Il n'est pas dans mes coutumes de tuer des morts...

 :: Le Continent des Abîmes :: L'Archipel du Lagon Bleu Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
L'archipel du Lagon Bleu étant un lieu comme nul autre existant dans notre bas monde. En effet, ce lieu, frôlant un monde utopique, était d'une température à la fois chaude et humide tout en vous offrant un doux vent frais au visage. S'y rendre,  pour un voyageur humain tel que je l'étais, causait souvent beaucoup de tord ainsi que plusieurs jours de marche. Malgré tout, le résultat en valait les efforts. La flore était luxuriante, verte et en santé. Ici, nul fumé  était présente dans le ciel et empêchait le soleil de nous éclairer de ses rayons. L'eau, d'une couleur incroyable digne de cristal bleu, était tout simplement à une température autant paradisiaque que l'ensemble de l'endroit. À mon arriver, j'ai même eu la chance de rencontrer quelques humains/hybrides s'ayant construit récemment des demeures. Ceux-ci, probablement influencer par l'environnement autour, fessaient partie des hommes et des femmes les plus heureuses que j'avais croisées durant mes voyages et mes périples. Bien évidemment, il y avait certains facteurs ou certaines bêtes à éviter dans cette vaste faune. Sinon, je n'aurais probablement jamais fait tout ce chemin pour venir. Mon but originel était de venir visiter ce coin dans le but d'élargir ma vision du monde ainsi que ma connaissance face aux bêtes et aux animaux. Bref, d'augmenter la grosseur de mon bestiaire et mes connaissances générales. Après avoir marché encore une petite trentaine de minutes, j'arriva finalement à ce qui me semblait ressemblant  un village sur le coin d'une rivière calme. Certains habitants, très amicales, me saluèrent de la main alors que d'autres se contentèrent de hocher la tête en ma direction en signe de bienvenu. Dans tous les cas, je leur répondais d'un grand sourire reflétant ma bonne humeur. Les derniers temps n'avaient pas étés particulièrement facile, et mon voyage dans l'Antre des Brumes m'avait laissé quelques courbatures suite à quelques complications. J'espérais que le repos de cet endroit ainsi que la chaleur allaient aider a me soigner plus rapidement de mes courbatures.

Malheureusement, ou heureusement, car j'étais d'une certaine façon plus excité qu'autre chose, je finis par croiser le chemin d'un panneau d'affichage avec certaines demandes ou certains problèmes à régler en échange de bourse, moyennant grosse dépendant du danger. L'une d'elles attira particulièrement mon regard et je plissa les yeux en arrachant une copie. Il était marqué en bref que celui ou celle rapportant la tête d'un vieux fou usant de magie pour la nécromancie serait fortement récompenser. Je plissa les sourcils à ses mots en demandant ce que le terme '' fortement récompensé '' signifiait dans le village et l'économie nouvelle de ces habitations. Malgré tout, sans poser d'avantage de question, j'accrocha de nouveau la feuille sur le panneau d'affichage en notant quelques détails, dont l'endroit plus ou moins certain d'une grotte ou le vielle hommes pratiquerait ses expériences. Sans tarder d'avantage, je me dirigea directement dans cette direction en m'arrêtant parfois, auprès de passant, dans le but de m'informer et d'être certain de ma direction. De plus, j'eu amplement le temps de réfléchir à ma stratégie lors de ma marche. Le problème avec les nécromanciens, c'était qu'en générale, ils ne savaient que très peu contrôler les morts et que les ressuscités était à l'état d'un zombie long et lent très peu agile. Les expérimenter, eux, étaient spécialement coriaces et stratégiques, tout comme leurs morts-vivants se montrant rapide attaquant en attaque structurée. En conclusion, malgré cette magie noire, il fallait beaucoup d'entraînement et de persévérance. Serte, il fallait avoir aucun respect pour les morts mais j'avais tout de même du respect pour cet futur adversaire qui s'il savait contrôler les morts, s'avait probablement entraîner hardiment à sa façon dans le but de se rapprocher de son but.

- Malheureusement, ce sera entre lui et moi, et je compte bien avoir un peu d'action, ma soif de combat ne se rassasiera pas seule.  

Je vérifia mon épée ainsi que mon targe, fidèlement attachés dans mon dos, pour ensuite vérifier que mon armure était solidement fixée sur mon corps, m'offrant la protection et l'agilité dont j'avais besoin. Par la suite, je commença à jogger en direction de la grotte, plus au Sud. Bien sûr, je me doutais aucunement qu'une silhouette était sur mes pas.


Mar 4 Avr - 5:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Passus - I
Parchemins : 23
Un désir d'aventure, une quête, le début des emmerdes ?
Encore un jour passé sur Langzyliah, un. Sans entrain, je me dirigeai vers la salle de bain, faisant ma toilette habituelle. J'étais habituée, depuis le temps, à la pluie présente sur la terre des rescapées et j'en étais même venue, à mon grand étonnement, à l'apprécier. C'est pourquoi je fus décontenancé en voyant ce matin un ciel aussi bleu que l'océan et sans aucun nuage à perte de vue. Un ciel clair, limpide, prouvant au monde entier qu'il allait faire super beau... mais également super chaud. Mon humeur s'assombrit alors, tandis que le temps à l'extérieur resplendissait. Elle était où la pluie, cette providence que j'attendais tout les matins ? Partie, disparue, pfiout, envolée ! Mince alors, moi qui était tellement heureuse de pouvoir y goûter encore une fois l'aube levée.

Décidant de partir à l'aventure (ouais, je sais pas ce qui m'a prit, une soudaine envie, comme ça, qui est venue d'un coup !) je décidai d'aller là où mes pieds me guiderai. C'est pourquoi je marchais durant un long moment. Autant vous dire que cela me prit plus d'un mois, mais je finie par atteindre LA destination qui me faisait rêver depuis des années : L'archipel du Lagon Bleu. Cet endroit, je rêve d'y mettre les pieds depuis toute petite. Un paysage paradisiaque ou eau turquoise flirt avec des innombrables terres ne demandant qu'à être explorée. C'est pleine d'excitation que je pris la direction du centre de l'Archipel, admirant le paysage tout autour de moi. C'est l'air d'une gamine que je finie par atteindre le point central du Lagon Bleu. L'oeil frétillant d'excitation, je pris une profonde bouffée d'air, m'imprégnant des odeurs environnantes. Enfin de l'air pur. Aucune pollution, aucune odeur de tabac, d'alcool ou de moisie/charogne. Enfin, je respirais normalement. C'est le pas légèrement sautillant que je pris une direction au hasard, souhaitant tomber sur une auberge ou autre lieu de résidence pour voyageur.

À peine eu-je fais cent mètre qu'un panneau au loin attira mon attention. L'être débordant de curiosité, je m'y dirigea d'un pas léger, l'esprit enfin serein, pour la toute première fois de ma vie. Ce que j'y lu alors me fie froid dans le dos. Une forte récompense était donné pour toute personne ramenant la tête d'un vieux fou nécromancien. Fronçant les sourcils, perplexe, je pris le temps de bien lire l'affiche. Mon impression fut alors confirmée. Ils recherchaient un nécromancien (être que j'haïssais de toute mon âme), qui souhaite lever une armée de morts. Mais ce qui me rebuta le plus dans l'annonce, fut cette phrase, lourde de sens "il utilise les cadavres des cimetières ou tuent des gens pour mener ses expériences lugubres". Pas besoin de plus d'explication, un malade doué de nécromancie utilise ses "dons" pour ressusciter les morts dans un cimetières afin de mener à bien ses plans macabres. C'est d'un geste assuré que je déchirai d'un mouvement vif l'annonce. Cette quête serait à moi et à moi seule. Pas question qu'on vienne faire mumuse avec MON nécromancien. Il était HORS DE QUESTION que l'on me vole MA proie. Ce cadavre vivant était À MOI !

Je vérifiai que j'avais tout sur moi. Fouet check, saï check, arc check, flèches empoisonnées et tranquillisantes check, armure de cuir check, besace sans fond check, torche éternelle et carte de Langzyliah check, boussole check !

C'est d'un air concentré que je finie de cocher la longue liste d'équipement et je finie par me diriger d'un pas déterminé vers la grotte indiqué sur l'affiche. D'un pas souple, j'entrai dans le lieu prédéterminé, la torche éternelle dans une main et l'autre posé sur mes saï. Plus je m'enfonçai, plus je me rendais compte que la lumière du soleil diminuait pour finir par, doucement, disparaître, me laissant alors dans la plus totale obscurité. Jamais je ne remarquai qu'il y avait une autre personne devant moi et une autre derrière moi, m'espionnant dans l'ombre d'un des nombreux bâtiments de l'Archipel.


718 mots

Jeu 13 Avr - 5:31
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 918
Il n'est pas dans mes coutumes de tuer des morts...

Il n’était dans leur coutume d’aller aussi loin, ou même de prendre la mer pour aller dans un lieu qu’elles ne connaissaient pas. Cependant, avec les derniers évènements qui avaient durement frappé la terre des rescapés, elles avaient – d’un accord commun – décidé de prendre des petites vacances bien méritées. Aeronelle laisse échapper un soupir sonore qui attire immédiatement l’attention de l’astre. La grande blonde se rapproche de la rouquine qui observe l’océan. Le roulement des vagues de l’océan est presque une douce mélodie, la douce température qui peignait le ciel un baume sur leur plaie et le cri des mouettes dans le ciel une bénédiction aux oreilles des deux femmes qui sortaient d’une période mouvementées. Celaena vient s’accouder à son tour à la rambarde de bois qui encadrait le navire connu sous le nom de la sirène radieuse. Elle observe à son tour la grandeur de l’océan avant de tourner son regard vers la gamine qui ruminait silencieusement. Le vent tiède salin vient caresser le visage des deux femmes tout en rejetant leurs épaisses tignasses vers l’arrière. L’astre finissait par porter son regard vers l’avant, partageait également le sentiment de nostalgie de la rouquine. Elle finit par passer un bras autour des épaules de Taralis qui vient instinctivement se blottir contre son flanc. Celaena la serre contre elle, appréciant la présence de la jeune adolescente.

‘’ Tu crois que ces vacances feront du bien . ‘’ Murmure faiblement Taralis. ‘’ J’en suis sûre, Une Île qui ne connaît presque pas la présence humaine et qui est presque seulement visité par le tourisme et des familles ne doivent pas être plus mal… ‘’ Réponds calmement l’astre. ‘’ Tu y crois toi à ce petit paradis. Ça me semble beaucoup trop surréel pour être réelle… ‘' Argumente faiblement Aeronelle. Celaena garde le silence, depuis le retour de l’astre – il y a plusieurs semaines – elles n’avaient pas réellement eux le temps de bien discuter… Elle-même avait été prise avec des difficultés telles que de la torture, séquestration et possibilité de sacrifice. À peine était-elle revenue que la gamine avait décidé qu’elles allaient à la fête de la récolte… Qui c’était terriblement mal passé, festin était un bon terme pour les races qui avaient décimé une portion du quartier. Sans oublier le fait qu’elle soupçonnait que Taralis avait surement vécu quelques aventures de son côté, elle l’avait retrouvé un peu changer et en possession de plusieurs objets magiques. L’astre n’avait montré aucune curiosité, elle c’était simplement dite, que la gamine lui en parlerait quand elle le désirerait, ce qui n’était pas encore arrivé. Le cri d’une des mouettes retentissait brusquement dans le ciel azuré, brisant un peu la mélodie et l’ambiance. ‘’ Humm… Terre en vue… Mous arrivons bientôt. ‘’ Murmure Aeronelle les yeux toujours dans le vide. Celaena qui observait toujours droit devant elle, ne voit que la mer bleue qui s’étend à perte de vu, aucune partielle de terre ne semble en vue. ‘’ Comment le sais-tu ? Il n’y a rien à l’horizon… ‘’ Demande l’astre. ‘’ Humm ? C’est la mouette qui la crier, la terre est derrière nous, devant la proue du bateau… ‘’ Déclare-t-elle simplement comme si c’était la moindre des choses. ‘’ Et tu sais sa comment ? ‘’ Demande la blonde d’un ton amusé qui se tourne vers elle.

L’Edseres lui jette un regard avant qu’un déclic se produise dans sa tête. Son regard s’illumine et elle éclate dans un grand rire qui réchauffe immédiatement le cœur de l’astre. Cette dernière de détente, attendant patiemment que l’Edseres lui réponde. Elle finit par tirer sur sa mange pour dévoiler un bracelet à plusieurs bandes de cuir qui retiennent plusieurs perles de couleurs. ‘’ Il me permet de comprendre le ‘’langage’’ des animaux. Un cadeau d’une amie que j’ai rencontrée a à ville humaine… Elle m'a également offert ceci. ‘’ Dit-elle en tirant de sous son chandail un collier qui ressemblait à de l’écorce entourant des pierres magiques. ‘’ Celui-ci attire la bienveillance des végétaux envers moi, en cas de danger, ils m’offriront une assistance… ‘’ Celaena hoche lentement la tête, elle semble même détectée quelque chose d’autre sous le chandail, mais elle ne pose aucune question. ‘’ C’était gentil de sa part… ‘’ Murmure Celaena. La gamine hoche la tête, pendant qu’une ombre passe sur son regard, décidément cette rencontre ne s’était pas terminée aussi bien qu’elle avait commencé. Elle allait lui poser la question quand la voix grave du capitaine s’élevait dans l’air, avertissant les passagers de leur arrivée.

En moins de deux, elles avaient récupéré leurs matériels et posaient les pieds à terre. L’endroit était loin de ressembler aux descriptions et aux rumeurs qu’elles avaient entendues, c’était dix fois mieux que tout ce qu’elles s’étaient imaginées. L’endroit dégageait une douceur et une gaité envahissante qui détendit et apaisa immédiatement les âmes blessées des deux femmes, mais malheureusement pour elle, ceci était de courte durée. C’est en chemin vers l’auberge du coi qu’elle entendu la rumeur. ‘’ Ta entendue ma chérie ? Ce fou qui veut lever une armée de cadavres ambulants ? ‘’ ‘’ Arrête de dire des âneries, où as-tu vu ceci ? ‘’ ‘’ Il y a une affiche qui encourage les aventuriers à aller pourfendre le vil nécromancien. ‘’ Celaena passe une main sur son visage, continuant sa route en ignorant la conversation, mais Taralis semble d’un tout autre avis et interpelle l’homme en question. ‘’ Dites-moi, ou avec vous vu cette affiche ? ‘’ ‘’ Ah ! Sur la façade de l’auberge du coin, mais une enfant comme toi ne devrait pas aller combattre, mais plutôt s’amuser. ‘’ ‘’ Taralis… Je peux savoir ce que tu compte faire. ‘’ Tonne de manière neutre la voix de l’astre. La voix semble immédiatement attirer l’attention du couple qui se tourne vers la grande blonde pour la dévisager. Un lourd silence s’installe devant la froideur que leur offre l’astre qui les dévisagea. ‘’ Vous m’avez… Tout l’air d’une aventurière, ne me dite pas que vous allez fouiller ces cavernes ? ‘’ Demande hésitant la voix de l’homme. ‘’ Je ne… ‘’ Commence Celaena. ‘’ Oui ! Nous y allons et immédiatement ! ‘’ Tonne brusquement la voix de Taralis qui s’éloigne vers le bâtiment en question. Celaena foudroie du regard l’homme, maudissant la conversation qu’il avait eue avec sa femme et rejoignait la gamine qui arrachait le papier.

‘’ Nous ne sommes pas censés être en vacances ? ‘’ Demande Celaena… ‘‘ Les vacances attendrons après cette affaire, personne ne devrait jouer avec les morts ! ‘’ Il y avait une telle détermination et colère dans le regard de Taralis que l’astre n’osa pas poser de questions et aussi rapidement qu’elles étaient arrivées, elles prirent la direction de l’océan pour le longer dans la direction de la grotte en question. Arrivé à l’apport du lieu, Celaena attrapait la torche éternelle et la frappait contre la paroi de pierre, laissant résonner le bruit métallique à l’intérieur. La flamme claire illumina immédiatement l’intérieur de la grotte. Celaena n’avait jamais été du genre subtil et cette mission l’ennuyait encore plus, mais elle avait un grand respect envers Taralis qui désirait avec une ardeur effrayante tuer cet homme qui jouait avec la mort. Son arc en main, Taralis ouvrait la marche, remarquant au sol les traces de pas de plusieurs individus, mais elle ne soufflait mot, davantage intéressé par le nécromancien que par les visiteurs.




1 233 mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Sam 20 Mai - 0:53
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
Je trottais en direction de la grotte en réfléchissant à la meilleure stratégie à adopter pour abattre un nécromancien. Je me doutais bien qu’il était bien caché dans cette grotte et que la quête ne serait pas aussi facile qu’elle portait à le croire. À mesure que mes pas foulaient le sol, je me questionnant face à la procédure à adopter. Avec un peu de chance, je me disais que les cadavres n’étaient pas si résistants, j’espérais qu’ils possèdent une constitution faible pour pouvoir les abattre sans soucis. Malgré tout, le coté plus joueur et aventurier de ma personne espérais entrer dans cette grotte et rencontrer des monstres incroyables. Après tout, l’expérience ne venait pas en chassant des bêtes de petit calibre, mais bien celle difficile à tuer et je désirais acquérir le maximum d’expérience possible pour devenir fort. Depuis les récents événements, je m’étais fixé des buts beaucoup plus grands dans le but et l’espoir de sauver le plus de personnes possibles. Je jetai un rapide coup d’œil autour de moi en restant attentif au moindre bruit possible de m’informer. À l’exception des arbres ainsi que de certaines bestioles par ci et par là, le semblant de chemin suivant la rivière menant à la caverne ne semblait pas avoir été emprunté. Il y avait quelques traces de pas qui ne m’alertèrent pas vraiment. Par contre, alors que remarqua l’entrée de la grotte au loin, un bruissement retentit un peu plus loin sur ma droite à travers les broussailles. Je ralentis le pas en tentant de regarder par-dessus l’épaisse végétation pour percevoir une éventuelle forme. Quelques secondes à regarder dans cette direction me suffirent pour trébucher sur une racine et m’étaler de tout mon long sur le sol. À mon plus grand bonheur, mon nez se cogna parfaitement sur la terre. Je grimaçai de douleur en me roulant légèrement sur le sol. Définitivement, si la subtilité avait été un de mes atouts, le fait d’avoir tombé contre le sol dans un bruit assez important par la présence de mon armure n’aurait certainement pas aider ma cause. De plus, en me levant, je remarquai clairement la trace mon corps sur le sol.

En regardant cette même trace sur le sol, je me mordis la lèvre en riant légèrement. Heureusement que je n’étais pas armé d’une dague ou d’une épée, j’aurais alors été dans la possibilité de m’auto-poignarder ce qui n’était clairement pas glorieux pour la mort d’un chevalier cherchant à accomplir sa quête. Toujours en souriant, et en regardant devant moi en étant beaucoup plus attentif, j’avançai de nouveau en direction de la grotte. À l’entrer presque gigantesque de celle-ci, je sortis mon épée de son fourreau et je sortis ma torche éternelle de mon sac. L’obscurité était probablement le premier ennemi que j’aurais à affronter et l’idée de me battre à l’aveuglette ne m’enchantais guère. Je rentrai ensuite dans la grotte en allumant ma torche. La lumière provoquée par le feu commença alors à chasser les ténèbres et à remplacer la lumière du jour qui s’effaçait de plus en plus alors que je m’enfonçais dans l’étrange caverne. Une odeur forte et désagréable, s’apparentant probablement a de la pourriture, s’élevait alors des plus profonds de la caverne en direction de l’extérieur. De plus, à l’occasion, divers sons retentissaient avec de l’écho. Je ne pouvais pas distinguer la nature de ceux-ci, probablement trop modifier par la profondeur et la résonnance des lieux. Je tentais alors de distinguer l’environnement qui m’entourait en déplaçant ma torche de gauche à droite en brandissant mon épée d’une main en cas d’une attaque surprise. Cette manœuvre termina par heurter le mur de pierre. Le bruit de la pierre contre l’acier résonna à travers la caverne. Décidément, la discrétion n’était pas mon fort. De plus, l’idée de la résonnance me paraissait drôle. Je pris alors une grande respiration avant de pousser un grand cri guerrier se répercutant contre les parois en direction de l’extérieur. Je prêtai alors l’oreille en écoutant le résultat. Après quelques secondes, le son retentit de nouveau et je souris.

- Voilà qui devrait chasser les animaux, et peut-être apeurer des cadavres…

Je recommençai alors ma marche en direction de mon but. Après quelques minutes, l’amplitude et l’espace de la grotte se faisaient de plus en plus petit, rétrécissant de plus en plus. L’embouchure de ce chemin mena à une légère faille à travers le mur. Voyant visiblement que la faille était beaucoup trop petite pour ma taille, je commençai à frapper à coup de pied celle-ci dans le but de l’élargir suffisamment. Une fois de plus, le bruit modifié par les parois retentit à travers la caverne. Je jetai rapide coup d’œil derrière moi avant de traverser la faille en retenant mon souffle. Le spectacle s’offrant alors à moi me déconcerta. Après savoir pencher dans la grotte pendant plusieurs minutes de marche et avoir traversé cette faille, une large caverne s’ouvrait alors. J’étais sur une petite corniche ou seulement quelques personnes auraient pu se tenir. Devant moi s’étendait une étendue d’eau menant au loin à ce qui me semblait être une autre corniche. La caverne était beaucoup plus vaste, mais il n’y avait visiblement aucun moyen de franchir l’étendue d’eau sans se mouiller. Il y avait toujours la possibilité de voler, parce que le sommet de la caverne était haut, mais je ne possédais pas les ailes nécessaires. Je déposai alors ma torche contre le sol humide et je m’adossai contre le mur en me grattant la barbe.

- Merde…

Je continuai de me gratter la barbe en tentant de trouver un moyen de traverser cette eau. L’idée de nager pour mouiller mon équipement ne m’enchantait pas vraiment, et je ne pouvais pas traverser d’un seul coup avec le poids que j’avais sur les épaules. C'était sans compter l'idée qu'il était possible que des choses habitent cette eau. Je fermai alors les yeux, concentré sur ma réflexion en tentant de m'adapter à la situation.

996 mots.


Jeu 25 Mai - 5:43
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 918
Il n'est pas dans mes coutumes de tuer des morts...

Un silence de mort régnait dans cette grotte. L’atmosphère semblait tellement lourde, que même quand leurs pas brisaient le silence pour résonner sur les parois de la grotte, ça ne semblait pas déranger le silence. Taralis semblait avoir perdu un peu de sa confiance, maintenant incertaine si c’était une bonne idée. Celaena posait une main sur son épaule, offrant une pression de manière ferme, mais maternel le pour lui assurer que tout allait bien. Toutefois, aucune des deux ne semblait vouloir parler pour briser le silence, Taralis trop malaisée e Celaena tendait l’oreille sur des sons donc elle n’était pas sûre d’où venait la provenance. La blonde appréciait de moins en moins l’endroit, elle avait réalisé que les moindres sons qui se répercutaient sur les parois pouvaient venir de très loin et profond dans cette fichue grotte. Pensive, elle levait la torche Éternelle vers l’une des parois, dévoilant une trace de main ensanglantée. Elle était de petite taille et visiblement fraiche. Après un délicat touché de la blonde, un peu de sang restait après le bout de ses doigts, assez frais même. L’Astre retenait le grognement qui voulait franchir sa gorge, ainsi donc il y aurait eu une victime.

Tout en reprenant son chemin sous le regard incertain de la rouquine. Par la suite, elles croisières d’autres traces de sang, toute plus différentes une des autres, certaines fraiches et d’autres sèches sont éphémères. Celaena commençait à avoir de plus en plus de doute face à tout ceci. Non pas qu’elle s’inquiétait pour elle-même, maintenant qu’elle voyait qu’il y avait eu autant de victimes et de tout âgés, elle voulait plus que jamais arrêter le nécromancien. Entre plusieurs traces de mains sur les murs et le sol, elle avait retrouvé celle d’un enfant, ce monstre allait payer. Le tunnel lui semblait long, tortueux et complexe. Par endroits, il semblait perdre en extension, ce qui rendait le passage parfois difficile et par d’autre moments, il s’élargissait tellement qu’on aurait pu y passer une armée. Toute cette marche commençait à devenir frustrante surtout quand elles débouchèrent devant un croisement.

Devant elles, le tunnel se séparait en deux. Les deux tunnels semblaient identiques, aussi sombres l’un que l’autre, cependant, l’un d’eux dégageait une odeur désagréable, comme de la pourriture en décomposition. Celaena ne se sentait pas prête à courir immédiatement les morts-vivants, encore moins dans ces tunnels étroits. Elle étirait tout de même la torche dans les deux couloirs sombres, cependant elle ne détectait absolument rien et finit par pointer le tunnel ou aucune odeur ne s’en dégageait. ‘’ On pourrait aller vérifier l’odeur… ‘’ Murmurait Taralis. ‘’ Et risquait de tomber sur une horde de morts-vivants. On ignore jusqu’à combien il est rendu d’expérience et vu l’odeur qu’on détecte d’ici, il doit en avoir beaucoup où c’est une fosse où il entrepose les cadavres… ‘’ Répliquait normalement la blonde. Quand elle posait son regard sur la gamine, elle comprenait son erreur d’avoir parlé aussi ouvertement de la mort. Depuis le massacre à Fruïan, elle était encore émotive et sensible. ‘’ Tout va bien aller ma puce… ‘’ Murmurait Celaena plus douce en lui offrant une douce caresse.

Lentement, Celaena passait un bras autour de ces frêles épaules et la guide vers son choix. Ce qui fatiguait un peu la blonde, c’était l’absence de son. Il était vrai qu’elles entendaient leurs pas, mais le son lui semblait si étouffé et différent des sons ordinaires, qu’elle commençait à douter de la présence de la magie et comme de fait, l’amulette de Taralis se mettait à doucement briller d’une lueur verte dans le noir et elle-même commençait à ressentir l’essence de la magie autour d’elle. La caresse de l’essence était douce et délicate, mais quand elle chercha à en trouver la source, elle ne pouvait pas la trouver. Peut-être était-elle trop loin de la source originale ? Ou c’était un style de magie qu’elle ne connaissait aucunement. Cette perspective n’enchantait en rien la blonde. ‘’ Je crois qu’on vient de pénétrer dans une zone magique… ‘’ Murmurait Aeronelle les yeux descendus sur son amulette. ‘’ Au moins, ce n’est pas offensif et ça semble affecter le son qui pourrait y avoir dans la grotte. ‘’ Murmurait Celaena.

En silence, elles reprirent le chemin, se faufilant telles des ombres le long du tunnel pour finalement arrivée venant une ouverture qui avait été faite dans à même la pierre. À voir les débris qui jonchaient le sol, quelqu’un c’était fait un trou. Celaena glisse lentement Taralis dans son dos, pour observer l’ouverture faite et finit par détecter une présence. Même de dos, elle reconnaît que c’est un être vivant et finit par élever la voix lentement. ‘’ Je suppose que vous êtes également un aventurier. ‘’ Elle n’était pas sortie sur la corniche, qui de sa position, lui paraissait petite et étroite, cependant, la personne qui se trouvait de l’autre côté pouvait très bien revenir sur ses pas et leur faire face. Taralis un peu nerveuse avait la main posée sur son coutelat et Celaena avait la main posée sur la poignée de son épée courte qui se trouvait dans le creux de ses reins.



857 Mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Lun 12 Juin - 12:02
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
Je regardais la caverne, qui me paraissait toujours aussi sombre en cherchant une solution dans mes pensées. L’étendue d’eau proposait en soit un petit défi, je ne voulais certainement pas me retrouver presque nu dans ce qui pourrait être un banc de piranha ou de cadavre-poisson. Les rayons de ma torche se reflétaient sur la surface du liquide en lui donnant presque un air calme et sécuritaire. Après mûre réflexion en regardant cette surface ressemblant fortement à un piège en considérant que j’étais à la trousse d’un fou ressuscitant les morts, je jugeai plus brillant de retourner de côté pour emprunter le second chemin, qui j‘espère, m’opposerais à un défi plus facile. Plongé dans ma réflexion, je me penchai pour saisir ma torche sur le sol. Je me relevai ensuite en fronçant les yeux dans l’espoir de mieux percer l’obscurité qu’habitait le fond de la grotte. À ma plus grande stupéfaction, probablement due au fait que mon attention était dirigée sur mon problème, une voix ferme contenant un brin de questionnement m’adressa la parole.

- Je suppose que vous êtes également un aventurier.

D’un seul bond, je me tournai en direction de la voix en brandissant devant moi mon targe en signe de protection et ma torche en cas d’attaque. Je plissai des sourcils en regardant la personne se cachant dans la fissure que j’avais faite plus tôt dans le but de mieux la distingué. Je croisai pendant un instant son regard qui semblait neutre, sans pour autant se montrer amicale ou agressif. Ce qui me sembla un éternel défi commença alors. Nos regards se fixèrent en attendant une réaction de l’autre dans une atmosphère qui me sembla légèrement tendu. Après quelques secondes ainsi, dans le silence absolu, j’abaissai le regard pour regarder la main de la personne. Celle-ci semblait avoir la main sur ce qui me semblait une poignée, me révélant l’information qu’elle possédait une arme et qu’elle devait probablement savoir s’en servir pour s’aventurer à la quête d’une caverne. Je plissai de nouveau les yeux en la regardant dans les yeux en analysant ses paroles. Visiblement, elle devait aussi être une aventurière, en supposant elle-même que j’étais un aventurier. Nous étions alors tous les deux visiblement à la quête du même homme. Or, j’avais affronté et côtoyé des hommes qui n’auraient aucunement hésité à me poignarder dans le dos pour réclamer une récompense à eux seul. D’une certaine façon, j’étais méfiant et très défensif, mais ce soutien pourrait surtout se montrer prometteur, dans le cas où il serait loyal et honorable.

J’abaissai peu à peu ma torche en reprenant une posture beaucoup moins défensive. Je ne détournai pas pour autant le regard sur la mystérieuse individu m’ayant surprise. Je penchai par la suite légèrement la tête en regardant son arme, pour lui faire comprendre que sa main sur le pommeau ne me faisait clairement pas sentir en confiance alors que j’étais dans ce qui me semblait un cul-de-sac. Voyant qu’elle se montrait moins agressive, je respirai finalement en me passant une main dans les cheveux, en tentant de trouver une solution à mon nouveau problème. Visiblement, retrousser chemin était désormais une solution que je ne pouvais me permettre. Je regardai un instant le fond de la caverne, toujours sans dire un mot, alors qu’une idée me passa l’esprit. Je regardai alors la jeune femme, toujours dans la crevasse, en lui envoyant la main, dans un signe lui demandant de reculer. Pour ne pas paraître trop impoli malgré les circonstances misérables pour une rencontre, je lui souris timidement. J’entrepris alors d’enlever la plupart des pièces de mon armure et de les déposer sur le sol. Je répétai la procédure pour ce qui était de mes bottes ainsi que de mon targe et de mon épée. Je gardai tout de même une certaine gêne en gardant mes bobettes ainsi que mon glaive, en cas d’un éventuel besoin. Je toussotai ensuite légèrement en tournant la tête en direction de la nouvelle venue.

- Vous permettez ? Loin de moi l’idée de sauter des étapes entre nous, mais il y a quelques secondes, vous étiez sur le point de dégainer votre arme. J’aimerais garder une certaine intimité. Excepté si vous voulez m’épiler les jambes avec votre lame, ou peut-être les fesses… Je ne connais pas votre expérience dans la profession.

Je ria ensuite légèrement, visiblement fière de ma blague au vu de la situation. J’emballai ensuite le restant de mon équipement, excepté mes armes, dans mon sac sans fonds que je saisis. Voyant visiblement que la nouvelle venue n’avait pas reculé davantage, je soupirai légèrement en tournant sur moi-même, après quelques tours, je lâchai mon sac qui se propulsa en direction du mur de la grotte de l’autre côté de la rive. Le choc créa un bruit hallucinement fort qui percuta le mur de la grotte. Je répétai l’épreuve pour mon épée, mon targe, et ma torche. Je soufflai alors d’effort en jetant un coup d’œil derrière moi et je saisis solidement mon glaive sur le sol. Voyant visiblement que la nouvelle venue n’était pas agressive, je reculai légèrement et je sautai à l’eau d’un bond en direction de l’autre rive. Le choc de l’eau glacée percuta les terminaisons nerveuses de mon corps et m’incita à nager davantage rapidement, accélérant ma nage en direction de la rive adverse. La traversée se déroula sans problème, dans l’ensemble. Je parvins à saisir finalement le rebord de la rive adverse en grelottant légèrement. Je me hissai ensuite tant bien que mal avant de poser un genou sur le sol en concentrant mes sens dans la recherche d’un éventuel danger. Voyant qu’il n’y avait pas d’agitation sur la rive que ou j'étais, j’entrepris d'enlever l’eau de mon corps avant de remettre mon armure. Je savourai un instant la douce chaleur que celle-ci préoccupait avant de saisir mes armes et de les remettent à leur emplacement d’origine. Je saisis par la suite ma torche sur le sol, éclairant faiblement les alentours, avant de la diriger en direction de la rive adverse, ou la mystérieuse personne était toujours. Sentant visiblement de l’agitation et des mouvements dans l’eau qui nous séparait, je fis un léger clin d’œil en sa direction.

- L’eau est bonne, mais je crois que la croisée de nos chemins s’arrêtent ici aventurière. Il te faudra une bonne dose de courage pour traverser ce lac, et probablement ce que j’ai réveillé au fond.

Des mains décomposées tentèrent alors vainement de s’agripper sur le rebord où je me tenais. Je déglutis légèrement en jetant un dernier coup d’œil à la jeune femme avant de tourner les talons en direction du restant de la grotte.


1100 mots


Mer 14 Juin - 5:40
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 918
Il n'est pas dans mes coutumes de tuer des morts...

Celaena ne comprenait pas immédiatement ce que l’homme cherchait à faire. Pourquoi commençait-il à retirer des couches de vêtements ? Il lui fallait un temps d’adaptation ou elle acceptait de reculer et de laisser toute la place du monde à l’homme qui était le créateur du trou dans le mur. Taralis, pour ça part, avait tout simplement détourné la tête pour s’assurer de ne rien voir de l’étrangeté de la scène, surtout qu’elle était davantage malaisée de la chose. Celaena avait lentement retiré la main de la poignée de son arme, voyant très bien que cette ne lui ferait aucun mal, sauf peut-être à lui-même voyant les idées saugrenues qu’il avait. ‘’ Ne vous inquiétez pas, il n’est pas dans mes coutumes d’épiler quelqu’un… Mais pour… ‘’ Elle retient la question stupide qui voulait lui franchir les lèvres, son regard venait d’apercevoir la surface miroitante derrière l’homme. Il y avait un lac dans un tel lieu. Le tout allait devenir encore plus complexe si c’était le cas.

Sous le petit rire de l’homme, visiblement fière de sa blague malgré le lieu et la situation, Celaena ramenait son attention sur lui. L’attitude de son compagnon de fortune lui était particulière. Ils en auraient beaucoup qui auraient eu peur, auraient menacé à la limite auraient été sur la défense en sortant les armes, mais lui c’était tout le contraire, comme si leur arrivée, ne l’avait pas dérangé le moins du monde. Elle le trouvait si nonchalant et non sur ces gardes que s’en était gênante. Une chance pour l’astre, la gêne ne faisait pas partie de son vocabulaire ou même de son attitude. Lentement, elle se mit à l’observer, l’étudiant un peu pour savoir à qui elle avait affaire. Physiquement parlant, cet homme était plutôt banal, quoiqu'n peu plus beau que la moyenne. Cependant, quand il emballait son matériel et qu’il le soulevait facilement pour le lancer de l’autre côté sur une corniche similaire à la sienne, elle pouvait voir sa puissante musculature rouler sous le cuir de sa peau.

Il dégageait une force physique impressionnante et une dernière chose la frappait. Sans comprendre pourquoi, elle ressentait une certaine faiblesse physique et elle avait l’impression que quelque chose oppressait sa puissance magique. Il lui fallait quelques secondes avant de réaliser que l’homme devait avoir la ‘’Résistance’’ des Esderes, comme Aeronelle. Elle ne l’avait pas réalisée immédiatement du fait que Taralis sa résistance était plutôt faible et ne la dérangeait pas, mais lui il la plaçait dans une situation de faiblesse qu’elle ne pouvait pas se permettre. Elle en vient à penser que cet homme pouvait se révéler dangereux pour elle et Taralis, mais en même temps, une petite voix lui soufflait le contraire. Au moins, elle savait très bien se défendre au corps-à-corps, ce qui évitait bien des complications.

Quand son sac percutait le fond de la grotte, le son de l’acier frappant contre une surface dure ramenait immédiatement la blonde au moment présent. Taralis se bouchait les oreilles pendant que Celaena laissait échapper une grimace. Si son but était d’avertir de leur présence, voilà c’était fait. Il répétait l’effort avec ses armes avant de lui jeter un coup d’œil en ramassant son glaive. Il reculait avant de prendre un élan et de s’élancer vers le vide. Quelque peu surprise, elle passait rapidement de l’autre côté de la crevasse pour avoir tout juste le temps d’entendre un puissant ‘’plushhh’’ et des ondes circulaires s’effectuer dans l’eau sombre avant de le revoir faire surface. Au vu de l’humidité ambiante et de l’absence de chaleur, l’eau devait être plutôt froide. La blonde tendait sa torche éternelle vers l’avant pour observer les remous qu’il faisait dans l’eau. Il fallait être cinglé pour sauter dans une eau aussi sombre. Une fois qu’il était de l’autre côté, il semblait s’activer sur son rhabillage, pourtant, Celaena et Taralis n’avaient des yeux que pour les faibles vagues qui prenaient lentement forme. L’eau devenait trouble et finalement, des mouvements se faisaient apercevoir sous la surface de l’eau.

Celaena grognait faiblement, Taralis s’accrochait un peu plus à ses vêtements, penchant le corps vers l’avant pour voir la première main immerger de l’eau et venir taquiner l’air libre en cherchant à s’agripper à quelque chose. La gamine laissait un hoquet de surprise face à autant de mains, avant de regarder l’homme de l’autre côté avec des yeux horrifier. Comment avait-il pu aller se baigner dans une eau souillée de cadavres. Au même moment, l’homme ramenait son attention sur elles, offrant – ce qui ressemblait – à un clin d’œil à Celaena avant de lui offrir une jolie pique sur leur situation. Le grognement qu’elle laissait cette fois-ci échapper était un peu plus profond, avait-il vraiment osé la narguer ? Elle savait très bien qu’elle pouvait facilement passer, cependant, elle n’était pas seule et la présence de cet homme qui altérait ses pouvoirs magiques n’étaient pas non plus une bonne chose. Dans un claquement de langue, elle tournait les talons à son tour, entrainant la gamine dans son sillage. ‘’ On va faire quoi maintenant. ‘’ Demandait faiblement la voix de Taralis. ‘’ La seule chose qui nous reste à faire, rebrousser chemin et remonter l’autre chemin… ‘’ Déclarait simplement l’Astre avec un sourire mi-carnassier mi-moquer. Il voulait avoir une compétition et bien il était tombé sur la bonne personne pour ceci.

Elle ne se laisserait certainement pas mener par le bout du nez par un Esdere et encore moins par un homme. Elle lui monterait de quel bois elle était faite. Taralis en voyant son sourire ressentait un long frisson désagréable, jamais elle n’avait vu sa mère prendre autant de ‘’plaisir’’ à vouloir courir après quelqu’un et pendant une fraction de seconde, elle se demandait qui était réellement la proie dans tout ceci, le nécromancien ou le blond et pendant quelques secondes, la rouquine était bien heureuse de ne pas être la cible de sa mère. En silence, elles s’enfoncèrent dans le deuxième tunnel ou plus elle avançait, plus l’odeur de chair en décomposition ne faisait que devenir de plus en plus puissante et insupportable. Cependant, malgré l’odeur pestilentielle, - où Taralis était obligée de cacher une partie de son visage dans un tissu épais pour survivre à l’odeur – Celaena ne semblait pas vouloir démordre et finalement elles arrivèrent devant ce qui semblait être un puits.

Le tunnel s’arrêtait brusquement sur une crevasse souterraine. L’abominable odeur venait de ce trou. Clairement c’était le dépotoir des morts-vivants, le puits des déchets organiques. C’était simplement écœurant et pourtant Celaena se tenait là sans rien dire. ‘’ Et maintenant ? ‘’ Murmurait Taralis le nez pincé et à deux doigts de vomir. La blonde frappait une pierre qui se trouvait au sol pour l’envoyer dans le trou et elle tendait l’oreille. Elle faisait signe à Aeronelle de se taire, elle écoutait la chute de la roche. Ladite roche percutait après un très long moment quelque chose de moue avant de rouler dans une pente et frapper une surface plus dure. Après un instant, des mouvements se faisaient entendre dans le fond. Des frottements et des grognements féroces et trop vivaces pour être ignoré se laissaient entendre. Taralis venait se serrer un peu plus contre l’Astre, très inconfortable à l’idée d’imaginer une créature plus impressionnante que des simples humanoïdes. La rouquine avalait de travers quand la chose poussait un cri vers le haut avant de se remettre à gratter le sol.

Pourtant, Celaena ignorait les agissements de la bête et tendait les bras vers l’avant. De ses vêtements de l’acier liquide venait s’étirer vers l’avant pour venir faire une passerelle. Maintenant que l’Esdere masculin n’était plus là, elle n’avait plus autant de difficulté à utiliser ses pouvoirs. En moins d’une minute, l’acier avait prisprit place pour former une passerelle et avec assurance l’Astre commençait à avancer. En plein centre, elle s’arrêtait, se retournant un peu pour voir Taralis qui était encore mal à l’aise. ‘’ Aeronelle ? Tu veux peut-être que je vienne te chercher. ‘’ Demandait calmement Celaena. ‘’ Je ne suis pas… C’est solide ? ‘’ Demandait Taralis. La blonde l’observait, pendant qu’un long frisson s’étirait le long de sa colonne. Elle se sentait épiée, scrutée et dévorée. Son regard glissait vers le trou où elle aperçut deux yeux jaunes qui l’observaient. Elle retient le claquement de langue et venait rapidement chercher Aeronelle pour la jeter sur son épaule et la faire traverser de force. La gamine se raidissait de surprise, mais n’osait pas s’opposer davantage quand son regard tombait sur les deux yeux jaunes, elle s’accrochait plutôt davantage à sa mère.

Une fois de l’autre côté, Celaena donnait l’impression d’attraper des filaments dans l’air, elle effectuait le mouvement en refermant son poing rapidement et la structure se liquéfiait pour reprendre sa place originale, sa cotte de mailles. Plusieurs petits fragments tombaient ici et là, signe que c’était le métal qu’elle avait créé durant la fabrication. Elle jetait encore un coup d’œil dans le trou, cependant il n’y avait plus rien d’autre que les ténèbres. Elle doutait, non elle était certaine qu’elle allait revoir ce monstre et qu’il devait avoir une manière de manœuvré sous eux… Toujours avec la gamine sur l’épaule, elle tournait les talons pour reprendre la route qui les faisait déboucher sur un autre embouchure double…


1546 Mots
Codage par Libella sur Graphiorum



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Sam 17 Juin - 1:59
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent des Abîmes :: L'Archipel du Lagon Bleu-
Sauter vers: