[+16] Bain de minuit [Solo]

 :: Le Continent Sacrifié :: Le Berceau des Merveilles Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Baignée dans les rayons argentés de la lune, Ylith se coula hors de son antre. En cette douce nuit, l'ennui la rongeait. Le Berceau des Merveilles était un bien bel endroit mais... souvent trop calme. Les visiteurs étaient plutôt rares ces derniers temps, il fallait bien l'admettre. Si elle avait choisi de faire son repaire au cœur de ce bijou naturel, c'était avant tout pour la quiétude et l'isolement relatif qu'il promettait. Mais aujourd'hui, alors que les mois s'étaient succédés, un profond sentiment de vide s'était emparé de la jeune femme. Il n'y avait tout bonnement rien à faire. Certes, cela lui permettait d'explorer les environs... Mais ces derniers se révélaient bien souvent dépourvu de toute vie intelligente. Ylith avait en effet réalisé qu'elle appréciait la compagnie des faibles de la surface, qu'il s'agisse de les torturer, de les manipuler ou tout simplement de converser. Contrairement à ce qu'elle avait longtemps cru, elle n'était pas faite pour la solitude. Terriblement avide de nouveauté pour pimenter son existence, elle s'enfonça avec grâce dans les eaux turquoises.
Nageant aux côtés de poissons irisés, elle avait laissé Kal'Mah pour garder leur caverne. Il pouvait être particulièrement gênant par moment, notamment lorsque la Naga tentait de rencontrer des locaux. Extrêmement possessif, le jeune Muruhagin avait tendance à attaquer à vue toute personne approchant sa maîtresse. Une paranoïa plutôt justifiée au vu de son passé... Un sourire se dessina sur les minces lèvres de la femme-serpent. Une fierté malsaine gonflait sa poitrine. Si sa création était parfois embarrassante, il fallait tout de même avouer qu'il s'agissait d'un véritable chef d'oeuvre. Elle avait su faire ressortir toute la brutalité et la haine d'un individu jusque là élevé dans la paix. En l'espace de quelques mois, Ylith avait pu prouver que le mal était inné chez certaines espèces. Tout au plus pouvait-on l'enfouir... mais jamais indéfiniment. Il faudrait un jour tenter l'expérience avec d'autres créatures... Pourquoi un humain. Ou mieux, un ange. Une expression machiavélique étira les traits de la Naga abyssale à cette évocation. Oui il fallait absolument qu'elle essaie de corrompre un ange.

Nonchalamment étendue sur le dos, sa queue écaillée plongée dans une eau limpide, Ylith observait la voûte céleste. Tel une sombre tapisserie, le spectacle d'une beauté saisissante était empreint d'une curieuse sensation de mystère. Loin, bien loin de là, perdu dans l'obscurité... existaient-ils d'autres créatures ? Les paupières closes, elle s'abandonna à l'imagination et s'en alla nager parmi les étoiles. Tournoyant autour de la lune, elle côtoya d'immenses baleines mangeuses de comètes ainsi que des nuées de poissons étincelants. Soudain, le bruit d'une pierre s'enfonçant dans l'eau la tira brutalement de sa rêverie. Agacée, elle jeta un coup d’œil aux alentours, persuadé que le son n'avait rien de naturel. Elle n'avait croisé aucun animal - hormis les habitants des eaux claires - en venant jusqu'ici. Alors qu'elle scrutait une petite anfractuosité rocheuse, une nouvelle pierre prit son envol. Celle-ci toucha sa cible : le crâne de la Naga serpentine. Laissant échapper un sifflement de rage, Ylith bondit hors du lac, les yeux rivés vers l'intrus. Perché sur une corniche, un garçon d'une dizaine d'année environ l'observait avec colère. Déjà il préparait un nouveau projectile... Tout en armant son bras, il cria :
- Dégage ! C'est à moi de faire un vœu ce soir, j'attends ce moment depuis si longtemps !
- Un vœu ? Décidément, les gamins croient absolument n'importe quoi... S'amusa la femme-serpent.
- Je t'ai dit partir, sale couleuvre !
A ces mots, le garçon jeta son caillou en arc de cercle avec une force digne d'une souris atrophiée. Plaçant sa queue sur la trajectoire, Ylith n'eut aucun mal à intercepter le projectile, qui vint rebondir mollement contre ses écailles. L'instant suivant, une pierre pointue s'enfonçait légèrement dans sa chair. D'abord surprise par la douleur, la Naga s'abandonna finalement à la rage. De quel droit cet enfant s'était-il permis de la blesser, même légèrement ?! Faisant appel à sa magie, elle guérit sans mal la petite plaie puis se lança à la poursuite du gamin qui s'enfuyait déjà en riant. Lorsqu'elle atteint le pied de la paroi rocheuse, elle avait revêtu sa forme humaine. Il s'était avéré assez rapidement que la présence de jambes était un atout considérable lorsqu'il s'agissait d'escalader. Levant la tête, elle estima la hauteur à une dizaine de mètres. Facile. Les prises étaient particulièrement nombreuse sur ce mur naturel : crevasses, racines, nid d'oiseaux etc... Mais à peine avait-elle gravi la moitié de la distance que le gamin se montra à nouveau. Il avait poussé un imposant rocher de plusieurs dizaines de kilos au bord de la corniche et s’apprêtait à la faire tomber sur la grimpeuse. Mais d'où tirait-il toute cette force ?!
- Tu m'attraperas pas. Lâcha-t-il simplement.
Une peur intense gagna la femme-serpent. Si cette pierre lui tombait dessus, elle lui briserait le crâne à coup sûr. Ses mains devinrent moites, et elle commença à glisser... Elle ne pouvait pas se permettre de chuter non plus, elle serait alors à la merci du dangereux garçon. Il fallait qu'elle se reprenne ! Ylith expira bruyamment. Elle allait éviter le roc et saignerait ensuite ce gamin comme un porc. De délicieuses visions de torture dansèrent devant ses yeux et elle parvint à reprendre son calme... Lâchant une main, elle entreprit de se balancer avec précaution, de gauche à droite. Elle grimaça lorsque sa poitrine et ses genoux frottèrent contre la paroi mais parvint à ignorer la douleur. Un bruit au-dessus de sa tête lui signala qu'une partie de la corniche avait finalement cédé. Lâchant soudainement sa deuxième main, la jeune femme se propulsa sur le côté, pour se rattraper in extremis à un piton de calcaire. L'instant suivant un bloc de roche tombait, à l'exact où se trouvait la femme en colère une seconde plus tôt. Un rire mauvais retentit, s'éloignant petit à petit. Ce maudit mioche... Un rictus de rage déformant ses traits, Ylith acheva d'escalader la petite falaise. Au loin elle aperçut la silhouette du garçon disparaître dans une étroite caverne.
Il allait payer.

Décidant de garder forme humaine, la jeune Naga s'élança à la poursuite du dangereux garnement. Le sang bouillonnait à ses tempes. Aucun doute possible : il avait tenté de la tuer. Et tout ça pour une histoire de vœu ? C'était tout bonnement ridicule... Cet enfant était profondément malade, et Ylith connaissait le seul remède à ce genre de pathologie mentale. La mort. Quand la graine du mal est semée au sein d'un esprit, plus rien ne peut l'en débarrasser. Au mieux peut-on l'ignorer, au pire l'embrasser. Alors qu'elle courrait sur une herbe grasse et humide, la femme à écailles s'interrogea sur la race de son agresseur. Il était particulièrement fort pour un mioche, aussi devait-il recourir à la magie d'une façon ou d'une autre... Ce qui éliminait donc la piste du marmot humain. Jamais un ange, du moins en théorie, n'aurait commis une tentative de meurtre. Il était aussi assez peu plausible qu'il s'agisse d'un Naga, les enfants de ces derniers étant particulièrement rare à la surface. Restaient donc les autres... Démon, Vampire, Hybride ou Elfe. Quoiqu'il en soit il ferait un bon sujet d'expérience. L'on pourra bien voir à quel point le mal était ancré en lui une fois qu'il aura les organes à l'air.
Avec un peu moins d'une minute de retard sur le garçon, Ylith s'enfonça dans les entrailles du Berceau des Merveilles.

1239 mots.




Mer 10 Mai - 12:33
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Le boyau, étroit et froid, était plongé dans une semi-pénombre. Ylith n'avait même pas eu besoin de s'arrêter un instant pour s'habituer à l'obscurité : les nombreux trous qui crevaient le plafond et les murs laissaient passer de fins rayons lunaires, étrangement lumineux. Un peu plus loin en avant, des bruits de pas rapides - et légers - résonnaient. Au détour d'un virage à angle droit, la Naga serpentine fit la découverte d'une large caverne éclairée. Un trou béant dans sa voûte laissait la lueur de la pleine lune nimber la partie centrale de la cavité, dévoilant une véritable forêt de stalagmites. De toutes les tailles, elles semblaient constituées d'un étrange marbre blanc, contrastant avec le reste du décor. L'espace d'un instant, Ylith s'imagina pénétrer dans la gueule d'un monstrueux élémentaire de pierre. Mais à peine avait-elle fait un pas dans la grotte qu'elle sentit son pied gauche s'enfoncer légèrement dans le sol... Une plaque de pression ! Un bruit de mécanisme retentit au dessus d'elle, rapidement suivi par le crissement de l'acier contre la roche. Mue par un instinct  surhumain - après tout, elle appartenait à la race supérieure des Nagas - Ylith plongea en avant. Un bruit sourd emplit toute la grotte lorsque la lourde plaque de fer s'abattit sur le sol, bloquant totalement l'entrée que la jeune femme venait d'emprunter. Voilà qu'elle était prise au piège... D'un bond agile, elle se remit sur pied et examina un peu le lourd battant, épais de plusieurs pouces, et bien trop lourd pour être déplacé. Curieusement, il était décoré de runes antiques aujourd'hui oubliées, placées en cercles concentriques autour d'une petite gravure représentant une araignée. Une voix juvénile la fit se retourner d'un bond.
- La petite couleuvre est-elle perdue ? Ricana le gamin dérangé. Attention, ici les serpents sont les proies...
Se faisant violence pour garder le silence, Ylith s'empara du long cimeterre qui ornait sa hanche et tira la lame au clair. Où pouvait-il bien être ? Se dissimulait-il dans l'obscurité ou... Était-ce bien sa silhouette là bas, en hauteur ? Alors qu'elle commençait à avancer pour avoir le cœur net, elle se figea instantanément. Quelque chose de gros se déplaçait depuis le fond de la caverne... Alors qu'une forme insectoïde plus grande qu'un cheval se dessinait, la femme-serpent réalisait avec horreur que les stalagmites n'étaient pas faites dans une roche différente. Elles étaient couvertes de toiles... Quel genre d'araignée pouvait donc bien tisser ainsi ? Et dans quel but ? La réponse ne tarda pas à se montrer. La chose était gigantesque. Haute de près de trois mètres et deux fois plus longue, elle déplaçait son répugnant corps velu à l'aide de huit pattes articulées, chacune se terminant par de terrifiants crochets. Ses mandibules claquaient de façon menaçante, ses yeux stupides étincelaient horriblement. Comment allait-elle affronter une telle atrocité, qui plus est sur son territoire ?

En dépit de sa taille, l'araignée géante se révéla d'une agilité surprenante. D'un prodigieux bond, elle avait quitté la forêt de stalagmite pour atterrir devant sa proie, faisant trembler le sol. Se redressant sur ses pattes arrière, elle déploya ses crochets, prête à tuer. Mais Ylith n'était déjà plus là. Plongeant sans hésiter sous le corps du monstre, elle évita les mandibules et frappa de toute ses forces l'un des membres. Elle ne put réprimer un hoquet de surprise lorsque la lame de son sabre ricocha contre l'épaisse chitine. Sans se laisser déstabiliser pour autant, la jeune femme fonça en direction des pics de pierre. Au moins pouvait-elle espérer s'y cacher... à condition de ne pas toucher la soie gluante qui les recouvrait. Au moindre contact avec cette dernière, elle se retrouverait à la merci de l'immonde bestiole. Avec horreur, Ylith découvrit que le sol lui même était recouvert de toile en plusieurs endroits. La situation devenait de plus en plus compliquée... A quelques mètres de là, l'araignée achevait de se retourner ; si elle était capable de sauter à de grandes distances, elle était visiblement beaucoup plus lente quand il s'agissait de manœuvrer son corps obèse. La femme-serpent réfléchissait à toute vitesse. Éliminer la créature semblait tout bonnement impossible : elle était trop grosse et trop résistante. Restait donc la fuite. Mais vers où ? La seule issue qu'elle connaissait était désormais bloquée par une porte de fer inamovible.
- Non c'est faux... Se murmura-t-elle à elle même.
Il existait forcément une autre sortie : celle où se trouvait en ce moment même l'enfant dément. Tout en vérifiant que l'araignée était encore à bonne distance, Ylith tourna la tête en direction de son tortionnaire. Toujours là, assis en tailleur dans une étroite ouverture, il semblait apprécier le spectacle.
Soudain, une patte s'abattit en direction de la jeune Naga. Esquivant souplement l'assaut, elle se remit en mouvement, le monstre géant sur les talons. Vivement elle bondit par-dessus une couche de toile, pour se réfugier aussitôt derrière une stalagmite. Un bien piètre abri : d'un seul coup de patte l'araignée démesurée la propulsa à plusieurs mètres de là. Le pic de roche ainsi délogé vint se fracasser contre la paroi, se brisant en mille morceaux. Un éclair de génie passa dans l'esprit d'Ylith. Elle tenait sa solution... Elle grimaça : il lui faudrait être bien plus endurante que d'ordinaire. Une longue course-poursuite l'attendait.

Pour la troisième fois, Ylith s'abrita derrière une imposante stalagmite. Pour la troisième fois l'araignée bondit dessus, la balayant littéralement d'un coup de patte ravageur. Pour la troisième fois la pointe rocheuse fut propulsée en direction d'un mur bien précis de la caverne - celui où se trouvait l'issue. Nouvel éboulement, qui vint contribuer à l'escalier de fortune que se construisait la jeune femme à l'aide d'une monstrueuse tarentule plutôt coopérative. Les rires du gamin avaient cessé : qu'il ait compris ou non le manège de sa proie, il était devenu particulièrement redondant. Et cela ne l'amusait plus du tout.
- Mais dépêche toi de crever ! Arrête de courir, tu fais que retarder la mort !
Concentrée, Ylith l'ignora délibérément et se jeta sur le côté pour éviter de se faire happer par les mandibules de la chose immonde. Se remettant sur pied d'un mouvement habile, elle évita de justesse un pan de toile collante et bifurqua brutalement. Elle fatiguait et avait de plus en plus de mal à distancer l'araignée. Il faudrait bien que la dernière stalagmite soit la bonne... Le souffle court, la Naga serpentine se plaça une fois de plus conformément à son plan fou. Et tout se passa comme prévu : de plus en plus impatiente, et affamée, la monstruosité arachnoïde chargea. L'impénétrable chitine qui lui protégeait la tête percuta la pierre avec une violence inouïe. La soie gluante qui entourait l'immense croc de pierre de suffit pas à la maintenir entière : elle explosa littéralement. Plusieurs fragments rocheux percutèrent de plein fouet la guerrière, qui laissa échapper un grand cri de douleur. Elle sentit sa peau se déchirer en plusieurs endroits, elle vit son sang couler. Un hurlement de joie vint alors lui vriller les tympans :
- OUI ! MEURT, COULEUVRE !
- Allez un dernier effort... Souffla-t-elle en retour, pour se motiver.
Avec témérité, elle se jeta sous l'abdomen de la créature et la dépassa. Cette fois elle se mit à courir en ligne droite, vers l'autre extrémité de la caverne. Il fallait qu'elle l'attire le plus loin possible de son escalier de fortune, sinon elle n'aurait pas le temps de le gravir... Un intense soulagement l'envahit lorsqu'elle vit l'araignée bondir... Elle pouvait le faire ! Réunissant ses dernières forces, elle sprinta vers la sortie, passa sous une silhouette grotesque en plein saut. Alors qu'elle se rapprochait, elle put voir le visage du gamin se décomposer. Face à elle, le tas de rocs était assez haut. Seulement certains étaient encore couverte de toile : il lui faudrait faire attention à l'endroit où elle plaçait les pieds. Un luxe qu'elle ne pouvait se permettre... Alors qu'Ylith entamait son ascension, elle se risqua à un coup d’œil en arrière. La monstrueuse araignée revenait à la charge... Une pierre vint alors lui frôler la joue. Le garçon meurtrier, le bras tendu, était agité de tremblements. Il avait sans doute voulu faire chuter la jeune femme mais, fébrile, avait manqué sa cible. Réalisant que la situation tournait en sa défaveur, il tourna les talons et commença à courir. Sans réfléchir, Ylith projeta son cimeterre dans sa direction avant de bondir pour saisir la corniche rocheuse. La lame fusa dans l'air... et vint profondément entailler la jambe du fuyard. A la force des bras elle acheva de se hisser à l'abri... une seconde seulement avant que l'énorme araignée ne percute la paroi. Le sol trembla violemment, et Ylith roula sur elle même, le plus loin possible de l'ouverture.

Elle se trouvait dans une petite grotte éclairée par une torche. Deux trous béants crevaient l'un des murs, l'un menant à la surface, l'autre s'enfonçant plus avant sous terre. Marquant une pause bien méritée, Ylith reprit son souffle. Elle n'était vraiment pas faite pour ce genre de combat, elle qui aimait plutôt les finir vite. Étirant ses jambes endolories, elle embrassa la pièce du regard. Une échelle de bois reposait au sol : le moyen grâce auquel le gamin était monté jusque là. Non loin, le cimeterre de la jeune femme gisait dans une marre de sang. La blessure de l'enfant psychopathe devait être plutôt sérieuse : il n'irait pas bien loin.
Une petite minute plus tard, Ylith se remit debout. Épuisée et affaiblie, elle avait néanmoins une affaire à finir. A en juger par l'irrégularité de la traînée de sang, le gamin avait tenté de réguler l’hémorragie. Sans grand succès. Un sourire mauvais se dessina peu à peu sur les lèvres de la cruelle Naga, alors qu'elle arpentait d'obscurs tunnel (ceux-ci n'ayant pas de trous au niveau du plafond), une torche à la main. Au bout de quelques minutes, elle déboucha dans une petite grotte aménagée pour servir de chambre. Un lit de fortune trônait au centre de la pièce, tandis que le sol et les murs étaient recouverts par des tapis et tentures colorées. Mais ce qui était particulièrement frappant c'était le nombre impressionnant d'ossements, d'armes et de bijoux qui reposaient dans un coin de la cavité. Les macabres trophées de l'enfant taré. Au pied du meuble, ce dernier se tenait recroquevillé. Particulièrement pâle, il était sur le point de perdre connaissance... D'un pas léger, Ylith le dépassa et fouilla un peu les lieux à la recherche de quoi ligoter sa victime. Elle poussa une exclamation de triomphe en extirpant une longue corde de sous un tas de breloques, en entreprit de solidement saucissonner l'enfant. C'est d'une voix presque guillerette qu'elle lança alors :
- Je te trouve bien moins turbulent d'un coup... Tu as peut-être mal quelque part ? Laisse moi donc te soigner, mon petit.
Doucement, la jeune femme caressa la blessure du garnement. La magie afflua et la plaie commença légèrement à se refermer. Cela n'était peut-être pas suffisant pour le mettre hors de danger, mais au moins il pourrait survivre encore un peu. Et puis elle était trop fatiguée pour utiliser plus de magie. Avec dévouement, Ylith banda ensuite la jambe de l'enfant puis se redressa de toute sa hauteur et se saisit de son cimeterre. Terrorisé, le gamin ouvrit la bouche puis la referma aussitôt, à la façon d'une carpe.
- Maintenant on va jouer selon mes règles, s'exclama la femme-serpent, avec un sourire carnassier.

1914 mots.



Mer 10 Mai - 17:16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Avec délicatesse, Ylith porta sa victime ligotée pour la déposer sur le lit de fortune. A l'aide de son sabre, elle découpa un morceau de tissu qu'elle fourra dans la bouche du pauvre gamin, le forçant au silence. Une fois ceci fait, elle se remit à examiner un peu les lieux, à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent. Traînant sur un genre de table grossièrement montée, quelques fruits juteux attirèrent son attention. Prudente, elle vérifia qu'ils étaient toujours comestibles avant de croquer dans le premier. Le goût sucré fit frémir ses papilles : un délice. Ignorant totalement sa victime, la jeune femme profita de son repas pour récupérer un peu de son "combat" contre l'araignée géante. Elle avait eu énormément de chance... Sa colère aveugle l'avait placé dans une situation particulièrement délicate et elle avait failli perdre la vie. Une voix en elle lui intima d'apprendre à se contrôler, de ne plus céder aussi facilement à la rage. Mais Ylith savait pertinent qu'elle ne pourrait jamais suivre ce conseil. Car après tout, c'était bien ces moments où elle était en danger de mort qui donnaient un sens à la vie. Elle devenait plus forte à chaque fois qu'elle échappait aux bras décharnés de la Faucheuse. Un léger sourire aux lèvres, elle posa sur le gamin meurtrier un drôle de regard. Elle ne ressentait plus vraiment de colère maintenant qu'elle l'avait attrapé : seulement une profonde et vive envie de le faire souffrir. Calmement, tranquillement. Le regarder se vider de son sang, l'entendre hurler à s'en briser les cordes vocales. D'immondes fantasmes de chair découpée, d'organes prélevés et d'yeux énucléés vinrent peupler l'esprit sordide de la cruelle Naga. Son sourire s'élargit, pour laisser place à une expression d'extase béate. Une heure durant, elle s'abandonna à son répugnant délire... Rapidement, la pensée s'était muée en songe.
Lorsqu'elle se redressa, elle était quelque peu revigorée. Ayant repris sa forme serpentine, elle glissa jusqu'au chevet de son patient. Il s'était endormi. Comme c'était mieux. Délicatement, elle défit le bandage qui enserrait sa jambe. Finalement, elle avait réussi à le sauver : la plaie ne s'était pas rouverte. Pâle comme un linge, l'enfant était encore dans un état de faiblesse extrême... Il avait perdu tant de sang. Sans sa magie, il aurait continué à saigner jusqu'à en mourir. Un destin bien préférable au sort que lui réservait la Naga des abysses.

Ylith tapota la joue du gamin pour le réveiller. Non sans mal, il souleva ses paupières, dévoilant deux prunelles noisette. L'espace d'un court instant il tenta de se libérer, avant de se souvenir qu'il avait été solidement attaché. Résigné, il se détendit, attendant la suite des événements. Du bout des doigts, la femme-serpent souleva les mèches blondes qui encadrait le visage du garçon. Des oreilles pointues. Un elfe ? Un démon ? Au final, cela ne donnait que peu d'information sur sa race... Elle retira vivement le bâillon de sa victime, tout en lui intimant de rester calme d'un simple geste. D'une main experte elle encadra la mâchoire de son patient, tenant fermement son front avec la seconde, et lui ouvrit la bouche de force. Ses dents et sa langue semblaient tout à fait normales. A peine avait-elle fini son inspection que le gamin tenta de lui mordre les doigts, sans grande conviction.
- Pas un vampire donc... Commença Ylith. Un hybride se serait sans doute transformé au cours de la fuite. Hum... Dis moi. Qu'est-ce que tu es ?
Une lueur de défi, des plus puérils, anima le regard du patient forcé. Ainsi voulait-il jouer ? Sans ménagement, la cruelle Naga appuya sur la plaie, encore toute récente, qui ornait sa jambe. Un hurlement de souffrance emplit la petite caverne, se répercutant sans cesse entre les parois rocheuses des sombres corridors. Dès que l'écho mourrait, Ylith appuyait à nouveau sur la blessure, provoquant un autre concert de cris d'agonie. Un mince filet rougâtre se remit à couler, mais la jeune femme y mit rapidement un terme à l'aide de sa magie de guérison.
- J'ai joué à ton jeu et j'ai gagné. Réponds à mes questions sinon je continue à m'amuser avec ta douleur. Menaça la cruelle femme-serpent d'un ton dur.
Les traits déchirés par une souffrance intolérable, les joues baignées de larmes, le gamin acquiesça lentement. Il savait bien qu'il avait perdu, il avait juste essayé de prolonger un peu la partie... Il déglutit péniblement avant d'articuler :
- Je m'appelle Ile...
- Je ne t'es pas demandé qui tu étais, mais ce que tu étais ! L'interrompis brutalement Ylith en lui écrasant la gorge de la main droite.
- Un elfe... Je suis un elfe.
- Bien, bien. Maintenant raconte moi ton histoire.
- Qu... Quoi ?
- Pourquoi un enfant aussi erre-t-il au Berceau des Merveilles ? Pourquoi as-tu tué toutes ces personnes ? Demanda la jeune femme en désignant la pile d'ossements.
Le petit elfe hésita un court instant, puis se décida finalement à parler en voyant approcher la lame acérée de la Naga. Il laissa échapper un profond soupir, puis commença d'une voix mal-assurée. La terreur faisait trembler sa voix.
- Je suis pas un enfant. J'avais même pas onze ans quand la malédiction a commencé. Ou la maladie, je sais pas. J'ai arrêté de grandir. Mon esprit a vieilli, j'ai les pensées d'un homme adulte, intelligent... dans le corps d'un gamin. Je... C'est un cauchemar. Crois-le ou pas mais j'ai trente an et demi.
L'elfe marqua une courte pause, un intense chagrin teinté de folie se peignant sur ses traits. Ylith réprima un petit rire. Quel idiot fini... Croyait-il vraiment que son esprit avait continué à grandir en dépit de son apparence ? Non. La réponse était tout simplement non. Sa façon de parler, imparfaite, trahissait un manque de maturité évident. Et que dire de son comportement ? Obsédé par son "jeu" macabre, il avait voulu narguer sa "proie" jusqu'au bout, allant jusqu'à lui adresser quelques grimaces insultantes. La pathétique créature se berçait d'illusions... Et s'était réfugié dans ses instincts les plus primitifs et brutaux : le meurtre. Une question subsistait toujours : pourquoi tuait-il ? Était-ce par simple frustration ?
- Un jour, ma maman m'a raconté une histoire à propos d'un endroit merveilleux ou les vœux devenaient réalité. Alors je suis parti. J'ai voyagé pendant longtemps, j'ai traversé le continent. Et quand je suis arrivé, il n'y avait personne pour exaucer mon vœu... J'ai attendu. Je me suis dit que peut-être un jour... Peut-être qu'un jour un dieu allait m'écouter. Oui, j'ai attendu et j'ai regardé. J'ai vu des... gens... venir et prier.
La voix du jeune elfe se brisa et il se mit à grincer des dents. Un rictus de haine habilla son visage et il cracha d'une voix vibrante de rage :
- J'ai vu tous ces gens faire des vœux. J'ai vu leur joie quand ils ont été exaucés. C'était pas juste : c'était moi qui en avait le plus besoin !
- Alors tu les as tué. Ils le méritaient non ? Ils t'avaient volé ce qui te revenait de droit.
- Oui ! Voilà !
Durant une fraction de seconde, l'elfe qui avait cessé de grandir fut heureux d'avoir trouvé quelqu'un capable de le comprendre. Puis la réalité s'imposa brutalement à lui : il n'allait pas survivre à cette rencontre. Le sourire qu'affichait désormais Ylith n'avait absolument rien de chaleureux.
- J'ai ce que je voulais avoir. J'ai une théorie vois-tu... J'aime à considérer que le Mal est inhérent à la vie. Simplement se développe-t-il différemment selon les individus. Parfois l'on est capable de le refouler jusqu'à la toute fin. Parfois l'on y cède dès son plus jeune âge. Chez toi, c'est une profonde stupidité et un manque criant de maturité qui l'a fait ressortir. Je n'ai même pas besoin de te demander d'où tu tirais ta force et ta rapidité. La magie j'imagine, même si je doute que tu en aies eu véritablement conscience un jour. Maintenant je vais un peu regarder si la graine du mal est visible en toi...
De la main gauche, Ylith étouffa les protestations naissantes du gamin fou à lier. De l'autre, elle l'éventra d'un coup de sabre.

Un hideux concert cacophonique emplit la pièce dès que la cruelle femme-serpent retira sa main de la bouche du petit elfe. La pauvre chose hurlait comme un porc que l'on était en train d'égorger. Ce qui n'était pas si loin de la réalité après tout... Le sang giclait abondamment. Bientôt le lit de fortune se retrouva complètement souillé par le vermeil de la vie. Lorsque Ylith plongea ses mains dans les entrailles fumantes de son patient, ce dernier s'arc-bouta violemment, la bouche grande ouverte dans un dernier hurlement silencieux. Les yeux écarquillés, muet face au supplice, l'elfe maudit découvrait de nouveaux sommets de douleur. Parfaitement profane en matière d'anatomie, la jeune Naga souleva les intestins, déplaça un autre organe qu'elle était bien incapable de nommer. Arracha quelque chose par inadvertance. Le corps du pauvre gamin se souleva une dernière fois, en un ultime spasme d'agonie. Comme pour accompagner son âme, une ultime gerbe écarlate fusa de sa bouche, entachant son visage juvénile à l'aspect presque innocent. Ylith jubilait. Sous couvert d'expérience c'était bien la vengeance qu'elle recherchait en premier lieu. Et maintenant qu'elle l'obtenait, elle ressentait une sensation de plaisir proche de l'orgasme.
En dépit de la mort de son sujet, la femme-serpent continua son étude. C'était la toute première qu'elle passait autant de temps dans la cage thoracique d'un être vivant - un elfe qui plus est ! Mentalement elle entreprit de noter les emplacements de chaque organe, leur taille, leur couleurs et leurs liens entre eux. A plusieurs reprises elle dut briser quelques côtes afin d'avoir accès à ce qu'elles protégeaient. Les poumons notamment s'avérèrent particulièrement intéressant à découper. Hélas, le cimeterre n'était vraiment pas l'outil le plus adéquat, et Ylith eut tôt fait de transformer les entrailles de son patient en une bouillie infâme où flottaient quelques bouts d'os cassés.
- Hum... Maintenant regardons un peu ce que peut bien renfermer ce petit crâne.
De la démence dans le regard, la Naga abyssale effectua un petit tour sur elle-même, à la recherche d'un outil adéquat. Cette grosse pierre devrait suffire... Le premier choc émit un bruit répugnant. L'os, bien que solide, sembla se fissurer légèrement. Le deuxième coup, plus violent, acheva de vider le petit cadavre de tout sang. Rouge, la pierre glissait furieusement dans la main d'Ylith. Cette cervelle était particulièrement difficile d'accès...! Après le cinquième assaut, Ylith réalisa qu'elle n'arrivait qu'à endommager ce qui se trouvait à l'intérieur de la boîte crânienne. Perdant patience, elle finit par projeter le corps exsangue à terre, pour lui cogner brutalement la tête contre le sol rocheux. Lorsque cette dernière s'affaissa enfin, ce fut avec un effroyable vacarme. Le chant de l'os qui se brise, de la roche qui jouit de son succès. Le murmure de la fuite des fluides et l'atroce musique du cerveau qui s'écrase. Une odeur de plus en plus pestilentielle envahissait la caverne. Totalement possédée par la colère, Ylith avait tout oublié de sa tentative d'autopsie. Bientôt ne restait entre ses mains qu'une charpie sanguinolente, un monticule rosâtre de chairs déchiquetés.

Nonchalamment étendue au bord de l'eau, la Naga à queue de serpent contemplait les étoiles. Elle avait été bien incapable de trouver toute manifestation physique du Mal à l'intérieur du corps de l'elfe fou. Mais elle refusait de renoncer à son idée : elle aurait bien assez tôt l'occasion de renouveler l'expérience... Alors qu'elle fredonnait tranquillement, Ylith réalisa qu'elle avait oublié de poser une question à son agresseur et sujet d'expérimentation. Comment avait-il pu "apprivoisé" l'Araignée géante ? Peut-être ne l'avait-il pas dompté, peut-être s'en servait-il juste pour exécuter de pauvres âmes innocentes. Peut-être son ascendance elfique avait eu une influence sur l'animal.
Bah. Ce n'était pas bien grave.
L'espace d'une nuit, elle avait trompé l'ennui et c'était bien là le plus important.

1998 mots.



Jeu 11 Mai - 2:09
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: Le Berceau des Merveilles-
Sauter vers: