♪ RP MULTI ♪ - Fruïan, la fête des récoltes

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Laethlion - III
Parchemins : 1462




Fruïan,
la fête des récoltes



Contexte

Au Palais de la Terre des Rescapés, les employés se bousculaient autour du Souverain. Les doléances venaient à peine de se terminer et Odaïl soupirait, replaçant sa longue cape sur ses épaules alors qu’il se dirigeait vers ses quartiers pour se remettre au travail. La vie de roi pouvait paraître des plus aisées et agréable mais les Humains n’étaient pas simples dans leur façon de raisonner. Certains voulaient confiner leur peuple afin de se sentir protégés, d’autres s’ouvrir au monde pour ne plus vivre dans la crainte.. Et bien sûr, la décision lui revenait, alors qu’il pensait enfin avoir trouvé un équilibre. Il fronça les sourcils puis haussa les épaules. Ce n’était pas aujourd’hui qu’une catastrophe allait lui tomber sur les bras, et il estimait qu’il aurait besoin d’un temps de réflexion bien plus long que ce qui lui était accordé. S’asseyant à son bureau, il rattrapa les quelques documents qui dépassaient de ses tiroirs et plongea sa plume dans l’encre, avant que ses yeux ne s’arrêtent sur une missive où il reconnut immédiatement la typographie. Il la saisit délicatement, et son regard parcourut les lignes en diagonale. Merilda était une amie, avant d’être la souveraine des Elfes. Pourtant, il semblait qu’aujourd’hui, elle ne prit de ses nouvelles que dans un but diplomatique.

Il plaça sa main sur son front, épuisé. Fruïan approchait à grand pas et il ne s’en était même pas rendu compte. La fête des récoltes était une tradition, une réunion autour de l’agriculture qui nourrissait chaque jour sa communauté, et quand la Nature était de la partie, les Elfes suivaient bien entendu le mouvement, venant prodiguer leurs conseils aux Humains. Levant les yeux vers son conseiller, il déplaça la missive sur le côté. « Appelez Lumen, s’il vous plaît. ». « Mais elle est en pleine ronde, monseigneur. ». « Elle trouvera bien un moment à m’accorder. ». Ce dernier partit ensuite à pas de course chercher la capitaine de la garde, puis la ramena à ses côtés quelques minutes après. « Je vous laisse. ». La jeune femme acquiesça, avant de faire une révérence devant son roi. « Mon souverain, c’est un grand honneur de vous trouver en face de moi. Cependant, je me doute que vous ne me demandez pas uniquement pour une visite de courtoisie. Venez-en au fait. ». Se redressant sur son fauteuil, Odaïl se mit à fixer le vide, alors qu’il déblatérait ses instructions. « Vous n’êtes pas sans savoir que Fruïan est dans peu de temps. Pour ne pas vous mentir, je n’ai pas de temps à consacrer à cette célébration. Vous connaissez tout le monde, en ville. Je souhaite donc vous laisser le soin de trouver une personne apte à organiser cet événement convenablement. ».

Lumen sursauta doucement. Elle était loin de s’attendre à une telle requête, mais ne fit point de manières. Son roi n’était pas connu pour ses bonnes manières et son travail acharné : il préférait bien déléguer tout ce qui ne l’intéressait pas.  « Bien. Ce sera fait. ». Et sans plus de cérémonies, elle referma la porte derrière elle. La fête des récoltes avait lieu à la frontière de la Terre des Rescapés, elle ferait donc parti de la garde rapprochée. Mais il aurait été un euphémisme de déclarer qu’elle ne possédait aucune compétence dans l’organisation de festivités. L’humaine déglutit, alors qu’elle se mit à parcourir la ville. Quelqu’un pourrait lui venir en aide, elle en était sûre. Une paysanne, devenue noble par la suite, s’étant démarqué lors de nombreux événements. Traversant la Grand-Rue, elle arriva devant sa chaumière et tapa deux fois à la porte. La jeune femme ouvrit et, surprise de trouver la garde à sa porte, eut un mouvement de recul.  « Ne vous inquiétez pas. Il n’y a rien de grave, je viens quérir votre aide. ». Sans un mot, elle écouta son récit, puis accepta ce qui lui était demandé. Depuis plusieurs années, elle participait à Fruïan et à présent, elle pouvait mettre la main à la pâte. Qui aurait refusé ? Un dément.

Les préparations commencèrent dès le lendemain. Les décorations furent des plus simples. Après tout, les Elfes arriveraient et parsèmeraient rapidement le chemin de fleurs en tout genre. La coutume voulait que chaque habitant échange une partie de ses récoltes avec un autre, afin que personne ne soit délaissé ou ne meure de faim dans ce jour de fête. Ce serait une tradition de plus, une croix sur un calendrier froissé. Peut-être bien plus que l’on pouvait l’imaginer…


Résumé

Bienvenue dans ce nouveau RP Multi !

Afin de savoir comment ça fonctionne, nous vous prions d'aller lire TRES ATTENTIVEMENT ce sujet.

Le RP Multi de Fruïan est la Fête des Récoltes chez les Humains. Celle-ci se déroule aux frontières de la Terre des Rescapés, proche du Lac aux Méduses. La tradition veut que chacun s’échange de la nourriture. Ce n’est pas une fête mondaine, loin de là, plus une solution à la pauvreté et à la famine qui rôde chez les humains. Cependant l’ambiance se veut bon enfant et joyeuse. Vous retrouverez beaucoup de stands de nourriture, mais également de quoi se divertir. Notamment un groupe de musique sur une scène improvisée, pile à l’entrée de la ville. Au milieu de la fête aura lieu la Cérémonie de Fruïan, un spectacle de toute beauté produit par les Elfes.

Odaïl n’est pas présent à la fête, ce dernier se fichant amplement du bas-peuple. Lumen et la garde sont là, un peu dispersés partout. Le PNJ de ce RP Multi s'appelle Ilidia. C'est une ancienne paysanne devenue guerrière très sympathique. Vous êtes libres de venir lui parler.

Le dernier RP Multi fut calme et ce pour une raison bien précise : c’était celui d’ouverture. Comme nous sommes plus nombreux, j’ai volontairement décidé de bousculer celui-ci et je ferais donc plusieurs posts en tant qu’administratrice. L’action sera au rendez-vous, aussi ne vous attendez pas à passer du bon temps dans un coin. Pour l’heure, je vous laisse vous installer dans le calme le plus complet mais ça ne durera pas. Les vampires peuvent venir, ainsi que les autres races maléfiques.


Gains

Gain de participation : Un sac de provisions aux vertus apaisantes

4 messages : 2 point de caractéristiques OU un lancer de pièces de bronze

8 messages : 4 points de caractéristiques OU un nouvel acolyte OU un lancer de pièces d’argent


Récapitulatif

- Kaelyra : 4 points de caractéristique pour acolyte : Endurance :2, Adaptation : 2.
- Solyane : 2 points en Affinité magique, 2 points en Puissance/Résistance
- Celaena :  4 points de caractéristiques (Celaena : +1 vivacité +2 puissance)(Taralis : +1 (compte double, acolyte nv0) + 2 fermeté psychique)
- Akwa : Gains: 4 pts de caracs : 2 affinité magique 1 en force physique et 1 en endurance
- Fyn : 4 PC : +1 Endurance, +1 Habileté, +1 Vivacité, +1 Fermeté Psychique
- Scylla : +1 adaptation + 1endurance +1fermeté psychique +1 habileté
- Akantha Aisos : 4 PC en Puissance
- Liadan Delvo : Pas assez de posts pour un gain
- Elih Marendir : 4 posts = 2 points de caractéristiques, 1 en Force Physique et 1 en Endurance
Posts administratifs : 4 posts = 1 point de caractéristique donc 1 en Habileté


Code par Sphénix pour Epicode.



© Scylla
So, what if I'm addicted ?:
 
Raptor Jéselih:
 
Sam 1 Avr - 18:10
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1127

« Navrée, mais tu fais franchement tache dans pareille situation. » Et pour le coup, Falka – alors sous la forme d'un serpent caché dans son col comme un collier –  n'avait pas tort. La blonde, avec sa peau cadavérique et ses habits aux teintes toujours aussi variées – ébène, cendres, nuit, charbon – ne l'aidait pas à s'intégrer au décor. Tout autour d'elle respirait la vie, la joie et la couleur. Là où elle n'était – comme à son habitude pour être honnête – qu'un genre de spectre ne sachant pas où et qui aller hanter. Mais là, il fallait admettre qu'elle détonait vraiment entre tous ces gens parés d'habits colorés ou simplement blancs mais surmontés de colliers de fleurs multicolores. Bah, comme d'habitude, l'avis de sa compagne sombre lui importait peu. Elle ne faisait cependant pas la sourde oreille volontairement, elle était réellement plongée dans ses pensées.

« Bon et la raison de notre venue ici ? L'habituelle en mousse ? Que tu essayes de me faire gober à chaque fois et que j'avale par politesse ? » Le regard dans le vide, Sora ne lui répondit pas de suite. Elle semblait soucieuse. Et après quelques minutes de silence, elle lança enfin : « J'ai un mauvais pressentiment. » Même si cela ne se voyait sûrement pas sur les yeux minuscules d'un serpent, surtout caché dans le col du pull d'une dame, Falka venait d'écarquiller les yeux. Quelle mouche avait encore piqué Sora ? Là, c'était pire que d'habitude. « Tu te fous de moi ? Hein c'est ça ? »

« Non, je suis sérieuse. Tout est trop... trop. Juste trop. Trop calme, trop joyeux. Je ne sais pas... Je le sens pas. »« Arrête ton cirque là, c'est juste que tu es pas habituée à ce genre de choses, pas la peine d'essayer de te dédouaner en disant que quelque chose cloche alors qu'absolument pas. L'unique chose qu'a pas l'air nette dans le paysage, c'est la seule pauvre fille armée et toute vêtue de noir, plantée au milieu et qui regarde fixement un point au loin depuis environ dix minutes sans avoir remué ne serait-ce que le pouce. » ''Je ne lui en veux pas au fond. Je sais que ce n'est que le reflet de la réalité. Elle est terne au milieu des couleurs, elle demeure immobile pendant que les autres avancent, au pire reculent, mais repartent de plus belle. Elle, elle ne fait rien. Pas parce qu'elle ne veut pas, j'en suis sûre. Mais parce qu'elle ne peut pas aller de l'avant.''

« Tu crois qu'ils ont des framboises sur un stand ? » questionna soudainement la blonde, sortant Falka de ses pensées profondes. Elle fut tellement surprise par la question qui n'avait aucun rapport avec le reste de la discussion qu'elle prit une bonne minute avant de répondre. « Ton mauvais pressentiment est déjà parti ? » « Non, mais je n'y changerais rien en restant plantée là de toutes façons. » C'était évidemment trop beau pour être vrai. Les pas que faisait Sora pour avancer n'était qu'illusion, un écran de fumée. Elle était bien là. Mais elle demeurait bloquée, comme si son âme était retenue à divers endroits en de diverses époques, par les souvenirs qui constituent son passé. « J'en sais rien s'ils en ont moi. Et c'est pas sous mon apparence habituelle que je vais aller t'en chercher, sauf si tu veux rendre juste ton mauvais pressentiment. Car tu sais très bien que mon apparition va provoquer une émeute. »

La blonde hocha machinalement la tête. Puis retomba en arrière, les fesses sur un tas de bottes de foin. « On verra ça plus tard. » « Est-ce que tu es trop paresseuse pour aller voir ou est-ce que le contact avec un quelconque être vivant te repousse tant que ça ? » « J'ai déjà bien assez de la discussion avec le serpent qui entoure mon cou. Une interaction sociale à la fois, ça me paraît pas trop mal. » répondit-elle ironiquement. L'ombre n'insista pas. Sora retrouvait la place qui lui était toujours due lors de pareilles cérémonies : dans un coin, là où personne ne se souciait d'elle, et d'où elle pouvait observer en silence, les choses, les gens et tout le reste. Avoir un œil sur le tout, y réfléchir, et le comble du comble : en ayant pourtant rien à fiche de la destinée de tous ces facteurs qui s'étalait devant ses yeux.

748 mots et 1/? messages :
 


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Sam 1 Avr - 21:40
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Consciem - III
Parchemins : 1106
Fruïan !

Chaque année cette fête rassemblait tous les Humains de la Terre des Rescapés et était un moment où chacun pouvait oublier un peu ses soucis. Solyane, qui n'avait jamais vraiment aimé se mêler à la foule, trop inquiète de ce qui pouvait se passer coincée au milieu de tous ces corps en effervescence, trouvait malgré tout le principe de la Fête des Récoltes fascinante.

Comme chaque année, leur souverain brillait par son absence. Ça ne changeait pas grand chose pour la jeune femme mais elle savait la déception que c'était pour certain. Exceptionnellement, elle avait décidé de se rendre, cette année-là, à la fête, non pas comme une voleuse – Locke se servait toujours de cette occasion pour ramener à ses plus jeunes protéger un festin royal – mais comme une participante.

Quelques jours plus tôt, elle avait été donné un coup de main dans une ferme et pour seule récompense ils n'avaient pu lui donner que des légumes et des fruits. Elle en avait gardé un peu pour elle mais avait, contre toute attente, décrété de donner le reste lors de Fruïan. Ses légumes ne valaient pas grand chose mais au moins avait-elle quelque chose à donner.

Solyane s'avança en direction de l'entrée de la ville. Pour l'occasion elle avait revêtue une chemise de lin clair, un gilet lacé de cuir brun, des culottes de même teinte et ses vieilles bottes de cuir. Comme de bien entendu, elle n'avait pas omis sa cape noire dont la capuche était rabattue sur sa tête et son visage. Elle se fichait pas mal que cette fête soit synonyme de joie et d'insouciance. Rien ne la ferait dévier de ses vieilles manies. Pas même les regards qu'elle s'attirait sur son passage.

Elle salua quelques connaissances et alla même bavarder avec Alicia un moment. La jeune citadine adorait littéralement toutes les célébrations de la cité. Et son caractère se prêtait évidemment à ce genre de choses. La joie de vivre incarnée qu'était Alicia était un écho en miniature de toute celle qui s'étalait à présent à l'entrée de la ville et à sa périphérie proche.

- Tu penses qu'ils nous réservent quoi, cette année, les Elfes ?
- Je n'en sais rien, Alicia, et pour le peu que ça m'importe de toutes manières.

La jolie brune soupira.

- Pour une fois, tu ne pourrais pas juste te montrer de bonne humeur ? Participer ?
- J'ai participé ! J'ai apporté de la nourriture. Et je ne compte pas en voler. Ce qui me fait penser, tu as vu Locke ?

Alicia désigna vaguement la porte qui menait à l'extérieur.

- Il est allé faire du repérage. Moi j'attends quelques autres avant qu'on ne mette au point notre plan d'attaque.

Solyane hocha la tête.

- Bon, je vais faire un tour ! A plus tard !

Avec un signe de la main, elle s'éloigna. Elle flâna d'un étal à l'autre, respirant les odeurs mais faisant la sourde oreille lorsque les chalands la haranguait pour vanter leurs produits. Elle s'était déjà délesté de ses légumes et ses fruits et n'avait plus rien à échanger. Et elle n'avait guère envie de dépenser la moindre pièce. Par curiosité, elle chercha des yeux les alentours pour essayer de voir des elfes. Ce qu'elle remarqua en premier fut la présence ostensible des gardes de la ville. Sûrement pour prévenir d'une attaque ou du moindre grabuge. Fruïan devait rester un moment de paix et de joie.

Solyane remarque également deux ou trois des membres de la bande à Locke. Ils ne faisaient pas attention à elle, concentrés sur les différentes marchandises proposées. Elle reconnut également quelques personnalités croisées durant ses errances. Alors qu'elle musardait toujours, ses yeux se posèrent sur un homme, grand, laid et déguigandé. Et ce fut comme si ses pieds avaient perdu toute idée de comment avancer. Plus de dix ans avaient passé depuis la dernière fois où elle s'était retrouvée face à lui, mais elle n'avait jamais oublié son visage – qui n'avait pas changé – ni son nom : Gus. Celui qui l'avait violée et rouée de coup lorsqu'elle avait dix ans.

Le cœur battant la chamade, elle se fit violence et avança. Mais plutôt que de reprendre l'allure calme et nonchalante qu'elle avait un peu plus tôt, elle se précipita vers la sortie. Plus elle mettrait de distance entre elle et ce porc, mieux ce serait. Elle aurait certainement pu en profiter pour se venger, elle s'était juré de le faire un jour. Mais le traumatisme de son enfance restait vivace et la paralysait plus qu'elle n'aurait aimé l'admettre.

Une fois hors du mur d'enceinte, elle reprit ses esprits, quoi qu'elle était encore perturbée. Et pour la seconde fois en quelques minutes, elle vit une tête familière. Un visage lié à des moments très forts. Mais d'une toute autre nature, et bien plus récente. Avec un sourire elle s'avança, slalomant entre les passants, les chalands et leurs produits. Elle était telle qu'elle était dans son souvenir. Grande, blonde, jolie, détachée mais insidieusement menaçante. Solyane se demanda si elle était là en mission. Elle était seule, mais la jeune femme avait appris à se méfier des apparence.

- Scylla Fentkraës ! La meilleure surprise de la journée !

En s'approchant plus près, elle remarqua une ombre prononcée sous le col de la mercenaire. Elle ne l'aurait pas juré mais elle tenta :

- Et bonjour à toi aussi, Falka !

906 mots et 1/?? messages::
 





Merci à Ylan et Sora pour ce que vous m'avez fait <3

Je les aime, je suis accro...:
 
Sam 1 Avr - 22:22
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Cometa - III
Parchemins : 918
‘' Aller ! Celaena dépêche-toi ! '' S'éleva la voix frénétique d'Aeronelle. La petite rouquine s'activait rapidement dans la cabane de bois, ramassant plusieurs pièces de viandes séchées, des poches de provisions des bois. Celaena n'avait jamais vu la petite autant travaillée pour ratisser le boiser dans lequel elles vivaient pour y dénicher différentes choses comestibles. L'humaine qui partageait maintenant sa vie depuis un peu plus d'un an, la surprenait encore une fois. ‘' Rappelle-moi le but de tout ceci ? ‘' Demanda l'Astre qui remplissait en même temps des sacs à dos. ‘' Pour la fête annuelle de Fruïan, la fête des récoltes ! ‘' S'exclamait la petite presque insultée qu'elle est encore oubliée le but de tout ceci. Celaena arrêtait toute action, posant son regard sombre sur la rouquine. Elle ne l'avait jamais vu autant impatiente et enthousiasme pour un évènement. Surtout que cet évènement se trouvait en bordure de la ville des humains pour permettre également aux elfes de se joindre aux festivités. Si l'Astre avait bien compris, la fête servait avant tout à nourrir une grande partie de la populace, celle qui souffrait de la famine. ‘' Il est rare de te voir aussi impatiente… ‘' Murmura attendrit la blonde. Cette fois-ci, la petite s'arrêtait, posant son regard sur la femme qui avait pris la place de sa mère. La jeune adolescente ce radoucie un peu, se rapprochant pour l'aider à la tâche à serrer les provisions supplémentaires. ‘' En fait, cette fête à une très grande place dans mon cœur, elle m'a aidé à survivre durant les années les plus difficiles. C'est le seul moment de l'année où tout le monde s'entend paisiblement et s'entraide… Je dois beaucoup à certaine personne. ‘' Déclara-t-elle doucement. ‘' Je vois… ‘'

Celaena n'avait rien de plus à dire, qu'aurait elle put dire de toute façon ? Que c'était une bonne chose. Malheureusement, elle ne se sentait pas affectée par ce genre de révélation, surement parce qu'elle n'avait jamais vécu ce genre de situation, du moins elle n'avait aucun souvenirs. Elles étaient déjà bien habillées, Celaena portait déjà son armure et avait ‘'convaincu " la petite à faire de même. Celaena avait fait l'effort de porter sa chaîne maille sous des vêtements plus ‘' délicats " pour camoufler la protection. L'Astre réajustait la chemise blanche crème en coton, resserra un peu plus la large ceinture de cuir qui retenait la chemise et la chaîne maille tout en terminant de passer ses mains sur le pantalon moulant de cuir sombre. Machinalement, elle attrapait l'épée qui retrouva sa place habituelle dans son dos, seul article que Taralis n'avait pas pu convaincre de laisser à la maison. ‘' Tu es prête. ‘' Demandait Celaena qui posa la main sur l'un des nombreux sacs de provisions. La petite avait elle-même prit la peine de s'habiller pour l'occasion, une toge d'un bleu royal camouflait la discrète armure de cuir que lui avait offert Celaena. Sa tignasse auburn était vaguement retenue queue-de-cheval. L'Astre passa la main la main dans sa propre chevelure, caressant les petites tresses qu'avait rajoutées, elle s'était laissé convaincre de la coiffure par la petite. Elle se demanda si elle ne devenait pas trop tendre avec la gamine. ‘' Je suis prête, on peut quitter. ‘' Déclarait la petite qui avait glissé le sac dans son dos et qui portait son arc a son épaule. ‘' Allons-y, sinon nous allons manquer ta joyeuse fête… ‘'

***

Quand elles arrivèrent, il y avait une certaine frénésie joyeuse qui envahissait déjà l'endroit. Hommes, femmes, enfants, vieillards et même les elfes travaillaient dans un équilibre pour la festivité. Celaena a même apercevoir quelques hybrides travailler et donner un coup de main. Il était si étrange pour elle de voir autant de gens au même endroit et de se sentir aussi bien. Elle posait les yeux sur sa petite compagne, qui elle-même regardait d'un regard brillant l'agitation des lieux et elle la surprenait même à sourire telle une gamine effrontée, mais joyeuse. À son tour, elle se surprenait elle-même, réalisant qu'un tendre sourire s'était dessiné sur son propre visage devant telle ambiance. Pendant un cours instant, elles restèrent là, à observer la populace en mouvement, cependant Aeronelle cherchait quelqu'un en particulier dans cette foule grouillante et elle finit par repérer une agglomération de gens autour d'une tête rousse. ‘' Ah ! La voilà. ‘' Déclarait elle en quittant sans plus attendre. ‘' Ou vas-tu ? ‘' Soufflait Celaena qui l'intercepta sans difficulté. ‘' Voir Ilidia, je ne crois pas qu'elle se rappelle vraiment de moi, mais elle m'a beaucoup aidé quand j'étais dans le pépin… Je veux lui offrir les meilleures friandises naturelles que j'ai trouvées pour la remercier. ‘' Celaena relâchait son emprise sur elle, pourtant, elle avait ressenti un pincement au cœur quand elle avait vu Taralis quitte aussi rapidement, même en ce moment, pendant qu'elle regardant son dos s'éloigne, elle ressentit un malaise, comme si ce n'était pas la première fois qu'elle laissait quelqu'un parti de la sorte. Elle savait que Taralis souriait, elle savait que la petite était joyeuse d'aller revoir ce visage combien familier, alors pourquoi ce pincement au cœur ?

Un sentiment de déjà-vu s’incrusta dans son cœur...

Avant même qu'elle ne puisse avancer pour aller rejoindre la gamine, deux personnes l'interceptaient, un elfe au sourire bienveillant et un humain qui lui demandant si les divers sacs qu'elle portait était des provisions. ‘' Oui, comment savez-vous ? ‘' Demanda surprise l'Astre. ‘' Eh bien, voyez-vous, la petite qui vous accompagne est assez reconnue ici, du moins pas de nom, mais un peu tout monde connaît son histoire ici. ‘' Déclarait l'homme en prenant le sac que lui avait laissé Aeronelle. ‘' C'est vrai, quand elle était plus jeune, elle venait souvent manger ici, c'était une orpheline et quand elle a été assez grande elle a commencé à ramener de la nourriture pour donner un coup de main, mais elle n'a jamais donné son nom, nous l'avons donc surnommée the nameless Hunter… ‘' Déclarait calmement l'elfe en prenant l'autre sac que lui tendait maintenant Celaena. ‘' cependant, je suis heureuse de voir qu'elle s'est enfin laissé approcher par quelqu'un d'autre qu'Ilidia. C'était la seule personne à être capable de lui offrir de la nourriture sans qu'elle ne se sauve. ‘' Disait la femme souriante avant de quitter en compagnie de l'homme. L'Astre soupirait de nostalgie avant de prendre la route vers Taralis qui avait déjà rejoint la femme en question. ‘' Ilidia, j'ai des truffes sauvages pour toi ! ‘' S'exclama la voix joyeuse de l'humaine.



Résumé:
 



From chaos a star is born

I have to be rent and pulled apart and live according to the demons and the imagination in me. I'm restless.
Things are calling me away. My hair is being pulled by the stars again.”



Dim 2 Avr - 20:05
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
On vient de passer la dernière heure à troquer des vivres à droite et à gauche. C'est la tradition, à la fête des récoltes. Je connais plutôt bien cet événement, dans la mesure où mon père tient à s'y ramener chaque année. Chez les anges, on se préoccupe beaucoup des humains... Et encore, c'est un euphémisme. Les deux peuples sont intrinsèquement liés, même dans leur magie.
Du coup, il est bien normal d'en voir débarquer des volées à chaque fois. C'est un peu l'occasion pour les protégés et les gardiens de se retrouver, d'ailleurs. En ce qui concerne mon paternel, il ne s'occupe pas d'un humain en particulier. La magie du lien ne l'a pas encore touché. Du coup, son attention est distribuée un peu à tout le monde, sans trop de distinction.
De mon côté, je fais de mon mieux pour donner un coup de main à ceux qui le demandent. Même si je ne ressent pas la puissance du lien qui unit ma race de cœur à l'humanité, l'événement reste très important pour moi. Je suis culturellement un ange, après tout.

A ce qui paraît, des elfes vont faire le spectacle un peu plus tard. C'est que pour fêter les récoltes, ça met bien de faire appel à eux. Les elfes ont un lien indéfectible avec la nature. Ils la comprennent comme on ressent l'amour... c'est pas une façon très claire de dire les choses, mais c'est comme ça que ça me vient.
Moi aussi je ressens un grand attachement à la nature, mais c'est pas vraiment pareil. J'ai pas tout l'emballage qui va avec. Un peu comme un caillou pas taillé, si vous voulez. Tout reste à faire entre moi et les elfes. Quand j'en vois, j'ai l'impression de regarder des étrangers. C'est un peu bizarre, d'autant plus que ma mère est une elfe... mais elle ne m'a jamais tellement transmis sa culture. C'était pas si important que ça, pour elle.
Le résultat, c'est que je n'y connais presque rien en trucs elfiques. C'est aussi pour ça qu'on a tenu à venir, cette année aussi. Ce sera l'occasion pour moi d'en découvrir un peu plus sur « mon peuple ». Je met des guillemets parce qu'on sait bien ce que j'en pense. Mais oui, dans l'idée je dis pourquoi pas.

Mes parents viennent de se retrouver près d'un stand de fruits. Ça fait quelques semaines qu'ils ne se sont vu : ma mère a fait le déplacement pour la fête. Je l'embrasse, avant de leur dire, à tous les deux, que je vais me balader un peu de mon côté. C'est que j'ai pas très envie de les voir se peloter, comme s'il s'agissait de rattraper le temps perdu, voyez-vous.
On fixe donc un point de rendez-vous et une durée approximative, avant de se séparer. Je pars déambuler au hasard dans les allées, contente d'être un peu tranquille, pour une fois. L'ambiance est super agréable, pour ne rien gâcher. Les gens sont contents, tout le monde cause et s'échange de la nourriture. C'est sympa. J'en profite pour troquer une pomme contre un sachet d'épice : une bonne affaire pour le gars qui me l'a proposé, mais je suis pas dans le besoin, alors pour ce que ça me coûte...
Au bout d'un moment, je décide de m'installer sur une botte de paille, histoire de profiter de la musique d'un groupe les fesses bien au chaud. A côté de moi, une gamine me demande si je vais participer à la cérémonie de tout à l'heure, vu que je suis une elfe : je répond que non, alors elle hausse les épaules et s'en retourne jouer de son côté. Faut croire que les oreilles pointues donnent plus d'info qu'on le voudrait... Laissant échapper un soupir, je croque ma pomme, bercée par la musique.

634 - P1:
 
Invité
Lun 3 Avr - 17:06
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Praesium - II
Parchemins : 109
'' Je n'aimerais pas être à leur place, quoi que, à bien y penser...''

Je regardais les paysans et les agriculteurs passés devant moi, souvent gorgé de fruits ainsi que de biens qu'ils trimbalaient ou donnaient ici et là. C'était la première fois que j'assistais à cette fête, Fruïan, et j'étais curieux de voir à quel point les humains pouvaient s'aider dans la misère. D'une certaine façon, j'étais à cette fête pour me ressourcer les idées et avoir un aperçu des célébrations annuelles. J'étais aussi là plus ou moins par principe et comme garde. Je n'étais accompagné de personne d'autre, mais, je possédais tout de même mon épée et mon targe dans mon dos en cas d'éventuel problème. Malgré ça, j'avais mes habits habituels de civil, car je ne croyais pas qu'une fête puisse se montrer dangereux. Je déambula ici et là en prenant quelques fruits me semblant délicieux tout en remerciant le commerçant à son stade. Parfois, il m'arrivait de donner un peu d'argent à ceux semblant vraiment dans le besoin. Après tout, l'origine de cette fête était pour partager les récoltes des personnes pauvres, et comme je n'étais pas pauvre et que je mangeais ses récoltes, il m semblais tout simplement normale de contribuer à cette fête, monétairement parlant dans mon cas.

Après quelques rondes a manger et a marcher, je me décida à m'asseoir sur une botte de foin non loin d'un stade de musique. Je croisa les bras et je pencha légèrement la tête pour me concentrer sur ma pensée. Je perdis tout contact avec la réalité et je me retrouva avec mon être, ma rationalité. En réalité, je savais exactement pourquoi j'avais abouti à cette fête et je ne m'étais pas contenté de faire d'autres activités ou de m’entraîner. Ses derniers temps, je me sentais froid et vide. Cette froideur à l'intérieur de moi me rongeait de plus en plus. Elle abordait un mélange de nostalgie ainsi que de solitude. Le fait d'être à cette fête était en quelque sorte une façon de me revigorer et de ne pas perdre la tête, ou même abandonner dans mon éternelle quête chevaleresque de protéger les humains et les placer de l'avant face aux autres races. La chaleur, l'amour, l'amusement et la fraternité naturelle de cette fête était probablement la meilleure chose qui me permettrait de me ressourcer et de continuer mon combat ardu qu'était ma vie, mon destin. Les temps étaient durs, et cette fête annuelle serait probablement ma cure à mon empoissonnement qu'est la solitude.

Je leva la tête en sursaut alors qu'un son particulièrement fort venait de me sortir de mes pensées. En effet, un homme venait d'échapper quelques cantaloups. L'une d'elles, c'était littéralement ouvert sur le sol, à la façon d'un homme éventré perdant ses tripes. Je ne pu empêcher de rigoler légèrement alors que cette drôle d'image me passa à l'esprit. D'un certain coté, c'était probablement une déformation professionnelle causée par mon métier d'aventurier. Je me leva et je m'approcha du monsieur âgé ramassant ses fruits. Il constata rapidement ma présence et me sourit. Dans mon cas, je lui renvoya le sourire avant de l'aider. De plus, en signe d'entraide, j'aida à transporter une bonne partie de son chargement jusqu'à son stade de fruit ou il m'offrit une pomme en signe de remerciement. Je le remercia en lui souhaitant une bonne fête avant de me retourner et de marcher dans une direction totalement aléatoire. C'était pour ce genre de raison, la fraternité, le don, l'entraide que j'étais un un humain se battant pour sa race. Cette simple rencontre et ce simple geste du vieillard venait de me réchauffer le cœur. Une fois de plus, par simple bonheur, je sourie et je morda à pleine dent dans la pomme que le gentilhomme m'avait donné. Le jus sucré du fruit me remplit la bouche en et me fit toussoter légèrement alors qu'il s'attaqua aux parois de mon œsophage. C'était définitivement l'une des pommes les plus saillantes et juteuse que j'avais eu la chance de goûter en cette occasion.

Après quelques minutes, toujours à déambuler ici et là, je finis par apercevoir une place plutôt tranquille dans un coin de la foire. Une botte de foin semblait m'interpeller pour asseoir et reposer mon derrière tout en terminant mon fruit. Je me dirigea dans cette direction et remarqua une personne, assise sur la botte voisine. Je regarda rapidement son physique afin de déterminer de quel endroit elle provenait. Dans son cas, sa chevelure brune ne m'informa guère mais, le bouts de ses longues oreilles me suggéra que c'était une elfe. Avant de croiser son regard, pour ne pas me faire repérer dans mon espionnage, je tourna les yeux dans une autre direction avant de m'asseoir finalement sur la botte de foin. Après quelques secondes ainsi, j'avala la bouchée que je venais de prendre et je parla tout haut, à qui bon voulait l'entendre, mais surtout à l'elfe à mon côté.

- La fête va bon train, j'espère que rien ne sera là pour la gâcher ou enlever l'ambiance douce et chaleureuse.

Je sourie tout en regardant ici et là les gens s'adonnant à leur activité. Je croqua une fois de plus dans ma pomme avant de faire une petite grimace, le goût sur m'attaquait de plus en plus la bouche.

890 mots, 1message/?:
 


Mar 4 Avr - 1:07
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Nanthun - Domum - II
Parchemins : 56
Fyn applaudit à tout rompre quand les musiciens s’inclinèrent gracieusement. La prestation avait été splendide, pleine de vie, d’élégance et d’audace, précisément le genre qu’elle-même cherchait à produire. Elle ne se considérait pas comme étant particulièrement mauvaise mais là, c’était un tout autre niveau. Allier une musique vibrante d’énergie avec le classicisme parfois pompeux d’une pièce de théâtre pour en faire un véritable spectacle dansé et joué en même temps était un véritable exploit. Et si elle n’avait pas tout compris elle s’était laissée porter par l’expressivité généreuse des artistes. Quand la foule se dispersa elle alla à la rencontre du joueur de vièle, celui qui l’avait bercée durant toute la représentation. Ses longs cheveux d’argent juraient avec son visage poupin et à entendre sa petite voix frêle il ne devait pas avoir plus d’une quinzaine d’années.

-Ça m’a pris environ sept ans pour maitriser mon instrument. Et j’ai encore des lacunes ! Pendant l’acte deux j’ai même fait une fausse note…
-Je l’ai même pas entendue. Je t’assure tu es vraiment doué ! Vous tournez souvent avec ta troupe ?
-Pour l’instant on se contente des petites bourgades. Le but c’est de récolter de quoi partir pour Elyshyë. Alors on compte bien profiter de Fruïan pour se faire un peu plus connaître !

Ils échangèrent encore quelques plaisanteries jusqu’à ce que le garçon ne doive s’éclipser pour une collation bien méritée. Ce qui ramena Fyn à son propre estomac qui réclamait furieusement à ce qu’elle arrête de le torturer en passant à côté des stands de pâtisserie sans daigner le remplir.
Elle s’éloigna de la scène avec un œil sur les gardes qui patrouillaient par groupe de cinq. Dommage, elle se serait bien donnée en spectacle elle aussi mais, n’étant pas dans la programmation, elle ne pouvait que s’agencer un plateau fait de caisses et d’un vieux drap sale. Au mieux. Pas de quoi la motiver, donc. Au lieu de ça, elle fureta parmi la foule à la recherche de quoi contenter son appétit qui se creusait à chacun de ses pas. Entre les brochettes de poisson fumé, les petits pains sortant tout juste du four ou les énormes pastèques brillant au soleil, ce n’était pas le choix qui manquait.
Certains avaient même profité de l’afflux provoqué par la fête pour sortir bibelots en tout genre, livres, herbes, parfum et même une série de couteau fait à la main. Quoique minoritaire par rapport aux stands de nourriture, il y en avait suffisamment pour que Fyn ne sache plus où donner de la tête.

-Whaou c’est quoi ça ?
-C’est un aimant ma p’tite dame !
-Pourquoi il flotte ? Ça marche comment ?

S’en suivit une explication sur les propriétés particulières de la pierre et de son utilisation dans les boussoles durant un gros quart d’heure. Fyn adorait ce genre d’objet avec une apparence quelconque mais qui se révélait avoir des propriétés aussi insolite que de pouvoir léviter dans les airs sitôt posé sur un métal spécial. Elle dénicha aussi une drôle de loupe qui « diffractait » la lumière pour la faire apparaitre non pas comme un point unique, mais comme un mosaïque de petits points brillants, ou encore une tablette qui changeait de couleur en fonction de la solution qu’on lui versait dessus.

-Il y a même des petits bonhommes qui bougent, là !

La remarque avait fait sourire la vendeuse qui elle aussi s’était expliquée sur le procédé pour arriver un tel résultat. Finalement la faim bouscula la curiosité de Fyn et elle dut abandonner son exploration le temps de trouver un encas. Elle se paya une barquette de fromage pané et une pleine poignée de pâte d’amande avant de s’installer à côté d’un grand bonhomme blond qui parlait avec une elfe. La bouche a moitié remplie elle dit.

-Oh non moi non plus ! J’adore ce genre d’évènement, c’est juste parfait pour s’amuser ! – elle avala un morceau de fromage et tendit la main – Vous en voulez ? C’est du chèvre.

666 mots (oups), Post 1:
 
Mar 4 Avr - 14:50
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ashryn - Sylvar - IV
Parchemins : 1127
Les gens s’affairaient dans tous les sens. Sora regardait avec un certain désintérêt la masse grouillante du peuple qui était rassemblé là. La plupart se promenait avec de la nourriture. Des sacs de fruits, des cageots de morceaux de viande, des pots remplis de grains, des plateaux de pains ou de fromages… La blonde ne s’était même pas renseigné sur le principe de ces festivités. Mais elle le comprenait peu à peu à force d’observer ce qui se passait autour d’elle. Visiblement, c’était en rapport avec la nourriture, et les gens semblaient beaucoup troquer et échanger leurs biens alimentaires.

« Je ne comprends pas vraiment. Je crois qu’ils s’échangent à manger. Quelque chose comme ça. »

« Si tu es venue sans même être au courant du concept de la fête à laquelle tu participes, » siffla le serpent enroulé autour de son cou, « c’est vraiment que ton objectif est tout autre. »

Elle ne releva pas, fit mine de ne pas entendre, comme absorbée par ce qu’elle observait. Peut-être l’était-elle réellement après tout. Ou avait-elle fait exprès en prévoyant ce que Falka allait dire par la suite ?

« Je doute qu’on trouve un quelconque Démon ici, Sora. Je pense que sa venue ne serait pas un choix judicieux. Cette cérémonie a l’air de vanter la paix, l’amitié et la générosité, aussi personne ne l’accueillera avec une fourche, mais il serait poursuivi de vilains regards. »

Elle instaura un court silence. La jeune femme avait l’air toujours aussi perdue dans ses pensées.

« Tu ne m’avais pas dit que c’était un goinfre ? Bah, si c’est bien le cas, il serait sûrement incapable de s’empêcher de voler de la nourriture ici et il se ferait encore plus mal voir. »

Même si Sora ne répondit pas cette fois encore, elle eut un léger sourire. Et Falka savait que ce sourire était lié à ses paroles, qui lui avaient sûrement amené milles et uns souvenirs en mémoire.

« Tiens, » lança l’ombre, « regarde qui voilà ! »

La blonde releva la tête. Face à elle, une grande jeune femme aux cheveux noirs bouclés. Un visage qui lui était familier. Et qui était d’ailleurs venu la saluer. Elle, mais aussi Falka, qu’elle avait remarqué. L’interpellée répondit d’un petit ‘’SSS’’ de serpent. Elle pouvait parler sous cette forme, mais voulait sûrement laisser Sora s’exprimer.

« Salut Solyane, ça fait un bail ! C’est vrai que j’aurais dû penser qu’en allant à une fête des humains, j’aurais des chances de croiser mes connaissances faisant parti de cette espèce. »

La blonde se releva pour lui faire face, après avoir secoué sa tignasse d’un léger mouvement de tête pour dégager son visage.

« Tu t’es remis de notre dernière entrevue ? C’était une sacrée histoire, et on a pas mal donné de nous-mêmes. Je me suis bien reposée après, j’en avais bien besoin. Falka m’a pas mal forcé à rester au repos aussi, ça a joué. »

Le serpent siffla de mécontentement. Sora n’y fit pas attention et reprit en croisant les bras.

« Que viens-tu faire dans le coin ? Tu as aussi amené de la nourriture pour apporter ta contribution à la fête ? »


535 mots & 2/? meessages :
 


WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

Mar 4 Avr - 16:30
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 11Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: