Une partie de chasse [pv ILIANA ]

 :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Malum - I
Parchemins : 41
J'étais surprise qu'Ilianna répondent a nos questions avec autant de sincérité. Ce qui me surprenait aussi c'était de voir non seulement la part de vrais dans nos écrits ,mais aussi la pars de mensonge. Il était vrai que la plus de nos légendes provienne de temps très anciens. Elles n'ont pas était écrite toute suite, mais surtout propage de bouche à oreille. De ce fait, il y a eu des déformations sur les histoires. Il est vrai qu'en s'intéressant à son prochain et en faisant plus attentions aux autres on peut découvrir certaine chose et surtout certaine vérité. Nous fûmes surprise que notre nouvelle amie nous retourne la question. Il est vrai que je ne savais pas quoi dire pour ma forme de démon car j'étais dans ce nouvel état depuis peu et que tout ce que je savais sur les démons étaient des dires de personne surement folle ou saoul donc je ne savais pas quoi répondre de mon côté. Je laissais prendre la parole Keya pour répondre à cette question:

-Nos caractéristiques? Première fois qu'on me pose cette question, a vrais dire je pense que c'est une bonne question pour nous pousser à réfléchir sur nous-même. Bha pour être franche par rapport aux autres races nous n'avons pas de pouvoir comme des ailes ou encore des pouvoirs de transformation. Nous comptons plus sur nos facultés d'adaptation ,mais aussi sur notre créativité qui n'as pas forcément de logique pour survivre. Oui je sais , c'est un peu bizarre mais bon il y a des moments où ça marche et d'autre ça ne marche pas. Quoi d'autre... A oui une autre de nos caractéristiques c'est que certaines personnes peuvent croire à des entités supérieure pour nous donner du courage. Une religion... Après quand tu changes de village les religions changent aussi. Nous vivons surtout d'espoir chez nous. Certains écrits mentionne que tant qu'un homme a de l'espoir il peut déplacer des montages. Honnêtement, je pense que c'ette caractéristique à toutes les espèces même si cela se voit moins chez d'autres. Le seul défaut que je peux accorder à mon peuple c'est qu'on peut très vite devenir cupide dès qu'on a du pouvoir. Bon près cela change des personnes à une autre mais bon combien de fois on a eu vent de prince ou de roi qui ont tué des familles entières pour juste de l'argent...

-Les humains peuvent être cruelles comme toute créature ,mais nous... enfin ils peuvent faire preuve de solidarité comme on peut et de bienveillance entre eux et les autres peuple comme on ne peut pas l'imaginer. J'ai un souvenir dans mon petit village, il y avait je crois que c'était un elfe. Il était en balade comme toi pour découvrir le monde et faire une sorte de cartographie des terres pour que son peuple puisse voir les richesse de chaque territoire. Enfin bref, quand il arriva au village il avait été pris dans une embuscade. Il cherchait désespérément de l'aide. On l'aida à trouver de quoi se défendre même si on ne connaissait pas. On lui donna aussi des vivres et de quoi écrire même si savait qu'il devait recommencer tout son travail. De plus, on lui proposa de la raccompagner jusqu'à la prochaine ville et on lui donna un cheval. Ce n'était pas de grande chose , mais on ne trouvais pas ça normal qu'on puisse faire du mal de personnes qui veulent juste découvrir le monde et aidé son peuple. Je parle en connaissance de cause, les humains sont des êtres complexes. Tiens voilà la caverne, il fait bien sombre installons-nous ici et dormons jusqu'à demain soir on va en avoir besoin.

Je partis m'installer dans un petit coin pour dormir au calme et en plus j'avais besoin de réfléchir. J'ai remarqué qu'au cours de la conversation, je n'avais que l'apparence et encore pas totalement d'un humain. Mon état d'esprit avait changé comme si mon changement de race avait aussi changé ma vision des choses. Je sentis quelque chose se briser en moi comme si je n'étais plus moi-même. J'avais une ilarwerna d'avant et une ilarwerna d'aujourd'hui. Cette sensation était accentuée ,car à la sortie de l'auberge les personnes qui m'avaient regardé avec de la peur dans leur regard. Je soupirais en pensant qu'à près tout je l'avais bien mérité. Je sentis, les vibrations d'un ronronnement conter mon corps qui apaisait peu à peu.

783 mots


Ven 14 Avr - 17:41
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Norphis - Sitien - I
Parchemins : 35
« Nouveaux amis ? »
UNE PARTIE DE CHASSE

Les filles furent ravi que mes réponses à leurs questions, mais elles furent tout autant étonnée que je la leur retourne. Ilarwena semblait mal à l’aise et ne semblait pas savoir répondre. Keya, toujours aussi réactive, pris alors la parole et m’enseigna ce qu’elle savait sur les humains.

Ces êtres sont en réalités très simples par rapport aux autres races : pas de pouvoir, pas de membre corporel supplémentaire, juste leurs sentiments, leur imagination et leur croyance. Keya m’appris que cette dernière était différente selon les lieux. Les humains avaient donc plusieurs dieux mais ne croyaient pas en tous. Intéressant. Keya m’avoua également leur plus grand défaut : la cupidité pour peu qu’ils aient un peu de pouvoir.

C’est sur ce dernier aveu qu’Ilarwena rebondit. Elle rappela que les humains n’avaient pas que des défauts et était doté de qualités. L’une dont elle était le plus fier était la bienveillance. Pour appuyer ses dires, elle me raconta l’histoire d’un elfe qui, comme moi, était parti à la découverte du monde de Langzyliah afin d’en apprendre plus sur ses habitants et de rapporter ses connaissances à son peuple. Pris dans une embuscade, des humains l’aidèrent à se sauver et à poursuivre son but.

Cette histoire me pris au corps. Un elfe avait déjà fait ce que moi je faisais actuellement. Je voulu en savoir plus sur lui. Savoir qui il était ? Où il était ? Avait-il terminé sa quête ou il était toujours en train de la faire ? Je voulais qu’il m’enseigne comment il s’y prenait pour son voyage. Qu’avait-il déjà découvert et quelles merveilles avait-il pu trouver ? Toutes ces questions fusaient dans ma tête et commençaient à atteindre mes lèvres, mais avant que je ne pu dire quoique ce soit, Ilarwena nous désigna le lieu où dormir ce jour.

Effectivement, la nuit s’éclaircissait. Le jour n’allait pas tardé à se lever. La fatigue sur le visage des filles indiquait qu’il était temps pour elles de dormir. Moi aussi je commençais à bailler. Nous avions marché de longues heures. Mes mollets, par conséquent, étaient courbaturés et mes pieds étaient douloureux. J’avais vraiment besoin de repos.

Cependant, je ne m’endormi pas tout de suite. J’attendis que les filles s’endorment pour pouvoir noté tout ce qu’elles m’avaient appris. Si j’avais fait ça tout à l’heure, elles auraient trouvé cela suspect. Je sentis une petite pression sur ma jambe. Minou avait posé sa patte sur moi et me regardait. Je devinais ses pensées et lui répondit :

« Ne t’en fais pas je vais me coucher. Je fini juste ça d’abord.
»

Il comprit et se mit en boule contre moi. Je lui caressai les oreilles. Il ronronna de plaisir puis parti s’installer pour dormir.

Lorsque j’eu fini mon récit, je me rendis compte que je n’avais des infos que sur les humain. Ilarwena ne m’avait pas parlé de sa race, les démons. Je la regardais, elle me tournait le dos et Minou était contre elle. Etrange, d’habitude il ne s’approche pas comme ça des inconnus. Il y avait sûrement quelque chose en elle qui lui plaisait, mais quoi ? Elle restait secrète sur sa race, pourquoi ? Avait-elle honte ? Ne savait elle pas qui elle était vraiment ? Ou pire, savait elle quelque chose qu’il fallait taire ? Mieux ne valait pas la brusquer et y aller en douceur. Je lui reparlerais demain et si elle ne veut vraiment pas en parler, et bien prions qu’un autre bon démon veuille bien éclairer ma lanterne.

Je rangeai mon carnet et m’allongea sur le sol. Pas habituée à dormir sur de la pierre, je mis du temps à trouver une position confortable. Je commençais à regretter le lit de l’auberge. Je du me rappeler cette aubergiste désagréable pour effacer mes regrets.
Enfin, je trouvai une position pas trop douloureuse. Je fermai les yeux, ralentit ma respiration et doucement me laissai partir dans le monde des rêves.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia



655 mots
Mar 25 Avr - 11:46
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Ulfurbe - Malum - I
Parchemins : 41
Ce jour-là j'ai eu un sommeil sans rêve et sans vraiment de repos. Je décidais alors avec quelque heure avant le crépuscule de me lever et de partir prendre un petit déjeuner pour mes compagnons de voyage et de me baladais dans mon village natal. J'ai enfilé une cape avec une capuche pour arpentais les rues du village. Il n'y avait pas un chat, le boulangeait était ouvert mais la boucherie par contre avait fait failite. Cela me surprenait cela faisait quoi un peu plus de deux ans ou trois ans que j'avais quitter ma maison dans la panique et sans me retournais. Me retrouvais ici, me rappelais des souvenirs joyeux de mon enfance. Vous savez ceux qui nous fait regrettais de grandir. Je me suis perdue dans mes pensées a un tel que je ne me souviens pas du chemin que j'ai fait pour arriver de la maison de ma mère.

Je regardais par la fenêtre, juste par curiosité pour voir si tout avait changeait mais en regardant par la fenêtre de ma chambre... Enfin mon ancienne chambre, rien n'avais changer. Ma mère n'avait pas touché à mes affaires tout était figeait dans le temps. Il y avait même encore mon ours en peluche sur mon lit. Je suis restée au moins dix bonnes minute comme ça à regardais dans le comme une voleuse qui regardait ce qu'elle pouvait prendre de valeur. D'un coup, je remis mes idées en place et je partis prendre des fleurs dans le jardins et partie en direction du cimetière. Cela peut paraître bizarre d'aller sur la tombe de sa victime mais il ne faut pas oublier que cette victime était mon père. Je suis allée sur la tombe de mon père pour lui déposer des fleurs, il y avait plein bouquet sur son lit de mort je fût surprise. Je dis:

-Je l'accorde tu avais raison papa, tu disais toujours que nous payons tôt ou tard le prix de nos actes. Je pense que cette transformation en est la preuve. Ce que tu oublis c'est que tu as payé aussi le prix de ton addition aux jeux et au fait que pendant tes voyages tu trompais maman. C'est marrant, mais tu as toujours crût qu'aucune de nous deux le saurais et pourtant, je le sais. Dans tous les cas, j'espère que tu brûles en enfers pour ce que tu as fais.

Sur ces paroles, je me relevais et je suis partie du cimetière pour acheter de quoi mangeait. Je réussis a trouvé des miches de pains et par miracle la boulangère vendait le produit de la chasse de son mari afin d'aider les gens qui ne pouvaient pas chasser d'eux même. Elle me mis en garde aussi au fameux monstre qui tue les personnes et j'appris ces choses sur cet événement. Sur ce petit dialogue. Je partis dans la grotte préparer a mangé, le soleil commençait à ce couchait. Je réussis à cuisiner un petit ragou. Tout ce petit monde était réveillé, Keya me lançais un grand sourire en me voyant. Je me suis mise assise à côté Ilana. J'annonçais:

-J'ai fait un trou au village comme vous venez de le constater et j'ai appris quelque chose d'intéressant sur notre proie.-Vas y je t'écoute. dit Keya .Ce n'est pas une personne que nous cherchons, mais deux. En effet, avant chaque tentative de meurtre, il y a un homme qui va voir les futur victimes en leur disant qu'elle devait se repentir de tous les péché qu'elle ont fait dans le passé. -Vu que cet homme est une sorte d'homme de foie les victimes se confesse...
C'est exacte et donc par la suite cet homme leur fait boire une sorte de boisson aux victimes... Si je me trompe pas c'est une sorte de vin... Enfin bref, dans la nuit une sorte de bête viens et tue sa victime.

-Ce que tu veux dire c'est que c'est une bête qui vient mais quelle sorte de bête?
-Là est la question, car la fille de la boulangère était une de ses victimes, elle à réussi à s'en sortir, car elle portais son Arche qui était en argent. A la vue de son pendentif elle a fuit a toute jambe. Elle ne se souvient pas de la description de la bête.-Donc il faudrait se renseigner sur ce que c'est ?
-Oui! Pour ça on va se diviser en 2, moi je vais à la bibliothèque la bibliothèque vu que je sais lire. Keya et Iliana allaient rendre visite aux gens du village et allait surtout dans la maison abandonnée tu as toujours des sans abris qui y loge tu pourras te nourrir en sang humain. Bon ce n'est de la qualité que tu prends tous les jours ,mais je pense que pour un premier repas en terrain pas très connue encore cela pourra te suffire. On se retrouve ici trois heures avant l'aurore.


 Je me suis levée car j'avais finis mon repas et je partis à la bibliothèque du village.

831 mots


Lun 29 Mai - 22:01
Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sacrifié :: La Terre des Rescapés-
Sauter vers: