[Quête d'Artefact - Solo] Trouver le Gant d'Arinaël

 :: Le Continent Sacrifié :: Le Berceau des Merveilles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Consciem - III
Parchemins : 1101
Est-ce qu'elle s'était une seule fois imaginer que retrouver le mystérieux Gant d'Arinaël serait facile ? Non, bien entendu. Si personne n'avait pu mettre la main dessus depuis sa disparition c'était qu'il était excessivement bien caché. Néanmoins, elle pensait que ce serait tout de même un tant soit peu plus facile en découvrant qu'elle avait eu le nez creux en commençant son enquête par la Terre des Rescapés. Sa chance avait atteint des sommets avec Charles.

Mais cela faisait maintenant deux semaines qu'elle avait récupéré les cartes et qu'elle planchait dessus pour découvrir le secret caché derrière les codes utilisés par le mystérieux voleurs. Heureusement pour elle, Charles lui avait mâché le travail en lui révélant certaines informations. Elle était loin d'être idiote et avait associé la révélation de Charles aux dernières indications codées. Elle ignorait la nature des créatures qui gardaient l'accès au trésor, mais elle avait comprit à son tour  que la « sorte de pacte » était en réalité une alliance. Quel genre d'alliance ? Ce n'était pas précisé. Seulement, il y avait une chance qu'après tout ce temps, les créatures n'ait plus eu de raison de continuer leur travail si tel était le cas.
Il lui restait donc à comprendre les indications en lien avec la localisation du trésor et à reconstituer une sorte de puzzle qui devait, au bout du compte, être une carte de la région.

Solyane soupira. Même avec l'aide d'une carte du Continent Sacrifié, il lui était tout simplement impossible de parvenir à un résultat concret avec la carte. Loin d'être idiote, elle avait mis ça sur le compte du fait que, plus de cent ans plus tôt, les lieux ne devaient pas ressembler à ce qu'ils étaient aujourd'hui. Mais il était impossible de trouver des cartes aussi vieilles. Jusqu'à ce qu'elle parvienne enfin à résoudre ce casse-tête.
Avec une pointe d'amertume, elle songea à Alicia. La jeune femme avait toujours aimé les énigme et il n'y avait pas meilleur qu'elle pour ce genre de chose. Seulement, aujourd'hui elle était morte et Solyane devait bien se débrouiller seule. Sans compter qu'elle n'avait pas l'intention de faire savoir à quiconque qu'elle était à la recherche d'un puissant artefact. La seule personne en qui elle pouvait avoir confiance était Locke et il ne lui serait d'aucune utilité pour la résolution de son problème. Non pas qu'il ne soit pas intelligent. Mais il n'avait aucune patience, ne tenait jamais en place et n'avait tout simplement aucun intérêt pour les choses anciennes. En ce qui concernait Charles, il s'agissait d'une véritable tombe lorsqu'il s'agissait de ses clients. A moins d'être payé suffisamment cher pour livrer des informations sur leurs comptes.

Abandonnant la partie avec la carte absconse, Solyane revint à la longue charade :

« De la protection en maille du chevalier,
Ne reste, pour mon premier,
Que la syllabe n'évoquant pas
Ce qui est le contraire du bas !

C'est dans mon deuxième que l'on met
Lorsqu'on veut en transporter
Au choix, de l'eau ou bien du lait.
L'anse est là pour ne pas renverser.

Qu'ils soient marins, voleurs ou accros
Ils admirent et craignent le sort de mon troisième.
Qu'ils roulent et tombe, c'est au repos
Qu'avec leur faces commencent solutions et problèmes.

Entre les Continents, elle fait le pont,
Des Nagas elle est la maison.
Ma quatrième est en réalité
Aussi calme, qu'agitée.

Mon dernier ne se laissera pas surprendre
Car ce n'est ni aujourd'hui, ni demain
Qu'il faut chercher à le comprendre.
Si vous êtes un tant soit peu malins.

Saurez-vous trouvez mon tout ?
Cerné par les méduses et les flots.
Mon trésor vous attend, fier filous.
Mon trésor, mon butin si beau ! »

Solyane, qui avait décidé de tout deviner d'un coup jusque là, décida d'aborder cette énigme là d'un autre angle. Un jour Alicia lui avait dit qu'une charade était comme un puzzle mais avec des mots. Chaque bout constituait en soi un morceau du puzzle final. Ils pouvaient donc être pris et examinés indépendamment les uns des autres. Le premier morceau qu'elle parvint à déchiffrer fut le troisième : « Qu'ils soient marins, voleurs ou accros
Ils admirent et craignent le sort de mon troisième.
Qu'ils roulent et tombe, c'est au repos
Qu'avec leur faces commencent solutions et problèmes. »

Pour elle qui en avait du des parties entières trouva la solution rapidement : des dés ! Elle s'empara d'une plume et griffona « dés » à côté du paragraphe consacré à ce mot. Vint ensuite : «  Entre les Continents, elle fait le pont,
Des Nagas elle est la maison.
Ma quatrième est en réalité
Aussi calme, qu'agitée. »
Elle n'avait jamais croisé de Nagas mais elle en savait un minimum sur leur race et, surtout, il n'y avait qu'une seule chose qui pouvait relier les Continents entre eux : La mer. Une nouvelle fois, elle inscrivit le mot sur le parchemin de la charade. En réfléchissant un peu, elle trouva finalement ce qui désignait : « C'est dans mon deuxième que l'on met
Lorsqu'on veut en transporter
Au choix, de l'eau ou bien du lait.
L'anse est là pour ne pas renverser. ».
Un seau, ni plus ni moins.

Elle possédait maintenant trois des cinq parties de la charade : seau, dés et mer. Avec un sursaut de stupeur et de joie, elle devina alors la localisation. Le berceau des merveilles ! Evidemment ! Tout le apparaissait plus clairement plus tard !

-  On ne peut surprendre quelqu'un qui veille. Si ce n'est ni aujourd'hui, ni demain c'était donc hier, donc la veille !! Quant au premier... Les chevaliers se protègent avec des armures. Et... Je crois bien qu'en dessous ils portent une cotte de mailles. Les mailles c'est bon mais... Ber... Ber... « Contraire de bas »... C'est haut !

Elle se tapa le front du plat de la main. Quelle idiote elle était ! La réponse était bien entendu « haubert » !

-  Bien ! Donc le trésor se trouve au Berceau des Merveilles. Fantastique ! Un endroit rempli de cavernes, de grottes et de lacs. Autrement dit au bas mot un bon millier de possibilités différentes.

Certes, elle avait fait des progrès. D'un Continent elle venait de réduire ses recherches à une simple région. Mais chercher un trésor là-bas revenait à chercher un enfant particulier dans la cité de la Terre des Rescapés. La carte devait donner des instructions plus claires. Maintenant qu'elle connaissait le nom de la localisation, elle recommença à déplacer les morceau de la carte pour essayer de reconstituer à peu près une carte de la région mentionnée par la charade. Mais Solyane n'était la meilleure topographe du monde.

Solyane se réveilla en sursaut en entendant des cris dans la rue. Une bande de gamins avait déboulé dans les pattes du cheval d'un marchant. Elle se frotta les yeux et fit jouer ses articulations. Son corps était endolori de s'être laissé surprendre par le sommeil. Puis elle s'étira complètement. Par l'interstice, elle vit que le soleil n'était pas encore au zénith mais il était suffisamment éloigné de l'horizon pour qu'elle sache qu'elle avait déjà dormi plusieurs heures de plus que son habitude. Elle reporta son attention sur le puzzle de la carte telle qu'elle l'avait laissé la veille.
Malgré la fatigue et la faim qui ne tarda pas à se faire sentir, elle décida de se remettre sur le puzzle. Elle ne réfléchissait même plus et bougeait les morceau de parchemins au hasard. Jusqu'à ce qu'elle commence à enfin apercevoir un sens aux traits dessinés.

Il lui fallut une bonne heure pour remettre les bouts de parchemins dans le bon sens. L'excitation grandissait en elle et lui donnait des fourmillements dans les doigts. Son cœur battait la chamade. Elle avait enfin réussi à mettre au clair les maigres indices qu'elle avait. Comme elle s'y attendait, la carte se montrait plus précise que la charade. Mais il fallait indubitablement avoir compris le sens de la seconde pour savoir ce que montrait la première. Mais un emplacement plus précis était indiqué sur la carte.

Le voyage jusqu'au Berceau des Merveilles ne fut pas évident à mettre en place. Mais ce n'était pas loin et surtout Solyane avait quelques pièces de côté pour louer un cheval, de l'eau et des vivres. Elle se fit une réserve de deux semaines, pour être large dans ses recherches. Elle ignorait, après tout, combien de temps elle allait mettre pour trouver le Gant ! Elle sentait que le but se rapprochait, mais elle ignorait encore tout ce qui l'attendait sur le chemin.

Les choses ne pouvaient pas se dérouler dans le plus grand des calmes, bien sûr. Le destin, ou l'âme de la défunte Arinaël, devait sentir qu'elle était à la recherche du Gant et s'évertua alors à placer sur son chemin toute les embuches possibles. Des brigands d'abord qui cherchèrent à la détrousser. Ils en furent pour leurs frais lorsqu'un groupe d'aventuriers passa et intervint. Malheureusement pour Solyane, si les nouveaux arrivants n'en avaient ni après sa bourse ni après son cheval ou ses vivres, ils furent particulièrement tentés par l'idée de passer du temps avec elle malgré ses refus répétés. Et lorsqu'elle planta une dague dans la main du plus entreprenant, elle fut contrainte de fuir pour leur échapper. Ils étaient bien plus lourdement armés qu'elle. Dans la forêt, elle tomba sur un Absolynthe qu'elle dérangea suffisamment pour qu'il décide de passer à l'offensive contre elle. Son cheval et elle furent blessés. Ce fut presque par miracle qu'elle parvint à rester sur le dos de l'animal paniqué. Lorsqu'il se calma, Solyane était tétanisée sur son dos.

-  Saleté de canasson ! l'invectiva-t-elle en se laissant tomber sans grâce sur le sol. Voilà pourquoi je déteste voyager sur le dos de ses trouillards sur pattes !!

Elle ne commença à décolérer que lorsqu'elle réalisa qu'elle était enfin au Berceau des Merveilles. Elle sortit alors le parchemin sur lequel elle avait recopier la carte obtenue une fois le puzzle résolu. L'original était précieusement dissimulé dans son Nid et sa copie finirait au feu une fois qu'elle serait en possession du Gant. Elle attrapa donc les rennes du cheval et avança, à pieds, pour se dégourdir les jambes et décrisper ses cuisses et ses fesses endolories.

Alors qu'elle suivait les instructions de la carte, elle ne put s'empêcher de se demander quelle créature avait pu accepter de sceller une alliance avec un Humain pour simplement veiller sur un trésor ? Ou encore, comment avait bien pu faire l'humain pour s'assurer que ses biens ne seraient pas volés par la dite créature ? S'il était véritablement un voleur, alors il ne pouvait pas s'agir d'une simple question de confiance. Pas pour quelque chose d'aussi précieux qu'un artefact Elfe. Non, il devait forcément y avoir autre chose. Des garanties supplémentaire. Peut-être dans les termes de l'alliance ?

Au bout d'un moment, elle atteignit le bord d'un immense lac. Au pied d'une cascade où s'élevaient plusieurs rochers, Solyane aperçut un groupe de jeunes gens s'ébattant dans l'eau en riant. Tout en eux évoquaient des êtres humains. Sauf la couleur bleutée de leur peau, et la teinte de leurs cheveux. Solyane s'arrêta, surprise. Il s'agissait sans nul doute là de créatures non Humaines. Mais jamais Solyane n'en avait vu de pareil. Les êtres étaient magnifique et la première émotion qui venait en les regardant était l'amusement. Ces êtres vibraient d'une joie et d'une espièglerie éclatantes. Comme des enfants pleins d'énergie. Ils étaient dotés d'une beauté et d'une grâce fascinante, malgré leur étrangeté. Solyane jeta un coup d’œil à la carte. D'après ses calculs, elle se trouvait au bon endroit. Et s'il y avait bien un endroit de Langzyliah qui n'avait pas dû changer en cent ans, c'était bien celui-là. Jamais l'homme n'avait essayé de remodeler ce paysage pour en faire un lieu de vie pour sa race !

« Peut-être la créature ayant conclu une alliance avec le voleur est-elle un membre de cette troupe ! »

Il n'y avait qu'un seul moyen d'en être sûre. Elle s'avança alors lentement, laissant le cheval derrière elle. Les êtres à la peau bleue s'arrêtèrent un moment pour la regarder. Passés un instant de surprise, ils explosèrent alors de joie. Des cris, des applaudissements des exclamations. Certains allèrent même jusqu'à faire des bonds dans l'eau et d'autres à danser. Jamais de sa vie Solyane ne se serait attendu à recevoir un tel accueil. L'un des êtres, qui avait l'apparence d'un adolescent, s'approcha d'elle et lui parla dans une langue incompréhensible. Voyant qu'elle ne réagissait pas, il répéta mais cette fois dans sa langue :

-  Tu es une Humaine ?
-  Euh... Oui !
-  Et tu es venue jusqu'ici pour nous rendre visite ?


Pendant un instant, Solyane se demanda ce qu'elle devait répondre. Elle opta pour une semi-vérité adoucie de compliments.

-  En réalité, pas vraiment ! Je suis à la recherche de quelque chose. Mais je suis heureuse de tomber sur des êtres tels que vous !

Une autre créature s'avança vers elle. Celle-là avait l'apparence d'une femme d'une trentaine d'année.

-  Tu ignores qui nous sommes, n'est-ce pas, Humaine ?
-  En effet. Je suis désolée mais je n'ai jamais croisé personne dans votre genre.
-  Le nom que nous nous donnons ne peut être dicté dans ta langue. Mais les tiens nous appellent « Hydris ». Nous sommes des êtres aquatiques. Et nous aimerions beaucoup que tu viennes jouer avec nous !


Solyane prit note mentalement de rechercher plus de renseignements sur ces êtres.

-  Ce serait avec grand plaisir mais...
-  Allons, viens ! Peu importe ce que tu cherches, nous pouvons t'offrir beaucoup plus. Joue avec nous et nous te ferons des cadeaux pour te remercier !


Les autres approuvèrent ces paroles et reprirent avec excitation la proposition de leur congénère. Une série de « Viens ! » enthousiastes pressèrent Solyane. Mais celle-ci, dont la méfiance naturelle revenait au pas de courses, pressentit qu'il était possible que les « jeux » de ces créatures ne soient pas à son goût.

-  Je cherche un objet particulier. Un Gant magique qu'un Humain a dû cacher ici il y a longtemps. J'ai de bonnes raisons de penser qu'il a demandé à l'un d'entre vous... Ou peut-être même à vous tous, de le protéger et d'empêcher quiconque de s'en approcher.

La joie et l'amusement des Hydris retombèrent un peu. Celle qui lui avait parlé se recula alors, de même que son compagnon plus jeune. Des chuchotements suivis d'appels s'élevèrent alors dans groupe. Quelques minutes plus tard, une nouvelle Hydris fit son apparition. Solyane en eut le souffle coupé. Plus grande et plus belle que les autres, elle avait la peau lisse mais dans son regard, on lisait la sagesse infinie de ceux qui ont une vie entière d'expérience. Peut être même une éternité dans le cas de cette créature. Pourtant sa peau était aussi lisse que celle d'une jeune femme et aussi bleue que celle des autres De très longs cheveux flottaient librement derrière elle, mêlant du vert et du violent.  Une robe blanche, sans manches ni bretelles, moulait son corps et flottait dans l'eau autour de ses jambes graciles. Si les Hydris avaient un système de royauté, alors celle-ci devait sans nulle doute être leur souveraine. Elle s'approcha de Solyane avec fluidité. Son regard intense donnait l'impression de tout savoir.

-  Mes compagnons m'ont prévenue. Alors le jour est enfin arrivée. Tu es ici pour me demander un service et je vais devoir juger si tu es digne d'obtenir ce que tu es venue chercher.
-  Je...


Mais Solyane s'interrompit. Elle n'avait pas imaginé ce qui l'attendait et, l'aurait-elle fait, elle n'aurait jamais pu se préparer à ça.

-  Je cherche...
-  Le Gant que l'un des tiens a dérobé à une Elfe et qu'il a dissimulé sur le territoire où mon clan a choisi de s'établir. Il a demandé notre assistance pour dissimuler des trésors et en assurer la protection contre les personne mal intentionnées. Le Gant devait surtout être protégé des Elfes et des Humains indignes.
-  Comment pouvez-vous savoir qui est digne de recevoir le gant ?
-  Joue avec nous !!
s'exclama alors un des jeunes Hydris. Joue et nous te le dirons !

Mais l'Hydris aux longs cheveux bicolores calma son ardeur d'un geste de la main.

-  Je dois te sonder.

Elle leva alors la main vers Solyane. Rien ne se passa, malgré la crainte de l'Humaine. L'Hydris fronça un instant les sourcils avant de retrouver l'air serein qui était le sien.

-  Tu es bien Humaine. Ma magie n'a pratiquement aucun effet sur toi. La deuxième épreuve est réussie.
-  La deuxième ?
-  La première était d'arriver jusqu'ici en sachant que l'objet rechercher serait protégé. Tu le savais, cela voulait donc dire que tu as eu les messages laissés par l'Humain à ceux qu'il estimait digne de lui succéder. Il te reste maintenant la dernière épreuve. La plus difficile.
-  Laquelle ?
-  Trouve la grotte. Elle est dissimulée par mes soins. Je ne t'en laisserais l'accès que si tu es capable de me dire où elle se trouve selon toi !


Solyane regarda autour d'elle. Le lac était immense. Jusqu'où pouvait bien s'étendre le territoire contrôlé par les Hydris.

-  Combien de temps me laissez-vous pour la trouver ?
-  De tout le temps que tu désires. Ou, pour être tout à fait exacte, aussi longtemps que ton corps tiendra !


Solyane tiqua. Cette annonce ne laissait rien augurer d'agréable.

-  De quoi parlez-vous ?
-  Tu ignores nos coutumes, je vais donc t'expliquer. Pour trouver la grotte, il va te falloir évoluer parmi nous. Pour évoluer parmi nous librement, tu dois accepter de jouer avec nous ! Montre toi endurante, ou rusée, et tu pourras jouer – et chercher – aussi longtemps que tu voudras !


Solyane réalisa enfin le véritable défi dans lequel elle s'était lancée. Mais si elle voulait le gant, elle allait devoir se soumettre à ces jeux, donc. Son regard se posa sur les Hydris. Ils la guettaient avec une attente gourmande. Comme des enfants attendant la permission d'aller s'amuser. C'était la seconde fois en quelques minutes qu'elle les comparait à des enfants. Quelle plaie de devoir à la fois jouer et chercher...

« Une minute ! Jouer et chercher ? Avec ces grands enfants ? Et si... Mais est-ce que je vais pouvoir... ? »

Elle se tourna vers celle qui faisait office de Reine pour ces Hydris.

-  J'accepte de jouer avec vous mais j'ai une demande.
-  Je t'écoute.
-  Je voudrais pouvoir décider du jeu !


De la surprise suivie d'intérêt transfigura l'être aquatique. Un sourire amusé étira ses lèvres fines d'un bleu plus sombre que sa peau. Elle se tourna vers les autres.

-  L'Humaine veut nous soumettre un jeu à elle ! déclara-t-elle.

Des exclamations et des cris enthousiastes lui répondirent.

-  C'est donc d'accord, Humaine. Nous jouerons à ce que tu désires. Dis nous donc ce que tu veux que nous fassions !
-  Cache-cache ! Je ferme les yeux, compte jusqu'à trente, vous autres, Hydris devez vous dissimulés et mon but sera alors de retrouver chacun d'entre vous ! Si je n'y parviens pas, mettons au bout d'une heure, j'ai perdu !


Des rires et des cris de joies répondirent à cette proposition. Les Hydris semblaient se régaler d'avance. Leur chef hocha la tête. Elle avait un rictus et ses yeux pétillaient mais quelque chose soufflait à Solyane que ce n'était pas pour la même raison que ses congénères. Elle en fut convaincu au moment où leurs regards se croisèrent. L'Hydris avait saisi son but caché mais ne semblait y trouver aucune objection. La règle du jeu était respectée.

La partie de cache-cache, arrangée à la sauce Hydris, fut épuisante. L'eau était définitivement leur élément et lorsqu'elle avait le malheur de passer trop près de la cachette de l'un d'eux, Solyane était bousculée ou arrosée. Elle parvint à attraper trois Hydris qui sortirent du lac de bonne grâce, hilares.  Ils vinrent rejoindre leur souveraine qui observait le déroulement de la partie avec décontraction. Solyane, elle, profitait de ses déplacements pour observer les alentours. La grotte pouvaient bien être dissimulées par un sort. Mais les Hydris semblaient contrôler l'eau, de ce qu'elle pouvait voir et subir. Guère autre chose. C'est en voulant attraper un nouvel Hydris qu'elle remarqua un détail intriguant. Une partie de la cascade semblait avoir été « tirée » sur le côté. Comme si on avait voulu dévier, ou plutôt élargir, son cours. Une cascade !! De l'eau !! Sentant malgré tout que les Hydris n'apprécieraient peut-être pas qu'elle gâche leur plaisir en écourtant le jeu qu'elle avait elle-même proposé, elle alla jusqu'au bout de la partie.
Au bout d'une heure, elle n'avait découvert et attrapé que la moitié des Hydris dissimulée. Elle était éreintée, trempée jusqu'au os, et incertaine. Elle ignorait si sa défaite au jeu influerait sur la suite de l'épreuve.

-  Tu nous as beaucoup diverti. déclara la souveraine des Hydris. Te voir courir après les notres était extrêmement drôle, même pour ceux qui étaient encore cachés. Tu as mérité nos remerciements. Ton idée était excellente.
-  Vous m'avez dit que je pourrais vous soumette l'endroit où je pense se trouver la grotte. Ma défaite au jeu me coûte-t-elle ce droit ?
-  Bien sûr que non, jeune Humaine. Même si nous n'avions pas autant pris de plaisir tu aurais eu le droit de me faire une proposition. Alors ? Où se trouve-t-elle, selon toi ?
-  Derrière la cascade. Vous m'avez révélé que vous vous étiez vous-même chargée de la cacher et j'ai remarqué que la cascade semble avoir été altérée. C'est donc logiquement là qu'elle doit se trouver.


L'Hydris éclata d'un rire cristallin qui se propagea à tous les autres.

-  Oh, jeune Humaine, tu as prouvé au-delà de tout ce que je pouvais imaginer combien tu es à la hauteur de la tâche que tu as entreprit. J'ai su immédiatement l'intérêt que tu as eu de nous proposer ce jeu. Ton ingéniosité se doit donc d'être récompensée !

Elle fit un geste large du bras et la cascade se fendit en deux. L'entrée d'une importante caverne se révéla alors. Deux jeunes Hydris vinrent alors prendre Solyane par la main et l'entraînèrent en bondissant gaiement vers la grotte. A l'intérieur, l'Humaine n'en crut pas ses yeux. Le trésor de toute une vie se trouvait là. Plus d'or qu'elle n'aurait jamais pu en rêver, de l'argent, des pierres précieuses, des soieries, des objets d'art, des tableaux... Tant de merveilles que la jeune femme crut avoir pénétré dans la salle du trésor de quelque noble ! Voire celle d'Odaïl lui-même.

-  Humaine, n'oublie pas que tu n'es là que pour le Gant. lança la voix de la reine des Hydris depuis l'extérieur.

Une mise en garde bienvenue pour éviter que la voleuse qu'elle était ne cède à la tentation de repartir avec tout ce qu'elle pourrait empocher. Les deux jeunes créatures la poussèrent aussitôt vers le fond de la caverne. Là, sur un bloc de pierre, posé dans un coffre de bois, se trouvait un gant de cuir noir cousu d'argent. Sur le dos, deux arcs en croix étaient brodés de ce même fil argenté à l'éclat encore vif. De l'autre côté, c'était une sorte de flèche qui allait du bord du gant jusqu'à la naissance des doigts. Avec un immense respect et beaucoup de délicatesse, Solyane le prit de son support. Malgré le temps énorme qu'il avait passé ici, le cuir était intact et parfaite souple.

Lorsqu'elle ressortit, en compagnie des deux Hydris juvéniles, Solyane croisa le regard de leur souveraine. Elle n'osait dire quoi que ce soit et tenait le Gant sans oser vraiment le serrer. Comme si un contact trop violent aurait pu le faire voler en éclat. L'Hydris sourit du respect manifeste dont elle faisait preuve.

-  Enfile le, petite Humaine. Tu as gagné le droit de le porter. Le Gant d'Arinaël est désormais tien. Il est temps que tu lui fasses oublier sa première maîtresse pour lui apprendre à t’obéir !


4053 mots





Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

Je les aime, je suis accro...:
 
Ven 19 Mai - 2:01
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: Le Berceau des Merveilles-
Sauter vers: