Suivez la jolie flamme ! {QUÊTE}

 :: Le Continent Sibyllin :: Le Volcan des Âmes Égarées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Stella - I
Parchemins : 19


Toc toc toc...



Mon épée à la main tremblant comme un novice devant sa première mission, j'étais peu sûr de moi et je n'aimais pas ça. Je me maudissais et cette curiosité, je la maudissais aussi, je déglutis transpirant à cause de la chaleur ambiante et du stress.Le soleil était bas dans le ciel et pourtant la chaleur était toujours autant étouffante, j'avais la gorge complètement sec. Je sue à grosse goutte, les gouttes coulées le long de mon front avant de tomber au sol et de s'évaporer, lorsqu'elle ne tombe pas le long de mes yeux rendant ma vision assez difficile même si je dois avouer que cela me rendait plus tôt service en un sens ça m'évite de voir ce que j'avais devant les yeux et de regarder la triste réalité. Mon regard était fuyant et pourtant, je voyais mon reflet dans les multiples yeux de cette Mangraine. Vous vous demandez sûrement comment je me suis retrouvé face à cette créature laissée moi, vous racontez depuis le début :

"Je marchais depuis quelques jours déjà arrivant dans un village sur les terres du volcan des âmes égarées. Alors que je prenais une chambre pour la nuit dans l'auberge, j'entendis un groupe parlé d'une rumeur parlant d'une silhouette surnommée "la gardienne" qui garderait un trésor. J'ai commandé de quoi manger prenant une table proche de la leur histoire de récolter des informations sur cette silhouette et cette rumeur. Moi qui ne devais rester qu'une nuit, j'ai décidé de rester plus longtemps faire ma petite enquête.

Après quelques jours, je n'étais toujours pas plus avancé. Je ne savais pas si c'était bel et bien une silhouette humanoïde ou bien celle d'une créature et encore moins s'il y avait réellement un trésor. La seule chose dont j'étais sûr, c'est que les mercenaires et chasseurs de trésors partis n'étaient jamais revenus. Je n'avais qu'une seule solution et c'était de vérifier par moi-même. La veille de mon départ, j'ai surpris un groupe de chasseur de trésor qui se prépare pour trouver ce fameux trésor. Je me suis joint à leurs groupes pour une raison très simple, ça me laisse une porte de survie plus grande que d'y aller seule.

J'ai passé la nuit à affûté mon arme et à faire briller mon armure. Réfléchissant à une stratégie pour me débarrassais des chasseurs de trésors, s'il y avait vraiment un trésor connaissant leurs fourberies, il ne fait aucun doute qu'ils chercheront à m'abattre une fois le trésor en leurs possessions. J'ai très peu dormi, réfléchissant toute la nuit ou en tout cas, une bonne partie de celle-ci.

Je fus réveillé par le lever du soleil ainsi que le chant des oiseaux à l'aube comme chaque matin, une larme se mit à couler le long de ma joue que j'essuie rapidement avant de mettre mon armure et  d'accrocher ma lame à mon ceinturon. Je suis descendu manger avant de partir rejoindre le groupe de chasseur.

Le voyage dura deux bonnes heures sous la chaleur ardente des plaines du volcan des âmes égarées avant d'apercevoir la fameuse silhouette. Alors qu'on s'est approché de quelque mètre pour mieux la voir celle-ci disparu ou sembla disparaître pour réapparaître plus loin. La chaleur était de plus en plus forte à l'approche du volcan, j'avais la gorge sèche, j'ignorais qu'on pouvait perdre autant d'eau en une seule journée. La nuit fut vite venue alors qu'on suivait les traces de cette créature ou gardien du volcan. Il était trop tôt pour le dire. Moi qui pensais que la nuit serait plus fraîche comme dans le désert, je m'étais trompé et l'air était difficile à cause de toutes les particules de cendre dans l'air ambiant.


La nuit fut de courtes durées, la chaleur étouffante des lieux empêchant de dormir convenablement bien que cela ne semble pas déranger mon Félandre qui lui dormait paisiblement. Nous reprîmes la route quelque heure reprenant la traque si l'on peut dire de cette fameuse silhouette. La traque nous prit une journée de plus avant de trouver devant la tanière enfin la grotte de cette créature/Gardienne.


L'un des chasseurs de primes se précipita dans la grotte, il n'en ressenti que des cris de douleur et des hurlements d'agonie. Ça ne sentait pas bon et par réflexe, j'ai sorti mon épée. Un bruit de pas puissant et lourd se fit entendre en notre direction. Chaos qui habituellement s'allonge pour dormir ou se met en position d'attaque ne bougez pas d'un poil.
Mon regard se dirigeait vers la tanière. Mais, lorsque je vis la bête mon corps recula d'un pas. Je taillais la créature et j'étais loin de m'imaginer pouvoir tomber sur une telle créature. Plusieurs yeux quatre pattes, la description qu'on m'avait faite de cette bête correspondait parfaitement à ce qui se trouver devant moi. Et s'il y en avait une il y en avait d'autre se trimballant toujours en meute. Mon regard plongeant dans celui de la créature et plus exactement de la Mangraine. "


Je sentais mon cœur battre comme jamais, il n'avait jamais battu avant. Je ne pouvais pas le nier, j'avais peur. Peur de mourir ici, peur de mourir maintenant. Mon corps était pétrifié par cette peur. Combien de chance avais-je de tomber sur une Mangraine. Celle-ci Ouvrit sa Gueule et poussa un cri qui me déchira les tympans enfin d'une certaine manière.


J'ai cru que cette créature allée me sauter dessus, mais non elle. Ce fut encore pire, au lieu d'abréger mes souffrances. Je vis quatre autres de ses créatures sortir de l'ombre. Si je m'en souvenais, j'aurais sûrement vu ma vie défilée sous mes yeux. Je sentis sa grosse patte sur moi avant d'entendre un bruit strident et de voir des étincelles étant projetée plus loin. J'ai à peine eu le temps de me relever que la créature avait sa patte sur mon torse m'empêchant de bouger, ouvrant sa gueule en grand sa bave dégoulinant sur mon armure et légèrement sur mon visage.


Celle-ci souleva sa patte me permettant de faire une roulade et de me redresser. Je voyais autour de moi et valais mieux pour moi que je ne reste pas là. Les Mangraines s'occupent des chasseurs de trésors et ce n'était pas beau à voir. Je regardé ses bêtes s'occupent des corps enfin de ce qu'il en resté des chasseurs de primes. Je vis Chaos hérissé ses poils et envoyais une flammèche dans les yeux de la Mangraine avant que je me mette à courir suivis de prêts de Chaos. C'était la première fois de ma vie que je courrais pour ma vie et que fuyait le lieu d'un combat. Enfin si l'on peut dire un combat étant donné que je n'avais aucune chance de survivre.


J'ai couru aussi vite et aussi longtemps que j'ai pu, l'adrénaline aidant beaucoup sans me retourner. J'ignore comment j'ai fait pour me débarrasser de mon poursuivant, mais je me suis écroulé au sol après m'être assuré d'être en sécurité. Mon corps refusé de bouger, regardant le ciel étoilé un sourire béat sur mon visage. J'avais vu et survécu à une Mangraine et fuyant serte, mais qui pouvaient en dire autant. J'aurais sûrement du retourner au village les avertir qu'en réalité la créature qu'il appelé gardien n'étais pas en réalité qu'une Mangraine, mais, je pris la direction d'un autre village. Les nuits suivantes, je revivais la scène m'empêchant de dormir. Je revoyais la Mangraine ouvrir sa grande gueule et me fixer de tous ses yeux. Je sentais sa bave me couler dessus, je sentais également son odeur fétide et le poids de sa patte sur mon torse. Ah chaque fois que je remettais mon armure, je revoyais ma défaite, j'aurais la changé ou la faire réparer, mais il en était hors de question. Il fallait que je me rappelle mon incompétence et à quel point j'avais été faible et m'en servir pour devenir plus fort.

Même après quelque temps après, je faisais toujours ce cauchemar. Bien que mes blessures physiques ainsi que celle faite à mon égo furent guéris même si je ne suis pas sûr qu'on puisse guérir d'une blessure faite dans son amour-propre. Mais heureusement pour moi la vie ne s'arrête pas là et visiblement, le destin ou je ne sais quoi avait d'autres projets pour moi dans ce monde. J'ai repris la direction d'un village dans les environs. Alors que j'étais à l'auberge et que je comptais profiter un tant soit peu du calme m'entourant. J'ai recommencé à faire quelque petit boulot par-ci par là avant d'être contacté par un noble enfin une des personnes travaillant pour un noble qui avait besoin d'un mercenaire pour effectuer un boulot qui se passer dans la région. Si c'était encore cette histoire de gardienne, j'allais lui planter mon épée dans la gorge, mais visiblement ce n'était pas ça, mais bien autre chose. Mais, même si cette autre mission ne me disait rien de bon, j'avais besoin de soucis et j'ai accepté de rencontre la personne qui me donnerait les détails en personne. Mon contact ne me donna seulement un lieu de rendez-vous. J'ai fait mes affaires et pris Chaos avec moi vers cette nouvelle mission encore inconnu.


1515 MOTS


Jeu 9 Fév - 0:38
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sibyllin :: Le Volcan des Âmes Égarées-
Sauter vers: