Le joyau de la couronne [ Aragorn ]

 :: Le Continent Sibyllin :: Le Volcan des Âmes Égarées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
avatar
Invité
Invité
Depuis le flanc du volcan des âmes égarées, on pouvait admirer le continent Sibyllin s'étendre jusqu'à l'horizon. Ses vastes étendues brumeuses rappelaient au voyageur l'omniprésence du danger.  Vampires et démons grouillaient sur ces terres et dans les souterrains, tant et si bien qu'il était difficile de se départir vraiment de l'impression d'être guetté par la mort.
Le volcan en lui même n'étant le territoire d'aucun peuple, on imaginerait y retrouver un peu de quiétude. Mais le mont crachait fumée et cendre chaque jour, comme pour rappeler qu'il ne fallait pas se fier à cette apparente tranquillité. Des arbres par dizaine se dressaient, calcinés, comme des ombres. A terre, on trouvait des équipements d'aventuriers peu fortunés en nombre. A l'évidence, l'endroit était aussi dangereux que les autres, si ce n'est davantage. Nul ne savait prédire de quelle direction redouter la menace, ni de quelle nature elle serait, si elle venait à se présenter. Fallait-il craindre les bandits ? Les bêtes sauvages ? Ou bien les éléments ? Tout à la fois en vérité. Car l'aventurier avisé ne s'engage pas en terre inconnue sans une bonne connaissance préalable de ce qu'il risque d'y trouver.

Alexis et Kiez préparaient l'expédition depuis quelques semaines déjà. Comme beaucoup d'autres avant eux, ils avaient entendu parler de la légende des joyaux de la couronne et étaient bien décidés à tenter leur chance. A ce qui se disait, le trésor que représentaient les joyaux pourrait leur rapporter gros : de quoi terminer l'année comme des rois et peut-être même davantage. Qui plus est, leur réputation de chasseurs de trésor se verrait immédiatement propulsée vers les sommets de la gloire. Une renommée immédiate : assurément, ils ne pouvaient pas passer à côté d'une telle opportunité.
Les deux amis avaient établi que ce serait Alexis qui commanderait, cette fois-ci. Tête brûlé, le chat n'avait toutefois rien négligé. La charge de meneur exigeait que l'on prenne grand soin de la sécurité des autres membres de la meute, quand bien même fussent-il un seul. Le chat ouvrait donc la marche, carte en main, tout en observant le décor avec une grande attention. Au nez, ils portaient un foulard, afin de limiter l'inhalation de gaz : les fumerolles étaient nombreuses sur les pentes du volcan. On voyait de la vapeur et des émanations chaudes s'échapper depuis les fissures de la roche, rappelant à chaque instant la présence du magma en dormance dans les profondeurs. Kiez souffrait beaucoup de l'omniprésence de l'odeur du souffre dans l'air. Celle-ci était intense au point qu'il en avait le tournis. Cela le rassurait de se savoir guidé par Alexis.
Le chat, lui, semblait bien résister aux contraintes de l'environnement. La puanteur, il la connaissait pour l'avoir senti dans les bas fond des villes. Le souffre n'était rien comparativement à l'odeur d'un ivrogne en train de dégriser. Et s'il supportait le premier, la seconde lui était tout bonnement intolérable au nez. Les épreuves étaient relatives.

« On entre dans le coin des grottes et des fissures.

Déclara-t-il soudain, s'arrêtant au sommet d'un rocher noir à la structure microlithique. Kiez en profita pour reprendre son souffle : la pente devenait de plus en plus raide à chaque mètre. Il avait l'impression de suffoquer.
« On a intérêt à faire attention à où on marche. Poursuivit Alexis, tout en constatant l'état de son compagnon. Tu veux faire une pause ?
-Non, c'est bon. Soupira le chien, tout en levant le pouce. Je tiens le coup.
Il ne voulait pas avoir l'air de traîner la patte. Kiez était de ces gens qui n'aiment pas que l'on s'inquiète d'eux. L'idée d'être un poids le dérangeait beaucoup, même s'il savait qu'Alexis ne prenait pas les choses de cette façon. C'était sa fierté.
« Bon. Répliqua Alexis d'un ton perplexe. Reste derrière moi alors... et ne mets les pieds que là où je marche. On ne sait jamais...

Les minutes s'égrainèrent sous tension. Alexis guettait le moindre signe d'affaiblissement du sol avant de s'engager, prenant mille et une précautions, tandis que Kiez le suivait religieusement. De temps à autre, la détonation brutale d'une poche de gaz qui se rompt brisait le silence, les faisant sursauter. Mais après de longues minutes de recherche précautionneuses, Alexis s'écria enfin :
« Regarde ! L'entrée d'une grotte !
En effet, devant eux se trouvait une excavation pas plus grosse que la taille d'une vache, descendant à pic sous la terre.
« Comment savoir qu'il ne s'agit pas simplement d'une fissure ou d'un trou menant directement à un lac de lave ?
Dit alors Kiez, prudent. Alexis se tourna vers lui, l’œil brillant.  
« Il y a des signes sur les rochers tout autour : regarde !
Le chien s’enhardit à aller voir tout cela de plus près et, effectivement, une fois en face des monolithes il constata la présence de figures gravées. Elles ne ressemblaient en rien à un langage, mais évoquait plutôt des scènes de la vie. En outre, il y avait ce qui s'apparentait à une voûte céleste et ses étoiles.
« Un genre de culte céleste ?
-Jamais entendu parler.
-Moi non plus.

Dit Kiez en haussant les épaules. Quelqu'un avait néanmoins jugé bon de graver des étoiles sur cette pierre. Mais le chat ni le chien n'en connaissaient la raison profonde. Toujours est-il qu'ils avaient à présent la certitude de n'avoir face à eux un trou, mais bien une grotte autrefois habitée : les signes se poursuivaient à l'intérieur, aussi loin que la lumière permettait de voir.
« Hé bien, on dirait que c'est le moment d'y aller.
Fit Alexis, sortant une corde. Kiez acquiesça aussitôt, pas décidé à baisser les bras. Aussitôt dit, aussitôt fait : les deux chercheurs de trésor disparurent dans la pénombre de la grotte, sans encore savoir ce qui les y attendait.

963 mots
Invité
Mer 8 Fév - 18:59
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Astre - Stella - I
Parchemins : 19


Le joyau de la couronne



J'étais devant une bonne bière et devant un bon repas à l'auberge pendant que mon contact me donne les informations de ma mission et des raisons de mon recrutement pour celle-ci. Un joyau d'une valeur tel que même l'être le plus pauvre serait considère comme un véritable roi. Le seul problème, c'est qu'il se trouver au cœur du volcan enfin selon les rumeurs. J'avais déjà donné pour les rumeurs, mais tous les frais étaient pris en charge et je n'avais seulement rentré dans le volcan prendre a pierre et repartir aussi vite que possible. Si personne ne m'avait devancer. Enfin bref, accepter cette fichue mission et suis monté dormir.

Je me suis levé à l'aube pour préparer mon package et partir. Rien que le voyage dura plusieurs jours, je n'avais aucune envie de retomber sur une meute de mangraine. Je pris le chemin indiqué sur la carte suivant les sentiers jusqu'au volant où je commençai l'ascension de la roche jusqu'à une grotte. Plus je monté et plus la chaleur devenait intense et dire qu'une fois à l'intérieur, je devrais descendre vers le centre pour trouver se fichu trésors.

Le seul qui se plaisait dans cette fournaise, c'était Chaos qui se tenait sur mon crâne et qui se reposait tranquillement en ronronnant pendant que j'escaladais cette paroi. Je me suis arrêté devant la grotte vidant une gourde d'eau sur les trois que j'avais prise pour me désaltérer tout en faisant une petite pause histoire de reprendre des forces. J'en ai profité pour faire dormir un peu pendant que Chaos monté la garde et me prévienne en cas de danger. Je me suis réveillé qu'à la nuit tombée entrant dans la grotte après avoir créé une torche avec un morceau de bois enroulé dans un vêtement trempé d'huile que Chaos embrasa.

Grâce à la lumière de la torche, j'ai pu voir où je marché avant de voir l'éboulement de l'entrée. J'allais devoir trouver une autre sortie avant d'entrée plus profondément dans le volcan. J'avançais sous le crépitement de ma torche, la chaleur augmentant à chaque pas, celui-ci devant de plus en plus difficile. Mon épée dans une main et la torche dans l'autre. Chacun de mes pas faisait écho dans cette grotte dont je ne voyais pas le bout. J'ignore depuis combien de temps je marche dans celle-ci cherchant un moyen de sortir ou de trouver ce fichu joyau. J'avalais ma salive pour économiser mon eau, tout en buvant assez pour renouveler ma salive et évité d'épuiser mon stock. .

J'avançais avant de tomber sur un embranchement, je pris une direction au pif de toute façon fallait choisir et je n'allais pas rester ici pendant des lustres. Alors que j'avançais des bruits de pas vinrent à mes oreilles. Je me suis arrêté pensant que c'était l'écho de mes propres pas, mais non. Il y avait donc d'autre personne dans ses grottes à part moi. Allié ou Ennemis, le futur me le dirait bientôt puisque que j'avançais avec prudence dans leur direction. Mon épée à la main, lorsque je croise finalement les deux personnes, devant un carrefour me trouvant à leur opposer, un chemin montant et l'autre descendant plus bas dans le volcan.

- Je vois que je ne suis pas le seul à être venu dans ce volcan. Je suppose que vous n'êtes pas là pour faire de spéléologie et que vous voulez aussi le trésor qui se trouve aux corps de ce volcan ? Moi qui pensais que je n'aurais pas besoin de me battre, je suppose que je n'aurais pas le choix.

La place ne mettait pas de se battre convenablement et surtout que c'était du deux contre un Chaos ne comptant pas vraiment celui-ci serait sûrement dans un coin en train de se reposer et de me regarder me battre pour changer. J'étais désavantagé par le nombre, l'endroit, mais également que je ne connaissais rien de mes adversaires, ni des ensorcellement qu'il pouvait utiliser, la seule chose que je savais été  qu'ils sont des hybrides, si j'en crois l'homme à la tête de chat. Beaucoup trop de questions et si peu réponse. Je commençais à avoir la gorge sèche et les lèvres gercées par la chaleur et les quelques paroles que je venais de prononcer.

Plus je réfléchissais et plus je me disais qu'il était inutile de me battre avant de ranger mon arme et de boire une gorgée d'eau. Remettant le tissu de fortune autour de mon nez et bouche pour éviter toute vapeur toxique ou du moins aux maximums. Décidément, il n'allait pas falloir que je traîne pour sortir l'eau de ma gourde était déjà à la moitié et j'avais encore tout le chemin du retour à faire et seules les étoiles savaient pour combien de temps j'en avais encore dans cet endroit infernal et si j'allais réussir à en sortir un jour.

Alors que ça semblé être une épreuve pour moi mon Félandre lui semblait ça très agréable comme une ballade de santé. Je regardais les personnes en face de moi, J'avais trois chemins en face dont deux devaient remonter vers la sortie celle en face de moi vu que c'est personnes ne sortait pas de nuls parts et celle menant vers le haut l'autre devait mener encore plus bas et profond ou se trouver le joyau enfin si mon raisonnement était logique.  


886 MOTS


Mer 15 Mar - 20:09
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Langzyliah :: Le Continent Sibyllin :: Le Volcan des Âmes Égarées-
Sauter vers: