Les Flammes de l'Enfer [PV Naya]

 :: Le Continent Sibyllin :: La Forteresse Maudite Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Ylith poussa un long gémissement plaintif, avant d'enfouir son visage dans oreiller moelleux. La nuit avait été des plus courtes, son sommeil des moins réparateurs. Et voilà que des hurlements osaient l'arracher à sa torpeur ? Constatant que cela n'était pas suffisant pour la soustraire aux cris qui animaient la rue en contrebas, la jeune Naga se redressa lentement. Le yeux plissés, elle se massa les tempes avant de remettre un peu d'ordre dans sa chevelure. Elle était dans une chambre richement décorée, assises dans un large lit aux draps de soie. A l'opposé, des flammes crépitaient doucement dans un massif âtre de marbre sombre, encadré par deux statues de femmes prenant des poses érotiques. Encore endormi, un démon reposait aux côtés de la jeune femme. Profitant de la lumière diffusée par le feu, Ylith s'attarda un court instant sur les traits de son amant. Un sourire se dessina sur ses lèvres. Ainsi telle était-donc la véritable apparence de Khyn, l'insatiable démon de la luxure aux cent-quatorze conquêtes ? Brun aux yeux de glace la veille, aujourd'hui il s'avérait terriblement quelconque, voire même cliché pour un démon natif. La peau rougeâtre, il avait deux cornes osseuses qui saillaient de son front. Remuant dans son sommeil, il émit un ronflement sonore avant de se retourner... sans toutefois s'éveiller, en dépit de l'agitation qui semblait régner dans la Cité démoniaque. De mauvaise grâce, Ylith consentit finalement à se lever, s'approchant de l'unique fenêtre de la pièce, qui donnait sur une des rues les plus larges. Perché à plusieurs mètres du sol, l'Antre de la Luxure - nom que Khyn se plaisait à donner à sa demeure -  offrait à la cruelle Naga un splendide aperçu du chaos architectural de la Forteresse Maudite. Empilés les uns sur les autres, reliés par des passerelles noires et des escaliers tortueux, les hauts bâtiments plongeaient les rues dans une pénombre permanente. Ajoutez à cela les épaisses volutes de brume noires qui tapissaient les pavés, et vous obtenez la description parfaite d'une cité infernale. Mais en cette matinée (ou peut-être avait-on déjà dépassé midi ?), une lueur intense émanait de l'allée. Un incendie. Assez puissant pour dévorer la pierre... notamment celle de la structure dans laquelle elle se trouvait ! Mais les flammes ne s'attaquaient pas qu'au décor. Ici et là, des silhouettes enflammées s'époumonaient en courant. A l'aide de sa queue, Ylith asséna une monumentale gifle à son dernier amant, qui s'éveilla en poussant un grand cri d'indignation :
- Bordel ! Qu'ai-je fait pour méri...
- C'est normal de voir des gens brûler ici ? Le coupa-t-elle.
- Mais de quoi tu parles ? S'étonna le démon, visiblement pas assez réveillé. Et tu pourrais au moins commencer par me dire bon...
Khyn s'abstint de terminer sa phrase en voyant le membre écailleux s'approcher une nouvelle fois de son crâne. Esquivant souplement l'attaque, il bondit du lit et s'approcha à son tour de la fenêtre... avant de s'en éloigner tout aussi précipitamment.
- Mais putain tu pouvais pas me dire que mon manoir était en train de brûler ?!
Ylith haussa un sourcil.
- Tu appelles ça un manoir ?
S'habillant à la hâte, le démon de la luxure faisait pleuvoir un florilège d'insultes sur sa compagne d'un soir. L'instant suivant, il était affairé à fourrer dans un sac toutes sortes d'objets.
- Tu était plus beau hier. Et tu parlais mieux. S'amusa la jeune Naga, en observant son manège.
- Haha, tout n'est qu'apparence lorsqu'il s'agit de séduire. Tu aurais bien besoin de leçons... Bon, sortons vite d'ici avant de finir rotis !

Dévalant les marches quatre à quatre, le démon ne marquait des pauses que pour emporter quelques éléments décoratifs, livres et objets à la forme douteuse. Un unique point commun semblait unir les pièces d'un tel trésor : le péché cher à Khyn. Difficile à dire s'il faisait alors preuve de sentimentalisme, ou simplement d'une perversion sexuelle inégalée. Alors qu'ils étaient à mi-chemin, la chaleur devint littéralement insoutenable. Les flammes grimpaient le long des murs de pierre.
- Putain de feu magique... Ma maison... Se lamenta rageusement le jeune homme.
Le corps baigné de sueur et les poumons gorgés de fumée, Ylith commençait à suffoquer. Des larmes se mirent à perler au coin de ses yeux, réduisant encore son champ de vision déjà altéré par les épaisses volutes. Dévalant les marches quatre à quatre, la femme à écailles tentait tant bien que mal d'ignorer la douleur qui irradiait son être. D'immondes cloques étaient apparues sur sa peau... Elle allait mourir, carbonisée. Au moins avait-elle profité de la nuit... Non ! Soudainement galvanisée par une poussée d'adrénaline, Ylith dépassa Khyn et arriva la première au rez-de-chaussée. L'espace d'un instant, elle se crut en Enfer. Si la pierre elle-même semblait fondre, dévorée par les flammes, ces dernières ne couvraient pas le sol. Pas encore. En revanche la porte d'entrée n'était plus qu'un rideau incandescent...
- Oh merde... Commença le démon.
- Accroche toi bien à mon dos. Je vais enfin pour utiliser ce fichu bouclier...
Saisissant à deux mains l'énorme disque de bois et d'acier, qui reposait alors entre ses épaules, la Naga abyssale le brandit devant elle. Il n'était pas assez large pour couvrir tout son corps, loin de là. Mais cela devrait suffire... Au moins cela protégerait son visage. Laissant échapper un mugissement rageur, elle se propulsa en direction de la sortie. Une explosion de chaleur et de douleur traversa son être alors qu'elle basculait dans un océan de flammes. L'instant suivant, elle était à l'air libre. Plusieurs bâtiments étaient ravagés par l'incendie... Mais dans la rue, la chaleur était déjà plus supportable. Grimaçant en constant les brûlures qui constellaient son corps, Ylith se traîna le plus loin possible du brasier, Khyn sur les talons.
Enfin, adossée contre un mur presque brûlant, elle fit appel à sa magie de guérison. Cela n'était pas suffisant pour les soigner tous deux... mais au moins la douleur était-elle devenue soutenable. Épuisée, la jeune femme s'autorisa un regard circulaire.

Partout autour régnait le chaos.


998 mots.


Dim 30 Avr - 1:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
C'est une figure bien triste qui déambule dans la Forteresse Maudite. Naya avait quitter rapidement l'auberge des démons car une froideur s'était éveillée dans leur regard. Ils l'avaient tous regardé comme une moins que rien, comme si ils regrettaient de s'être tant confiés à elle la nuit passée. Elle avait même entendu à certains moments des expressions la désignant ayant à peu près ce goût là : "la sous-merde elfique" ou encore "cette fausse démone niaise".

Naya buvait encore en marchant. Elle n'avait pas du tout l'impression d'être niaise...elle ne voulait pas être niaise. Elle s'assommait continuellement avec ces pensées désagréables et cette bouteille gardée de la veille. D'ailleurs elle n'avait pas gardé que la bouteille de la veille. Elle n'avait pas eu le temps de se changer là-bas alors elle avait gardé sa longue robe maintenant salie et poussiéreuse à force de marcher. Son maquillage avait laissé les marques de grands sillons de larmes et ses talons et ses bas n'existaient plus. Elle ne savait pas où ils se trouvaient, à vrai dire elle n'avait pas la volonté suffisante pour les chercher dans sa mémoire, ils pouvaient donc très bien se trouver dans son sac qu'elle traînait nonchalamment. Seule sa coiffure avait gardé une structure un temps soit peu suffisante pour la qualifier de coiffure, le tout manquait cependant de s'écrouler au moindre mauvais mouvement de tête.

Il y avait bien quelques personnes à cette heure si troublée par la veille à la Forteresse Maudite. Naya était mal à l'aise, elle avait l'impression que les regards rabaissant des démons de l'auberge continuaient à fuser sur elle encore ici...Cela lui devenait obsédant, alors elle buvait, encore et encore, pas assez satisfaite de sa dernière cuite. Ce n'est donc qu'après une trentaine de minutes de visite que son attention s'arrêtait quelques fois sur le but de son chemin.

Tout est immense ici. Les habitations semblent être de grandes églises et parfois même des cathédrales gothiques. Les arcs de pierres des bâtiments et des ponts prennent des directions insensées. Ils semblent se croisés, s'ondulés, se liés puis se déliés entre eux mais jamais ne se touchent et ne quittent leur continuité. Des gravures décorent de grandioses parois fières de la race. Les statues tout aussi immenses représentent les terribles conséquences des pêchés capitaux, les abominations pour les anges, le véritable goût de la vie pour les démons. Naya s'approcha de celle de la luxure. La statue semblait indescriptible à première vue. Une folie sauvage dominait les visages des êtres de pierres. On ne pouvait être sûr si il y avait 3, 4 ou 5 personnes, tous gesticulant dans des positions inhumaines. Ils jubilaient de plaisirs, succombant à des pulsions inimaginables et mêmes leurs corps semblaient manquer d'éclater en mille morceaux sous cette pression, sous cette passion. "C'est comme si ils mourraient de plaisir..." chuchota la jeune femme totalement absorbée par le spectacle s'offrant à ses yeux. Elle resta longtemps figée devant ce monument, immobile, comme si, elle aussi, elle faisait partit de l'oeuvre, représentant l'exemple de la luxure qu'elle est.

Ce n'est que l'odeur de la mort qui vint sortir la démone de sa fascination. Un incendie frappait la Forteresse Maudite. L'incompréhension s'empara d'elle et de tout le monde. Pourquoi fallait-il craindre des flammes en enfer ? Mais ce sont pas des flammes naturelles. Elles brûlent tout sur leurs passages : murs, animaux, bâtiments, personnes. Rien ne leur résiste. Elles sont dangereuses car elles sont d'autant plus rapides. Elles dévorent un toit, un sol ou une maison et se propagent au prochain toit, sol ou maison qu'elles dévoreront à une vitesse prodigieuse, ravageant tout, utilisant le territoire des démons comme un vulgaire garde-manger. Naya n'avait pas eu le temps de s'apercevoir de l'ampleur du danger qu'il était déjà devant ses yeux. Elle dévala dans la seule direction qui lui était proposée. Les gens atour d'elle s'affolait dans tout les sens : des familles de démons détruites, des entrepreneurs ruinés. Mais les démons souffraient-ils ? Non...ce présage annonçait au mieux une guerre, au pire cela leurs apporteraient juste le moyen de savoir lesquels d'entre eux sont trop faibles pour vivre.

La jeune démone lâchait des cris d'exaspération, cette journée lui cassait décidément sur le système ! Sa respiration manquait de plus en plus d'oxygène dans ce four géant et la chaleur devenait insoutenable...
Ses pieds nus lui brûlaient et elle avait dut abandonner sa bouteille considérée trop dangereuse. Alors elle regretta son geste : maintenant qu'elle était un peu éméchée elle allait redescendre et cela allait lui empirer les choses ! D'ailleurs en parlant d'être éméchée, l'alcool et la chaleur environnantes la rendaient complètement folle. Elle était surement desséchée, trop déshydratée par la boisson et la sueur.
Sa colère ne voulait donc rien dire, de ridicules marmonnements qu'elle seule avait le secret de rendre si incompréhensible.

Sa course l'avait emmenée dans une rue chaotique, le feu s'était continué jusque là aussi. Mais dans un violent fracas, deux formes étranges apparurent devant elle en explosant une porte. Une naga serpentine et un jeune démon étaient aussitôt cloués au sol. L'action la coupa dans sa réflexion stupide, elle s'était prit un éclat brûlant sur l'épaule.

916 mots


Dim 30 Avr - 20:38
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Plusieurs cadavres calcinés, encore dévorés par les flammes, reposaient sur les noirs pavés. Un peu plus loin dans la rue s'éloignait un groupe de personnes, dont l'une embrasée. Elle poussait de terribles cris stridents, agitant frénétiquement les bras comme si elle tentait de s'envoler. Personne ne s'arrêta pour lui prêter main forte. La survie était tout ce qui comptait en cet instant fatidique. Les instants primaires de chacun s'éveillaient : les forts survivraient, écrasant les faibles sur leur passage. Finalement la situation n'était pas si déplaisante... Un sourire cruel vint étirer les lèvres d'Ylith lorsque la pauvre femme en flamme s'écroula finalement, dans un dernier râle d'agonie. La seconde suivante, elle regardait le "manoir" de Khyn presque intégralement recouvert par les langues ardentes. Elle aussi avait failli se retrouver dans le clan des proies... Son sourire mourut aussitôt, balayé par une intense colère. Quiconque se trouvait derrière tout ça... allait le payer cher. Se relevant péniblement, la jeune femme fit appel à toute sa volonté pour ne pas gémir sous le coup de la souffrance. Son corps entier était endolori. Mais elle pouvait encore bouger. Et se battre. Khyn, dans un état similaire, fit le choix extérioriser ses pensées.
- Saloperie de flammes ! Bordel je HAIS le feu !
Comme pour illustrer ses paroles, il leva une main... et y fit apparaître un peu d'eau. Rapidement sa paume s'en retrouva rempli, les gouttelettes s'écoulant le long de son bras. De plus en plus agacé, il secoua le bras et s'essuya contre son pantalon.
- Tu veux dire que tu es capable de produire de l'eau et t'as même pas essayé ne serait-ce que d'affaiblir les flammes ?! Fulmina la Naga serpentine en menaça son amant de ses ongles griffus.
- Non. De la glace. Mais avec cette putain de chaleur... Soupira alors le démon.
- Décidément je préfère quand tu faisais semblant de bien t'exprimer. Toute cette vulgarité...
- Rien à foutre ! MA MAISON PUTAIN ! Je...
- Ne crois-tu pas que l'on devrait quitter la rue au plus vite ? Le coupa vivement sa dernière conquête.

C'est à cet instant que l'étrange couple remarqua qu'une autre personne encore n'avait pas encore déserté les lieux. D'apparence elfique, une jeune femme avait assisté à leur échange, interdite. La pauvre fille semblait perdue, le regard hagard, comme si l'on venait subitement de l'arracher à quelque pensée tortueuse. Mais Ylith lut autre chose dans ces prunelles d'acier. Une rage certaine, quasi palpable. L'épaule de la belle créature arborait une brûlure récente... Sans réfléchir plus longtemps, la jeune Naga glissa à toute vitesse dans sa direction, traînant littéralement le démon de luxure derrière elle.  Alors qu'elle passait à hauteur de ce qu'elle avait deviné être une elfe en colère, Ylith enroula son autre bras autour de ses épaules et la força à avancer. Enfin, la poussa sans ménagement. Que signifiait cet élan d'altruisme ? Ignorant cette insidieuse pensée, la femme aux écailles s'adressa pour la première fois à l'inconnue :
- Cette rue est mourante, dévoré par les flammes. Quel genre de personne voudrait y rester ?
Prenant subitement conscience de la présence d'une autre femme, Khyn sembla regagner un peu de contenance. Renonçant enfin à se laisser entraîner par la Naga, il se redressa et bomba le torse. D'une main experte il mit un peu d'ordre dans ses cheveux, puis déclama d'une voix charmeuse :
- Une exquise créature des Enfers, il semblerait...
A ces mots, Ylith haussa un sourcil :
- Une démone tu crois ? Intéressant... Susurra la femme-serpent.

Alors qu'ils avançaient, ils découvraient que l'incendie était loin de s'être contenté de la demeure luxueuse du démon pervers. Ici et là des cadavres fumants reposaient sur les pavés, tandis que des bâtiments entier disparaissaient sous des montagnes de flammes. L'espace d'un instant, une délicate odeur de viande grillée vint chatouiller les narines de la Naga abyssale... rapidement occultée par la puanteur tenace des cheveux carbonisés et de la fumée. Au moins la température semblait de plus en plus supportable. Faisait-il vraiment moins chaud... ou avaient-ils commencé à s'habituer à l'infernale chaleur ? Marquant une courte pause, à l'angle d'une rue visiblement épargné par le désastre, Ylith empoigna fermement les épaules de la jolie démone. Lorsqu'elle ouvrit la bouche, la rage entachaient ses paroles :
- Dis-moi que tu sais d'où viennent ses flammes. J'ai terriblement envie de vengeance...
- Alors imagine un peu ce que je peux ressentir... Cracha à son tour Khyn, les yeux emplis de haine.


749 mots.


Mar 2 Mai - 2:04
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
Une expression opprimée se dessinait sur son visage. Naya n'avait aucune raison de restée une seconde de plus dans cette nouvelle prison : une prison de flamme cette fois-ci. Dans la lune, elle regardait cependant fixement les deux êtres qui avaient interrompu sa course avec un regard vide. Sans dire un mot elle les observait, passive, tenant fermement son épaule maintenant carbonisée par l'éclat qu'elle avait reçu avec son autre main. Ils étaient vraiment très extravagants. Apparemment, l'homme était un démon dont le manoir aurait été brûlé. Il agissait abruptement et s'exprimait de façon très vulgaire. La femme-serpent dégageait elle aussi un caractère fort : on devinait sous ses traits et son corps élégant une vie de combat baignée depuis toujours dans la haine. Ils avaient tout deux une relation assez particulière. Naya n'avait pas la concentration suffisante pour s'attarder sur ce point, mais elle avait tout de suite ressenti un lien spécial entre les deux, quelque chose de flou à mi chemin entre l'exaspération et l'affection.

   Ces personnes n'inspiraient que très peu confiance à Naya. C'est donc avec un frémissement de méfiance que la démone avança avec le soutien de la naga autour d'elle. Elle l'interrogea sur sa présence ici, mais elle ne lui répondit pas. Trop abasourdie, elle n'avait compris que la moitié de sa requête à cause de l'alcool et de la chaleur qui lui tournait désormais la tête dans une redondance qui l'insupportait. Le démon avait prit une toute autre allure quand il remarqua la présence de Naya : ce changement lui paru ridicule. Il avait cependant deviné sa nature de démone et cela l'intéressait, comment avait-il pu savoir cela ? Savait-il d'autre chose sur les siens ? Oui, il pourrait peut-être l'aider dans la compréhension de ce qu'elle est. La jeune naga était aussi intéressante. Une curiosité naissait chez Naya, et ce, malgré toute la méfiance envers elle, elle ne savait que guère de chose sur cette race mystérieuse. La jeune femme les suivait donc pour ces raisons mais aussi parce que c'était l'enchaînement logique des événements. Ils cherchaient tout les trois à survivre de toute façon.

  Le désastre était là, dessinant des rues ravagées. L'odeur de la mort, ou plutôt, l'odeur de la chaire brûlée avait emplit leurs narines. Au fur et à mesure qu'ils avançaient, ils découvraient l'ampleur des dégâts : une hécatombe jonchant des ruines. C'est alors qu'ils prirent conscience d'à quel point cet incendie était dévastateur. C'était désormais tout le quartier qui semblait s'embraser. Le groupe avait cependant atteint une zone où la température semblait plus correcte. La terrifiante naga s'arrêta, puis, se tournant vers la démone en l'empoignant les deux épaules, la questionna sur l'origine de l'incendie. Alors qu'elle l'interrogea, sa voix et son regard prirent une expression de mépris et de rage : de la haine à l'état pure.
   Mais son comportement dérangeait Naya et comme la femme-serpent appuyait fortement avec ses mains griffues sur la blessure à l'épaule de la démone elle la repoussa brusquement d'un geste vif, quitte à la faire choir. Alors elle s'arrêta un moment, attendant que la chaleur qui tombait un peu dans ce lieu puisse l'aider à retrouver le moyen de penser convenablement. Elle posa alors son regard sur le couple haineux et prit la parole :
- Je n'en sais pas plus que vous. Elle marqua une petite pause en regardant autour d'elle. Mais visiblement ces flammes n'ont rien de naturelles. Ses yeux grisâtres se reposèrent sur les deux protagonistes. C'est assez étrange tout de même, que vous cherchez tant à vous venger plutôt qu'à déguerpir d'ici au plus vite.
Après ces paroles, la démone fixait au loin une terrasse qui était miraculeusement encore là. Il y avait même encore la table et l'on pouvait y imaginer la scène d'une famille se retrouvant pour le déjeuner. Mais un sursaut envahit la femme encore alors dans ses pensées : la terrasse avait littéralement explosée.
- Non ce n'est définitivement pas un feu ordinaire...
Son regard se jeta au sol : son recul l'avait fait marcher dans quelque chose, quelque chose de liquide, visqueux, rougeâtre mais autre chose que du sang. Elle examina alors, intriguée, la substance qui était apparemment composée de petit grain. Le bâtiment qui était là était probablement une épicerie où l'on vendait des légumes...Mais tout de même, après réflexion, elle remarquait que cette substance entachait une trop grande partie du sol. En tentant d'essuyer son pied, la démone se surprit à poser cette question peu commune :
- Est-ce que par hasard, vous connaîtriez l'existence de légumes explosifs ?

813 mots
Mer 3 Mai - 19:02
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Des légumes explosifs ? Ylith haussa un sourcil, dardant sur l'étrange elfe - ou démone ? - un regard circonspect. Avait-elle perdu la tête à cause de la chaleur ? C'est alors qu'elle comprit la réflexion de la jeune créature. En cet endroit délaissé par les flammes, le sol était couvert d'une étrange substance visqueuse. Une pulpe rouge, grasse et brillante. Durant quelques secondes, la jeune Naga étudia la forme des éclaboussures, pour en déduire, qu'elles avaient été projetés depuis un bâtiment non loin. Enfin, il ne s'agissait désormais plus que d'une ruine. La structure avait littéralement éclaté, et des pans entiers de murs et de toits reposaient ici et là dans la rue. Calcinées par les flammes, les pierres avaient fondues par endroit. La chaleur produite avait du être tout bonnement inimaginable. Et pourtant cette pulpe n'avait pas brûlé...
- Je crois que je dois te remercier. Sans toi je n'aurais sans doute jamais fais le lien entre ce carnage incandescenr et cette espèce de bouillie végétale... Cela me fait plaisir de savoir que je n'ai pas aidé une créature stupide.
Sans départir de son sourire carnassier, Ylith marqua une courte pause. Elle adorait quand ses compliments sonnaient à demi comme des insultes. A cet instant, elle réalisa qu'elle avait ignoré l'une des questions de son interlocutrice.
- Tu me demandais pourquoi j'avais décidé de ne pas fuir ? Ce sont les proies qui filent en cas de danger. Et je suis toujours celle qui chasse.
A ces mots, elle jeta un regard en coin vers le démon de la luxure. Captant la référence, ce dernier éclata d'un rire élégant. Il avait décidé de porter son masque de gentilhomme poli dès qu'il avait remarqué la présence d'une jolie demoiselle. Quel individu ridicule... Et pourtant, Ylith ne pouvait s'empêcher de l'apprécier, sans vraiment comprendre pourquoi. Était-ce cela que l'on appelait "amitié" ?
- Les flammes de cet incendie palissent à côté de la rage qui rugit en mon sein. Quelque part dans le monde, quelqu'un est coupable de cet affront. Un homme ou une femme qui a cru que je n'étais qu'une simple victime... Ah... Je jure que je le noierais dans son propre sang.
- Ylith est quelque peu... susceptible. Comme tu le vois, elle n'apprécie pas vraiment d'être attaqué. Intervint Khyn, un sourire narquois flottant sur ses lèvres.
- Tu ne me connais pas. Rétorqua abruptement la cruelle Naga.
- Allons... Je suis bon juge des caractères.
Ignorant l'insolent démon, la Naga serpentine s'abaissa pour examiner de plus près les cadavres de légumes qui jonchaient les pavés. Du bout de la queue, elle essuya une partie de la pulpe... pour découvrir que le sol n'avait pas souffert des flammes. Grisâtre, la pierre semblait intacte. Mais encore fallait-il être sûr que tout cela ne soit pas le fruit d'une incongrue coïncidence. D'un mouvement rapide, Ylith s'éloigna de la scène, à la recherche d'un objet capable de faire office de torche. Au bout de quelques instants, elle remarqua une barre métallique tordue qui dépassait d'un tas de gravats. Non sans mal, elle l'extirpa de son fourreau de débris, et y enroula une bande de tissu prélevée sur sa propre robe. Elle était déjà fichue de toute façon. Avec précaution, la jeune femme approcha sa torche improvisée d'un bâtiment qui finissait de brûler non loin de là : aussitôt le tissu s'embrasa. La seconde suivante, les flammes avait déjà commencé à ronger l'acier, et se ruaient vers la main d'Ylith... Jamais elle n'avait vu de feu aussi vorace. Craignant d'y perdre quelques doigts, la Naga abyssale se dépêcha de rejoindre ses deux compagnons d'infortune. Visiblement Khyn tentait d'engager la conversation avec la jolie créature, qui semblait plus que réticente face à ses avances. Sans crier gare, Ylith jeta son brandon enflammé dans une "flaque" de pulpe. Rien. Les flammes achevèrent lentement de consumer l'acier, mais pas un seul instant ne s'en prirent à la chair rougeâtre.
- Ainsi ton intuition était la bonne... Souffla Ylith à la démone elfique, légèrement impressionnée. Des légumes explosifs. Quel genre d'esprit malade peut aboutir à un plan aussi tordu ?
- Un bon quart des démons habitant dans cette ville. Mais encore faut-il avoir les capacités pour le mettre à exécution. Seul un alchimiste, ou peut-être un mage de feu, aurait un tel pouvoir, signala Khyn.
- Il faut aussi pouvoir bénéficier d'un certain réseau... Pour répartir les légumes piégés dans toute la ville et... Oh. S'interrompit brutalement la femme à écailles.
Une ombre passa sur son visage et elle grinça des dents.
- Quoi ?
- Hier soir, un démon pestilentiel distribuait d'étranges fruits, et il m'en a tendu un. Flairant le piège, je n'ai évidemment pas croqué dedans... J'imagine que si ça avait été le cas je me serais réveillée en flammes ce matin.

A peine avait-elle fini sa phrase qu'une explosion retentit non loin. Le sol trembla légèrement, et une langue de feu jaillit dans le ciel. Alors, la moitié d'une maison décolla. Le souffle l'avait projeté droit vers eux. De premiers débris enflammés commencèrent à pleuvoir tout autour des deux Démons et la Naga. De petites pierres, des morceaux de poutres. Des meubles. Mais dans quelques instants, c'était un morceau de bâtiment qui leur tomberait dessus.
- Celui qui se trouve derrière tout ça est donc capable de retarder les explosions comme bon lui semble...
- MAIS COURS PUTAIN !

899 mots.


Sam 6 Mai - 15:08
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
Naya regretta cette question. Elle lui semblait totalement farfelue et tirée par les cheveux. Néanmoins, après l'avoir dévisagée, la naga étudiait du regard les marques visqueuses. Elle semblait prendre peu à peu sa proposition au sérieux. Et, après avoir examiner les alentours, elle lui remercia de l'avoir menée sur cette piste en lui confiant qu'elle était rassurée que la démone ne soit pas si idiote. Un froissement fugace apparut sur le front de la jeune femme. Elle l'avait troublé. Elle ne savait pas du tout de quelle façon il fallait qu'elle le prenne. Elle répondit simplement, la mine boudeuse :
- Eh bien... j'imagine que j'aurais très bien pu me passer de ton aide...
Son but dans cette phrase maladroite n'était pas de mettre en place un climat conflictuel, mais le manque de tact de la naga l'exaspérait. Aussi ne fallait-il pas chercher des noises à la démone. Car même si la colère ne fait pas partie de ses plus gros défauts, sa journée moisie, l'alcool et la chaleur la rendait particulièrement irritable.
Apparemment la vengeance de la serpente n'était alimentée que par une simple fierté, cela fit sourire Naya. C'était toujours elle qui chassait ? Elle ne la croyait pas, car cela reviendrait à dire qu'elle n'était jamais en proie à de mauvaises pensées. Cette idée parut à notre personnage comme complètement impensable, elle qui avait constamment l'esprit torturé par des réflexions diverses, allant des questionnements existentielles aux analyses exagérées de sujets futiles et sans importance. De plus elle n'était pas vraiment d'accord avec elle, la fuite n'est qu'une simple manœuvre de survie ou de stratégie, après tout...

   Et pourtant, lorsque la naga décrivait son ressenti intérieur sur la situation, une once de fascination naissait chez Naya. Une telle intensité, une si grande rage animait l'être écailleux... A ce moment là, la démone contemplait la haine qui peignait la moindre expression sur le visage de son interlocutrice, qui façonnait le moindre de ces mots. Tout sa rancœur envers les responsables de cet incendie lui était palpable. Ainsi donc elle s'appelait Yilith...Elle échangea quelques phrases glaçantes avec le démon joueur et alors que la naga ignorait son dernier amant, Naya leur demanda :
- Si jamais nous sortons vivants de cette catastrophe, il faudrait que l'on fasse connaissances de façon plus adéquate, ne pensez vous pas ?
La jeune femme avait réussi à se calmer un peu maintenant et elle se rappela qu'elle ne s'était pas présentée :
-...Mais pour l'instant appelez moi juste Naya.
Pendant que Yilith essayait d'en savoir plus sur ces fameux végétaux, le démon, toujours avec son attitude de séducteur aborda l'elfe des ténèbres :
- C'est un prénom assez harmonieux que vous avez là...Il est vrai que nous n'avions pas fait les présentations convenablement. Je m'appelle Khyn et voici Yilith. Disait-il en montrant la naga au loin. Il la vouvoyait alors elle fit de même, mais évita son compliment.
- Vous êtes bien un démon de la luxure ?
- Exact, et la présence d'une si jolie créature en ces lieux m'intrigue...
- Ah ! Vous êtes intrigué par bien peu de choses alors...avoua la démone sur un ton léger.

   Il riait de cette douce esquive. Naya ne voulait pas en dévoiler trop sur elle. Elle était partagée entre la méfiance d'un inconnu - qui plus est un briseur de cœurs - et un rapprochement qui commençait à germer entre eux. A mesure que la discussion avançait, la jeune femme se sentait de plus en plus à l'aise avec lui : ils partageaient la même race et le même pêché. Elle remarquait aussi qu'il était différent de certains autres démons. Ainsi elle n'avait pas l'impression qu'il la jugerait sur son ancienne vie d'elfe.

   La naga revenait vers eux et mit le feu à des éclaboussures du certain légume et effectivement, la barre de métal ne résistait pas aux flammes tandis que le liquide rougeâtre ne craignait rien. Par cette preuve, Yilith semblait quelques peu impressionnée de la déduction de Naya mais ce qu'elle ne savait pas c'était que la démone était tout aussi surprise que cette folle intuition se soit avérée juste. Khyn suggéra qu'il fallait au moins un alchimiste ou mage du feu pour pouvoir organiser tout cela tandis que Yilith souligna la distribution des légumes dans toute la ville. Il fallait nécessairement au moins quelques hommes pour pouvoir quadriller ainsi la ville.
- Ils sont peut-être beaucoup plus nombreux que ce que l'on imagine. Il est fort probable qu'il n'y ai pas qu'un seul mage du feu ou alchimiste pour pouvoir produire ainsi les légumes en masse. Si vous tenez tant que ça à la vengeance, je tiens à vous dire qu'il ne sera sûrement pas chose aisée de l'accomplir.

   Malgré ce point de vue détaché qu'elle adoptait en disant ces mots, elle comptait bien les suivre dans cette vengeance qu'elle trouvait quelques peu stupide. Elle se disait que c'était seulement stratégique et que arrêter la source de l'incendie le stopperait définitivement et ainsi elle pourrait rester en vie et revenir dans la Forteresse à l'avenir. Mais derrière cela, elle sentait bien qu'au final c'était juste pour avoir un peu d'action ou alors était-elle simplement poussée par une curiosité un peu trop dangereuse à satisfaire ?

   Quoiqu'il en soit un danger soudain était venu la sortir de sa réflexion. Un bruit sourd retentit. Naya levait la tête au ciel pour apercevoir ce qui lui semblait être une météorite, avec tout plein d'éclat autour qui s'apprêtait à tous les réduire en miettes, elle et le couple d'un soir. Puis elle réalisa que c'était finalement une maison qui avait été littéralement éjectée par une explosion. Déjà des tuiles, des morceaux de pierres et de verres ainsi que des meubles s'écrasaient près du groupe. Mais le plus gros était à venir...

   Oui, le démon avait raison, il fallait courir. L'elfe déchue ne pensa qu'à ça à cet instant. Ses pouvoirs ne lui aurait été d'aucune utilité alors il ne lui restait plus que ses jambes pour survivre. Elle s'éloigna de l'endroit de la chute de la maison le plus possible en manquant de se faire aplatir par des débris qui fonçait à toute vitesse sur le sol. Les ruines jonchaient par terre, elle trébucha donc et se cogna la tête contre la pierre échaudée. Par chance, elle ne se prit rien d'autre.

   Il lui fallut au moins quelques minutes afin de reprendre connaissance et constater qu'elle était toujours dans cet enfer. Une poussière épaisse emplissait les alentours de l'endroit de la chute. Sans succès, elle tenta de distinguer quelque chose. Elle avait survécu, qu'en était-il de ses deux nouvelles rencontres ? Elle toussait à cause de toute cette poussière et de toute cette fumée en face d'elle. Elle ne pouvait reconnaître qu'une flamme : signe que le morceau de maison brûlait encore intensivement. Elle attendit donc que cette purée se dissipe afin d'en savoir plus mais des bruits étranges aux alentours du lieux l'intriguait. En se retournant, à l'opposée de la demi maison donc, elle vit des formes floues qui glissaient sur les ruines en s'approchant d'elle. Des silhouettes difformes, gesticulant bizarrement et avançant d'une façon tout aussi insensée. Ces ombres étaient encore loin mais un frisson envahit Naya. Elle se précipita sur son sac et s'arma, elle pressentait un danger. Qu'étaient-ce ces êtres à l'allure de fantôme ? Que voulaient-il ? Ils ont forcément un lien avec cet incendie...

1316 mots


[Hors RP]:
 
Lun 8 Mai - 17:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 137
Encore fatiguée à cause de la fuite du manoir de Khyn, Ylith eut un léger moment de flottement. Comme dans un rêve, elle vit les deux démons s'éloigner à toute allure... avant de se lancer à leur suite. La situation était plus urgente que jamais, et en cet instant précis, la race de la jeune femme était un handicap. On n'était pas si rapide lorsque l'on avait une longue queue de serpent en guise de membres inférieurs. Sans réfléchir plus longtemps, Ylith prit forme humaine. Un drôle de frisson vint alors secouer ses épaules : elle avait toujours l'impression de perdre son identité dès qu'elle changeait ainsi son apparence... Mais il fallait bien avouer que ces deux jambes musclées étaient un atout considérable pour la fuite. Faisant appel à toute l'énergie qui lui restait, Ylith fonça droit devant elle. Des scories de briques et de bois pleuvaient partout autour, brisant les pavés à l'impact... et propageant les mortelles flammes magiques. Un sifflement retentit et un meuble vint s'écraser à quelques mètres seulement de la Naga. Puis vint l'impact du projectile principal. Tel un météore urbain il éclata littéralement à l'atterrissage, déjà fragilisé par la première explosion. Le sol trembla à nouveau et les pavés se déchaussèrent tandis qu'un opaque nuage de poussière et de cendres se levait. Déséquilibré par l'impact, d'une violence inouïe, Ylith fut projetée à terre, tête la première. Une douleur aiguë lui vrilla le crâne. Puis ce fut le néant.

Encore un réveil difficile... Le monde entier était recouvert de fumée, l'odeur de la mort était omniprésente et la chaleur était de retour. Le cauchemar reprenait. L'instant d'une infime fraction de seconde, Ylith souhaita fermer les yeux, oublier tout cela. Une ire démoniaque l'en empêcha. Pestant contre la terre entière, la jeune Naga se releva difficilement. Avec un juron - fait assez rare pour être souligné - elle constata que le choc lui avait fait reprendre sa forme serpentine. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'il ne faille pas fuir à nouveau... Un regard circulaire lui appris que la rue, désormais en ruines, était effectivement baigné dans un nuage de fumée grisâtre empestant la suie et la chair brûlée. Combien de temps était-elle restée inconsciente ? Difficile à dire... Non loin de là, elle vit une silhouette humanoïde s'approcher d'un pas traînant. Khyn ? Avait-il été blessé ? Cette simple pensée troubla la jeune femme. Avait-elle ressenti... une certaine inquiétude ? Cette question se retrouva vite balayée. La forme qui approchait n'était pas celle de son amant... mais un cadavre calciné. La peau avait viré au noir, tandis que d'immondes cloques couvraient ce corps décharnés. Privée de tous poils, la créature avançait lentement, comme si elle avait du mal à s'habituer à sa nouvelle forme. Ses mouvements était saccadés, voire mécaniques. Lorsqu'elle remarqua la présence de la Naga, la chose s'anima brutalement. Une lueur rouge dans les yeux, elle se mit à courir grotesquement. Soulevant son lourd bouclier, Ylith se prépara à l'impact. Ce dernier s'avéra plutôt décevant. Le corps malingre et noirci de son assaillant était particulièrement faible. D'un premier coup, elle le fit tomber à la renverse. D'un coup elle fit éclater ce qui restait de son crâne, mettant définitivement un terme à sa misérable existence.
De la nécromancie à n'en pas douter... Mais qui pourrait donc avoir un intérêt là-dedans ? A quoi bon faire revenir des personnes totalement mutilées par les flammes ? Et comment ? Bien trop d'interrogation pour la femme à écailles. Elle sentait sa vengeance lui échapper peu à peu... La situation était bien plus complexe que ce qu'elle avait initialement imaginé. Soudain, un cri la tira de sa torpeur. La voix d'un démon paniqué. Khyn à n'en pas douter... Allongé au sol à quelques pas de là, il était assailli par deux zombies brulés. D'un violent coup de bouclier, Ylith décapita le premier avant de broyer l'échine du second. Ils étaient vraiment pathétiques.
- Putain, et moi qui croyais que faire le mort était la bonne solution...
- Tant de lâcheté. Siffla la femme-serpent avec agacement.
- Tu sais bien que ma force se trouve ailleurs. Mais ma magie est inutile ici.
- Lève-toi, les flammes commencent à se propager.
- Attends, où est Naya ? Demanda alors le démon de la luxure en regardant autour de lui.
La fumée était trop épaisse pour permettre de voir au loin. Mais il semblait bien que plusieurs formes s'agitaient à une vingtaine de mètres de là...

745 mots.


Mer 10 Mai - 2:34
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Celus - III
Parchemins : 103
La femme dévoila son arsenal. Elle esquissa un bref sourire en voyant ce dernier : il y avait longtemps qu'elle n'avait pas combattu. Les années où sa survie ne dépendaient que de ces armes resurgirent des tréfonds de son âme.

    Mais l'heure n'était pas à la nostalgie ou à l’apitoiement, les ombres s'approchaient à une distance qui devenait inquiétante. Elles n'étaient pas très rapides, mais il semblait qu'elles pouvaient bondir d'un moment à l'autre. Il ne fallait négliger aucun adversaire, la démone le savait.

   Qu'étaient ces choses ? Naya pouvait les voir de façon plus détaillée maintenant et leur apparence l'intriguait. Tout leur corps -si peu que ce soient des corps- était littéralement cramé. Du noir recouvrait la majeure partie de leurs peaux, où seulement quelques bout de chair brûlaient à vif tant le reste était carbonisé. C'était sûr et certain, ces cadavres ambulants n'étaient autres que les victimes du désastre réveillées à nouveau par une sinistre magie. Plus rien ne permettait de reconnaître un individu. Les cheveux, le visage et la conscience n'étaient plus. Leurs corps étaient devenus de vulgaires pantins agissant pour le bon vouloir d'un lâche. La démone avait l'impression d'être dans une toute autre dimension. L'espace d'un instant, son âme fut touchée par cette peinture de désespoir qui brûlait devant ses yeux.
Elle était bien en enfer.

   Cette atmosphère l'angoissait énormément. Sa tête se tourna rapidement en direction du nuage de fumée derrière elle. Où étaient-ils ?? Elle songea à tenter de les rejoindre mais si jamais l'ennemi était aussi de ce côté ? Elle s'inquiétait pour eux. D'ailleurs, cela semblait l'étonner car l'esprit de groupe était loin de faire partie de ses qualités. Mais ce n'était pas grave, désormais, car elle ne pouvait compter sur quiconque cette fois-ci.

   Elle prit son arc après avoir mis en place son carquois reliées à une hanse à son dos. Elle souffla un peu, essayant de dissiper son angoisse et de contrôler son mal. Les conditions n'étaient pas bonnes pour un combat, mais elle était peu à peu sous l'emprise d'un calme imperturbable. Fermant les yeux, la démone avait réussi à régulé sa respiration. Dès lors, des bruits de pas rapides et discontinus qui fonçaient vers elle lui fit ouvrir les yeux. Comprenant immédiatement qu'ils étaient bel et bien ses ennemis, l'elfe déchue s'empara rapidement d'une flèche et en élimina un.

   Un deuxième tomba, puis un autre, et encore un autre, tous d'une flèche en pleine tête. Ces créatures étaient plutôt faibles. Il fut aisé pour la démone de visé le point vital, d'autant plus que sa précision est son point fort. Cependant, une bonne dizaine de mort-vivants surgirent du nuage de fumée derrière elle: ils l'avaient par surprise.

   La démone se retourna et abandonna son arc et son carquois. L'un des cadavre semblait éprouver le désir de l’agresser. Mais même si la situation avait tourné en sa défaveur, même si cet enfer avait réussi à éveiller une once de peur en elle, ce fut à ce moment-là un visage imperméable qu'elle montrait. La ferveur du combat, ses flèches volantes, le sang giclant dans les cendre lui avaient rappeler une partie d'elle. Cette apparence monstrueuse ne la duperait plus. La brume noire était pratiquement complètement dissipée.

    La chose grillée fonçait sur elle en agitant les bras et la tête dans tout les sens, laissant des cendres et bout de chairs au passage. Naya n'eut aucun de mal à l'esquiver. Dans sa roulade, elle s'empara de la rapière rangée dans le sac sans fond. Un sourire fugace apparut sur son visage : elle allait pouvoir se défouler un peu.

     Les tas de viandes ne comprenaient rien et tombèrent un à un. Tout comme ses flèches l'avaient fait, sa rapière transperça les crânes, les cœurs et les gorges. Sa souplesse lui permettait de virevolter d'une victime à l'autre, utilisant des acrobaties et un jeu de jambes tout aussi précis que ses coups d'estoc. Naya éprouvait une exquise sensation. Être aussi insaisissables lui donnait l'impression de croquer sa liberté à pleines dents. La démone adoptait un style de combat peu commun. Ses pas et mouvements étaient calculés et semblables à la danse. Sa lame semblait ne faire plus qu'un avec elle. Nul doutes que ses points forts étaient ses déplacements, ses sauts, sa flexibilité, sa précision et sa maîtrise de l'identification des cibles vitales.

    Lorsque le dernier de ses adversaires était à sa merci elle remarqua qu'il ne mourrait pas de sa lame. Elle avait manqué le point vital et avait percé à côté. Sûrement la chaleur, l'alcool et la fatigue commençaient à faire chuter sa concentration. Le zombie réussit donc à agripper son avant-bras. La peau bouillonnante en contact avec celle de la démone, cette dernière ne put s'empêcher de pousser un cri de douleur et de laisser tomber son arme au sol. Dans le feu de l'action, elle utilisa son pied pour repousser la chose. Ce pied qui était déjà roussi par le sol brûlant de la Forteresse. Elle regretta d'avoir négligé ce point en ne mettant par ses talons car la douleur lui faisait terriblement mal. Elle réussi néanmoins à s'extirper de l'étreinte du faible adversaire. La force brute n'est pas un atout pour l'elfe. Elle recula d'un ou deux mètres, rattrapant l'arme au sol. Une inspiration, un élan, et ce fut cette fois-ci bel et bien son point vital qui était traversé.

   A bout de souffle, elle s'autorisa une courte pause de quelques minutes. Elle mit ses talons pour protéger la chair vive de son pied gauche. Non, ils n'étaient pas pratiques du tout, mais Naya s'était habituée à danser avec ce genre de chaussures donc elle pouvait néanmoins se mouvoir de manière suffisante. Au moins, cela lui permettrait, si elle survit, de survivre avec ses pieds.

  Elle examina les alentours, en se remettant encore du combat. Le nuage noirâtre avait totalement disparu désormais. Elle put voir alors Ylith et Khyn au loin. Un soulagement emplit la démone. Elle ne comprenait toujours pas ce que voulaient dire ces nouveaux sentiments. Était-ce la peur de se retrouver seule dans cet enfer ou une affection qui avait naquit bien trop vite à son goût ? Elle se releva, pas en état de se tourmenter avec ce genre de questionnement abstrait. Tandis qu'elle s'approchait de plus en plus d'eux, elle remarqua qu'un zombie n'avait pas encore été éliminé. Ce dernier n'agissait cependant pas comme les autres. Lorsque Naya banda son arc, sa cible, voyant constatant qu'il n'avait plus d'alliés aux alentours, poussa un cri strident qui déstabilisa tout le monde. Ce hurlement exprimait une profonde incompréhension, mêlée à une certaine solitude. Probablement l'ancienne vie de l'âme calcinée avait finit de cette façon. Car c'est souvent comme cela que les victimes des grands massacres meurent : elles se demandent pourquoi cet acte insensée à lieu, pourquoi fallait-il que leur existence se termine de cette façon. Puis, quand vient la mort, le sentiment d'être seul dans ce malheur, au bout du tunnel...Voilà ce que ce cri inspirait à la femme blessée qui restait subjuguée par ce désespoir.

    "La mort provoque tant de sensations. . ."

    Puis elle songea à la sienne lorsqu'elle toucha ses côtes gauches, ou se trouvait sa cicatrice. Non, ce n'était définitivement pas une chose agréable que de mourir. Pourquoi éprouvait-elle cette fascination alors ? Pendant qu'elle réfléchissait, elle était totalement immobile. Cependant son attention s'était portée sur les conséquences du cri cette fois-ci. Le cadavre ambulant continuait de hurler encore et encore. Qu'est-ce que cela signifiait ? Ce n'était pas que du désespoir, non...Les autres n'avaient pas eu ce comportement étrange.

   Suspectant un danger, la démone visa une dernière fois et vint finalement mettre un terme à ce sinistre vocero. Immédiatement, le hurlement disparu pour laisser entendre des bruits de pas dans le crépitement des flammes. Des personnes approchaient. Elle ne put déterminer s'il y avait un ou deux individus. Ils étaient même peut-être plus ?! Naya lança un regard inquiet en direction d'Ylith et de Khyn. Quelqu'un avait mit des moyens énormes pour pouvoir planifier cet incendie et s'assurer que personne ne survive...

1430 mots


Ven 12 Mai - 23:18
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sibyllin :: La Forteresse Maudite-
Sauter vers: