La donneuse sanguine [Solo]

 :: Le Continent Sibyllin :: Les Souterrains Interdits Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Sitien - I
Parchemins : 10


   
 
 Blanche & Dario
   La passion éperdue est une trahison aveugle

L
’eau chaude coulait, dans une baignoire d’ivoire. Des pas, lourds, s’avançaient vers la couche nuptiale. L’homme s’assit, se pencha sur l’être de chair qu’il venait de dévorer. Il lui baisa d’abord la main, avant de se laisser attendrir par ses joues pâles, puis ses yeux lilas entrouverts. Le corps svelte sortit de sa torpeur, délecté par ce toucher de soie. Il se hissa vers le Titan, dénudé. Abandonnant les draps blancs, tachés de son sang, il se glissa dans les bras de son agresseur. Dario, nonchalant, vint arracher à la vampire un dernier baiser, carnassier. Il la souleva aisément et la plongea dans l’eau purgatrice.

Avant de se joindre à elle. L’homme s’approcha de son oreille, huma l’odeur de sa chevelure. « Tu es enivrante » , « Je suis vôtre » articula-t-elle, provocatrice. « Mais tu n’es pas docile pour autant » Il saisit son visage de ses larges mains, lut dans son regard la déviante soif de conquête. « M’aimeriez-vous d’avantage si je l’étais ? » Il sourit, dans un rictus informe. « En rien. Je préfère te dompter. Te prouver ma supériorité » , « Ne suis-je qu’un ornement alors ? » Il la soumit de toute sa carrure, l’embrasa de ses crocs plantés dans sa chair molle. Il jouit d’un murmure douloureux. De perles rouges teintées. « Je veux que ma femme reflète ce pouvoir. Elle doit être un exemple de danger et peur. Ce qui est à moi, est à toi. Contre ta vie, ta loyauté éternelle » Il la défiait du regard. Comme pour déceler en elle ce froid mordant. Comme pour la rendre fureur destructrice. Comme pour trouver celle qui le damnerait. Celle qu’il désirerait. Celle qui le ferrait faiblir, faillir. Celle qui le ferrait courber l’échine, s’agenouiller. Celle qui ferrait de lui victime. Celle qui remuerait ciel et terre pour y parvenir du moins. Et à qui il donnerait tout. Blanche ferma les yeux. « J’ai juré d’être tienne. J’ai prononcé mes vœux. Je suis ta prisonnière » Dario sourit, satisfait. « Mais je suis lasse. De rester enfermée. De te regarder partir. De n’avoir aucune activité » , « Le mal du pays ? » Elle y lut une ironie profonde. Mais aussi très déplacée. Ses histoires de famille ne lui étaient aucunement étrangères. Il avait pris un malin plaisir à l’étudier, à la déchiffrer. « Je ne reviendrai pas. Donne-lui autant d’argent qu’il le souhaite. Annihile-les tous si l’envie te prend » , « Du calme. Ce sera fait en temps et en heure » fit le vampire. Il embrassa sa nuque, langoureusement. Il entoura sa taille de ses bras puissants. Il coiffa une mèche de cheveux qui dessinait la courbe de ses seins, leur blancheur, leur exquis arôme. « Viens avec moi. Tu es ma reine. On te reconnaîtra comme tel »


Le vampire franchit une première porte, se faisant prier d’attendre quelques instants. Blanche le secondait, interdite. Les murs étaient noirs de jais, toutefois recouverts d’une étrangère substance. Très peu de cavités filtraient la lumière, tels des cachots maudits. La liberté lui était offerte, sur un plateau d’argent. Pour bien des femmes le mariage est une chaîne, une marche langoureuse dans un éternel purgatoire. Pour d'autres, il s'agit d'accomplissement, d'exploits et de séductions qui amènent à l'enrichissement de l'existence. Il était son partenaire de crime, son complice. Qui saurait dire jusqu'où irait ce lien empoisonné, qui n'attendait qu'à être brisé ou consumé...

« N’oublie pas que tu es mon reflet. Tu es le miroir de notre conquête. Ton comportement doit refléter cette convoitise, ce désir de manipuler » Il lui saisit la main, écrasant ses phalanges fines contre son alliance. « Je ne te trahirai pas » Il chercha ses lèvres, l’embrassa goulûment en lui enserrant la taille. Ses pieds se décrochèrent du sol, dans un jeu d’ombres presque enviable. « Tu es donc libre, ma reine » Fière, de ses choix, de ses convictions, elle était toutefois consciente de son insignifiante existante. Cet homme lui avait tout donné. Le pouvoir, l’argent, la passion. Elle ne détenait rien par ses propres moyens. Pourtant, ils partageaient tout. Elle n’avait qu’à bâtir sur ces bases solides le château de cartes d’un nouvel empire. Elle n’avait qu’à épouser ce don du ciel et chasser les démons d’un trop grand orgueil. Elle se tenait à ses côtés, avec toute la prestance qu’il exigeait.

« Pourquoi étais-tu attendu ici ? » , « Tu veux la version courte ? Ils veulent que je finance leurs activités » fit-il d’un ton nonchalant, appuyé contre l’une des poutres porteuses de la structure de pierre. « Et la version plus longue serait ? » , « D’après mes infos, ils essaient de mettre un place un petit réseau. Leur but serait de subvenir aux besoins des vampires pendant leurs premières semaines d’existence » La belle ricana. « Autrement dit, mettre à la disposition de celui prêt à y mettre le prix, une garnison non-exhaustive de proies innocentes, rangées par qualité et préférences. Comme qui choisirait une bonne bouteille de vin » Elle resta silencieuse quelques secondes, avant d’ajouter. « L’idée n’est pas mauvaise en soi » , « Je voulais voir ce que ça pourrait donner. Si je trouve l’affaire lucrative, je ne dirai pas non » , « Je ne la trouve pas digne de vous, sir » , « Ni d’aucun d’entre nous »

« Nous, vampires, sommes des chasseurs avant tout. Nous sommes nés pour baigner dans le sang, et marier à nos crocs, la jouissance de la persécution et le cri de nos victimes. Ce principe va à l’encontre du propos de notre création. Nous sommes normalement des prédateurs avant tout » , « Tristement, de plus en plus de petits vampires dissidents s’essaient à transformer d’autres engeances, et de ce fait nos effectifs grandissent rapidement. Incapables de chasser, et souvent exonérés de la protection du plus fort, ils finissent par périr » , « Non pas sans avoir causé un énorme massacre... » , « Tu vois où je veux en venir. C’est quitte ou double »

(À suivre...)

◊ 1 026 mots

WILDBIRD
 
Mar 14 Fév - 17:44
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sibyllin :: Les Souterrains Interdits-
Sauter vers: