Un air de déjà vu [PV Yanos][Terminé]

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 62
La jeune femme rabattit sèchement la capuche de sa cape sur son visage. Bien qu'un beau soleil ait décidé de montrer le bout de son nez, un vent particulièrement vicieux et glacial balayait les rues. Cela n'empêchait pas les gens de vaquer à leurs occupations, ce n'était certainement pas la météo qui arrêterait le monde de tourner, mais le moindre geste quotidien devenait immédiatement un peu plus difficile... Faire en sorte de garder son visage masqué, par exemple, devenait une véritable gageure. Ses cheveux semblaient doués d'une vie propre lui donnant des airs de gorgone alors que sa capuche persistait à retomber sur ses épaules...

Anya n'avait aucun moyen de voir le regard que les passants posaient sur elle mais elle les sentait sans mal... Elle savait qu'au-delà de sa façon de se déplacer, ceux qui pouvaient voir ses yeux avaient tendance à plutôt mal réagir. Au minimum elle pouvait entendre les chuchotis échangés jusqu'à subir des réactions plus physiques. Pour ne pas dire douloureuses... Cela dit il n'y avait rien de nouveau pour elle. La demoiselle se contentait donc de grommeler tout bas contre ce vent omniprésent et de rattraper sa capuche à chaque fois... Certains auraient pu suggérer qu'elle s'attache les cheveux au passage mais ils représentaient un avantage surprenant dans cette situation. Tout simplement parce que les passants se focalisaient plus facilement sur le mouvement, donc ses cheveux, que sur son visage...


-Je ne sais pas pour toi mais je crois qu'il est grand temps que nous nous mettions au chaud...

Trottinant calmement aux cotés de l'humaine, Kochka ne daigna pas gratifier ses propos d'une quelconque forme de réponse. Pour l'instant toute son attention était focalisée sur un cordon de cuir qui pendouillait nonchalamment du fourreau d'un elfe qui marchait à quelques pas d'eux... Plus il se balançait, plus ses pupilles se dilataient, et plus le monde s'effaçait autour de lui. Ses muscles commençaient à subtilement se tendre, prêt à bondir sur ce qui était devenu sa proie...

Si Anya était incapable de voir ce qu'il se tramait exactement, elle avait suffisamment longtemps vécu avec le simédia pour sentir la tension qui émanait brusquement de lui... Elle savait associer ce comportement à celui de la chasse mais elle voyait mal ce que le félin allait pouvoir traquer en pleine ville. Hormis des ennuis... D'un mouvement fluide la jeune femme se baissa et passa la main sous le ventre de Kochka qui revint brusquement à la réalité. Quelques secondes plus tard il escaladait le bras d'Anya pour venir s'installer sur ses épaules comme une grosse écharpe poilue au poids non négligeable. La jeune femme eut un petit pincement au coeur en constatant qu'elle ne pourrait bientôt plus pouvoir le porter comme cela encore bien longtemps...


-Allez Bête Immonde...

Elle gratta le félin derrière une de ses oreilles, visiblement amusée par son comportement... Dépassant l'elfe, inconscient d'avoir récemment réchappé à une féroce attaque de félin immature, la jeune femme poussa finalement la porte de l'une des tavernes de la ville. Ses sens furent immédiatement assaillis par un mélange presque agressif de chaleur, d'odeurs d'alcool et de rires gras. Résistant l'envie de faire un pas en arrière, elle mit quelques instants à se reprendre, suffisamment pour pouvoir entrer dans l'établissement sans avoir à faire plus que de glisser son bâton devant elle.

Le bougonnement grave en provenance de sa droite lui permit de localiser le propriétaire de l'établissement. Le Nain, personnage atypique de la cité, n'était peut-être pas recommandé pour sa discussion mais son établissement était tout à fait le bienvenu quand on avait besoin de se réchauffer quelque peu... Quelques instants après, Anya était dirigée vers une table libre, un peu à l'écart, un verre de moretum attendant soigneusement d'être consommé...


622 mots
Lun 1 Mai - 15:35
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 47
Ce fut une belle journée pour les travailleurs. Le soleil les poussant à en faire un peu plus avant que le ciel se fâcherait à nouveau. Le vent, plutôt en forme, ne semblait pas les troubler plus que ça. Une petite fourrure sur les épaules contre le froid des alizées et le tour était joué. La porte de la ville en était plus que bonder avec tous ces entrées et sortis des itinérants, voyageant afin de gagner leurs croutes. Les chariots étaient finement inspecter, jusqu’à demander aux crochets de descendre en attendant.  Alors que beaucoup était passive, on pouvait entendre un éclat de rire retentirent parmi eux. Cette joie toucha quelques passants qui ne purent s’empêcher de sourire ou de rire à leur tour.

Alors qu’une paire de bœuf tiré une charrette commerçante qui était en train d’être passé au peigne fin, Le propriétaire était bras dessus et dessous avec un ailé dont on pouvait voir la tête dépassé de la foule tellement il était grand. Il l’avait trouvé sur la route errant dans des directions aléatoire malgré une carte et une boussole.

« Hep l’ami ! Dans quelles directions tu vas ? »

« Dans la même direction que mes pieds »

Le sympathique marchant, appréciant naturellement la présence angélique, mais encore plus celui-là par son tact marrant, avait soufflé l’idée de l’emmener chez les humains, qu’une manière ou d’une autre, il trouverait quelque chose à faire. Yanos avait passé la majeure partie du voyage à regarder l’horizon en posant plein de question de comment et le pourquoi. Le reste du voyage dérapa lorsque l’innocence d’Yanos fut frappée par une moquerie bienfaisante.

« Hé ! Tu sais quelle est la différence entre la bière et une femme ? »

« Euh…je sais pas »

« Ben reprend en une… »

Les deux avaient tout simplement répliquait jusqu’à en avoir mal au ventre. Une fois à destination, le marchand lui indiqua un établissement mené par un certain «  nain ». Avant de reprendre son travail, l’itinérant avait conseillé à l’ange de ne pas trop titiller le propriétaire des lieux. Son caractère et de temps en temps son code vestimentaire laissé à désirer selon lui. Les deux se quittèrent en riant lorsqu’Yanos répliqua que c’était du « nain porte quoi ».
L’ange fut braqué de regard lorsqu’il passa la porte encore un peu hilare. C’était un ange, c’était sur…mais, il n’était pas blanc, on aurait dit un forestier venant ponctuer sa journée avec les copains. Et là ou on pouvait arquer un sourcil, c’est que ses ailes brunâtre étaient attachées dans le dos par sa ceinture. Mais le regard des gens ne semblait pas du tout déstabilisant pour lui. Il parcourait la grande salle dans un sourire amical  avant d’avancer vers le comptoir. Il commanda le repas du jour, une pièce de viande, quelques pommes de terre et une paire légume en décorations. En attendant que ça se prépare, il se retourna cherchant un endroit où s’installer. Ses yeux luisants se posèrent sur le fond de la salle, sur une femme voulant se faire discrète. Les clients voisins semblaient la saisir d’un regard de rumeurs. Yanos passa devant eux en leur faisant un clin d’œil et une petite moue pour leur faire comprendre que ce n’était pas nécessaire. Sans attendre une quelconque réaction. Il se retrouva face à la demoiselle et le chat.

« Bonjour vous deux, puis-je m’assoir ? »

Sa voix était sympathique et respirait le bien être. Il avait les mains dans le dos, il s’était un peu penché, souriant en plissant les yeux.

596 mots


Lun 1 Mai - 17:13
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 62
Il n'était pas rare, lorsque l'on fréquentait l'établissement du Nain, de devoir partager sa table avec de nouveaux clients. C'était probablement la rançon du succès et elle ne pouvait qu'être heureuse pour lui... Cela ne dérangeait pas vraiment Anya en soit. La plupart du temps les gens évitaient de trop l'approcher et se dépêchaient de changer de table si finalement ils étaient trop mal à l'aise. La jeune femme pouvait difficilement leur en vouloir et faisait en sorte de rester accueillante du moment qu'ils restaient civils. Il arrivait même parfois que certains parviennent alors à dépasser leurs réactions naturelles et restent pour échanger quelques mots, ou histoires, avec elle... C'était ces moments-là qu'elle préférait.

C'est pour cela qu'elle offrit un sourire chaleureux et teinté d'espoir dans la direction de la voix, indéniablement masculine, qui venait de s'adresser à elle. Avant qu'elle ne sente sa présence la surplomber, elle avait senti Kochka se tourner dans sa direction, reniflant discrètement. Etant donné que son ami félin ne s'était pas tendu et n'avait pas grondé, il avait dû le juger suffisamment digne de confiance pour pouvoir s'installer à leur table. Le simédia, étant naturellement protecteur d'Anya, lui servait souvent de baromètre pour jauger ceux qui s'approchaient d'elle. Cela lui avait évité plus d'une mauvaise surprise...


-Je vous en prie.

D'un geste elle indiqua la chaise qu'elle savait se trouver face à elle, un simple balayage du pied lui ayant permis de la localiser un peu plus tôt. Si la jeune femme se voulait accueillante, elle ne chercha pas pour autant à enlever sa capuche, sachant pertinemment que tous ses efforts seraient sapés du moment que son visage serait pleinement visible. Si c'était triste, cela faisait suffisamment longtemps qu'elle vivait ainsi pour s'être fait une raison et, du moment qu'elle pouvait librement s'exprimer et boire son verre, elle n'y voyait pas vraiment d'inconvénient. Elle préférait laisser penser qu'elle voulait se donner des airs mystérieux plutôt que de sentir l'inévitable mouvement de recul que sa vision provoquait...

-Je m'appelle Anya, enchantée...

Il y avait quelque chose d'un peu étrange dans la façon dont cet étranger se déplaçait et la jeune femme pencha légèrement la tête pour se concentrer sur les bruits que produisaient ses mouvements. Au fil du temps elle avait appris à interpréter ce qu'elle entendait... Non pas qu'elle ait une ouïe plus fine que ses confrères humains mais elle était plus habituée à s'en servir. Certains sons, simplement considérés comme un arrière-fond facilement ignoré, étaient en fait une formidable source d'informations une fois qu'on savait ce qu'ils signifiaient. A défaut de pouvoir voir, la jeune femme avait apprit à entendre...

Et c'était grâce à cela qu'elle pouvait estimer, au jugé, la carrure de son compagnon de tablée. Carrure qui semblait plus que respectable pour ne pas dire impressionnante, surtout comparée à la sienne. Si elle avait dû lutter pour ne pas tomber à cause du vent, il ne devait pas avoir eu beaucoup de difficultés à se déplacer dans les rues... Sa voix étant agréablement grave et le ton léger, elle se permit de lui donner un visage souriant et avenant... C'était là la limite de son monde, elle ne pouvait que supposer à quoi il ressemblait, ne pouvant se reposer sur rien pour déterminer la couleur de sa peau, de ses yeux ou de ses cheveux. Au fil du temps et avec un peu d'attention elle pourrait probablement déterminer s'il avait les cheveux longs mais elle ne pourrait supposer plus loin...

Mais au-delà d'une belle carrure, il y avait quelque chose d'autre dans sa façon de se déplacer et de s'installer à sa table. Une pointe de précautions, volontaire ou non, dans ses mouvements... Cela lui fit penser à la façon dont les personnes ailées se déplaçaient mais il manquait le bruit caractéristique de ces dernières qui étaient toujours en train d'inconsciemment bouger... C'était intrigant mais elle pouvait difficilement lui poser la question sans que cela soit déplacé... Et que cela ne trahisse aussi sa cécité... Or elle était curieuse de voir combien de temps l'inconnu mettrait pour comprendre alors que ses mouvements étaient confiants... Un feulement se fit entendre alors que Kochka se dressait pour appuyer ses pattes avant sur la table, laissant clairement voir sa tête. Anya eut un sourire amusé avant de le caresser.


-Et voici Kochka Le Magnifique !

720 mots
Lun 1 Mai - 22:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 47
Ce n’était pas un hasard qu’Yanos ai décidé de venir accompagner la miss au chat. Il y avait d’autre table disponible ou il aurait pu se rassasier à volonté, mais tout épicurien fut-il, il préférait accompagner quelqu’un d’autre. Et pourquoi elle ? Et pourquoi pas ? Les autres avaient l’air d’être dans une ambiance, inutile donc d’y ajouter son grain de sable. Il fut alors ravi de la réponse positive de l’encapuchonnée. Il tira alors la chaise désigné normalement et se présenta à son tour.

« Salut Ani ! Moi c’est Yanos. »


Il arqua lui-même un sourcil après avoir prononcé ce surnom. Il avait une très vague impression de déjà-vu. Bah ! Ça lui prenait souvent, Il commençait à avoir l’habitude, et puis ce surnom semblait coller parfaitement à l’humaine.. Le sourire toujours au beau fixe, les yeux légèrement plissé, les coudes sur la table avec ses mains refermées l’une sur l’autre. Il suivi la présentation du petit félin et ouvra en grand les yeux.

« Oh ! J’adore les matous ! Salut toi… »

Yanos avait un rituel particulier avec les animaux, il leur faisait sentir la paume d’une de ses mains. Ici quand il la tendit à Kochka, c’était pour se présenter, mais les moments où il eut des animaux quotidien prêt de lui, il leur faisait sentir n’importe quoi, Comme leur odorat était plus développé que le sien, il leur offrit l’opportunité de sentir des odeurs qui peut être n’avait pas l’habitude d’avoir autour deux et donc d’élargir leur connaissance. Avant de venir ici, Yanos avait passé le début de matinée sur les chemins des campagnes, il s’était allongé dans l’herbe un instant. Bref, le chat en ferait la découverte. L’ange revint sur l’amie des félins.

« En voilà, un bon compagnon. J’imagine qu’il doit t’aider à voir le monde sous un aspect particulier. »

Les repas arrivèrent et en un instant, la table fut recouverte de deux assiettes du repas du jour, deux chopes et une cruche d’eau. Yanos huma les odeurs comme un enfant qui n’avait pas mangé depuis son anniversaire. Il savait bien qu’elle n’avait rien commandé, mais si elle ne mangeait, et ben c’est lui qui s’en chargerait, il était loin de la quantité de nourriture qu’il pouvait avaler, mais ce n’était pas une nécessité d’arriver jusque-là à chaque fois.

« Je voulais manger un morceau quelque part, et comme j’aime accompagner mes repas d’une compagnie, je t’ai offert celui-là. »

Et là, étrangement, il glissa les couverts d’Anya dans une position bien précise. Comme s’il savait que cette configuration était adaptée à cette jeune femme, qu’il ne connaissait pourtant pas du tout. Encore une fois l’ailé ne fit pas attention et fut comme agacé par ses ailes qu’il n’avait pas encore trouvé le truc pour les rétracter complétement. Attachées par sa ceinture, ses ailes furent enfin libérer une fois celle-ci déverrouillé. Comme ses plumes ne se pliaient pas. Au lieu qu’elles soient dans une position majestueuse, elles retombèrent mollement sur la chaise et le sol. Une fois à l’aise sur sa chaise et prêt à manger, il revint sur le chat.

« Et toi ? T’as faim »


Il n’avait même pas commencé de manger qu’il faisait déjà l’imbécile à faire serpenter son index devant Kochka.

545 mots


Mar 2 Mai - 20:29
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 62
Cacher ses émotions, lorsque l'on passait son temps sous une capuche, était relativement facile, il fallait juste faire en sorte que le langage corporel ne vous trahisse pas. Obligée de bien maîtriser son corps, la jeune femme faisait donc soigneusement attention à ce qui pouvait être communiqué au travers de sa posture. Cela ne l'empêchait de faire quelques bourdes. Par exemple, dans le cas présent, ses épaules se tendirent immédiatement lorsqu'elle entendit le sobriquet que Yanos lui attribua…. Ce n'était pas tant qu'elle ne le supportait pas plutôt que le fait que cela faisait très longtemps que plus personne ne l'avait appelée ainsi…

Il n'était pas rare d'attribuer aux uns et aux autres toutes sortes de surnoms, soit en rapport avec un élément marquant les concernant, soit parce que leur nom était trop long ou compliqué… Dans son cas, près quelques coups de bâtons savamment placés, la plupart des connaissances d'Anya savait qu'il ne fallait pas l'appeler « l'Aveugle ». Anya était un prénom tout à fait correct et suffisamment court pour qu'on ne cherche pas trop à l'estropier. Le seul endroit où son entourage avait persisté avec cette manie était l'orphelinat qui l'avait vue grandir. Et ce parce que les autres options qu'on lui avait alors proposé étaient toutes aussi dégradantes et vexantes les unes que les autres…

Cela dit ses années d'orphelinat étaient bien loin et elle n'avait encore jamais vraiment recroisé l'un de ses infortunés compagnon de misère. Elle savait que certains n'avaient jamais vraiment quitté l'institution, y trouvant une vocation toute à leur honneur, alors que d'autres avaient décidé de tenter leur chance dans le vaste monde. Difficile de savoir ce qu'il était advenu de ces derniers et, si elle gardait tout de même une pointe de rancoeur envers certains d'entre eux, elle n'en était pas non plus au point de leur souhaiter une mort tragique et douloureuse. Peut-être certains l'avaient reconnue mais aucun ne s'était présenté à elle en tant que tel.

Le fait que son invité surprise l'appelle Ani était peut-être un simple hasard et une tentative, comme une autre, de rompre la glace avec elle. Pour l'instant, elle n'était pas en mesure d'affirmer si elle le connaissait, son nom ne lui paraissait pas plus familier que d'autres… Yanos profitait, pour l'instant, du bénéfice du doute et la jeune femme préféra balayer tout souvenir négatif associé à ce sobriquet pour ne pas partir d'un mauvais pied avec lui. Il lui offrait un repas après tout ! Cela méritait bien quelques efforts de sa part…

Une fois que Kochka se fut suffisamment familiarisé avec l'odeur de l'ange, et de ce qu'il avait pu récemment croiser, il poussa la main avec son crâne, quémandant quelques grattouilles bien placées. Anya le laissa faire quelques instants avant de gentiment le rappeler à l'ordre en lui tapotant le flanc. Il ne pouvait pas non plus passer des heures dans cette position et accaparer leur invité… Loin de s'en vexer, le félin redescendit au niveau du plancher des vaches pour aller se frotter aux mollets de Yanos, bien décidé à transformer cette partie de sa tenue en bottes poilues destinées à affronter la toundra…


-C'est très aimable à vous ! Vous auriez été le bienvenu à ma table même sans cela. Même Kochka semble s'être entiché de vous!

L'humaine lui offrit un nouveau sourire aimable et chaleureux avant de se figer, ses doigts frôlant les couverts qu'il venait de placer. Encore un élément perturbant faisant remonter une vague de souvenirs qui n'étaient pas tous très agréables. Peu de personnes se montrait discrètement attentionnées envers elle et les seules qu'elle avait connues appartenait encore une fois à l'orphelinat… Pour autant, elle ne se sentait pas encore assez confiante pour pouvoir lui poser la question de façon directe. Il laisserait peut-être échapper quelques détails encore?

-J'ai plus pour habitude d'échanger des histoires que des repas… Mais ce serait dommage de refuser, surtout en bonne compagnie!

Deux pattes, griffes rétractées, jaillirent soudain pour piéger l'index de Yanos, provoquant une petite vague de chaos dont résultât la chute dramatique d'un verre, l'envolée d'une assiette et les éclats de rire de la table voisine.

-Kochka ! Non!!

692 mots



By Naya !!
Mer 3 Mai - 21:02
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 47
Lorsque tout vola de tous les côtés, Yanos eut les yeux ronds en voyant l’assiette qu’il eut le temps e rattraper à moitié vide. Le reste vola en éclat au sol laissa la scène au amuseur de la salle ou aux gens strictes d’un jour. Kochka avait fait peu de dégâts mais beaucoup de bruit. Yanos savait que c’était sa faute et il était bien décidé à réparer ça. Aussi, l’ange se doutait que quelque chose clochait avec Anya. Elle voulait rester discrète, sinon sa capuche se serait depuis longtemps couchée. Il devait faire quelques choses pour attirer l’attention sur lui et au minimum sur elle. Il se leva et leva les bras en l’air, un sourire au coin de la bouche et les ailes déployer qui crée un rideau de fortune pour l’humaine. Bizarrement, lorsque ce fut pour quelqu’un d’autre que lui, ses ailes voulaient bien lui obéir sans paresse.

« C’est moi ! Je me rends ! Quelle ambiance ! »

Les rires continuèrent mais vers l’ange qui ne le déstabilisa point. Il leur souhaita une très bonne fin de journée ponctué par un petit signe de la main. Ses ailes retombèrent presque lourdement lorsqu’i les remit assis, jusqu’au moment où le serveur lui tapota sur l’épaule avec un seau et un balai. D’abord Yanos fut surpris mais au final c’était normal. Il se relava et s’exécuta soigneusement. Il fixa le chat un instant et l’amusa d’un clin d’œil et d’un index sur les lèvres. En faisant le ménage il s’adressa à Anya.

« Je te prie de m’excuser, on ne joue pas avec les animaux à table. Mais je suis un incorrigible amuseur. Et qui d’autre pour m’accompagner qu’un félin en forme ! Bon appétit quand même »

En disant ça, il sourit, les yeux plissé, la tête penchée sur le côté. Il se tenait sur le balai, une fois sa tâche terminée.

« Tu viens souvent dans les coins ? Moi je viens de passer la porte et t’as vu ? Paf je signe mon entrée »

Il étouffa un rire en mettant ses outils de ménage de côté. Il pouvait enfin s’assoir et reprendre son repas. Il zyeuta le reste de son assiette et hocha les épaules. Ce n’était pas grave, il mangera plus le soir. Bien qu’il ne s’en souvienne pas, Yanos était souvent entrai ne nettoyer le sol à la cantine à force de faire l’imbécile dans le dos des éducateurs. Il préféra que les ennuis tombent sur lui plutôt que d’ennuyer un autre qui serait peut-être moins réceptif à la rigolade. C’était pour cette raison qu’il s’était levé ainsi. Et il ne semblait pas se rappeler que c’est lui qui protégé au mieux les plus fragile contre les plus fort. Il connaissait Anya, c’était même lui qui s’était proposé de faire le tour du foyer lui prêtant son bras pour ne pas le perdre. Quelle idée de faire visiter un lieu à une aveugle. Peu importe, elle avait le droit aussi ? Et s’il avait envie ! Sa réaction à vouloir détourner les regards et les moqueries d’elle n’était peut-être pas tout à fait naturelle.

523 mots


Mer 3 Mai - 22:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 62
La jeune femme sentit le rouge lui monter aux joues alors que ses bras se refermaient autour de Kochka pour l'éloigner de la table. Elle sentit certains regards s'attarder sur elle et les rires s'élever dans la salle. Si elle avait l'habitude d'être le centre de l'attention lorsqu'elle racontait ses histoires ou jouait de la harpe, elle n'aimait pas que l'on se focalise sur elle quand il y avait un accident de ce genre. D'un autre coté elle n'allait pas non plus reporter la faute sur Kochka… Certes le petit félin avait fait une bêtise, mais elle pouvait difficilement lui reprocher d'avoir suivi son instinct de chasseur. Elle se recroquevilla sur lui, le masquant presque complètement dans sa cape, enfouissant son visage dans la fourrure de son cou.

-Tu sais que tu ne dois pas t'énerver dans les lieux clôts où il y a trop de monde...

Kochka était encore jeune et pas toujours maître de ses propres capacités… S'il s'énervait, ou s'excitait, trop, il était capable de subitement augmenter de volume, devenant ainsi un potentiel danger pour ceux qui l'entouraient. Outre le fait qu'elle n'avait pas envie de prendre un coup de patte perdu, elle ne voulait pas non plus que son ami à poils soit blessé par des clients simplement apeurés… Main sur son poitrail, elle continua à lui parler doucement jusqu'à ce qu'elle sente son coeur palpiter un peu moins vite et qu'elle estime qu'il était suffisamment calme pour être remis au sol.

Une fois le simedia à nouveau libre de ses mouvements, Anya réalisa que Yanos avait aussi pris des mesures pour s'occuper de la situation. La jeune femme ne pouvait pas voir qu'il avait étendu ses ailes pour la protéger des regards des autres mais elle sentait qu'un obstacle s'était dressé entre la salle et elle. Les sons lui parvenaient différemment et s'était sans compter le déplacement d'air… C'était peut-être bien des ailes finalement… ? Mais elle n'osa pas tendre la main pour confirmer ses doutes, laissant l'occasion lui filer entre les doigts.

Pendant un instant elle fronça les sourcils, ne parvenant pas à identifier ce qu'il se passait autour d'elle avant que les sons qu'elle entendait ne se traduisent d'eux-même comme l'ange nettoyant les bêtises de Kochka. La jeune femme se sentit d'autant plus mal à l'aise et décida qu'elle lui paierait son prochain repas, au moins pour compenser celui qu'il venait de perdre...


-Ne vous excusez pas, j'aurai dû mieux le surveiller… Je sais pourtant qu'il est encore jeune et facilement excitable, j'aurai dû le retenir...

Sentant une serveuse passer à proximité, elles n'étaient pas difficiles à reconnaître entre l'odeur d'alcool qui se dégageait constamment d'elles et le cliquetis des pièces sur leur plateau, Anya tendit le bras pour l'intercepter et passer une rapide commande pour que l'ange puisse finalement manger correctement. Ce ne fut qu'une fois satisfaite qu'elle rabattit son attention sur lui...

-Ca m'arrive… C'est dans ce genre d'endroits que l'on collecte les meilleures histoires après tout ! Il suffit souvent de laisser traîner une oreille pour revivre quelques grandes aventures. Qu'elles soient vraies ou pas d'ailleurs… Je suis certaine que cet petit esclandre deviendra bientôt un fabuleux récit qui ne manquera pas de réjouir son auditoire !

Et elle serait probablement à l'origine de l'embellissement du récit, il suffirait de dormir dessus pour voir comment elle présenterait la chose… La serveuse revint rapidement, posant une nouvelle assiette, décidément mieux remplie, devant l'ange avant de repartir vaquer à ses occupations. La jeune femme laissa son compagnon de tablée manger tranquillement pendant quelques instants avant de finalement reprendre la parole...

-Merci d'avoir détourné leur attention, vous n'étiez pas obligé… Ce n'est pas la première fois qu'il attire les regards vers moi et ce ne sera certainement pas la dernière. Mais ce n'est pas grave...

Elle gratta la tête de Kochka avec une tendresse évidente, ne lui en voulant absolument pas...

648 mots
Jeu 4 Mai - 10:17
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 47
Le repas reprit son cour normal sous les dernières remarques de l’assemblée. Yanos n’avait pas effacé son sourire et plus encore lorsqu’on lui amena une nouvelle assiette et surtout copieuse. Décidément, c’était un ventre sur patte, presque impossible d’attendre la première bouchée qu’il en était déjà à sa troisième. La viande était à point, juste bien saisit comme il aimait. Les patates fondante à cœur et croustillante sur un dessus. Et les légumes, ben c’étaient des légumes, il ne fallait pas trop en abuser, ce n’était pas bien de gâcher la décoration, même si dans beaucoup de cas, elle partait mélangée au reste.  C’était vraiment agréable de l’avoir à table et se dire que ce qu’on a cuisiné était tant apprécié. Evidemment, il écouta son invité attentivement, toujours entre un clin d’œil au chat. Il voulut répondre à Anya, mais il dû se résoudre à avaler cette dernière bouchée.

« Ah ! J’adore les histoires ! S’imaginer à la place du compteur, s’évader loin dans une aventure. Y intégrer nos propres détails. Et oui, tu as raison, les gens d’ici on l’air d’apprécier de remplir leurs quota de ragots et rumeurs en tout genre. »

Durant sa vie humaine, Yanos avait souvent tenu le titre de compteur le soir afin d’aider les plus téméraire à s’endormir. Il s’était souvent amuser à crée des cercles pour raconter les histoires. De temps en temps il demandait s’il y avait des volontaires pour tenir un rôle. Des années plus tard, lorsqu’il avait lui-même pris son rôle d’éducateur, il organisa carrément de petites représentations entre eux, avec déguisement et accessoire. Tant de souvenir qui tambouriner à la mémoire de l’ailé, qui n’envisageait pas du tout cette vie qu’il avait pu mener quelques années avant son éveil dans cette clairière. Il se doutait que quelques choses clochaient, qu’il n’a pas pu apparaitre comme ça. Mais, comme il dit souvent, il fallait aller de l’avant. Il était plus curieux sur ce qui l’attendait au jour le jour que ce qu’il avait bien pu voir avant. Ca ne l’empêchait pas d’y penser à ses heures perdues.

« Je suis venu accompagner d’un brave gars sur sa charrette, ils en connaissent un rayon aussi sur les ragots etc, les itinérants. Celui-là, il me disait, qu’il avait était secouru par des hommes-poissons alors qu’il allait se faire détrousser…en même temps, que pouvaient ils dérober, elle était vide… »

Yanos leva les yeux en l’air hochant la tête. D’ailleurs, il n’avait pas pensé à prendre note du prochain voyage de ce….ce ?...Gary ! Voila ! Il espérait le revoir prochainement et pouvoir s’échanger encore des plaisanteries, rien qu’à y penser il gloussa légèrement et se reprit tout de suite. Sacré Gary !

« Excuse-moi, quand je repense à ce clown la…on a bien rigolé. D’ailleurs, je lui ai dit que quand un clown pleure, c’est un clown qui se repose, le pauvre n’est pas prêt d’être en vacance… »

Il finit par éclater de rire quand même, comme s’il ne pouvait plus se contenir. Mais encore une fois, il mit sa main devant la bouche pour se cacher et pas trop attirer l’attention sur eux. Dans un bafouillement de rire, il demanda.

« et toi, qu’as-tu entendu dernièrement ?


539 mots


Jeu 4 Mai - 21:47
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: