Estë Falhya ~ Enchanteresse

 :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Lië'ja - Zorel - II
Parchemins : 52

Estë
Falhya
Identité
  • Surnom :Esty (gare à qui osera)
  • Âge : Soixante-sept ans
  • Sexe : Femme
  • Race : Lië'ja
  • Occupation : Travailler, vagabonder
  • Lieu d'habitation : Eleshyë
  • Métier : Enchanteresse - Niveau 1
Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique : 2
    ■ Endurance : 2

  • Dextérité

  • ■ Vivacité : 2
    ■ Habileté : 4

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique : 4
    ■ Adaptation : 4

  • Prestige

  • ■ Apparence : 4
    ■ Contact social : 2

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique : 6
    ■ Puissance : 7

    Biens
    Ensorcellements

    Nyëyan

    Fë'eth

    Contrôle du sang :Considéré comme un sort offensif par la plupart, le contrôle de son propre sang est d’un tout autre usage à Estë. Une telle capacité lui permet de contrer les effets de sa maladie un tant soit peu lorsqu’elle fait usage de magie. Cependant, l’utiliser revient à consommer d’autant plus de magie, ce qui aura pour effet de la fatiguer rapidement et de la gêner au cours d’autres ensorcellements. C’est donc pour elle une drogue telle que la morphine que nous connaissons, capable d’amoindrir les effets de sa maladie un moment sans pour autant en faire taire les répercussions futures.

    Absorption d’énergie : Absorber l’énergie vitale d’un être vivant n’est pas non plus qu’une manière de combattre. Au sein de l’enchantement qu’elle souhaite pratiquer, un tel sort lui est utile à la capture de l’énergie de certains ingrédients, particulièrement lorsqu’il en est de l’herboristerie. C’est aussi un remède alternatif qu’elle se permet pour apaiser quelque souffrance liée à sa condition, bien que se dévoilant peu efficace.  

    Localisation pertinente : Utile à la récolte à laquelle l’elfe s’adonne parfois, un tel sort est tout aussi pratique pour retrouver quelque ingrédient ou objet quelconque dans les monticules dispersés ici et là. Pour le moment, seuls les petits objets dans un rayon de quelques mètres lui sont accessibles par cet ensorcellement.

    Inventaire

    - Monnaie -

    - Pièces de bronze : 84
    - Pièces d'argent : 52
    - Pièces d'or : 13

    - Objets achetés et argent restant au début de l'aventure -

    - Trousse de premiers secours ( 25 Ar )
    - Sac de base (5 Ar )
    - Montre à gousset ( 15 Ar )
    - Carte de Langzyliah ( 10 Ar )
    - Boussole ( 5 Ar )
    - Torche éternelle ( 50 Ar )
    - Deux Dagues (4 Ar )
    - Costume élégant (80 Ar ) (féminin)
    - Cape ornementale ( 1 Or 50 Ar )
    - Collier en or ( 2 Or ) (pendentif simple en forme de losange, assorti à sa cape)
    - Broche à cheveux en argent ( 50 Ar ) (ni ostentatoire, ni distinctive, peu visible lorsqu'elle est portée. Permet simplement de tenir sa queue de cheval)
    - Petit set d'échoppes 30 Pa (outil de gravure, nécessaire à l'enchantement)


    - Pièces de bronze : 94
    - Pièces d'argent : 28
    - Pièces d'or : 7

    Gains

    Cette partie sera remplie par les administrateurs.

    Physique

    Née de parents elfes eux-mêmes issus de la race elfique, Estë conserve en son apparence la totalité des caractéristiques propres à son sang. Une silhouette élancée à la peau d’un pâle que le soleil menace, des oreilles affinées en pointe et un visage aux traits fins, tout fait d’elle un elfe dans la norme de son temps.

    Ses formes auront beau être bien moins généreuses et sa musculature plus malingre que pour la majorité de ses comparses, elle n’y porte que peu d’intérêt : sa beauté se retrouve en un visage et un corps conservant encore quelques charmes enfantins, pour ainsi dire innocents.

    Cependant…

    Rares sont ceux qui iront s’amuser à l’assimiler à une enfant. Outre un caractère en disant long sur la vision que tout autre peut avoir d’elle, Estë n’en est pas moins âgée de soixante-sept ans et dépasse de peu le mètre soixante-dix, et au-delà de cela encore, elle s’arme d’un regard noisette au sérieux imperturbable, un sérieux qui se retrouve en la disposition de ses lèvres rarement souriantes pour des raisons autres que la simple courtoisie ou l’accomplissement d’un labeur quelconque.

    Mais passons, cela est une chose sur laquelle nous reviendrons.

    Sa chevelure dont la couleur s’apparente à celle de ses iris est souvent arrangée en queue de cheval, et s’il n’en est pas le cas, ses cheveux seront alors simplement laissés libres, tombants sur ses épaules. Quoi qu’il en soit, ils seront toujours coupés en frange au niveau de son front, comme ils le sont depuis déjà bien longtemps.

    Pour ce qui est de son style vestimentaire, Estë se retrouve la plupart du temps vêtue d’habits quelque peu ostentatoires ; vous ne la verrez cependant porter de robes longues qu’au sein de vos rêves, ou d’évènements précis : elle opte quotidiennement pour un habit pratique et proche du corps, toujours accompagné d’une cape ornementale en symbole de son métier nouvellement acquis.

    Elle porte comme beaucoup un ceinturon sur lequel sont disposées un nombre variable de bourses, adaptées aussi bien au transport de la monnaie qu’à celui de son matériel et d’ingrédients qui ne trouvent plus de place au sein de son sac basique. Un petit fourreau à dague est aussi présent, son contenu pouvant se dévoiler utile en de nombreuses situations... Qu’il en soit de la défense ou de la récolte.

    Psychologie

    Vouée à l’apprentissage et la réalisation même de sa magie, prônant une vie guidée aussi bien par celle-ci que Mère Nature, Estë n’est pas de celles que l’on peut aisément détourner de son but premier ; quiconque osera la critiquer en ce point sans employer d’argument valable se verra foudroyé d’un regard méprisant.

    Se voulant déterminée voire entêtée, la pensée et le dos droits, elle fait preuve d’un professionnalisme à toute épreuve, celui-ci se trouvant couplé à un respect inhérent envers ceux qui partagent sa pensée. Cependant, loin d’elle se trouve l’idée de mépriser les citoyens, les artisans, ou même les membres de l’armée et autres mercenaires quelconques éloignés de la voie de la magie, bien qu’elle puisse parfois se trouver médisante au sujet de ces derniers. C’est tout du moins ainsi qu’il en va pour le peuple elfique… Et nous n’irons pas préciser toutes les critiques qu’elle puisse prononcer face aux autres contrées.

    Rares sont ceux qui la verront sourire à pleine dents, et encore plus ceux qui la verront rire de plein cœur. Le sérieux qui lui est propre l’amène à afficher une image froide dès lors qu’il est question d’un sujet lui semblant dépourvu d’intérêt ; souvent lorsqu’il n’est pas question d’enchantement, donc. Cela ne l’empêche pas d’avoir des connaissances dont elle se trouve être proche et avec lesquelles elle peut se présenter comme chaleureuse, d’une certaine manière. Son frère est en cela l’exemple évident.

    Tout cela étant dit, Estë est de celles qui seront toujours prêtes à venir en aide à quiconque le demandera, ce dans l’optique des valeurs qui sont siennes et la limite des capacités de sa magie encore faible. Tout est pour elle est matière à s’érudire, et il en est alors de même pour la réalisation d’enchantements pour autrui, qui est après tout une part imposante du métier auquel elle compte se vouer.


    Enfin, malgré les apparences, Estë possède bien quelques facettes dérivant complètement de cette représentation sèche et forte qu’elle s’efforce de présenter… Victime d’un trouble physique lié à l’usage de sa magie, son état et son caractère en un instant présent peuvent varier drastiquement lorsqu’elle en use avec abus, chose qu’elle déteste dévoiler. Aussi ne tient-elle pas l’alcool, devenant une personne toute autre sous son emprise.

    Histoire

    Nuit noire. Ses orteils agrippent et triturent nerveusement le linge blanc qui recouvre son lit tandis qu’elle renifle, sur elle-même recroquevillée. Le monde s’effondre, elle veut arracher l’arbre qui les abrite, elle veut crier à plein poumons, mais rien n’y fait, car elle le sait : elle n’en tirera rien. Elle peut juste renifler, encore, laisser ses joues humides rougir.

    Son maître se tient là, Maître Evrund. Sa réputation le précède, lui qui est l’un des enchanteurs d’Eleshyë, et le voilà à enseigner à une jeune elfe, Estë, comme il le fit pour d’autres au cours de sa carrière. Elle travaille avec sérieux, s’efforce de le convaincre de son potentiel ; après tout, elle avait tant harcelé ses parents pour suivre de telles études, suivre les pas de son frère.

    Elle serre la mâchoire. Souvenirs, futur, ils l’envahissent, lui nouent la gorge. Comme un sentiment de mélancolie la prend, ce alors qu’elle n’a que cinquante-deux ans. Mais lentement, lentement, elle se ravise : la colère devient entêtement. Elle ne se laissera pas faire.

    ----------

    Cirth ? Il est son frère, son grand frère. Quelle ne fut pas sa joie, cinquante-deux années plus tôt, lorsqu’il apprit que la nature lui offrait une petite sœur, une petite Estë ! S’il n’en fut que le frère, son amour pour elle rivalisait déjà avec celui du père, ce alors qu’en ces temps il n’avait que vingt ans. Il l’aimait, il l’aime, ce comme tout elfe doit aimer ses pairs ; mais de ces cinquante-deux années qu’ils purent passer ensemble, pour la première fois, la jeune elfe propage aujourd’hui sur lui une ombre qui le taraude.

    Elle sourit, sage, toute jeune, elle tourne autour de son père ; non loin la regarde son grand frère. Elle fera comme lui ! C’est ce qu’elle ne cesse de dire, et voilà qui ne peut que le faire sourire. Lui, simple apprenti enchanteur qu’il est, il eut de suite émerveillé la petite Estë par toutes les possibilités ainsi offertes : la calligraphie des glyphes, la pratique de l’enchantement, des iris noisette luisaient face à de tels trésors. Elle fera comme lui !

    Elle souriait, et dans le temps, devint sérieuse et appliquée. Une vocation certaine pour elle, se disait-il. Elle portait sa vie vers cet art, cette magie, elle la porte encore, grâce à lui. Et inversement. Tout cela ne peut-il se conclure que par une telle fin, si lente, pénible ?

    ----------

    Elle se remémore les mots prononcés, le nom. Elle soupire dans ses reniflements. Comment saurait-elle quoi faire, alors que son maître se trouva impuissant ?

    Son maître l’observe. Estë ne fait que tenter un enchantement d’entraînement, l’un des rares qu’elle connaisse en ces temps, tandis que lui travaille. Et pourtant, il étudie son comportement, soucieux. Elle vacille, encore. Pour les premiers enchantements, la concentration requise est imposante, le contrôle de la magie brouillon, mais au bout d’un temps, l’effort ne doit pas être tel. Pas tel qu’à chaque fois, elle manque de s’évanouir. Des nausées, un vide. Le temps n’eut nul besoin de passer pour que le maître Evrund se décide à la congédier. Définitivement.

    Une variante du Nervium, toute aussi incurable et violente. La magie étouffe, lentement, elle laisse un voile noir s’étendre, coupant les sens. Parfois l’enchantement se déroulait sans encombre, parfois, prise par la peur ou au sein d’enchantements nouveaux, l’elfe manquait de s’écrouler. Une telle maladie, liée au manque d’expérience évident et à la jeunesse, fait de la magie un poison. L’avenir s’efface.

    ----------

    Qui diable est Estë, si ce n’est une entêtée ? Voilà ce que se demande son frère en souriant, le jour des soixante-trois ans de sa petite sœur. Elle le regarde, se tenant droite, grande, les traits changés. Un sourire léger se dessine sur ses lèvres tandis qu’elle discute avec lui de quelque plante qu’elle désire se procurer pour l’étude d’un enchantement quelconque. Car depuis un an déjà, à la surprise de tous, elle se fut remise à la tâche.

    Par ses propres moyens, elle eut tout tenté. Mais comment curer ce que druides et mages considèrent incurable ? L’elfe n’avait et n’a en rien le pouvoir de guérir telle tare, mais le temps passant, trouvant l’aide comme elle le put auprès des divers savants arpentant Eleshyë, elle sut comprendre son mal, lui trouver un compromis. Acharnée, elle fut partie en quête d’un maître capable de lui apprendre ce qu’elle désirait.

    Et elle revient, souriante, victorieuse. Elle a soixante-deux ans, elle est changée, sereine, mais froide ; de nouveau parmi les siens, quoi qu'il en soit. Aujourd’hui, elle a une année de plus, une année passée aux côtés de son père, sa mère, son frère. Ne se doit-elle pas de compenser ses cinq longues années d’absence ?

    ----------

    Elle discute avec Cirth sur un banc d’ébène, ses doigts s’entortillent entre eux comme ses orteils le firent dans un linge douze ans plus tôt. Elle assure encore que père et mère ne doivent rien savoir, et il le sait, bien sûr, il le sait. Ses joues se teintent de rouge et elle hausse les épaules. Elle renifle, détourne le regard. Elle sourit, se sachant comprise.

    La magie étouffe, lentement, elle laisse un voile noir s’étendre, coupant les sens. Sous son usage, le sang circule avec difficulté, ainsi le cerveau n’est-il plus convenablement alimenté. Jambes fébriles, nausées, perte de mémoire, de conscience, mort. Pour combattre une telle maladie, de telles conséquences, ne suffit-il pas de savoir contrôler son sang, de le mener là où il est requis ? Estë put conclure que là n’était pas un remède suffisant. De son temps d’exil au cours duquel elle apprit à manipuler son sang, son irrigation, elle comprit de même l’étendue de son mal.

    Le contrôle est une drogue qui l’envahit. Elle use de magie, contrôlant son sang si le voile descend, mais elle ne fait que minimiser et retarder l’échéance. Le mal trouve un chemin, et il advient malgré tout un dommage, une répercussion future, elle le sait... Mais elle ne souhaite que de l’oublier, à chaque fois. Soudain, réalisant la chance qu’elle a dans ce malheur qu’elle s’inflige elle-même, elle se lève, brisant sa posture habituelle pour s’abaisser. Elle embrasse le front de son frère, le remerciant.

    ----------

    Elle vient. Elle ne lui laisse pas d’autre choix. Mais Cirth le savait déjà, non ?

    Lui qui a vingt années d’avance sur elle, une trentaine par rapport à l’enchantement, il eut décidé il fut quelques temps de cela qu’il allait monter son commerce à l’autre bout d’Eleshyë. Comment dire non à sa petite sœur, elle qui se propose d’un ton assuré comme aide, apprentie, récolteuse, ou quoi que ce soit qui lui permettrait de rester aux côtés de son grand frère tout en poursuivant son rêve ?

    Il accepte sa proposition, serein, sachant qu’il ne peut en être autrement. L'instant suivant ses paroles, il crut retrouver sa sœur encore petite, émerveillée, ses iris noisettes luisant.

    Elle fera comme lui.


    Acolyte

  • Nom: Falhya
  • Prénom : Cirth
  • Surnom :Cith
  • Âge : Quatre-vingt-sept ans
  • Sexe : Homme
  • Race : Elfe
  • Niveau : 0
  • Occupation : S'érudire, sourire
  • Lieu d'habitation : Eleshyë
  • Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique :
    ■ Endurance :

  • Dextérité

  • ■ Vivacité :
    ■ Habileté :

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique :
    ■ Adaptation :

  • Prestige

  • ■ Apparence :
    ■ Contact social :

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique :
    ■ Puissance/Résistance :



    Ensorcellements

    Absorption d'énergie : Pour tout apprenti enchanteur ayant étudié aux côtés du maître Evrund, l'absorption d’énergie permet une manipulation plus aisée des ingrédients vivants de l'enchantement, principalement lorsqu'il en va de l'herboristerie. Plus qu'un sort offensif, il en est donc ici d'un ensorcellement pratique.

    Emprise de l'air : Manipuler l'air est un autre moyen dont use Cirth pour canaliser avec plus grande précision les flux propres à l'enchantement. Bien que les effets n'en soient encore que minimes, il espère mettre à profit un tel raffinage dans ses œuvres futures. Une manipulation de l'air au delà d'un mètre lui est encore impossible.



    Inventaire




    Physique



    Elfe comme tout autre, Cirth offre au regard un corps maigre, un visage serein ; une peau blanche et des traits fins, couplés à sa chevelure mi-longue, lui donnent à même une apparence quelque peu androgyne. Si son père et sa jeune sœur partagent ce teint de châtaigne en leurs cheveux, il eut lui hérité de sa mère, arborant une couleur mêlant la précédente à un blond effacé, presque grisé. Cela étant, comme tous les Falhya, il dévoile en son regard des iris d’une couleur noisette agréable.

    Atteignant le mètre quatre-vingt-six, ses quinze centimètres d’écart avec sa sœur ne lui donnent pas une carrure moins chétive. L’on reconnait aisément un homme tel que lui, porté par le savoir, ce par sa simple apparence… Si ce n’est son habit ; un habit qui mêle harmonieusement les couleurs qu’arborent nombre d’elfes d’Eleshyë, se trouvant de plus orné et tout de tissu fait.

    Note : Contrairement à l’avatar qui le représente, Crith ne porte pas de lunettes.



    Psychologie



    Chaleureux et attentif, il est en de nombreux points l’opposé de sa jeune sœur. Son sourire n’est pas rare, tout comme son humeur va souvent en faveur d’une aura sympathique. Manquant en partie de confiance en lui, il a pour habitude de remettre en question le pour et le contre, ses actions, ainsi que ce qui l’entoure avant d’agir ; Il est donc là une chose qui l’amène souvent à se contenter de sa routine, ne pas s’éparpiller en dehors de sa petite vie plus que de raison. Il n’est pas des plus aventureux, pour ainsi dire.

    Se voulant plus émotif que sa sœur en apparence, il reste de fait bien moins compulsif qu’elle ; Estë sait de cela qu’elle peut se reposer sur son grand frère, que ses décisions sont toujours les plus appropriées… Bien qu’elle ne suive que rarement ses conseils, chose que lui-même ne peut que savoir venant d’une telle tête de mule. Mais qu’y peut-il ? Elle s’est décidée à vivre dans son ombre, alors se doit-elle bien d’offrir le meilleur d’elle-même, quel qu’il soit. En cela se dévoile son ouverture d’esprit, car bien qu’il ne se décide que rarement à réaliser quelque projet par lui-même, il s’efforce toujours d’écouter et peser ceux des autres, se trouvant souvent prêt à les accepter.



    Histoire



    Fils aîné de la famille Falhya, Cirth se fut sans tarder épris du savoir. Si certains se portent vers le maniement de la lame ou de l’arc, si ce n’est l’alchimie, il se passionna pour sa part de magie ; il se mit en quête de l’apprendre dès qu’il le put. Sage, d’une oreille attentive et l’esprit curieux, sa capacité à la concentration lui permit de développer une affinité certaine à l’enchantement. Le temps suivant son cours, Cirth en vint à recevoir l’enseignement du maître Evrund.

    Involontairement, il fit partager à sa jeune sœur tout l’engouement qu’il put posséder pour une telle pratique. Cette petite elfe, de vingt années moins âgée, il ne put, ne peut que la chérir. Ce même lorsque le mal la frappa : le Nevrium, ou tout du moins l’une de ses variantes. L’unique remède, drastique, fut de mettre un terme à l’usage de sa magie, qu’elle se porte vers d’autres activités que celle que son frère et son maître lui eurent inculqué.

    Alors que sa sœur méprisait la perte de son rêve d’un visage fermé, il s’efforça de continuer son apprentissage, de la réconforter. Il sut bien qu’il ne pouvait la retenir lorsqu’elle décida de partir en quête d’un remède dont elle lui avait fait la confidence… Mais au lieu de s’infliger tant de peines, ne pouvait-elle se contenter de se tourner vers un autre savoir ? Après tant d’années, il l’eut suffisamment connue pour savoir que de cela, il n’en serait jamais rien. Du long de ses cinq années d’absences, leurs discussion lui manquèrent. Jamais n’eût-il autant parlé à son paternel.

    Puis elle revint, souriante, victorieuse. Elle a soixante-deux-ans, elle est changée, sereine, mais froide ; de nouveau parmi les siens, quoi qu'il en soit. Elle se fut remise à l’étude de leur magie de plus belle, mais ni père ni mère ne devaient savoir ce qu’elle menait pour se permettre un tel rêve. Il voulut bien la raisonner, mais à quoi bon ? Maintenant encore, silencieux à ce sujet, il ne sait s’il prend la bonne décision.

    Mais bientôt, il se détermina à dévoiler son projet : l’établissement de son commerce d’enchantement au sud d’Eleshyë. Il emménagerait autour d’autres établis de magie une petite échoppe sans audace, méconnue, proposant ses services à qui voudra. Une manière de poursuivre son apprentissage, ce tout en en faisant profiter le peuple. Et dans une telle entreprise il dut emporter sa sœur, car il la sut désireuse de le suivre, entêtée comme d’ordinaire. Mais sa venue, il l’avait déjà prévue ; car la connaissant bien assez d’une part, il n'aurait su la laisser poursuivre sa folie si loin de lui.

    Que père et mère se rassurent. Comme il leur eut promis, il veillera sur elle, doive-t-il ne pas en dormir.



    Autre
    • Pseudo courant : Shyrai
    • Comment avez-vous découvert le forum : Grâce aux top-sites, au hasard
    • Fréquence de présence : Je peux aussi bien être présent chaque jour qu’une fois par semaines selon la période, ce qui m’a de nombreuses fois amené à un rythme plutôt irrégulier. Si j’ai un RP sur le feu, je le laisse cependant rarement traîner !
    • Des remarques ou un petit mot à dire : Une tempête arrivant dans très peu de temps (des partiels, dans… ah, après-demain !), je risque de ne pas terminer ma fiche de suite... (présence sur le flood de même compromise) Mais je n’ai pas pu m’empêcher de me lancer en voyant un tel forum !
    • Code règlement Validé par Elih

    Dim 30 Avr - 20:30
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Laethlion - III
    Parchemins : 1440
    Heyyy bienvenue chez nous !

    J'ai profité de mon passage pour valider ton code, je te souhaite bonne chance pour tes partiels et nous sommes ravies que le forum te plaise

    J'ai hâte de voir ce que ton Elfe nous réserve *w* (ma race préféréééeee)

    N'hésite pas si tu as la moindre question !



    © Scylla
    So, what if I'm addicted ?:
     
    Raptor Jéselih:
     
    Dim 30 Avr - 20:35
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Consciem - III
    Parchemins : 1083
    Bienvenue à toi !





    Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

    Je les aime, je suis accro...:
     
    Dim 30 Avr - 20:50
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Sylvar - IV
    Parchemins : 1093
    Une elfe ! Bienvenue à toi, n'hésites pas si besoin !

    Bon courage pour tes partiels, know that feel ;u;


    WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

    Dim 30 Avr - 21:05
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Lië'ja - Zorel - II
    Parchemins : 52
    Merci à vous pour l'accueil chaleureux~!

    Et merci aussi pour les partiels, je vais tâcher de leur donner un minimum de mon engouement nouveau pour le fofo, tout de même ^^ (après, je suis tout à vous <3)


    Dim 30 Avr - 22:16
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Astre - Cometa - III
    Parchemins : 893
    Bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche ! =D



    From chaos a star is born

    I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
    Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



    Dim 30 Avr - 22:18
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Praesium - II
    Parchemins : 109
    Hello !
    Enfin une elfe ! Il manquait de jolie Elfe sur le forum...
    Bref, amuse toi bien et à bientôt, bonne chance pour la suite ! :)


    Dim 30 Avr - 22:41
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Naga - Fulmine - II
    Parchemins : 136
    Bienvenue et bon courage pour les partiels !
    Ah, et j'adore ton avatar.


    Dim 30 Avr - 22:49
    Revenir en haut Aller en bas
    Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Langzyliah :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées-
    Sauter vers: