♪ RP MULTI ♪ - Fruïan, la fête des récoltes

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
L'air vrombit quand un trait passe juste au dessus d'elle et se plante dans la cuisse du monstre. Les jambes déjà meurtries par des coups de griffes, il se plie sur sa hache pour ne pas tomber. Ce qu'il crache dans un flot de colère crisse dans ses oreilles à elle. Sasha profite de cet instant pour décocher une autre flèche qui se plante droit dans son épaule. Son arme tombe et glisse du toit. Il crie à nouveau. Quelque chose cloche. Elle le sent en le regardant. Au lieu de l'entraver, ses blessures alimentent un feu intérieur qui craquèle  de plus en plus sa retenue. Son visage devient un masque de pure bestalité. Il n'a plus mal. Elle frissone en le voyant se redresser. Ce qu'elle a devant elle la cloue sur place. S'il n'y avait pas le brouhaha incessant des combats, elle n'entendrait que son coeur sur le point d'éclater dans sa poitrine.

Et soudain il charge, la tête en avant. Poussé par les ailes de la rage il comble la distance les séparant en un souffle. Il la chasse du puissant coup de botte et se rue sur Sasha. La fille l'avait vu venir mais meme une flèche en plein torse ne lui avait rien fait. Il l'empoigne violemment des deux bras et l'étreint de toute ses forces. Des os se rompent. Sasha peut à peine se débattre. Elle ne peut que hurler. Son père en bas a surement entendu quelque chose.

De son côté elle se relève. Complètement étourdie elle capte à peine la situation. Quand ses yeux se posent sur le monstre elle fonce comme une flèche et s'aggrippe à son dos. Elle lui lacère les omoplates comme elle peut pour le forcer à lacher prise. Au lieu de ça le monstre libère une de ses mains et parvient à l'empoigner par le collet. Sasha en profite pour se débattre. Il perd l'équilibre, dérape et les entraine dans sa chute. Elle parvient à se dégager mais pas la fille. Les griffes du monstre refusent de la laisser alors qu'ils chutent tous deux du toit. En bas un craquement sinistre très vite noyé par le choc des armes et les cris des mourrants.

Elle secoue sa truffe et se traine jusqu'au bord du toit. Sous le monstre se trouve Sasha. Elle jappe pour l'appeler mais pas de réponse. Ses pattes tremblent. Elle se sent défaillir. Elle rassemble ses forces et saute sur un rebord puis sur une caisse pour rejoindre le sol. La confusion de la bataille l'aggresse à nouveau. Elle se sent seule malgré le monde qui l'entoure. Une escorte lui passe à côté, manque de l'écraser. Elle geint à nouveau puis s'enfuit. C'est trop pour elle. Partout du sang qui lui ronge les narines, des hurlements, de la violence. Elle se perd entre les barricades, les combats et les morts. Quand un autre monstre la prend en grippe elle bifurque dans une allée vétuste vide et se roule en boule sous un tas de fagots. Le bruit est moins présent ici. Elle devrait être en sécurité. Le souffle anarchique elle guette le moindre mouvement suspect et décide de patienter jusqu'à ce que les choses se calment.

532 mots, Post 8:
 
Mar 2 Mai - 20:09
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Abund - II
Parchemins : 435
Nous avions bien entamés les rangs des ennemis. On pouvait voir à vu d’œil la force de l'assaut diminuer et pourtant, les Vampires ne relâchaient pas l'intensité de leurs attaques. Ma race était plutôt reconnu comme étant des êtres doués d'une certaine intelligence. Nous étions des êtres rusés, censé savoir quand la situation tournait à notre désavantage. C'était assez étrange qu'aucun d'entre eux n'ait même essayé d'abandonner. C'était encore plus déroutant qu'aucun d'entre eux ne soit même un tant soit peu armé jusqu'au dent. Certains d'entre eux était fraîchement transformé, à la recherche de sang pour survivre et donc empli d'une rage illimité, d'autres était beaucoup moins sauvages mais ne paraissait pas prêt pour un assaut d'une tel envergure, aussi près de la Terre des Rescapés. Mon intuition me poussait à m'enfoncer plus loin dans le champ de bataille, de quitter la ligne de front et de rejoindre ceux qui s'occupait des civils. C'était plus risqué si quelqu'un remarquait ma nature mais la possibilité d'un second assaut encore plus violent me poussait à penser à ma survie.

Je commençais à reculer, me tenant toujours face à l'assaut mais voyant que personne ne passait par la, je commençais à courir dans l'autre sens. Une flèche vola et se planta à une bonne vingtaine de centimètre de mes jambes. Surement un garde qui pensait que je faisais partie des attaquants. Réalisant que j'étais suspecte, je m'arrêtais dans ma course avant de délicatement me laisser glisser vers le sol. Me relevant, j'observais le chaos total de la situation. En plus des quelques combats qui avait lieu aussi loin derrière la ligne de défense, les civils en pleine panique se poussaient, trébuchaient sur les cadavres et hurlaient de tous leurs poumons. Certains étaient agenouillés auprès d'un cadavre, pleurant toute les larmes de leurs corps en espérant que l'être aimé revienne à la vie. Certains civils aidaient même les plus démunis à se ruer vers les chariots, à l'autre bout du champ de bataille.

Je m'arrêtais quelques secondes pour reprendre mon souffle puis me tourna vers le champ de bataille. D'ici je me sentirais bien plus efficace, je pourrais aider les civils en plus de me battre pour leurs survies. Il y avait de multiple Vampire encore dans le coin mais ils se comptaient sur le doigt d'une main et était encerclé par le nombre plus importants de défenseurs dans la zone. Je voyais au loin, la seconde vague de la horde vampirique se rapprocher tandis que quelques défenseurs essayaient de reformer une ligne de défense assez solide pour essayer de la contenir. De cette position je pourrais interrompre les quelques attaquants qui réussirait malgré tout à franchir la ligne défensive. Je veillais tout du moins, à ce que l'on ne puisse m'observer directement, ce n'était pas le moment que les défenseurs m'attaquent, j'avais déjà failli y laisser la vie la première fois que je m'étais présenté comme Vampire et je n'étais pas prête de recommencer de sitôt.

Je m'approchais lentement d'un des rares vampires qui traînaient encore par ici et, se voyant encercler, pris la poudre d'escampette. C'était bien le premier que je voyais faire ça. Enfin un possédant assez de bon sens pour ne pas se suicider. Je le laissais filer, espérant tout de même que quelqu'un l'intercepte, ce n'était pas vraiment le moment que quelqu'un percute la ligne de défense en formation dans le dos. L'adrénaline du combat avait soudainement cessé et c'est une vive fatigue qui s'empara de moi. Je m'appuyais contre le mur le plus proche, vérifiant que ma plaie au flanc ne s'était pas rouverte puis fixa la direction générale des combats. Ce n'était pas prêt d'être fini.

664 mots , 4/??:
 



Mer 3 Mai - 10:23
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Aetrayel - Avium - II
Parchemins : 83
Prise d'une sorte d'étourdissement, Kaëlyra n'entend plus rien que des bourdonnements dans ses oreilles, tandis que sa vue se réduit à des milliers de points blancs. Durant le temps que dure son malaise -impossible de l'estimer - beaucoup de choses se déroulent peut-être.

Lorsque ça passe et qu'elle regarde à nouveau, la fille à l'arc, le renard et le démon ont disparu.

Un sourire pâle se dessine sur les lèvres de l'ange. Tant de sentiments se mêlent en elle. La tristesse d'avoir détourné son regard. Un sentiment de perte et de solitude. Le désarroi : la créature démoniaque lui a échappé, peut-être retournée d'où elle venait. Enfin le sentiment d'être perdue, et de la lassitude.

En cet instant sur les toits au dessus du combat, il lui semble que c'est comme si tout était en mouvement et immobile à la fois, comme suspendu, ainsi qu'un souffle retenu, ou ainsi que la nature enneigée. Et La douleur du cœur de l'ange, mêlée à son souffle, est comme celle que l'on ressent lorsqu'on respire dans le froid intense.

Un froid qui glace les extrémités de son corps. Il est temps de quitter l'abri des hauteurs - lequel n'est pas aussi sécurisé qu'elle le pensait, puisqu'un démon y est apparu. Il est temps d'aller rejoindre Barthelémy et de se battre ensemble.

En bas, le grand Ange qu'elle a vu tout à l'heure n'est plus là. Dommage, il aurait fait un allié précieux.

Kaël s'approche du bord du toit et saute, déployant ses ailles au dernier moment, alors qu'elle chute.

Elle aime se sentir tomber ainsi et se rattraper ensuite, depuis toujours.Tandis que l'air siffle à ses oreilles, et que des perles glacées apparaissent aux coins de ses yeux, dues à la vitesse de la descente, elle voit la masse de la population devant ses yeux. Tout lui apparaît dans des tons de couleur bleu. Elle voit des homme portant des bouclier de fer, rassemblés les uns à côté des autres.

C'est au sein de tout cela qu'elle atterrit sur le sol pavé, derrière les hommes aux boucliers. Personne ne fait attention à elle, c'est normal, on ne la remarque rarement, du fait de sa petite taille. Elle par contre voit quelqu'un en particulier.

C'est une femme, un peu à l'écart des affrontement, qui est agenouillée auprès d'un blessé allongé au sol. Quand l'ange arrive près d'elle, la femme lève la tête : ses yeux sérieux sont gris bleu et pleins de larmes. Sans dire un mot, Kaël s'agenouille à son tour à côté de l'homme, qui ne bouge pas.

C'est sa tête qui est atteinte, il a du prendre un coup ou est mal tombé. Kaëlyra pose ses mains sur lui avec douceur et délicatesse, en voulant que son contact soit presque imperceptible, afin de gêner le moins possible. Intérieurement, elle demande à Dieu de l'aider si telle est Sa Volonté, puis elle utilise ses capacités d'Ange pour soigner l'homme. Il remue avec un gémissement; sa blessure est fermée et dans son organisme tout va bien. La femme a tout observé avec étonnement et confiance - elle a du sentir qu'elle n'avait rien à craindre. Kaëlyra lui adresse un sourire, se relève et s'en va, laissant à l'homme le temps de s'éveiller, de se relever et de partir.

A présent, Kaëlyra doit retrouver son alter ego.

594 mots, Post 3
Spoiler:
 


Mer 3 Mai - 17:30
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Consciem - III
Parchemins : 1104
Le Vampire s'approchait. Il sembla étonné de voir que sa victime l'attendait de pied ferme. Le chat venait de découvrir que la « petite souris » qu'il traquait avait cessé de fuir et de se cacher pour simplement guetter son arrivée. La créature de la nuit avisa les dagues dans ses mains. Il éclata alors de rire.

- Allons, allons, petite souris, tu n'as pas l'intention de te défendre avec ces jouets ?

Solyane serra les poings sur la poignée de ses armes. Elle n'avait aucunement l'intention de se laisser intimider par les provocations de son ennemi. Qu'il parle autant qu'il veuille, qu'il rit – imbu de son arrogance comme il l'était – et qu'il croit qu'il allait pouvoir planter ses crocs infects dans son cou. Elle avait bien l'intention de lui faire regretter sa présence dans sa ville.

- Même les bébés Vampires ont des crocs plus menaçants que tes cure-dents ! continua le Vampire.

Solyane lui aurait bien lancé une de ses dagues entre les yeux ou en travers de la gorge pour le faire taire. Les insultes ne l'atteignaient guère. Elle en avait tellement reçu tout au long sa jeune vie qu'elles glissaient sur la carapace d'indifférence qu'elle avait appris à se construire au fur et à mesure des années au bordel. En revanche, la voix grinçante du Vampire commençait à lui taper sur le système. Elle avait hâte de tester sa nouvelle dague.

Mais, alors qu'elle se positionnait, prête à lancer la dague, quelque chose d'inattendu se produisit. En quelques secondes à peine, la dague qu'elle tenait dans sa main gauche – celle qu'elle avait obtenu en dessinant – commença à se déliter. Lentement elle perdit sa consistance puis s'évapora purement et simplement. Comme si elle n'avait jamais existé. Solyane en fut totalement sidérée. Le Vampire, lui, passé un instant de surprise, éclata à nouveau d'un rire retentissant.

- Eh bien, eh bien, petite souris ! On a voulu jouer avec la magie sans en connaître les conséquences ? Ce n'est pas bien, ça !

Cette fois, ce n'était ni par indifférence ni par mépris qu'elle ignora les propos du Vampire. Elle était simplement choquée. Elle ne s'était pas attendu à ce que sa dague disparaisse si soudainement. En fait, elle ne s'était même pas attendu à ce qu'elle disparaisse tout court. Que faire, maintenant ? Fuir ? Ce serait la solution la plus sage mais le Vampire était déjà tout proche.

* * *

Dragomira et son adversaire se tournaient autour. Le Vampire était blessé mais les griffes de l'Hybride n'étaient pas assez longues pour avoir engendré des plaies mortelle. Néanmoins Dragomira était maintenant armée. Le Vampire n'avait plus qu'un fouet, accroché à sa ceinture, et une épée plus courte et plus fine. Nul doute que la jeune reptilienne lui avait dérobé son arme de prédilection. Ce qui n'était pas pour ravir la créature de la Nuit.

- Tu vas regretter de t'en être pris à moi, Monstre ! cracha le Vampire.

Dragomira serra les mâchoires.

- Je n'ai rien contre ceux de ta race, Croc de la Lune, mais je ne peux pas rester les bras ballants alors que vous vous en prenez à plus faible que vous !

Le Vampire cracha. Il était bien trop furieux de s'être laissé déposséder pour prendre les paroles de Mira en considération. Pour le peu qu'il en avait à faire, de toutes manières. Il bondit sur l'Hybride qui l'esquiva. Afin d'éviter que ses ailes ne soient blessées pendant le combat, maintenant qu'elle était de nouveau au sol, elle les replia étroitement contre son corps. Ce fut sa queue, nécessaire à son équilibre, qui fut mordue par la lame du Vampire. Malgré la protection des écailles, la force du Vampire fut telle que la lame atteignit la chair tendre et sensible. Dragomira feula de douleur et pivota sur elle-même pour assommer son adversaire d'un coup de queue. En vain car il était particulièrement agile et rapide. Sans perdre une seconde, elle se jeta sur lui, épée brandie. Elle allait lui montrer qui d'eux deux étaient le véritable monstre.

* * *

Solyane glissa sur les pavés de la ruelle. Sentant le pinceau menacer de glisser hors de son corset de cuir, elle le retint. Elle ignorait d'où lui venait l'objet ni par quel sortilège il pouvait donner forme à des dessins. Mais elle avait appris, à ses dépends, que les créations n'étaient pas faites pour durer. A moins que ce soit simplement elle qui ne sache pas maîtriser la magie de cet instrument, comme l'avait suggéré moqueusement le Vampire. Elle se promit de poser quelques questions à des spécialistes lorsqu'elle en aurait l'occasion. En tous cas, si elle survivait à tout ça !

A l'abri d'une porte cochère, elle dessina un stylet (plus pratique à lancer qu'une dague). Elle n'était pas décidée à renoncer à cet avantage, même si elle ne le maîtrisait pas au mieux. Il lui suffisait de retenir la leçon apprise malgré elle : frapper aussi vite que possible avant que l'arme ne disparaisse. Evidemment, il y avait aussi la possibilité que l'arme se désagrège au contact du corps du Vampire. Mais elle était prête à prendre le risque.

Le temps que le stylet se matérialise, son ennemi était à distance suffisante pour qu'elle soit presque sûre d'atteindre sa cible. Elle ne perdit donc pas une seule seconde. Elle saisit le plat de la lame entre son pouce et son index, ajusta la balance de l'arme pour qu'elle conserve un bon équilibre et jaillit de sa cachette. A force de s'être entraînée en compagnie de Locke, il ne lui fallut que quelques secondes pour viser et lancer son projectile. Le Vampire ne s'était pas attendu à ça, visiblement, car le stylet vint se ficher dans son ventre (la cible la plus facile à atteindre). Solyane sourit.

- Alors, Immondice ambulant, comment tu le trouves mon « cure-dent » ?

Pas à son goût, visiblement. Le visage décomposé par la rage, il bondit sur Solyane à une vitesse si ahurissante que c'est à peine si elle se rendit compte qu'il avait bougé. Il lui asséna coup dans les côtes avec une telle force qu'elle vola à travers la ruelle. Elle atterrit lourdement, roulant sur le sol à de multiples reprises jusqu'à un mur contre lequel était entreposé du bois.

A moitié évanouie, une violente douleur qui laissait imaginé qu'elle avait des côtes cassées, Solyane essaya de ramper. Il fallait qu'elle s'échappe. Dans un dernier réflexe, elle serra le pinceau contre elle. Au moins ne l'avait-elle pas perdu. Dommage qu'elle ait eu si peu de temps pour en profiter. Car cette fois, elle en était sûre, elle ne risquait pas de s'en sortir. Elle n'était même plus en état de bouger. Grimaçante de douleur, elle remarqua alors un renard, pelotonné sous le tas de bois contre lequel elle était à présent avachie. Que faisait-ici cet animal ?

- Tu vas mourir, Humaine ! Ton sang va soigner la blessure que tu m'as faite et augmenter ma force pour aller massacrer les tiens ! cracha le Vampire en approchant.

1188 mots - Message 8/?:
 





Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

Je les aime, je suis accro...:
 
Mer 3 Mai - 21:16
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 1457




Fruïan,
la fête des récoltes



Contexte

La bataille faisait rage. Les créatures de la nuit, féroces, ne laissèrent aucune chance à la populace. Les humains tombaient comme des mouches, les paysans hurlaient à la mort, suppliant qu’on les achève, priant pour éviter une quelconque transformation en vampire. Mais ils n’avaient aucune idée de ce qui les attendait. L’un d’eux redressa la tête vers Ereza qui, croisant les bras, se délectait du spectacle. Pendant ce temps, la cheffe de la garde s’était efforcée de passer outre son barrage pour finalement l’atteindre. « Tu as été longue, Lumen. Pour une des plus fières combattantes de cette race inférieure, je ne pensais pas pouvoir être plus déçue. ». Un sourire narquois égaya ses traits, alors qu’elle étendait les bras. « Je t’en prie, viens à moi. Nous verrons qui succombera sous la puissance écrasante de l’autre. ». Puis elle fronça les sourcils, tandis que sa rapière venait d’apparaître dans sa main droite, qu’elle cacha dans son dos. Le cœur de l’humaine battait la chamade, tambourinait contre les parois de sa cage thoracique. L’angoisse la paralysait. Craignait-elle de finir écorchée à vif, sous le joug de ceux qu’elle abhorrait ? Non, c’était bien trop égocentrique de sa part. Elle se mordit la lèvre. Cela faisait des décennies que le calme baignait leurs foyers, et elle tentait de comprendre l’origine de l’acte qui mettait ses terres à feu et à sang. Odaïl ne s’était mis à dos aucune communauté, encore moins ces suceurs de sangs. De plus, la présence des Démons l’intriguait fortement, et l’idée qui lui traversa l’esprit lui glaça le sang. Elle écarquilla les yeux, et lorsqu’elle les rouvrit, une lame était plantée dans son thorax. « Je n’aime pas qu’on me vole la vedette. ». Ereza la retira d’un coup sec. La cheffe ne serait plus. Sans leader, qu’allait-il se passer ? Ils grouillaient, tels des insectes que l’on écrase sans même s’en rendre compte. Certes, il y avait des pertes dans son camp, mais elles n’étaient que mineures. La Vampire détendit ses muscles mais ils ne tardèrent point à raidir de nouveau en apercevant un attroupement au fond de la Grand Rue.

Ils cherchaient à évacuer les blessés, à retenir les siens pour gagner du temps. Orgueilleuse, la Croc de la Lune refusa d’admettre son échec. Dans son dos, une figure sombre à l’aura purement maléfique se mit à murmurer. Elle ne lui laissa point le temps de finir, avalant sa salive, alors que ses doigts se mirent à trembler. « Je sais. Nous avons un contrat. Vladden ne donne pas sa parole sans la respecter. ». Et elle n’osa pas se retourner, faire face à cette entité qui respirait la haine par tous les pores de son épiderme. Elle avait peur. Ereza fuyait cet homme. Poussant sur ses genoux, elle virevolta dans les airs, se dirigeant vers la Sylve aux Soupirs. Une fois arrivée, elle arrêta un des siens, resté en retrait depuis tout ce temps. La Vampire serra les dents, tentant d’oublier sa peine. Après avoir donné ses ordres, elle se téléporta sur un toit juste à côté du prochain convoi qui s’apprêtait à partir. « Mes agneaux, vous ne pensiez pas quitter la fête si vite, voyons. ». Elle les matait, hautaine et condescendante. C’était leurs vies contre la sienne. Et à ses yeux, ils n’avaient strictement aucune valeur. « Quel dommage, je ne suis pas rassasiée… ». Puis elle planta son regard dans celui d’Ilidia, la transperçant de toutes parts. « Et je ne suis pas la seule. ». Plus loin, un immonde rugissement frappa les terres de Langzyliah, Et avant même que qui que ce soit puisse réagir, le Mortemo venait d’apparaître en éclatant les quelques chaumières sur son chemin. Les yeux violets pétillants, il ne laissa aucun doute sur son contrôle. Un groupe de vampires, non loin, s’occupait de maintenir le lien cérébral avec la bête. Il était impossible de dompter une de ces machines à tuer. Impossible était un mot que Vladden Berg refusait d’entendre, et il l’avait bien vite fait comprendre à son peuple. Avide de vengeance et de sang, l’immense créature se jeta sur les premiers sur la ligne de combat. Ils allaient périr, s’ils ne fuyaient pas. Ou s’ils trouvaient une autre issue de secours, aussi minime soit-elle…


Résumé

C'est encore moi, désolée du retaaard  

Lumen vient de tomber sur le champ de bataille. Elle n'est pas encore morte mais ça ne saurait tarder. Je vous conseille de lire attentivement ce post si vous voulez tenter de délier un peu ce que je vous réserve en futur gros event \o.

Ereza, sous la menace d'un inconnu, lâche le Mortemo qui commence à faire des carnages dans la Grand Rue. Vous avez, à première vue, deux choix. Soi vous fuyez en prenant vos jambes à votre cou, soi vous tentez de le retenir au péril de votre vie. Mais une troisième éventualité se présente également aux plus intelligents de votre petit groupe. Il est impossible d'apprivoiser un Mortemo, ce dernier est contrôlé par un groupe de vampires en bordure de la Sylve aux Soupirs.

Je vous remets la description d'un Mortemo en guise de rappel, avec leur MAGNIFIQUE FACIES.

Clic!:
 

Je vais regarder attentivement les décisions que vous prenez et le sort de la Terre des Rescapés en dépendra.
Bonne chance \o !

Code par Sphénix pour Epicode.



© Scylla
So, what if I'm addicted ?:
 
Raptor Jéselih:
 
Jeu 4 Mai - 15:36
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1125
Sora retira violemment sa lame de la gorge du vampire qu'elle venait d'égorger. Depuis quelques minutes, il lui semblait qu'il en arrivait de moins en moins. Les humains et ceux de leur côté étaient-ils en train de reprendre le dessus ? Les vampires et les démons étaient-ils en train de se replier ? Ou y avait-il une toute autre raison à ce soudain – presque – calme dans la grand-rue ? Sora jeta un coup d'œil en arrière, dans la direction dans laquelle les gens fuyaient. Puis il y eut un énorme rugissement.

« J'ai un mauvais pressentiment. » lâcha finalement Falka après que le monde autour d'elles s'était presque tût de stupeur et surtout de terreur en entendant un grognement bestial aussi fort.

« Ne me dis pas que si plus personne n'afflue par ici, c'est parce que les Vampires et les Démons ont lancé un autre genre d'offensive... »

Sur ces mots, la blonde se précipita, bien vite suivie de Falka sous sa forme humanoïde. C'est au détour de la rue qu'elles le virent, et que Sora plaqua instantanément l'ombre en arrière sur le mur. Et lui intima d'un simple geste très clair qu'elle devait se taire voire si possible, éviter de respirer.

Là, sur les pavés, au milieu d'un océan de cadavres déchiquetés, se tenait une énorme bête. Elle faisait au moins deux ou trois fois la taille d'un humain normal, et était justement en train de dépecer l'un deux de ses crocs.

« Qu'est-ce que c'est que cette merde ? » murmura Falka du plus bas qu'elle put.

La bête, si elle semblait bien se déplacer à quatre pattes, se servaient actuellement de ses deux avant plus musclées que les arrières pour déchiqueter davantage sa victime. Elle grognait à chaque inspiration qu'elle faisait par son énorme truffe. Ses cornes étaient énormes et ses grands yeux placés sur les côtés avaient l'air de lui permettre d'avoir un grand champ de vision.

« Tu vas me le distraire cinq secondes. De loin, assez pour qu'il s'intéresse à toi, mais pas trop pour qu'il ne parvienne pas à t'atteindre. Je ne pense pas qu'on pourra le tuer. Juste le retarder. Mais qui ne tente rien n'a rien. »

Avant d'avoir pu émettre la moindre protestation, Sora s'était enfoncée au fond de la rue pour se rapprocher de la bête par des chemins détournés. Falka avait de son côté pris une grande inspiration, et sortit de sa cachette. Elle sut que le flair du Mortemo était plus vif et efficace que sa vue en remarquant qu'il capta sa présence bien avant qu'elle entreprenne de siffler dans ses doigts pour lui faire relever la tête. Il émit un râle en bavant et entreprit d'avancer. Il ne put point : ses quatre membres étaient coincés dans des socles de terre directement sortis du sol. Sora ne perdit pas une seule seconde, car elle savait que le temps ici lui serait terriblement précieux. Elle avança d'un pas sur le côté du Mortemo pour viser le flanc et fit sortir des ombres des pics acérés. Ce ne fut même pas assez rapide. À peine les eut-elle lancé que le Mortemo quitta son champ de vision. Littéralement. Il disparut d'un coup comme d'un coup de baguette magique.

Son souffle puant et bruyant permit à Sora de comprendre que cette saleté de bestiole avait un genre de capacité de téléportation et qu'elle venait justement de réapparaître derrière elle. Si une flèche n'était pas venu se planter dans le cou du Mortemo, le faisant à peine gémir plaintivement, mais lui faisant perdre une seconde de vue sa proie, Sora aurait littéralement été coupée en deux. Elle ne réfléchit pas davantage et s'éloigna au plus vite de la bestiole en passant par les ombres après avoir fait signe à Falka de ranger son arc et de se mettre immédiatement à couvert. Elle avait sous-estimé la bestiole. Elle réapparut dans une ruelle sombre, reprenant son souffle. Elle avait réellement sous-estimé la bête et sa faculté à pister les gens avec son flair tout en se téléportant. Cette fois, elle n'eut pas le répit d'une flèche. Elle entendit le sifflement de l'air caractéristique d'un vif mouvement, puis sentit une incroyable pression sur son flanc gauche. Elle fut projetée en arrière avec une grande force et tout devint rapidement très flou après que sa tête ait reçu un choc.

Elle tâta rapidement sa hanche terriblement douloureuse et se diagnostiqua une grosse blessure et au moins une côte cassée en relevant vers son visage sa main rouge de sang. Son sang. Elle releva les yeux, bien qu'elle n'y voyait rien et qu'un peu de ce liquide rouge coulait également sur son visage. À peine eut-elle vu la bête qu'elle l'a vit bondir à nouveau sur elle. Elle ne l'atteint pas, se mangeant dans la figure un énorme bloc de roche. De la télékinésie. Falka. Cela ne fit, encore une fois, que détourner son attention, et ne le sonna même pas.

L'ombre parvint jusqu'à Sora plus rapide que l'éclair et se transforma tout aussi vivement pour grimper avec son amie blessée sur le bâtiment pour se carapater le plus vite possible. Vu les différentes capacités de métamorphose de Falka, elle n'eut pas de mal à sauter, planer, bondir dans tous les sens pour s'éloigner le plus vite possible et trouver un coin tranquille dans une ruelle pour y déposer Sora et voir comment elle allait.

902 mots & 7/? messages - Post parlant du MORTEMO:
 


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Jeu 4 Mai - 19:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 917
La ligne semblait ‘'bien " tenir contre ses ennemis. Celaena qui avait des yeux que pour l'homme qui s'était presque jeté sur elle, paria le premier coup de l'épée courte avec la sienne, arrachant une grimace d'inconfort à l'homme. Elle comprend rapidement – après quelques échanges de coups – que l'homme n'est pas un spécialiste qui était bon avec les épées courtes et qu'il semble se spécialiser dans quelque chose de plus léger. Maintenant qu'il comprenait que ça place n'était pas ici, il semblait plus erratique dans ces mouvements d'actions ce qui ne facilitait pas non plus la tâche à la blonde. Dans une torsion de poignet sec, l'astre vient désarmer la dague qui tombe au sol dans un fracas désagréable. Sans même attendre que le démon ramasse son arme, Celaena lui donne un coup de pied, l'envoyant plus loin d'eux, ce qui dessine la colère sur le visage de l'homme. Elle profite de ce moment d'hésitation et de colère pour frapper une nouvelle fois, touchant l'épaule de l'homme qui grogne et comprend son erreur. Celaena savait qu'elle devait jouer ‘'sale " avec le démon, elle ne pouvait pas se permettre de la jouer réglo si elle voulait la moindre chance de survie.

Du côté de Taralis, l'humaine n'était plus très bien convaincue du bien fait de la situation. Elle comprenait que sauver et protéger les blessés sans défense était une bonne chose, mais en même temps si elle y laissait la vie, qui prendrait sa place ? Elle avait également très bien, sans oublier qu'elle se sentait terriblement impuissante. Même si la situation était dangereuse, elle n'avait pas pus s'empêcher d'observer les autres guerriers. Presque tous savaient se battre, ou avait montré une aptitude pour la magie en soignant les blessés… Mais elle, qu'avait-elle fait autre que trainer les corps des blessés ? Elle n'était ni une guerrière ni une guérisseuse. De par sa race, elle ne pouvait faire aucune magie, tout ce qu'elle savait c'était à faire des potions et elle n'avait pas le nécessaire avec elle. Sans parler du fait qu'elle ne s'imaginait pas non plus faire des potions pendant le combat… Son regard vert se tournait sur Celaena qui combattait, réalisant que la blonde souriait et que son regard brillait d'une étrange manière. C'était loin d'être magique ou quelque chose du genre, c'était plutôt celui de quelqu'un qui aimait le combat et le danger… Taralis n'était même pas sûre si la blonde avait réalisé le sourire carnassier. Même le démon semblait quelque peu déstabilisé par l'expression du visage de sa compagne.

Taralis ne voulait pas être de celle qui aurait toujours peur et qui serait dépendante des autres. Elle voulait devenir quelqu'un comme Celaena, qui malgré la situation désespérée, continuait de se battre. Elle ne connaissait pas ces raisons, mais elle connaissait le sien et sa survie et celle de sa compagne en faisait partie. Encore un peu tremblante de la situation, elle attrape l'arc que lui a rendu la guerrière, tire fébrilement une flèche de son carquois, il ne lui en restait que six. Elle n'entraînait jamais plus de dix sur elle, de toute façon si un animal prenait plus de trois flèches à tuer, tu étais un mauvais chasseur. Aeronelle bande son arc, visant le monstre qui s'attaque à sa mère. Elle ne voulait pas être de ceux qui resteraient toujours dans l'ombre des autres, elle voulait se rendre utile. C'était surtout une nouvelle étape pour elle, avant aujourd'hui, elle n'avait jamais levé son arme contre un être vivant doué d'une intelligence et pourtant, un étrange sentiment l'envahissait encore une fois. La peur avait rapidement balayé le sentiment la première, mais tout comme avec la chasse, elle réalisait qu'elle… Aimait ce qu'elle faisait. Elle secouait un peu la tête, chassant cette idée pour se concentrer sur l'homme qui attaquait Celaena et réalise que la blonde ne pourra pas éviter le court d'épée qui lui arrive dans les côtés. Elle pousse un petit cri de peur, relâchant la corde pour laisser filer la flèche. ‘' Celaena ‘' S'exclame-t-elle en même temps.

La guerrière sursaute, surprise et tirer de son combat par la voix familière de Taralis. Dans l'hésitation, elle devient transparente, évitant de justesse la feinte que lui offrait son ennemi. L'astre tourne immédiatement la tête vers sa compagne, voyant la position qu'elle tient et l'arc qui est levé. Elle comprend que la petite à laisser filer une flèche quand elle entend le démon pousser un grognement de douleur. Elle n'hésite pas une seule seconde pour donner un coup de pommeau au visage de l'homme. Ce dernier laisse tomber son épée courte et sans hésitation, l'astre l'attrape. Quand l'homme pour son regard sur elle, le nez brisé et pissant le sang, elle sourit tout en effectuant un tour sur elle –même, la lame courte tendue et lui tranche la gorge. Elle fait tourner la lame dans sa main, serrant l'autre qui était péniblement trop lourde. ‘' Voilà ce qui est mieux… Beau… ‘' Dit-elle en ce penchant pour récupérer le fourreau sur le cadavre.

Elle n'a pas le temps de terminer sa phrase qu'un rugissement sonore résonne dans l'air. Un long frisson traverse le dos de l'astre. Elle lève la tête pour voir le monstre jaillir des entrailles de la forêt et charger dans la direction de la première ligne. Elle a tout juste le temps d'éviter le monstre de la piétiner, qu'elle voit une autre femme se faire happer par le Mortemo. Elle termine sa roulade, se redressant pour voir la première ligne manger la pire des raclés de sa vie. Elle n'était pas de taille contre ce monstre et Taralis non plus. C'est là qu'elle remarque le regard de la bête, il n'était pas normal. Elle scrute rapidement la foule, puis au long, elle remarque le groupe de mage… Dans l'air autour d'eux, elle semble voir la magie qui s'active et leurs yeux dégagent la même chose que la bête. ‘' Taralis, avec moi, il est temps de déranger quelque vampire en transe… ‘'


999 mots - Post 8/?:
 



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Sam 6 Mai - 17:19
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 1457
Elisabeth grinça des dents, alors qu’elle soulevait les blessés pour les emmener vers le point central de l’évacuation. Ses blessures ne se refermeraient pas aussi vite qu’elle le souhaitait, et elle s’estimait heureuse de ne rien avoir de cassé pour l’instant. Continuant ses allers-retours, elle poussa de nombreux soupirs, las. Cette terre était sienne, pourtant elle ne ressentait aucune douleur à la voir s’effondrer sous ses yeux. Ici, personne ne comptait, ni ne la regardait. Ils ne se souviendraient ni de son nom, ni de son visage. Ils l’oublieraient, comme tous la laissaient sur la touche. Alors qu’elle déposait une énième victime sur un charriot, elle tapa dans son bois pour demander un départ imminent. Un danger encore plus puissant approchait, et ces nombreuses années en tant que mercenaire ne la trompaient point. Puis elle leva les yeux vers le toit ou le combat avait lieu, et écarquilla les yeux. Lumen venait de tomber au combat, de sombrer dans l’abîme de la mort. Elle, la combattante que tous admiraient, venait de se faire mettre hors d’état de nuire en quelques secondes. La jeune femme recula de plusieurs pas. Elle n’était pas de taille contre ces monstres. Elle n’avait pas la force de les renvoyer chez eux. Son but n’était pas encore atteint. Elle n’avait pas le droit de mourir ici, pas maintenant.

Un conflit intérieur la malmena. D’un côté, elle n’était pas assez lâche pour abandonner le combat. De l’autre, si elle risquait sa vie, elle n’aurait plus l’occasion d’atteindre son objectif. Combattre un Mortemo était se condamner à une mort lente et douloureuse, pourtant elle les connaissait assez pour savoir que nul n’apprivoisait une telle créature. Ses yeux brillaient d’une lueur malsaine, qui lui glaça le sang. Tenant son épaule qui saignait encore du combat s’étant déroulé plus tôt, elle secoua la tête. Quelque chose maintenait ce monstre sous contrôle, et à part de la magie, rien ne pouvait accomplir cet exploit. Fronçant les sourcils, elle regarda une dernière fois le groupe dans son dos alors qu’une jeune femme venait de tenter de mettre à mal la bête. « Ne faites pas les imbéciles. Fuyez. ». Ce serait bien le premier et le dernier conseil qu’elle donnerait à la populace. Elle ne tenait pas à eux, mais ne voulait pas avoir ce massacre sur la conscience. Si minime soi elle, cette dernière existait encore, et la torturait lors de chaudes nuits d’été.

Et quand elle se mit à courir vers la Sylve aux Soupirs en passant dans les ruelles les plus mal famées de la Terre des Rescapés, elle ne put s’empêcher de réfléchir à ce qu’elle allait bien pouvoir faire face à une masse de vampires. Dans un sens, ils ne pouvaient pas bouger car le sort s’arrêterait s’ils tentaient autre chose. Mais l’orgueil des Vampires était-il assez haut pour qu’ils ne pensent pas même à protéger leurs mages d’une quelconque attaque. Ils pouvaient se cacher dans la forêt, mais elle la connaissait par cœur. Aussi, lorsqu’elle croisa le chemin de celle qui avait combattu à ses côtés, elle ne daigna pas lever la voix. Cette demoiselle était suicidaire, mais elle aussi. Elles n’avaient ni le temps d’établir un plan ni de faire les présentations. L’avenir des Humains dépendaient de leurs actes, et même si Elisabeth avait demandé à ce que tous s’enfuient, elle priait intérieurement pour qu’elles ne soient pas deux, face à cette horde de crocs de la lune. Pour une fois, et depuis longtemps, Elih avait peur de succomber, de voir sa vie s’arrêter en un claquement de doigt. Et cette adrénaline, qui souvent la paralysait, lui donnait l’énergie de poursuivre sa route.

Une fois qu’elle fut proche des mages, elle se glissa dans leur dos, s’adossant à un arbre non loin. Elle doutait qu’Elyza ait pu trahir son peuple, pourtant elle ne la distinguait point dans le paysage. Se tournant vers la jeune femme qui se trouvait non loin, elle tâcha de communiquer discrètement. Il était l’heure de frapper un grand coup, et quand la lame de l’humaine traversa le corps d’un des mages, elle sut que le monde ne serait plus jamais le même…
691mots
Post 3 - Résumé:
 



© Scylla
So, what if I'm addicted ?:
 
Raptor Jéselih:
 
Dim 7 Mai - 14:21
Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: