Protection de Caravane, avec ou sans accros ? [PV Ilarwerna/Quête]

 :: Le Continent Sacrifié :: La Berge aux Méduses Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 129
Je ne m’étais pas éloigné d’elles que je me rendis compte de quelque chose d‘important : j’avais faim. Je n’avais plus mangé depuis que j’étais arrivé dans la caravane et je commençais à le ressentir. Du coup je me dirigeai vers l’homme qui s’occupait de préparer la nourriture pour tout ce joli petit monde.

Il va d’abord falloir qu’on installe le campement avant que je commence à préparer le repas, me répondit-il. Alors, va prévenir la tête du convoie.

Je suis pas payer pour faire le coursier,
marmonnai-je en m’éloignant de la roulotte où se trouvait le cuisinier.

Il ne me fallut que quelques minutes pour y arriver et une fois ma tâche accomplie je décidai de me promenai dans le campement pour vérifier qu’y avait aucun problème. Sauf que je n’avais pas fait cinq mètres que Ganat s’agita dans ma poche, sauta par terre et se fonça vers une roulotte que je ne connaissais pas.

Hey, reviens ici ! criai-je à son attention mais voyant qu’il ne comptait pas m’écouter, je le suivis.

Sauf que le petit golem avançait très vite et je le perdis rapidement de vue. Quelques minutes plus tard je croisai Ilarwerna qui m’annonça que mon compagnon de pierre était dans sa roulotte et surveillait la petite fille.

Je t’avais dit que je ne voulais plus avoir à faire avec la gamine,
répliquai-je mais elle ne sembla pas m’avoir entendu car elle continua son chemin comme de rien n’était.

La main forcée, par le golem ainsi que par ma collègue, je me dirigeai vers la roulotte de cette dernière. Quand j’y entrai, je fus très surpris de constater que la petite s’amusait avec Ganat et elle était tellement concentrée qu’elle ne remarqua pas mon entrée. Je remarquai également que ses traits animaux avaient disparus, peut-être qu’elle contrôlait ses pouvoirs suffisamment pour les cacher (contrairement à moi). Elle pourrait sans doute m’aider là-dessus et je lui parlai le plus calmement possible pour ne pas lui faire peur :

Je te présente Ganat, c’est mon golem de pierre. Il est gentil, n’est-ce pas ?

Ouuuui ! Je peux encore jouer avec, s’iiiil-tee-plaiiit.

Si tu veux,
lui répondis-je, déjà exaspéré par la petite, mais d’abord j’aimerais que tu m’aides.

Tout ce que vous voulez !

J’aimerais bien que tu me dises pourquoi ces gens t’ont faite prisonnière. Parce que si tu veux qu’on t’aide tu devras me dire tout ce que tu sais.

Tout ce que j’ai entendu dire c’est qu’on devait nous sacrifier une fois arrivés à la Terre des Rescapés.

Nous ? Parce que vous êtes plusieurs ?

Oui, on était quatre mais je ne sais pas où sont les autres…


Je ne lui laissai pas le temps de recommencer à jouer et je l’entrainai à l’extérieur de la roulotte pour lui faire prendre un peu l’air. Mais surtout pour aller manger car mon estomac faisait de plus en plus de bruit. Cette fois-ci, il y avait un immense feu qui avait été allumé près de la roulotte du cuisinier et beaucoup de gens faisait la file pour avoir à manger. Nous dûmes attendre presqu’une demi-heure avant que ce ne soit à notre tour. La fillette ne devait plus avoir manger à sa faim depuis longtemps vu la vitesse à laquelle elle mangea : j’avais à peine mangé la moitié de ma ration qu’elle avait déjà fini. Quand j’eu fini de manger, je repris la parole :

Au fait, moi c’est Cyrian et toi ?

Je m’appelle Élaïsse.

Dis Élaïsse, ça te dirait d’aller voir Isigor pour en apprendre un peu plus. Il devrait avoir fini de discuter avec Ilarwerna maintenant.

La petite fille ne pris pas la peine de répondre et s’enfuit, les larmes aux yeux. Peut-être qu’elle ne voulait pas revoir le maître caravanier mais on devait le faire, qu’elle soit d’accord ou pas. Du coup, je parti à sa poursuite pour essayer de la rattraper avant qu’elle ne soit trop loin mais elle se transforma en un renard et courut encore plus vite en direction des sous-bois. Au final, elle avait été se cacher dans un petit terrier qui avait été creusé entre les racines d’un arbre. Je savais bien que si je m’approchais de trop elle s’enfuirait encore une fois et je devais trouver une ruse pour la faire venir. Soudain une idée me traversa l’esprit, je pouvais toujours chanter ! Enfin, utiliser un des pouvoirs, que j’avais acquis lors que je suis devenu un Hybride, qui me permettait de dompter n’importe qui. Sauf que je n’étais pas sûr d’y arriver.

D’abord calmement, puis de plus en plus fort, ma voix resonnait dans les environs, claire et limpide. Dans un premier temps je ne vis aucun changement, puis je décidai de m’approcher pour voir si la gamine était calmée. Je fus très soulagé de constater qu’elle s’était endormie, je pourrai ainsi la transporter plus facilement. Au moment où je la pris dans mes bras, j’arrêtai de chanter (de toute façon, je n’aurais pas pu tenir plus longtemps) mais elle resta endormie. Elle devait vraiment être fatiguée, ce qui avait aidé mon ensorcellement à faire effet.

Une dizaine de minutes plus tard, je frappais à la porte de la roulotte d’Isigor :

Vous avez fini ? Parce que j’aimerais aussi avoir quelques explications !


880 mots


Ven 5 Mai - 12:08
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Malum - I
Parchemins : 41
Je me dirigeais vers la caravane de ma proie en silence. Les personnes que je croisais faisait un écart, j'étais habituée a force. La roulotte de l'homme était la plus grosse et la mieux protéger de toute. Les gardes me regardaient avec insistance et avec une seconde d'hésitation ils me laissèrent rentré. Je me suis mise assise sur le bord du lit; Isigor était entrain de dormir a poing fermé. C'est fou que même la personne la plus cruelle retrouve son visage innocent quand il dort. D'un coup, je retournais le matelas. Le marchand fut surpris de son réveil mouvementais. Je suis dis:

-Belle au bois dormant, j'ai quelque question àvous posez c'est pour votre sécurité.-Vous auriez pu attendre non ?!

-Non car pendant que vous faites la sieste votre marchandise c'est fait la mâle enfin presque croyez moi si j'étais pas la pour la rattraper sinon je donne pas cher de votre peau, car si les gardes royaux l'aurais sû ils se seraient donné à coeur joie de torturer une personne qui kidnnape les petites filles et les violes.
-Quoi ?! Lequel de mes gardes a fait cela... A ma chair de ma chair... Je dois le tuer pour ce qu'il a fait! C'est impardonnable!-Tiens vous avez une fille vous?
-Vous devez être furieux de cet affront... M'enfin si c'étais vrais
!-Comment ça si c'étais vrais, je vous dis la vérité! Sale démon, tu n'as aucun cœur!

-Moi avoir un cœur, mon cœur n'est plus depuis que je suis de cette race alors tu vas me répondre et sincèrement car je n'ai pas la patience là, pourquoi tu veux sacrifier cette fille ?
-Tout...Tout... simplement que cette fille est la clef un d'un grand trésors qui est immense dans une terre lion et gardé par de puissant hybride du coup on la tue et elle hybride pourrons être anéantis les hybrides et on accède aux trésors de cette terre et on seras le peuple le plus riche au monde.

Je fus sonner par cette révélation, il serait près à sacrifier tout un peuple pour une petite convenance personnelle et la richesse. A cet instant, j'avais des pulsions de meurtre. Vous savez ces pulsions qui sont tentante et où vous ne pouvez pas y résistez. Je soupirais d'une colère noire et d'un seul coup, je lui donnais un coup de point à ma proie. Croyais moi où non cela m'a défoulé. Je dis d'un air calme:

-Ce coup de poing était pour le fait que vous m'avez mentis et de plus je vais conduire le convois à sa destiner mais avant que vous dîte quelque chose je vais remplir les termes de mon contrat pas vous protégez contre les conséquences de votre énorme boulette.
-Et pourquoi ça?
-Le contrat ne peut pas être changer une fois le pacte conclus c'est trop tard mon grand. Je ne suis pas du genre à être un démon facile et puis faut réfléchir à ses actes aussi.

Je voyais à la tête de ma proie qu'il était sous le choc de ma révélation. Je sortis de la roulotte et je vis le nudiste (il le sera toujours dans mon cœur). Je lui signe de s'écarter de la roulotte et je lui expliquais rapidement les détails de ma conversation avec Isigor et je lui dis aussi qu'on devait réfléchir à un plan empêcher une catastrophe. J’espérais de ne pas mettre en péril la vie de la petite fille sans oublier la vie de mon compagnon de voyage qui était fort sympathique et je ne voulais qu'il soit détruit par un humain qui est bête comme ses pieds et qui rêvait d'être riche comme crésus. C'étais l'incarnation même de l'avarice. Je soupirais et je décida d'aller me balader sur le bord de l'eau avec la petite fille. Je lui proposais d'aller nager avec moi.


673 mots


Jeu 18 Mai - 22:54
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 129
Alors que je frappais à la porte, Ilarwerna sortit de la roulotte et m’expliqua tout ce qu’elle avait appris. Que la petite fille, ainsi que les autres Nanthun, allaient être sacrifiés lors de je ne sais quel rituel. Et dans quel but ? Tuer un puissant hybride lion qui possédait de grosses fortunes sur son territoire. C’était ignoble, même moi j’aurais été incapable de faire ça. Isigor devait vraiment être attiré par la richesse pour faire ça. L’Ulfurbe me proposa ensuite de s’occuper d’Élaïsse, ce que j’acceptai avec joie. Les deux filles allèrent se promener près du lac et je décidai de les accompagner. Alors que nous marchions tranquillement, une question me passa par la tête.

Dit Ilarwerna, je ne t’ai jamais demandé mais pourquoi est-ce tu aides ce misérable marchand. Je sais que tu as un contrat mais pourquoi tu l’as passé ? Et au fait, ça fait longtemps que tu es une Ulfurbe ?

Le temps que nous discutions, nous étions arrivés sur le bord du lac. Celui-ci était magnifique. Les rayons du Soleil qui se couchait se reflétaient sur l’eau qui prenait une teinte orangée. Le lac était comme un miroir géant, et comme rien ne venait perturber la surface, celui-ci semblait lisse. C’était la première fois que j’observais un si beau spectacle. Je me tournai vers mes deux compagnes qui semblaient tout aussi émerveillées que moi :

Ça vous dirait de vous baigner dans l’eau, leur demandai-je

N’attendant pas leur réponse, je me déshabillai, ne gardant sur moi que mes sous-vêtements, puis je me jetai à l’eau. Malgré la fraîcheur du soir, l’eau était toujours bonne quoi qu’un peu froide.

Aller, venez dans l’eau !

La gamine fut la première à réagir et se mit aussi en petite tenue avant de me rejoindre. Nous restâmes dans l’eau près d’une demi-heure quand quelqu’un accouru dans notre direction. C’était la couturière qui m’avait donné des vêtements.

Venez vite, on a besoin de vous, souffla-t-elle en essayant de reprendre son souffle, les Nanthuns réattaquent !

Putain… Bon on arrive. En plus je crois que j’ai une idée,
ajoutai-je en me tournant vers Ilarwerna.

Nous sortîmes alors de l’eau et nous nous rhabillâmes après nous être rapidement séchés. Alors que nous marchions en directions du campement, j’expliquai mon plan à ma collègue :

Je me demandais, est-ce que tu seras capable de porter quelqu’un en volant ? Parce que tu pourrais leur ramener Élaïsse et leur demander de revenir demain mais en plus petit groupe, pour ne pas se faire repérer et qu’on puisse leur rendre les autres enfants si on les a trouvés. Après quelques secondes de silence, je rajoutai, tu es d’accord ? Pendant que tu y vas, je vais chercher les autres Nanthuns.

Comme j’avais déjà vérifié l’avant du convoie, je me dirigeai plus à l’arrière de celui-ci. Sur le chemin je ne croisai pratiquement personne car la rumeur d’une attaque Nanthun c’était vite répandue et tout le monde s’était réfugié dans sa roulotte. Restait plus qu’à espérer qu’Ilarwerna réussisse sa mission.

Je n’en revenais toujours pas qu’Isigor était prêt à mettre en péril la vie d’autant d’innocent juste pour de l’argent. Et puis devoir tuer des enfants ! J’espérais juste trouver ces enfants avant qu’il ne soit trop tard. Tandis que la nuit venait de tomber, je déambulais parmi les roulottes à la recherche des prisonniers. Je savais bien qu’il était inutile de demander au maître caravanier car il ne m’aurait rien dit. Peut-être qu’à l’Ulfurbe oui mais pour l’instant elle n’était pas là et je devais me débrouiller seul. Et alors que je marchais tranquillement, j’entendis des voix. Dont celle d’Isigor et elle venait de la roulotte juste devant moi.

Les Nanthuns attaquent encore, déclara le maître, vous devez les empêcher de reprendre les enfants,
quoi qu’il en coûte. C’est compris ?

Oui maître,
répliquèrent les deux soldats.

Alors à vos postes !

Isigor sortit alors de la roulotte et j’eus juste le temps de me cacher avant qu’il ne passe devant moi. Il y avait deux soldats qui gardaient la roulotte, il allait donc falloir que j’attende le retour de ma collègue pour la prendre d’assaut. Je ne voulais pas qu’il y ait un risque que l’un des gardes puisse s’enfuir et prévenir leur maître.

711 mots


Sam 27 Mai - 9:44
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Malum - I
Parchemins : 41
La proposition de mon ami de voyage fût alléchante pour la baignade. Cependant, je ne savais pas trop nager et je n'avais pas envie de faire tempête. Cyrian me posa des questions sur moi, il faut dire que cela m'a surprise vu la méfiance que je lui faisais à son égard. Je soupirais et je lui annonçais:

- Je suis une Ulfurbe depuis un ou deux mois je crois. J'ai été maudite par une sorcière pendant un de mes contrats. Oui car de base je suis une mercenaire. M'enfin bref j'ai fait ce contrat ,car j'ai perdu un pari avec Keya mon compagnon. Je sais c'est totalement bizarre comme motivation, mais je peux t'affirmer que je le regrette maintenant,mais tu sais quand tu es mercenaire tu as besoin de toute sorte de contrat pour vivre.

L'après-midi continuais a bien ce passe jusqu'a ce que le mi-homme, mi-animale me proposa une idée qui était de ramener les enfants un à un jusqu'aux hybrides. Je regardais mon aile qui était encore bander et je tentais de la bouger. Rapidement, je fus prise d'une douleur vive qui m'élança dans le dos et dans les ailes. Je me suis mise a genoux rapidement. Et je dis:

-AÏE! Désoler, mais je ne  pourrais pas faire les voyages mon aile est beaucoup trop endommagée Je ne peux pas supporter mon poids alors le poids d'autre personne je ne pourrais pas. Mais je crois que j'ai une idée qui peu être mieux. Je reconnais bien ses lieux et il y a un camps de mercenaire que ne connais bien car une fois toutes la saison j'y passe pour y voir des amis et former des nouvelles recrues alors tu vas écouter mes instructions. Tu vas marcher je pense deux ou trois heures vers l'est à un moment tu vas voir l'arbre ensanglanté. A cet arbres tu vas tout droit pendant une demi-heure et tu verras un camps. Tu y rentreras et tu chercheras Keya, la connaissant soit elle dormira soit elle sera à la table de jeux à boire. Dans tous les cas vas la voir et dit lui que tu viens de ma part, explique-lui notre cas et elle t'aidera. Donne lui ça pour qu'elle te croit.


Je lui donnais un petit pendentif qu'elle m'avait offert pour mon anniversaire. J'entendis qu'il y avait une nouvelle attaque d'hybride... Je me préparais au combat et je dit à Cyrian:

-Profite de la bataille pour partir! Crois moi, il va y avoir des morts cette fois-ci.

Je me suis fondue dans la mêlée en espérant que mon plan allait marcher

*Pour des raisons de budget la bataille sera passer sous silence et nous allons voir du point de vue de mon acolyte ce qu'il se passe*

 A cette heure, où le soleil était haut.... Très haut dans le camps de brigant de Keya, il y avait le choix entre deux activités quand vous êtes de repos. La première est de boire en faisant un jeu de carte car un peu comme le poker. Ce jeux carte était le hobit de la grande rousse. Il ne faut pas oublier que Keya est une fille de jeux et qui aime boire donc il ne faut pas s'inquiètait que non seulement elle vous plume ,mais aussi qu'elle dort à 14h de l'après -midi. Cette fois-ci cette jeune femme avait raflé la mise encore une fois. Naturellement ses collègue ne voulaient pas lui lâcher une pièce d'or. Dans ce monde de brute la seule façon de réglé ses affaires c'est avec la force, il ne faut pas l'oublier. Une fois ses adversaires mise au tapis et détrousser, la jeune femme se mis en quête d'un coin à l'ombre pour dormir et se remettre de sa cuite. Elle aimait s'endormir en écoutant le chant des oiseaux et sentir le soleil lui réchauffait sa peau. Depuis, qu'elle était la patronne d'un camps de malfrat, la jeune rousse se faisait respectais de tout le monde que cela soit de ses amis ou des plus grands noble de la région. Elle était sur le point de sombrer dans un sommeil sans rêve quand une voix lui dit:

-Patronne... Hey patronne...-QUOI ?! Je ne rendrais pas le fric si vous n'êtes pas content apprenais à jouait ou alors travailler plus!
-Je ne suis pas venu pour ça patronne, une personne vous demande et elle dit qu'elle vient de la par de Ilarwerna.
-Pff dit qu'elle aille se faire foutre et que seul ilawerna peu de personnes connaisse Ila!
-Je lui ait dit mais il insiste vraiment!

 Contrarie la jeune femme se leva et elle partit avoir la personne qui insistait pour la voir.

Le chiffre complémentaire est le 815 mot



Sam 24 Juin - 16:04
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Berge aux Méduses-
Sauter vers: