Derniers sujets

MINI EVENT | Il est temps de montrer ton jeu l'ami

 :: Basinshear Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Le Croupier
avatar
Le Croupier
Maître de la money
Parchemins : 119
Le membre 'Naya' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mise Bronze' :
Le Croupier
Mar 25 Avr - 22:29
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
La Forteresse Maudite, ville du vice et du crime organisé, capitale de la race Démoniaque. Et je n'y étais pas pour profiter des multiples plaisirs que pouvait procurer la cité. Même si j'aurais préféré n'être la que pour ma propre curiosité et pouvoir explorer chaque recoin des environs j'étais la pour une tout autre raison. C'était l'une des dernières demandes de Shamash avant mon départ, je devais passer par Basinshear pour négocier un échange de marchandises avantageux avec un démon de la luxure un peu trop présomptueux. La famille Aisos était l'une des nombreuses famille de Vampire à exceller dans la vente d'alcool en tout genre mais c'était de l'eau-de-vie qui nous était le plus demandé et apparemment ce démon était enclin à acheter, et en grosse quantité.

La rue principale était rempli et je fus étonné de croiser quelques humains et anges sur ce continent. Il y avait vraiment des fous dans ce monde il fallait croire. Mon regard dériva lentement jusqu'à atteindre l'homme qui m'accompagnait. Il s'appelait Fursanth. Fursanth Aisos. Même si je ne lui avait jamais franchement parlé nous nous connaissions assez pour nous faire confiance. Fursanth était un mordu lui aussi, mais il a été mordu par la compagne de Shamash, Harmonie. Repensant à la Vampire, un soupçon d'agacement m'envahît rapidement. Je ne voyais vraiment pas ce que Shamash trouvait d'attirant chez cette femme. Leurs caractères étaient complètement opposés et ils passaient le plus clair de leurs temps ensemble à se crier dessus pour un oui ou pour un non. Et malgré tout, je les voyais toujours revenir l'un vers l'autre, malgré le fait qu'ils passent leurs temps à se battre. Pour en rajouter, Harmonie avait très mal pris le fait que son tendre et cher ait finit par se lier d'affection pour ma personne et c'était une guerre continuelle entre nous deux que nous nous livrions chaque jour. Si j'esquivais grandement le contact physique avec la Lamia, je n'étais pas folle non plus, c'était en s'accaparant l'attention de Shamash l'une après l'autre que nous menions notre petite guerre d'ordre personnelle.

Je soupirais longuement, soupir qui ne passa pas inaperçu auprès de Fursanth qui me fit signe de le suivre. M’exécutant, je marchais d'un pas lourd derrière l'immense Vampire au courts cheveux d'un blanc rayonnant. Il s'arrêta dans un coin de rue tout en commençant à fouiller dans son sac avant de me demander, avec son éternel calme qui ne faisait que me crisper au fur et à mesure que je l'entendais.

« Tu comptes vraiment négocier une vente dans les vêtements que tu portes Akantha ? Je comprends que tu veuilles absolument pouvoir voyager de jour et que cette accoutrement t'es nécessaire mais on est en plein milieu de la nuit, tu pourrais au moins mettre des vrais vêtements pour une fois. »

Je le foudroyais du regard tandis qu'il ne bougea pas d'un poil. Murmurant quelques jurons à son égard j'essayais de m'en sortir du mieux que je pouvais.

« Si l'on m'avait averti de ce que j'avais à faire à Basinshear avant mon départ, j'aurais peut-être songé à prendre quelques affaires plus convenable mais comme tu peux t'en douter je n'ai sur moi que mes habits actuels et des bandages de rechange. Donc soit je fais ça dans cette tenue, soit on repart. »

Un sourire illumina la tête du Vampire alors qu'il trouvait enfin ce dont il avait besoin dans son sac. Ce n'était jamais bon quand il se mettait à sourire, ça voulait dire qu'il préparait quelque chose et que ça n'allait sans doute pas me plaire.

« Bienheureusement pour toi, Harmonie y a pensée à ta place. J'ai avec moi tous les vêtements qu'elle a jugé d'assez bonne qualité. Nous allons dormir chez une connaissance ce soir, tu laveras l'odeur de sang qui t'imbibe constamment et je t'aiderais à te faire belle pour la rencontre avec notre client. »

Fursanth ne me laissa pas le loisir de répondre et attrapa ma main, m'emmenant rapidement vers l'habitation de ses connaissances. Harmonie et Shamash avaient tout prévu et je ne pensais pas être au bout de mes surprises. Je pestais déjà contre moi-même mais aussi contre les deux Lamias de la famille Aisos. Néanmoins je n'avais pas vraiment le choix, j'étais vouée à devenir une potiche le temps d'un soir. Nous arrivâmes bien vite chez les connaissances de Fursanth. Malgré le fait que ce soit un couple de démon ils paraissaient tous les deux digne de confiance. Ils avaient même pris la peine de préparer un repas pour nous deux.

Vers la fin de la nuit, on m'emmena vers une source d'eau et y on m'y laissa seule pendant un bon moment. J'utilisais l'eau pour me débarrasser de l'odeur de sang que j'avais appris à aimer, même si je comprenais qu'elle ne soit pas au goût de tout le monde. Je me servais aussi de l'eau de la source pour démêler mes longs cheveux verts pâle et surtout pour les laver de tous ce qui avait pu les souiller. Le processus était long et fastidieux mais ce fut au bout de deux heures dans l'eau que j'en ressortais complètement propre. J'en avais d'ailleurs profité pour laver à la fois ma cape et mes bandages, les points d'eau étant assez rare dans les environs de la Forteresse Maudite il fallait en profiter au maximum. Un sourire s'afficha sur mon visage quand je remarquais que l'eau avait pris une légère teinte rosé,



Une fois revenu dans la maison de nos hôtes, ce fut la maîtresse de maison, sous la demande de Fursanth, qui s'occupa de me refaire une beauté. La démone commença, alors que j'arborais une mine défaite, à me couper les cheveux jusqu'à ce que ceux-ci ne m'arrive plus qu'a l'épaule. Elle me montra comment maintenir une posture altière et, pendant que je m'essayais aux vêtements que j'allais devoir porter, m'indiqua comment j'allais devoir me comporter. Les vêtements qu'avait prévu Harmonie n'était pas aussi horrible que ce que j'avais prévu, j'allais presque croire qu'elle avait un réel intérêt dans cette vente et qu'elle n'essayait pas juste de me faire payer tous les affronts que j'ai pu lui faire. Ce n'était ni trop affriolant, ni trop simple, une sorte de juste milieu. La tenue était composé d'un haut blanc et d'une jupe de la même couleur qui m'arrivait jusqu'au genou. En plus, une veste mauve se rajoutait par dessus, surement pour contrer un hypothétique froid soudain.

Je me sentais mal à l'aise rien qu'à l'idée de savoir que j'allais me montrer devant tous le monde. J'avais pris l’habitude d'être incognito et montrer autant de moi-même n'était pas du tout de mon habitude. Fursanth me récupéra quand la démone jugea que mon port était assez altier pour ne pas déshonorer ma famille. Je ne connaissais pas les connexions qui existaient entre les Aisos et ces démons mais ils semblaient se connaître et ce depuis un bout de temps. Du moins assez longtemps pour que nos hôtes soient impliqués dans les machinations commerciales des Vampires. Fursanth m'expliqua le principe de l'échange. Je ne devais pas accepter la vente sous une certaine somme et ne devait pas accepter une quelconque forme de troc. Le Vampire précisa qu'il serait constamment à mes côtés mais qu'il interviendrait qu'en cas d'absolu nécessité.

Je passais la journée à répéter des phrases pré-faites et espérais pouvoir me contenter de cela. Le crépuscule toucha bien vite l'endroit et Fursanth et moi nous préparâmes à rencontrer le client. Je n'en avais pas beaucoup appris à son sujet. Tous ce que je savais c'est que c'était un Démon de la luxure et que c'était pour cette raison que j'avais été choisi pour cela, n'étant pas particulièrement sujette à ce vice en particulier. Néanmoins cela ne me rassurait pas pour autant, je n'avais jamais eut à faire à un démon autrement qu'au combat et ce qui m'attendait ici était un tout autre genre de combat. C'était une joute verbale, où le but était de percer le cœur de l'adversaire de mes mots acérés pour ressortir vainqueur de ce combat.

La nuit commença enfin et nous pouvions nous déplacer vers Basinshear en toute sécurité, sans craindre la Tyrannie du Soleil. Mes joues rosirent rien qu'au fait de me présenter en publique ainsi vêtu et, tandis que nous nous dirigions vers la fameuse Maison des Jeux de la Forteresse Interdite, je soupirais longuement en pensant aux négociations qui m'attendaient, avant d'être rapidement remise à ma place par Fursanth. Il fallait déjà que je commence à faire bonne impression et c'est un regard sévère qui me le fit comprendre. Nous arrivâmes assez vite jusqu'à Basinshear et au moment où je déclarais mon nom à l'entrée de la Maison des Jeux, un sourire se dessina sur de nombreux visages avant que l'on ne me redirige vers une table. Mes pas étaient incertains et c'est très rapidement que le malaise m'envahît. J'arrivais enfin devant notre client, un grand homme aux cheveux noirs jais. Son nom était Ithael et c'était la seule chose qu'il avait accepté de révéler via ses multiples courriers. La première chose qu'il m'adressa quand j'arrivais devant lui fut un regard hautain accompagné de parole sèche.

« Eh bien que veux-tu, Suceuse de Sang ? Ne vois-tu pas que je suis occupé avec ces gentes dames, retourne donc dans tes souterrains miteux. »


Ces "gentes dames" comme il disait, n'était surement la juste pour l'enrichissement possible qu’entraînait la fréquentation du démon. Si le ton blessant n'était pas ce qui me perturba le plus, c'était les paroles en elles-mêmes qui me laissèrent sans voix. Je déglutissais avant de répondre timidement.

« Je... Je suis Akantha, de la Maison Aisos. Vous...Vous êtes bien Ithael ? Nous avons une vente à conclure. »

Son expression changea du tout au tout tandis qu'il commença à chasser les femmes à ses cotés, malgré leurs désapprobations. Il m'invita à m'asseoir et, alors que je m’étais installé a l'exact opposé de la table, il se déplaça de lui-même pour se coller à moi. Son mouvement fit faire une grimace à Fursanth, mais celui ne bougea pas d'un pouce. Le démon s'adressa alors à lui, son air dédaigneux refaisant surface.

« Eh bien mon grand, que fais-tu encore ici ? Elle ne va pas disparaître. Tu peux aller faire un tour ou bien te faire plaisir. C'est Basinshear ici pas besoin d'avoir l'air stressé. N'est-ce pas ma chère Akantha ? »


Fursanth me dévisagea tandis que je balbutiais quelque parole.

« Il... Il peut rester. Je... J'ai... Comment dire... Il... Il n'est pas très à l'aise avec les gens et il préfère être à mes cotés. »

Le visage de Fursanth se décomposa tandis qu'il acquiesça d'un hochement de tête devant l'hilarité du Démon qui m'adressa la parole.

« Très bien ! Il ne me dérange pas plus que ça, je trouves juste dommage que nous n'ayons pas un moment pour nous deux, magnifique comme tu es. Enlève donc cette veste qui recouvre tes si jolies bras, j'ai envie de t'observer. »

Plus rentre-dedans, ce n'était pas possible. Je rougissais à vu d’œil et refusais de retirer la veste mais ce fut son insistance qui me fit céder. Mon cœur battait la chamade, tous se mélangeait dans mon cerveau et je cherchais un moyen de recentrer le sujet. Sa main parcouru la blanche peau de mon bras, me faisant frissonner tandis que je fixais avec désespoir Fursanth. Celui-ci, voyant ma détresse, racla sa gorge avant de dire.

« Eh bien Monsieur Ithael. Concernant cette vente, avez vous une offre de départ ? »


Le regard du Démon sembla fendre l'air jusqu'à atteindre Fursanth. Son air changea du tout au tout tandis qu'il prononça un prix bien en-dessous du minimum de ce que je pouvais accepter. Mais avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, il se leva, agrippa ma main et m’entraîna vers la zone des jeux. Il me raconta plusieurs chose sans importance mais surtout il insista pour que je joue à l'un des nombreux jeux qui n'était surement la que pour faire tout dépenser à des clients crédules. Mais, devant l'insistance toujours plus grande du démon, je finis par céder en lâchant quelques pièces d"argent sur une table de Black Jack. Celui qui s'occupait de la table distribua les cartes et le jeu en lui-même commença. Je n'étais pas une grande adepte des jeux d'argents mais la réaction du publique autour de moi confirma que mon jeu semblait particulièrement excellent. A y regarder de plus près c'était un As et un Valet, c'était donc un Black Jack, la combinaison de carte la plus forte de ce jeu. Si je ne cachais pas ma joie, je fus foudroyé du regard par de multiple personne de la sécurité mais aussi par de nombreux clients.

Le démon eut un grand rire et me laissa empocher ma mise avant de retourner près de la table où nous nous étions installé. Je n'eus encore une fois le temps de lui adresser la parole et il se voyait toujours plus insistant au niveau du contact physique malgré mes nombreux refus et les remises en place de Fursanth. Finalement, durant un blanc dans notre "conversation" je lâchais enfin ce que j'avais à dire.

« Monsieur Ithael, loin de moi l'idée de gâcher la si merveilleuse alchimie qu'il se passe entre nous mais nous devons encore discuter du prix de vente. Ce que vous m'avez proposé est beaucoup trop bas, si vous n'augmentez pas le prix, je crains que nous devions nous séparer. »


Le visage de Fursanth et du Démon me dévisagèrent quelque seconde. Je ne savais même pas comment j'avais fait pour ne pas bégayer tous le long de ma phrase. Néanmoins cela avait fait esquisser un sourire au Vampire, donc j'assumais que je devais avoir bien fait. Le démon eut quelque seconde de réflexion, puis sa main vint se poser sur ma cuisse. Son action me paralysa sur place, et manqua de faire réagir Fursanth qui fit un pas en avant par réflexe avant de repositionner. Les doigts du démon effleuraient ma cuisse tandis qu'il me susurra quelques mots à l'oreille.

« Eh bien ma magnifique petite Vampire, si l'argent n'est pas vraiment un problème, je trouve vos prix sont un tout petit peu trop haut selon mes standards. Néanmoins j'ai vraiment besoin de cette alcool et le plus vite possible. Je suis sur que nous avons moyen de nous arranger, si tu vois ce que je veux dire, ma belle. »

Sa main manquait à tout moment de passer sous ma jupe et j'avais beaucoup de mal à articuler quoi que ce soit. Son emprise sur moi se faisait toujours plus grande alors qu'il réitéra sa proposition. Ce fut à cet instant précis que sa main passa sous ma jupe pour y caresser la chair blanche de ma cuisse. Je retenais un cri du surprise tandis que j'essayais de sortir de la table, mais un de ses bras m'attira contre lui tandis que je protestais et qu'il se fit plus insistant, son autre main effleurant mon bras. Je sentais les larmes me monter aux yeux mais Fursanth décida d'intervenir à ce moment, m'arrachant à l'emprise du démon et saisissant ce dernier au col. Tandis que j'essayais de reprendre mes esprits, je vis que la sécurité de Basinshear commençait à s'approcher de notre table. Fursanth discuta encore quelques secondes avec le démon qui finit par lâcher une bourse, surement rempli de la somme convenu. Alors que nous nous éloignons de la scène, le démon lacha une dernière phrase.

« J'espère que nous nous reverrons ma magnifique petite Vampire. »

La sécurité arriva enfin, nous priant de partir et ne pas revenir avant un petit moment. A peine fis-je quelque pas en dehors de Basinshear que je fondis en larme, m'effondrant sur le sol. Fursanth me souleva dans ses bras, et commença à faire la route du retour jusqu'à la maison de nos hôtes démoniaques. Mes larmes ne cessaient pas de couler tandis que Fursanth tentait tant bien que mal de me calmer devant les regards interrogatifs des passants. Arrivant jusqu'à chez nos hôtes, la femme me recueillie se mettant elle aussi à vouloir me calmer. Pendant près d'une heure ou deux je ne pus m'empêcher de pleurer toutes les larmes de mon corps et ce fut après ce temps que Fursanth vint me voir.

« Ce n'était pas très concluant de ton côté, j'ai réussi à arranger la vente au dernier moment. On ne peut pas non plus trop t'en vouloir je ne m'attendais pas non plus à ce qu'il soit assez taré pour se mettre à agresser sexuellement quelqu'un qui ressemble à une enfant d'à peine quatorze ans. Je vais faire le compte-rendu à Shamash et Harmonie moi-même, quand tu te sentiras prête tu pourras reprendre la route vers ta destination initial. »

La mine sombre, je me contentais de répondre.

« Donc j'ai échoué... n'est-ce-pas ? »


Le Vampire soupira avant de me confirmer mes craintes.

« Je ne peux pas te dire le contraire, tu étais à deux doigts de craquer quand j'ai dû intervenir. Néanmoins c'était l'une des premières fois que tu faisais cela en dehors des Souterrains Interdits et Shamash souhaitait juste savoir comment tu pouvais te débrouiller seule. Maintenant, tu as tous le temps devant toi pour améliorer ton sang-froid, mais je suis sûr que tu y arriveras. »

Si ses déclarations me rassurèrent un peu je savais que cela finirait par décevoir Shamash. Ne voulant pas trop m'attarder à y penser ce fut le lendemain que je repartais sur les routes, vers le continent Sacrifié.

3153 Mots : 1 pts en Vivacité
1 pts en Habileté
1 pts en Endurance
+ Mise Argent : 1 pts de Caractéristique => 1 pts en Vivacité
Invité
Mer 26 Avr - 5:04
Revenir en haut Aller en bas
Le Croupier
avatar
Le Croupier
Maître de la money
Parchemins : 119
Le membre 'Akantha Aisos' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mise Argent' :
Le Croupier
Mer 26 Avr - 5:04
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Ylith Isz
avatar
Ylith Isz
Naga - Exitum - III
Parchemins : 146

La Forteresse Maudite, territoire des démons.
Excitée à l'idée de pénétrer en ce lieu dédié au mal et aux vices, Ylith passa une langue fourchue sur ses lèvres et s'abandonna à un rire de gorge. Derrière l'horizon, l'astre solaire achevait d'agoniser lentement, projetant ses derniers rayons rougeâtres dans le ciel, comme un noyé tendrait le bras un instant avant de disparaître sous les flots. Éclaboussant le monde d'un écarlate violent, le soleil ne semblait pas vouloir partir calmement ce soir. Délicieux présage pour la nuit à venir... Glissant sur les pierres tièdes du pont, Ylith s'approcha des lourds battants qui dissimulaient les obscures ruelles de la grande cité des démons. Du coin de l’œil elle détailla les horrifiques gargouilles qui semblaient s'être massées autour d'elle... Étaient-elles aussi nombreuses avant qu'elle ne s'aventure sur le pont ? N'avaient-elles pas changé de posture ? Un délicieux frisson de plaisir s'empara des épaules de la jeune femme. Tout en ce lieu incarnait la peur... Une véritable source d'inspiration. De sa démarche serpentine, Ylith ondula jusqu'à la statue la proche. Une bête difforme à la gueule remplie de rasoirs, aux ailes atrophiées et au crâne hérissé d'une multitudes de cornes tordues. Laide. Et pourtant, la silhouette de la créature de pierre n'était pas sans rappeler, d'une certaine façon, celle d'un être bien vivant. Son fils adoré, la prunelle de ses yeux. Kal'Mah... Effrayée à l'idée que les environnements extrêmes du Continent Sibyllin n'ait raison du pauvre Muruhagin, elle avait préféré le cacher dans une caverne sous-marine, non loin du rivage. Une décision qu'elle regrettait désormais... Sans la petite créature à ses côtés, Ylith se sentait terriblement seule. Une partie d'elle était bien loin, "piégée" dans une caverne inondée. Mais au moins était-il en sécurité. C'était mieux ainsi. Du moins elle l'espérait... Ne laissait pas au doute le temps de s'insinuer dans son esprit déjà assez malade, la jeune Naga secoua vigoureusement la tête et se remit à avancer vers les portes menaçantes. Elle avait besoin de découvrir cette ville... et les innombrables poisons qu'elle abritait.

Étourdie par la sombre magnificence du décor, Ylith en oublia la raison de sa venue. Serpentant de ruelle en ruelle, elle se perdit mille et une fois en l'espace d'une heure, se délectant de l'architecture macabre de la ville, et de ses cruels habitants. Tant de visage différents... Naviguant au cœur d'une foule grotesquement cosmopolite, la jeune Naga détaillait chaque visage, appréciant la diversité inhérente à la race démoniaque. Un homme démesurément grand, aux traits fins et aux délicates oreilles en pointe, lui jeta un regard en la dépassant. Pas un instant ses lèvres n'esquissèrent la moindre ébauche de sourire. Mais ses yeux... Deux rubis finement taillés, reflétant le clair-obscur ambiant. Deux joyaux sanguinolents où s'entremêlait désir, malice et perversion. Si cet être était encore un elfe, alors il devait être le plus perverti de sa race. Pour la première fois de sa vie, Ylith réalisa que la surface n'était pas le royaume des faibles qu'elle s'était figuré jusque là. Perdue au cœur d'un continent désolé, existait une ville où la force prévalait. Malgré sa longue queue écaillée, malgré la distance à laquelle se trouvait la mer... la jeune femme se sentit presque chez elle. Parmi tous ces monstres qui arpentaient fièrement les rues. Alors qu'elle épiait discrètement une conversation particulièrement sulfureuse, Ylith ressentit une légère douleur au niveau de la partie inférieure de son corps. Vivement, elle tourna la tête en direction de la source de cette étincelle de souffrance. Un jeune démon. Avec ses grands yeux malicieux et son sourire pernicieux, il enfonça un peu plus profondément le couteau émoussé qu'il avait fiché tant bien que mal entre les écailles de la Naga.
- Tu vas faire quoi, espèce de ver marin ? Ricana le garnement.
D'un geste aussi rapide que précis, Ylith empoigna la gorge du pauvre enfant et le souleva de terre. Dépassant à peine le mètre, il ne pesait rien pour la jeune femme. Il ouvrit la bouche pour hurler mais Ylith resserra son étreinte, bloquant l'air dans ses poumons. Il fit alors la seule chose qu'il pouvait faire : gesticuler pathétiquement, frappant le bras de son bourreau à l'aide de ses poings et pieds.
- Ta façon de gesticuler m'évoque précisément celle d'un vermisseau.
Constatant que sa proie commençait à étouffer sérieusement, la cruelle Naga desserra légèrement ses longs doigts griffus. Alors que le gamin inspirait goulûment, elle jeta un regard circulaire. La foule ne semblait pas prêter à la scène... Ou ne l'avait tout simplement pas encore remarqué. Néanmoins, du coup de l’œil elle aperçut un petit groupe d'enfant cornus accourir dans sa direction. Sans doute les comparses du pitoyable môme qui avait cru que les Nagas étaient faibles sur terre... Du bout de l'index gauche, Ylith entailla la joue de sa victime, lui inoculant ainsi son venin. Sans ménagement, elle jeta le jeune démon à terre et s'engouffra dans une rue noire de monde. Un instant avant de se laisser happer par la foule, la brune aux yeux de jade se retourna pour admirer son oeuvre. Un enfant convulsait au sol, en criant des paroles incohérentes et en agitant les bras dans le vent. Sans doute se croyait-il attaqué par une menace que lui seul voyait... Non sans éclater de rire, Ylith se retira de la scène.

Nonchalamment avachie sur un banc de pierre, Ylith continuait de découvrir la Forteresse Maudite. Cette fois-ci son regard était rivé sur un fruit écarlate qui reposait au creux de sa paume. Trop mou pour être une pomme mais trop lourd pour appartenir aux tomates, le curieux végétal lui avait été gracieusement offert par un individu louche à l'odeur pestilentielle... Alors qu'elle retournait le légume, tentant d'en déterminer sa toxicité, elle capta pour la douzième fois de la nuit un curieux nom. Basinshear. Un couple, d'apparence jeune, venait de la dépasser en conversant à voix haute.
- ...spéciale à Basinshear...
- ... ce soir...
Jetant à terre le fruit bizarre, Ylith se mit à glisser à la suite des deux... démons ? S'ils semblaient parfaitement humains, la jeune femme avait très vite compris que les apparences n'avaient absolument aucun sens en ces murs. Prenant soin de rester "quelques pas" derrière eux, la Naga serpentine se concentra sur les paroles, terriblement curieuse.
- ... C'est vraiment la première fois que tu te rends à Basinshear ? S'enquit la silhouette féminine.
- Oui. C'est si difficile à croire ?
- Qu'un démon de la luxure, qui enchaîne orgie sur orgie, se complaisant dans le vice et la débauche du matin au soir et du soir au matin ne se soit jamais rendu dans le casino le plus célèbre du continent ? Oui c'est difficile à croire, Khyn.
- Tss... Tu sais bien que je n'ai que faire de l'or, moi. Siffla le démon.
- Ne t'en fais pas, tu ne t'ennuieras pas. Je suis persuadée que tu trouveras de quoi... t'amuser... Susurra sa compagne en serrant son bras. Les proies seront légions. Fais miroiter un peu d'argent, et tous accourent. Des démons oui, mais pas seulement, au contraire. Basinshear étant placé en dehors des murs de la Forteresse, toutes les races s'y retrouvent.
- Tu veux dire que... Commença le jeune homme, visiblement plus intéressé soudainement.
- Tu trouveras peut-être enfin une femme-oiseau avec laquelle jouer.
- Pressons le pas !
Un casino... Ylith avait eu vent de ces lieux de débauche, où hommes et femmes perdaient et gagnaient de l'or à une vitesse tout à fait déraisonnable. L'idée même de s'enrichir était avilissante. Les possessions matérielles n'étaient rien de plus qu'un leurre, une illusion. Les riches se croyaient forts et les pauvres enviaient les fortunés... Mais tous se retrouvaient au casino. Les plus aisés venaient pavaner, tels des paons bouffis d'orgueil, tandis que les nécessitait venaient jouer leurs dernières piécettes, dans l'espoir de transformer une somme pitoyable... en un petit tas de bronze à peine moins pathétique. L'endroit parfait pour tourmenter quelques âmes désespérées.

La maison de jeu était tout simplement splendide. Avec ses sculptures sophistiquées, ses moulures finement ouvragées et ses dorures étincelantes, semblait vomir la richesse et l'opulence par chaque fenêtre, chaque porte, chaque lanterne. Si les alentours étaient presque déserts, en dehors de quelques passants hésitant à rentrer, un véritable brouhaha se dégageait de l'édifice. Vêtue d'une simple robe noire, un peu trop ample, Ylith ne risquait certainement pas de se mêler aux plus nobles des joueurs. Mais après tout, là n'était pas son objectif... Avec un sourire confiant, elle glissa vers l'entrée et pénétra dans un royaume de débauche.
Si l'extérieur dégageait déjà une violente aura de décadence, ce n'était rien comparée au décor qui s'offrait désormais aux yeux de la Naga serpentine. D'épais tapis moelleux couvraient le sol, tandis que des lustres en cristal illuminaient la gigantesque pièce. Chaque meuble était une véritable oeuvre d'art. Sur chaque mur était exposé le chef d'oeuvre de quelque peintre de la surface, toujours encadré par deux statues tout aussi somptueuses. Presque abasourdie par un tel étalage de luxe, Ylith resta immobile quelques instants. Juste à côté d'elle, le démon de la luxure semblait dans un état similaire.
- Je t'avais prévenu.
- Difficile de s'attendre à cela tout de même... Souffla le jeune homme, les yeux écarquillés.
L'instant suivant, il reprenait ses esprits, affichant un sourire charmeur. Croisant le regard de la Naga, il ouvrit la bouche... pour la refermer aussitôt en croisant le regard profondément méprisant de l'Aspic des Abysses. Se détournant lentement de l'être pervers - un trait de caractère qui n'était pas pour lui déplaire, il fallait en convenir - Ylith serpenta en direction des tables de jeu. Les cartes et les dés volaient en tout sens, accompagnés par les vivats des gagnants et les pleurs des moins chanceux. Légèrement en retrait, elle put assistée à la ruine d'un pauvre homme. Désespéré, ce qui semblait être un humain avait enfoui son visage entre ses mains sitôt que la boule s'était arrêtée sur une case noire. La roulette était un jeu cruel. Jubilant devant ce spectacle, la jeune Naga écouta la pitoyable créature supplier qu'on lui donne une dernière chance. Elle vit un homme de main s'approcher de lui pour lui empoigner les deux épaules, et le traîner vers la sortie... sous les éclats de rire d'une bonne partie de la salle. Ah qu'il était drôle d'assister au malheur d'autrui... Et plus délicat encore était le nectar lorsque l'on provoquait soi-même ce malheur.

Il ne lui fallut pas plus de quelques minutes pour repérer une victime. Un homme fébrile, esseulé. Assis sur un tabouret aux pieds outrageusement ouvragés, il était plongé dans la contemplation de quelques pauvres pièces d'argent. Le doute et la peur se lisait sur son visage. A intervalle régulier, de grosses gouttes de sueur tombait sur les piécettes. Visiblement, il était en proie à un conflit intérieur de grande ampleur. Les cheveux blonds coupés courts, il était vêtu de modeste vêtements bruns. Sans doute ses plus beau atours, à voir la façon dont il se tenait. Voûté, avachi... Un roturier. Humectant ses lèvres avec élégance, Ylith glissa dans sa direction et prit place, avec toute la grâce que sa massive queue de serpent lui permettait, sur le siège à sa droite. L'humain leva les yeux, dardant sur elle un regard des plus méfiants.
- Bonsoir. Moi qui croyait être la seule à ne pas venir accompagné à Basinshear... Commença-t-elle d'une voix suave, tout en tendant une main. Ylith Isz. Enchantée.
- Pourtant y'a plein de gens qui viennent tout seuls. Rétorqua le blond en fronçant les sourcils.
Ecartant les bras, la Naga aux écailles sombres embrassa la salle du regard en se laissant aller à un petit rire.
- Ah bon ? Je n'ai vu que vous. Allons, ne faites pas cette mine. Cette soirée spéciale se doit d'être mémorable, il ne faudrait pas la gâcher en tristes ruminations... J'imagine que vous venez de perdre quelques pièces...
- Au contraire. Je suis particulièrement chanceux ce soir. J'ai déjà doublé ma mise de départ. J'aimerais m'arrêter là mais...
- Venez boire un verre avec moi, cela vous changera les idées.
- Je n'ai pas vraiment envie de dépenser en boisson... Murmura le roturier.
- Et si c'est moi qui paye ? Lança Ylith en riant.
Une lueur d'intérêt éclaira le regard du pauvre humain. Piégé par le sourire faux de la jeune femme, il la suivit jusqu'au bar. Et commença à sombrer vers les enfers...

Les verres se succédèrent, surtout pour le blond solitaire, et les langues se délièrent. Enfin celle de l'humain... La langue fourchue d'Ylith proférant mensonge sur mensonge, inventant une vie passée sur les rivages enchanteurs du Continent des Abîmes. Son interlocuteur en revanche, de plus en plus enivré, commença à lui raconter sa jeunesse dans la noble Terre des Rescapés. Puis sa soif d'aventure... qui l'avait condamné récemment à échouer sur ce continent maudit. Et désormais, il espérait amasser assez d'argent pour rentrer dans son pays d'origine. Désespéré, Basinshear était son dernier recours. Un recours qu'Ylith s'employait activement à rejeter... Sa victime avait bien du mal à se tenir droit lorsque sa compagne d'un soir lui demanda :
- Préférez vous les dés ou les cartes ?
Aussitôt, le visage du pauvre homme se crispa. De longues secondes durant, il lutta contre ce démon intérieur qui lui empoisonnait la vie. Il tenta d'ignorer ses insidieuses paroles. Une fois de plus, il échoua lamentablement... Possédé par le vice du jeu, il répondit finalement dans un soupir :
- Les dés. J'aime les entendre rouler.
- Allons donc nous amuser ! S'écria vivement la manipulatrice à queue de serpent.
Prenant son bras, elle le guida vers une table où la mise était adaptée à sa bourse. Uniquement des pièces d'argent et de bronze... Une misère par rapport à ce que renfermait celle de la cruelle jeune femme. Mais c'est bien assez pour ruiner un pauvre homme ivre. Les parties se succédèrent, et la "fortune" du roturier ne cessa de s'amoindrir. Troublé par l'alcool, il joua sans discernement aucun, prenant des risques inconsidérés... qui jamais ne s'avérèrent payant. Alors que ses épaules s'affaissaient, et que ses tremblement s'intensifiaient, le sourire d'Ylith grandissait. Lorsqu'il perdit sa toute dernière pièce, il se retourna vers la femme qui l'avait accompagné toute la soirée et fondit en larme. Délicatement, elle le prit dans ses bras et lui susurra à l'oreille :
- Tu n'as que ce que tu mérites, pathétique créature.
Interdit, le triste être humain resta immobile... avant de s'effondrer telle une loque sur le sol. Terriblement heureuse, Ylith ondula en direction du bar... Pour découvrir que le dénommé Khyn y était lui aussi. Seul, il laissait son regard de prédateur courir sur la salle.

Avec toute la grâce dont elle disposait, la Naga serpentine se coula aux côtés du démon de la luxure. Elle commanda un verre au hasard, se tourna vers le charmant jeune homme, puis lança avec aplomb :
- C'est vous qui payez ce cocktail.
Surpris, l'intéressé tourna son visage exquis dans la direction de l'impétueuse jeune femme. L'espace de quelques secondes il la détailla mentalement... puis s'empara de son propre verre et le porta à ses lèvres, laissant entrevoir des crocs acérés.
- Vous n'êtes pas assez jolie pour cela. Soupira-t-il. Votre robe est trop sombre, trop sobre et trop grande. Vos bras trop musclés, votre teint trop gris... Je devine une peau rêche. Bien que votre visage soit plutôt agréable à regarder, je ne suis pas sur qu'il rattrape les défauts que je viens d'énoncer.
- Que de cruauté. N'avez-vous donc pas honte de blesser une pauvre femme ainsi ? Répondit Ylith avec un sourire en coin.
- Ah ! C'est la vérité qui est cruelle... Mais où est donc passer la triste chose blonde qui vous accompagnait un peu plus tôt ? Lança alors le démon, changeant brutalement de sujet.
- Vous m'avez donc observée toute la soirée ?
- Disons plutôt que je suis quelqu'un de très... attentif.
- Mouais, j'aurais plutôt dit affamé.
- Vous ignorez ma question ? Demanda le jeune homme, de plus en plus intéressé par la conversation.
- J'ai un peu joué avec lui... J'avais simplement envie de le voir perdre le peu d'argent, et de dignité, qu'il lui restait. Un spectacle tout à fait...
- Gratifiant ? Hasarda le démon en approchant un peu son visage.
- Jouissif. Corrigea Ylith en avançant doucement sa main.
Soudain, elle se saisit de la nuque du démon de la luxure, empoignant ses soyeux cheveux bruns. Elle passa sa langue sur ses crocs d'ivoires, rivant ses grands yeux verts dans les prunelles glacées de sa proie.
- Sache que je suis toujours celle qui chasse.
Une lueur sauvage illumina le regard du démon. D'abord désemparé, il ne tarda pas à sourire. Il rayonnait de satisfaction. Il n'y avait plus de femme-oiseau pour occuper ses pensées : un massif serpent l'avait dévoré.



2819 mots.
+1 Force physique
+1 Adaptation
+1 Contact social

Mise Or :
1 objet armure et vêtements : bouclier lourd (pour briser le crâne du Croupier).
Ylith Isz
Ven 28 Avr - 3:33
Le Croupier
avatar
Le Croupier
Maître de la money
Parchemins : 119
Le membre 'Ylith Isz' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Mise Or' :
Le Croupier
Ven 28 Avr - 3:33
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Basinshear-
Sauter vers: