Zena Wann ~ Blood must have blood

 :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Edsere - Passus - I
Parchemins : 11

Zena
Wann
Identité
  • Surnom :La capuche pourpre
  • Âge :31 ans
  • Sexe : Féminin
  • Race : Edsere
  • Occupation : Mercenaire
  • Lieu d'habitation : Aucun
Statistiques

  • Force

  • ■ Force physique : 3
    ■ Endurance : 3

  • Dextérité

  • ■ Vivacité : 4
    ■ Habileté : 3

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique : 5
    ■ Adaptation : 4

  • Prestige

  • ■ Apparence : 4
    ■ Contact social : 2

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique : 1
    ■ Puissance/Résistance : 1

    Biens
    Ensorcellements



    - Zena possède la capacité de voir dans le noir. Cela s'explique par les quinze années qu'elle a passé aux côtés des vampires et aux modifications physiologiques dont elle a été objet. C'est ce qui donne cette teinte jaune à ses iris. Cependant, sa vision n'égalera jamais celle d'un nyctalope naturel et sa vision diurne est en contre partie diminuée.

    Inventaire

    - Monnaie -

    - Pièces de bronze : 153
    - Pièces d'argent : 64
    - Pièces d'or : 20

    - Objets achetés avec l'argent reçu au début de l'aventure -
    Carte de Langzyliah (10 pièces d'argent)
    Sac sans fond (1 pièce d'or)
    Boussole (5 pièces d’argent)
    Armure en cuir ( 4 pièces d'argent )
    Arbalète légère (gratuite)
    Dague (2 pièces d'argent) x4 = (8PA)
    Épée courte (10 pièces d'argent)

    - Pièces de bronze : 153
    - Pièces d'argent : 25
    - Pièces d'or : 17

    Gains

    Cette partie sera remplie par les administrateurs.

    Physique

    Depuis quelques semaines, nombreux sont les bruits qui courent sur un individu à la capuche rouge qui traîne dans les alentours de la ville de Vaneera. Il s'agirait d'un mercenaire taciturne, discret et peu loquace. Ceux qui ont eu l'opportunité de le voir d'assez près ont pu remarquer que la silhouette aux formes légèrement galbées qu'il s'agirait certainement d'une femme de grande taille. Malgré l'armure légère de cuir et de plaques qu'elle porte, il n'est pas difficile de remarquer une musculature un peu plus développée que la moyenne. Cependant, la longue cape pourpre qu'elle porte encapuchonne son visage, ce qui rend la tâche difficile pour décrire l'apparence physique de cette jeune femme. Quelques longues mèches d'une couleur ébène dépassent parfois de son couvre-chef, contrastant très largement avec le teint blême et les traits fins de son visage. D'après le tavernier, sans doute l'une des rares personnes ayant approché l'énergumène d'assez près, elle aurait deux grands yeux jaunes perçants, comme s'il s'agissait d'un faucon. Il paraît même qu'elle effrayait la serveuse qui l'éviterait coûte que coûte. En effet, cette jeune femme d'un genre singulier semblait dégager une certaine aura inquiétante, voire morbide. Comme si la mort elle-même l'accompagnait dans ses mouvements. C'est certainement pour cette raison qu'il n'est pas aisé de décrire cette demoiselle. Peu de monde avait suffisamment de cran pour l'approcher, ou encore plus, pour la dévisager. Et quand c'était le cas, il s'agissait d'un accident. La fille de l'aubergiste dit l'avoir vu une fois alors qu'elle allait nettoyer les bains à la tombée de la nuit. Elle aurait de larges cicatrices rosées qui parcoureraient toute son échine.

    Maintenant, si vous souhaitez davantage de détails sur son apparence, vous feriez mieux d'être aussi courageux que curieux, car il faudra aller voir par vous-même ….

    Psychologie


    Comme le laissent deviner les rumeurs, Zena n'est pas une personne très accessible ni très sociale. Plutôt du genre taciturne et solitaire, elle arpente les villes, monnayant ses services pour survivre. Vous la croiserez parfois au détour d'une taverne, bien au fond, à l'abris des regards. Peu loquace, il est difficile d'avoir une véritable conversation si toutefois vous n'êtes pas aussi intimidés que la plupart des gens qui la croisent. Cependant malgré ses airs sévères, elle n'est pas quelqu'un de méchant. Les rumeurs à son sujet fait d'elle un individu intriguant, car bien qu'elle dégage une certaine crainte, ses actes ont été jusque là jugés comme chevaleresque. En effet, en tant que mercenaire, elle pourrait tout aussi bien faire usage de ses services à des groupuscules malintentionnés. Ce n'était d'ailleurs pas les propositions qui manquaient et qu'importe les sommes proposées, Zena ne les acceptaient pas. Il paraîtrait même qu'elle aurait mené des missions sans rémunération ou contre des paiements en nature. (Et je ne parle pas de faveurs du zizi sexuel ! ) Elle n'était tout simplement pas intéressé par l'argent. En vérité, il s'agissait certainement pour elle de rendre service à ceux qui en ont le besoin. Ce n'était pas par bonté d'âme, mais par culpabilité. Tous ces actes désintéressés, n'étaient que les jalons de sa rédemption. Le lourd passé qu'elle traine sur ses épaules fait d'elle une personne torturée, mais aussi meurtrie. Sous ses airs imperturbables, la capuche pourpre est après tout une humaine comme les autres pourvues de sentiments et de faiblesses.

    Il est en vérité difficile de dire qui est Zena Wann. Elle-même ne le sait probablement pas. Une partie de sa vie s'étant basé sur un mensonge, ou plutôt, une illusion, elle est auourd'hui en proie à un conflit intérieur qui malheureusement n'est pas prêt de se démêler tant qu'elle s'accablera pour ses pêchés et qu'elle se condamnera de solitude. Mais la vie est un long chemin. La vie ne se résume pas à un long couloir sombre et maculé de sang. La vie est un labyrinthe où l'on se perd, mais aussi où l'on se retrouve. Peut-être un jour Zena se retrouvera.

    Histoire


    Vous venez de trouver un journal, aurez vous la curiosité d'en lire son contenu ?

    Journal de Zena Wann,

    Préface

    Quand j'étais plus jeune, on me demandait souvent ce que j'aimais le plus et je répondais toujours : «  Les jours ensoleillés, car on peut toujours aller jouer dehors ! ». Aujourd'hui, si on me reposait la question, je répondrai presque la même chose. Avez-vous déjà pris le temps d'apprécier ce moment ou la nuit laisse place à l'aube, quand la rosée laisse dégager une douce odeur parfumée près des champs de fleurs et que le soleil commence à vous envelopper de sa chaleur, petit à petit ? Sans oublier le chant des oiseaux, célébrant le retour de l'astre solaire. Si ce n'est pas le cas, faites le … Autrement, ne l'oubliez jamais.


    Ne me croyez pas sentimentale, je n'ai pas pour habitude de louer les choses simples de la vie. Pour être honnête, je suis plutôt inexpressive au quotidien. Je fais parti de ceux qui ne sont pas capables de laisser leur passé derrière eux et qui ne voient en la vie qu'un long couloir sombre, froid et maculé de sang. Comme beaucoup d'humains, après tout. Nous avons toujours été des pions et c'est malheureux de le dire mais hélas, je ne pense pas faire preuve d'exception un jour. Mon destin est tout tracé et je n'en ai probablement plus pour longtemps. Mais je l'accepte. Je profite chaque jour de ces rayons de soleil comme si c'était les derniers. Alors même si le temps et le sang me rendent la tâche difficile, je ne quitterai pas ce monde sans un dernier baroud d'honneur. »


    C'est peut-être une idée stupide, mais comme je ne suis pas très douée avec les gens, il vaut peut être mieux que je témoigne par écrit. Je ne sais pas si cela servira un jour à quelqu'un, ou si c'est ma façon à moi d'accepter cette vie qui est la mienne et dont je ne puis me défaire.

    Je n'ai pas eu une enfance malheureuse, au contraire, je pense qu'il s'agissait sans doute des plus belles années de ma vie. J'étais une enfant vive, vivante. J'étais aimée de ma famille et je les aimais en retour. Mais vous savez, être humain à Langzyliah, c'est comme être destiné à une vie de misère.

    J'ai été enlevé à quinze ans, avec d'autres enfants de mon âge par un groupe de vampire. Nous avons été enfermés dans des pièces humides et lugubres des souterrains que possède ces abominables créatures. Evidemment, j'étais effrayée. Mais j'étais aussi du genre farouche, ce qui m'empêchait de ne pas céder à la panique. Je ne saurais pas dire combien de jours, de semaines, sommes-nous restés enfermés dans ces prisons, mais ce qui était sûr, c'est que notre nombre fluctuait. Certains finissaient en repas, d'autres, moins chanceux, semblaient devenir les larbins qui nous donnaient la popotte ou encore des cobayes. Certans jours, de nouveaux humains arrivaient et étaient confinés dans d'autres cellules. C'était un engrenage plutôt bien ficellé, un abattoir des plus bien tenus. Je ne sais pas pourquoi je suis restée si longtemps dans cette cellule sans avoir eu le plaisir d'avoir été séléctionnée, mais il semblerait que j'y sois restée en vie suffisamment longtemps pour comprendre les rouages de leur système. Plus important encore, j'ai pu comprendre qu'il existait une certaine hiérarchie particulière au sein de cette race. Et à la tête de ce complexe, le nom de «  Lawrence » revenait le plus souvent. Je compris rapidement qu'il s'agissait du caviar des sangsues car « heureusement » pour moi, j'étais assez maligne sans vouloir me jeter des fleurs.

    Un jour, ce fut mon tour. Fraîchement sélectionnée parmi un lot de jeunes et fraîches demoiselles, nous furent emmenée dans des chambres d'un tout autre standing. En fait, on nous avait préparé de quoi nous laver et nous changer. Il suffisait de voir ces belles robes présentées pour comprendre de quoi il s'agirait. On nous indiqua que si nous étions assez dociles, nous pourrions avoir la chance d'être séléctionnée comme dames de compagnie et non comme repas. Evidemment, je n'étais pas si crédule.
    Je ne pensais pas que les vampires étaient si mondains, mais c'était le cas. Une salle extraodinairement somptueuse pour un souterrain, des tables garnies, des lumières chatoyantes. Eux-mêmes étaient assez propres sur eux, élégants je dirai même si cela m'arrache les trippes. Je ne sais pas si c'était l'odeur du poulet braisé et des pommes de terres chaudes ou la musique enivrante, mais étrangement, j'avais envie de faire davantage d'effort. Comme si j'avais été bercée dans une situation qui m'était agréable. Certaines filles semblaient avoir été trop attirantes pour attendre le dessert, les vampires consommaient leur propre repas comme si c'était le plus normal des quotidiens. Même moi je ne trouvais ça ni choquant, ni anormal. A vrai dire, cela ne me faisait aucun effet de voir ces filles gémirent et pousser leur derniers cris. Et puis la soirée continuait de plus belle et j'étais encore en vie après le dessert. Quand bien même leur soif était étanchée, la soirée n'avait pas l'air d'être partie pour se terminer. Il était temps pour eux de se divertir. L'un d'eux s'approcha de moi en fanfaronnant et glissa sa main dans mes cheveux, il rapprocha son visage du mien et me regarda droit dans les yeux et il me sussura :

    «  Tu vois la fille avec la robe bleue ? Je veux que tu lui arraches le cœur et que tu me le donnes. »

    Je ne me souviens plus vraiment de ce qu'il s'est passé exactement, mais il n'était pas difficile de le deviner quand un peu plus tard, je me retrouva agenouillée sur le corps de la jeune fille, les mains et le visage dégoulinant de sang. C'est ainsi que je m'étais retrouvée avec une fourchette sanglante dans la main droite et un cœur dans la main gauche. Son cœur. Petit à petit je finis pas comprendre ce qui c'était passé. J'étais en colère, mais j'étais surtout dépassée par une force sur laquelle je n'avais aucun contrôle. Ainsi, je m'approchais de lui et lui tendit le cœur. Il gloussait tellement il semblait amusé par la situation. Une fois le colis arrivé à destination, j'avais comme l'impression d'avoir été libérée. Je ne sais pas ce qui m'a prit ensuite, mais je saisis cette occasion pour lui planter la fourchette que je tenais encore dans la main droite. Ce dernier lança un cri de douleur comme il est agréable d'entendre. Je lui adressa une petite courbette  suivit d'un sourire avant de lui dire : «  Comme vous l'avez demandé, monseigneur. »
    J'avais toujous été un peu tête brûlée, mais là, je savais que je n'avais rien à perdre puisque je savais pertinemment comment la soirée allait se terminer. Mais à ma grande surprise, les autres vampires éclatèrent de rire, ce qui, évidemment, n'allait pas plaire au vampire que je venais de planter avec une fourchette. Mais plus que sa main, c'était son égo que j'avais planté. A peine m'étais-je retournée, que je le sentis fondre sur moi et me plaquer au sol. Son regard courroucé et ses lèvres retroussés, je n'avais jamais vu d'aussi près les canines de ces prédateurs. J'ai cru qu'il s'agissait là de mes derniers instants, mais c'était sans compter sur une voix qui avait fait taire tous les bavardages et les rires.

    «  Frederick ! Ne la touche pas !  »




    Au début, je pensais que j'avais eu de la chance d'avoir tapé dans l'oeil de Lawrence. J'y ai vu une seconde chance pour survivre. Mais à ce moment là, je n'avais pas réalisé qu'au contraire j'étais condamnée à une vie de souffrance.

    J'étais devenue la petite protégée de Lawrence. Celle qu'on ne touche pas, celle dont on ne lorgne pas la carotide. Evidemment,  ce n'était pas au goût de Frederick qui de toute évidence me vouait une haine sans pareille. Je l'avais défié, je l'avais humilié devant ses pairs, pauvre humaine et misérable bout de viande que j'étais pour lui. Et moi, je pouvais me promener librement sans qu'il ne puisse lever le petit doigt sur moi. A chaque fois que je croisais son regard, j'y lisais son désir ardent de me transformer en charpie .

    Cependant, je ne comprenais pas ce qui avait motivé Lawrence à faire cela. Pourquoi était-je traité comme la plus digne des invités, alors que mes pairs, eux, n'étaient que pâture.

    Un jour, Lawrence vint me rendre visite dans ce qui était devenu ma chambre. Il s'approcha de moi   et me regarda droit dans les yeux.

    «  J'ai des projets pour toi. Zena, c'est cela ? »

    Je buvais littéralement ses paroles, plus rien d'autre n'existait pour moi si ce n'était que le son de sa voix grave et enivrante.


    Je ne saurai dire combien d'années ont passées, ni comment ma place auprès de Lawrence s'était consolidée. Même si j'étais devenue le cobaye de nombreuses de ses expériences alchimiques, il m'avait maintenue en vie. Il avait fini par faire évoluer ma physiologie, j'étais devenue plus résistante, plus rapide, mais surtout plus prédatrice que je ne pensais un jour le devenir durant ma vie d'humaine lambda. Mais cela avait bien évidemment un prix. Il cessa de poursuivre ses expériences sur moi lorsqu'il comprit que les changements sur lesquels il avait procédé provoquait une dégénérescence cellulaire. Ainsi mon espérance de vie était alors très amplement diminuée. Mais j'étais devenue un sujet bien trop important pour lui pour qu'il puisse prendre le risque de me perdre. C'est pourquoi il élabora un sérum pour ralentir la dégénérescence de mes cellules. Il me fallait alors boire ce sérum chaque jour pour maintenir ses effets. Si toutefois je venais à en être privée trop longtemps, mes fonctions vitales se dégraderait très rapidement. Cependant, avec tout cela , j'étais devenue son sbire le plus influent et possédait parfois plus d'autorité que certains autres vampires. Ce qui, indubitablement, n'était au goût de personne. Partout où Lawrence allait, j'y étais. Une étrange relation s'était nouée entre nous. Il m'avait appris à me battre, il m'avait appris à tuer. Mais c'était plus qu'une relation de prof à élève, ou de maître à esclave. Les bruits de couloir ont commencé à fuiter. «  Comment Lawrence s'était amouraché d'une humaine »
    . Toutefois, Lawrence ne semblait pas inquiet quand à ces bavardages et le jugement que les autres pouvaient porter sur lui ou sur moi.

    Je ne saurai dire combien de vies j'ai pu prendre, ni comment cette soif de sang s'était infiltrée en moi. J'étais presque devenue comme eux, un être sans pitié doté d'un ego exacerbé. J'étais devenue un monstre. Mais j'aimais ça.

    Nous ne saurons pas dire comment notre relation nous avait transformé. Ce n'était plus seulement charnel, c'était devenu quelque chose de fusionnel, d'incandescent et de transcendant à la foi. Nous pouvions lire en l'autre et nous avons fini par entrevoir le fond de notre âme. C'est étrange, mais à travers toute cette cruauté, il y avait encore quelque chose d'humain chez Lawrence. J'ai fini par effleurer cette partie de lui qu'il commença à vaciller. Une idée s'est mise à le ronger si fort qu'il en devenait plus excessif chaque jour. Jusqu'à ce qu'il céda.

    Lawrence redoutait que mes sentiments ne soient biaisés par le charme naturel des vampires pour envoûter les autres créatures. Il s'était mit en tête de briser cet envoûtement et de chercher un moyen. Mais rien de tel n'existait. C'est alors qu'il entreprit une manœuvre bien incertaine : Augmenter la résistance de mon esprit aux envoûtement de sa race.

    Et cela dura des années avant que l'on puisse en tirer un résultat concluant. Nous espérions pouvoir tirer un atout stratégique, car si j'étais capable de résister aux charmes des vampires, les plans de Lawrence pour renverser Vladdenn, son rival, le Sanger. Hélas, le résultat n'était pas aussi efficace que l'on pouvait l'espérer avec les autres vampires, il était même insignifiant. Cependant, mes sentiments ne semblaient pas affectés et Lawrence fut récompensé pour sa ténacité.

    Mais cela ne dura pas …

    Il m'a fallu plusieurs mois pour réaliser que quelque chose n'allait pas. Je commençais doucement à comprendre que j'avais changé, que j'étais devenue quelque chose que je haïssais par dessus tout. J'ai commencé à faire des terreurs nocturnes. Chaque nuit, les réminiscences des vies que j'avais ôté me hantaient. Chaque nuit, la barbarie dont j'avais fait preuve, me torturait.


    Les pages suivantes ont été arrachées et la suite ne semble pas avoir été écrite...  

    Acolyte

  • Nom:///
  • Prénom : Lawrence
  • Surnom :///
  • Âge :Plus de 700 ans
  • Sexe : Masculin
  • Race : Norphis
  • Niveau : 0
  • Occupation : ///
  • Lieu d'habitation : ///
  • Statistiques

    Nota Bene : Lawrence n'est pas à proprement parler un " acolyte ". De plus, s'agissant d'un vampire expérimenté, il ne m'accompagne pas. C'est pour cela que je me permets de ne pas détailler sa fiche, j'espère que cela ne pose pas de problèmes.

  • Force

  • ■ Force physique :
    ■ Endurance :

  • Dextérité

  • ■ Vivacité :
    ■ Habileté :

  • Intelligence

  • ■ Fermeté psychique :
    ■ Adaptation :

  • Prestige

  • ■ Apparence :
    ■ Contact social :

  • Ensorcellement

  • ■ Affinité magique :
    ■ Puissance/Résistance :



    Ensorcellements

    Ensorcellements de votre acolyte




    Inventaire

    Possessions de votre acolyte



    Physique



    Un vampire à la silhouette élancée, de courts cheveux ondulés et châtains. Élégance et prestance ferait de lui un charmeur naturel que même les vampires peinent à résister.



    Psychologie



    Les rumeurs racontent que c'est un vampire cruel. Étonnant pour un vampire. Mais il est surtout connu pour ses expérimentations sur les autres espèces.



    Histoire



    Il s'agirait d'un vieux rival de Vladden, le Sanger. Cependant cela fait bien longtemps que personne n'a entendu parlé de lui.



    Autre
    • Pseudo courant : Noodle
    • Comment avez-vous découvert le forum : Par un post Facebook très original !
    • Fréquence de présence : Régulière je l'espère
    • Des remarques ou un petit mot à dire : J'me ferai bien une tartiflette ! Sinon j'ai des questions fondamentales sur les vampires qui m'empêche de poursuivre l'écriture de mon histoire. J'aurai besoin d'éclaircissements avant de partir dans quelque chose de pas cohérent. ><
    • Code règlement Validé !

    Mer 15 Fév - 6:44
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    avatar
    Invité
    Invité
    Bienvenue et bon courage pour la rédaction de ta fiche ! :)
    Invité
    Mer 15 Fév - 10:19
    Revenir en haut Aller en bas
    Invité
    avatar
    Invité
    Invité
    Bienvenuuuuuue
    Invité
    Mer 15 Fév - 10:36
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Sylvar - IV
    Parchemins : 1132
    Toujours des humains, partout des humains

    Bienvenue à toi !


    WITH GREAT POWERS COMES GREAT BULLSHIT

    Mer 15 Fév - 11:32
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Laethlion - III
    Parchemins : 1464
    NEVER GONNA GIVE YOU UP, NEVER GONNA LET YOU DOOOWN

    Pardon.

    Bienvenue chez nous, j'en ai profité pour valider ton code. Pour tes questions n'hésite pas à nous MP



    © Scylla
    So, what if I'm addicted ?:
     
    Raptor Jéselih:
     
    Mer 15 Fév - 11:49
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Passus - I
    Parchemins : 11
    Merci beaucoup de votre accueil !

    Pour ma présentation, j'aurais quelques questions. Ou plus précisément, une requête.
    Au vu de mon histoire, j'aimerais que Zena bénéficie des avantages qu'elle a acquise bien gré mal gré. Bien entendu, j'aimerais que ce soit le plus équilibré possible. Pour cela je propose :

    - Une meilleure vision dans le noir, mais n'égalant pas celle des races nyctalopes : Elle est habituée à un cycle nocturne depuis de nombreuses années.
    - Des aptitudes de combat un peu plus aiguisés ( mais cohérente pour un bas lvl, cela peut bien entendu scale sur la progression )

    En contrepartie :

    - Je renonce à tout objet magique.
    - Zena ne peut rester en vie sans son traitement. Comme il est difficile pour elle de s'en faire fabriquer, elle le rationne. Par conséquent elle pourrait être sujet à des syncopes fréquentes et utiliser son potentiel pourrait les précipiter. Je suis ouverte à n'importe quel malii/nerf si cela ne vous semble pas assez équilibré. Je ne souhaite pas faire un personnage trop fort ( Personne n'aime les gros bill )
    Ven 17 Fév - 1:11
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Edsere - Passus - I
    Parchemins : 11
    Après discussion avec Elih - que je remercie !- j'ai pu peaufiner les derniers détails de ma fiche. Elle est désormais terminée, sauf si vous jugez bien entendu que certains détails soient à revoir. :)
    Ven 17 Fév - 17:50
    Revenir en haut Aller en bas
    avatar
    Voir le profil de l'utilisateur
    Ashryn - Laethlion - III
    Parchemins : 1464
    Bonsoir !

    Je viens donc passer sur ta fiche  

    - Comme tu es humaine, tu as le droit à une armure de base ainsi qu’une arme de base. Je vois bien que tu as choisi la Crevice en armure, qui n’est donc pas une de base, cependant tu as également acheté tes armes alors que techniquement, tu aurais pu ne pas payer une des dagues ou l’épée courte.
    - Je tiens juste à ajouter que les PNJ qu’on joue ne peuvent être que maximum niveau IV. Aussi, je pense que tu sais que tu ne peux pas faire intervenir Lawrence pour te sauver dans une quête ou tuer tout le monde à ta place. Tu as l’occasion de le monter jusqu’au niveau que tu désires, j’espère que tu saisiras cette chance, ça pourrait être très intéressant :3. En attendant, ne l’utilise pas trop (ou alors uniquement en élément de background comme Eal’ric et Hélène de mon côté ou Lumi et son géniteur vampire) et il n’y aura pas de soucis.
    - L'avatar que tu portes (pas dans ta fiche mais dans tes sujets) n'est pas en 200x400, du coup il n'est pas réglementaire.

    Ta fiche fut très agréable à lire  

    J’attends juste que tu me renseignes sur ton arme gratuite et je te validerais  



    © Scylla
    So, what if I'm addicted ?:
     
    Raptor Jéselih:
     
    Ven 17 Fév - 18:22
    Revenir en haut Aller en bas
    Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Langzyliah :: Partie HRP :: Fiches de personnage :: Validées-
    Sauter vers: