Carnet de Nana

 :: Partie HRP :: Gestion des écrits :: Carnets de Bord Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Passus - I
Parchemins : 23
Nahria Serailin
Alchimiste (bientôt !) ○ Humaine ○ Dans la forêt bordant la Terre des Rescapés
20 ans
“Plus on est chiant, plus on se fait respecter.”
FroideRâleuseImpatienteHumour de merdeFrancheDirecte
Vous savez, toutes les histoires commencent par "Il était une fois" et finissent pas "Et ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants !" Bah je crois que mes parents ils ont prit le beaucoup au pieds de la lettre. Non mais qui est le taré qui a dit qu'avoir une grande famille c'est le pieds ? Tu as jamais de vêtement neuf. Non, ceux que tu as, ce sont les vieux vêtements de ta soeur aînée. Les jouets c'est la même histoire, pareille pour les fournitures scolaire pour ceux ayant eu la chance d'y aller. Personnellement je crois que je suis pas assez intelligente - ou j'avais trop la flemme de répondre à leur fichu questionnaire et à ces questions stupides - parce que j'ai zappée cette étape. Je suis née dans La Terre des Rescapés, le seul village humain à des kilomètres à la ronde. Mon enfant a été pour le moins normale, mis à part que j'ai voulu assassiner mes soeurs plus d'une centaine de fois - non mais qui est l'imbécile qui a décrété que c'était la soeur aînée qui prenait toute les décisions pour les plus jeunes ? C'est totalement con et débile ! - , et que mes frères je les auraient frappés jusqu'à ce que mort s'en suive - me jugez pas, attendez d'avoir quatre grand frères, vous verrez comment je me sens ! -.

Concernant mon adolescence, là encore, rien à signaler. Oh, il s'est passé plein de chose, je ne dis pas le contraire, mais rien qui ne mérite de vous être racontez. Vous avez envie, vous, de savoir que mon frère s'est trouvé une copine, qu'elle l'a trompée avec frère numéro 2, puis que numéro 3 en est tombé amoureux, mais que numéro 2 refusait de lui laisser sa copine et pour se rendre compte un mois plus tard qu'elle l'avait trompée avec numéro 4 ? Non mais franchement, mes frères sont débiles, Gertrude elle se tapait dix mecs en même temps... BREF ! Le plus intéressant arrive vers mes seize ans. Mon premier copain, ma première peine d'amour débile pour ce gros connard d'Henrick ! Non mais franchement, je sais pas ce qui m'est passé par la tête de sortir avec le frère de pouffiasse numéro 1 - si vous avez pas compris, c'est le frère de celle qui s'est tapée tout mes frères -. Connaissant le passif de sa soeur, j'aurais du me douter de quelque chose. Mais bon, comme on dit, trop bon trop con ! Je m'étais dit qu'une tare, ce n'était pas de famille. Bah il se trouve qu'en fait, oui, ça l'est ! Ma première peine de coeur, la première fois que j'ai émasculé un mec... aaaaah, c'était jouissif, le bon vieux temps ! Bref, pour en revenir à ce que je vous disais, après avoir rompu avec connard numéro 1, j'ai connu numéro 2, 3, 4, 5 et 6. Après cette succession de débile profond, je m'étais dis que plus jamais je tomberais amoureuse... connerie ! J'ai fais alors la connaissance de Taré numéro 666. Non mais lui c'était l'alphabet à lui tout seul ! Con comme ses pieds, le QI d'une huître - et même là je suis méchante envers l'huître -, l'allure d'un pachyderme endormi et l'haleine du putois fraîchement cueillit - oui ça se cueille pas et alors ? -. Je sais pas ce qu'il m'est passé par la tête au moment de sortir avec lui, mais bon. Mais le pire, c'était pas son physique, oh que non ! Ce mec il était Taré. Mais quand je vous dis Taré, je parle pas du mec qui lance des pierres sur les animaux pour le plaisir - enfin oui il le faisait, mais c'est pas le sujet ! -. Non, là je vous parle du Taré avec un grand T. Ce mec, à l'heure du repas, il buvait un grand verre de sang. Non mais sérieusement ! Il disait que ça avait des vertus thérapeutiques... je lui en foutrai moi des vertus thérapeutique. Ce baiseur de chèvre, c'est la plus grande erreur de ma vie. Une que je n'ai plus reproduit depuis, car je suis célibataire depuis mes vingt ans.

Aujourd'hui, je vie dans la forêt. Je dors de grotte en grotte, cueille les plantes dont j'ai besoin pour faire des potions, prends soins des animaux blessés que je rencontre et je fuie toute forme de civilisation. Comment je me lave ? Simple ! Près de où je campe, je trouve toujours le moyen qu'il y ait un point d'eau. Ensuite rien de plus simple, je me fais une potion permettant de créer du savon et je m'y lave en toute discrétion. Ni vu ni connu ! Il m'est déjà arrivé de rencontrer des chasseurs, des trappeurs, des braconniers et de simple voyageur. Et chaque fois que je les voyais je m'en méfiais comme des animaux carnivore - pas envie de finir en hachis pour créature dangereuse -. Lors d'un de mes périples, j'ai du choisir entre aller vers Le Mont des Souvenirs et Le Volcan des Âmes Egarées. Rien que le nom du deuxième ne me disait absolument rien - non mais j'ai pas envie de me voir rôtir les fesses par un geyser de lave, merci mais non merci ! - alors j'ai décidé d'aller vers le mont. Autant dire que mon périple, il a duré longtemps. Soixante-dix nuits pour être plus précises, avec évidemment des pauses chaque nuit pour dormir et d'autre le jour pour me rationner en nourriture et en eau. C'est au soixante-dixième jour, éreintée, au bout de ma vie, le souffle dans les talons et la langue par terre, que je suis arrivée à ma destination : Le mont des souvenirs. Toute contente, je sors mon sac sans fond et commence à cueillir les plantes se trouvant dans les alentours, tout en cherchant le graal : Les abyscyntes. Puis, Bingo, j'en ai trouvé tout un champ. Mais c'est là que je le vie du coin de l'oeil. Le saleté de familier de mon père m'avait suivi et m'épiait, un grand sourire canaille sur son visage de loup. Je lui tirai la langue et me penchai mais un couinement de douleur me fit tourner vers lui immédiatement. L'horreur et la rage au ventre, je fonçai sur les braconniers essayant de capturer Shakeyr. Leur attention détournée de celui-ci, je fis signe au loup de se sauver. Celui-ci me regarda, faisant signe de la tête qu'il ne voulait pas partir, mais un regard de ma part le fit se sauver à toute vitesse.

Je ne pouvais désormais plus reculé. Le vide derrière moi, les deux braconniers armés jusqu'au dent devant moi, je cru mon dernier instant arrivé. Alors que je prenais une grande goulée d'air, je cru halluciner. Un mouvement dans les ombres derrière les deux hommes me fit écarquiller les yeux et les frotter pour m'assurer que je ne rêvais pas. Pourtant, les yeux de nouveau ouvert, le Coflem - ou ce que j'avais cru apercevoir - n'était plus là et les hommes gisaient, inconscient, quelques mètres plus loin. Ne voulant prendre aucun risque, je cueilli plusieurs abyscyntes - non mais comprenez-moi, je voulais pas être venue ici pour rien ! -, pris mes cliques et mes claques et me dirigeait en courant vers mon camp de fortune. Autant vous dire que j'ai jamais couru aussi vite de toute ma vie. Ce n'est qu'une fois seule, à tête reposée, que je me remis à penser à ce que j'avais vu. Sachant que les Coflem sont extrêmement rare et rapide, ai-je vraiment vu ce que j'ai cru voir ? Ouais, y'a de grande chance qu'en fait, je n'ai aperçu qu'un loup des ombres. C'est ainsi que je m'endormis, la panique se dissipant lentement pendant mon sommeil.

Je pris moitié moins de temps à rentrer à la maison. Au lieu des soixante-dix jour, cela ne m'en prit que trente, car je faisait beaucoup moins de pause entre chaque jour et certaines fois je voyageais de nuit. Je voulais rentrer au plus vite, la maison me manquait ! C'est comme ça que s'acheva mon tout premier périple en solitaire. Autant dire qu'il se passa quelques mois avant que je ne retente, et avec une extrême prudence, cette expérience. Aujourd'hui ? Plus rien ne m'inquiète dans ces voyages, je connais la carte de Langzyliah par coeur, je sais où me diriger et où ne pas aller, quelle direction prendre en fonction de la mousse sur les arbres et du soleil et je sais même faire un feu sans potion pour cela. et je crois que je n'ai pas besoin de vous dire que lorsque je croise des humains, je suis mère de prudence, sait-on jamais.
NOM Prénom(s)
Âge - Occupation - Relation
Description.
NOM Prénom(s)
Âge - Occupation - Relation
Description.
NOM Prénom(s)
Âge - Occupation - Relation
Description.
▬ Ennemi(s) : Nana, elle a tellement un caractère pourrie qu'elle est détestée de beaucoup de gens. Donc je recherche des personnes qui pourraient devenir ses ennemis, ça peut occasionner des rp's super drôle, surtout quand ils doivent faire une mission ensemble :P ▬ Compagnons de route : Des personnes qui feraient souvent souvent des quêtes avec Nana. Elle a confiance en eux et eux également. Ils se partagent le butin sans peur que quelqu'un vole l'équipement de l'autre ou ne leur fasse les poches pendant qu'ils ont le dos tournés. ▬ Amoureux : Pourquoi pas ? :P Ils pourraient par exemple commencer en tant que simple connaissance et au fur et à mesure des rp's, se rendrait compte qu'ils sont amoureux.. enfin, ma Nana elle aura besoin que quelqu'un le lui fasse remarquer parce qu'elle ne connait pas - ou ne veut pas connaître donc elle niera en boucle sans aide extérieure - qu'elle est tombée amoureuse. Si le gars est bien, elle pourrait également, par exemple, s'en éloigner, disant que ce mec mérite mieux qu'une fille brisée et avec un caractère pourrie comme le sien ^^ ▬ Ami(s) : Des ami(s), bien qu'au début elle les considères plus comme des connaissances. Ce serait avec l'aide du sociabiliseur qu'elle se rendrait compte qu'en fin de compte, ce sont bien ses amis et non des connaissances comme elle le disait au début ^^
Sam 1 Avr - 19:13
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Partie HRP :: Gestion des écrits :: Carnets de Bord-
Sauter vers: