiments sur tel ou tel sujet, sans jamais la juger. Plus qu’une oreille attentive, il était l’auditeur le plus engagé avec lequel elle ait pu discuter. Au final, ils avaient terminé la bouteille et Fyn commençait sérieusement à se sentir plus légère que d’ordinaire.

-J’ai une idée ! Et si on allait danser maintenant ?
-Le concert n’est pas encore commencé…
-Tant mieux comme ça on aura plus de place pour faire des trucs ! Allez !

Elle l’attrapa par la main et l’entraina vers l’estrade où les musiciens devraient se produire un peu plus tard. Peu sûre de ses appuis, elle s’en amusa dans un premier temps avant de bousculer quelqu’un. Elle s’agrippa sur la personne, un petit bout de femme rousse aux yeux gris.

-Oh, pardon ! Je suis… désolée ! Mais… Ah ! Je te reconnais ! Tout à l’heure… Merci pour les sous ! Tu viens pour le concert aussi ?

Post 2 : 975 mots !
Ven 26 Mai - 19:09
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 917
Mage expert en séduction

Tout se passait très bien en ce moment. Taralis qui suivait le plus subtilement le couple nouvellement formée. C’était étrange à observer, les gens qui étaient autour d’eux semblaient tout naturellement changer de direction, dévier leur course pour éviter de les toucher ou même les bousculer. Ce n’était pas comme s’ils ressentaient du dégout ou était dérangée par la présence, ça se faisait tout naturellement, voir inconsciemment. Maintenant, Aeronelle en était sûre l’homme utilisait une quelconque magie qui affectait l’aura autour de lui. Un contrôle des sentiments ? Des illusions ? Taralis se grattait la tête, ce n’était pas elle l’experte en magie mais plutôt Celaena. Devait-elle maintenant aller chercher sa mère ? Lui parler de la situation. La supplier d’intervenir. Elle ne le faisait pas spécialement pour la Nanthun – qu’elle ne connaissait pas encore -, mais plutôt sur le fait que si l’homme utilisait une quelconque magie dans les terres du rescapé, il était un danger ambulant. Cependant, elle hésitait à quitter le couple et si elle perdait leur trace. Celaena finirait bien par réalisée qu’elle n’était plus là et viendrait elle-même la retrouver. Maintenant satisfaite de sa conclusion, elle revenait sur la table où ils avaient eux-mêmes t place. À son tour, elle prenait une place à l’une des tables du bistro.

Elle se tenait le plus loin possible du couple, un serveur venait la rejoindre. ‘’ Je peux prendre votre commande. ‘’ Demandait la voix masculine. La gamine levait les yeux sur l’homme qui avait une apparence agréable. ‘’ Heumm… Un verre de jus ainsi qu’un simple sandwich ? ‘’ Déclarait-elle hésitante. Elle jetait des rapides coups d’œil à gauche puis à droite pour voir de quoi avaient l'air les repas où commodités et une chance pour elle, elle ne semblait pas trop dans le champ. ‘’ Autre chose ? ‘’ Demandait le jeune homme avec un magnifique sourire en la dévisageant. Taralis se sentait quelque peu inconfortable devant la légère insistance du jeune homme. Non pas qu’il était déplaisant, loin de là même, mais elle n’avait pas réellement la tête – et l’intérêt - aux activités de rapprochement entre deux personnes. Elle passait timidement une main sur son visage, chassant quelques mèches rebelles et murmurait. ‘’ Il y a quelque chose sur mon visage ? ‘’ Le jeune homme écarquillait quelque peu les yeux, visiblement surprit. ‘’ Je non, je me disais juste que vous aviez les plus beaux yeux que je n'avais jamais vus

Cette fois-ci, Aeronelle restait bouche-bée… C’était une blague, pas vrai . Ce gamin ne venait pas de lui faire un compliment… Si ? Sans le réaliser immédiatement, ses joues pâles étaient colorées par un doux rouge, si Celaena avait été présente, elle aurait surement fait une syncope et sauté à la gorge du gamin qui faisait de l’œil à son bébé. ‘’ Je… Merci… ‘’ Murmurait Taralis en tripotant maladroitement ses doigts. Malheureusement, l’Esdere n’avait aucune expérience pour ce qui était de charmer quelqu’un ou même comment réagir à ce genre de situation. Le jeune serveur, affichait un large sourire confiance. ‘’ Je reviens rapidement avec votre commande Mademoiselle. ‘’ C’est que le gamin savait comment si prendre et pendant un instant, que c’était l’autre homme qui l’avait également ensorcelée. ‘’ Aeronelle… Et vous êtes. ‘’ Le jeune homme affichait un nouveau sourire, visiblement satisfait de sa question. ‘’ Moriarty. Je serais votre serveur et accompagnateur si vous le désire… ‘’ Sur ces dernières paroles, il tournait les talons pour se diriger vers l’intérieur de du petit restaurant.

Taralis eut toujours juste le temps de voir l’homme qui accompagnait se lever, aller directement au bar, échangé à peine un mot. Le serveur de l’autre côté du Bar lui semblait agir étrangement, comme si quelque chose dans les mots du mage – parce que clairement c’était un mage – l’avait fait automatique ce retourner et attraper une bouteille de verre et la tendait au mage. L’homme se retournait aussi facilement à sa table avec deux verres de vitre qu’il avait pris sur le comptoir. Taralis était épaté de la rapidité et de la facilité avec laquelle il avait agi. Ils échangèrent encore des mots que ne comprenait pas l’Esdere – elle n’avait pas les oreilles magiquement augmentées – avant que Moriarty ne revenait avec sa commande. Il lui tendait son assiette et son verre, ainsi qu’une petite brioche sucrée. ‘’ Le dessert est de la part de la maison... ‘’ Taralis rougissait encore une fois, remerciant le jeune homme. Elle tirait de sa poche deux pièces d’argent. Elle savait que c’était trop, mais il avait été si gentil… Et elle était encore trop influençable pour le réaliser. Cependant, son envie de continuer à surveiller le couple était encore trop grande pour complètement l’amadouer.

Ainsi donc, une fois débarrassée du jeune et adorable serveur, elle revenait sur le couple. Tout en scrutant le couple, elle attrapait son repas, mordant dedans à pleine dent. Il était très bon et avait un petit quelque chose de spécial. Elle attrapait son verre et en buvait une très longue gorgée. Le breuvage était tout simplement exquis, une touche de fruit avec des petites bulles. Mélangé avec le sandwich, c'était encore meilleur. En moins d’une minute, elle engloutissait le sandwich et avait presque terminé son verre. Le jeune homme revenait avec une bouteille, remplissant son verre. ‘’ Le repas vous a plu. ‘’ ‘’ C’était succulent, l’un des meilleurs sandwiches que je n'ai jamais mangé. ‘’ S’émerveillait joyeusement en lui offrant un large sourire. ‘’ Vous m’en voyez ravie Aeronelle. ‘’ Une petite incertitude s’installait sur son visage puis finalement il se lançait à l’eau. ‘’ Dites, vous seriez intéressée à aller au concept avec moi ce soir. Vous me semblez très gentille et… ‘’ Terminait-il en laissant sa phrase en soupent. ‘’ Je… Oui ! Avec plaisir ! ‘’ S’exclamait-elle heureuse. Mais que lui arrivait-il ? Est-ce que la magie de l’homme était encore en action ? Moriarty laissait échapper un large sourire sur ces lèvres.

Au même moment, le couple se levait, la Nanthun semblait entrainer à nouveau la mage vers la place du concert. En moins de deux, Taralis avalait son verre et attrapait sa brioche. Elle laissait un large sourire illuminer son visage avant de dire. ‘’ Je dois y aller, mais on se retrouve près de la fontaine . ‘’ ‘’ Oui, aucun problème. ‘’ Déclarait joyeusement Moriarty. Et sur ses dernières paroles, elle prenait la poudre d’escampette vers le concept. Tout en courant, elle cherchait du regard la Nanthun et son compagnon, malheureusement pour elle, c’était la femme qui la trouvait en premier. Elle eut tout juste le temps d’attraper, ou c’était l’inverse, elle n’était vraiment plus trop sure au vu des circonstances. La voix familière de la Nanthun s’élevait, elle donnant la chair de poule. ‘’ Oh… Oh… Aucun problème… Ça arrive à tout le monde de faire des erreurs… Je, oh… Ça a vraiment fait plaisir… Quand on travaille dure pour les avoirs… Sinon… Oui je suppose que je suis là pour le concept… Et vous ? ‘’ Terminait-elle en bégayant maladroitement.

Elle évitait à tout prit se regarde l’homme dans les yeux, déjà que sa proximité la mettait dans tous ces états. La tête presque penché vers l’avant, elle fixait la broche qui était accrochée à sa chemise, s’il utilisait la moindre magie défensive, le bijou brillerait bleu et si elle était offensive elle brillerait rouge. Plus que jamais elle espérait que Celaena arrive rapidement et la trouve....



1246 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Dim 28 Mai - 23:22
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Derrière Fyn, l’inconnu s’était légèrement pressé contre son dos, son pourpoint effleurant à peine ses propres vêtements. Une telle proximité bloqua intégralement son cerveau le temps d’un souffle et elle dut faire un effort colossal pour reprendre une constance normale en répondant à la petite.

-Oui ! A l’origine je venais juste pour faire deux trois cabrioles mais maintenant je me dis que bon…

Elle laissa trainer sa voix en haussant négligemment des épaules. L’inconnu se pencha légèrement en avant par-dessus son épaule.

-Nous allons passer un petit moment ensemble et je pense que la musique complètera à merveille ce que les yeux peuvent contempler.

Fyn rit nerveusement. Quelque chose de mécanique, pas du tout assumé, censé chasser une gêne extrême qui envahissait tous ses membres. Elle entendait clairement son souffle mesuré et ample à deux pouces de ses oreilles et respirait le même air que lui, doucement parfumé à la châtaigne, au point d’en oublier qu’elle était une personne à part entière. Et puis elle sentit ses doigts se caler entre les siens. Le contact de sa peau fraiche la fit frissonner, alors qu’il s’adressait à la petite rousse.

-Vous voulez plutôt nous laisser seul, non ?

Dans le champ de vision brouillé de Fyn, une pépite carmine brilla soudainement. Elle cligna des yeux, une fois, deux fois, inspira et un verrou sauta. L’inconnu s’était décroché d’elle et sa raison lui obéissait à nouveau. Son attention capta une petite broche sur la chemise de la petite rousse. Elle virait rouge, comme chauffée par un soufflet de forge invisible.

-C’est joli ce que tu portes là !

Elle tourna la tête vers l’inconnu. Ses yeux verts luisaient avec une drôle d’intensité, quelque chose qu’elle n’avait pas encore remarqué jusque-là, alors qu’il fixait la fillette devant lui. Et puis aussitôt qu’il braqua son regard sur elle, l’impression s’envola comme poussière au vent. Ses traits se détendirent et en un sourire, il fit voler en éclat toute naissance de suspicion.  

-Une bien belle broche, en effet.

Un ton légèrement décalé. Cette fois, elle avait clairement entendu ce faux-pas d’intention, comme si sa voix était partie dans une direction où sa conscience ne l’attendait pas. Fyn s’avança vers la fillette.

-Tu as peut-être une maman qui t’attend, non ? Nous on va aller danser mais on se revoit peut-être tout à l’heure !

Elle ébouriffa les cheveux de la petite et repartit vers l’estrade des musiciens, cette fois sans oser prendre la main de l’inconnu. Elle n’avait pas besoin de se retourner pour savoir qu’il la suivait comme son ombre. Une sorte de ligne les maintenaient connectés là où les sens ne le pouvaient. Car maintenant qu’elle ne le voyait plus, elle se rendit compte qu’elle ne pouvait ni l'entendre ni le voir. Il y avait certes une certaine agitation alentour qui pouvait polluer ses perceptions, mais cela ne l’avait jamais empêché jusque-là de détecter la présence de quelqu’un simplement en se concentrant dessus. Là, rien. Pas de claquement de chaussures sur le sol, pas de respiration, pas de présence, plus d’odeur même. Une impression étrange naquit dans son ventre alors qu’elle se plaçait un peu en retrait de l’estrade des musiciens. L’inconnu se plaça devant elle, un sourcil levé.

-Vous êtes un peu pâle. Que vous arrive-t-il ?
-Le vin sans doute !

Elle tenta bien de forcer un rire mais rien ne sortit. Un pauvre rictus bien trop robotique pour être crédible. Sa tête bourdonnait désagréablement, elle commençait à se sentir nauséeuse.

-Regardez-moi… Respirez… Doucement… Regardez-moi, tout va bien se passer…

La première fois elle avait résisté. Mais ce qu’il dégageait fit vibrer en elle une corde qui ne put que se tendre et entrainer à nouveau ses yeux dans les siens une fois qu’il lui avait demandé de le regarder une seconde fois. Ses inquiétudes, la boule dans son ventre, la sueur qui perlait sur son front, il sembla tout absorber comme une éponge. N’existaient que sa voix et sa bouche aux dents d’ivoires.

-Voilà. Vous vous sentez mieux ?
-Oui. Oui, je crois.

Une petite bête en elle remarqua le ton faussement convaincu qu’elle employait. Une sorte d’écho qu’elle lançait du fond d’un abime sombre où elle se trouvait réellement. Mais quand il parla à nouveau, le doute s’évapora.

-Nous devrions peut-être trouver un endroit où nous reposer, vous ne pensez pas ?
-Non. Il y a… la fête. Le concert. Et la musique aussi…
-Vous ne profiterez de rien dans votre état. Laissez-moi m’occuper de vous.

L’imaginaire de Fyn s’emballa sitôt que ces mots quittèrent la bouche de l’inconnu. Ce qu’elle voyait n’était pas clair mais hautement chargé d’une intensité qu’elle se croyait incapable d’éprouver pour un homme. Incapable de décrocher de son regard elle hocha vaguement de la tête.

-Bon d’accord. Allez-y, je vous suis…

Post 3 : 794 mots
Spoiler:
 
Mer 7 Juin - 18:13
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 917
Mage expert en séduction

Quand l’amulette s'était mise à briller d’un rouge vif, Aeronelle avait senti son sang faire un tour dans ses veines. L’adrénaline avait été rapidement injecté dans son sang et elle avait eu l’impression que tous ses sens s’étaient brusquement décuplées. Ainsi donc cet homme était capable d’utiliser la magie en pleine ville et il ne s’effondrait pas sous la résistance des humains. À cette seule pensée, Taralis prenait peur, comment c’était possible ? Est-ce qu’il utilisait des objets à la place de magie pure ? Dans tous les cas, cet homme avait subtilement essayé de l’attaquer et il c’était raviser quand il avait vu son amulette briller. Pendant un instant, elle soutenait tout de même le regard de l’homme, brillant de défi. Elle était maintenant décidée, elle ne pouvait pas laisser cette femme aux mains de cet homme qui n’avait aucune bonne intention, sinon pourquoi user de magie pour séduire ? L’exclamation de la femme ramenait Taralis au moment présent. Joli ? Oui, il était vrai que sa broche était belle, autant plus qu’elle était faite par la main d’une Lië'ja. À ce simple souvenir, elle sentait l’émotion revenir en force en elle, mais elle la chassait rapidement, ramenant son attention sur la femme. ‘’ Effectivement, c’est un cadeau d’une amie… Elle me permet de… ‘’ Elle n’eut même pas la chance de terminée que la Nanthun lui ébouriffait les cheveux en déclarant sa sortie.

L’Esdere en restait bouche bée. Cette femme ne lui avait même pas laissé le temps de terminer qu’elle quittait déjà. Une moue boudeuse prenait place sur le visage de Taralis, déjà qu’elle n’appréciait pas qu’on la touche, elle avait été infantilisé en plus. Il y avait de quoi à être frustré. Elle l’observait s’éloigner vers l’estrade en compagnie de l’homme. Toutefois, quelque chose semblait avoir changé, cette fois-ci, elle ne lui tenait plus la main et gardait une petite distance entre eux, mais pour combien de temps ? Taralis ignorait complètement comment elle devait agir et faire en ce moment même. Que ferait Celaena dans ce genre de situation… La première idée qu’elle eut serait de foncer dans le tas, mais attaquer un homme en pleine rue n’était une bonne idée… Ensuite vient la traquer pour observer et attendre le moment propice pour agir, mais elle trouvait cette solution dangereuse en soi… Mais en même temps, avait-elle d’autre choix ? Celaena ne semblait toujours pas en vue et la situation devenait de plus en plus inquiétante aux yeux de la rouquine.

Maintenant que l’homme savait que quelque chose clochait, peut-être qu’il allait agi plus rapidement. Ce qui dérangeait le plus Aeronelle, était qu’elle ne savait pas comment tout ceci allait finir ou même si la situation allait déraper. Mais que faisait donc Celaena ? Tout ce qu’elle pouvait faire en ce moment c’était de continuer à les suives…


Pendant ce temps…

La blonde observait le jeune serveur qui essuyait nerveusement ses mains sur son pantalon sombre. ‘’ Une petite rouquine vous avez dite. ‘’ Le gamin, semblait de plus en plus nerveux devant l’air froid que lui offrait la grande blonde. Il était clair qu’il était intimidé par sa présence. Il était vrai que Celaena n’avait aucun contact social et qu’elle ne cherchait pas non plus à le changer. Elle faisait simplement ce qu’elle avait à faire et c’était tout. ‘’ Oui, de cette grandeur, une tignasse en bataille et des yeux vers sauvage… ‘’ Le jeune homme dégluti un peu et elle comprit qu’il la connaissait, ou du moins il l’avait vu ici-même. ‘’ Oui, j’ai bien vu quelqu’un de ce genre, elle est venu prise un petit repas à cette table là-bas… Elle m’a semblé suivre un couple… Et vous êtes. ‘’ Terminait-il en oubliant de lui dire qu’il avait un rencart avec elle. ‘’ Je suis sa mère, elle suivait des gens tu dis ? ‘’ Reprenait-elle un peu surprise en ignorant l’expression de totale surprise et d’incompréhension de Moriarty. ‘’ Vous êtes sa mère ? ‘’ Demandait-il incrédule. Tous ceux qui apprenaient ce fait, parce que bien sûr elle ne prenait pas le temps de préciser qu’elle était une mère adoptive, restaient surpris. Physiquement parlant, les deux femmes ne se ressemblaient en aucun cas. Celaena avait un corps élancé et svelte avec une chevelure blonde, pendant que Taralis était rousse et d’un gabarie petit. Cependant, Celaena poussait la ‘’blague " un peu plus loin. ‘’ Elle retient plus de son père que de moi. Tu as vu par où elle est partie ? ’’ Reprenait-elle presque amusée et ennuyée par le jeune homme.

Il hochait manuellement la tête, pointant dans une direction. Son expression n’avait toujours pas changé et l’Astre allait tourner les talons quand quelque chose venait taquiner faiblement son esprit, des échos de pensées. ‘’ Par Tamiel, angel of the unseen… ‘’ Soufflait-elle lentement. Il était assez difficile de bien manipuler sa magie ici présente. Même si les Esderes faisaient attention à ne pas tuer chaque être magique qui pénétrait dans leur ville due à leur résistance anti-magique, il y avait quand même des individus qui n’avaient pas encore été capables de bien contrôler sa résistance. C’était un phénomène encore jeune et inexpliqué. Elle ramenait son regard sombre sur lui, l’observant sans la moindre gêne avec une nouvelle lueur d’intérêt dans les yeux. ‘’ J’espère que tu viendras toujours à la fête ce soir . Il serait dommage que Taralis se retrouve dans cavalier. Je ne serais pas celle qui t’empêchera de la faire danser… ‘’ Déclarait-elle sur une note plus douce et sous l’air encore plus surpris et perturbé de Moriarty, elle quittait dans la direction qu’il lui avait donnée.



938 Mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Lun 12 Juin - 13:18
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Fyn suivait l’inconnu aux cheveux couleur embrun l’esprit étrangement vide. Tout lui parvenait avec une platitude extrême. Les couleurs paraissaient plus ternes, les sons comme pris dans de la colle, les odeurs masquées par une flagrance permanente de rien. Ses membres s’agitaient mécaniquement sans même qu’elle ait à produire le moindre effort conscient pour les mettre en mouvement. La seule chose qui lui paraissait plus nette était le cou de l’inconnu qu’elle fixait sans vraiment le voir. Parfois, il se tournait comme un spectre, envoyant une décharge électrique dans son corps à elle, et reprenait tranquillement la marche après lui avoir susurré des mots dont elle ne captait rien. Mais bien que son esprit fût présentement semblable à une mer étale, une boule de nerf remuait dans les tréfonds de sa conscience. Engluée comme elle pouvait l’être, Fyn n’en avait qu’une conscience approximative et même si elle avait voulu porter son attention dessus, les forces lui auraient manqué pour comprendre ce dont il s’agissait. Un instinct bestial implorant qu’on le sorte de là.

L’inconnu traversa tranquillement les rues les plus occupées de la ville, prenant même parfois le temps d’interroger un ou deux marchands, d’échanger quelques plaisanteries avec des passants, le tout dans une parfaite maîtrise de lui. Quand il agissait ainsi, Fyn se sentait peu à peu revenir à elle-même, mais l’impression était bien trop fugace et sitôt qu’elle  la remarquait, l’inconnu reprenait son chemin et la brume l’enveloppait à nouveau. Après un temps qui sembla durer une journée entière, il l’entraina devant une maison semblable à toutes les autres. Dans une ruelle légèrement excentrée avec un petit parterre de fleur et une arcade de lierres surmontant une lourde porte en chêne passif. Devant l’entrée, l’inconnu se tourna vers Fyn et étala un sourire sur son visage.

-Vous ne vous sentez pas très bien, j’imagine ?

En guise de réponse, elle déverrouilla légèrement son cou en signe de dénégation.

-Je vois. Peut-être préférez-vous rentrer ?

Elle ne dit rien. L’inconnu se tourna vers la porte et fit jouer les clés dans la serrure. Sitôt le premier déclic résonnant dans l’air, le cœur de Fyn s’emballa.

-Non.

Très lentement, il se tourna vers elle.

-Pardon ?
-Quoi ?

Ils avaient parlé en même temps. Le silence qui s’installa entre eux prit une consistance presque solide alors que l’inconnu la perçait du regard avec une drôle de lueur. Son visage était figé dans une expression qui se voulait amicale mais Fyn vit cette fois-ci que ses yeux ne souriaient pas comme sa bouche. La petite bulle en elle remua, même quand il s’adressa à nouveau à elle.

-Vous ne voulez pas entrer ?
-Non.

Son corps devançait son cerveau. Elle ne pensait à rien d’autre à qu’à ses deux yeux verts qui s’étaient durcis.

-Je ne veux pas entrer.
-Pourquoi cela ?
-Parce que. C’est tout.

Ses doigts commencèrent à la démanger affreusement. Elle sentit même son front s’humidifier et sa queue remuer derrière elle en même temps que la petite bête au fond de sa tête. L’inconnu se détacha de la porte pour se placer juste devant elle. La brume menaça à nouveau de l’envelopper alors qu’il fit glisser sa main le long de sa joue. Au lieu d’un frisson de plaisir, ce fut le dégout qui grimpa en elle.

-Laissez-moi.

Il n’en fit rien. Un courant passait le long de ses doigts pour se perdre dans sa tête à elle, comme des griffes cherchant à atteindre ce qu’elle avait de plus profond en elle. C’était trop pour la bulle qui éclata sitôt qu’il pensa s’en saisir.

-Au secours ! A l’aide ! Je suis…

L’inconnu lui empoigna fermement les joues d’une main et ce geste fut suffisant pour la réduire en silence. Elle se sentait mal, son esprit se délitait alors que lui brillait de plus en plus de fureur. Elle aurait voulu lui vomir à la figure mais ne put rien faire d’autre que lutter intérieurement pour ne pas le laisser étouffer son esprit.

Post 4 : 670 mots !
Sam 24 Juin - 15:40
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: