Derniers sujets
» The end is just the beginning
Dim 30 Juil - 21:25 par Scylla Fentkräes

» [Quête] Chic, chic, chic, des Ashrynes ! [PV:Leïen]
Jeu 20 Juil - 2:59 par Invité

» [FLOOD] La dernière chose...
Mer 19 Juil - 18:49 par Invité

» Le conte du traître | Allen & Herzevan
Mer 19 Juil - 15:47 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°19
Mer 19 Juil - 13:10 par Invité

» Au fil du temps
Mar 18 Juil - 13:17 par Invité

» Concours de dessin
Mar 18 Juil - 11:28 par Scylla Fentkräes

» Petite Aetrayelle cherche partenaire de RP [En cours]
Lun 17 Juil - 13:54 par Invité

» TOPS-SITES ÉDITION N°18
Lun 17 Juil - 0:32 par Elih Marendir


Au fil du temps

 :: Mémoires Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
[Métier] Tom l'Intrépide
Premier chapitre
Obtention du métier, Niveau 0

Anya avait toujours eu une imagination débordante… Après tout, elle avait une façon bien à elle de « voir » le monde qui l'entourait, il était un peu normal que cela se traduise par un esprit galopant. Un voyant serait probablement surpris s'il venait à découvrir comment elle percevait son environnement… Elle avait fini par mettre tout cela à profit en partageant les histoires qu'elle parvenait à faire naître dans son esprit. Si ses premières tentatives remontaient à l'orphelinat où les pensionnaires les plus jeunes accueillaient toujours avec plaisir la moindre opportunité de réchapper à leur quotidien, elle essayait maintenant de pleinement en tirer parti.

Mendier lui permettait, jusqu'à maintenant, de survivre dans les rues de la cité humaine mais elle ne comptait pas vivre ainsi éternellement. Il était bien plus agréable de gagner cet argent plutôt que de vivre de la charité des autres. C'était certes plus valorisant et elle avait encore un minimum d'honneur. Quand bien même son handicap n'aurait pas ainsi dérangé les gens, elle n'aurait jamais vendu son corps. Lui restait donc son esprit. Et ses histoires… Mais le public potentiel qui arpentait les rues était certainement plus mature que celui de l'orphelinat. Elle n'allait plus s'adresser à des enfants mais à des adultes. Elle n'allait plus offrir un échappatoire à des malheureux en manquant cruellement mais un temps d'oisiveté à une foule d'affairés…

Si elle devait soigneusement prévoir ce qu'elle allait leur proposer, il fallait aussi qu'elle soit un minimum présentable. Cela ne servirait à rien si personne ne s'arrêtait pour l'écouter parce qu'elle les répugnait… Elle parvint donc à se débarbouiller et à obtenir une tenue décente mais, surtout, elle économisa la moindre piécette de bronze pour s'offrir un long bout de tissu marron. Pièce maîtresse de sa tenue, elle prit bien soin d'enrouler la partie haute de son visage afin que personne ne puisse entrer en contact avec son regard mort. Ce n'était peut-être pas la classe bourgeoise mais personne ne devrait fuir à sa vue. Ni lui lancer de pierres…

Elle s'installa donc à la jonction de la Grande Rue et de l'une des petites rues qui débouchait sur elle, appuyant son bâton au mur et posant un petit panier à moitié défait à son pied. Elle pourrait toujours partir par là si elle ne parvenait pas à ses fins… Elle prit de longues inspirations pour essayer de calmer ses nerfs avec plus ou moins d'efficacités. Après tout, c'était la première fois qu'elle allait se mettre autant en avant et elle ne savait pas du tout comment sa tentative serait accueillie par les passants. Mais elle avait déjà vu d'autres s'essayer à ce type d'exercice… Peut-être de façon moins « vocale » et plus « physique » mais qu'elle réussisse à se faire quelques piécettes de plus n'était pas de l'ordre de l'impossible…

Anya prit une grande bouffée d'air, fit un pas en avant et essaya de faire en sorte que sa voix surpasse un peu le bruit ambiant.


-Mesdames et messieurs !! Prêtez donc l'oreille !
Approchez-vous, ne soyez donc pas timides !!
Laissez-vous porter par une histoire sans nulle autre pareille !
Comment Tom La Guigne devint Tom l'Intrépide!


La jeune femme enchaîna rapidement, consciente d’avoir attiré l’attention d’une paire de curieux. Cela suffirait bien pour un début. Si elle parvenait à les faire rester ils en attireraient peut-être d’autres...

-Toute sa vie l’ami Tom a travaillé la terre, reprenant la ferme de son père. Il perpétuait la tradition familiale en bon fils qu’il était. L’aventure ? Très peu pour lui ! C’était un honnête homme avec un travail honnête ! Elle hocha de la tête d’un air décidé comme si elle énonçait une évidence. Malheureusement la malchance le suivait pas à pas… Dés sa naissance, hélas, un corbeau s’était posé sur le rebord de sa fenêtre pour ne plus jamais le quitter. Partout où allait Tom on pouvait voir l’ombre de son corbeau à ses côtés. Croa ! Elle haussa brusquement la voix, claquant dans ses mains, sentant qu’une personne au moins s’était fait prendre au piège. Le malheur s’abattait… Tom allait chercher de l’eau au puits ? Croa! Nouveau haussement de voix, nouveau claquement de main, la jeune femme instaurait un rythme à son récit... La chaîne se cassait ! Tom se mettait à stocker du bois ? Croa ! La pile s’effondrait ! Tom allait étendre son linge ? Croa ! Une tempête se levait ! Tom s’en allait labourer son champ ? Croa ! Le socle se cassait! Elle finit sur une note basse, laissant quelques secondes le silence s’installer... Mais savez-vous ce qui n’arriva jamais à Tom ? Abandonner! Elle pointa le doigt au ciel, affichant le sourire d’une mère fière de son enfant. La chaîne était cassée ? Il la réparerait ! La pile s’était effondrée ? Il la referait ! Le linge était trempé ? Il l’essorerait ! La charrue était brisée ? Il bêcherait ! Et ce à chaque fois que son corbeau donnait de la voix. Car si Tom était malchanceux, il était surtout courageux… Et ce fut grâce à cela, qu’il parvint à vaincre sa malchance!

Elle laissa à nouveau le silence s’installer quelques secondes, prenant pleinement conscience qu’elle était parvenue à attirer quelques personnes. Ce n’était pas un auditoire énorme, loin s’en fallait, mais si elle se fiait à ses oreilles, elle avait attiré au moins un groupe intéressant. Une famille… C’était encore eux qu’elle parviendrait à attirer le plus facilement et, indirectement, à fidéliser.

-Et cette partie-là de l’histoire vous sera révélée dès demain!

Eut-elle été en mesure de montrer ses yeux qu’elle aurait probablement fait un clin d’oeil mais la Vie étant ce qu’elle était, elle se contenta d’une révérence plus énergique que gracieuse. Restant en position pour un petit moment, la jeune femme sentit une boule se nouer dans son ventre alors qu’elle écoutait désespérément les réactions de son publique improvisé… Il y eut quelques grommellements, des pas s’éloignant puis, à son grand soulagement, le tintement d’une pièce dans son panier d’osier. Ce n’était certainement pas une fortune mais c’était un début et le signe que l’un d’eux serait probablement là le lendemain pour écouter la suite de son histoire. Et ça,ça valait tout l’or du monde!

1 041 mots
Invité
Ven 5 Mai - 13:53
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
[Métier] Tom l'Intrépide
Second chapitre
Apprenti, Niveau 1

La jeune femme ne s'était pas vraiment attendue à la réussite de sa précédente tentative mais, à son plus grand plaisir, certaines personnes s'étaient arrêtées pour l'écouter. La situation n'était toujours pas idéale et elle devait faire terriblement attention à ne pas dévoiler le haut de son visage, mais cela lui donnait un peu d'espoir. Elle devait maintenant affirmer sa réussite de la veille… Avec un peu de chance cela lui permettrait de consolider cette base de spectateurs. Sur le long terme elle n'était pas sans rêver de pouvoir se produire dans des lieux prestigieux comme l'amphithéâtre de la ville. Passer d'un coin de rue à une vraie scène…

Poussant un soupir plein de désirs et d'espoirs, la jeune femme entreprit de se rendre à nouveau présentable. Son expérience de la veille lui avait permis de sauver quelques nouvelles pièces qui lui permirent de se faire un vrai repas, un luxe plutôt rare depuis qu'elle avait quitté l'orphelinat, et un passage aux bains publiques. Même si elle était encore loin de pouvoir se payer un toit sur la tête, des repas réguliers et de nouvelles tenues, Anya sentait qu'elle était à un tournant. Une toute nouvelle vie qui s'offrait à elle si elle parvenait à faire les bons choix et qu'elle jouait, pour une fois, d'un tout petit peu de chance. Elle savait que ce ne serait pas un changement immédiat et que de longues difficultés l'attendaient encore, mais cette nouvelle journée avait un goût de renaissance.

Comme la dernière fois, la jeune femme reprit sa position au niveau de l'intersection avec la Grande Rue. Son installation avait déjà un petit goût de rituel alors qu'elle déposait son bâton contre le mur et qu'elle déposait son panier d'osier fatigué à son pied. Elle reconnaissait les sons et les odeurs qui l'avaient accueillie la veille. Peu à peu elle apprenait à localiser les différents marchands, les habitués de cette rue qui passaient de façon régulière et avaient leurs propres routines. Une routine dans laquelle elle espérait s'immiscer pendant un bon moment…

Vérifiant une dernière fois que son bandeau était toujours soigneusement en place, la jeune femme fit un pas en avant, se faisant presque emportée par le mouvement naturel des badauds. C'était l'heure et, normalement, ceux qui avaient été là la veille seraient à nouveau présents pour connaître la fin de l'histoire. Enfin, c'était ce qu'elle espérait… Anya prit une grande inspiration et laissa sa voix porter au-dessus du tumulte des badauds.


-Mesdames et messieurs !! Prêtez donc l'oreille !
Approchez-vous, ne soyez donc pas timides !!
Reprenons où nous nous sommes arrêtés la veille  !
Comment Tom La Guigne devint Tom l'Intrépide!


Pendant quelques instants, elle sentit son estomac se nouer, attendant de voir si des gens allaient se rapprocher pour l'écouter… Puis elle commença à entendre des curieux s'arrêter à son niveau. Des étrangers mais aussi quelques voix familières, qui étaient déjà présentes la veille. Cela fit naître un sourire discret sur ses lèvres, vivant le retour de ces premiers spectateurs comme un bon augure pour l'avenir qu'elle s'était choisi.

-Nous savons que Tom était courageux et dur à la tâche. Un bon fils qui voulait rendre sa famille fière ! Et ce malgré le Corbeau qui était devenu son ombre… Il voulait faire ses preuves, montrer au monde ce qu'il valait vraiment, au-delà de cette malchance contre laquelle il luttait constamment. Il ne voulait pas se laisser définir par cette dernière et comptait bien la vaincre par l'acharnement. Mais le Corbeau avait plus d'un tour dans son sac… Vous souvenez-vous que notre bon Tom n'aimait pas l'aventure ? Et bien s'il ne la cherchait pas, cette dernière le trouva pourtant! La jeune femme ponctua sa phrase en tapant du poing dans sa main. De ce qu'elle pouvait entendre, les quelques spectateurs qu'elle avait harangués l'écoutaient religieusement... Un beau matin, labourant son champ, notre bon Tom eut une soudaine réalisation. Il faisait beau, il avait presque fini sa tâche, ses corvées étaient achevées… Tout allait étonnamment bien. Cela faisait même plusieurs jours que tout allait pour le mieux ! Il eut beau chercher, se creuser la tête… Rien, ni sur son épaule, ni sur les plus hautes branches à la lisière de la foret, pas la moindre trace de son Corbeau. Tom se sentit léger, léger comme une plume ! La jeune femme fit une sorte de trille avec sa main, imitant une plume voletant au gré du vent. Mais notre bon ami n'était pas né de la dernière pluie. Il savait que cet état de grâce ne pouvait éternellement durer ! Alors il mit toute sa bonne volonté et sa persévérance à se préparer. Il ne savait pas encore quand et comment son Corbeau reviendrait mais, pour sûr ! Il serait accueilli comme il conviendrait! La jeune femme pointa le ciel comme si elle le prenait à témoin, affichant un sourire complice. Pour une fois, il n'allait pas subir le sort, il allait le provoquer. Patiemment, Tom étudia toutes ses rencontres avec le Corbeau. Si chaque action avait sa réaction, il y avait un moyen de les anticiper. Et si on était malin comme notre bon fermier, il y avait peut-être aussi moyen de les entremêler. Jusqu'à provoquer l'impensable… Un coup de chance ! Elle haussa brusquement la voix, faisant un peu sursauter certains spectateurs. Le temps passa, une poignée de jours à peine, lorsque… Croa…? Anya fit mine de chercher d'où provenait le croassement. Croa…?!? A nouveau la jeune femme mima sa recherche, faisant rire les enfants présents. Croa !! Oui ! C'était bien lui ! Le Corbeau était revenu, posé innocemment sur sa branche, attendant son heure. Alors Tom prit son courage à deux mains et se mit au travail, bien décidé attraper son coup de chance. Il sortit sa charrue et entreprit de labourer à nouveau son champ. Croa !! Le socque se brisa. Le Corbeau attendit quelques instants mais plutôt que de le réparer, Tom l'abandonna là. Il se mit alors à couper du bois. Croa !! La hache se disloqua. A nouveau le Corbeau attendit sa réaction habituelle mais plutôt que de remonter un manche, Tom l'abandonna là. S'emparant des quelques bûches qu'il avait réussi à couper, il alla les ranger. Croa !! La pile s'effondra. Le Corbeau se rapprocha en sautillant pour mieux voir notre bon Tom à l'oeuvre mais plutôt que de la reconstituer, Tom abandonna les bûches là. Haussant les épaules, il alla étendre son linge. Croa !! La tempête se leva. Le Corbeau secoua ses plumes, certain de son effet mais plutôt que de s'empresser de le ranger, Tom abandonna son linge là. Mais qu'était-il arrivé au courageux et persistant Tom se demanda le Corbeau…

Bien que personne ne puisse le voir, la jeune femme fronça les sourcils alors qu'elle mettait les mains sur les hanches, comme une matrone se posant des questions. Un sourire en coin vint finalement se dessiner sur ses lèvres en sentant la qualité d'écoute de ses spectateurs… A nouveau elle semblait avoir éveillé leur curiosité. Suffisamment pour pouvoir faire comme la dernière fois normalement. La jeune femme se redressa, reprenant un langage corporel bien plus naturel, pour elle tout du moins...

-Mais le Corbeau n'aura sa réponse que demain!

A nouveau Anya effectua sa révérence, un petit peu plus structurée que la dernière fois. Même si ses nerfs étaient encore à fleur de peau, et elle doutait que cela ne cesse un jour, elle se sentait un peu plus calme et confiante que la toute première fois. Elle pouvait entendre quelques piécettes tomber dans son panier d'osier et le brouhaha de ses spectateurs qui essayaient de deviner ce qui se passerait par la suite. Certaines voix, les plus aiguës et jeunes, essayaient d'arracher la promesse de leurs aînés pour revenir le lendemain pour connaître le fin mot de l'histoire…

Laissant la petite foule, un bien grand mot pour la poignée de personnes qui s'étaient arrêtées pour l'écouter, se disperser, l'aveugle commença à récupérer ses affaires. Elle n'allait certainement pas faire fortune avec ce qu'elle était parvenue à récolter cette fois-ci mais c'était toujours un peu mieux que la première fois et une belle promesse pour l'avenir. Elle en était à ranger son maigre butin dans sa bourse lorsqu'elle sentit une présence silencieuse à ses côtés. Sa main se crispa instinctivement sur son bâton alors qu'elle s'orientait vers l'inconnu.


-Même si elle est simple et plutôt commune, tu as réussi à rendre ton histoire suffisamment intrigante pour qu'on ait envie de revenir. Et tu n'hésites pas à te servir de tout ton corps pour la raconter et lui donner un minimum de rythme…

La jeune femme, déstabilisée par ses propos mais aussi la façon dont il s'exprimait, pleine de confiance, ne sut trop que répondre. Elle s'était attendue à ce qu'on lui reproche justement ce qu'elle était en train de faire et s'était même préparée à se défendre. Elle était donc surprise de recevoir un compliment à la place. Bredouillant un vague merci agrémenté d'un hochement de tête, elle se demandait de quoi il en retournait. L'inconnu lui paraissait d'âge moyen et de taille réduite. Elle devait être juste un peu plus grande que lui. Mais si sa voix grave était posée, elle sentait qu'il devait avoir un sacré coffre et ne parlait bas que parce qu'il ne voulait pas que d'autres entendent.

Une main, large, puissante et aux callosités prononcées, s'enroula brusquement autour de sa main libre, la faisant sursauter. Sa première réaction fut de la tirer pour se libérer mais sa force n'avait rien de comparable avec celle de l'homme qui n'eut aucun mal à la conserver. Il parvint même à lui faire ouvrir, non sans une certaine forme de délicatesse pour ne pas la blesser. Elle sentit qu'on déposait quelque chose au creux de sa main avant qu'elle ne soit libérée. Une bonne odeur de pain chaud vint flotter jusqu'à ses narines et Anya referma ses doigts sur le petit pain qu'on venait de lui offrir comme s'il s'agissait des joyaux de la couronne.


-Je reviendrai demain. Et si la fin de ton histoire me plaît, nous parlerons un peu de ce que tu comptes raconter après ça...

Il eut un hochement de tête décidé qu'elle ne vit pas avant de tourner les talons et de disparaître dans le flot de badauds parcourant la Grande Rue. Anya resta encore quelques instants immobile, se demandant ce qu'il venait exactement de se passer avant de reprendre ses esprits. Une rapide vérification l'informa que sa bourse était toujours à sa place et pas plus légère… Elle prit une grande inspiration, se délectant des odeurs de pain chaud qui émanaient du présent qu'elle venait de recevoir, avant de disparaître à son tour, remontant la ruelle d'où elle était initialement venue… Si elle avait un peu de chance, la fin de l'histoire de Tom serait le début de la sienne.

1 813 mots
Invité
Ven 19 Mai - 10:34
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
[Métier] Tom l'Intrépide
Dernier chapitre
Initié, Niveau 2

Assise sur le bord du lit qu'elle s'était payé, la jeune femme laissa son esprit revenir sur les derniers jours. Elle avait réussi à gagner suffisamment pour se payer une nuit dans une auberge, profitant non seulement pleinement d'un vrai lit, propre et confortable, mais aussi de repas copieux. Luxe des luxes, elle comptait même profiter d'un bain ici, en privé, évitant ainsi les bains publics. Cela allait causer un trou important dans ses économies mais, des fois, il fallait bien se faire un peu plaisir. Laissant ses doigts jouer avec le drap, un peu rêche pour une peau délicate mais d'une douceur sans pareille pour ses standards, elle se fit la réflexion que les gens qui avaient à demeure un toit au-dessus de leur tête ne réalisaient probablement pas leur chance.

Elle n'avait pas l'habitude de prendre ainsi soin d'elle mais la jeune femme réalisa rapidement que cela ne faisait que renforcer la confiance qu'elle pouvait avoir en elle. C'était naturel, logique même, mais pas forcément évident à mettre en pratique lorsque l'on venait de son milieu. L'orphelinat avait déjà été difficile pour elle mais, au moins, elle avait pu profiter d'une certaine structure avec un endroit sûr où elle pouvait dormir et la certitude d'un repas régulier. Une fois livrée à elle-même dans les rues, cela avait été une toute autre histoire et si elle avait prouvé qu'elle avait la volonté de s'en sortir, les détails logistiques avaient été plus piégeux…

Il était évident que les gens lui prêteraient plus attention, et dans le bon sens du terme, si elle était propre et bien habillée plutôt que couverte de la poussière de la route et dans des haillons douteux. Mais c'était un cercle vicieux… Il fallait de l'argent pour pouvoir bien présenter et il fallait bien présenter pour gagner un minimum d'argent. Dans l'ensemble l'edsere avait conscience d'avoir eu beaucoup de chance. Si elle était parvenue à s'attirer un peu de public et que ce dernier avait daigné lui abandonner quelques pièces, il y en avait des centaines d'autres qui ne parvenaient jamais à se faire suffisamment remarquer pour pouvoir sortir de la misère…

Elle était encore loin de pouvoir se faire passer pour une nantie, mais elle parvenait désormais à faire suffisamment oublier qu'elle était normalement à la rue. Cela inciterait plus naturellement les gens à s'arrêter pour l'écouter, lui donnant une certaine forme de crédit. La cape, bien qu'un peu miteuse, qu'elle était parvenue à se procurer disposait aussi d'une lourde capuche qui masquerait sans peine son visage, la changeant agréablement du bandeau douteux qu'elle avait utilisé jusque-là. C'était non seulement plus présentable mais, surtout, beaucoup plus sûr pour elle. Elle n'avait plus à craindre que ce dernier ne glisse par accident, révélant son visage et provoquant les éternelles mêmes réactions. C'était un coup à faire fuir définitivement son publique si difficilement acquit !

Si fidéliser ses spectateurs avait été un enjeu qu'elle avait déjà trouvé stressant, elle venait de s'en découvrir un nouveau qui n'en était pas moins. L'inconnu qui l'avait abordée à la fin de sa dernière prestation n'avait pas été oublié… La jeune femme se souvenait parfaitement de la promesse tacite qui lui avait été faite. Il devait revenir aujourd'hui et il prêterait une attention toute particulière à la fin de son petit conte impromptu. C'était une nouvelle pression à laquelle elle ne s'était pas attendue. Certes, elle avait suffisamment de considération pour les gens qui daignaient l'écouter pour faire en sorte de leur fournir un récit de qualité, dans la mesure du possible, mais jamais elle n'avait eu autant conscience qu'elle pouvait décevoir quelqu'un…

Anya ne savait pas vraiment ce qu'il avait cherché à exprimer exactement… Parlait-il de la future histoire qu'elle devrait créer ou, d'une façon plus générale, le futur qu'elle poursuivait ? Qui était-il, d'ailleurs, pour lui poser ce genre de questions… ? Lorsqu'il l'avait approchée, il lui avait offert un pain chaud dont les arômes avaient rapidement saturé l'air ambiant mais elle était tout de même parvenue à déceler une forte odeur d'animaux sur lui… Tenait-il une ménagerie ? Dans ce cas pourquoi s'intéresser à elle ? Elle n'avait pas d'animaux et ne se connaissait aucun talent avec eux, ces derniers ne semblant pas vraiment réactifs à un compteur…

Mais s'il avait un ticket pour qu'elle puisse enfin sortir définitivement de la rue ? Si c'était enfin la chance qu'elle espérait tant ? La possibilité d'une vie meilleure, de pouvoir s'accomplir dans quelque chose qu'elle aimait vraiment. L’opportunité de ne plus être seulement la « fille aveugle », cette edsere bizarre qui provoque plus facilement le dégoût que la sympathie chez ceux qui voient son visage… Elle allait peut-être se forger un nom, elle allait peut-être enfin devenir quelqu'un qui serait reconnu pour ses qualités et ses talents plutôt que par son hasard de naissance, sa malédiction voir pire, son handicap ?

Bain expédié, non sans en avoir pleinement profité, Anya prit grand soin de se préparer. Ce n'était pas de la coquetterie écervelée mais plus un signe de professionnalisme à ce stade. On la voyait avant qu'on ne l'entende après tout. Les vêtements qu'elle était parvenue à se procurer avaient été soigneusement brossés et elle s'assura que sa capuche était parfaitement en place, cachant juste assez pour provoquer l'imagination sans pour autant traumatiser qui que ce soit… Bourse, bien plus maigre mais qui ne manquerait pas de se remplir à nouveau, à la ceinture, bâton en main, l'edsere ne ressemblait plus vraiment à la pauvre malheureuse qui avait été mise à la rue en sortant de l'orphelinat...

La jeune ménestrel était maintenant fin prête. Prête à satisfaire ce public initial et fidèle. Prête à saisir sa chance. Prête à embrasser une nouvelle vie. Elle sentait déjà les mots lui titiller la langue et, plus que jamais, elle avait envie de raconter la fin de cette histoire. De partager cette dernière escapade dans son imaginaire avec qui voudrait bien l'écouter. Car elle commençait enfin à l'assumer, ce qui sortait de sa bouche n'était pas si inintéressant que ce que l'on avait cherché à lui faire croire. C'était forte de cet optimisme, le coeur submergé d'espoirs, qu'Anya avait quitté sa chambre d'auberge pour rejoindre ce qui était, depuis maintenant plusieurs jours d'affilés, devenu sa scène…


(¯`·.¸¸.·´¯`· .¸¸.·´¯`·.¸¸.·´¯`·.¸¸.·´¯)

Ce fut avec une confidence renouvelée que la jeune edsere retrouva son coin de rue… Comme un rituel bien huilé, bien qu'encore très récent, elle entreprit de se mettre en place. Son bâton vint se poser contre le mur alors que son petit panier destiné à recueillir quelques pièces était déposé à son pied. Il était probable que les gens ne voient rien de bien différent en ce jour mais la jeune femme avait l'impression que le fond même de l'air était particulier. Aujourd'hui elle terminait l'histoire de Tom. Aujourd'hui, peut-être, elle sortait enfin de la rue. Aujourd'hui était peut-être le premier jour d'une toute nouvelle vie…

La rue était toujours aussi pleine de vie et elle retrouva les éléments qui lui étaient devenus familiers avec plaisir. Des odeurs de nourriture venaient lui chatouiller les narines, les marchands haranguaient la foule pour l'attirer à leurs étales, les enfants couraient partout, s'amusant d'un rien. A son tour d'ajouter à l'animation générale… Anya vérifia une dernière fois que tout était en place, ses affaires mais surtout sa capuche, s'assurant que le haut de son visage était soigneusement masqué à la vue des passants. Elle refoula ensuite les dernières formes de trac qu'elle pouvait ressentir avant de prendre une grande inspiration…


-Mesdames et messieurs !! Prêtez donc l'oreille !
Approchez-vous, ne soyez donc pas timides !!
Reprenons où nous nous sommes arrêtés la veille  !
Comment Tom La Guigne devint Tom l'Intrépide!


Elle laissa ainsi sa voix porter et attirer le chaland. Certaines voix lui étaient familières et elle ressentit un certain plaisir à les retrouver une troisième fois. Il s'agissait souvent d'enfants ou de famille avec enfants mais cela ne changeait rien au fait qu'ils avaient fait en sorte d'être là au bon moment pour pouvoir écouter la fin de son histoire. Ils l'avaient délibérément cherchée… Rien que pour ce petit noyau de loyaux spectateurs, la jeune femme était bien décidée à tout faire pour qu'ils apprécient ce dernier morceau de conte. Elle ne les décevrait pas. C'était une promesse qu'elle s'était faite…

-Lors de notre dernière rencontre nous avions laissé un Corbeau fort dubitatif face aux réactions de notre bon Tom… Voilà que ce dernier ne se battait plus bec et ongle contre l'adversité ? Etrange ! D'où lui venait cette soudaine paresse? Que lui était-il donc arrivé durant son absence pour qu'il se laisse ainsi aller ? Car, souvenez-vous,... Anya fit mine de prendre à partie son auditoire… Le Corbeau avait disparu pendant quelques jours. Mais où donc était-il aller ? La jeune femme se pencha vers ses spectateurs comme si elle allait partager un secret avec eux. Préparer son prochain mauvais coup bien entendu! Et maintenant voila que notre volatile se demande s'il n'aurait pas manqué quelque chose… Mais des années de réussites et de comportement inchangé ont trop fait grandir la confiance du Corbeau. Avec un croassement dédaigneux, il préféra ne pas plus se poser de questions avant de prendre son envol, s'installant confortablement sur une haute branche d'arbre. Notre Corbeau n'avait pas oublié notre bon Tom pendant son absence, non, non, non ! Sachant pertinemment qu'il n'aimait pas l'aventure, il était allé la chercher juste pour lui. Et maintenant il ne restait plus qu'à attendre qu'elle arrive et frappe l'ignorant malheureux…

La rue était loin d'être silencieuse mais la jeune femme avait tout même l'impression qu'elle était parvenue à créer une petite bulle de calme autour d'elle. Ceux qui s'étaient regroupés autour d'elle étaient silencieux, attentifs, buvant le moindre de ses mots. Même les enfants avaient cessés de courir et de crier. Un courant d'air lui porta une forte odeur animale aux narines, comme la dernière fois, et Anya comprit que son mystérieux pourvoyeur de pain avait tenu sa parole. Il était bel et bien venu écouter la fin de son histoire. C'était maintenant ou jamais… La jeune femme laissa le silence s'installer encore quelques instants avant de reprendre de plus bel…

-Braoum… ! La jeune femme parvint à faire sursauter quelques personnes avec son onomatopée. Tom se figea. A nouveau Anya attendit quelques instants de silence avant de reprendre brusquement. Braoum… ! La terre trembla ! Si moins de spectateurs sursautèrent, elle réussit tout de même son effet, laissant moins de temps s'écouler entre deux phrases. Braoum… ! Le claquement du bois que l'on brise se fit entendre… Si Tom était figé au milieu de son champ comme un cerf venant de croiser un chasseur, non loin de lui, le Corbeau observait goulûment toute la scène. Braoum…. ! Ce dernier son fut plus fort que les autres et Anya l'accompagna d'un mouvement de bras comme si elle cherchait encore à l’amplifier. Elle resta figée quelques secondes avant de reprendre. Et que vit Tom émerger de la foret… ? Une créature cauchemardesque, haute de plusieurs mètres ! Deux bras, deux jambes, deux têtes, plus laide l'une que l'autre. Un simple pagne entourait sa taille et la couche de crasse qui recouvrait sa peau était telle qu'il ne parvenait pas à en discerner la couleur. Un tronc d'arbre qu'il traînait derrière lui semblait lui faire office de gourdin et si l'intelligence ne brillait pas au fond de ses quatre petits yeux chafouins, la force brutale qu'il dégageait en disait long sur le danger qu'il représentait. Tom n'avait plus le choix. Même s'il n'aimait pas l'aventure, cette dernière était venue jusqu'à lui et il devait maintenant survivre à l'expérience… Il était amusant de constater à quel point adultes et enfants étaient attentifs à la suite, concernés par le sort de leur héro du jour. Anya les laissa mijoter quelques instants avant de les faire sursauter. Crôa ! Si le Corbeau avait pu sourire, il l'aurait fait. Au lieu de cela il claque du bec, avant d'observer avidement Tom, se demandant comment ce dernier allait s'en sortir. La créature tourna brusquement la tête dans la direction de ce surprenant bruit, découvrant ainsi un fermier à l'air tout à fait savoureux. Sourire niais aux lèvres, il se précipita sur Tom d'un pas lourd et maladroit. L'un des plus jeunes enfants poussa un petit cri et essaya de se cacher dans les jupons de sa mère provoquant un sourire amusé chez Anya. Mais le Corbeau avait oublié qu'il avait passé la matinée à provoquer notre bon Tom ! La tempête que notre ami fermier avait ignoré arracha alors le linge qu'il avait abandonné à son sort, le propulsant dans les visages de la créature. Celle-ci poussa un grognement de frustration, continuant à avancer complètement aveuglée… Pour marcher sur la tête de hache disloquée qui était finalement restée au sol ! Un puissant cri de douleur se fit entendre et le monstre se mit à sautiller sur un pied, essayant de déloger cet inconvénient outil. Parvenant presque à ses fins, son pied valide atterrit droit sur la pile de bois effondrée, lui faisant définitivement perdre l'équilibre… Immobile, retenant son souffle, Tom ne bougea pas d'un poil alors que cette masse monstrueuse s'abattait vers le sol à une vitesse alarmante, pile sur le socle brisé de sa charrue, ses bras battant inutilement l'air pour essayer de se rattraper. Boum !! Le bruit de sa chute fut assourdissant, le sol trembla à en faire tomber Tom et plusieurs arbres s'effondrèrent… Mais le monstre ne se releva pas, le socle de la charrue profondément enfoncé dans son coeur !

Plusieurs enfants applaudirent la fin du monstre, provoquant quelques éclats de rire chez leurs parents. La jeune femme se contenta de sourire, heureuse d'avoir réussi à les accrocher jusqu'à la fin. Ne restait qu'à conclure et, pendant une fraction de seconde, l'edsere ressentit un pincement au coeur à l'idée d'abandonner Tom après avoir passé plusieurs jours à conter son histoire. C'était un peu comme dire au revoir à un vieil ami. Un vieil ami à qui elle devrait beaucoup si tout se passait bien… Lorsqu'elle sentit qu'elle avait à nouveau l'attention de son public, la jeune femme reprit son histoire.

-Tom avait réussi à provoquer le sort ! Il avait provoqué sa chance ! Et lorsque l'on ne retrouva que quelques plumes noires coincées sous le tronc de l'un des arbres abattu, notre bon fermier sût qu'il n'aurait plus jamais à subir la malchance ! Tom avait survécu à son aventure. Tom avait vaincu un monstre grâce à sa persévérance et son esprit !
Et c'est ainsi que Tom La Guigne devint Tom l'Intrépide !
Merci pour Anya de lui avoir ainsi prêté l'oreille !
Face au mauvais sort ne restez jamais placides !
Et puissiez-vous vivre des aventures sans pareil !


La jeune femme fit une profonde révérence et eut le plaisir d'être récompensée par une poignée d'applaudissements alors que d'autres laissaient quelques pièces dans son panier. Heureuse d'être parvenue à raconter son histoire jusqu'au bout, Anya ne pouvait s'empêcher de sourire. Mais elle se crispa à nouveau lorsqu'une bouffée d'odeur animale vint soudainement lui chatouiller les narines, annonçant la proximité de son inconnu. Elle aurait pu aller jusqu'à lui mais elle préféra finir de ranger ses affaires, saluant au passage ceux qui la remerciaient ou lui donnaient une tape amicale sur l'épaule pour la féliciter. Il finit par se rapprocher de lui-même, une fois qu'ils étaient seuls à l'entrée de la ruelle. L'edsere resta silencieuse, attendant avec anxiété le verdict…

-La fin de ton histoire m'a plût. Comme aux autres. Que comptes-tu faire par la suite… ?
-Je ne sais pas encore. Trouver une nouvelle histoire à raconter je suppose ?

Elle avait maintenant la preuve qu'elle pouvait très bien s'en sortir en continuant ainsi. Il suffisait juste qu'elle travaille ses histoires, qu'elle se créée tout un registre qu'elle pourrait ainsi conter au jour le jour. Et par la suite, ces histoires pourraient devenir réelles, Anya transmettant les aventures des uns aux autres… Une vraie vie de ménestrel… L'idée lui plaisait énormément et de ce qu'elle avait vécu ces derniers temps, elle savait qu'elle n'était pas complètement irréalisable. Il fallait juste qu'elle persévère et qu'elle s'en donne les moyens. L'inconnu dut comprendre sa réflexion car il afficha un sourire de vainqueur…

-J'ai une proposition à te faire. Allons en discuter autour d'un verre. Je suis sûr que cela t'intéressera… Je suis toujours à la recherche de nouveaux talents et je suis certain que nous pourrons faire de grandes choses ensemble.
-Et comment vous appelez-vous ?
-Markos…

Anya n'hésita pas longtemps avant d’emboîter le pas à Markos, se disant qu'elle pourrait toujours refuser si ce qu'il lui proposait ne lui plaisait pas. Mais, elle l'avait déjà senti dans l'air, aujourd'hui elle changeait de vie. Et Markos en serait le principal instrument…

2 788 mots
Invité
Mar 18 Juil - 13:17
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Mémoires-
Sauter vers: