L'Autel du Sacrifice [PV Celaena]

 :: Le Continent Sacrifié :: La Sylve aux Soupirs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 136
Douce atmosphère que celle de la Sylve aux Soupirs.
Plongée dans une nuit éternelle, réduit à un silence surnaturel, les bois obscurs avaient tout faire vibrer le cœur de la jeune Naga. L'on aurait dit que les abysses s'étaient incarnées à la surface. Un léger sourire flottant sur ses lèvres, Ylith glissait entre les troncs, effleurant leur écorce du bout de ses ongles. A ses côtés sautillait une petite créature hideuse. Kal'Mah, son fils adoré... Sa création, son outil parfait. Son esclave chéri. Spontanément, elle tendit un bras pour lui caresser le crâne. Les tentacules visqueux de la créature se tortillèrent entre ses doigts, signe de surprise mais aussi de satisfaction. Elle était sa mère après tout, et il l'adorait. Bercé par la quiétude ambiante, Ylith s'abandonna à ses pensées. Que faisait-elle ici ? Difficile à dire... Depuis qu'elle s'était installé dans cette alcôve aquatique du Berceau des Merveilles elle avait failli mourir d'ennui. Plusieurs fois. Elle était donc partie, sans réel but. Elle ne savait même pas qui elle était vraiment... alors savoir où aller ? Lentement, elle baissa les yeux vers ses mains. Elle avait commis des actes atroces. Elle avait adoré ça. Mais, depuis qu'elle avait rejoint la surface, elle avait découvert qu'elle également était capable de pitié. De compassion. Quelle curieuse sensation avait-elle ressentie lorsqu'elle s'était abaissée à un premier acte de compassion. Dégoûtée à l'idée d'aider un pitoyable humain, elle avait néanmoins ravalé ses préjugés et avait consenti à tendre une main vers le vieillard blessé. Encore troublée à l'évocation de ce souvenir, Ylith fronça les sourcils et secoua imperceptiblement la tête. Elle avait ressenti une douce chaleur en son cœur lorsque le vieil homme l'avait remercié. Rien de comparable au frisson divin qui l'envahissait à chaque vie qu'elle prenait mais... suffisamment puissant pour instiller une larme de doute. Et si...
- Raaaaaaaaaaaaaaaah !
Énervée par son conflit intérieur, la Naga serpentine arracha une branche basse d'un mouvement rageur avant de la projeter contre un arbre. Sans doute effrayé par le soudain hurlement, un petit animal couvert de fourrure tomba de son perchoir, aux pieds de la jeune femme. Vive comme l'éclair, Ylith s'empara de la petite créature terrorisée. Elle la porta à hauteur de visage, rivant ses prunelles de jades dans les yeux du mammifère. Agité de tremblements incontrôlables, il tentait vainement de s'échapper. De petits cris désespérés s'échappaient de sa gorge. Comme hypnotisé par la peur qu'elle lisait dans les mouvements du petit être, Ylith laissa courir sa langue sur ses lèvres. Ces sons... On aurait dit un appel. Ces frissons de pure terreur, une danse envoûtante. L'Aspic des Abysses ouvrit la bouche, approchant lentement ses crochets d'ivoire de l'animal sans défense. Elle jubilait... Quand soudain un mouvement sur sa gauche attira son attention. Relâchant son étreinte, elle laissa l'écureuil s'enfuir dans les ténèbres en glapissant. Ylith s'empara du cimeterre qui pendait à son flanc gauche et commença à tourner sur elle-même. Elle était sûre d'avoir vu quelque chose... ou quelqu'un.

Craquement derrière elle. Mouvement rapide devant. Une silhouette apparut fugitivement sur sa droite, à plusieurs mètres d'elle. Ils étaient plusieurs... Absorbé dans ses pensées, affaiblie par ses doutes, elle avait relâché sa garde et avait laissé ces intrus l'encercler. A nouveau elle parvint à capter une forme se déplacer entre les troncs. Humanoïde, à n'en pas douter. Ils étaient au moins trois. Sans doute plus nombreux. Ylith inspira profondément et fit appel à toute la volonté du monde pour garder son calme, réfléchissant à toute vitesse. La brume qui tapissait la forêt et l'obscurité qui y régnait en faisant l'endroit idéal pour un guet-apens. Kal'Mah avait aussi remarqué la menace, était soudainement tendu. Ses mâchoires claquaient violemment, signe avant-coureur du déferlement de violence à venir.  
- S'ils sont plus de quatre, on ne combat pas. Souffla la jeune femme à l'adresse de son fils-esclave.
Le Muruhagin lui jeta un regard effaré, laissant échapper un grognement indigné.
- Fais-moi confiance, mon enfant adoré... Si je te l'ordonne tu fuiras. Et tu reviendras me sauver. Je crois en toi.
Plusieurs formes se découpèrent dans la brume. Les six agresseurs avaient parfaitement encerclé Ylith et son fils, et avançaient désormais comme un seul homme. S'ils étaient équipés d'épées et de haches, elles étaient encore rangés à leurs ceintures. Entre leurs mains reposaient d'épais gourdins et de solides cordes.
- Ne t'en fais pas, ils ne viennent pas pour tuer. Murmura Ylith à l'oreille de Kal'Mah. Cours dès que j'attaque.
Les ravisseurs n'étaient plus qu'à quelques pas de la jeune Naga... Toute peur ayant déserté son cœur, elle afficha un grand sourire confiant. Elle savait qu'elle pouvait compter sur Kal'Mah de toute façon. Sans crier gare, elle fonça vers l'homme le plus proche. D'un mouvement aussi rapide que puissant, elle balayant ses jambes à l'aide sa queue. Il n'avait pas encore touché le sol qu'Ylith s'était déjà rué dans la direction opposé, tailladant l'air au hasard de sa lame, griffant le visage d'un des malfrats de sa main libre. Parant un premier coup de matraque à l'aide son cimeterre, la Naga serpentine se coula hors de portée d'une seconde offensive... Pour sentir une vive douleur dans le bas du dos. Ils étaient trop nombreux. A cet instant, son venin fit effet et l'un des ravisseur se mit à attaquer l'un de ses alliés, l'écume aux lèvres. Alors qu'elle tentait d'esquiver un coup de pied qui visait son ventre, Ylith sentit un poids s'abattre sur son crâne. Le goût métallique du sang envahit sa bouche.
Puis les ténèbres.

Des chants. Une litanie cryptique, ésotérique. Une odeur étrange... Des silhouettes vacillantes tout autour. Dansantes ? La lueur des bougies, la pâleur des rayons lunaires. Une douleur sourde vrillait le crâne d'Ylith alors qu'elle reprenait conscience. Le froid de la pierre contre son dos. Elle était allongée... et ligotée. En tournant la tête, elle constata qu'elle n'était pas seule sur cet autel.


983 mots.


Sam 29 Avr - 15:48
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 893
L'Autel du Sacrifice
La sylve aux soupirs avait déjà eu un certain charme et c'était autrefois. Depuis qu'elle s'était libérée et débarrassé de son ravisseur, elle était devenue – quelque peu – nerveuse. Son regard épuisé, mais alerte passait sur chaque ombre qui passait dans son rayon visuel. Cette mésaventure l'avait changée, en bien ou en mal, il lui faudrait un peu de temps pour le découvrir, mais ce vampire avait fait des choses qui n'auraient jamais dû être fait et il en avait payé le prix. Maintenant, il peignait le mur de sa propre cellule, l'endroit même où elle avait été enfermée pendant plus d'un mois. Le fait de servir de poupée de sang et de sac de viande de défoulement n'avait pas eu un très bon ascendant sur le corps et le mental de la demoiselle. En ce moment, même, sa résolution et sa détermination en avaient pris un coup. Même si d'un côté elle avait ‘'grandit " elle avait l'impression d'avoir avancé d'un pas ou reculé de deux… Et plus elle y pense, plus le tout lui semble douloureux. Cette perte de mémoire était de plus en plus pénible. En silence, elle tire sur les dernières rations qui luisent restes, mangeant lentement, mais surement la première languette de viande sèche. En silence, elle réfléchit aux derniers évènements, son voyage insensé jusqu'ici, sa rencontre avec l'hôte des lieux, son semblant de combat avec un Mortemo… Combat qui n'en avait pas vraiment été un, mais plutôt de la survie, si le vampire n'était pas intervenu, elle serait surement morte à l'heure qu'il est.

Un craquement sonore se fit brusquement entendre sur sa gauche, la tirant de ses réflexions. Elle tourne immédiatement la tête, observant les ténèbres à la recherche des yeux rouges. Elle depuis plus de trois semaines, elle en voyait partout, son regard rouge la hantait jusque dans ses rêves. Elle grince des dents, glissant son regard nerveux sur la dense végétation sombre. Aucun regard rouge vient  croiser le sien, ni même les yeux brillants d'un Mortemo. Elle ressentit un certain soulagement, mais qui ou quoi était la source ? Un long silence s'installe par la suite, seulement brisé par le son de ses pas. Elle reprend la mastication de sa viande, toujours en observant autour d'elle. Quelque chose dans l'air avait changé, l'atmosphère avait l'air plus lourd et dérangeant que d'ordinaire. Le silence était loin d'être celui habituel de la sylve. Même si le lieu était sombre et dérangeant, il y avait du bruit, l'activité des insectes, la vie de petites bêtes à poilé ou même la présence oppressante des Mortemo, mais là il n'y avait plus rien. Elle tend l'oreille, essayant de repérer quelque chose, mais il n'y a rien.

Lentement, elle continue d'avancer, ne voulant pas arrêter sa course. Elle était presque sortie de l'endroit, il ne lui restait que quelques heures à faire avant de se retrouver sur les terres des rescapés, de quitter l'infecte odeur des lieux et de prendre un long bain pour retirer toutes traces de ce pitoyable endroit. Malheureusement pour elle, son malheur ne s'arrête pas maintenant. Elle passe une main crasseuse sur sa nuque tout en tournant lentement la tête sur le côté pour voir une ombre se faufiler entre les troncs sinueux. Elle n'était pas seule… Un autre craquement se fait entendre, de l'autre côté de sa position. Elle tourne la tête de l'autre côté, terminant rapidement sa bouchée et entrevoyant une deuxième ombre. Elle était suivie par deux personnages. Pourtant, quand elle levait la tête vers l'avant, elle s'arrête brusquement. Trois formes se tenaient droit devant elle. Les deux autres formes sortirent enfin de l'ombre pour finir de l'encercler. ‘' Par les dieux… ‘' ‘' Tes dieux ne te sauveront pas… ‘' Déclare la voix claquante d'un des hommes. ‘' Va te… ‘' Elle ne termine pas sa phrase qu'elle tire brusquement son épée et frappe en direction du premier qui s'avance. D'une manière étrange la lame s'étire et viens frapper pour le garder à distance. L'homme surpris, s'arrête, observant ses doigts manquants.

‘' Cette férocité est magnifique ! Allez-y mes frères, elle sera un bon sacrifice ! ‘' Déclare encore une fois la voix masculine. Celaena grogne comme un animal prêt à se défendre. La lame redevient normale, signe que la demoiselle à soi la difficulté avec sa maitrise ou la fatigue prenait le dessus. ‘' Elle est fatiguée, nous l'avons observé depuis un bon moment, elle n'a presque pas dormi, toujours alerte et nerveuse au danger des lieux, nous avons choisi le bon moment pour frapper ! ‘' Comme revigoré par ces paroles, les ombres armés de gourdin se jettent sur elle. Elle réussit à parier quelques-uns, mais malheureusement pour elle, la voix avait raison, elle était épuisée de tout ce voyage. En moins d'une minute, elle était assommée et jeter sur l'épaule d'un colosse…


***


Une frayeur intense l'électrisait quand son esprit retrouve la sensation familière de la pierre froide contre son dos. Son cœur s'arrête brusquement quand elle sent les entraves de cordes et d'acier aux extrémités de son corps. Elle tire brusquement, crispant son corps pour se défaire de cette prise. Elle ouvre enfin les yeux quand elle entendant le chant hypnotique des voix. Elle voit des silhouettes féminines et masculines se balancent dans une rotation et de va-et-vient rythmé. Une forte odeur d'encan, de sueur et de sang vient brusquement envahir ses narines. Elle laisse échapper un grognement de mécontentement de ses lèvres, au moins, elle était plus énergétique qu'avant. Combien d'heures avait-elle dormi ? Elle lève les yeux vers la voute célestielle, cherchant la lune, mais rien. Elle tourne enfin la tête sur le côté, remarquant la présence de quelqu'un d'autre… L'apparence de femme-serpent surpris quelque peu Celaena, elle n'avait jamais vu une Naga d'aussi proche. Elle passe la langue sur ses lèvres sèches. ‘' Vous savez dans quoi on a été embarquées et qui sont ces gens ? ‘' La femme écailleuse semblait être bien plus réveillé qu'elle, peut-être avait-elle vu quelque chose…



999 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Lun 1 Mai - 16:02
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 136
Avec un grognement, Ylith tenta de se défaire des cordes épaisses qui lui entravaient les bras. Grinçant des dents, elle invoqua toute la force dont elle disposait... et ne parvint qu'à enfoncer plus profondément les liens dans sa chair. Ivre de colère, elle tenta d'agiter sa longue queue écaillée pour réaliser amèrement que cette dernière était fermement immobilisée par un solide réseau de cordage. Impuissante, Ylith réprima un feulement d'indignation. À ses cotés, l'autre captive s'éveillait doucement. Lorsqu'elle l'interrogea sur la situation, Ylith se contenta d'un soupir rageur avant de secouer la tête :
- Non, je ne sais rien...
Une chose était sûre : ils les voulaient vivantes... Mais avaient-elles étaient choisies selon des critères particuliers ? S'étaient-elles simplement trouvé au mauvais endroit, au moment moment ? Les sourcils froncés par une intense réflexion, Ylith fouilla les recoins de sa mémoire... sans grand succès. L'odeur entêtante de l'encens et le chant envoûtant n'aidaient pas à la concentration... C'est alors qu'un unique mot refit surface, parmi les noires méandres de ses souvenirs. Prononcé plusieurs fois par ses ravisseurs. "Sacrifice".

L'inquiétante cérémonie semblait menée par une silhouette encapuchonnée, qui se tenait debout tout près de l'autel de marbre blanc. Si tous les cultistes arboraient d'amples robes sombres, celle de leur chef était brodée de complexes lacis rougeâtres et dorés, lesquels formaient un genre de symbole ésotérique. Un anneau ?  Un serpent enroulé sur lui-même peut-être ? La brume et la fumée brouillaient la vision d'Ylith. Soudain, une volute s'écarta, laissant apparaître le chef de la secte dans toute sa splendeur. Éclairé par les torches et bougies, il s'adressait à ses ouailles, placées en cercle autour de la pierre sacrificielle. Ses paroles, incompréhensible, semblaient venir d'un autre monde... Une langue oubliée, aux accents terriblement inhumains et dérangeants. Lorsque la jeune femme put enfin détailler le motif qui ornait la robe du prêtre maléfique, un intense frisson s'empara de son échine. Si seulement il avait pu s'agir d'un simple cercle stylisé... Comme envahi par une peur instinctive, Ylith était incapable de détacher son regard de l'obscur symbole, reliquat infâme d'une religion démente. Un œil d'or trônait au cœur d'un amas de tentacules d'un saisissant rouge sanguin. Cousus sur la robe, ces derniers s'étiraient et se rétractaient lentement sur le tissu... Horrifiée par la masse grouillante, la Naga des abysses laissa échapper un hoquet de terreur. Une hallucination ? La manifestation d'une divinité occulte ? Choquée, la jeune femme secouée la tête, comme pour chasser cette vision de son esprit. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, l'emblème était parfaitement immobile. Pourtant sa seule vue continuait de lui glacer les sangs... Constatant que ses deux captives avaient repris connaissance, le cultiste suprême se redressa de toute sa hauteur, brandissant un poignard au-dessus de son crâne. La dague sacrificielle répondait parfaitement à l'odieux style de la robe du maître de la cérémonie. D'une garde en forme d'amas d'intestins jaillissait une langue métalliques décorée d'yeux doré. D'un mouvement de la tête, il repoussa la capuche qui dissimulait ses traits. Un elfe aux cheveux d'argent... Les traits fins, il était aussi beau que tous les autres membres de son espèce. Et pourtant, tel le pus d'une plaie infectée, la folie dégoulinait de ses yeux jaunes. Ses lèvres minces étaient étirées en un rictus dément. Enfin, ses joues creuses arboraient les cicatrices caractéristiques de la scarification.
- Aveugle et exsangue, Il chante dans son sommeil. Les yeux de la Terre. Le sang de la Mer. Les cœurs de deux Sœurs... Aveugle et exsangue, Il attend le réveil. Les Yeux de la mer, le Sang de la terre. Ô... Aveugle et exsangue, depuis Néant il appelle. Une mer de sang.... pour une terre d'yeux.
Les chants s'intensifièrent. Les mouvements des fanatiques se firent de plus en plus rapides. Saccadés. Ecoeurée et terrifiée, l'Aspic des Abysses se détourna, rivant ses yeux sur le lointain. Était-ce vraiment la fin ? Soudain, une lueur d'espoir refit surface. Depuis les profondeurs du sous-bois une petite silhouette s'approchait. Ylith sentit aussitôt une intense vague de chaleur l'envahir. Kal'Mah était bel et bien venu pour la sauver. Trop concentré sur les deux sacrifices pour remarquer l'arriver du petit être amphibie, l'elfe fou se mit soudainement à scander, les bras levés vers la canopée de ténèbres qui avait dévoré les cieux :
- Arracher les yeux. Saigner les Soeurs. Prendre les Coeurs. Dérober les yeux. Trancher les Soeurs... Offrir les Coeurs !
L'instant suivant il était imité par tous ses suivants,. Leurs voix s'élevèrent jusqu'aux étoiles, sombrèrent jusqu'aux abysses. Laissant le chœur maudit psalmodier les noires litanies, le prêtre dément s'abandonna à un léger rire. Puis à un murmure.
- Quelque part dans le Néant, un Dieu se retourne dans son sommeil. Il sait. Il sait tout. Bientôt le Réveil. Ah... Cyth'Qo.
Tel une chape de plomb, le silence retomba sur la Sylve aux Soupirs. Un simple prélude à la tempête à venir...

814 mots.


Sam 6 Mai - 2:11
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 893
L'Autel du Sacrifice
Il était assez embêtant de se retrouver dans ce genre de situation. L'Astre ce calme un instant, fermant les yeux pour finalement arrêter de se gigoter dans tous les sens. Elle détestait plus que toute cette insuportable situation. L'idée simple de ce retrouvé privé de sa liberté la révoltait au plus au point. Elle était tellement en colère, qu'elle sentait son sang bouillonner dans ses veines. Comment le destin pouvait être si cruel ? Elle détestait plus que tout son voyage et regrettait amèrement d'avoir quitté les côtés de Taralis. Elle prenait une grande respiration, gardant – un instant - l'air dans ses poumons avant d'expirer lourdement, mais lentement. L'encens mélangé à la sueur et au sang était presque enivrant et déstabilisant. Pourtant, malgré l'effet - qui se voulait – hypnotisant et apaisant, rien de tout ceci ne semblait pas affecter les deux femmes prises sur cette stèle. Elle levait lentement les yeux vers la voûte céleste, cherchant des réponses qui ne venaient plus. Depuis qu'elle avait quitté le manoir de ce monstre, elle n'entendait plus le chant des étoiles. Il l'avait longtemps guidé, éclairer le chemin obscur qui était le sien et malheureusement, où elle en avait le plus possible il se taisait. Elle avait peur de trouver la raison et la réponse à cette question, elle avait peur d'avoir fait tout ceci pour rien et en même temps, elle savait qu'elle ne devait pas, qu'elle n'avait pas le droit d'avoir cette crainte.

Malgré la fumée qui lui cachait la vue, elle pouvait très bien imaginer ces petits points blancs scintillants. Elle fermait une nouvelle fois les yeux, imaginant très bien la toile céleste qui s'étirait à perte de vue. Elle avait l'impression de ne pas l'avoir revu depuis des années et il n'y avait que quelques mois qui s'étaient écoulés. Pendant un instant, elle sent le vent se lever et ignorant la lame qui se soulève au niveau de son visage, elle ouvre ses yeux et le pose sur la voûte céleste… Qui est aussi noir que les abysses des enfers. Son regard semble - pendant un instant - déstabilisez-le prêtre qui le fixe. La voûte céleste avait peut-être quitté le ciel, mais il n'avait pas quitté ses yeux. Ses yeux se portent enfin sur lui, il n'y a aucune peur sur son visage, seulement un ennui visible et palpable. ‘' Vas-y, mais qui tire la queue du monstre… ‘' Murmure-t-elle au prêtre, mais au même moment il affaissait la lame comme pour la faire taire. ‘' Tien-toi prête Naga. ‘' Déclare-t-elle brusquement.

Le prête avait bien visée, il aurait été très difficile de manquer sa cible quand celle-ci était attachée sur une stèle de pierre. Pourtant, ceci n'empêche pas la blonde d'offrir un sourire carnassier et de tout simplement disparaître. Son corps intangible passe au travers la pierre froide et elle a tout juste le temps de rouler sur le côté pour sortir de sous la stèle et redevenir tangible. Elle garde le silence, laissant la confusion de son geste prendre par pure surprise le prête et les cultistes qui s'étaient tuent. Tous observaient la stèle où il manquait maintenant une participante. ‘' Trouvé là ! ‘' S'exclame enfin la voix du prêtre. Tel un corps qui sort des abysses, elle apparaît au pied de la stèle et elle tend les bras de chaque côté d'elle. Elle pose un regard carnassier sur lui et dès ses mains et avant-bras tendus des fragments d'acier immerge de sa chair et scintille sous les flammes. De l'une de ses mains, elle attrape l'un des fragments qui s'allonge pour donner une épée courte. Les neuf autres fragments viennent voler autour d'elle, donnant l'impression d'avoir une volonté propre. L'un des fragments vient s'abattre sur l'un des tours de la corde qui retenait la queue de la femme-serpent. Si elle voulait se sortir d'ici, il faudrait qu'elle donne un coup de main et qu'elle montre qu'elle tenait à sa vie.




662 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Mar 9 Mai - 2:52
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 136
Sa queue enfin libre, Ylith bondit de la stèle sacrificielle, en poussant un hurlement d'une puissance telle qu'elle-même en fut surprise :
- KAL'MAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Aussitôt son Fils quitta les ombres des sous-bois, bondissant en plein milieu de la cérémonie. Vif et agiles, il se faufila entre les cultistes et se jeta sur sa maîtresse. D'un geste aussi précis que rapide, il trancha les cordes qui retenaient encore les bras de la jeune femme avant de lui lancer l'un de ses cimeterres. La Naga l'attrapa au vol et le fit tournoyant un court instant, pour menacer l'ennemi le plus proche. Un rapide regard circulaire lui apprit que tous les fanatiques avaient dégainé leurs armes et se tenaient prêts à défendre leur vie. Pas le temps de les compter. Leur chef en revanche semblait avoir profité de la confusion pour disparaître... A cet instant une épée longue s'abattit droit vers son crâne, la ramenant brutalement à la réalité. Souplement, Ylith évita l'attaque et riposta aussitôt. La lame de son sabre crissa atrocement contre la garde de son adversaire, qui se replaça d'un bond en arrière. Alors que la femme à écailles s’apprêtait à le suivre, son enfant-esclave poussa un borborygme sonore en se jetant derrière sa maîtresse. La hache ennemie fut déviée in extremis de sa trajectoire par le dernier cimeterre du Muruhagin qui poussa un petit cri de soulagement. Bien incapable de prendre le temps de le remercier sa progéniture, Ylith balaya le sol de sa queue, fauchant les jambes de son premier agresseur qui s'effondra en arrière. Alors qu'elle levait le bras pour porter le coup de grâce, la jeune Naga aperçu deux femmes qui se ruaient dans sa direction. La plus proche brandissait une lourde claymore au-dessus de sa tête, tandis que la seconde tentait une approche plus furtive, deux dagues aux mains. D'un coup de queue rageur, Ylith projeta une volée de terre, de feuilles et de petit bois dans la direction de la roublarde, avant de reporter son attention sur la femme épéiste. Juste à temps. Dans sa course, la capuche de son assaillante était retombée en arrière, dévoilant un visage humain recouvert de tatouages tribaux. Des symboles ésotériques rappelant sans mal l'hideux symbole de Cyth'Qo. Les traits tirés par l'effort elle abattit sa claymore avec une violence inouïe. Si Ylith tentait de parer, son sabre volerait en éclat et la lame adverse pénétrerait sans mal son torse... Se jetant sur le côté brutalement, la jeune Naga parvint à échapper à l'offensive heureusement lente de l'humaine... Mais à peine s'était-elle relevée qu'une épée pénétrait ses écailles.
La douleur explosa. Le sang gicla, une première gerbe allant atterrir sur l'autel. Avec horreur, Ylith vit une répugnante lueur dorée nimber l'autel l'espace d'un instant. Mais elle n'avait pas le luxe d'admirer le spectacle : l'homme qu'elle avait fauché était presque debout, tandis que la roublarde bondissait sur elle. Elle n'avait pas encore touché le sol que la Naga des abysses faisait fuser son bras gauche dans sa direction. Les dagues frappèrent l'air dans sa direction, mais ne firent qu'entailler légèrement sa peau. La main puissante de la cruelle femme-serpent s'était déjà refermé sur le col de la cultiste - tout lui entaillant légèrement la poitrine à l'aide de ses ongles empoisonnés. Se servant de l'impulsion de cette dernière, elle tourna sur elle-même et projeta sa proie sur un homme que Kal'Mah était occupé à affronter. Profitant de l'ouverture, il enfonça sa lame dans le ventre du guerrier déstabilisé et bondit pour lui arracher la gorge d'un coup de griffes. De son côté, Ylith avait eu le temps de se mettre à portée de l'homme qui avait, le premier, levé la main sur elle. D'un ample mouvement elle repoussa son épée et lui ouvrit le ventre, de l'entre-jambe jusqu'au cou.

S'autorisant un court instant de répit, la jeune Naga tenta de reprendre son souffle. Une nouvelle fois, son regard balaya le champ de bataille. Le chaos régnait. La guerrière humaine qui avait été capturée avec elle se battait admirablement bien, repoussant avec grâce et puissance les assauts de plusieurs cultistes en même temps. C'est alors que l'un deux, armé d'un terrible pieu d'acier se présenta dans son dos. La combattante ne l'avait pas vu !
- Derrière-toi, humaine ! Tonna Ylith d'une voix si forte que le lâche fanatique concerné sursauta et hésita l'espace d'un instant.
C'est à ce moment que la roublarde frappa. Visiblement désorientée par le venin que lui avait inoculée la Naga elle frappa de manière bien aléatoire. Si la première dague ne rencontra que du vent, la seconde traça une sanglante estafilade dans le flanc droit de la jeune femme. Laissant échapper un sifflement de haine pure, Ylith frappa du poing le visage de son attaquante. Sonnée par la puissance du coup, elle fit un pas en arrière, manquant de s'étaler de tout son long. Le cimeterre vint l'empaler sur un tronc.
Essouflée, Ylith prit appui sur l'arbre. Elle n'était décidément pas faite pour les combats longs... Mais Kal'Mah avait besoin d'aide : encerclé  par trois cultiste, il peinait à esquiver leurs assauts et était ruisselant de sang. Le sien ou celui de ses victimes ? Récupérant son sabre, la Naga serpentine retourna au combat, non sans un regard furtif à l'autel sacrificiel.
Une rune d'un rouge maladif, évoquant le sang séché (ou la plaie infectée peut-être ?) était apparu sur la pierre.

898 mots.


Mar 9 Mai - 4:00
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 893
L'Autel du Sacrifice
Il n'avait pas pris de temps que les spires du prêtre leur étaient tombés dessus. La femme-serpent avait immédiatement bondi de la stèle, pour attraper une arme qui avait semble-t-il- jaillit des ténèbres. Elle ne réalisa pas instantanément que quelqu'un d'autre c'était pointé pour donner un coup de main à la Naga. En moins d'une minute, elles se retrouvent séparées par les spires qui les encerclent. Ils sont lourdement armés et étrangement - cette fois-ci - ils ne semblaient pas d'humeur à prendre les pincettes. Elle est aussi froide que la glace, l'astre les observe un à un. Elle voulait savoir à qui elle avait affaire avant de se jeter dans la mêler et heureusement pour elle, ils semblaient du même avis. Ils étaient cinq à l'encercler et à la forme de leur toge, elle détectait deux femmes et trois hommes. Les deux femmes, complètement à gauche de la ligne, tenaient des armes fines exotiques. L'une tenait un trident et l'autre des deux chakrams et elle semblait très bien comment les utiliser. Celle au trident le faisait adroitement dériver dans un géant huit, pendant que la deuxième maniait ces chakrams comme si c'était de simples baguettes. L'homme du centre se démarquait de par sa stature dérangeante, comme beaucoup trop grande pour la toge. On aurait cru que le tissu allait lui craquer sur le dos à tout moment. Entre ces puissantes mains, il tenait solidement deux haches déjà tâchés de sang. Les deux autres hommes à sa droite étaient beaucoup plus fins que celui du centre, mais l'un d'eux avait une musculature plus démonstrative que le dernier qui semblait aussi fétiche d'un bambou. Le svelte tenait habilement une lance, donnant l'impression qu'il était prêt à la percer et le dernier tenait une épée longue.

Qu'allait-elle donc faire contre cinq adversaires qui étaient loin d'être des débutants ? Elle était sûre d'une chose, elle allait survivre quoi qu'il arrive, elle avait un endroit où retourner, des souvenirs à récupérer et surtout, une fille qui avait besoin d'elle. Elle n'était plus seule et elle n'avait pas l'intention de laisser Aeronelle retourne toute seule. Elle prend une grande respiration, étendant un peu plus sa maitrise du métal autour d'elle, elle tient en respect les hommes et les femmes et elle sent en même temps l'acier qui se trouve sur les hommes. Étrangement, ils ne possèdent pas beaucoup d'acier, seules les armes, néanmoins c'était bien suffisamment pour la blonde.

Elle prend une grande respiration, posant les yeux sur l'homme du mieux pendant qu'il s'élance sur elle. Pendant une seconde, elle a l'impression qu'il est terriblement lent et elle voit une faille dans sa posture. Elle tend la main dans la direction de la femme au trident qui pensait pouvoir avoir l'avantage et un des fragments d'acier vient se planter dans l'épaule de la femme, l'arrêtant un instant. La blonde de jeter vers l'arrière, évitant celle aux deux chakrams. L'astre frappe avec l'épée courte, tranchant la chair de l'un des bras tendus. La femme pousse un cri trop aigu pour être celle d'une femme mature et elle comprend quand la petite rejette son capuchon en poussant un cri de rage. Ces traits étaient beaucoup trop jeunes pour être ici. L'un des fragments vient pénétrer la chair de l'épaule, s'enfonçant profondément et Celaena ‘'l'achève" avec un coup de pied en plein torse, l'envoyant valsé plus loin. Elle était la cible la plus faible. La femme au trident immergeait de nulle part, utilisant son inattention pour venir frapper dans son dos et planter deux des piques dans ses omoplates. ‘' Pour ma fille ! ‘' S'exclame la femme.

Elle grogne sous la douleur et sens le sang chaud couler dans son dos, quand la femme retire brusquement les piques, elle réalise qu'ils n'étaient pas de simples piques droits, mais des crochets. La douleur est atroce et un sifflement aigu traverse ses dents serrées pendant que les derniers fragments d'acier viennent frapper le visage de la femme qui se retrouve aveuglé. À son tour, du sang vient asperger la stèle qui s'illumine un peu plus. Des fragments d'écritures d'un jaune maladif viennent rejoindre les symboles, mais un contour d'un rouge sanguin se forme lentement autour du symbole. Celaena ce retour brusquement, tendant son bras dans une puissante rotation pour venir planter la lame dans la gorge de la femme qui se tenait le visage. À ton tour, un énorme jet de sang vient frapper l'astre et ensuite la stèle. La femme s'effondre ensuite au sol, le corps traversé de soubresauts. Son regard s'accroche un instant à la stèle qui semble s'animer d'une lueur maladive, où elle semble voir des yeux et une gueule béante éventrer le centre de stèle avant de disparaître brusquement. Le grognement d'un homme proche d'elle la ramène à la réalité.

Ils ne restaient que les trois hommes et elle doutait que le combat soit aussi ‘’facile" qu’avec les deux femmes. En parlant d’homme, où était rendue l’échalote, le lancier ? Au même moment, la puissante voix de l’autre femme sortait de nulle part, l’avertissant d’un danger. Elle sent un long frisson d’adrénaline traversé son dos puis la morsure de l’acier dans son épaule. Elle est heureuse d’avoir pu éviter un peu l’attaque, mais le mal était déjà fait. De sa main libre, elle vient faire fondre l’acier de la lance, qui vient remonter comme un serpent sauvage vers le haut et frapper l’homme qui avait toujours la lance prit dans son épaule. Miraculeusement, l’homme évite l’attaque, reculant en arrachant le bout de bois de sa chair. Elle pousse un deuxième grognement de douleur, reculant pour venir s’adosser à la stèle, son sang semble s’écouler un peu plus sur la stèle qui s’anime un peu plus. Malgré la douleur, la rage et la soif de survie prennent brusquement le dessus, elle n’allait certainement pas crever ici comme un vulgaire sacrifie… Il fallait trouver une solution et rapidement avant qu’ils ne finissent réellement par faire ce ‘’sacrifice". ‘’ Naga, dites-moi que votre ami est un mage surpuissant, nous avons vraiment besoin d’aide… ‘’ Tout en disant ceci, elle dévie le coup d’épée de l’homme, puis se fait presque arrachée son arme improvisée, cependant, l’acier redevient liquide avant même de toucher le sol et vient former un deuxième serpent d’acier et puis un troisième vient prendre forme. Les trois créatures argentées luisent sous la lumière maladive, pour le moment, ils tenaient à distance les trois hommes.



1 072 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Mer 10 Mai - 1:56
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Naga - Fulmine - II
Parchemins : 136
Que cette histoire de dieu soit vrai ou non, il y avait bien quelque chose de d'occulte avec cet autel. Le sang des deux "sacrifiées" avaient, semblait-il, activer deux runes antiques... Vibrante de magie, la pierre blanche était nimbée d'illusions éphémères. L'espace d'une seconde, Ylith crut voir une gigantesque masse de tentacules émerger du sol... A un autre moment c'était un immense œil purulent qui crevait le sol et dardait sur elle un regard terrifiant. Des illusions ? C'était tout ce qu'il fallait espérer hein... Alors qu'elle parait l'assaut d'un autre sabreur, la femme-serpent entendit la voix de sa compagnonne d'infortune s'élever au-dessus du champ de bataille. Son ami ? Un mage surpuissant ? Ylith éclata de rire. Surpris, son adversaire sursauta légèrement et marqua un temps d'hésitation. Erreur mortelle : d'un coup de poing dévastateur en plein ventre, elle le força à se plier en deux, avant d'abattre son cimeterre sur sa nuque. La lame s'enfonça profondément dans la chair, pénétra l'os puis s'arrêta à mi-chemin dans la vertèbre. Alors qu'elle écrasait la tête du cadavre pour retirer son arme, elle répondu :
- Kal'Mah, un mage surpuissant ? Désolé de te décevoir, mais mon cher fils adoptif n'a rien d'un sorcier. En revanche il sait très bien comment trancher la chair et la peau.
Ylith délivra son cimeterre juste à temps pour dévier un coup de dague, avant de repousser son adversaire d'un coup de queue dans les côtes. Dans son dos Kal'Mah était aux prises avec un petit homme armée d'une bien grosse hache. Disposés ainsi, la mère et son enfant ne pouvaient pas être pris par surprise. Mais leur mobilité était un peu réduite, et ils étaient blessés... Ils étaient encore trois à leur tourner autour. Comme un seul homme, ils bondirent sur Ylith. Incapable de parer tant d'attaques, la jeune femme fit la seule chose qui s'offrait à elle : elle se ramassa sur elle même et se jeta brutalement sur l'un des agresseurs. Surpris, ce dernier tenta de placer sa dague en défense avec précipitation. La Naga poussa un cri de douleur en sentant un poignard s'enfoncer dans son flanc gauche, avant de s'écrouler à terre avec le cultiste roublard. Au moins avait-elle pu éviter les deux autres attaques... Ignorant le sang qui ruisselait sur sa hanche, elle brisa le poignet du fanatique avant de lui arracher un morceau de gorge à l'aide de ses crochets acérés. Dans son dos, Kal'Mah avait réussi à blesser l'homme à la hache d'un coup à la jambe, mais s'était fait projeter contre un tronc d'un violent coup de massue. Sans prendre le temps d'achever proprement le roublard, elle se jeta vers les deux restant en poussant un hurlement de rage. Sans défaillir, le premier arma son bras et projeta sa lourde hache. Instinctivement, Ylith frappa le projectile à l'aide de son sabre, déviant ainsi sa trajectoire... mais pas assez. Alors qu'elle passait au-dessus de son épaule, la tête de la hache y traça une vilaine estafilade. Grimaçant sous le coup de la douleur, la femme-serpent détourna la tête l'espace d'un instant... pour apercevoir une silhouette encapuchonnée penchée sur le corps d'un des hommes qu'elle avait tué. Qui était-il et que faisait-il ? Pas le temps de s'en occuper : Ylith reporta son attention sur son combat. L'un des deux cultiste étant désarmé, Kal'Mah et elle fondirent sur son acolyte. Il esquiva souplement la première offensive et tenta une riposte agressive. Sa masse frôla le crâne de la jeune femme, qui le punit d'un coup au bras gauche. Saisissant l'opportunité, Kal'Mah prit appui sur un tronc pour s'élever dans les airs et abattre son sabre dans le dos du fanatique religieux. Assoiffés de sang, la Naga et le Muruhagin se dirigèrent vers le dernier homme... qui détala sans demander son reste.

C'est à cet instant que les choses dégénérèrent. Debout sur l'autel, le chef de la secte avait fait son grand retour... De sa main droite il brandissait un coeur humain sanguinolent. Dans la gauche reposait une paire d'yeux fraîchement arrachés. Ylith réalisa soudainement que c'était lui qu'elle avait vu penché sur un cadavre un peu plus tôt ! Il avait profité de la confusion pour se rendre invisible, attendant le bon moment pour finir le rituel !
- Non, ces yeux et ce cœur n'ont pas été prélevés sur des sacrifices vivants ! Hurla-t-il avec verve. Mais j'ai eu leur sang ! Non je n'ai pas pu suivre la prophétie à la lettre ! Mais je dois essayer ! Ah je le sais... Cyth'Qo le sait. Cyth'Qo me pardonne. En cette nuit impie, dans ces bois maudits ! Un dieu banni... revit !
Sans hésiter, l'elfe dément écrasa les deux globes oculaires contre la pierre de l'autel. Même à cette distance, le bruit porta jusqu'aux oreilles d'Ylith. Un son tout bonnement répugnant. Aussitôt, un cercle de runes, jaunâtres cette fois-ci, apparurent sur la stèle.
- Ô Cyth'Qo... Prends ce premier cœur, repais-toi de sa force, absorbe son essence !
Le visage déformé par une folie pieuse, le maître de cérémonie déchira l'organe à mains nues avant de laisser tomber les deux morceaux sur l'autel. Alors, il s'empara de son poignard sacrificiel.
- Prends aussi mon cœur. Souffla-t-il, les yeux roulant dans leurs orbites. Je t'en prie... Quitte ta torpeur. Cyth'Qo.
Comme au ralenti, Ylith vit l'elfe fou s'enfoncer la lame dans la poitrine, y creusant une plaie béante. Terrassé par la douleur, le fanatique tomba à genou en s'enfonçant une main dans le torse. Laissant échapper un dernier hurlement il s'effondra contre l'autel... son palpitant dans la main. Absolument époustouflée que l'homme ait réussi à s'arracher le cœur, la femme-serpent assista à l'achèvement du rituel, les yeux écarquillés. Un nouveau cercle de runes apparut, autour du premier. Les symboles magiques commencèrent à tournoyer, à s'imbriquer... puis tout se détraqua. La prophétie n'avait pas été suivie, le rituel n'avait pas été respecté. La magie se mélangea en une infâme bouille de couleurs répugnantes et la pierre sacrificielle se fissura. Un portail instable se matérialisa une fraction de seconde, avant de disparaître aussitôt. Le sol trembla... La terre s'ouvrit.

Un cri terrible ébranla la clairière. Une créature infâme s'extirpa du gouffre. Tenant sur trois pattes bizarrement articulées, la partie principale de son corps n'était rien de plus qu'un maelström de tentacules rougeâtres, parmi lesquels s'ouvrait par intermittence un œil jaune aux proportions monstrueuses. Haute de plus de trois mètres, l'abomination chancelante était clairement un échec. Le "dieu" Cyth'Qo sommeillait toujours. Mais, au travers de cette parodie de rituel, il avait réussi à envoyer une infime partie de son être infâme dans la Sylve aux Soupirs. Une fraction grotesquement petite d'une créature incompréhensiblement puissante. Et pourtant, cela était bien assez pour représenter un danger mortel pour les protagonistes.

1128 mots.



Ven 12 Mai - 0:59
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 893
L'Autel du Sacrifice
Le trio de têtes serpentines décrivait lentement une sphère de protection autour de l'astre blessé. Dans une danse hypnotique due à leur couleur argentée tâchée de sang, ils semblaient déstabiliser les trois assaillants qui menaçaient encore la blonde. Le géant - aux hachettes - l'observait depuis un moment la guerrière qui avait réussi à le garder en respect, une étincelle de colère brillait dans le regard de l'homme. Il réalisait à quel point ils étaient dépassés par les événements, le rituel était probablement fichu et leur prêtre avait brusquement disparu, sans par le du fait qu'ils perdaient en effectif à chaque minute qui passaient. Il était furieux contre lui-même, contre son équipe et surtout contre ces femmes qui s'étaient libérés. Du moment où il avait mis les yeux sur elle, il avait su que quelque chose n'irait pas. Le prêtre aurait dû écouter ses critiques, ils auraient dû commencer le rituel pendant qu'elles étaient toutes les deux inconscientes, mais non, il avait fallu qu'ils attendent sagement qu'elles se réveillent pour que monsieur le prêtre puisse faire son intéressant.

Le lancier s'élançait durant les réflexions de son compagnon, venant piquer avec son arme au niveau du ventre de la blonde, mais l'un des serpents vient s'enrouler autour de l'arme l'arrêtant à moins d'un centimètre du ventre de l'astre. L'arme prise dans un étau d'acier, la blonde attrapait la lame pour la faire ‘'fondre'' et faire rejoindre l'acier aux serpents qui prirent de l'expansion. Une lueur de peur apparut immédiatement dans le regard du lancier, pendant qu'un sourire carnassier s'étire sur le visage de Celaena. Le lancier sut immédiatement qu'il venait de faire une erreur et paralyser par la peur de cette vision l'une des têtes de serpents vient le mordre au niveau de la gorge, laissant une giclée de sang éclabousser autour de lui. Dans un mouvement coordonné, les deux autres têtes vinrent mordre de chaque côté de la tête du lancier, le décapitant brusquement. C'était tout simplement une manœuvre d'intimidation – qui elle l'espérait – serait assez pour faire fuir les deux derniers hommes.

Que ce soit de la chance ou une certaine malchance, l'effet marchait à moitié, l'épéiste semblait bien décidé de survivre, davantage que les autres. ‘' J'en ai ma claque, moi j'vais pas mourir dans ce trou perdu pour un rituel manqué ! ‘' Le géant tournait à peine les yeux vers lui, une expression sévère prenait maintenant place sur son visage et pendant que l'épéiste tournait les talons, il l'interpella. ‘' Si j'étais toi  j'bougerais pas … Tu restes et tu combats… ‘' L'homme lui jette un regard, mais décide d'ignorer l'avertissement de son supérieur et tourne les talons pour quitter. C'est au moment que le géant se retourne, effectuant une rotation assez rapide en soulevant ces deux armes et venant frapper en croisé, décapitant net l'épéiste qui n'avait rien vu venir et qui ne s'attendait certainement pas à se faire trahir par l'un des siens.

Celaena prend immédiatement action, utilisant l'effet d'inattention du géant pour frapper. Deux des trois têtes serpentines vient frapper au niveau du poignet du géant, le mordant assez fort pour lui faire perdre son arme, la deuxième par contre eut moins de chance et fut tranchée dans un rapide coup de hache. Presque immédiatement, l'homme se jette sur elle, frappant avec la force d'un bœuf son corps déjà endolori. Ils roulèrent au sol, pendant que les deux dernières têtes frappaient rapidement le corps du colosse qui écrasait la blonde. Elle était presque immobilisée au sol par le poids de l'homme, elle eut tout juste le temps de le voir soulever le haut de son corps et malgré les attaques rapides des deux têtes tortueuses – qu'il essayait d'ignorer – il lève sa dernière hache en visant sa tête, malheureusement pour lui, cette ouverture permet à Celaena d'envoyer en une pique acérée – la dernière tête – traverser la gorge de l'homme qui s'étouffe dans son sang. Malgré cette douleur qui le traverse, il réussit à trouver la force de garder son sang-froid et abaisse son arme vers sa tête. Dans un geste défensif, Celaena croise les bras devant elle et les têtes en font de même arrêtant de justesse la hache qui entaille à peine le front de cette dernière.

Elle sent le sang chaud couler le long de la courbe de son front, se jeter telle une limace chaude sur son nez jusqu'à la commissure de ses lèvres pendant qu'elle repousse avec difficulté le corps inerte du géant. Recouverte de sang – le sien et celui des autres – elle se relève juste a temps pour voir le prêtre sur la stèle avec ces ingrédients funèbres. Elle pousse un grognement d'inconfort, elle qui l'avait complètement oubliée pendant une seconde et qui espérait ne jamais le revoir. Elle était une nouvelle fois déçue par la vie et avait l'impression que ce ne serait pas la dernière fois. Elle prend tout de même le temps de jeter un coup d'œil à sa compagne d'infortune qui semblait s'en sortir beaucoup mieux qu'elle avec son compagnon. Au moins, leurs chances de survie avaient doublé depuis le début de tout ceci, il ne restait que le prêtre a se débarrasser et elles pourraient quitter comme si tout ceci ne serait jamais arrivé…

Elle lève la main vers le prêtre, les trois têtes serpentines en font de même, prêtent à frapper quand l'impensable se produisit. Une vision des plus cauchemardesques frappe Celaena de plein fouet. Du tréfonds même de la stèle, elle voit un gigantesque œil d'un jaune maladif se fixer sur sa personne, une bouche dentelée et béante éventre la pierre comme s'il avait été que du papier. Pendant un instant, elle fige sur place comme paralysé par une puissante magie et tout ce qu'elle peut faire, est de voir un long et tortueux tentacule s'étirer vers elle. L'illusion semble se briser au moment où le prêtre s'exprime, elle a tout juste le temps de voir l'elfe fanatique exploser les yeux – récupérer je ne sais où – et s'ouvrir la poitrine pour en extraire son propre cœur.

La scène est des plus… Particulière, jamais elle n'avait assisté à un homme aussi fou s'ouvrir la poitrine pour terminer un rituel. ‘' C'est maintenant que les vrais problèmes arrivent… ‘' Murmure l'astre avec un très mauvais présentement. Devant ses yeux, vision et présent se mélangèrent pour laisser l'hideuse créature immerger de la pierre. La magie impie qui trempait telle une infamie, se dissipe au moment où la créature pousse un puissant cri aigu qui traverse sur au moins un kilomètre la sylve aux soupirs. Pendant les trente secondes qui suivirent, la forêt lui semble encore plus silencieuse qu'elle l'avait été, mais Celaena sait que ce cri à attirer de plus gros prédateur, elle espérait simplement qu'elle ne serait pas la cible des Mortemo qui allaient finir par se pointer. En même temps, c'était peut-être leur chance de sortie.

Tout en bougeant lentement pour éviter d'attirer l'attention de la bête, elle laisse retomber la manipulation de son élément. La bête est aveugle, mais elle semble avoir une très bonne perception. Tout en se déplaçant, elle dépose le pied sur une branche, qui offre un craquement sonore et attire immédiatement l'attention de la bête qui saute sur elle. Celaena à tout juste le temps de se jeter entre les pattes de la bête, roulant un peu plus loin et de se mettre transparente que la bête dans une vitesse effrayante revenait à la charge sur elle. Celaena passe au travers du monstre, offrant une grimace d'incertitude à la femme-serpent. ‘' Son cri va attirer beaucoup de choses, c'est peut-être notre chance… ‘' Réussit-elle à exprimer en redevenant transparence devant la deuxième charge de la bête. Il ne fallait qu'espérer que les créatures qui peuplaient cette forêt soient plus rapides que ce rejeton des enfers…      
           


1296 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Sam 13 Mai - 19:05
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Sylve aux Soupirs-
Sauter vers: