♪ RP MULTI ♪ - Fruïan, la fête des récoltes

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Consciem - III
Parchemins : 1107
Solyane eut un sourire sincère. Rares étaient les personnes à pouvoir lui en arracher un, mais passée les premières méprises avec Scylla, elle avait commencée à nourrir une certaine sympathie pour la mercenaire. Elle avait un peu plus de mal avec Falka, dû à sa nature étrange, mais ne manquait pas pour autant de lui témoigner un respect qu'elle estimait légitime.

- Disons qu'il m'a fallu du temps. En plus de me montrer des facettes de moi dont j'ignorais l'existences, cette aventure m'a fait découvrir tout un monde que je n'avais imaginé. Je n'aurais jamais cru que des êtres comme toi ou Falka existaient avant de vous rencontrer.

Elle regarda autour d'elle. Du coin de l’œil elle remarqua un peu plus loin un groupe hétéroclyte. Si le grand blond semblait en tous points humains – quoi qu'elle avait appris à se méfier des apparence – la jeune femme aux oreilles pointues semblaient être un ange. Pour la troisième avec ses oreilles et sa queue de renard, Solyane en avait déjà entendue parler mais c'était la première fois qu'elle voyait une Hybride.

- Quant à ce que je viens faire dans le coin... Eh bien j'habite cette ville et pour une fois je me suis dis que j'allais sortir un peu de ma solitude volontaire pour profiter un peu du beau temps. On dirait que j'ai bien fait.

Elle accorda à Scylla un nouveau sourire. Puis elle lui indiqua l'Hybride d'un discret coup de menton.

- C'est bien la première fois que je vois une Hybride. C'est étrange de me dire qu'il y a encore tant de choses que j'ignore sur le monde où je vis !

Solyane se rendit compte à cet instant qu'elle n'avait vraiment pas l'habitude de mener des discussions. Quelques phrases et voilà qu'elle venait d'épuiser toutes les idées de conversation qui lui étaient venue. Parler de la fête et de ses principes ? Elle aurait pu, elle en avait été témoin chaque année. Mais elle y trouvait si peu d'intérêt qu'elle risquait d'endormir Scylla avant même d'avoir commencé. Le beau temps qui se maintenait depuis quelques jours ? Pitié, non ! Compter les brins d'herbes seraient plus amusant. Les voix s’interpellant dans les allées composées par ce marché immense lui donna une idée. Ni meilleure ni pire qu'une autre, de son point de vue.

- Tu es occupée ou tu as le temps de venir manger un morceau avec moi ? Proposa-t-elle à Scylla en se gardant bien de mêler Falka à cette question, se souvenant qu'il s'agissait là d'un sujet délicat poru l'Ombre.

Avec une moue qui montrait clairement qu'elle ne faisait qu'émettre une idée par politesse plus que par réel intérêt, elle ajouta :

- Nous pourrions en profiter pour voir de plus près les étals et leurs produits. Qu'en dis-tu ?

Solyane se mit en mouvement en direction des allées. Ce n'était pas qu'elle tenait vraiment à se mêler au reste de la population, mais rester planter sur cette botte de foin à regarder les gens passer ne la tentait guère plus. Tant qu'à être à la fête autant en profiter un peu. Ne serait-ce que pour manger.

520 mots – 2/?:
 






Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

Je les aime, je suis accro...:
 
Mar 4 Avr - 19:28
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 1462
En ce jour festif, Elih apparaissait comme une tâche d’ombre dans le décor empli de couleurs plus fantaisistes les unes que les autres. Se faufilant dans les ruelles en tentant d’éviter l’attention alors qu’elle se voyait dans la foule comme un nez au milieu du village, elle observait les préparatifs sans grande attention. Fruïan se déroulait chaque année, et ce n’était plus réellement un renouveau pour qui que ce soit. Cependant, elle ressentait le devoir de se rendre à cet endroit précis, pour échanger des biens avec les siens. Bien que peu patriote, l’Humaine n’oubliait pas ses origines : ses parents, paysans, s’étaient tués à la tâche pour leur offrir un confort convenable et une assiette remplie tous les jours. Le partage était encore à ce jour obligatoire pour la survie de leur peuple, ou tout du moins des pauvres. Elle ne se rappelait même plus de la dernière fois où elle eut « l’honneur » de croiser son souverain, aussi orgueilleux soit-il. Il n’aurait pas véritablement sa place en ces lieux, lui qui se pavanait dans ses appartements, menant la guerre d’une main de fer qui ne convenait aucunement aux travaux ardus des champs auxquels s’attelait la majeure partie de sa communauté.

Un soupir s’échappa de la fine ouverture de ses lèvres rosées. Tous les ans, elle fuyait la réalité, mais s’y voyait irrémédiablement ramenée. Saisissant le baluchon de provisions qu’elle tenait dans son dos, la jeune femme s’approcha timidement d’Ilidia qui l’accueillit avec un large sourire, s’emparant de son offrande. « Il est rare de te croiser en dehors de la Taverne, Elih. ». « Tout comme il est rare de t’apercevoir dans un tel accoutrement. Combien t’a-t-on payé pour prendre de ton temps pour organiser cet événement ? Si tu es là, c’est qu’ils n’avaient pas le choix. ». Elle ne s’inquiétait pas de la vexer. La guerrière était lucide sur sa présence, et la souligner n’aurait pour effet que de la faire réfléchir un peu plus. La rousse haussa donc les épaules, vaguement, alors que ses yeux parcouraient la fête. « Ce n’est pas comme si je cherchais réellement à connaître la raison de ma venue. On m’a demandé, je me suis exécutée. C’est loin d’être désagréable, par ailleurs. ». Pour une amoureuse de la nature comme elle, cela ne faisait aucun doute qu’elle chérissait cette occasion. La mercenaire, de son côté, voyait la cérémonie d’un tout autre œil, alors qu’elle quittait sa congénère, lui adressant un bref signe de main.

S’installant dans un coin, elle détacha sa chevelure cendrée et détendit ses muscles. La garde était suffisante pour qu’ils ne craignent pas une attaque surprise, ou tout du moins c’était ce qu’elle espérait. Mais Elisabeth était loin d’être sotte pour autant : son épée trônait dans son dos, prête à être dégainée au moindre geste de travers. Assise sur le rebord d’une murette, elle croisa les jambes tandis que la musique commençait à résonner dans son esprit, et elle crut voir pendant quelques instants les notes sautiller devant ses yeux. Un maigre sourire étira ses traits fatigués. Peut-être qu’au final, ce ne serait pas une si mauvaise journée…

De son côté, la rousse rangeait les provisions qui arrivaient à son maigre étalage. Elle ne ferait que les re-distribuer, aussi elle ne se sentit pas pour autant gâtée. Elle veillait seulement à ce qu’aucun vol ne se produise, et il allait sans dire que le premier qu’elle attraperait passerait un sale quart d’heure. La garde également, ne plaisantait pas sur ce genre de circonstances. Mais alors qu’elle plongeait dans ses pensées une fois de plus, une voix enthousiaste l’en sortit, et elle la reconnut sans le moindre effort. Un sourire radieux illumina son visage, alors qu’elle prenait les friandises près d’elle. « Aeronelle, ça fait si longtemps ! Tu as bien grandi, j’aurais eu du mal à te reconnaître si je t’avais croisé dans la rue. ». Elle déposa le sac sur la table. « Et tu t’es même rappelée que les truffes étaient mes préférées. On ne te changera pas. ». Ébouriffant affectueusement ses cheveux, elle se retourna vers celle qui l’accompagnait, levant la tête lentement, commençant à parler avant même de l’apercevoir. « Et c’est un soulagement de voir que tu n’es plus seu.. ». Son cœur s’arrêta.

Elle avait changé. Grandi. Mûri. Mais elle l’aurait reconnue entre milles. Les souvenirs revinrent l’assaillir mais surtout, un océan d’incompréhension. Pourquoi maintenant ? Qu’est-ce qui avait pu rapprocher Aeronelle de son amie d’enfance ? Toutes ces coïncidences commençaient à lui griller le cerveau quand elle décida de lâcher prise et souffla un bon coup. « Celaena. ». Presque comme un murmure, son prénom s’échappa de ses lèvres alors qu’elle frottait nerveusement son épiderme. « C’est.. Inattendu de te croiser ici. ». Malgré l’enthousiasme et la joie qui envahissait chaque parcelle de son corps, Ilidia s’était renfermée depuis toutes ces années. Elle n’était plus l’enfant batifolant dans les prairies, sautant dans les bras de tout le monde. De plus, elle craignait de brusquer sa jeune amie, et préférait attendre sa réaction. « Tu te rappelles de moi ? ». Le doute la gagna, et la peur la fit frémir. De toutes les craintes qui la hantaient, celle de l’abandon était la plus dévastatrice. La rousse avala sa salive. Même si elle avait oublié, elle lui rappellerait. Après tout, ses souvenirs ne pouvaient pas s’être totalement volatilisés, si ?...
901 mots

Résumé - POST 1/?:
 



© Scylla
So, what if I'm addicted ?:
 
Raptor Jéselih:
 
Mar 4 Avr - 23:49
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 918

Pour la troisième fois en moins d'une minute, elle retenait le soupir dans sa gorge et elle laissa son regard vagabonder pour occuper son esprit un peu. Il y avait bien des personnes ici qui pouvaient se retrouver intéressantes, il y avait une femme au corps élancé complètement habillé de noir qui avait une arme. Elle détonnait énormément dans la foule, tout comme elle, sa place n'était pas ici. Cette dernière était même approchée par une autre silhouette donc le visage lui était caché. Toutefois, son regard était attiré par des filaments blancs qui passèrent dans son champ de vision. La toison blanche appartenait à une jeune femme qui lui donnait la même impression qu'elle, ne pas être à sa place. La jeune femme, même si elle était simplement vêtue, portait également une arme.

Devant l'équipement de ces deux femmes, Celaena eut un mauvais sentiment, elle avait l'impression que quelque chose de malheureux allait se produire. Elle allait se pencher un peu plus sur la question quand une voix l'interpella faiblement. Pendant une fraction de seconde, un sentiment de joie et de douleur lui emprisonnait le cœur. Encore une fois, son cœur lui parlait de quelque chose, mais sa tête ne comprenait pas. Cette situation de ‘' déjà-vu " commençait réellement à lui taper sur les nerfs. Comme un animal sauvage surpris, elle ramenait son attention sur la voix et la femme qui venait de l'interpellé pour la détailler de la tête aux pieds.

La petite rouquine avait immédiatement offert l'un de ces rares sourires radieux à Ilidia devant le succès de son cadeau. Il était vrai qu'elle préférait la solitude de la forêt, mais ce petit côté sauvage de sa personne ne l'avait jamais empêché de récompenser les rares personnes qui avaient su prendre soin d'elle, et même si elle ne suivait pas Ilidia partout comme avec Celaena – ceci venait du fait que la femme vivait en ville – qu'elle ne pouvait pas la remercier convenablement. Ilidia avait été pendant longtemps une source de force pour la petite rouquine et pas une seule fois elle avait regretté de lui faire confiance. Elle recevait la caresse ébouriffante avec joie, poussant un rire clair et satisfait.

Toutefois, la réaction qui suivi la rencontre entre sa mère adoptive et son inspiration ne se produit pas comme elle le croyait. Il y eut un lourd silence où Ilidia semblait attendre une réaction de Celaena. L'astre cherchait férocement des indices, des souvenirs qui pourraient lui venir et pourtant, il n'y avait rien, du moins pour le moment. Elle pensait – espérait – trouvé quelque chose, mais la femme ne semblait pas lui parler plus que ceci. Mentalement, la blonde se faisait une de ce que pouvait être la jeune femme pour elle. Une amie ? Une ennemie ? Encore une amante ? La deuxième option ne lui semblait pas possible au vu de la réaction qu'elle avait eux. Pour ce qui était de la troisième option, Celaena ne ressentait aucun désir comme elle avait eu avec Médérick, alors elle l'écarta.

‘' Celaena, elle te dit quelque chose. ‘' Demanda doucement Taralis. Devant l'expression d'Ilidia, elle ressentait le besoin d'offrir une réponse positive, mais elle ne voulait aucunement mentir à la jeune femme, elle réalisait qu'elle détesta encore plus cette idée. ‘' Je… Je suis désolée… J'ai l'impression de vous connaître, mais je ne garde aucun souvenir depuis mon ne réveille… ‘' Déclara-t-elle doucement avec une pointe d'excuse dans la voix. Aeronelle offrait une moue devant de tes mots, elle qui avait espéré quelque chose de diffèrent cette fois. Pourtant, elle ne perdait aucunement son enthousiasme et continua. ‘' Il ne faut pas le prendre personnel, je l'ai trouvé étendue dans les bois inconscients et blessés, sans la moindre mémoire. Ça ma prirent des mois de la remettre sur les pieds, voilà pourquoi j'ai été longtemps absente… Mais si tu veux, tu pourrais peut-être lui parler du temps que vous avez passé ensemble… Ça l'aiderait peut-être à retrouver quelques souvenirs… ‘' Demanda-t-elle presque suppliante.

Celaena posait une main sur l'épaule d'Aeronelle, attirant ainsi son attention. Pourtant, son regard bleuté était toujours rivé à ceux d'Ilidia, un mélange de curiosité et de protection. Elle trouvait étrange de ressentir un sentiment de protection aussi fort chez cette femme que chez Aeronelle. À quel point avaient-elles été liées ? ‘' Je ne suis pas contre l'idée de discuter un peu… ‘' Déclara-t-elle d'une voix douce.

Résumé:
 



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Jeu 6 Avr - 1:34
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Capté par la musique, je n'entends pas approcher mon voisin. Aussi, lorsqu'il m'adressa la parole de manière plus ou moins directe, je me surpris à sursauter un peu. Bon, rien de très flagrant non plus, c'est juste que je ne m'y attendais pas. J'étais dans mes pensées.
Du coup, je tourne les yeux dans sa direction, histoire de voir un peu à qui j'ai affaire. C'est un grand homme à l'allure assez imposante. Ses cheveux sont blonds et il a les yeux gris. Sacré bonhomme : à côté de lui, j'ai l'air d'une crevette. Cela dit, il a l'air assez sympathique... enfin je trouve. Ça me rassure un peu, même si je n'étais pas vraiment effrayée de base. Je crois que c'est un humain, pour le peu d'importance que ça a...
L'écoutant parler, j'esquisse un petit sourire. Je me sens à l'aise et de bonne humeur, du coup j'imagine que ça transparaît un peu... enfin, j'espère. Parfois on dirait que je tire la tronche, alors que je suis juste normale... m'enfin bref, c'est pas le sujet.
« Oh, il n'y a pas de raison...
Je dis ça d'un ton tranquille, parce que je le pense vraiment. La fête des récoltes, c'est pas l'enjeu de l'année pour les fauteurs de trouble... les humains qui s'échangent de la nourriture : on fait mieux comme enjeu, quoi.
Le type a côté de moi croque sa pomme : je l'imite. À en croire la tronche qu'il tire, elle n'est pas terrible. Il faut croire que j'ai eu de la chance... c'est dommage que je n'en ai qu'une, sinon je lui en aurais donné.
J'ai pas le temps d'en dire plus que voilà qu'une nouvelle tête se joint à la fête. C'est une jeune fille à l'allure franchement joviale qui, détail frappant, porte des attributs de renard. Ça me surprend toujours un peu de croiser des hybrides : c'est pas super habituel là où j'habite... enfin, si, mais généralement ils ont aussi des ailes d'ange.
Elle me fait sourire, avec sa franchise simple. J'aime bien ça, ça me fait me sentir à l'aise. Cela dit, quand elle nous propose de partager son repas, je décline.
« C'est très gentil, mais si je commence à faire du salé sucré, ça va mal finir.
Dis-je tout en désignant mon estomac de la main, avec une grimace évocatrice pour qu'on comprenne où je veux en venir. La situation me fait sourire un peu plus.
« Au fait, moi c'est Sasha.
J'ajoute ça, comme ça c'est fait.
« C'est une fête agréable, Fruïan. Y'a de l'ambiance et c'est pas trop guindé. Les gens viennent d'un peu partout.
Presque pour ponctuer, je croque un bout de pomme.
« Vous venez d'où vous ? C'est quoi qui vous amène ? Enfin, à part la fête je veux dire... parce que bon... le monde est grand.
Tout le monde n'a pas forcément les moyens de faire le trajet d'un continent à l'autre, pour s'échanger des ressources. Enfin, les humains, c'est logique, mais les autres peuples... Y'a parfois le hasard qui joue, ou bien la curiosité. C'est que comme ils ont l'air bien cool tous les deux, ça me donne envie d'en savoir un peu plus. Après tout, la fête des récoltes est aussi l'occasion de faire des rencontres et élargir un peu ses horizons. Ça fait parti du voyage.

550 - P2:
 
Invité
Jeu 6 Avr - 20:12
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
Alors que je venais presque à peine de m’asseoir sur la botte de paille, qui était beaucoup plus confortable que je pensais, un étrange Hybride fit son apparition devant nous. Celui-ci aborda un sourire avant même de nous interpeller. Je plissai légèrement les sourcils en le regardant plus prêt, sans aucune subtilité, dans le but d’essayer de mieux cerner quel type de personne s’offrait à nous. Avec le temps, j’avais appris avoir une certaine méfiance avec les Hybrides. Ceux-ci pouvaient paraitre parfois normal et gentil, mais sous leur vraie forme, ils pouvaient être meurtrier. Dans ce cas-ci, la personne se dressant devant nous ne semblait pas personnellement dangereuse et semblait plus être dans l’esprit de la fête. Celle-ci nous proposa un fromage, que je refusai d’un signe de main et d’un sourire en rajoutant :

-Non merci ! Je commence à avoir l’estomac plein, il ne faudrait pas gâcher cette nourriture par gavage !


Je mis ma main sur mon ventre en le tapotant légèrement tout en riant timidement. Je détournai légèrement la tête pour regarder la jeune femme à mon côté. Celle-ci refusa le fromage, par cause de goût, et finit par se présenter en souriant. Son nom était Sasha, un nom qui sonna exotique à mes oreilles ainsi que mystérieux par la même occasion. L’évocation de son nom me fit tomber légèrement dans la lune ce qui me fit perdre une petite partie de la suite de ses paroles. Me sentant soudain un peu gêné de ne pas l’avoir totalement écouté, je reportai mes paroles tout en regardant son visage. Celle-ci demanda en bref d’où nous venions et quelle était la raison de notre venue, ce qui me fit légèrement sourire. En effet, j’étais probablement l’une des personnes qui étaient le plus facile à déterminer en termes d’origines et de venue. Pour cette raison, je me permis de prendre la parole en me grattant légèrement la barbe.

- Mon nom est Akwa. Je suis un humain, il me semblait normal d’assister à cette fête. De plus, j’essaie de protéger les faibles en cas de problème ou de trouble-fête, un peu comme un garde, mais je ne suis pas rémunéré. Je n’aime pas les ordres et je fais ça de bon cœur. J’aime bien aussi socialiser, ou décapité des vampires. Aujourd’hui, avec le soleil, socialiser me semblait une meilleure option.

Je continuai de me gratter la barbe en plissant légèrement les yeux en repensant à ce que je venais de dire, en effet, je n’étais vraisemblablement aucunement doué pour commencer une conversation. Dans tous les cas, je me doutais que je n’avais pas mis ces deux personnes en confiance. Ainsi, pour me rattraper, je pris quelques secondes de pause en mordant dans ma pomme et je rajoutai :

- M’enfin, vous vous en doutez, en bref, j’essaie d’être un aventurier le plus chevaleresque possible ! Disons qu’il me reste du chemin à faire, mais j’aime penser que des petites actions, comme aider ce genre d’évènement, me porteront loin. Et vous ? Je doute que vous veniez de loin, quel bon vent vous porte ? Nous n’aimons pas trop les tempêtes dans ce coin de pays.


Malgré mes paroles pouvant être mal interprété, je me penchai vers l’avant en appuyant mes coudes sur mes genoux, en attendant une réponse de mes deux interlocuteurs. D’une certaine façon, mes paroles auraient peut-être comme effet de les débalancer ou de les consterner, mais de cette façon, je serais probablement mieux en mesure de cerner l’ampleur de leurs paroles. Dans ce même ordre d’idée, je continuai de les regarder tour à tour dans l’attente d’une réponse. L’oreille attentivement dirigée en leur direction.

610 mots / message 2/?:
 


Ven 7 Avr - 5:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Quand les deux inconnus déclinèrent son invitation, les oreilles de Fyn tressautèrent involontairement. Elle bouda l’espace d’une demi-seconde face à ce double refus puis se consola en disant que ça en faisait plus pour elle. Pour la bonne mesure elle croqua avec force dans un bâtonnet de fromage et écouta les présentations. Sasha pour la fille. Elle grava son prénom à côté de la mention « cheveux tout emmêlés avec des perles » et « petit nez en trompette ». Pour le grand bonhomme elle n’avait même pas à faire d’effort particulier. Akwa était déjà bien singulier et le simple fait qu'il l'observe avec intensité suffit pour qu'elle se rappelle de lui. En retour à ce drôle d’examen elle avait souri à pleine dent. Et puis il s’était décrit plus en détail ce qui avait fait bondir Fyn sur ses pieds.

-Mais c’est trop bien ! Tu dois avoir plein d’histoires à raconter !

Des images tirées de son imaginaire dévalèrent dans sa tête. Des monstres tranchés en deux par un glaive vengeur, une grande banderole de lumière qui entourait le guerrier de la justice comme une armure solaire et surtout la dame de son cœur qui se languissait de son retour dans le château de son père.

-C’est super chouette, si jamais les choses dérapent on pourra compter sur toi pour aider les gardes !

Ce qui la fit doublement rire, considérant qu’elle était parfois la cause desdits dérapages. Quand un morceau de chèvre profita de cet éclat pour se glisser de mauvais côté de sa gorge, elle se plia en deux en toussant tout ce qu’elle pouvait. Elle parvint finalement à le déloger avec force et se redressa, les larmes aux yeux.

-Moi je suis juste là pour profiter de l’ambiance et m’amuser un peu, c’est tout. C’est vrai que des fêtes il y en a plein mais Fruïan c’est quelque chose de spécial.

Si Fyn disait cela en gardant en partie à l’esprit le lien avec la Terre qui était célébré aujourd’hui, c’était surtout pour sa profusion de nourriture qu’on y trouvait qu’elle préférait Fruïan à d’autres rassemblements. De partout les commerçants proposaient des plats typiquement de là où ils venaient, fut-ce une tradition régionale, un secret mit au point dans le plus grand secret après des années de perfectionnement, ou un héritage ancestral jalousement gardé que ce genre d’évènement permettait de dévoiler pour gonfler l’orgueil familial. Et tout ça pour presque rien. Il suffisait juste de se montrer poli et avenant, essuyer quelques explications parfois un brin rébarbatives et c’était l’assurance d’une dégustation en échange d’un petit coup de pub auprès de ses connaissances.

-Oh, ce qui me fait penser ! Si jamais vous avez l’occasion un peu plus tard, il y a un marchand de fruits de mer pas très loin de la grande scène par là – elle pointa du doigt sur sa gauche – Il fait une soupe d’algues avec des nouilles et des oignons, je vous assure… Un vrai festival pour les yeux et les papilles !

Rien que d’y penser elle en avait l’eau à la bouche. Elle termina sa barquette, manquant de se brûler avec le chèvre chaud à cause de l'empressement dont elle avait fait preuve, et entama méthodiquement la mastication d’un petit morceau de pâte d’amande. Un frisson de plaisir lui grimpa tout le long du dos.

-En tout cas j’espère que vous vous amuserez bien ! Moi je m’appelle Fyn au fait.

Elle avala sa sucrerie, sourit et en fourra une autre dans sa bouche. Avec un peu de chance – et de retenue – elle en aurait assez pour assister prochain spectacle sans repasser par la case étal.

608 mots, Post 2:
 
Ven 7 Avr - 20:52
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Le grand gars au cheveux couleur neige s'appelle donc Akwa : pas banal. Il faut dire que le type, en lui-même, a une allure assez atypique. A la limite, ça aurait fait bizarre qu'il s'appelle « Jean-Pierre » ou « Bernard », quand on y pense. Enfin, ça fait un genre de cohérence, quoi. Bref, Akwa : je note ça dans un coin de ma tête, tout en écoutant le reste.
Apparemment, c'est un genre de justicier du dimanche. Le style qui garde l’œil ouvert en toutes circonstances. Je trouve ça bien : on a besoin de gens comme ça. Par contre, quand il parle de décapiter des vampires, j'avoue que j'ai un peu les jetons. Les vampires sont des créatures plutôt maléfique et j'admets ne pas les apprécier plus que ça... enfin pas de là à les décapiter, voyez-vous, il y a un gouffre.
M'enfin clairement, personne n'irait dire un truc pareil au beau milieu d'une conversation avec deux inconnues. Ce mec est clairement en train de plaisanter, c'est pas possible autrement. Du coup, j'esquisse un petit sourire, histoire de dire que je trouve ça marrant.
Et puis comme il continue sur son idée de chevalerie, je comprends que c'est un genre d'image qu'il se donne. Le mec aime bien rendre service, c'est tout ce qu'il y a à retenir. J'acquiesce donc, après qu'il ait fini de parler, tout en reprenant de la pomme.

La demoiselle hybride semble très enthousiaste à son récit, d'ailleurs. Je vois ses yeux briller à l'évocation des histoires d'aventures qu'il aurait en stock. C'est vrai qu'un grand homme costaud comme ça, ça doit avoir vécu pas mal de choses. Moi qui sort à peine de l’œuf, ça m'impressionne un peu.
Enfin bref, du coup la renarde... enfin je suppose que c'est bien une hybride au totem du renard, vu les attributs, poursuivit sur le festival. Je laisse échapper un petit rire, lorsqu'elle évoque la soupe d'algue.
« Je m'en souviendrais pour tout à l'heure.
Fais-je, avant de terminer ma pomme. Je ne sais pas ce que mes parents ont prévu de faire pour le dîner, mais si jamais on se tâte, je leur parlerais de la soupe. Bref, à la fin, j'appris que la demoiselle s'appelait Fyn. C'est un nom qui lui va bien, je trouve. C'est court, ça a une sonorité vive, un peu comme elle.
« Hé ben je suis ravie de vous rencontrer alors, Akwa et Fyn.
Je répète leur prénom en les désignant l'un et l'autre du doigt, histoire de m'aider à m'en rappeler.
« Moi je suis venu avec mes parents.
Fais-je, pour répondre à mon tour à la question du jeune homme. D'un geste de la main, je désigne le couple de l'elfe et de l'ange que forment mes parents, affairé près d'un étal un peu plus loin.
« Tout ce qui touche aux humains est très important, chez les anges. Et comme vous le savez, des elfes vont s'occuper de la cérémonie, tout à l'heure... du coup, on avait une double raison de venir.
C'est, bizarrement, pas si courant que ça de croiser des sangs-mêlés. M'enfin je pense pas qu'on me regarde de travers à cause de ça. Y'a bien des gens que ça fait jaser, mais ça m'étonnerait que ce soit le cas de Fyn et Akwa. Ils ont l'air ouvert d'esprit. Et puis, le mélange ange et elfe, y'a pire, vous me direz.
Les musiciens enchaînent sur un air plus entraînant. Je ne peux m'empêcher de me pencher doucement de droite à gauche, en suivant le rythme de la mélodie. Ça me donne envie de danser, un peu. Le truc c'est que je me vois pas trop prendre l'initiative au milieu de tout le monde. J'suis un peu trop timide pour ça. M'enfin tant-pis, c'est pas bien grave.

633 - P3:
 
Invité
Sam 8 Avr - 21:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1127
Sora écoutait avec attention la jeune femme aux cheveux noirs. Cette seconde rencontre entre les deux était bien différente de leur première entrevue. C'était bien normal : la blonde défendait alors au titre d'un travail la personne qu'elle voulait massacrer, aussi n'avait-elle pas de raisons de l'apprécier plus que ça en apprenant qui elle était sur le moment. Elle avait d'ailleurs en cet instant, plutôt toutes les raisons de vouloir l'égorger, vu qu'elle était purement et simplement l'obstacle principal sur son chemin. Mais la blonde avait apprécié de ne pas se battre contre elle. Elle avait sans aucun doute un avantage du fait qu'elle était capable de lancer des sorts tandis que Solyane non en tant que simple humaine, surtout avec l'effet de surprise, vu que la jeune femme aux cheveux noirs n'avait alors visiblement aucune connaissance sur la magie et ses utilisateurs. Mais elle semblait avoir une grande maîtrise de son arme, aussi la lutte n'aurait peut-être pas été si simple que ça, même avec cet avantage.

Elle reparlait justement de ce manque total de connaissances du monde qui l'entourait et surtout du côté magique de celui-ci. Et il fallait avouer que Sora n'avait jamais croisé quelqu'un qui en connaissait si peu, dans le sens où elle l'avait catégorisé au début comme un simple démon. Imaginer que les elfes, les nagas ou bien encore les hybrides lui était un concept inconnu la laissait plutôt perplexe. Elle avait vraiment du mal à se faire à l'idée qu'on pouvait vivre si loin de la réalité au point de croire en des idées comme celles-là. Loin de là qu'elle dénigrait Solyane, mais elle se demandait comme les personnes qui l'avait alors à charge, l'avait à ce point isolé du monde extérieur jusqu'au point de connaître si peu de choses sur les autres races si ce n'est leur existence.

Sora sortit de ses pensées, pourtant parfaitement à l'écoute de Solyane, lorsque celle-ci lui proposa d'aller se balader près des stands.

« Oui, sans aucun souci, je ne serais pas contre grignoter quelque chose à vrai dire. »

Elle suivit sans broncher l'humaine aux cheveux bouclés et observa un court instant les stands en silence. Jusqu'à reprendre la parole, s'étant souvenu d'un petit détail qui n'était pas si infime que ça.

« Tes amis euh... ». Elle s'interrompit un instant, se rappelant qu'elle n'avait aucune idée de leurs noms respectifs. « L'homme brun aux yeux marrons et la petite bonne femme, ils vont bien ? J'ai pas montré la meilleure facette de moi-même là-bas et ils m'avaient l'air, sans vouloir les offenser, moins téméraires et habitués que toi aux joutes et aux bagarres. Et comme nous les avons perdu après être partis en vitesse, je me demandais si je ne les avais pas un peu traumatisé et s'ils allaient bien. Ils m'avaient pas l'air de mauvais bougres, juste pas vraiment de la même trempe que toi. »

Elle essayait de chercher ses mots pour n'offenser personne, aussi bien les absents que l'amie de ces derniers, mais Sora n'avait jamais été douée avec les mots. Si elle savait envoyer des pics et où toucher pour faire mal, elle n'avait pour ainsi dire aucun tact. Ce n'était pas pour rien qu'elle était du genre plutôt solitaire et que son cercle d'amis était restreint : la supporter était en soi, un petit miracle.

« Je suis ravie de t'avoir fait ouvrir les yeux en tout cas. Sans t'offenser encore une fois, je n'avais jamais croisé de personne comme toi qui a si peu de connaissances des races qui constituent le monde. Je ne pensais pas ça possible. Enfin, heureusement que tu es tombée sur moi ahah ! Sans me vanter, si ça avait été n'importe quel être pacifique qui avait le métier de couturier et n'avait aucune notion de combat, tu l'aurais sans doute découpé. Je t'ai donné plus de fil à retordre, j'en conviens, mais je pense que c'est mieux de savoir de quoi est faite la réalité non ? »

Elle s'arrêta devant un stand où s'étalait de jolis fruits atypiques aux formes et couleurs aussi étranges que diverses. Piquée de curiosité, elle donna une pièce au marchand et lui prit une boule avec une écorce rugueuse et rose, et un long fruit dont la peau était des enchevêtrements de bandes violettes et jaunes.

« Après, » reprit-elle d'un ton plus calme, « il est vrai que moi comme Falka n’inspirons pas plus que ça la confiance. Falka, de par son apparence peu commune qui n'invite clairement pas à la sympathie. Et moi, dans tout ce qui est situation critique, lorsque j'ai l'occasion de déraper. Je comprendrais d'ailleurs que tu n'aies pas totalement confiance en moi et nourrisse encore un quelconque sentiment négatif envers moi, ce serait tout à fait normal : je sais l'effet que je fais aux gens à force, et il est bien rare qu'il soit positif, ou tout du moins, pas entièrement. »

822 mots & 3/? messages :
 


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Sam 8 Avr - 22:08
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: