[Terminé] Akantha Aisos

 :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Abund - II
Parchemins : 447

Akantha
Aisos
Identité
  • Surnom :Ak'/ Akan'/ Cyari ( Personnes Intimes )
  • Âge :20 ans
  • Sexe : Femme
  • Race : Norphis
  • Occupation : Musicienne ( Luth )
  • Lieu d'habitation : Souterrains Interdits
Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique : 6
    ■ Endurance : 10

  • Dextérité

  • ■ Vivacité : 14
    ■ Habileté : 10

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique : 10
    ■ Adaptation : 6

  • Prestige

  • ■ Apparence : 4
    ■ Contact social : 8

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique : 10
    ■ Puissance/Résistance : 10

    Biens
    Ensorcellements

    ► Narcose de l'âme

    Maîtres de la manipulation, les Norphis développèrent un ensorcellement bien particulier. En effet, en croisant le regard d’une personne dans un certain périmètre, ils peuvent s’infiltrer dans ses pensées et les influencer de manière drastique. Ainsi, un Aetrayel pourra aller à l’encontre de ses principes, faire des choix incompréhensibles, et tout ceci grâce au Norphis qui tirera les ficelles de sa marionnette. Une personne victime de la Narcose peut s’en échapper en faisant preuve de concentration et en remarquant la supercherie.

    ► Thaumaturgie des macchabées

    De nombreuses légendes racontent que les Norphis, étant eux-mêmes décédés, pourraient ramener à la vie pendant quelques instants les défunts et s’en servir à leur guise. Sachez, vous qui lisez ces lignes, que ceci n’est en aucun cas une facétie ou une invention. Dans les cimetières, les pouvoirs des Crocs de la Lune se retrouvent amplifiés et il leur est possible d’invoquer les morts pour les sortir de leurs tombes. Cependant, leur emprise n’est pas totale : si le Norphis n’éprouve pas une confiance en lui totale et que sa puissance vacille, tout ceci pourrait se retourner contre lui…

    ► Contrôle du sang

    Avec ce pouvoir il vous est simple à présent d'affluer sur la circulation sanguine de votre personne afin de vous défendre. Imaginez que vous vous retrouvez en position de faiblesse et que vous baignez dans votre sang, pourquoi ne pas le changer en une arme pour vous éviter le coup fatal ? Beaucoup d'opportunités s'offrent à vous, mais attention, vous ne récupérez pas le sang que vous utilisez et une anémie est vite arrivée.

    ► Grande Vitesse

    Grâce à cela vous pouvez augmenter grandement votre vitesse durant quelques secondes. Il vous est conseillé d'améliorer votre ensorcellement et votre résistance pour tenir plus longtemps.

    ► Image Rémanente

    Akantha est capable de créer une illusion la ressemblant en tout point et de lui faire effectuer des mouvements précis pendant cinq secondes. L'illusion est intangible mais est indissociable d'Akantha. Néanmoins, toutes les actions effectué par l'illusion sera considérée effectué par Akantha ce qui impactera sur son Endurance et augmentera sa fatigue Physique. Quand l'illusion s'estompe, elle explose en de multiples particule venant gêner la vision des ennemis comme des alliés dans une petite zone autour de l'endroit où l'illusion a disparu. Les particules affectent les alliés dans une plus moindre mesure.


    Inventaire

    - Monnaie reçu suite au jet de dé -

    - Pièces de bronze : 2
    - Pièces d'argent : 71
    - Pièces d'or : 2

    - Objets achetés avec l'argent reçu au début de l'aventure -

    - Pièces de bronze :
    - Pièces d'argent : 1 carte de Langzyliah ( 10 pA ) + Un Luth de qualité moyenne ( 50 pA )+ 1 Dague ( 2 pA ) + 1 Rapière ( 45 pA )
    - Pièces d'or : 1 sac sans fond ( 1 pO )
    Total : 2pO 7pA

    - Monnaie restante pour le début de l'aventure -

    -Pièces de Bronze : 72
    -Pièces d'Argent : 10
    -Pièces d'Or : 0

    - Objets achetés par la suite -

    Épée longue (35PAr) & Dague (2PAr) combinables en ceci

    Gains


    Le Croc du Clan | ARTEFACT :
     
    - Création de l'électricité



    Physique

    La première chose qui frappe quand on aperçoit Akantha en dehors des Souterrains Interdits est son accoutrement plus qu'étrange. En effet, la jeune Vampire, pour se protéger des rayons néfastes de l'astre solaire, se recouvre entièrement de bandages à l'exception de ses yeux. En plus des bandages, la Vampire porte généralement une tunique mauve sombre, usé par le temps, accompagné d'une capuche. Elle porte aussi un foulard fleuri autour du cou, auquel elle porte une certaine valeur sentimentale. Néanmoins, à l'intérieur des Souterrains Interdits, elle ne sort pas énormément du lot. De petite taille, à peine 1 m 60, et avec un poids correspondants , soit aux alentours de 55 kilos, elle pourrait facilement être confondue avec un enfant. Ses cheveux dans les tons verts sont mi-long, lui tombant jusqu'aux épaules et ne présente, la plupart du temps, aucune trace d'une quelconque tentative de les coiffer. La silhouette de la Vampire est rectiligne comme le corps d'une enfant peut l'être, aucun attribut féminin prononcé ne l'orne que ce soit au niveau des hanches ou bien au niveau de la poitrine. Sa peau est pale, monotone, à l'exception des quelques coupures et égratignures qui jonche le corps de la jeune fille. Ses bras et ses jambes sont fins, tellement que l'on pourrait se demander comment fait elle pour se tenir debout ou bien pour porter quoi que soit. Les traits de son visage sont fins et ampli d'une certaine candeur. Elle possède un petit nez aquilin et une bouche qui semble former un sourire constant, ses lèvres sont pales et en total contraste avec ses joues rosées. Concernant ses yeux, la particularité marquante est le fait qu'elle n'en possède qu'un, l'œil droit. Cette unique œil à l'iris couleur sang est animé d'une grande curiosité, observant tout ce qui l'entoure. Le croc de la lune borgne représente ainsi ce que les femmes de la société vampirique ne devraient absolument pas être; elle ne prend aucunement soin d'elle et ne possède, en soit, aucune chance de séduire quiconque de par son physique.

    Psychologie

    En plus de posséder le physique d'une enfant, Akantha possède aussi un esprit assez immature. En effet, l'autorité n'est pas une notion très présente dans l'esprit de la borgne. Elle aura donc tendance à traiter tous les individus de la même manière, sans tenir du rang social de la personne, au risque de s'attirer des ennuis. Elle possède néanmoins assez de bon sens pour repérer avec qui il vaudrait mieux savoir se comporter d'une bonne façon sous peine de s'attirer de trop gros ennuis. En plus de cela, la jeune fille à l'oeil unique possède de très gros problème de concentration. Il lui sera presque impossible, à moins d'être captivé par le sujet, de rester concentré sur un sujet précis et aura de plus beaucoup de mal à trouver de l'intérêt dans une conversation dont le sujet ne l'intéresse pas. Pour en rajouter, la vampire à tendance à être très turbulente, ne sachant pas rester en place plus de cinq minutes sans sentir l'envie irrépressible de toucher à ce qui l'entoure. En plus de tout cela, la curiosité est l'un des premiers défauts que l'on remarque après cinq minutes de conversations avec la jeune fille. Elle a d'instinct l'envie de se mêler à tout ce qui pourrait l'intéresser, que ce soit dans le cadre privé de la personne ou non, au point de s'attirer des ennuis, encore une fois. Ce vice est tellement poussé à l'extrême qu'elle se retrouve bien souvent au mauvais endroit au mauvais moment. La borgne à aussi tendance à rapidement s'énerver quand le sujet de son apparence enfantine est abordé. Mais cette avalanche de défauts est contré par un autre beaucoup plus restrictif. En effet, la jeune fille est atteinte d'une grande timidité et donc aura beaucoup de mal à adresser la parole à qui que ce soit. Néanmoins, si elle arrive à faire assez confiance à quelqu'un elle se désinhibera assez rapidement.

    Akantha possède aussi autre chose pouvant calmer les ardeurs de son esprit : La musique. Véritable muse pour la jeune fille, elle se transforme en une tout autre personne quand elle vient à aborder le sujet. Elle joue elle-même du Luth, même si elle estime qu'elle n'est qu'une bien piètre artiste et préfère par dessus tout voir un maître manipuler son instrument pour créer les mélodies dont elle raffole tant.

    La candeur de la jeune fille est souvent une qualité dont les gens la qualifie. Cette candeur à tendance à apaiser les esprits, même si elle peut très bien attiser les braises du conflits aussi. Néanmoins, la Croc de la Lune calme souvent ses ardeurs quand elle est avec des personnes qu'elle apprécie et se transforme en une enfant très curieuse souhaitant apprendre tous ce qu'elle peut sur le monde qui l'entoure.

    Concernant les autres races peuplant ce monde, la borgne n'a aucun apriori sur leur présence et leur existence, même auprès des humains. La jeune fille  à d'ailleurs l'habitude de juste assomer ses victimes, de leur ponctionner un peu de sang, puis de repartir sans les tuer. Elle désaprouve grandement les actions des Démons et des Vampires envers la race humaine et se mettra sans doute à défendre un humain si celui-ci était en danger de mort.

    Histoire

    Akantha Aisos, né Humaine sous le nom de Cyari Miara, est la fille cadette de Simillari Miara et Saren Miara, les gérants d'une taverne se situant assez proche des portes de la Terre des Rescapés. Elle possède un frère de trois ans son aîné Angus Miara. Les dix premières années de sa vie se passèrent sans réels encombre, mis à part ses chamailleries constantes avec son frère. L'enfant était la fierté de ses parents car elle représentait en elle seule la possibilité d'une avancé sociale importante pour la famille, les vieux riches en quêtes de jeunes femmes à marier ne manquant pas. Elle fut ainsi choyée par ses parents et fut la seule à recevoir une véritable éducation, aux dépends de son frère qui se voyait contraint à devoir reprendre l'affaire familiale. Les seuls événements marquants auxquelles elle a assisté durant ces 10 années furent des rencontres fréquentes en dehors de la ville entre son père, Saren, et un homme toujours recouvert de la tête au pied même en été. Si le but de ces rencontres était inconnu à la jeune fille, elle apprendra rapidement que ce n'était que de la vente d'alcool pour renflouer les provisions de la taverne. L'identité de l'homme lui sera par contre toujours caché par ses parents.

    Durant les deux années qui suivirent, la vie de la jeune Cyari se fit plus mouvementé. Les rencontres avec l'homme louche se firent de plus en plus fréquente et le père de la petite fille se fit de plus en plus sombre. Il se faisait plus violent, plus agité et semblait continuellement pester contre un certain "Nain" qui, selon le père de la jeune fille, lui volait ses clients jour après jour. La mère de Cyari semblait elle aussi nerveuse mais pour d'autres raisons, semblant toujours ressentir le besoin de cacher quelque chose. Un événement plus troublant se passa peu après le douzième anniversaire de la jeune fille. Angus, après une cinglante dispute avec Saren en vint à frapper son père et celui-ci en retour le bannît du domaine familial.

    ***

    Quel étrange nuit est-ce ? pensais-je. Ma chère mère m'avait commandé de rester enfermé dans ce placard, mais je ne savais toujours pas la raison de sa demande. Il y avait d'étrange bruit dans la taverne, des bruits de dispute majoritairement. Néanmoins, ce n'était pas les usuels bruits de disputes que j'entendais au moins une fois par jour, c'était les bruits d'une dispute entre deux hommes, entrecoupés des cris d'affolement d'une femme, probablement ma chère mère. Le ton s'envenima rapidement jusqu'à ce qu'un grand bruit sourd ne se fasse entendre. Les deux hommes s'étaient sans doute mis à se battre et j'entendais déjà les bruits de pas de multiples clients de l'auberge sortir de leur chambre pour tendre l'oreille quand au brouhaha qui venait d'en bas.

    Je devrais sans doute prévenir Mère
    me dis-je à moi-même. Bravant l'interdit de ma propre mère, je sortais du placard et de la chambre de laquelle on m'avait caché puis descendais les marches en direction du vacarme. Arrivant devant la scène, la première chose que j'aperçue fut la pointe d'une lame placée sous la gorge de mon père, celui-ci étendu au sol. Retenant un cri de surprise, je regardais l'agresseur et remarquais ses yeux rouges. Même si je n'en avais jamais vu, je savais parfaitement que cet individu était un vampire. J'entendis la réprimande de ma mère qui me somma de remonter jusque dans le placard mais je n'eut le temps de faire quoi que ce soit.

    Quel est cette horrible sensation ? paniquais-je. Plaqué au sol, je ne sentais plus mon œil gauche. L'individu m'empêchait d'hurler avec sa main et ne tenait pas compte des multiples morsures que j'essayais de lui asséner. Un cri de rage venant de mon père se fit entendre, mais en un geste du vampire une bourrasque de vent l'envoya à travers une des fenêtres. Ma mère n'osait bouger tandis que mes cris étouffés résonnaient dans toutes la taverne. Certains clients commençaient même à descendre pour s'enquérir de la situation. Le Vampire commanda alors d'une voix ferme à ma chère Mère de les retenir en haut sous peine de me trancher la gorge. Elle s'appliqua immédiatement. J'entendis alors la porte s'ouvrir et je pus voir le visage ensanglanté de mon Père tenant dans ses mains un morceau de verre, prêt à se lancer contre le Vampire. Mais il s'arrêta immédiatement quand il m'aperçut au sol.

    Est-ce la fin de mon existence ? désespérais-je. Je sentais un liquide chaud couler depuis mon œil gauche et une horrible douleur me martelais le crâne constamment. Le Vampire commença alors à parler d'une voix calme et posé.« Eh bien, Miara, te voilà Échec et Math. Si tu ne veux pas que ta chère fille meurt tu as tout intérêt à me payer et sans entourloupe cette fois, ou elle perd son deuxième œil ! » Mon père lâcha le bout de verre et s'effondra sur ses genoux. Des larmes perlèrent depuis ses yeux et il répondit alors, hoquetant.« Je n'ai pas de quoi te rembourser, Aisos, mais je t'en pris, laisse-moi du temps ! Laisse ma fille tranquille ! Elle est tous ce que j'ai ! »Le Vampire eut un grand sourire et montra ses canines avant de ricaner et de dire.« Eh bien, eh bien, que d'émotions pour une si faible créature ! Si elle a de la valeur pour toi, alors je vais la prendre pour rembourser tes dettes, tu y penseras à deux fois avant d'essayer d'arnaquer un vampire, Miara. »

    Ce jour signe bien mon arrêt de mort
    m'exaspérais-je. Le Vampire planta ses crocs dans la chair de mon cou. J'hurlais, autant que je le pouvais, accompagnant les cris de terreurs de mes parents. Mon père attrapa le bout de verre sur le sol et voulu se ruer sur le Vampire mais fut une nouvelle fois projeter en arrière par une bourrasque de vent. Cela faisait horriblement mal. Beaucoup trop mal. Je manquais de m'évanouir à plusieurs reprises sous la douleur que m'infligeais la succion de mon sang. La douleur se fit si intense que je ne pus résister dix secondes de plus, je m'évanouissais pour sans doute ne plus me relever.

    ***

    Le réveil se fit difficile. Apparemment je n'avais pas perdu la vie. Peut-être que mon père avait réussi à déloger le vampire de ma jugulaire. Mais quel était donc cet étrange endroit ? Ce n'était décidément pas l'auberge. Cela ressemblait en tout point à une chambre, le lit y était confortable, et j'étais vêtu d'habit qui devait coûter une fortune. Me rappelant alors les événements qui étaient survenu, j'essayais alors de toucher mon œil de gauche. Je n'y trouvais que du vide. Commençant alors à paniquer, je me mis à sortir du lit, manquant de trébucher sur la coûteuse robe dont j'étais vêtu, pour me diriger vers le miroir qui se situait à ma gauche, près de la porte de chambre. Me regardant dans le miroir, je fus horrifié en voyant mon visage. En plus du fait que mon œil gauche ait disparu, ma peau avait pâli à l'extrême et mon œil droit était teinté d'une couleur sanglante. Ce fut alors qu'une envie de manger comme je n'en avais jamais ressenti me terrassa à en hurler. Je passais bien cinq minutes sur le sol à hurler tellement la douleur était omniprésente. La porte de la chambre s'ouvrit alors, pour laisser apparaître l'homme qui m'avait réduit à cet état. Il avait avec lui le cadavre d'un malheureux, que Cyari n'arriva pas à reconnaître, bienheureusement. L'homme la fixa du regard, plus particulièrement son œil droit et dit avec satisfaction.

    « Crocs plantés dans une de ses veines, la jugulaire de préférence, puis tu aspires. Reprends y toi à plusieurs fois, tu ne seras pas capable de boire 5L de sang d'un coup sans t'étouffer, d'autant plus que tu es encore une jeune Vampire. »

    Apeuré, Cyari avait pourtant une envie folle de vider de son fluide vital l'homme. Mais les informations affluaient dans sa tête. Elle était devenue une vampire, qu'était-il advenu de ses parents ? Pouvait-elle changer sa situation ? Qu'allait elle devenir ?

    « Dépêche-toi donc de boire son sang, il serait idiot que tu deviennes folle à cause de la faim et que j'ai besoin de t'abattre, Akantha. »

    « Akantha ?»

    « Ton nouveau nom, il va falloir t'y habituer. Tu n'es plus Cyari Miara, tu es Akantha Aisos et je suis ton géniteur Shamash Aisos. »

    « Excusez-moi mais puis-je m'enquérir de l'état de santé de mes parents ? »


    « Ils sont en vie, il y a un foulard que ta mère a souhaité que tu obtiennes avant que je ne t'emmène ici. Il est dans la penderie, juste derrière toi.»

    « Merci.»

    L'homme eut un soupçon d'hésitation mais finit par dire, tout en refermant la porte derrière lui.

    « Bois-donc, je vais revenir dans une heure, tâche d'avoir finis, j'ai beaucoup de choses à t'apprendre. »

    La jeune fille se rua vers le cadavre inanimé et bu pour la première fois le sang d'un être humain

    ***

    L'apprentissage d'Akantha en tant que Vampire commença à cette date. Shamash se voulait être un géniteur strict et sévère, en total opposition au manque de concentration certain dont souffrait maintenant la jeune fille. Si elle avait eut beaucoup de mal à s'habituer à la société vampirique et en général à son état de Vampire, une fois qu'elle se fut adaptée à son nouvel environnement elle laissa les pleins pouvoirs aux pires traits de sa personnalité, au grand désespoir de son géniteur. Le Lamia voulait faire de la jeune fille une fière séductrice qui prolongerait sa ligne de succession, et il se retrouverait avec une turbulente jeune fille borgne qui avait tendance à énerver tous les nobles qu'elle croisait. Malgré tous ses efforts, le Lamia du se résoudre à laisser la jeune fille explorer à son gré, non sans oublier de lui apprendre à chasser et à se nourrir proprement. La soif de sang était presque omniprésente et la jeune fille borgne devait se démener corps et âme pour ne pas s'affamer trop longtemps. Durant ces trois premières années de vampirisme, la jeune fille n'oublia pourtant pas ses parents originels, même si leur image se faisait lentement remplacer par celle de Shamash en qui elle vouait un éternel sentiment de redevance pour lui avoir épargné la mort. Pendant ces trois ans, le corps de la Croc de la Lune n'évolua presque pas, au grand dam de Shamash qui n'avait pas prévu qu'elle resterait une enfant pendant un bon bout de temps encore. Les premiers ensorcellements de la jeune fille commencèrent à se manifester, même s'ils n'étaient alors que très peu contrôlable et qu'ils n'apparaissaient jamais selon la volonté de la borgne.

    Durant les trois années qui suivirent, Akantha fut principalement contrainte d'assister à plusieurs rencontre entre la famille Aisos et les autres familles vampires des Souterrains Interdits et ce fut pendant ces rencontres qu'elle se découvrit une passion pour la musique. Cette art était tellement fascinant qu'elle supplia de longue semaine à Shamash de lui apprendre à jouer du Luth. Si celui-ci était d'abord rechignant à l'idée de faire d'une vampire de sa famille qu'une simple artiste, ce fut après un accord de bon procédé qu'il accepta enfin d'apprendre la maîtrise de l'instrument à la jeune fille. Akantha accepta, trois ans durant, de participer, sans jamais se plaindre, aux rencontres entre famille vampire et en échange, le Lamia lui apprendrait pendant trois ans à se servir de l'instrument autant qu'il le pouvait. La soif de sang se faisait de moins en moins présente, et, maintenant que la borgne savait chasser des imprudents sans risquer sa vie, elle allait pouvoir se nourrir sans l'aide de Shamash, même si elle se sentait bien plus à l'aise quand il était en sa compagnie. Le corps de la borgne n'avait toujours pas grandi d'un centimètre et son esprit toujours enfantin était toujours uniquement préoccupé par son amusement personnel, même si la muse qu'était la musique investissait de plus en plus de place dans l'esprit encore pur de la jeune fille.

    Ce fut à l'âge de dix-huit ans que la Croc de la Lune exprima pour la première fois son envie de voir le monde extérieur et ce même de plein jour, et cela malgré l'interdit ultime que lui imposa Shamash quand au fait de braver le soleil. Mais comme à chaque fois qu'Akantha se met à débattre avec une autorité supérieure, elle ne prit même pas la peine de réfléchir à ce qu'il lui avait dit. Se ruant vers l'extérieur sans tenir compte de l'heure de la journée ce fut après avoir fait deux pas en dehors des souterrains qu'une horrible douleur lui souleva le cœur. Elle regarda un brève instant son bras droit pour se rendre compte que sa peau commençait lentement à brûler sous la puissance de l'astre solaire. La douleur la fit tomber à la renverse et pendant quelque millièmes de seconde, son unique oeil croisa l'astre brillant lui causant encore plus de douleur et manquant de la rendre aveugle à jamais. Se relevant, elle tituba jusqu'à la maison de Shamash.

    Une grande dispute éclata entre les deux individus. Shamash en avait plus qu'assez que sa petite protégée se refuse à l'écouter et encore pire, désobéisse à l'interdit ultime qu'il lui avait fixé. De son côté Akantha se refusait à vivre une vie ennuyeuse à l'intérieur des souterrains, elle n'avait aucunement envie de rester la potiche enfantine des manipulations politiques du Lamia. Leur dispute s'emballa rapidement, manquant de peu de se battre pour que finalement Shamash abandonne. Il l'a laisserait voyagé librement dans Langzyliah,même de jour, du moment que la borgne faisait la promesse solennelle de revenir le voir au moins une fois par an. De plus il souhaita lui apprendre à se battre. Le monde de jour n'était pas du tout à la merci des vampires comme il l'était de nuit et il lui faudrait apprendre à se défendre contre des adversaires possédant l'avantage du soleil face à elle. Acceptant de délayer le début de son aventure, la jeune fille passa une demi-année supplémentaire à l'apprentissage de la rapière avec Shamash et développa en même temps son dispositif anti-soleil. S'enroulant de bandages de la tête au pied, en se laissant de quoi respirer et voir bien évidemment, et en se recouvrant d'une tunique mauve qu'elle possédait depuis le début de son existence vampirique, cela lui permettrait de ne pas subir la morsure du soleil, à moins de le fixer directement. Le grand voyage de la borgne commença à ce jour.

    ***

    Ceci est donc le début de ma grande aventure
    pensais-je. J'avais réussi à faire quelques pas en dehors des souterrains, et ce même en plein jour, malgré une certaine appréhension au départ. Le soleil commençait à disparaître à l'horizon. Les aurevoirs avec Shamash furent bref, mais lui comme moi n'étions pas doués pour ce genre de choses. J'étais déjà attirée par tout ce qui m'entourrais, mais je n'avais pas le temps, il me fallait rejoindre la côte du Continent Sybillin le plus rapidement possible. Je ne savais pas encore ou est-ce que je me dirigeais ensuite mais quitter le Continent Sybillin me semblait un bon départ. Tous ce que j'espérais c'était que les autres races de ce monde n'allait pas la traiter comme ils traitaient les autres individus de sa race.

    J'observais au loin, deux formes, probablement humain ou elfe, qui se dirigeait d'un pas rapide et nerveux vers l'endroit dont je venais. Je ne savais pas qui ils étaient pour se penser en sécurité aussi près des Souterrains Interdits mais je ferrais mieux de passer mon chemin, cette situation était plutôt à mon désavantage. Néanmoins, et à mon grand dam, les deux formes se dirigeaient vers moi, et je pouvais maintenant apercevoir leur lourd armement. Je pouvais maintenant mieux les distinguer et pouvait presque voir les traits de leur visage. Il y avait un jeune homme en armure de plaques, qui semblait assez déterminé et à ses côtés un homme semblant plus vieux, vêtu simplement d'une côte de maille. Les deux étaient équipés d'épée et d'arbalète. Néanmoins l'épée du jeune homme brillait d'une étrange lueur flamboyante.

    Essayant de les ignorer, je continuais mon chemin, essayant de faire un écart pour les éviter. Néanmoins les deux hommes se déplacèrent en même temps et quand vint le fatidique moment où nous nous croisâmes, ce fut un lourd silence qui pesa pendant quelques secondes avant que le plus jeune ne m'adresse la parole.

    « Excusez-moi, monsieur ou mademoiselle, nous vous avons vu sortir des Souterrains Interdits, et nous sommes impressionnés que vous ayez réussi une expédition chez ces maudits suceurs de sang avec si peu d'équipement. Nous sommes à la recherche d'une jeune fille qui y est suremment retenue contre son gré. Elle s'appelle Cyari, Cyari Miara. »

    Mon sang se glaça tandis que je tournais vivement ma tête vers les deux hommes. Si je ne reconnaissais pas le plus jeune tout de suite je remarquais aussitôt qui était le plus vieux. Mon Père, Saren Miara. Mon unique oeil à l'iris ensanglanté croisa le regard de mon vieux père et celui-ci se mit alors à chuchoter quelques mots au plus jeune. Cherchant à me sortir le plus rapidement de cette situation je commençais à balbutier une réponse approximative.

    «N...Non, aucune... idée de cela peut-être. Je... Je n'ai fait qu'une... petite centaine de mètres dans les souterrains puis... j'ai décidé de ne... pas m'y tenter plus que cela."

    Les deux hommes hésitèrent quelques secondes puis le plus jeune commença à répondre, la curiosité pouvant se lire sur son visage.

    «Votre voix me semble familière, nous sommes nous déjà rencontré quelque part ? »

    Avant que je ne puisse répondre, mon cher père continua.

    «Vous semblez nerveuse mademoiselle, êtes vous sûr de ne rien savoir à propos de ma fille, Cyari ?»

    Je n'étais décidémment pas crédible, il fallait absolument que je trouve une échappatoire. Si mon père apprenait que j'étais devenue une Vampire, j'allais me faire assassiner sur-le-champ. Mon unique oeil se fixa alors sur le jeune homme et c'est en rassemblant tout mon courage que je dis d'une traite.

    « Non, je ne crois pas vous avoir déjà vus, Messieurs. Et je ne suis pas vraiment nerveuse, c'est que ces maudits Souterrains m'ont beaucoup effrayé. Sur ce, je dois vous laisser, je commence à avoir faim. »

    Mon iris couleur sang fixa une dernière fois le jeune homme qui eut un sursaut de surprise. Je continuais ma route, esperant qu'il n'ait pas compris que je sois Cyari, ni que je sois une Vampire. Soudainement, un carreau d'arbalète me fila à deux centimètres du visage, manquant d'arracher les bandages me recouvrant. Me retournant vivement, je brandissais ma rapière et la pointais vers eux. Le plus jeune tira un autre carreau d'arbalète que j'esquivais difficilement encore une fois. Ainsi ils voulaient se battre. Très bien, ils l'auront leur bataille acharnée et quel que soit le dénouement, ils auront perdu.

    Je courrais vers mon cher Père, qui avait déjà commencé à recharger son arbalète, et d'un geste vif je blessais l'épaule gauche de l'ancêtre lui faisant lâché son arme de tir. Le plus jeune, surpris par la vitesse d'exécution, commença à dégainer épée et bouclier pour pouvoir se défendre contre un adversaire rapide. Néanmoins il n'était pas priorité et je continuais mon assaut sur celui qui n'avait pas su me protéger. Alors que celui-ci avait du mal à suivre mes déplacements, il essayait tant bien que mal de sortir une épée longue de depuis son dos. Néanmoins, ne voulant pas lui laisser cette chance, j'effectuais plusieurs assauts répété sur ses bras pour le rendre inutile, avec une réussite modéré. Son bras gauche était complétement ensanglantémais je n'arrivais pas du tout à toucher son côté droit. Mais alors qu'un de mes assauts allait enfin rendre le vieil homme complètement obsolète, un coup de bouclier dans le dos m'envoya valser sur le sol, me faisant lâcher mon arme. Roulant sur le côté juste au bon moment j'esquivais de peu le coup d'épée qui m'aurait trancher en deux.

    J'étais maintenant désarmé, contre deux hommes qui ne souhaitaient que me tuer pour venger ma propre mort. Super. Il ne me restait qu'une petite dague dans l'espoir d'achever mon père pour avoir l'espoir de récupérer ma rapière pour pouvoir espérer battre la brute épaisse qu'était le jeune homme. C'était ma dernière chance, et elle reposait majoritairement sur l'usage d'Ensorcellements dont je n'ai même pas le contrôle total. Et même si j'arrivais à convaincre mon corps de produire ces Ensorcellements, je finirai tellement épuisé que je ne serais même pas en état de combattre le jeune guerrier. Un nouveau carreau d'arbalète fila dans ma direction. Il frôla le jeune homme, qui grommela un coup, et m'érafla la jambe gauche. Retenant un cri de douleur, je décidais de passer à l'action, sous peine de finir empalé de mille et un carreau d'arbalète.

    Priant de tout mon être que ces fichus Ensorcellements fonctionnent au bon moment, je fus totalement soulagé de voir ma vitesse de course augmentée drastiquement et, en plus de cela, de voir mon Image Rémanente réagir à mes besoins. Celle-ci fonça vers le jeune homme, arme en main, prêt à effectuer la feinte dont j'avais besoin pour achever le vieillard. Cinq mètres, le jeune homme vient de se rendre compte que ce n'était qu'une illusion. Quatre mètres, il essaye d'intervenir mais, à ce moment précis, l'illusion explose l'empêchant de voir clairement la situation. Trois mètres, il essaye d'avertir mon père de mon approche mais l'ancêtre est trop occupé à recharger son arbalète. Deux mètres, je saisis la dague et commence à viser la poitrine de l'homme. Un mètre, je saute en direction de l'homme qui vient de finir de recharger son arbalète. Son sort est scellé. J'arrive au contact du vieillard, la dague se plante dans la poitrine de l'homme. Si ce n'est pas le coeur c'est un de ses poumons qui est percé, dans tous les cas il sera mort dans quelque minute sans intervention magique.

    Je ressentis un léger crispement au coeur quand au fait d'avoir assassiné celui qui m'a donné la vie et m'a élevé, mais cela disparaît bien vite en repensant au fait qu'il ait mis six ans avant d'essayer de me sauver. Un hurlement de colère s'élève depuis le jeune homme qui hurla, tandis que je ramassais ma rapière et me repositionner en face de l'homme. J'étais épuisée, et c'était à peine si je pouvais faire un pas sans m'écrouler. De son côté, il était en pleine forme et il était encore en pleine possession de ses moyens. Ce fut d'ailleurs le guerrier qui commença l'offensive, m'assaillant de multiples coup d'épées qui manquèrent chacun de peu d'achever ma vie en un instant. Néanmoins, ce fu après avoir mal bloqué un de ces coups que je manquais de trébucher et qu'un coup de bouclier dans mon angle mort m'envoya m'écraser contre un des rares arbres de la zone.

    J'étais à bout de souffle, ma vision était brouillée par la fatigue et je ne pouvais voir que la forme de celui qui venait de réduire à néant mes chances de survies. J'étais trop épuisée pour faire quoi que ce soit et il avait toutes les cartes en main. Me préparant inévitablement à ma mort certaine, ce fut un rire graveleux qui émana de ma gorge. Le jeune homme était juste devant moi et en temps que dernier recours, j'essayais tant bien que mal de le tuer avec ma dague. Le jeune guerrier me retint le poignet avant de saisir l'arme et de me la planter dans l'avant bras gauche, me bloquant le bras contre l'arbre. Un hurlement hargneux émana de mon être fatigué alors que l'homme s'agenouilla devant moi et me cracha au visage. La douleur dans mon bras était intense mais j'arrivais encore à rester consciente. Il me frappa un grand coup dans le ventre qui manqua de me faire recracher mes entrailles tout en ravivant la douleur dans mon bras de plus belle. Un air de dédain s'afficha sur son visage alors que lentement, il m'adressa la parole.

    « Eh bien, Monstre, te voilà prise au piège ! Voyons donc ce qui se cache derrière celle qui a tué mon père avant que je ne te jette en pâture au soleil. »

    Il arracha d'un geste vif les bandages sur mon visage tandis qu'un sentiment d'horreur nous envahît simultanément. J'avais tué son père ? Qui étais-ce pour appeler Saren Miara son père ? Un vif souvenir vint me frapper alors que nous prononcions nos noms respectifs.

    «Angus !»

    «Cyari !»

    Des larmes de colère vinrent envahir son visage tandis qu'un peu d'espoir se ravivait dans mon âme. Peut-être allais-je pouvoir survivre. Mon frère recula de quelques mètres avant de dire, la haine pouvant se lire comme dans un livre sur son visage.

    « Alors comme ça tu es devenu l'une d'entre eux ! Tu as laissé ces monstres te transformer ! Et maintenant tu viens de tuer ton propre père ! Qu'est-ce qu'il ne va pas avec toi Cyari ! »

    « Angus, je... »

    « Il n'y a pas d'Angus qui tienne, ça fait six ans que Maman est à ta recherche et que Papa se préparait pour venir te chercher directement dans le repaire de ces enfoirés ! Et toi, tu es simplement devenu l'une d'entre eux ! Rends-toi compte Cyari, que tu as ruiné la vie de toutes ta famille en acceptant de les rejoindre ! »

    Il commençait sérieusement à me taper sur les nerfs.

    « Angus, écoute-moi, je ne...»

    « TAIS-TOI ! Je vais te tuer Cyari ! Je ne peux pas annoncer à notre mère que sa fille est une vampire et qu'elle a assassiné notre père et qu'en plus je n'ai rien fait pour l'arrêter ! Je vais simplement te tuer et toute cette histoire sera fini. »

    « Angus ! Ne fais pas ça ! Ecoute moi ! Je... »

    « C'est trop tard pour te défendre, Monstre qui a pris l'apparence de ma soeur ! Maintenant tu dois mourir ! »

    Les derniers rayons du soleil commençait à l'horizon. Il fallait que je temporise encore quelques minutes.

    « Angus ! J'ai essayé de vous prévenir ! Mais ils m'ont retenu prisonnière, je venais tout juste de m'échapper quand nous nous sommes croisés mais j'ai eu peur de vous dire que j'étais une vampire, je voulais du temps pour préparer mon discours ! »

    « Alors pourquoi tu as tué Papa ?! Tu l'as fait de ton plein gré ! »

    Angus leva son épée près à m'asséner le coup final mais il hésita, encore quelques secondes et le soleil aura disparu.

    « J'ai raté mon coup ! Je voulais simplement le paralyser, pas le tuer ! »


    Mon frère baissa son épée avant de la relever pour dire, le visage ampli de larmes.

    « Je suis désolé Cyari ! Je ne peux pas te laisser vivre ! »

    Il avait perdu au moment exact ou il prononça ses paroles. Les derniers rayons solaires venait de disparaître à l'horizon. Au moment ou il voulu abattre son arme, le sang qui jaillissait de ma blessure se solidifia avant de le frapper au ventre, le propulsant en arrière. C'était horriblement douloureux et m'épuisa grandement mais mon frère était maintenant à terre et avec son armure de plaque il mettrait longtemps avant de se relever. L'adrénaline m'envahît une nouvelle fois et c'est avec sang-froid que je débloquais mon bras avant de saisir ma rapière. Le bras gauche continuant de se vider de son sang, il fallait que ça se finisse vite. Je me rapprochais lentement de mon frère qui essayait tant bien que mal de se relever. Quand il m'aperçut il chercha ses armes autour de lui sans les trouver. Son regard implorant se mit alors à fondre une nouvelle fois en larmes, mais cette fois c'était des larmes de peur. Il hoqueta à plusieurs reprises avant que finalement il ne me dise.

    « Cyari ! Attends ! On peut toujours discuter ! Peut-être il y a t'il un moyen pour que l'on reste tous une famille ! Je suis sûr que même Maman peut te pardonner ! Réfléchi deux secondes ! Je t'en supplie ! CYARI ! ECOUTE MOI CYARI ! TU ES ENCORE DE LA FAMILLE MIARA ! TU ES ENCORE CYARI MIARA ! »

    « Je ne m'appelle pas Cyari. Je suis Akantha. Akantha Aisos »


    La rapière traversa alors le crâne de mon frère.

    ***

    Akantha passa près d'un an à se rétablir de ses blessures, sa rencontre avec son ex-famille fut violente et elle était à deux doigts de la mort quand elle s'écroula sur le pallier de la maison des Aisos. Durant cette année de récupération, Akantha essaya en vain de localiser sa mère. Elle voulait mettre fin à son ancienne famille, pour que les fantômes du passé cesse de la poursuivre. Elle était maintenant Akantha Aisos, une Vampire assez spéciale mais qui était maintenant fier de son état.

    Une fois remise sur pied, Akantha quitta une nouvelle fois Shamash et se dirigea alors vers l'extérieur, toujours vêtu de son étrange accoutrement auquel elle rajouta le foulard que lui avait cédé sa mère avant sa transformation. Foulard dont elle avait la ferme intention de rendre à sa Mère et mettant enfin un terme aux années de recherche qui faisaient souffrir la femme qui l'avait élevé. Elle emporta son Luth et ses armes et se prépara à affronter le monde de Langzyliah âgé de ses 20 ans.

       
    Acolyte

       

  • Nom : Aisos
  • Prénom : Alucard
  • Surnom : Lulu  
  • Âge : 27 hivers
  • Sexe : Masculin
  • Race : Norphis
  • Niveau : 0
  • Lieu d'habitation : Les Souterrains Interdits, domaine des Aisos
  • Statistiques

  • Force

  •    ■ Force physique :
       ■ Endurance :

       
  • Dextérité

  •    ■ Vivacité :
       ■ Habileté :

       
  • Intelligence

  •    ■ Fermeté psychique :
       ■ Adaptation :

       
  • Prestige

  •    ■ Apparence :
       ■ Contact social :

       
  • Ensorcellement

  •    ■ Affinité magique :
       ■ Puissance/Résistance :



       




       Inventaire


       



       
    Physique

    L'une des premières choses qui se remarque chez Alucard est sa taille. A peine quelques centimètres en dessous de la barre des deux mètres. Sa corpulence, au contraire, n'est pas si exceptionnelle et reste dans la moyenne pour sa taille. La seconde particularité du physique d'Alucard est ses longs cheveux blonds clair qui lui court jusqu'au bas du dos. Il en prend partciulièrement soin, faisant en sorte qu'ils gardent toujours leur brillance et leur douceur. Ses yeux, d'un rouge sanglant, jure particulièrement avec son teint pâle. Ce teint rend d'ailleurs particulièrement difficile de voir où démarre la longue chevelure du Croc de la Lune. En général, il dégage une allure et une posture plus qu'assuré et cela vient en partie des vêtements qu'il porte. En effet, il est généralement vêtu de vêtement d'assez bonne qualité qui pourrait le faire passer pour quelqu'un venant d'un millieu particulièrement haut placé.

       



       
    Psychologie

     Si l'on devait résumer Alucard en deux mots ce serait surement les suivants : Beau parleur. Il n'est et ne restera toujours qu'un diplomate dans l'âme. Il a d'ailleurs tendance à paniqué dés qu'il se retrouve dans une situation mettant sa vie en danger, ne l'aidant pas du tout en situation de combat. Néanmoins, il sait faire preuve d'empathie et n'a aucun problème à aider son prochain du moment que les risques sont moindres. L'un de ses plus gros défauts est sa manière de parler. En effet, il a tendance à être assez ironique et satyrique sur chacune de ses phrases, et le prendre au sérieux est très difficile. Il a donc tendance à énerver ceux à qui il parle et qui ne le connaisse pas encore. Il n'a aucune opinion négative sur aucune race de Langzyliah mais il reste patriote dans l'âme. Son avis sera donc toujours en faveur des Norphis. Il se peut tout de même que son affiliation à son ancienne race ressurgisse et qu'il prenne partie avec les Esdere à de rare moment. D'ailleurs, il fait partie des Norphis qui ne tue pas leur proie ou en tous cas qu'en dernier recours. Il préfère les assomer et leur ponctionner un peu de sang avant de laisser le corps dans un endroit sans danger et de s'en aller.


       



       
    Histoire



       Alucard Aisos, né sous le nom de Gabriel Almont, était un Esdere avant de devenir un Norphis. Fils de joaillier, son père lui apprit le coeur du métier de A à Z. Il n'est pour autant pas un expert en la matière et trouve lui-même son travail des pierres précieuses très peu satisfaisant. Son enfance fut des plus normales à l'exception faite que sa mère mouru d'une attaque de brigand alors qu'il était encore jeune. Cette situation mis le père du jeune enfant dans une misère économique qui les forcèrent à vivre dans une pauvreté assez marqué pendant plusieurs années avant de retrouver une situation stable. Une fois arrivé à l'âge adulte, il travailla longuement dans la joaillerie de son père pour maintenir l'entreprise à flot. Vers les vingt-six ans du jeunes hommes, son père mourru de vieillesse et Alucard, alors appelé Gabriel, décida d'aller vivre autre part pour y refaire sa vie. Ce qu'il essaye de faire l'année suiviante. Le territoire des Ashrynes était particulièrement attrayant pour lui, le commerce de pierres précieuses étant la principale soruce de revenu la bas. Il était sûre qu'un joallier serait le bienvenue. Malheureuseument pour lui, il fut attaqué par une bête sauvage sur la route vers Synkaalia et ce fut à ce moment qu'il rencontre Akantha. Après une mortelle mésaventures avec une vieille folle, il fut transformé en Norphis par Akantha pour lui sauver la vie. Il suit actuellement l'apprentissage de la petite Norphis et essaye actuellement de trouver sa place dans le monde Norphis.


       



       

    Autre
    • Pseudo courant : Kyri
    • Comment avez-vous découvert le forum : Top Sites
    • Fréquence de présence : Everyday
    • Des remarques ou un petit mot à dire : Le système de jeu est génial
    • Code règlement Code validé par Scylla !

    Mar 18 Avr - 6:52
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Sylvar - IV
    Parchemins : 1132
    Bienvenue parmi nous ! N'hésites pas si besoin o/


    WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

    Mar 18 Avr - 8:50
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Aetrayel - Avium - II
    Parchemins : 179
    Bienvenue à toi, petite Vampire


    Vu qu'on parle déjà sur Discord depuis quelques jours, je sais que tu es quelqu'un de sympa, du coup je te souhaite de passer pleins d'agréables moments sur le forum aussi :)


    Mar 18 Avr - 12:58
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Praesium - II
    Parchemins : 109
    Enfin ! C'était une très bonne lecture pour bien commencer la journée. :D
    Je suis heureux de mieux cerner ton personnage et j'ai bien hâte de le rencontrer en Rp. ^^'
    Encore bienvenue et amuse toi bien. Même si tu es une vampire, ca sent le cadavre, tout ca...


    Mar 18 Avr - 15:34
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Laethlion - III
    Parchemins : 1464



    Félicitations
    Tu es validé(e)

    VAMPIRE


    Note personnelle sur la fiche :
    Très agréable à lire, jolie plume et j'aime beaucoup le caractère de ton personnage  


    Bienvenue encore une fois à toi. Ta fiche de présentation a été acceptée par le Staff et tu peux donc à présent RP avec les autres membres. Nous te conseillons de copier le lien de ta FICHE dans l'encadré de ton profil ainsi que de remplir les champs PC (points de caractéristiques) et MONNAIE. Préciser ta PRESENCE ainsi que déclarer ton AVATAR est également fortement recommandé.

    N'hésite pas à nous rejoindre sur DISCORD ou dans le FLOOD et à voter sur les TOPSITES pour que d'autres rôlistes viennent nous rejoindre.

    Nous espérons que ta plume s'évadera longtemps sur les terres de Langzyliah et que tu trouveras ton bonheur parmi nous





    © Scylla
    So, what if I'm addicted ?:
     
    Raptor Jéselih:
     
    Mar 18 Avr - 16:47
    Revenir en haut Aller en bas
    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Langzyliah :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées-
    Sauter vers: